Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Vote sur la peur de l’ombre

Vote sur la peur de l’ombre

La peur, comme toute manifestation émotionnelle, obéit à des lois brumeuses et perverses qui se jouent de la raison. La peur comme la mort nous pourrit la vie. Cette réflexion d’Epicure sur le positionnement humain à l’ombre du néant, témoigne de la tyrannie de notre questionnement :
" Lorsque nous sommes vivants, la mort n’est pas.
Lorsque la mort est là, nous ne sommes plus.
Dès lors, dans la mort que crains-tu exactement ?"

La peur est l’une des manifestations les plus immédiates de l’énergie psychique. Nous en sommes naturellement imprégnés génétiquement. Elle évolue, impériale, à tous les niveaux de conscience. Elle est inhérente à la vie animale et humaine, sous sa forme naturelle est culturelle.
La peur de l’ombre ou l’ombre de la peur ?
Entre nature et culture perce notre ambivalence.

Chez les animaux, comme chez les jeunes humains, la peur relève d’une pulsion de conservation qui consiste à se préserver des dangers en les évitant, en les fuyant. Les enfants appréhendent la nuit, l’inconnu. Deux interprétations possibles : La nuit s’inscrit dans leur inconscient collectif, en lien avec l’histoire de leurs ancêtres, mais aussi au niveau de leur inconscient personnel, en relation par exemple avec la période intra-utérine, où les premiers instants de vie. A ce moment là, elle devient la peur du connu. 

De même, par exemple, des singes nés et élevés en captivité ont une peur instinctive des serpents et même de tout objet dont la forme peut évoquer un serpent et ce, alors même qu’ils n’ont jamais vu de serpent, pour les mêmes raisons que l’enfant, un savoir ancestral s’inscrit dans leur mémoire. L’instinct contiendrait-il une part de cette mémoire "reptilienne" ?

L’inconnu ne serait-il pas un mal connu ? un connu que l’on veut oublier pour des raisons subjectives, un connu redouté, dans un autre siècle ou millénaire...dans les temps anciens.

La part de la nature et de la culture imbriquées : La pulsion paroxysmale.
Elle est un vecteur de protection du Moi qui cherche à dominer ses émotions et à les vivre. Composée de deux facteurs, épileptoïde et hystéroïde.

Le facteur épileptoïde est la peur primitive de la mort, il concerne les émotions durables, intenses et profondes qui bouleversent et déclenchent des réactions violentes, instinctuelles, sans nuance. L’éthique et la conviction personnelle, empêchent la libération des affects bruts.

Le facteur hystéroïde concerne les affects doux qui sont exprimés et érotisés par le corps pour être vus par les autres. L’examen de ce vecteur dans une analyse globale, constitue une évaluation de la force de construction éthico-morale qui éclaire la vie d’un être humain. Un vecteur des paroxysmes mal construit agit, par l’intermédiaire du vecteur du moi, sur les autres vecteurs d’une façon négative.

L’évolution d’un être humain passe par tous les niveaux de ce facteur pulsionnel.
Le vecteur des paroxysmes contient les orientations sociales, politiques, médicales et sacerdotales en prise directe avec les leviers de commande de l’humanité. Tout débordement prend une forme spectaculaire.(a)

J’ai à l’esprit une histoire biblique, elle figure dans le livre du Pentateuque, mais elle est aussi contée dans le Coran. Abraham est le père des juifs et des arabes. Avancés en âge avec son épouse Sara, ne voyant pas d’héritier venir, il eut, c’est bien humain, la bonne idée de s’approcher très prés d’Agar, sa jeune servante égyptienne. Elle devait être très belle. Plus tard elle enfanta d’un fils, Ismaël. Mais de Sara son épouse, naquit un autre fils, Isaac "par les voies du seigneur"...C’est de ce premier dérapage "familial" entre les demi-frères que s’enracina une histoire ô combien dommageable entre l’orient et l’occident.

Religieux ou pas, dans les deux fratries, à travers le temps et l’histoire, ce moment de vie a laissé sa trace indélébile dans les esprits. Dans ce fait historique, biblique et coranique, une haine raciale s’est développée. Les deux protagonistes sont issus du même père, ils se connaissent de toute éternité. Il existe un profond racisme entre les deux grandes familles sémites

Ce n’est pas toujours la différence qui provoque le racisme mais, à l’inverse, le racisme édifie et cimente la différence. La peur de l’autre est ici une construction culturelle, elle peut se démonter et se reconstruire, dans une autre vision repensée et partagée. (b) C’est au fond infiniment encourageant.

Regardez l’émerveillement du début, les enfants entre eux, la richesse des affects, la fécondité imaginative, les sentiments, l’intuition, la sensation et la spontanéité de leur créativité.

Reconnaissons le, en vieillissant il semblerait que l’on s’appauvrit..."et l’on y paume" comme disait Coluche. Notre "savoir" relatif ne nous permet même pas de comprendre que" l’on ne sait rien."...Socrate le savait, (c)

Notre phobie raciste est en partie la peur du connu. Notre savoir agite le gyrophare à la première alerte, quand le mensonge psychologique du déjà connu détecte la menace. Qualité du savoir, raisonné authentique, où savoir illusoire, fantasmatique ou sophiste, le problème est ailleurs. Le problème est émotionnel et projectif.

Bref, l’islamisme, le judaïsme, le christianisme, le bouddhisme...etc, existent, le fondamentalisme également, dans toutes les manifestations religieuses.
Les signes extérieurs fleurissent avec plus ou moins de bonheur. Si vous croisez un moine tibétain voilé de rouge et d’or, le ressentiment n’est pas dominant. Imaginez un pékinois qui fait la même rencontre, on peut appréhender une légère tension, au mieux. Un profond trouble au pire. Ce personnage riche en lumière n’évoque rien de passionnel pour nous, il nous semble simplement étranger, sur une autre planète. Pour un chinois, il évoque un frère en révolte, une épine déstabilisante dans sa chair. Le racisme est ici la peur du connu.

Les petites maghrébines des banlieues sont peut-être dans la peur. Les grands frères veillent en machos protecteurs dans leurs rêves traditionnels chimériques de contrôle sur les femelles. Elles se couvrent pour se protéger de la connerie du mâle incolore toutes ethnies confondues. Elles se couvrent parce qu’elles traversent l’adolescence dans l’auréole mystique...mais aussi quelques fois, pour emmerder le monde. L’effet est garanti.
 
Ce n’est pas sans déplaire aux "fous de Dieu" caressant leurs rêves interlopes de domination mystico-politique.
 
Le pathos religieux épouse toutes les confessions religieuses et concernent tous les hommes.

N’oublions pas la petite famille musulmane modeste de nos banlieues, qui cultive l’humanité dans la foi et la simplicité. Famille paisible et solidaire, comme il en existait en France au XIX et XX ème siècle.

Pour le passé des conquêtes , nous connaissons les africains, issus de nos colonies. Nous avons un lourd contentieux avec eux depuis cinq siècles. Valladoïd au XV ème siècle, devancés de peu, par nos amis Espagnols et Portugais, esclavagistes et navigateurs du peloton de tête. Nos cerveaux d’anciens colons est encombré de savoir multiples qui s’empilent comme des strass volcaniques. Les éruptions furent nombreuses, les retombées sont maintenant imprévisibles, incalculables et particulièrement déstabilisantes.

Considérons que les ethnies fleurissent au métissage, entrainant avec elles un renouveau culturel sur une terre désormais bien petite, malade et particulièrement dichotomique. Les lendemains qui chantent et qui déchantent appartiennent aux citoyens du monde. L’homme est un phénix, il renait toujours de ses cendres.
"La peur de l’autre n’est pas une pulsion naturelle que la culture doit contenir : C’est une construction culturelle, qui ne peut être déconstruite que par une contre culture." ( d )

"Pour qu’une altérité radicale provoque la répulsion plutôt que l’attirance, la curiosité ou l’amusement, il faut que ces mêmes paroles l’aient dramatisées en imposant une interprétation unique et univoque du foulard."

La culture majoritaire a sans doute influencé notre regard et notre jugement en nous proposant des vocables forts,
comme par exemple, " aliénation", "fanatisme", "patriarcat", "oppression", "violence".

L’historique de la datation du "voile islamique", remonte à 1865, les colonisés appartiennent à un corpus théologico-politique jugé pervers. Pus tard entretenu et réactivé par la proximité du non partage.

On peut souligner au passage les dérives de la judéophobie, négrophobie, voilophobie, islamophobie, selon que notre coeur penche plus ou moins à gauche ou à droite, et surtout à l’extrême de l’orientation.

Dans l’avenir, il serait bon d’adjoindre à la culture une mission antiraciste, sans fétichiser cette dernière en la présentant comme antiraciste par essence sans dénoncer le racisme comme un produit de l’inculture.

Il est un paradoxe ( apparent ) c’est dans les milieux de "culture officielle" que l’on s’acharne le plus sur la différence culturelle. La tâche constituerait donc à déconstruire une culture dominante raciste et à construire une contre-culture authentiquement antiraciste."

En dernière minute...Voici le résultat d’une initiative populaire :
Les citoyens helvétiques ont accepté par 57,5% des suffrages, une initiative populaire exigeant l’interdiction de construire de nouveaux minarets en Suisse. Ils ont en revanche rejeté l’interdiction d’exporter du matériel de guerre par 68,2% des voix...cherchez l’erreur entre la minarophobie et le réalisme économique.

Notes
 
a) L.Szondi Diagnostic expérimental des pulsions, bibliothèque de psychiatrie, P.U.F.
b) P.Tevanian, La mécanique raciste, Editions Raison d’agir, 2005
c) Platon, Apologie de Socrate, Garnier Flammarion, 1999
d) P.Tévenan, La mécanique raciste, Editions Raison d’agir, 2005
 
 

Documents joints à cet article

Vote sur la peur de l'ombre

Moyenne des avis sur cet article :  3.4/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • jack mandon jack mandon 30 novembre 2009 13:19

    Est-ce l’effet de l’âge, ou de l’altitude, le promeneur solitaire m’est d’un bon conseil.
    Il faut tout de même une certaine inconscience pour ne pas admettre
    qu’ il faut se faire discret quand on débarque
    de pays qui n’ont que faire des libertés et de la différence.
    La communication est depuis bien longtemps faussée.
    Pour cette raison, l’émotion est mauvaise conseillère,
    c’est pourtant elle qui a pris le pouvoir.


    • jack mandon jack mandon 30 novembre 2009 13:20

      Est-ce l’effet de l’âge, ou de l’altitude, le promeneur solitaire m’est d’un bon conseil.
      Il faut tout de même une certaine inconscience pour ne pas admettre
      qu’ il faut se faire discret quand on débarque
      de pays qui n’ont que faire des libertés et de la différence.
      La communication est depuis bien longtemps faussée.
      Pour cette raison, l’émotion est mauvaise conseillère,
      c’est pourtant elle qui a pris le pouvoir.


      • SANDRO FERRETTI SANDRO 30 novembre 2009 20:58

        Bonjour, Jack,
        Sur les affaires suisses, j’observerai une stricte neutralité...
        Je sais simplement que la peur n’écarte pas le danger.
        Et que de toutes façons, « c’est un grand terrain de nulle part avec de belles poignées d’argent ».
        Tenez,voulez-vous lire ceci, vous qui avez -sans doute- lu la Bible ?

        http://leon-fraichesnouvelles.blogspot.com/

        Ca s’appelle « station service ». Venez prendre un peu d’essence...
        Bonne soirée ;


        • jack mandon jack mandon 9 décembre 2009 16:22

          @ Sandro

          Neutralité ou diplomatie ?
          Pour ma part, je n’ai pas connu la contagion, malgré mon statut de résident.helvétique.
          Ce qui me dérange dans l’islam, c’est le débordement fusionnel,
          La sagesse ne prend pas racine dans l’émotionnel.
          C’est le conflit et la guerre qui naissent de l’émotion.
          Toute religion confondue et toute passion politique avouée,
          quand la raison vient à manquer, le chaos montre le bout de son nez.

          Le site proposé a connu ma visite.
          J’ai enlevé mes chaussures, et j’ai terminé sur les mains.
          C’est élégant, bien habité, confortable et bien rédigé.

          Merci Sandro


        • Suldhrun Coyotin 1er décembre 2009 00:37

          Bonsoir jack

          Les soubresauts du temporel ne m incitent guère .

          Si vous passez par la Savoie , allez donc a l abbaye de Haute combe , vous y verrez une peinture ... l annonciation .

          Elle recèle toutes les réponses aux énigmes du grand œuvre Alchimique

          Par la suite , suivez la route du bord du lac Le Bourget , et entrez par st Innocent vers la ville d Aix les Bains .

          Les Thermes donc Pellegrini d Aix les Bains , entrez et vous y verrez en chaque coin la coquille de st Jaques , symbole du voyage intérieur. Prenez l escalier principal , et tournez a gauche , et la , a votre regard il se présentera une statue , elle symbolise la treizième arcane de l art , un enfant chevauchant un dauphin , une cithare a la main .

          Revenez sur vos pas .... et allez a droite pour y trouver ...

          J arrête ici jack ... un autre jour peut être ...

          Quel rapport a votre article  ? Eh bien l ombre , une fois dissoute , recèle dans ses cendres une sorte de joyau , une sorte de logiciel biologique permettant de somatiser l éternelle jeunesse toujours renouvelée .

          Rêve ou réalité ....


          • jack mandon jack mandon 9 décembre 2009 16:37

            @ Coyotin

            Votre plan de vie est un projet de voyage intérieur qui contraste avec l’ambiance triviale.
            Merci pour la visite guidée à travers le temps. Il me semble que j’ai traversé l’époque médiévale,
            j’ai abordé la pléiade avec un fond de luth...merci pour la visite guidée, je suivrai vos conseils à l’occasion.

            C’est une manière bien poétique d’envisager l’ombre.
            D’un autre côté, il me semble que l’existence de l’ombre met en valeur la lumière.

            Merci Coyotin pour le rappel intemporel.


            • jack mandon jack mandon 2 janvier 2010 07:53

              @ un bon niveau d’intervention

              Par Mohamed Pascal Hilout (xxx.xxx.xxx.33) 1er janvier 21:22

              Chère ou cher Zvalief,

              Le jeudi 17 décembre 2009, j’ai participé au "Débat sur l’identité nationale" organisé à la Préfecture de Melun. Voici quelques propos que j’y ai tenu sur le sujet que vous évitez de traiter :

              Je suis Pascal Hilout, né Mohamed. Mes deux parents sont musulmans et je crois que ce débat est salutaire si nous le menons avec franchise et avec tout l’amour que nous devons à ce beau pays et à tous ses enfants, divers et variés. La nation ne peut être l’apanage de certains partis. Votre couleur politique m’importe peu. Mon témoignage consiste à dire que depuis longtemps, nous n’avons pas voulu mettre les points sur 3i, intimement liés : Immigration – Islam – Intégration.

              Bien des immigrés avant nous ont subi des discriminations, mais se sont vite intégrés et puis complètement dilués dans le creuset de fusion que la France a toujours été. Or l’islam, c’est à dire les prescriptions du coran et de Mahomet, est une entrave à une réelle assimilation ICI et MAINTENANT. Ce n’est pas la faute à Marianne. L’islam est basé sur des interdits et des restrictions qu’il nous faut absolument dénoncer pour émanciper nos concitoyens musulmanes et musulmans.
               
              L’injonction faite par l’islam à la musulmane d’épouser uniquement des musulmans ou des convertis bien circoncis est une prescription immonde, inique et contraire au droit des femmes de choisir leur amour et de mener leur vie sexuelle comme elles l’entendent. L’islam est capable de maintenir nos concitoyens musulmans dans des enclos communautaires. Pour ce faire, il est armé d’interdits culinaires, vestimentaires, sexuels, esthétiques, sportifs, commerciaux, sépulcraux etc.

              Ma dernière volonté à ma famille est d’être enterré en rang, à côté de mes voisins et de mes concitoyens du cimetière communal qui n’est pas confessionnel. Je ne demande pas le panthéon !
              Aujourd’hui, être français pour moi, c’est avoir le courage de dire non à toutes les prescriptions liberticides, sexistes, séparatistes et ségrégationnistes prônées par les religions ET surtout par l’islam de mes parents que j’aime tant. Voltaire, réveillez-vous ! Nos intellectuels sont devenus fous !

              Prenez un petit quart d’heure et écoutez ce que j’ai dit face à nos parlementaires qui m’ont auditionné sur le voile intégral.

              http://www.assemblee-nationale.fr/1...

              Avec tous mes respects


              • jack mandon jack mandon 2 janvier 2010 08:16

                Par jack mandon (xxx.xxx.xxx.252) 2 janvier 08:12

                @ Mohamed Pascal Hilout

                Monsieur, vos propos présentent l’avantage d’être sages.

                Pour faire court et simple, c’est un bon dosage de sensibilité, d’intelligence

                et d’humanité...tout ce que l’orient ancien porte dans son histoire profonde,

                tout ce qui prévalait sur terre avant que les religions judéo-chrétiennes et
                 
                musulmanes dogmatisent les interdits sur l’amour humain.

                Les religions engendrent les névroses et psychoses par les peurs

                et interdits qu’elles véhiculent.

                L’HOMME est un curieux animal qui s’empêche d’aimer.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès