Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Transition énergétique, la tension monte

Transition énergétique, la tension monte

Repoussé depuis bientôt un an, le projet de loi sur la transition énergétique doit être présenté au Parlement « avant l’été  » a affirmé Manuel Valls lors de son discours de politique générale. Pour l’heure, le futur texte continue de cristalliser les tensions, et ce n’est pas l’arrivée de Ségolène Royal à l’environnement et la promotion d’Arnaud Montebourg à l’économie qui vont permettre d’apaiser les esprits.

Impatients, les acteurs économiques et les ONG multiplient les prises de parole contradictoires pour tenter d’influencer le gouvernement depuis quelques mois. D’un côté, l’Afep et le Cercle de l’Industrie publient des « propositions  » en insistant sur la « préservation de la compétitivité des entreprises ». De l’autre, neuf ONG écologistes (FNE, LPO, RAC etc) répliquent en affirmant défendre « le vrai projet de loi  » et dénoncent « l’inertie » des pouvoirs publics.

 « Il manque clairement un pilotage politique du dossier »

Effectivement, le contenu exact du projet de loi n’a toujours pas été dévoilé. Seuls un « plan commenté » en décembre 2013 et sept « documents préparatoires » mi-mars ont été diffusés, et ils ne révèlent pas grand-chose des orientations de la future loi. De plus, ces documents ne sont pas des engagements, mais plutôt des « prévisions météo  » qui « n’ont pas fait l’objet de discussions interministérielles  ».

« Un travail considérable  » reste encore à faire « pour rapprocher un certain nombre d’antagonismes  » vient de reconnaître Ségolène Royal, la nouvelle ministre de l’écologie et de l’énergie. Régler les conflits va être d’autant plus délicat que la compétence énergie n’est pas clairement répartie au sein de l’équipe de Manuel Valls. Si Ségolène Royal est en charge de « promouvoir la transition énergétique », Arnaud Montebourg, qui a récupéré le maroquin de l’économie, concourt aussi « à la définition et à la mise en œuvre de la politique énergétique  ». Au vu des caractères bien trempés des deux ministres, les arbitrages ministériels s’annoncent épiques !

De fait, la promesse de Manuel Valls de présenter le texte au Parlement « avant l’été » est-elle tenable ? Au rythme de l’avancée des travaux, le gouvernement prend le risque de présenter un projet de loi bâclé et critiqué de toutes parts. Reste la solution de reporter, une nouvelle fois, la loi… 


Moyenne des avis sur cet article :  3.29/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • zygzornifle zygzornifle 24 avril 2014 08:48

    avec la voiture électrique attendez vous à payer sa recharge plus cher q’un plein de mazout ........


    • bibou1324 bibou1324 24 avril 2014 09:18

      C’est quoi la « transition énergétique » ? Ca veut dire quoi, concrètement ? A part des mots de politiciens ne voulant absolument rien dire pour le moment ? C’est un projet absolument pas défini, avec des objectifs absolument pas définis, des acteurs inconnus et des moyens inconnus.


      Alors polémiquer dessus ...

      • passtavie passtavie 24 avril 2014 09:52

        A priori c’est une astuce pour te faire payer plus cher ton électricité. On te fait croire que pour lutter contre la pollution on va changer le parc actuel en parc d’énergies renouvelables et non polluantes, ce qui est sensé justifier la répercussion sur coût de l’énergie, mais en réalité on sera toujours avec nos vieilles centrales. Quelques éoliennes pour faire figure et le tour est joué.

        C’est l’impression que ça me donne.

        Il serait temps que les vrais écologistes sortent du bois.


        • credohumanisme credohumanisme 24 avril 2014 10:43

          Sachant qu’il faut 4-5 ans pour fermer un réacteur, comment fait-on pour en fermer une vingtaine d’ici 2025 ?


          • jako jako 24 avril 2014 13:56

            Credo , au C4, non mais plus sérieusement la date importe peu mais pas trop tard non plus, le plus important est d’enclencher la recherche d’autres sources d’énergies et même révons, devenir le leader dans ce domaine.


          • Doume65 24 avril 2014 15:33

            Je ne vois pas où est le problème : il suffit de les arrêter avant 2020.

            C’est d’une évidence !


          • joletaxi 24 avril 2014 13:48

            d’abord, on ne dit plus transition, mais transitude !
            et cachez ce sein que je ne saurais voir.

            je la sens bien moi la transitude, avec la folle du Poitou.


            • Doume65 24 avril 2014 15:38

              Bonjour. J’ai vu dernièrement une émission sur Arte de laquelle il ressortait qu’au Maroc, les industriels n’arrivent pas à trouver les éoliennes qu’il leur faudrait pour subvenir à leurs besoins énergétiques.
              D’un autre côté, en France, nous avons des capacités sous-exploitées, comme les chantiers de Saint-Nazaire, où l’on pourrait très bien fabriquer ces unités.
              Mais on dirait que personne n’y pense, alors que le marché est là, qui attend.


              • zygzornifle zygzornifle 24 avril 2014 18:34

                Comment Ségolène est arrivé ministre .....Tél a François quelques jours avant avant le remaniement : dis François si tu ne me donnes pas IMMEDIATEMENT un portefeuille de ministre je balance tout à Médiapart et l’autre ho non ma Ségo ne fait pas ça pourrait nuire à mon image .... tiens je te file l’écologie ....


                • HELIOS HELIOS 24 avril 2014 20:14

                  ... le probleme est qu’il y a un grand melange de tout et n’importe quoi !

                  D’abord de la politique politicienne où les faux vrais-ecolos essayent de gagner un max de pouvoir en jouant la sincerité de la population et les vrais faux-ecolos qui sont en embuscade pour tirer du fric partout où cela sera possible.

                  ensuite il y a les enfants, quels que soient leur age de 7 a 77 ans qui s’imaginent qu’on peut faire marcher un pays avec l’energie des barrages et l’energie eolienne. ils ne se rendent pas compte que s’il faut partager, ils n’auront a peine de quoi allumer la lampe du sejour le soir.

                  et puis, il y a les salauds, qui encouragent les uns a se tromper et les autres a tromper le monde. Certains sont ecolos, enfin qu’ils disent, mais ce sont surtout des masos qui acceptent de se priver tout en sachant que s’ils ont besoin, l’energie est disponible chez le voisin... et d’autres ne sont que des marchands de voitures d’occasions capable de vendre leur mere et qui enfourchent l’ecologie parce qu’apres tout, là aussi on peut faire du fric.

                  La transition energetique, si on a donné un nom au projet, on s’est bien gardé de definir quoi que ce soit. cela permet a tout le monde d’imaginer ce qu’il a envie et adherer a un projet qui ne lui conviendra pas une fois que la loi sera sortie.

                  La loi, de toutes les façons, c’est vous et moi qui la subirez en payant votre maison plus cher, vos deplacements s’ils restent possibles encore plus inaccessibles et au final c’est un fantastique retour en arriere que nous allons subir. La sortie par le haut, ne l’attendez pas, c’est pas cela dont il est question... la « transition energetique » ce sera l’electricité, le gaz et le carburant plus cher, beaucoup plus cher et peut etre même contingenté... par exemple en vous obligeant a avoir des compteurs limités a 25A par appart, en payant une taxe sur le chauffe-eau (ils aiment ça, les taxes), les radiateurs electriques si vous en avez, ... ne rigolez pas, on vient de nous faire le coup avec les ampoules basses conso, on les paye 5 fois plus cher et elles ne durent pas plus.

                  Mais ce sera aussi des regles draconniennes et des groupes qui rafleront la mise. On en a deja une, celle qui vous oblige a faire un diagnostic energetique avec la vente de votre domicile... Ce n’est pas inutile, mais l’obligation, elle, est inacceptable.

                  Au final c’est tous les citoyens qui vont trinquer.. si le gouvernement n’a pas encore divulgué ses objectifs, ce n’est pas parceque les probleme techniques sont inconnus, non, les problemes techniques on sait les gerer, c’est simplement parceque les simulations ne sont pas pretes pour ponctionner encore plus a des citoyens pressurés déjà de toutes parts.

                  ... et les ecolos, les vrais, les sinceres sont coupables par betises et naiveté de participer a cette mascarade... mascarade qui en aucun cas ne va aider la planete, puisque pour l’aider, il faudrait commencer a ressortir de sa poche, bien enfoui sous le mouchoir, le brin de bon sens et d’humanité et de respect des autres qui ont été perdus depuis longtemps.


                  • eresse eresse 25 avril 2014 02:09

                    "ensuite il y a les enfants, quels que soient leur age de 7 a 77 ans qui s’imaginent qu’on peut faire marcher un pays avec l’energie des barrages et l’energie eolienne"

                    Pourtant tous les chiffres sont donnés. Il suffit d’aller les chercher.
                    - Consommation électrique française en cette saison : http://www.rte-france.com/fr/developpement-durable/eco2mix/donnees-nationales/consommation-d-electricite
                    En cette saison la consommation en journée est d’environ 55GW et 40GW la nuit.
                    - Puissance d’une éolienne. Les modèles installés en France à ce jour ont une puissance entre 1 et 3MW (à plein rendement soit pour un vent autour de 90Km/h. au delà, on mes les pales en drapeau pour éviter la cesse matérielle). Le rendement moyen en France est de 20% soit pour une éolienne de 3MW : 600KW.
                    Donc pour être à peu près sur de combler la consommation Française en cette saison, il faut installer : 50GW / 600KW = 83334 eoliennes.
                    - La surface occupée : Actuellement un parc éolien de 10 aérogénérateurs nécessite 10HA de terrain. 83334 éoliennes nécessitent donc 83334 HA ou 833 KM2.
                    Bien Entendu quand on produit plus, il faut stocker l’électricité et à part dans des barrages, on ne sait pas faire.
                    - Le cout : Une grande éolienne coute environ 4M€, dont 1,5M€ pour l’éolienne et le reste pour l’infrastructure et les études et dossiers. Bien Sur les couts sont mutualisés pour un parc.
                    le cout brut pour 83334 éoliennes est donc de : 330 Milliards €
                    - Cout d’une centrale nucléaire. Actuellement, le cout est d’environ 3,5 Millards € par GigaWatts. Le rendement étant de 80% pour une centrale neuve, le cout pour 50GW est donc de : 50 / 0,8 * 3,5 = 218 Milliards €.


                  • Trelawney Trelawney 25 avril 2014 20:42

                    Si je comprend bien votre argument : l’éolien c’est du vent.

                    Vous parlez de surface terrestre, mais vous oubliez peut être que la France a 3400 km de cotes et qu’une éolienne est plus productive en mer.

                    Quant à l’énergie issue du nucléaire, il faut se poser la question de ce que l’on fait les mois d’hiver (entre novembre et mars) ou les 3/4 des centrales nucléaire sont à l’arret ?


                  • Doume65 26 avril 2014 18:20

                    @eresse
                    "Actuellement un parc éolien de 10 aérogénérateurs nécessite 10HA de terrain. 83334 éoliennes nécessitent donc 83334 HA ou 833 KM2."

                    Mais pourquoi veux-tu placer ces éoliennes sur terre, alors qu’elle sont plus rentable en mer ? T’es pas un peu ouf ? smiley

                    Au fait, la France a la plus grande longueur de côtes maritimes d’Europe.


                  • zygzornifle zygzornifle 27 avril 2014 09:29

                    Ségolène condamnée en appel aux prud’homme suite aux plaintes de son secrétariat de députation qu’elle ne payait pas .... Voila une vrai Fauxcialiste....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès