Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Rafrêchissement au Parti socialiste ?

Rafrêchissement au Parti socialiste ?

Retour sur la « petite phrase » de Georges Frêche et quelques précisions utiles.

Dans son site "Arrêt sur image", Daniel Schneidermann est visiblement un homme à chercher la petite bête. Et finalement, ce n’est pas plus mal pour être bien informé.
 
Toujours soupçonneux face à des "buzz", le journaliste a en effet voulu mieux comprendre, ces deux derniers jours, l’origine de la dernière "affaire Frêche" qui n’aurait jamais dû en être une.
 
Je ne reviens pas sur le fond : il paraît assez insensé de prendre la petite phrase du président sortant du Conseil régional du Languedoc-Roussillon comme une attaque antisémite contre Laurent Fabius qui l’avait, deux jours auparavant, provoqué.
 
Parler de « tronche pas catholique », certes, ce n’est pas une déclaration d’amour, mais cela ne peut pas vraiment être taxé d’antisémitisme d’autant plus que ces mots ont été adressés à un catholique vaguement agnostique dont les parents se sont convertis. C’est une expression que j’ai déjà entendue à de nombreuses occasions sans lien avec son sens propre et religieux et il est bien possible que je l’eusse également prononcée dans ma jeunesse au même titre que j’ai dû aussi utiliser l’expression "pas très orthodoxe".
 
Cette phrase aurait dû être contestée non pour son inexistant antisémitisme mais surtout pour son impolitesse et sa malveillance. En gros, il ne s’agit pas de religion mais plutôt de "délit de sale gueule". Bref, la tête de Laurent Fabius ne lui revient pas parce que ce doit être réciproque. Bonjour le niveau de l’argumentation politique. Vive le débat électoral !
 
Je ne reviens pas non plus sur l’extraordinaire division du Parti socialiste, sur la bienveillance tacite de Ségolène Royal envers l’un de ses plus fermes soutiens (la fédération du PS de l’Hérault est très importante) ni sur la tentative de récupération de cette fédération par le siège national (en excluant éventuellement les indélicats).
 
Je veux juste rappeler la citation exacte qu’on pourra retrouver dans l’enregistrement sonore mis en ligne par le site "Montpellier Journal" (à la retranscription très incertaine des formes conditionnelles, reprise sans aucune correction par des journalistes !), enregistrement cité par Rue89 dès le 28 janvier 2010.
 
Voici la citation exacte de Georges Frêche : « Huchon, ça c’est du solide. Moi, je serais à Paris, je voterais Huchon. Si j’étais en Haute-Normandie, je ne sais pas si je voterais Fabius. Je m’interrogerais. Ce mec me pose problème. Il a une tronche pas catholique. ça ne fait rien mais peut-être que je voterais pour lui, mais j’y réfléchirais à deux fois. Notez là-haut, je vous fais une puce ! ». Il répondait donc à Laurent Fabius qui affirmait deux jours avant sur France 5 qu’il ne serait pas sûr de voter pour Georges Frêche s’il était électeur du Languedoc-Roussillon.
 
Le contexte, c’était la réunion du conseil d’agglomération de Montpellier du 22 décembre 2009 qu’il a présidée. La maire de Montpellier, Hélène Mandroux, désormais tête de file des socialistes pour les élections régionales dans sa région après le retrait du soutien du PS à la candidature de Georges Frêche, y était bien entendu présente. Et, à l’époque, elle n’avait pas protesté contre de tels propos. Il y a parfois des réactions à retardement.
 
La dernière phrase citée était adressée aux journalistes locaux. "Puce" fait référence à la rubrique "La puce à l’oreille" du "Midi Libre" et signifie une brève, un "confidentiel" comme en raffolent les médias. Ces petites indiscrétions qui pimentent la langue de bois prévisible du discours politique.
 
Georges Frêche est un provocateur et donc, il aide de façon assez grossière les journalistes à faire parler de lui. Mais sans doute n’imaginait-il pas son procès en antisémitisme puisqu’il a dû écrire ensuite à Laurent Fabius un courrier en précisant que « l’expression que j’ai utilisée n’a pas de connotation religieuse ».
 
Dans un communiqué le 28 janvier 2010, il exprimait son étonnement : « Interrogé sur le non-soutien de Laurent Fabius à mon endroit, j’ai répondu par une expression populaire utilisée par tous les Français depuis des siècles. (…) [Ma phrase] exprime le manque de confiance que j’ai à son égard depuis le congrès de Rennes de 1990 et pas autre chose. (…) À Paris, se servir de mes propos, les déformer à dessein, devient la principale occupation de certains dirigeants en panne d’idées. C’est devenu un sport national que de taper sur Georges Frêche. Les habitants du Languedoc-Roussillon qui me connaissent savent combien cette caricature, qui vire à la chasse à l’homme, est dérisoire. Comme le dit le dicton populaire hérité de Voltaire : "Gardez-moi de mes amis, quant à mes ennemis, je m’en charge". ».
 
L’origine de ce procès, c’est un article de "L’Express" du 27 janvier 2010 qui a su utiliser la "puce" et qui rappelait, après la citation incriminée, que « issu d’une famille juive, Laurent Fabius a été élevé dans la religion catholique. Il se définit aujourd’hui comme "agnostique" et "laïque dans l’âme", tout en reconnaissant : "L’opinion me considère comme juif. (…) Dès lors, je laisse dire, j’assume, et même je revendique". Sollicité par "L’Express", il n’a pas souhaité réagir aux propos de Georges Frêche. ».
 
Finalement, Laurent Fabius a réagi, bien après le début de la polémique, en confirmant faussement et tardivement que la petite phrase de Georges Frêche avait « bien évidemment un caractère antisémite »
 
Dans son éditorial du 1erfévrier 2010, Daniel Schneidermann se demandait pourquoi le PS a réagi de façon si disproportionnée pour cette petite phrase alors que Georges Frêche avait sorti des propos plus contestables dans le passé. Il se risquait à une interprétation peut-être fort pertinente : « Trop c’est trop. Pourquoi maintenant ? Sans trop de risque, je pressens que beaucoup d’entre vous tireront la conclusion suivante : "les harkis et les Noirs, passe encore, on a le droit de rire ; mais pas les Juifs, et surtout pas Fabius". Rien n’indique qu’ils aient tort. ».
 
Dans un tel contexte si dégradé de la vie politique, je ne vois qu’un seul parti capable de vraiment tirer son épingle du jeu en Languedoc-Roussillon… et c’est fort regrettable.
 
 
 
Sylvain Rakotoarison (2 février 2010)
 
 
Pour aller plus loin :
 
 
 
 
 
 
 

Documents joints à cet article

Rafrêchissement au Parti socialiste ?

Moyenne des avis sur cet article :  3.07/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • COLONEL KURTZ 2 février 2010 21:43

    Il serait intéressant de connaitre la réaction de la communauté Juive du Languedoc-roussillon parce que cette affaire me parait trés Parisianiste...


    • Axel de Saint Mauxe Nico 2 février 2010 22:11

      Merci pour cet article, éclaircissant enfin ma lanterne....

      Encore de la manipulation, avec des phrases sorties de leur contexte.


      • brieli67 2 février 2010 23:06

        Une contribution très récente mi-ange mi-démon manque à l’appel

        et l’ensemble des commentaires...
        http://rakotoarison.over-blog.com/a...
        http://www.agoravox.fr/auteur/sylva...

        On nous dit rien : on ne sait pas tout.


        • COLONEL KURTZ 2 février 2010 23:52
          Dimanche 31 janvier, la charmante Cécile Duflot, secrétaire nationale des Verts, est l’invitée de l’émission politique d’Itélévision, la chaîne d’info de Canal+. Une grande partie de l’émission est consacrée aux récents propos de Georges Frêche (sur Laurent Fabius) et, à la nouvelle donne politique en Languedoc Roussillon, puisque c’est dorénavant le maire de Montpellier, Hélène Mandroux, qui conduira la liste PS, pour les élections régionales. Cécile Duflot est très, très remontée. Je résume : elle explique que la liste d’Europe écologie doit se maintenir dans cette région et elle soutient que les socialistes auraient dû depuis longtemps se débarrasser de Georges Frêche, qu’elle compare à un Le Pen (de gauche). Bref, les socialistes auraient dû faire le ménage.
           
          Etonnante Cécile Duflot. Il est toujours commode et paradoxal de demander aux autres de faire le ménage, lorsqu’on oublie de le faire soi-même. Je veux parler de la sénatrice Alima Boumediene-Thiery.
           
          Je m’explique : le samedi 12 décembre 2009, à l’université Paris I Sorbonne, s’était tenue une conférence organisée par le mouvement des Indigènes de la République, dont vous n’ignorez pas l’activisme, en présence de Ali Fayad, membre du bureau politique du Hezbollah et député au Parlement libanais, ainsi que de Nadine Rosa Rosso, initiatrice de l’appel pour le retrait du Hamas de la liste européenne des organisations terroristes du Moyen-Orient. Or, Alima Boumedienne-Thierry, sénatrice des Verts était inscrite à cette conférence et elle a pris la parole.
           
          Il y a une contradiction flagrante entre ce que vous reprochez aux socialistes et la participation de cette sénatrice (appartenant à votre formation politique), à une telle conférence, dont l’objectif politique était de défendre des mouvements terroristes. Sa présence, en compagnie d’un représentant officiel du Hezbollah est une honte et un scandale.
          Ferez-vous le ménage, Cécile ?
           
          Marc Knobel

          • jmv59 3 février 2010 03:30

            Peut-être faut-il rappeler l’historique des dérapages de Frèche et des réactions du PS.
            Premier dérapage : les harkis sous hommes, le PS supend Georges Frèche (ta défense est habile et peut-être crédible mais nous te signalons que nous n’apprécions pas)
            Deuxième dérapage : l’abondance de blacks dans l’équipe nationale de foot, le PS exclut Georges Frèche (nous t’avions prévenu, désormais tu sors)
            Troisième dérapage : la figure peu catholique, le PS ne le tolère même plus comme un proche et le range parmi ses adversaires
            Quoi de plus normal ? La gradation me semble respectueuse des arguments avancés par Frèche tout en lui signalant que le PS n’était pas dupe de la réalité de son populisme. Restent à déciller les adhérents et les électeurs de Frèche puisque qui dit populisme dit partisans pasionnés. Ce ne sera pas facile, mais refuser cette épreuve parce qu’elle est difficile, ne serait-ce pas accepter le clientélisme ? 


            • sourgentin 3 février 2010 06:23

              solfèrino et le comité central de me aubry veut mettre au pas ses adhérents pour donner une image « dame de fer » qui va s’attirer les foudres , la preuve dans ma famille on vote SÈGOLÈNE ROYAL ceux qui vivent dans sa région voterons pour elle les autres contre AURY , comme aux européennes , pour Europe écologie , bravo Martine !


              • Michel Frontère Michel Frontère 3 février 2010 09:38

                Ce n’est vraiment qu’une polémique parisienne à usage des médias, ici, en Languedoc-Roussillon, la phrase de Frêche était passée inaperçue car anecdotique.

                Il s’agit d’une manipulation des Verts - pro-Hezbollah - qui reprochent à Georges Frêche son amitié pour Israël, eux-mêmes n’ayant qu’un objectif : importer en France le conflit israélo-palestinien quitte à mettre le feu dans les banlieues.

                Totalement irresponsable !


                • Menouar ben Yahya 3 février 2010 14:55

                  Polémique parisienne, manip des verts-pro-Hezbollah, et pourquoi pas, manip socialiste pro-palestine...il faudrait demander son avis non à Fabius qui lui dit que l’allusion de Frêche était anti-sémite mais à BHL, Adler et co qui eux ne cherchent vraiment pas à importer le conflit israélo-palestinien ici. Ne mettons pas d’anti-sémitisme là ou il n’y a pas lieu, vous dites vous mêmes que c’est du parisianisme, restons en là !


                • La sentinelle La sentinelle 3 février 2010 10:36

                  Bonjour

                  Ah, la nouvelle tendance bien ancrée désormais qui consiste à utiliser les raccourcis et autres sophismes pour stigmatiser l’expression.

                  Cette nouvelle forme de dictature qui consiste à formater les modes de pensées et installe le politiquement correct comme une évidence.

                  Une personne prononce ou fait allusion au mot « Juif » et immédiatement, elle est stigmatisée et portera désormais la marque indélébile de « rejeton du III Reich ». .....Ho la, doucement, cette forme de manichéisme est en elle même un excès dangereux et une forme même de racisme par l’exclusion.

                  Je m’explique ; Je prononce le mot « Juif » , donc je suis antisémite, donc je prône l’extermination totale du peuple Juif. Je prononce le mot « Musulman’ », donc je suis raciste et je suis pour le renvoi de tous les musulmans de France.

                  Doucement, n’y a t’il pas un raccourci dangereux pour la Liberté d’expression dans ce mode de réflexion ?

                  Je n’aime pas Laurent Fabius , suis je Antisémite ? Vais je passer du côté obscur , avoir une tendance à lever le bras droit pour saluer mes collègues de bureau et voir soudain sur mes cols de vestes apparaitre 2 runes noires semblables et côtes à côtes ?

                  Qu’est ce donc que cet angélisme à outrance qui consiste à dire que parce l’on est issu d’une minorité, on est obligatoirement sans défaut et une petite chose fragile à protéger ? Et si jamais quelqu’un ose dénoncer un travers, « Qu’il soit immédiatement vilipendé en place publique, démis de ses fonctions et rejeté à jamais du clan des humains ».

                  Quand le Président Chirac suppose d’une personne quelle n’est pas originaire du terroir dont il se réclame, pense t’il « Il faut renvoyer tous ces étrangers dans leurs pays » ?

                  Quand Georges Frèche fait allusion au fait que Laurent Fabius « n’est pas Caholique », notez d’ailleurs qu’il ne prononce pas le mot juif, pense t’il « Il faut tous les exterminer » ?

                  Ce matin, j’ai encore pesté contre mon mécanicien parce la voiture qu’il me promet depuis 3 jours n’est toujours pas prête Ai je en cela prôné « l’extermination complète des mécaniciens ? »

                  Mince, j’espère qu’il n’est pas Juif ou Musulman ou Bouddhiste , parce que des gens m’ont vu et entendu, je risque gros .....Pourvu qu’il soit Français depuis 20 générations et bon Chrétien, parce que ça, on peut.

                  Vigilance.

                   


                  • Massaliote 3 février 2010 13:32

                    « Pourvu qu’il soit Français depuis 20 générations et bon Chrétien, parce que ça, on peut. » Justement, non, on ne peut pas. Pas en France. Et le Conducator et ses merdias n’en veulent pas.


                  • PtitLudo PtitLudo 3 février 2010 12:12

                    Contre-feu allumé à dessein suite au jugement de l’affaire Clearstream.

                    On a l’habitude maintenant de ces buzz médiatiques organisés pour masquer tel ou tel fait bien embarassant pour le pouvoir (se rappeler la divulgation de la relation sarkozy-bruni le jour du départ de Khadafi suite à son séjour catastrophique en France).

                    Ici la phrase a été prononcée le 22/12, nul doute que cela était gardé sous le coude pour utilisation en temps utile.


                    • miwari miwari 3 février 2010 12:53

                      Ce qu’il faut en retenir de cette affaire c’est que si la personne a qui vous vous adressez est juif, faites très attention aux mots prononcés même s’ils sont flatteurs, il suffit d’un quipropro pour que vous soyez catalogué antisémite, tare qui signifie la mort pour un homme politique, ce sceau de l’infamie a était définitivement apposé sur le front de cet homme et plus rien ne le sauvera.

                      Ceci dis, je n’aime pas Frêche, cet homme est imbu de lui même qui prend ces électeurs pour des cons et il le clame haut et fort, malgré cela il y a des gens qui continu a voter pour lui, finalement il a raison 90% de ses électeurs sont vraiment cons et méritent de l’avoir.


                      • Frêche n’est pas plus antisémite que raciste : Frêche EST. Et pour l’être et le rester, tout est bon : démagogie, veulerie, flagornerie, vulgarité, grossièreté, mépris...

                        Frêche est à la politique ce que le film porno est au 7è Art.

                        Frêche n’est certes pas une exception ; il est tout ce dont on ne cessera jamais de désespérer pour peu que l’on ait un jour eu la naïveté de penser que des individus tels que lui n’avaient aucun avenir en politique.

                        Sinon...

                        A charge pour nous d’apprendre à désesperer la tête haute.

                        Mais ça, on sait faire !

                        Et c’est heureux.


                        • Massaliote 3 février 2010 13:39

                          Quand je pense que Frêche qui avait déclaré sa ville « zone d’ERETZ-ISRAËL » peut être taxé d’antisémitisme par Fabius ! De qui se moque t’on ? Vrai, il est le temps d’agir. :-<


                        • yvesduc 3 février 2010 20:12

                          Lire aussi « Une bronca médiatique « pas très catholique » contre Georges Frêche », par Mathias Reymond, sur Acrimed.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès