Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Villepin 2012 : quelle est la stratégie perdante ?

Villepin 2012 : quelle est la stratégie perdante ?

A l’heure où Nicolas Sarkozy renforce encore son socle électoral en prévision des régionales 2010, mais aussi des présidentielles 2012, les villepinistes semblent parfois hésiter entre une attitude de distanciation progressive et raisonnée vis-à-vis de l’exécutif et une opposition systématique, voire viscérale, au chef de l’Etat.

D’après Bruno Jeudy du Figaro, Nicolas Sarkozy ayant pour consigne de ne pas faire de sport (mon oeil), il passerait son temps au téléphone à préparer le premier tour le la prochaine présidentielle. De Villiers pour le MPF et Nihous pour CPNT ont déjà rejoint l’UMP, et les radicaux de gauche seraient désormais en ligne de mire. Mais si le rouleau compresseur de l’UMP version 2012 impressionne par son rayon d’action, certains se demandent déjà jusqu’à quel point il sera maniable. Qu’importe, répondent d’autres, son rôle n’est pas non plus de faire du slalom, mais de filer droit jusqu’au second tour de la présidentielle 2012 :

"Creuser un gros écart avec le candidat PS lors du premier tour de 2012 : voilà la martingale gagnante imaginée par le président. « L’objectif est de faire plus de 31 % en 2012 et c’est possible », s’emballe un de ses partisans qui vise le seuil de 35 %. En asséchant les petits partis satellites de la majorité, Sarkozy veut se positionner comme l’unique candidat de la droite face une gauche morcelée au premier tour et concurrencée par le centriste Bayrou."

Oui, mais cela c’est compter sans Villepin. L’ancien Premier ministre, dont on ignore toujours s’il était chiraquien, ou si c’est Jacques Chirac qui était villepiniste (l’ignore-t-on vraiment, au fait ?), devrait lancer "sous peu" son Club, peut être une fois l’échéance Clearstream dépassée. Le but pourrait être alors de lancer la campagne pour les régionales 2010 (dans quelle région ? L’Ile de France étant saturée de candidats, je pencherais personnellement pour la Champagne-Ardenne, à cause de Charleville-Mézières et de Rimbaud), première rampe de lancement vers 2012.

La première difficulté, à ce stade déjà poussé de conditions remplies, devient donc de choisir sous quelle étiquette se présenter : celle de l’UMP, même via des primaires ouvertes, semble singulièrement compromise par la popularité dont y jouit Nicolas Sarkozy. Il faudra donc a priori prévoir une candidature dissidente, et donc un nouveau parti d’ici 2012, certainement appuyé sur le Club Villepin en (longue) gestation.

La deuxième difficulté réside dans l’espace politique disponible pour Dominique de Villepin : on le sait gaulliste et de droite, deux héritages qui parce qu’abondamment revendiqués par Nicolas Sarkozy demanderont à trouver leur pleine incarnation dans une posture nouvelle, originale et toujours à définir, dépassant de loin - si elle veut être entendue - les seules critiques de l’exécutif en place. Villepin a des idées, de la hauteur de vue et du talent, c’est certain : encore faut-il qu’il démontre le besoin que la France a de ses propositions. Pour trouver sa place, il devra donc non seulement rallier les déçus du sarkozysme, mais aussi braconner sur les terres du MoDem (déjà pillées par le Nouveau Centre) et de la social-démocratie latente que l’éclatement prévisible du PS devrait mettre à jour.

De ces deux premières difficultés découle la troisième, sans doute la plus difficile : quel ton adopter face à Nicolas Sarkozy pour passer le premier tour, face au bilan d’un exécutif tour à tour soutenu et blâmé durant cinq ans ? En voilà, un dilemme costaud : s’il se place en opposant systématique à Nicolas Sarkozy dans une forme de TSS de droite, Dominique de Villepin réduit de beaucoup son électorat potentiel ; les électeurs de gauche et du centre voteront en effet naturellement pour leur propre TSS, et la plupart des électeurs de droite ne verront dans son discours qu’une caricature de la réalité, à l’image des précédentes occurrences du genre. Pour Villepin, le TSS, c’est la stratégie perdante - déjà adoptée pourtant par nombre de ses partisans. D’un autre côté, s’il ne montre pas clairement l’obsolescence d’un second mandat sarkozyste, où est la légitimité de sa propre candidature ?

Ce dilemme, Dominique de Villepin a déjà commencé à le résoudre, patiemment. Pour lui, pas question d’anathémiser chaque geste et propos du Président Sarkozy : ses critiques, bien que nombreuses, percutantes et régulières, se veulent toujours constructives, accompagnées de propositions nouvelles et de suggestions qui doivent en plus avoir la vertu (à ses yeux) d’irriter l’exécutif. S’opposer frontalement, c’est rester sur place, dans une guerre de position que la puissance de frappe de l’UMP semble avoir gagnée d’avance : c’est donc par le mouvement, en dépassant systématiquement les sarkozystes, en ayant sur chaque sujet un coup d’avance, et en se démarquant en ceci d’un PS toujours en quête de colonne vertébrale qu’il s’imposera à la proue du débat républicain. Guérilla politique en réponse aux tranchées de partis.

Ce faisant, Villepin joue la carte de la "rupture", finalement, en prenant Nicolas Sarkozy au jeu qu’il inventa non sans succès en 2007. Il le sait, les français sont des spectateurs partagés de la vie politique : s’ils apprécient les débats virulents et engagés, ils ne votent à la majorité que pour des projets solides - et non pour des saillies rhétoriques, aussi efficaces soient-elles. Or si la définition du panache reste la capacité à sombrer dans la flamboyance, Villepin ne devrait pas pousser son penchant naturel au panache jusqu’à cultiver l’art de sombrer. 

http://lapolitiqueetmoi.hautetfort.com/


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

21 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 20 août 2009 13:13

    La seule place du Marquis DE VILLEPIN,non élu par le peuple,c’est la case prison pour avoir instrumentalisé des services privées en vue de destabiliser un homme politique républicain en vue de l’élection présidentielle de 2007

    Il n’a aucun avenir au même titre que les Jean Paul Huchon,Tibéri,Julien Dray...

    http://www.tvargentine.com/


    • Rera 21 août 2009 12:58

      LA CASE PRISON POUR DE VILLEPIN ,MAIS QU’EST QUE VOUS EN SAVEZ ??? VOUS PRESIDENT DU TRIBUNAL ???

      DEPLUS Y A T-IL UN AVENIR POUR LERMA QUI NE CESSE D’ENCENSER LE MONDE DU SARKOZYSME FAIT DE MENSONGE ET D’ESBROUFFE ET DE MANIPULATION DES FRANCAIS !!!

      LA MASCARADE DE LUC CHATEL A L’INTERMARCHE DE VILLENEUVE LE ROI EN EST UNE PARFAITE ILLUSTRATION


    • Alpo47 Alpo47 20 août 2009 14:11

      Je ne pense pas que Villepin vise 2012. Je pense plutôt qu’il utilise sa « capacité de nuisance » face au pouvoir actuel, afin que ce dernier mette fin aux procès en cours.


      • La Politique et moi La Politique et moi 21 août 2009 14:03

        C’est une hypothèse, effectivement. Mais je ne la suis pas, à cause de la forme d’opposition qu’a adoptée Villepin : s’il était à ce point désespéré et le dos au mur, jusqu’à être prêt à sacrifier son avenir politique en échange de la paix judiciaire, alors il aurait la capacité de taper beaucoup plus fort, et plus profond.

        Le fait qu’il reste dans une opposition d’alternative nuancée montre pour moi qu’il est justement loin de limiter son avenir au seul procès - dont je suis loin au demeurant de deviner l’issue et les conséquences. 


      • LE CHAT LE CHAT 20 août 2009 14:34

        qu’est qu’il pas faire pour qu’on parle encore de lui , il s’est jamais présenté une fois face aux électeurs le gugusse ! no future ...........


        • A. Nonyme A. Nonyme (Trash Titi) 20 août 2009 15:16

          Ouaip the Cat, Villepin est un beau parleur sans couilles alors que le Président est un couillu sans éloquence...


          • Marcel Chapoutier Marcel Chapoutier 20 août 2009 17:15

            Il n’y a pas que son conflit avec Nabot Léon 1er, (ce qui bien sûr pourrait le rendre sympathique) et l’affaire Clearsteam...Il y a bien pire, ce type a trempé jusqu’aux oreilles dans le génocide du Rwanda (un million de mort) en tant que chef de cabinet de Juppé à cette époque ministre des affaires étrangère...

            Notre guide suprême aussi est impliqué dans cette sale affaire (à un degré moindre), il était porte parole du gouvernement Balladur de 1994 et a déclaré à la télévision (sans rire) que l’opération « Turquoise » était à but uniquement humanitaire ( mon œil). Il illustre parfaitement l’aphorisme de Coluche (il n’est pas le seul) « cinq ans de Droit et tout le reste de travers »...

            http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/villepin-objectif-2012-59433#forum2180710


            • lupin 20 août 2009 17:16

              rien que pour se marrer les Galouzeau de Villepin ne sont pas du tout de naissance aristocratique ni meme anoblie. Le premier connu est Honoré Galouzeau qui exerce dans les années 1770 le metier peu honorable d’officier ( pas au sens d office anoblissant mais de flic gabelou) il épousa en seconde noces une demoiselles de Villepin ( dont on ne sait rien) et leur fils ajouta qq années seulement avant la révolution la particule maternelle ( il n’y a pas sauf cas coutumier et encore d’anoblissement par la mère). Le fils qui fit le même métier que son père ( ce qui serait en soit dérogeant s’il y avait eu noblesse) remballa prudemment la particule sous la révolution pour la faire réapparaitre sous la restauration ert la garder sous l’empire ce qui explique la reconnaissance de notre villepin pour Napoléon


              • lupin 20 août 2009 17:35

                il n’y a pas de marquis de Villepin. La famille est de basse extraction. Le premier connu est honoré Galouzeau officier de gardes de la gabelle ( gabelou) fonction plutot modeste ( ce n’est pas du tout un « office » anoblissant). Il épousa en seconde noces une demoiselle de Villepin avec qui il eut un fils qui fut le premier à unir les deux noms, il exerçait les memes fonctions que son père dans le Dauphiné ( mais la noblesse - pour autant que cette demoiselle fut noble- ne se transmet pas par la mère) nous sommes à la veille de la Révolution on remballa la particule qu’on refit sortir sous l’empire. D’où l’intérêt de notre Villepin pour Napoléon


                • lupin 20 août 2009 17:39

                  désolé pour le doublon


                  • Marcel Chapoutier Marcel Chapoutier 20 août 2009 18:16

                    Ce type n’a donc pas la moindre parcelle de noblesse, ni au sens propre, ni au sens figuré, c’est donc un imposteur malgré ses grands airs, il mérite la bastonnade...


                    • Thierry LEITZ 20 août 2009 20:29

                      Le discours de DDV devant l’ONU dénonçant l’erreur d’une attaque contre l’Irak et le refus de la France d’y participer est validé par la suite de l’histoire. Eloquence et justesse : la voix de la France a résonné haut et convaincu largement. Seule l’obstination brutale des USA appuyés par un lobby militaro industriel déchaîné suite au 11/09 a rendu possible cette attaque malfondée. Nous avons échappé au massacre sans nous y compromettre stupidement, par suivisme aveugle.
                      DDV est un homme de talent qui a vu juste quand il voulait se poser en défenseur du modèle social français (fin 2005) mais s’est fourvoyé avec le CPE en mesestimant la grogne de l’hiver 2006.
                      Quant à Clearstream, cette affaire est utilisée pour l’achever politiquement. Mais la vérité n’y trouve pas son compte.

                      Th Leitz


                      • Marcel Chapoutier Marcel Chapoutier 20 août 2009 21:57

                        @ T Leitz

                        Dans le royaume des aveugles les borgnes sont rois...


                        • toto1701 20 août 2009 23:46

                          je connais une raie publique

                          -aussi choquante que fidèle-

                          nominée aux désordres économiques.
                          .
                          Valet peureux ,train de manigances,

                          cerbère à vie de palaces

                          faim d’éloges dithyrambiques.

                          poète sarkozien


                          • toto1701 20 août 2009 23:57

                            raie publique, cette citation peut etre remplacée par fosse septique...une faute de gout , me dit on a l’ouie !


                            • lupin 21 août 2009 07:12

                              rire ca n’a rien à voir avec une onction divine et t’as raison ca n’a aucun interet autre que consoler l’auteur du message sur le « marquis » de Villepin


                              • Olivier Perriet Olivier Perriet 21 août 2009 12:19

                                Villepin, ouais, pourquoi pas, mais le passé ne plaide pas en faveur d’une résurrection :

                                Il s’est tiré une balle dans le pied lui-même en 2007 avec le CPE, sous la pression libérale de Sarkozy qui en a profité pour désavouer publiquement la mesure qu’il prônait 6 mois avant.

                                Alors qu’il était au pouvoir, il a laissé la dissidence sarkozyste prendre de l’ampleur au sein du gouvernement jusqu’à créer un climat insoutenable, et finalement se rallier à la veille des présidentielles.


                                Finalement, pourquoi et comment réuissirait-il maintenant, isolé et hors du pouvoir, ce qu’il a n’a pas réussi et qu’il a gâché de lui-même quand il avait les coudées franches en tant que 1er Ministre ?


                                • arturh 21 août 2009 12:59

                                  L’article oublie un élément important qui n’a pas été assez analysé concernant Sarkozy et son gouvernement, et donc la droite aujourdhui en France :

                                  Pour la première fois dans l’Histoire de la Vème République, la droite n’a pas choisi un haut fonctionnaire à la Présidence de la République. Pire, après l’épisode catastrophique Chirac/de Villepin, deux haut fonctionnaires qui étaient là principalement parce qu’ils sont hauts fonctionnaires et qui n’avaient pas d’autre programme que d’empêcher Sarkozy d’accéder au pouvoir, l’actuel gouvernement ne comporte aucun haut fonctionnaire à un poste significatif. L’actuel gouvernement de droite, en commençant par le Président, c’est le retour du Tiers Etat au pouvoir !

                                  C’est un tournant majeur dans l’Histoire de la France de l’après-guerre. D’autant plus que la gauche, de Royal-Aubry-Hollande en passant pas Besancenot et en allant jusqu’aux quatre dirigeants des syndicats CGT, CFDT, FO et Sud sont tous hauts fonctionnaires ou fonctionnaires.

                                  C’est ça, le paysage politique français aujourd’hui. Pas étonnant que dans ce paysage, le haut fonctionnaire de Villepin, semble plus proche de cette gauche là que de Sarkozy.

                                  Alors de Villepin comme candidat de la droite ? Il faudrait un sacré revirment. Au mieux, de Villepin ne parviendra qu’à diviser un peu plus l’électorat de la ribambelle de fonctionnaires qui vont se présenter contre Sarkozy en 2012...


                                  • dom y loulou dom 21 août 2009 13:06

                                    de toute façon si ceux qui souhaitent un retour à la priorité française au lieu qu’elle travaille pour des intérêts qui ne la regardent pas directement... n’arrivent pas à s’unir dans un nouveau parti et que leurs personnes s’entrechoquent encore... c’est comme s’ils laissaient alors le flambeau aux sarkosystes exprès.

                                    L’UMP a rallié tous ceux qui aiment le culte de la personalité, donc sur ce plan il ne faudrait pas qu’ils retombent dans le panneau.

                                    notons au passage une bonne nouvelle des states... enfin un troisième parti d’hommes et non d’éléphants et d’ânes... fini disneyland, place aux vrais êtres humains... issu de toutes les intelligences qui ralliaient Ron Paul pour la présidentielle et qui fut carrément empêché physiquement d’y participer alors qu’il faisait un raz de marée chez les jeunes et les plus clairvoyants... processus plus honteux que l’élection d’Amabo on ne pouvait pas.

                                    A voir absolument « th Obama deception » d’Alex Johnes sur youtube.

                                    Le parti des progressistes libertaires qu’on salue bien bas, qui souhaitent l’abolition de la FED et le holà à la volonté dirigiste tyranique de wall street.

                                    Possibilité de retour à MAIN street donc...
                                     
                                    bien nécessaire aussi en europe. Qu’attendent donc les opposants au sarkosysme à se rallier ? Chacun bricolle dans son coin ?


                                    • arturh 21 août 2009 13:20

                                      Si Main Street rassemblait 2% des Américains, ça se saurait...


                                    • King Al Batar Albatar 21 août 2009 13:23

                                      Si on part du principe qu’un president de la republique, n’a pas le role que Sarkozy lui donne, c’est a dire l’omnipotence, et qu’il est plutot censé délégué à ses ministre les taches qu’ils doivent executés, pour simplement etre le représentant de l’Etat.... Je le trouve plutot class le bonhomme.

                                      Après je parle uniquement d’un point de vue de Style, il en jete un peu plus que Sarko..... On est tout de même très loin d’Obama, lui c’est carrémént « la classe américaine », limite Geoges Abitbol !!!!!!

                                      Si Villepein est président il nous fera une Jacques Chirac (c’est à dire que dalle), si c’est Sarko ca va continuer de bouger dans tous les sens sauf dans le bon.....

                                      Que préferez vous : le mutisme ou la connerie ?????

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès