Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Ségolène Royal, socialiste à l’insu de son plein gré

Ségolène Royal, socialiste à l’insu de son plein gré

Si Royal n’existait pas, Fabius devrait l’inventer. L’ex-candidate, ex-compagne, ex-symbole de l’audace à la française, a avoué qu’elle n’avait jamais cru à son projet présidentiel. Elle aurait été un peu forcée de s’incliner à gauche, pour faire plaisir au parti. Juré, craché : on ne l’y reprendra plus.

Si on ne sait toujours pas pour qui Ségolène Royal a quitté François Hollande, et si l’identité de l’heureux « élu » ne nous intéresse pas vraiment, en revanche, la tournure que va prendre la carrière politique de Ségolène Royal s’affirme de jour en jour. La dame en blanc, redescendue de toutes les murailles, loin de la bravitude et des agneaux du Poitou, forte de deux défaites sévères aux récentes élections nationales, désire voir l’avenir du PS rapidement fixé. Elle souhaite que les militants se décident le plus vite possible, pour choisir leur nouveau ou leur nouvelle premier ou première secrétaire. Hollande, l’ex, ne l’entend pas de cette oreille et reste, lui, fixé sur ses calendes de 2008, rien avant. Sauf qu’en 2008, qui connaîtra encore madame Royal ? Elle sait bien que le temps ne joue pas pour elle, qu’il faut battre le fer tant qu’il est rose, et qu’elle présente aujourd’hui mieux que DSK. Elle sait bien que si elle a la moindre chance d’emporter le bout de gras, c’est maintenant, tout de suite. Le bluff peut encore fonctionner, l’esbroufe faire son œuvre. Le temps, lui, au fur et à mesure, ne laissera plus de place au doute, la candidate « révolutionnaire » apparaîtra petit à petit sous ses vrais traits, une coquille vide, qui a su manier l’imposture pendant de longs mois mais qui ne peut rien désormais pour empêcher le pot aux roses de se dévoiler.

La course contre la montre a commencé pour Ségolène, qui a choisi de se démarquer façon trois quarts de l’hémisphère sud des éléphants, encore eux, de son glorieux parti. Le smic à 1.500 euros ? C’était une idée de cet idéologue passéiste de Fabius, pas la sienne. La généralisation des 35 heures ? Idem, jamais elle n’aurait avancé de pareilles inepties incompatibles avec les réalités du monde actuel. Si Ségolène a dû chausser de telles bottes, c’est pour coller à ce fichu « projet socialiste » dont elle ne voulait pas, bien moins beau, bien moins convaincant que son « pacte présidentiel » à elle, dont les socialistes ne voulaient pas. Ségolène a été obligée de faire des concessions, et ce sont ces concessions qui l’ont perdue. Voilà sa version de son échec, pardon de sa « non -ictoire » du mois de mai dernier. Sans ce satané « projet » de gauche, et qui plus est socialiste, la zapatera poitevine serait aujourd’hui au Château, et c’est elle qui recevrait les chefs de parti, pas le leader rapido.

Au PS on s’étrangle, à l’extrême gauche on s’étouffe. Mélenchon parle de « provocation », Hollande, l’amoureux éconduit, s’il comprend Royal sur la question des 35 heures, pense surtout que le PS a commis des erreurs stratégiques sérieuses : "Nous avions fait d’abord un projet puis le choix du candidat. Tirons-en les leçons. Il faut faire l’inverse". Il reconnaît que Royal a toujours eu « une certaine distance » avec le projet socialiste, mais ne l’exonère pas pour autant : "Elle sous-estime peut-être un autre point. Il faut que dans une campagne, il y ait une cohérence plus forte entre ceux qui soutiennent et le ou la candidat(e)". Une cohérence plus forte, façon habile, courtoise et polie de signifier que le parti avait choisi la mauvaise candidate, celle qui justement n’avait aucune chance d’opérer cette cohérence. Besancennot, lui, voit dans le retournement de tailleur de Royal un « coup de pouce à Nicolas Sarkozy », qui n’en a pas vraiment besoin. « Pense-t-elle, comme Sarkozy, qu’il est possible de vivre avec moins de 1.500 euros ? Et qu’il faut travailler plus, pour être compétitifs... et pour que les profits du CAC 40 continuent à exploser ?! » s’interroge le facteur dubitatif.

Mais dans son style assez inimitable, Royal n’en est pas restée là, en réclamant une refonte « de fond en comble » du PS, dont les membres auraient selon elle besoin de parler autrement. Selon Royal, leur « charabia » technique est incompréhensible, il faut qu’ils s’expriment plus simplement, plus directement, arrêtent de parler de « motion », de « congrès », mots désuets dans la bouche de Ségolène, qui doit penser pis que pendre du terme « camarade » ! Ca va faire plaisir à Buffet, déjà froide. Cet aparté sur la dialectique du PS a fait là aussi réagir Hollande assez sèchement : ce ne sont que des mots, a déclaré le toujours premier secrétaire, précisant dans la foulée que ce qu’il était urgent de faire désormais, c’était... de la politique. Et là-dessus, Hollande tape juste : le principal défaut de son ex c’est qu’elle n’a jamais fait de politique, depuis qu’elle est candidate. La politique, l’art de communiquer et de convaincre, de comprendre et d’analyser, de composer et de proposer. Ségolène Royal ne sait pas ce que sait, en tout cas ne s’en est jamais servi. Elle s’en est débarrassé en prétextant que c’était l’ancien temps, loin du peuple, inintéressant. Elle n’a pas opté pour « la politique autrement » mais pour « autre chose que la politique », et elle s’y est maintenue, jusqu’au bout. Jusqu’après la chute.

Reçue par Nicolas Sarkozy, elle a péroré ensuite devant les journalistes qui lui demandaient de quoi ils avaient parlé : d’Europe, et rien que d’Europe, puisqu’elle l’avait décidé. Elle avait fixé un ordre du jour, et elle s’y est tenue. Toujours cette étrange manie de s’affirmer conductrice de l’attelage, celle qui tient les rênes, alors qu’il n’en est rien. Elle n’est pas présidente de la République, elle n’est pas premier secrétaire du PS, elle n’est pas présidente du groupe à l’Assemblée, elle ne s’est pas présentée aux législatives.

Qui est donc Ségolène Royal ? Un premier choix par défaut, une socialiste par défaut, une femme de gauche par défaut qui lors de la dernière campagne présidentielle a défendu un projet, des idées, auxquels elle ne croyait pas. C’est François Bayrou qui va tomber de son tracteur : il aurait, bien plus qu’elle, mérité d’être deuxième.


Moyenne des avis sur cet article :  4.37/5   (120 votes)




Réagissez à l'article

188 réactions à cet article    


  • christian 22 juin 2007 10:57

    Je ne pense pas que l’on puisse dire cela. Je pense que ses décarations sont stratégiques. On peut la traiter de dinde, il est évident que l’on a du mal à la suivre dans ses raisonnements. Ses prises de parole, n’ont-ils par pour but de déstabiliser le PS du moins (les éléphants) afin de conquérir plus facilement le pouvoir.Même Strauss khan n’était pas d’accord sur certians points (entre autre le smic à 1500€) et confirmation de Monsieur Hollande. Si en plus les leaders confirment cela ne la renforce t’elle pas dans ses positions. Je suis sincère avec vous, faites moi confiance. Cela me parait aujourd’hui plus sa stratégie.


    • Anto 22 juin 2007 11:06

      C’est justement ça qui lui est reproché. Al’instar de Sarkosy, SR s’est posé comme une rénnovatrice d’un monde politique sclérosé avec notemment ses jury citoyen, son « parler vrai », son « ordre juste », et toute ses autres formules alambiquée.

      Or elle ne cesse de montrer au gré de ses tentatives d’alliances et ses remises au pas, qu’elle est l’archétype de la polique politicienne mittérandienne. « Les promesses n’engagent que ceux qui y croient » hein ?

      "- On peut tromper mille fois, mille personnes... heu mille fois 1 personne, heu...

      - Prenez un chewing gum emile"


    • stephanemot stephanemot 22 juin 2007 11:17

      Parler de stratégie à propos de Ségolène Royal, c’est pousser le Besson un peu loin.

      Ce personnage ne parvient même pas à comprendre ce qu’il dit. Ségolène se fiche royalement du fond et ne s’intéresse qu’à la forme - elle s’est auto-persuadé de sa propre existence en scandant des mantras composées d’ineptitudes et de formules creuses mais agréables à écouter. Et elle n’arrive toujours pas à se sortir de sa transe. Inconsciement, elle doit sentir que le jour où elle quittera cet état de Candidatude elle disparaitra totalement.

      Si après ce qu’elle a dit vous n’êtes toujours pas capable de comprendre qu’elle n’est qu’une coquille vide, je ne vois pas ce qu’il vous faudra pour vous réveiller.


    • vachefolle vachefolle 22 juin 2007 11:48

      Dire au lendemain des elections que ses propositions etaient intenables et qu’elle n’y croyait pas. Il faut oser. Voila qui va reconcilier les francais avec la politique.

      Enfin si il y avait encore des gens qui ne savait pas que ROYAL n’est qu’une ambitieuse egocentrique, autoritaire et superficielle les choses sont claires. Son seul objectif , etre candidate en 2012. Peut importe le programme, le PS et la gauche.

      Elle veut son boulot de dans 5 ans..... Rennovez la gauche, Virez la !!!!


    • bob 22 juin 2007 12:38

      Oui,

      Il parait évident aux vues de tous les commentaires qu’ en politique, dire ce qu’on pense c’est suicidaire ...

      Beau pays ...

      Je ne sais pas si c’est pareil à l’értanger, mais ici c’est le royaume des faux semblants, des apparences, du copinage , de la comm quoi !!

      Moi des déclarations comme celles là j’en redemande !

      Que les gens en politique (et en société généralement ) soient plus sincères, jusqu’à aller dire qu’ils ont menti pour la bonne cause bien sûr ...

      Pour moi c’est un bon début .


    • bob 22 juin 2007 13:03

      Et NS c’est une coquile pleine ...

      Pleine de quoi au fait ?

       ;)


    • Anto 22 juin 2007 13:36

      lol bob.

      Elle nous a dit qu’elle n’avait pas hésité à mentir pendant la campagne ! faire son mea culpa quand les dés sont jetés, ce n’est pas du courage.

      Je vois plutot cela comme une façon de se dédouaner et de ne pas assumer ses paroles. De plus, le fait de dire aujourd’hui, qu’elle trouvait cette proposition farfelue n’engage qu’elle. Quel crédit peut on accorder à cette confession ? Rejeter la faute sur le PS et donc sur son ex, c’est trop facile. Cette déclaration qui vient juste après le refus de NS d’accorder un coup de pouce au SMIC est trop opportuniste pour etre honnete.


    • alala 22 juin 2007 14:25

      Bravo Bob d’essayer de defendre l’indefendable, il en faut.

      Son coup mediatique avait pour but de faire passer le msg que vous relayé.

      La ficele a beau etre grosse et les manipulations grossieres recurrentes, vous marchez a plein ...

      C vrai que c rafraichissant une personne qui vous regarde droit dans les yeux pour vous vendre des mesures auxquelles elle ne croit pas et que par consequent elle n’aurait sans doute pas appliquées au nom des contraintes liées aux realités de l’exercice du pouvoir ...

      Si Ségo en plus d’etre carrieriste, égocentrique et manipulatrice, avait etée dotée d’une grande intelligence et d’une grande lucidité, cela aurait pu etre tres dangereux. Heureusement que l’intelligence et la lucidité (et la finesse) lui font defaut ...


    • pol e-thik 22 juin 2007 17:23

      les intentions du rédacteur de l’article sont louables, mais négligeant la dimension stratégique inhérente à « tout » discours politique - pcq bon grè mal gré Ségolène Royal c’est imposée comme une figure politique « concrète » de notre république démocratique - il cède à la logique du racourci. Le propos politique n’a jamais été affaire de premier degré. Se livrer à une analyse d’un propos politique s’en en élargir le spectre didactique (quel est la finalité du propos ?. Autrement dit en cédant à la redondance de citations et à un traitement anecdotique, me parait une démarche vide de sens. On peut tout à fait discuter les enjeux de la démarche de S. R, encore faut-il ne pas les réduire à la portion congrue.


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 24 juin 2007 02:44

      @ Pol-ethik. Je crois que vous faites la même erreur que j’ai faite au départ : vous prêtez à Segolène un sens politique que les faits démentent tous les jours. J’annonçais le coup du berger mais le fou n’a pas bougé. Même à mi-campagne, je me suis convaincu que ses erreurs étaient de petits chefs-d’oeuvre de machiavelisme. J’ai finalement compris que je la cherchais à un deuxième degré inexistant. Son vide n’était pas un piège ; il était vide. Je viens donc battre ma coulpe. J’ai péché et été relapse. Confiteor, je dirai un rosaire.

      http://www.nouvellesociété.org/5148.html

      http://www.nouvellesociété.org/5156.html

      Pierre JC Allard


    • Anto 22 juin 2007 11:00

      Cette interview et sa sortie sur le SMIC m’ont consterné... d’autant plus que j’ai voté pour elle au second tour !

      Elle est... mesquine.


      • caramico 22 juin 2007 11:00

        Si Ségolène n’existait pas, Lilian devrait l’inventer :

        Quel formidable sujet d’inspiration !

        Il faut dire qu’elle fait tout pour ne pas se faire oublier.

        Que sa tactique soit payante ou pas, l’avenir nous le dira.

        L’avenir, cependant, je ne le vois pas en rose, surtout que je n’en pince pas du tout pour les vieux crabes à trompe, et si Ségolène se casse la gueule, c’est du Sarko assuré pour 10 ans.


        • biloo 22 juin 2007 15:13

          Qui est reellement SR ? on la decouvre au fur et a mesure, et en pensant a elle me visnt immediatement une reflection d’enfants « - c’est celui qui dit, qui y est ! » cette diabolisation de la droite n’avait d’autre but que de focalisé les français dans une autre direction que les programmes, les envoyer ailleurs,

          mais au fond il ne s’agit pour cette femme que d’atteindre le sommet en se posant defenseur des opprimé ( c’est un credot qui fait toujours recette !) pour etre de droite il faut de l’intelligence et un programme sans failles, un riche qui a fait des etudes, ne se laissera pas manipuler aussi facilement qu’un le quidam qui ne comprend deja rien a sa fiche de paye, quant il en a une !

          les grand gouroux exploitent les misereux, pas les polytechnitiens !

          et en regardant MAM et SR la difference saute immediatement au yeux, on a deux femmes, avec de hautes responsabilités,une qui gesticule et fait du vent !

          dommage que MAM ne soit pas de gauche, c’est a coups sur une personnalitée comme ça qu’il aurait fallut !


        • Icks PEY Icks PEY 22 juin 2007 11:03

          Excellent Lilian qui descend comme il convient l’illusion royaliste.

          Oh, il se trouvera bien des volontaires pour la défendre, la madone du Poitou. Mais quand même, quelle gifle ! Affirmer avec une candeur étonnante qu’elle s’est fait imposer un projet socialiste ! C’est finalement pire que Jospin qui avait dit que son projet ne l’était pas !

          Mais quelle est donc cette façon des dirigeants socialistes de refuser l’idée qu’ils le soient !!

          Cela témoignent de la rupture énorme qui existe entre les électeurs de gauche, socialistes et autres, et leurs dirigeants ou ceux qui les repréentent.

          Mais est-ce étonnant : à force d’entrendre MAUROY conseiller à ROYAL de dire aux militants ce qu’ils ont envie d’entendre, ce n’est pas surprenant de découvrir a posteriori que ce qu’elle a dit aux militants, ce n’était pas ce qu’elle pensait réellement !

          On touche du doigt ici toute la dimension marketing du produit ROYAL !

          Icks PEY


          • LE CHAT LE CHAT 22 juin 2007 11:22

            @icks pey

            j’attends avec impatience les commentaires de Sylvain Reboul , comment vas t il justifier l’indéfendable ?

            Bien à toi


          • perlin 24 juin 2007 00:54

            Je ne vois pas en quoi les commentaires de S. Reboul peuvent être attendus avec impatience. C’est un dogmatique comme beaucoup parmi les causeurs d’AV, peu importe ce qu’ils disent, les dogmatiques se gourrent toujours. Ils dépensent leur énergie à défendre avec le talent de l’esbrouffe et du bluff des points de vues qu’ils voudraient faire passer pour la vérité, tant ils ont peur du vide que cache leur vanité. Ha sacré Hegel, toi et ton savoir absolu, que de dégats après vous... smiley

            Ceci dit, il me semble que l’auteur ne se trompe pas sur le fondement de la personnalité de SR, elle se voyait déjà en haut de l’affiche comme dit la chanson, mais il lui manquait presque tous les talents sauf celui de la tchache, ce qui finalement est hélas le lot d’une énorme majorité de politiciens de base depuis que la politique existe. La politique est encombrée de beaux parleurs qui n’ont que du discours à nous offrir en guise de paravent à leurs petites ambitions personnelles. smiley

            Allez, courage, tout cela ne doit psa nous empêcher de vivre et de nous amuser de la bassesse de nos élites smiley


          • stephanemot stephanemot 22 juin 2007 11:09

            Désormais, seule la masse des Ségophiles papillonnant vainement dans la Ségosphère persiste à croire aveuglément en la Ségobulle. Peut être aussi Montebourg, sauvé par le gong et la désastreuse gestion de l’entre-deux tours par la bande à Fillon...

            Mais ses plus fervents supporters sont bien obligés d’exprimer leur perplexité devant l’aveu de leur candidate : je ne croyais pas en ce projet que j’incarnais avec tant de conviction, je me suis battue pour des idées que je savais mauvaises, et ce n’est naturellement pas ma faute si nous avons perdu. C’est pourquoi je suis la mieux placée pour rénover le parti en portant une nouvelle idéologie totalement cohérente et durable, avec le courage et la franchise que vous me connaissez... Au passage, je signifie par voie d’édition ma volonté de séparation à celui auquel je signifiais il y a quelques mois ma volonté de mariage par voie de presse.

            Ségolène Royal s’est donc royalement foutu de la gueule de ses électeurs et elle le leur dit très clairement... mais le pire c’est qu’elle n’a pas vraiment l’air de s’en rendre compte.

            Car je l’ai déjà dit et répété, il y a bien longtemps que cette personne a perdu tout sens des réalités. Ségo n’a d’autre objectif que le maintien de son état de Candidatude Permanente.

            Le Petit Nicolas l’a parfaitement compris. Il a tout intérêt à entretenir le paradis artificiel de la Ségobulle, à gonfler les rangs de cette passionaria du néant qu’il sait pertinement incapable de réformer le PS, mais redoutablement efficace pour conduire la troupe au cimetière des éléphants.

            C’est donc elle qu’il a choisi pour représenter le PS dans ses rencontres préparatoires au sommet Européen et à l’affrontement des 27 (il y a bien 26 pays en Europe en dehors de la France mais il faut compter avec les jumeaux polonais). Ségo n’a aucune légitimité mais ça tombe juste avant le comité central du plénum, ou plutôt ce grand péplum où Hannibal s’apprête à traverser les Alpes à dos de pachyderme.

            Pendant que nos héros hésitent encore entre le versant ouest, la face est et la mythique troisième voie, Bayrou exhorte ses bédouins à enfourcher leurs chameaux pour s’attaquer au désert, non sans leur avoir offert un fromage pour le moins indigeste.

            Napoléon contemple la vaste plaine conquise en observant sans trop y croire ses ennemis se battre sur des fronts lointains qu’ils se sont eux-même ouverts contre leurs propres troupes.


            • rem 22 juin 2007 11:27

              En effet, j’aurais aimé être une petite souris ( avec une caméra vidéo) pour assister à l’entrevue NS SR lors de la consultation du sommet européen


            • T.REX T.REX 22 juin 2007 11:28

              Ce n’est pas exact : Nicolas a aussi convié Hollande et Fabius. Pourquoi a-t-il évité STRAUSS-KAHN ?....Est-ce le seul qui peut devenir un véritable adversaire ?


            • IP115 22 juin 2007 11:36

              « Est-ce le seul qui peut devenir un véritable adversaire ? »

              je suis également convaincu, d’autant qu’il aurait bien mieux rassemblé les centristes (car c’est un bien meilleur social démocrate que Bayrou), et peut être même de droite (j’aurais personnellement voté pour lui car c’est le seul à peu près lucide à gauche, c’est aussi le plus à droite de la gauche, ceci explique peut être cela) ...


            • stephanemot stephanemot 22 juin 2007 11:36

              Je l’ignorais, merci pour la précision.

              Cela reflète bien les adversaires que Sarko souhaite avoir face à lui. DSK est le plus crédible et donc le plus dangereux et pour SuperPrésident, il faut surtout éviter que ce soit lui qui mène la réforme du PS.


            • LE CHAT LE CHAT 22 juin 2007 11:11

              ce plateau que tu nous sers est royal ! ça va être la curée ! déchiqueté le tailleur blanc de la sarkozette en jupons ..... smiley un taillage de costard participatif smiley


              • Le Panda Le Panda 22 juin 2007 12:33

                Salut,

                LE CHAT, les croquettes sont dans la gamelle, la nana du P.S. je te la laisse.

                Oui, juste simple fait ta bal, n’est pas bonne et comme je n’ai pas d’autre moyen pour te joindre, je t’offre un cil de Ségolène tu le veux ?

                Amicalement,

                Le Panda

                Patrick Juan.

                Minou, minou, j’ai vu mon ancétre il te ressemble un peu non ?

                 smiley


              • T.REX T.REX 22 juin 2007 11:21

                La campagne présidentielle est terminée depuis longtemps et je me demande vraiment pourquoi SEGO nous ressert son pacte présidentielle pour le dénigrer qui plus est. C’est vraiment consternant et quelles qu’en soient les raisons cela la décrédibilise complètement et le PS aussi. Je vais finir par regretter que STRAUSS-KAHN n’ait pas été le candidat choisi par le PS.


                • stephanemot stephanemot 22 juin 2007 11:32

                  Pendant les primaires socialistes, il était clair que DSK était le seul à pouvoir battre Sarkozy et à éviter l’émergence de Bayrou, et que Ségolène n’était qu’une illusion passagère, un non-choix dans la lignée des hollanderies accumulées depuis le 21 avril (je ne parle même pas de Fabius, grand champion de l’escroquerie intellectuelle).

                  Le problème c’est que ni DSK, ni Bayrou n’ont pu ou su saisir l’occasion.

                  A voir Delanoë occuper le terrain, je me demande si DSK ne s’oriente pas vers un parcours à la Rocard : ce n’est pas nécessairement le meilleur qui accède au sommet ; il faut avant tout un instinct de prédateur.


                • IP115 22 juin 2007 12:14

                  DSK est bien plus proche de sarkozy que de bayrou ... smiley

                  http://www.lexpansion.com/art/6.0.126450.0.html


                • Tours2France Tours2France 22 juin 2007 11:21

                  Manifestement, si Ségolène Royal était une militante de base elle quitterait (aurait déjà quitté) le PS. Par souci de juste cohérence... Alors pourquoi vouloir à toutes forces se revendiquer comme son porte-drapeau ?

                  Mais de grâce, qu’elle n’adhère pas au MoDem ! smiley

                  Le gouvernement lui tend les bras !


                  • houat 22 juin 2007 11:24

                    Cet article correspond tout à fait à ce que je pense.Je suis donc heureux de constater que ce point de vue est partagé par de nombreux éléecteurs de gauche qui ne sont pas forcémént adhérent du parti socialiste. Oui le PS a fait le mauvais choix dans la désignation de son candidat sur la foi uniquement des sondages dit « d’opinion ». Oui cette candidate a fait une campagne lamentable. Oui Mme Royal est responsable et elle seule de sa défaite. Oui elle nous a « imposé » un régime de droite dur pour les cinq années qui viennent. Pour la vraie gauche, pour l’espoir en un avenir meilleur, Mme Royal doit s’effacer définitivement et retourner dans son cher Poitou.


                    • michel 67 22 juin 2007 11:26

                      ii faut reconnaitre quand même quelque chose à Ségolène c’est sa dernière prestation a la télé, au moins elle reconnait qu’elle à fait quelques grosses bourdes sans prendre des précautions pour controler ou vérifier ses dires auprès de personnes compétentes mais lesquelles ? et en deuxième position elle était très mal conseillée et entourée et surtout par son propre ami Oh doux jésus que de traitres au parti, je crois qu’elle devra tout dissoudre et recommencer à zéro, vaste tâche il faut vraiment être maso pour rester au parti, elle ferait mieux de fonder son propre parti alors la oui elle pourrait faire de très bons scores


                      • stephanemot stephanemot 22 juin 2007 11:43

                        Ségolène ne peut ni travailler en équipe ni écouter vraiment ce que disent les autres. Elle ne peut qu’échouer dans la création d’un nouveau parti, n’attirer que des personnes crédules prêtes à écouter sa petite musique sans se poser de questions.


                      • Sébastien Sébastien 22 juin 2007 11:29

                        Et si elle avait ete elue, elle aurait fait quoi ? Elle n’aurait pas applique ses promesses ? Elle n’aurait pas fait ce pour quoi elle aurait ete elue ?

                        Ou alors elle l’aurait fait a contre-coeur, avec une non-motivation evidente ?

                        L’ambition de Royal est simple : si ce n’est pas moi, ce sera le deluge.


                        • stephanemot stephanemot 22 juin 2007 11:45

                          Sur les premiers pas de Ségolène à la Présidence de la République :

                          http://blogules.blogspot.com/2007/06/premier-bilan-sur-la-prsidence-de.html


                        • PayneStewart PayneStewart 22 juin 2007 13:18

                          Merci pour ce drole et impertinent « billet » smiley


                        • stephanemot stephanemot 25 juin 2007 18:09

                          @PayneStewart

                          Merci - ce billet n’avait comme bien d’autres pas passé les fourches caudines d’Agoravox.

                          Si ça se trouve mon ange gardien modérateur est pro-sego... Est-ce le purgatoire ou suis-je plus simplement dans la merditude ?

                           smiley


                        • IP115 22 juin 2007 11:30

                          Bravo Lillian pour cet excellent article,

                          Il faut bien reconnaitre que tout cela est vraiment pathétique. Après avoir menti tout du long sur son « couple » pendant les élections (alors qu’il n’y avait pas lieu d’en parler), on découvre qu’elle a menti sur ses « convictions » politiques tout du long aux gens qui ont voté pour « elle » ...

                          Une question se pose quand même à propos de ses ambitions d’être calife à la place du calife : elle appui sa légitimité sur les 17 millions d’électeurs qui auraient voté pour elle ... d’abord les 17 millions d’électeurs n’ont pas voté pour elle mais pour la gauche a la limite contre la doite ... maintenant nous savons qu’ils ont voté pour des idées qu’elle n’incarnait même pas ...

                          j’ai quand même l’impression que nous assistons en direct au suicide politique et mediatique de cette femme blessée qui confond vie privée et politique ...


                          • bob 22 juin 2007 12:43

                            C’est clair que ne pas pointer à l’isf c’est un gage de sagesse ...

                            Bonne blague ...


                          • bob 22 juin 2007 12:44

                            Bizarre plus on est à gauche plus on a une note négative ...

                            Bizarre bizarre ...


                          • Chichile Chichile 22 juin 2007 17:53

                            @ Bob : ça fera plaisir à parkway de se savoir de droite.


                          • ExSam 22 juin 2007 11:31

                            La course contre la montre a commencé pour Ségolène, qui a choisi de se démarquer façon trois quarts de l’hémisphère sud des éléphants, encore eux, de son glorieux parti. Le smic à 1.500 euros ? C’était une idée de cet idéologue passéiste de Fabius, pas la sienne. La généralisation des 35 heures ? Idem, jamais elle n’aurait avancé de pareilles inepties incompatibles avec les réalités du monde actuel

                            Très content de cette clarification,comme de celle de Hollande affirmant que le candidat prime sur les idées. Ainsi les choses sont plus claires.

                            Le PS n’est définitivement plus à gauche. C’est bcp d’années de perdues en attendant ce coming-out. C’est bcp de fautes,de glissements, d’enfoncements dans le conservatisme à passeport américain, mais enfin c’est fait.

                            Je pense et j’espère qu’à partir de maintenant un français voulant voter à gauche saura que le PS a oté les masques et s’est rangé aux côtés des maîtres, à visage découvert.

                            Chose qu’il avait faite de toute façon depuis qu’il avait voté, aux petites heures pâles du matin, l’amnistie pour l’immense racket de pognon des partis, pour, entre autres poches, alimenter les caisses des orgas. C’était en 90.


                            • faxtronic faxtronic 22 juin 2007 11:31

                              Personellement, j’ etais pres a vote pour Segolene avant qu’elle ne devoile ses 100 ridicules propositions et qu’elle se soumette avec les elephants mandarins du PS et les gauchistes de son partie. Je l’ aimais bien en tant que Blairiste. Oui mais voila elle ne s’est battu pour cela, mais un PS a la moscovite. Et maintenant elle se retracte en disant « oui mais euh, c’ est pas moi c’ est les autres y m’ ont force ». La par contre je m’ insurge :

                              - Qui c’est cette donzelle qui voulait le pouvoir supreme, et qui est soumise aux politicards de son parti ?

                              - Qui c’est cette donzelle qui ne se bat pour ce qu’elle pense, mais ce qu’on lui dit de penser ? Pense t’ elle d’ ailleurs par elle-meme, ou bien emprunte t elle des idees et des slogans tous faits pour la gloire du sondage dominicale

                              - Qui c’est cette donzelle qui prend ses electeurs pour des cons ou des veaux ?

                              - Qui c’est cette donzelle qui veut rompre avec son parti, alors qu’elle avait toutes les cartes en main pour enfin le changer et le reformer ? Ou alosr est-ce une femme de paille.

                              Je suis dubitatif. Cependant je suis aussi tres dubitatif et mefiant sur tous les autres politiciens, est-ce du lard ou du cochon ?

                              Segolene m’avait decu, maintenant elle me navre.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès