Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Quel avenir pour Besancenot et le NPA ?

Quel avenir pour Besancenot et le NPA ?

Olivier Besancenot, la figure politique qui ne cesse de monter, qui étonne, dont le discours plaît à beaucoup de gens de gauche, vient de mettre en chantier la construction d’un grand parti anticapitaliste. Le NPA. Quelles analyses pour l’instant ?

Est-ce un phénomène de saison comme le mercato des célébrités du foot, de la télé, ou bien une coïncidence, ou simplement une période de disponibilité, toujours est-il que les chefs du PS ont présenté leurs contributions, alors qu’Olivier Besancenot a réuni un millier de participants pour annoncer la création d’un nouveau parti capitaliste. L’adjectif nouveau étant plus adapté. On ne sait jamais comment ça peut virer. C’est comme si MG Buffet parlait du grand parti communiste. Pourtant, le PC méritait ce qualificatif du temps de Marché. Mais le passé n’est plus. C’est sans doute la question essentielle que poserait un analyste à propos du NPA. Passéisme, recettes éculées, propos obsolètes scandés dans un crépuscule ou bien avenir et aurore ? Et puis pourquoi être anticapitaliste à notre époque ? Avec quelle alternative ? La presse laissera ces interrogations, ce qui se comprend puisque c’est ce nouveau parti qui doit réfléchir sur ces questions.

Pour l’instant, le phénomène Besancenot se situe dans la tendance appelée « lignes bougeantes ». François Bayrou avait fait bouger les lignes lors de la présidentielle puis créa son nouveau parti. Le MoDem semble moins puissant que l’UDF qui était déjà en voie de constituer un appendice de l’UMP. Cette dernière ayant grandi grâce notamment à une partie des électeurs FN passés vers la droite républicaine après avoir été séduits par les sirènes de Sarkozy. La configuration est idéale pour une analyse simple. Besancenot pourrait devenir un Le Pen de gauche, ainsi parlent la plupart des éditorialistes. Ce n’est franchement pas sympa pour le postier le plus célèbre, mais les Français n’étant pas idiots, ils auront compris qu’à travers cette formule, c’est toute une tactique électorale qui se dessine en étant calquée de manière symétrique sur cette menée par le FN après 1981 pendant 25 ans. Une tactique qui, à la faveur de certaines élections, a conduit le FN à permettre l’élection de candidats du PS alors que la droite était majoritaire en voix. Car le FN est de droite, mais extrême et donc exclu de toute alliance par la droite républicaine qui conserva son honneur, à quelques rares exceptions près.

S’il s’avérait que Besancenot puisse troubler le jeu politique comme le fit le FN, il faudrait déjà connaître le contenu du NPA, compatible ou non avec la gauche république. Car, dans l’affirmative, le NPA pourrait passer des alliances et devenir un parti d’appoint comme le furent le PC et les Verts, notamment dans la gauche plurielle. Dans le cas contraire, tout dépend du mode de scrutin. L’Assemblée nationale reste bien verrouillée pour ne plus revivre le « cauchemar » de la proportionnelle avec en 1986 l’élection de 35 députés FN. S’il s’avère que le NPA se place dans une tactique de non-alliance, sa capacité de troubler le jeu de la gauche dépendra de son vivier électoral. Car avec un seuil de 12,5 % des inscrits pour se maintenir, il faudrait un NPA pesant autant au niveau national, avec des pointes à 20 % d’exprimés dans nombre de circonscriptions pour espérer avoir un impact. Dans le cas contraire, le jeu se déroulera au niveau des reports de voix. Si on sait que les reports LCR vers le PS ne sont pas bons, rien ne permet de penser qu’il en sera de même si le NPA ratisse auprès des déçus de la « gauche classique ». Une fois le vote protestataire effectué, les ouailles égarées reviennent au bercail. Restent les régionales comme champ de manœuvre pour le NPA avec un seuil de votant inférieur pour avoir des élus. Dans l’avion du retour de Beyrouth le 7 juin dernier, Sarkozy aurait confié à Hollande qu’avec Besancenot, le PS allait devoir vivre le même calvaire que la droite avec le FN. C’est de bonne guerre, mais quand même incertain.

Peut-on prévoir l’issue prochaine du NPA ? Sans doute oui, si on tient compte d’un minimum d’analyse psycho-politique. En fait, le devenir politique des cinq prochaines années semble déjà écrit, mais nul ne peut prédire comment va réagir l’économie d’ici 2012, alors tout ce qu’on peut dire, c’est que le monde réel fera plus bouger les politiques que ceux-ci ne pourront infléchir le cours du monde. Si un monde alternatif émerge, il est presque certain qu’il ne sera pas le résultat des actions voulues par les citoyens, mais la conséquence de réactions puissantes pour réagir à des séismes sociaux et économiques insérés dans un contexte international, évidemment. Quant à Besancenot, il est pour l’instant en balance sur deux plans qu’un Sloterdijk pourrait transcrire aisément. Le mot anticapitaliste est connoté négativement et s’inscrit dans une logique des banques de la colère bien analysées par Sloterdijk. Ces logiques, très puissantes dans les mouvances islamiques anti-occidentales, n’ont pas d’avenir selon ce philosophe, elles sont passéistes et n’ont pas de marge de progression. La construction d’une pratique politique basée sur la vengeance et le ressentiment n’a pas d’avenir. Faire de l’anticapitalisme un ressort c’est se tromper radicalement. Le NPA aura bien du mal à composer avec les militants en colère et les sages en quête d’un projet de société garantissant la liberté, la propriété, la moralité et la justice.

La liberté ne s’use que si on ne s’en sert pas. Dira-t-on que le NPA n’a d’intérêt que s’il ne parvient pas au pouvoir ? Telle semble être la conclusion forcément provisoire d’une aventure qui vient de commencer. Souhaitons bonne chance à Besancenot pour parvenir à unifier toutes ces tendances gauchisantes et antilibérales rappelant la vieille époque des situ, mao et autres léninistes communistes, trotskistes, lambertistes… Maintenant, les uns jurent par Bové, les autres par Ramonet ou bien Autain, un joyeux mélange de tendances anticapitalistes, mais qu’on voit mal gouverner. Tout ce monde qui rêve d’une autre société est ma foi fort sympathique, mais je crains qu’il manque l’essentiel, une pensée politique puissante et une sagesse d’un autre temps. C’est l’été, voyons le bon côté. En cette époque d’égoïsme et d’individualisme, c’est plutôt réjouissant de voir ensemble des gens qui se préoccupent de la société, plutôt que de rester devant la télé ou de déplacer en troupeaux de badauds à l’occasion des fêtes et jeux d’artifices organisés par les mairies.


Moyenne des avis sur cet article :  3.04/5   (57 votes)




Réagissez à l'article

62 réactions à cet article    


  • Bernard Dugué Bernard Dugué 30 juin 2008 11:46

    Oups, pardon, un lapsus, Besancenot pourrait devenir un Le Pen de gauche

    faut-il lire, et grand merci à la correctrice si celle-ci peut corriger en temps voulu


    • Marc Viot idoine 30 juin 2008 12:00

      (F)acteur


    • Mathias Delfe Mathias Delfe 30 juin 2008 13:01

      Bernard, je crois que tout ce qui peut contrarier la constitution du parti unique UMPS avec Bayrou comme chaînon intermédiaire sur le modèle US Patent Démocrate-Républicain est bon à prendre (j’exagère ? pourtant, tu connais aussi bien que moi la composition du gouvernement Fillon, avec beaucoup d’UMP mais déjà un peu de PS dedans pour faire des bulles).

      Evidemment, ce simplisme est indigne de toi, comme on l’entend trop souvent de la part des perroquets qui reprennent à leur compte la propagande des médias et partis politiques dominants, Besancenot n’a rien d’un Le Pen de gauche (quid en ce qui le concerne du nationalisme, de l’antisémitisme, du racisme, du respect maladif de la « hiérarchie », des commandos de nervis musclés, etc..). C’est juste parce qu’il fausse le jeu de la nomenklatura ?

      Enfin, curieux lapsus de ta part qui te faire écrire au début de ton papier « nouveau parti capitaliste ». Eh bien ! si l’Olivier est effectivement lui aussi un capitaliste, tirons l’échelle et occupons-nous de notre jardin.

       


    • Bernard Dugué Bernard Dugué 30 juin 2008 16:08

      Jean Michel, je te savais poètes à tes heures mais pourquoi nous imposes-tu à chaque fois ce curieux poème en HTLM ? Un effet à la Warhol, la multiplication à l’infini ?
      A part ça en effet, comme tu le dis, autant cultiver son jardin et c’est ce que je vais faire, aller arroser mes géraniums, au moins ça donne des fleurs, ou des fruits pour les hibiscus. Avec les végétaux, ce qu’on sème avec soin produit des fruits et de belles plantes, c’est pas comme avec la politique
      Tiens justement, j’écoutais hier sur FI FOB parler de sa passion pour les oliviers, enfin, un qui a tout compris


    • Bernard Dugué Bernard Dugué 30 juin 2008 16:09

      Encore un lapsus, c’est FOG et pas FOB qu’il faillait,
      à croire que je suis en plein fog


    • Mathias Delfe Mathias Delfe 30 juin 2008 17:38

      J’ai un placard HTML dès que j’importe un texte depuis Word (ce qui n’est pas le cas ici, en direct live).
      Lorsque je rédige un billet, je peux passer en mode "simple" (qui n’est pas si simple, d’ailleurs, car dès que je réimporte du texte les ennuis recommencent), mais pas pour un commentaire (ou alors la touche est bien planquée). A mon avis, c’est un coup de la CIA pour me décourager.


    • Traroth Traroth 1er juillet 2008 11:13

      Je ne vous pensais pas aussi à gauche...


    • Jimd Jimd 30 juin 2008 12:37

      Merci pour cet article.

      <<Et puis pourquoi être anticapitaliste à notre époque ? Avec quelle alternative ? La presse laissera ces interrogations, ce qui se comprend puisque c’est ce nouveau parti qui doit réfléchir sur ces questions.>>

      C’est exactement ka question que je me suis pose ...

      j’apprecie certains cote d’O Besancot, amis je ne comprend pas la construction intellectuelle ’en opposition’.

      ’anti capitaliste’ pourquoi pas (meme si ce n’est pas mon idee) ... mais je pense que une fois ennonce cela, il est essentiel de se definir en ’pro’ en ’pour’ , expliquer ce que l’on met a la place, et cela tres concretement.

      Le capitalisme rempli tellement notre systeme politique que la seule alternative anti capitaliste n’est elle pas la planification centrale ? dans ce cas il va falloir du boulot pour nous exopliquer comment cela peut marcher.

      tout autre voie que la planification me semble etre en partie capitaliste et donc difficilement conciliable avec la doctrine de base de ce courant... mais peut etre me trompe-je...

       

       


      • Marc Viot idoine 30 juin 2008 12:55

        Le capitalisme est basé sur l’appropriation ou plutôt sur le fait que certains individus puissent utiliser la propriété pour exercer un contrôle sur ce qui les entoure.

        Mais ce n’est pas vraiment le capitalisme qui est nocif, plutôt le fait que le point de vue "capitaliste" soit mis en avant dans un système dont les variables/mécanismes de pilotage sont beaucoup plus étendus que ceux utilisées dans le capitalisme.

        Aussi est-il utile de favoriser la mise en place de modèles "anti-capitaliste" qui vont permettre de le réguler.

        Un peu comme une onde opposée annule l’effet d’une autre.


      • Jimd Jimd 30 juin 2008 13:41

        Merci idoine

        deux remarques

        <<Le capitalisme est basé sur l’appropriation ou plutôt sur le fait que certains individus puissent utiliser la propriété pour exercer un contrôle sur ce qui les entoure.>>

        je ne pense pas, le capitalisme repose aussi sur l’esprit d’entreprise qui fait que je peux demain creer une societe et produire a partior d’une idee.

        L’appropriation me semble plus le fait d’une societe collectiviste.

        <<Aussi est-il utile de favoriser la mise en place de modèles "anti-capitaliste" qui vont permettre de le réguler.>>

        c’est un paradoxe alors. dans ce cas il faut supprimer le capitalisme. soit on est anti et on rejette tout pour faire autre chose, soit on admet une forme de capitalisme et on essaye de mettre en place des gardes fou ce qui est plus la demarche du PS. je pense que Besancenot ne s’inscrit pas dans cette optique.


      • kolymine 30 juin 2008 22:57

        grosse foutais, l’appropriation es bien la base du capitalisme et pas du collectivisme !!!!!
        eh quoi le collectif s’appropriant ce que le collectif à crée ? ou un individu s’appropriant ce que le collectif à créer.

        la spoliation es part integrante du capitalisme c’est sa mamelle principale.


      • manusan 30 juin 2008 12:41

        l’extrême gauche traine 2 boulets, son histoire au XX siècle et ses multiples divisions, d’où le but du NPA. Ceci dit, s’il voit le jour, j’imagine un bordel monstre à l’intérieur, pire que les verts.


        • kolymine 30 juin 2008 22:58

          ou peut etre que le boulet unique que traine la gauche revolutionnaire, c’est les boulets comme vous :) ?


        • morice morice 30 juin 2008 13:05

           aucun.


          • Traroth Traroth 1er juillet 2008 11:15

            Calmos ou "ce n’est pas parce qu’on n’a rien à dire et que tout le monde le sait qu’il faut fermer sa gueule"...


          • mikaboom 30 juin 2008 13:14

             Ce qui est évident - outre que ce parti soit une exclusivité française - c’est que personne ne n’est inquiété ou ému de voir le facteur de Neuilly fricoter avec les terroristes d’Action Directe.

            Ce pays est desesperant et il mérite de se tiers-mondiser encore et encore.


            • wangpi wangpi 30 juin 2008 13:41

              si, si, votre ami j.f copé s’en est ému... l’occasion était trop belle...

              d’ailleurs, rencontrer rouillan (en public), est une "erreur" bien pratique pour besançenot et ses alliés objectifs de l’oligarchie politique : d’un côté, on agite l’épouventail du terrorisme, et de l’autre, on montre bien que l’on ne cherche pas à faire plus de 20%...

              cqfd.


            • mikaboom 30 juin 2008 13:54

               Copé n’est pas mon ami et Besancenot est l’ennemi de mes libertés.


            • kolymine 30 juin 2008 22:59

              oh oui la liberté de vous faire voler.. Tres importante celle là
              un peu de vaseline peut etre ?


            • Voltaire Voltaire 30 juin 2008 13:24

              L’article pose de bonnes questions.

              Au delà de la popularité médiatique indéniable de Mr Besancenot, deux ecueuils attendent le nouveaux chantre de l’antilibéralisme :

              - définir son action politique. Traditionnellement, la LCR était "révolutionnaire", et donc en dehors du système. Cette attitude est confortable pour critiquer, mais faute de proposer une alternative de gouvernement (ou alors juste un tout ou rien), se révèle peu payante en terme électoral. Transformer le NPA en parti de gouvernement, ou en tout cas en allié potentiel, représente un danger évident : celui de se faire assimiler aux autres partis politiques traditionnels,puis marginaliser. C’est ce qui se produit avec tous les partis minoritaires (PC, Verts, PRG, NC...). Dans le cas contraire, le NPA se heurtera à deux éléments contradictoires : la difficulté d’avoir des élus sans alliés (il suffit de voir les difficultés du MoDem actuellement, pourtant situé dans un créneau politique autrement plus consensuel pour les électeurs, et qui ne parvient à garder son indépendance que par la seule volonté et popularité de François Bayrou), et le reproche de ceux qui l’accuseront de ne pas vouloir se salir les mains dans la gestion des affaires publiques (la critique est aisée, l’art difficile...).

              - définir une nouvelle vision politique. La LCR était conçue pour défendre un idéal révolutionnaire communiste, idéal devenu désuet. Le NPA se situe sur une ligne actuellement floue, jouant de la popularité de l’antilibéralisme/anti-américanisme en France, sans pour cela définir un projet de société viable. Il lui faudra bâtir rapidement du concret, faute de quoi il risque de dévier vers un projet de société idéale illusoire, à l’image des premiers écologistes ou altermondialistes.

              Selon moi, bien que le sentier soit étroit, le NPA n’a pas d’autres alternatives que d’accepter de jouer le jeu des élections par alliances au niveau municipal. Les conseillers municipaux sont les élus les moins "politisés" aux yeux des électeurs, et des accords à ce niveau entre NPA et d’autres formations de gauche aurait un sens. Aux autres élections, le NPA devra sans doute se présenter de façon totalement indépendante pour demeurer crédible, même au prix d’un faible nombre d’élus au final. Quant à sa doctrine, le défi est de taille mais il existe en France un espace pour un parti anti-libéral altermondialiste, pourvu que celui-ci cesse de se référer au communisme. Mais cela exigera une remise en question profonde de bien ses leaders historiques.

              Il est frappant de constater combien la situation du NPA est similaire à celle du MoDem : leaders populaires, projets en phase avec la société, difficulté de percer le système bipolaire mis en place par l’UMP et le PS. La différence principale est que Olivier Besancenot ne sera jamais président de la république, tandis que François Bayrou conserve ses chances. Cela a une influence directe sur la façon dont leur parti respectif peut fonctionner. La chance du NPA est la déliquescence des syndicats en France. En foncalisant ses actions et propositions sur ce terrain concret, le NPA pourra apparaitre, sinon comme un parti de gouvernement ou une alternative politique crédible, au moins comme un parti nécessaire à la démocratie et à la défense des faibles. Cela ne serait pas si mal.


              • Bernard Dugué Bernard Dugué 30 juin 2008 16:02

                Je n’irai pas à comparer le Modem et le NPA, sauf à voir dans ces deux nouveaux partis, et je l’ai explicité dans le billet, une place vacante lié aux lignes qui bougent et traduisant un ras le bol. Au Modem, ils en ont marre du bipartisme, au NPA, ils en ont marre de cette gauche mollassonne face aux enjeux sociaux qui eux, sont très... très lourd en vérité. A tout prendre, il vaut mieux le NPA que rien. C’est comme l’Eglise et ses curés, on a beau dire que les curés, ça ne rend pas plus sociaux et moraux les gens qui vont prier mais sans eux, ça serait peut être pire


              • ideesagauche 30 juin 2008 13:36

                Quelle est la stratégie de besancenot ?

                Venez parler sur un nouveau blog consacré aux idées de gauche

                http://ideesagauche.over-blog.com/

                 


                • tvargentine.com lerma 30 juin 2008 14:09

                  Ce parti populiste va ramener la gauche vers le plus bas possible depuis G Marchais et la rupture de l’union de la gauche de 1977

                  En plus,il semble que d’anciens assassins terroristes d’action directe viennent rejoindre ce parti populiste digne d’un parti d’opposition de l’Algérie ou la contestation est tellement stérile que le choix n’existe plus

                  Le PS reste responsable de cette situation et quand vous regardez bien la lecture du journal "Capital" sur l’argent publique dépensé dans des folies ou des détournements de fond public par des présidents de Régions "socialistes",soyons certain que Nicolas Sarkozy n’a rien à craindre en 2012 et peut etre aussi en 2017 !

                  C’est vraiment triste 


                  • manusan 30 juin 2008 14:13

                    "C’est vraiment triste"

                    Hein !!! Lerma voterait il à gauche ???


                  • Traroth Traroth 1er juillet 2008 11:54

                    Seulement la gauche de droite...


                  • maxim maxim 30 juin 2008 15:07

                    l’avenir pour Besancenot ?..

                    une paisible retraite de fonctionnaire des Postes ,ou un coup de fusil venu d’on ne sais où par un tireur embusqué ,ou un regrettable accident de la voie publique provoqué par un automobiliste ayant pris la fuite ,et où il n’y a pas eu de temoins ....
                    une affaire de corruption ou de moeurs sortie au bon moment ..
                    une crise cardiaque soudaine à son domicile alors que rien ne l’aurait laissé supposer .....
                    des liens avec une entreprise terroriste ou un état voyou qui pourraient mettre en péril notre démocratie ....
                    un sale gamin qui fout un bâton dans les rayons de la mobylette de service occasionnant de ce fait une terrible chute de notre facteur ,ce dernier risquant l’invalidité permanente étant donné la gravité de ses blessures ...

                    ou bien encore pire une maladie orpheline " l’Anussodontie" c’est à dire des dents poussant autour de l’anus ,et détruisant les pantalons ,les sièges ,chaises et fauteuils ,ainsi que la selle de la mobylette de service de la Poste ,le cas de monsieur le preposé Besancenot mettant en peril les finances du bureau postal qui l’emploie ,étant donné qu’il faut remplacer quotidiennement ,selle ,pantalon d’uniforme ,slip ou caleçon ,d’autant plus que le grincement des dents si mal placées indispose clientèle et collègues ....
                    et puis vous voyez un peu à la prochaine campagne éléctorale " Besancenot ,le seul candidat qui a des dents au cul et qui bouffe la paille des chaises ! "

                    peut être un avenir au cirque comme phénomène ?


                    • Parpaillot Parpaillot 30 juin 2008 15:24

                      @ Bernard Dugué :

                      La canicule a-t-elle frappé Bordeaux ??? Car vous écrivez :

                      " ... alors qu’Olivier Besancenot a réuni un millier de participants pour annoncer la création d’un nouveau parti capitaliste.

                      CAPITALISTE ... ??? Vraiment ? a-t-il viré de bord ??? 

                      Quant à la question en titre de votre article :

                      Quel avenir pour Besancenot et le NPA ? On peut répondre : Aucun, car l’utopie n’a aucun avenir ...

                      Bien à vous !



                      • Bernard Dugué Bernard Dugué 30 juin 2008 15:56

                        Un lapsus de plus, en effet,
                        Je dois être perturbé par le palmier que j’ai essayé de transplanter depuis le jardin de mon amie,
                        pour le mettre dans un pot sur mon balcon
                        je crains qu’il ne crève bientôt, à moins d’avoir la main verte.
                        Il y a t il des palmogues sur Avox ?


                      • Le péripate Le péripate 30 juin 2008 16:57

                        Mettre dans un pot en ce moment ! Il aurait fallu attendre le repos de la végétation ! Mais, si c’est fait, arroser abondamment, tout en maintenant bien drainé, ne pas exposer à la chaleur, et peut-être raccourcir les feuilles, afin de diminuer l’évaporation.... et, prier.


                      • Bernard Dugué Bernard Dugué 30 juin 2008 17:59

                        Merci, ces conseils sont ceux que j’attendais d’un connaisseur,
                        En fait, j’ai juste voulu essayer sur un petit modèle, 30 cm de haut, mais déjà pas facile à déterrer. Si ça rate, il y en a un deuxième de cette taille pour octobre et je tenterai peut-être le gros calibre, il y en a un superbe de 1 m 50 de haut, avec un tronc à la base de 20 cm de diamètre. Je crains que la motte risque de poser 30 à 40 kilos, quatre étages à pied, ça va faire de l’exercice.


                      • A. Nonyme Trash Titi 30 juin 2008 16:40

                        Oui, personnellement, je lui vois un immense avenir à Besancenot... A CUBA !


                        • Le péripate Le péripate 30 juin 2008 16:49

                          Que les fascistes soient à droite, et les neo-communistes à gauche me paraît une idée criticable, tant ils me semblent "ailleurs". Mais même si Besancenot à une tête sympa, il aura toutes les peines du monde à réunir sous un même drapeau toutes les chapelles sectaires de l’anticapitalisme, dont on se demande quel pourrait être le programme. Mais si ça peut libérer la gauche de ce boulet nostalgique d’un paradis qui n’a jamais existé, alors, bon vent.....


                          • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 30 juin 2008 16:55

                            Merci Bernard : cette lecture du l’esthétique passéiste de l’anti-capitalisme d’un Besancenot qui lui-même n’a aucune chance et nulle intention de parvenir au pourvoir (si ce n’est en un éclair à la faveur d’un chaos social dont il n’aurait aucune chance de se sortir) sauf à s’agréger à une gauche gestionnaire (ce qu’il n’exclut pas tout a fait) est percutante.
                            D’ autant plus qu’elle s’appuie sur le brillante analyse de Peter Sloterdijk dont je vais m’empresser de commander le dernier ouvrage.
                            Bonnes et studieuses vacances


                            • Bernard Dugué Bernard Dugué 30 juin 2008 18:02

                              Merci Sylvain pour avoir apprécié ce billet,
                              j’avoue être également tenté par le dernier opus de Sloterdijk, que j’ai feuilleté chez Mollat, j’aime ce philosophe qui est agréalble à lire et écrit bien (à ce que laisse penser la traduction)
                              bonnes lectures et bon repos à toi


                            • vivelecentre 30 juin 2008 17:05

                              ce n’est pas du tout chocquant de voir Besancenot discuter avec Rouillon

                              Besancenot, c’est la LCR
                              Ligue communiste revolutionaire

                              Et une revolution communiste , cela ne prend pas de gants avec les anciennes classes dominantes

                              Le sort des patrons dans ce cas de figure est reglé d’avance

                              Cela n’empeche pas une partie des français de trouver le "jeune" "facteur" eminament sympathique.....


                              • takakroar 30 juin 2008 17:18

                                Je sens qu’on va tout faire tourner autour de "l’ancien terroriste" et dans un deuxième temps ce sont tous ceux qui se retrouvent dans les idées de Besancenot qui vont être soupçonnés d’idées terroristes.

                                N’y-a-il jamais eu de personnages traînant des casseroles au moins aussi lourdes dans l’environnement de nos gouvernants, des Bousquet, des Papon, par exemple ou des casseroles d’une autre nature, même s’ils n’ont jamais été jugé,s ou comdamnés. Et dans les autres partis, il n’y aurait que des casiers judiciaires vierges ?

                                On en voit même, ces temps-ci, qui après avoir été condamné pour abus de bien public, se voient remettre la légion d’honneur.

                                Alors pourquoi détourner le débat avec çà. Que tant de gens se retrouvent dans les idées de Besancenot, çà suppose quand même une autre approche du problème, non ?


                                • Gzorg 30 juin 2008 17:20

                                  Bonjour Mr Dugué

                                  Comme d’habitude votre article est complet et l’analyse intéressante.
                                  cependant vous oubliez deux composantes qui me semble pou tant très importantes pour l’avenir du paysage politique Français, ces deux choses que vous ne faites pas rentrer dans votre équation , c’est :

                                  1°) l’avenir du Front National
                                  2°) La position de la gauche face à l’immigration.

                                  Pour le premier point , je ne suis pas devin , mais je trouve que les journalistes et les analystes vont un peu vite en besogne quand ils enterrent le Front National.

                                  Certe le Front National de JMLP est mort, il ne reste plus qu’a débrancher l’oxygène pour que les deux s’en aillent.
                                  Ok, mais le FN a aussi des successeurs , des héritiers qui si ils jouent "fin" peuvent aussi rebondir sur l’échec de plus en plus pattant du Sarkozysme...
                                  C’est un rebond qui pourrait ressembler à un scénario à la Fini en Italie, ou même pourquoi pas un nationalisme à la sauce social (et lui aussi anti-libérale), je ne souhaite pas spécialement l’un ou l’autre mais comme les lignes sont en train de bouger à tout va en ce moment, il conviendrais peut être d’observer ce qui se passe chez tout les partis sans considérer que la droite libérale en à forcement finie avec sa composante Nationale...

                                  Pour le deuxième point je m’interroge fortement...comme beaucoup je m’interroge sur le cas Besancenot, en gros : est il crédible ? A -t-il une véritable existence politique (autre que médiatique) ?
                                  et là aussi difficile de voir en lui le "FN" de la gauche, comme vous le dites vous même.
                                  Je me pose aussi des questions sur le traitement qui lui est réservé dans les médias , qui sont en France aux mains des puissances d’argent...
                                  Pourquoi lui déroulent-ils un tel "tapis rouge" ?
                                  Invité un coup chez la Ferrari , un autre coup chez Drucker...pour moi il y a anguille sous roche, car si c’était un vrais "révolutionnaire" il devrais normalement être frappé du même ostracisme que le FN...or ce n’est pas le cas !
                                  Alors pourquoi ?
                                  Est ce comme le dis A.Soral parce qu’il est un "idiot utile" du système capitaliste (comme le FN était lui même un idiot utile du PS) ?
                                  Est ce que ses positions "pro immigration" , lui qui voudrais ouvrir grand le territoire Français à tout les miséreux du monde, lui qui pense que la république est une horreur, que pourrait demander de plus les financiers de l’ultra libéralisme, une main d’œuvre ultra exploité à volonté permettant de maintenir une pression à la baisse sur le travail des employés et des salariés vivant aujourd’hui en France ?
                                  cela nous emmènes au deuxième point , que va faire la gauche classique face a ces positions irréalistes et contre productives ?

                                  S’associer avec bobo-besancenot ou va -t -elle enfin se décider à reconquérir l’électorat frontiste qu’elle a perdue ?

                                  J’imagine que cette vision des choses doit être dérangeante dans le conformisme ambiant qui règne partout...mais les plans boiteux du petit Sarkozy risquent de méchamment déraper contre la droite UMP classique...


                                  • kingofshifumi 1er juillet 2008 10:00

                                    Ah tiens ! Un soralien !

                                    En effet, on peut se demander légitimement si une attitude authentiquement anti-système entraîne la diabolisation. Je pense pour ma part que la diabolisation est bien un critère pour juger si quelqu’un met le système en danger ou pas. Pour le moment le PS attaque Besancenot, mais je ne pense pas qu’on puisse parler de diabolisation : être invité chez Drucker, avoir un débat seul à seul face à Attali, faire la une du Point, de l’Express, etc., avoir une page dans Gala (!), tous ces signes montrent bien que le système accueille Besancenot à bras ouverts. Alors : messie ou révolutionnaire en carton ?

                                    Et l’analyse de Gzorg sur le FN est juste, puisqu’il semble assez probable que les anciens FN déçus du sarkozysme se rabattent à nouveau sur le FN. Je pense qu’actuellement personne ne peut imaginer l’évolution de la politique jusqu’en 2012.


                                  • patroc 30 juin 2008 17:30

                                     Oui, quelques lapsus dans cet article... Quel plaisir ce serait quand même de voir Besancenot avec 20% !... Je crois qu’on rigolerait pas mal de la tronche de certains politiques (tous ?) au soir des résultats !... Quant à l’avenir du NPA, tout dépendra de l’évolution de notre société, mais actuellement c’est plutôt du tout bon vu la misère ambiante et la politique menée... Besancenot est jeune, plaît aux jeunes comme aux anciens, passe bien, percute bien et comme il le dit lui-même, le feu naît toujours d’une étincelle... Son côté anticapitaliste peut déplaire, mais existe t-il un capitalisme humain à défaut d’humanitaire (intéréssé donc, Kouchner nous le prouve par sa propre évolution !) ?... A suivre donc... et pourquoi pas ?... Pour un fois qu’on nous propose de penser autrement (çà devient tellement difficile !), c’est déjà pas si mal...


                                    • MaxAlain MaxAlain 30 juin 2008 17:32

                                      Les bases viennent d’être lancées.
                                      Annoncées comme formation sans tête, elle n’en sera pas moins sans tête de turc ! Cette formation de sensibilités extrêmes va accueillir dans ses rangs, un meurtrier notoire : Rouillan,
                                      (Ménigon, Rouillan et autre Cipriani) le "liberté conditionnelle" ancien illuminé et bras armé d’action directe, assassin de Georges Besse et du Général Audran. D’aucuns reconnaissent en cet ersatz d’homme le fait d’avoir purgé une peine. Mais, purge-t-on jamais une peine lorsque les victimes ne ressuscitent pas ? L’organisation révolutionnaire qui accueille de tels membres, présente tous les signes avant-coureurs d’un danger aussi important, sinon plus que le front national de JM Le Pen. La question posée est : comment un groupuscule de mauvaises consciences associées peut, en France, se prévaloir d’une étiquette politique ?

                                      Comment des voyous peuvent espérer dicter la morale sociale, politique voire, l’instruire, au pays qui, au nom de toutes les libertés, les laisse s’exprimer ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès