• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

jack mandon

jack mandon

Travaux de psychologie des profondeurs et graphologie judiciaire, Institut jungien, A. Teillard, Paris
Diagnostic expérimental des pulsions selon Szondi, recherches, applications, conseil et orientation.
Diplômé en psychologie, j'ai présenté 6 mémoires dont voici l'énoncé :
La roue de médecine : Théâtre de nos archétypes, fondement ancestral,
La mythologie personnelle : Activation de notre histoire contemporaine,
La rencontre avec l'ombre : Le miroir et la rencontre avec nous même,
Le pardon : Acte libérateur vers la métamorphose,
Les mémoires du corps : Empreintes du temps dans notre chair,
Transpersonnelle au quotidien : Alchimie de la réalité et de l'imaginaire.
Dans l'exercice de mon métier, j'ai cultivé et utilisé les outils suivants :
Analyse transactionnelle, transpersonnelle, P.N.L., rêve éveillé, visualisation, éducation des choix, hypnose, sophrologie, graphologie, symbolisme zodiacal.
Dans les secteurs relatifs à l'intime, le confidentiel, le matrimonial, le professionnel, le social, la réinsertion, l'enseignement, le culturel.
La rédaction d'un article me ramène toujours à l'humain, à la poésie, au culturel, je n'apprécie pas"l'esprit de critique" toujours entaché de problèmes bien subjectifs projetés à tout va sur tout ce qui bouge. En revanche, l'esprit critique,dans la nuance, plus pédagogique retient mon attention, car il s'adresse à la partie adulte de notre psyché et incline à la réflexion, voir, à la méditation.
Dans cette période de ma vie, je privilégie l'exercice physique varié et soutenu en partage avec des échanges de qualité, mon intérêt pour la nature est grandissant.
 
 

Tableau de bord

  • Premier article le 04/04/2008
  • Modérateur depuis le 18/04/2008
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 111 4597 8948
1 mois 1 26 8
5 jours 0 1 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 122 89 33
1 mois 1 0 1
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires


  • jack mandon jack mandon 22 juin 16:09

    l’Imposture en marche

    Au CERN à Genève, on a pu capturer de l’antimatière, c’est à dire le « rien »

    C’est néanmoins la matière qui a gagné et qui porte la vie.

    Le seul intérêt du néant, scientifique, politique, journalistique ou religieux c’est qu’il nous montre la forme, la vie, l’animation. Ainsi macreux-micron-mignon, c’est le doigt qui montre la Lune. Il se trouve que de nombreux égarés contemplent le doigt sans observer le réel lunaire. Des bobos de droite et de gauche, des enculturés dénaturés, des politicards de nul part, des misérables humains sans repaire.

    Si l’on se permettait d’être triviaux, on devrait dire, « tout sauf Macron »

    Voter, vivre ou aimer, c’est regarder le réel lumineux et serein. Faut-il que l’être humain soit malade, malheureux ou simplement égaré pour contempler l’illusion, voire même l’invisible.

    J’espère que Michel Onfray se trompe quand il évoque notre déclin civilisationnel. Paradoxalement, Jésus et Marx qui se ressemblent beaucoup, nous parlent de la même chose, de la vie sacrale, du tout dans l’être, l’un nous parle du monde capitalisé, l’autre du royaume de son père. Il se trouve que les systèmes humains, politiques et religieux, se sont empressés de falsifier l’essence des messages. Ainsi le vrai est devenu le faux et réciproquement.

    Pour revenir à l’hologramme politique, il s’oppose au réel, aidé par les médias du vide et du mensonge réel. Macron est donc le candidat de l’antimatière, la victoire du virtuel sur le réel.

    Avec lui, la mort n’existe pas, l’islam et autre fascisme, la criminalité, le terrorisme, le péril de l’immigration, les états nations...les iles oui. Hélas également l’art et l’histoire. Il n’est pas inculte l’énarque, il est l’antimatière. En clair avec Macron, la France n’a pas existé, n’existe pas et n’existera jamais. C’est le mondialisme puisqu’il faut l’appeler par son nom. Croyez vous que cela passionne les français du réel et du rêve pour le plaisir ?

    Deux alternatives, fuir la France au plus vite, ou déterrer la hache de guerre et virer une bonne fois les illusionnistes ! Le grand problème, ils sont légion mais pas majoritaires.

    Commentaire présenté avant l’élection farce et attrape, à l’époque ou le macron avait osé rendre visite aux marseillais.


  • jack mandon jack mandon 20 juin 12:58

    Bonjour Taverne

    Qui mieux que Montaigne pouvait entendre la différence, par nature et par curiosité d’esprit. Lui, explorateur de nouveau monde. (la femme est un autre monde) L’étranger pour lui se meut entre attirance et rejet. Sa nature sage le tenait en dehors de son époque troublée de fanatisme religieux. Maire de Bordeaux, il désertait sa charge et se réfugiait dans la tour de son château. Il voyageait en esprit dans l’antiquité grecque et romaine en extrayant les citations pour ses Essais. Le désir de connaître et d’explorer est multiforme...surtout chez un être libre, intellectuel ou non.

    Les conflits majeurs qui naissent, homosexuels ou hétérosexuels sont de nature projective émotionnelle. Marie de Gournay, Montaigne et La Boétie, avaient des têtes bien faites et des sentiments bien structurés. Tous les trois évolués et intemporels.


  • jack mandon jack mandon 12 juin 10:20

    @LionBlanc

    Dans le Valais suisse que j’ai choisi pour rêver à l’impossible, un écrivain valaisan Charles-Ferdinand Ramuz nous dévoile sa vision de l’emprise de la société de l’avoir sur le peuple de la montagne. Les montagnards, dans leur rudesse coutumière sont à priori bien loin des projections de l’imaginaire. Pragmatiques, en prise avec la dure réalité il semblent protégés de ce qui tente l’âme citadine. Dans « La grande peur dans la montagne » le prince de ce monde" les terrorise inconsciemment et asservit leur imaginaire.
    Curieux, Ramuz aux deux prénoms, Charles, celui de Baudelaire, Ferdinand, celui de Céline. Un bon mélange qu’il extériorise dans cette tragédie moderne.


  • jack mandon jack mandon 12 juin 09:35

    @LionBlanc

    Bonjour discrète mais identifiable apparition,


    Vous avez deviné, mon intention était aussi politique. Certes les anté-socratiques et leur modèle de communauté de l’être sont à des années lumière de la société de l’avoir devenu.

    Comment envisager une transition ? Dans le clip qui illustre le long discours idéaliste de Chaplin, nous sommes dans l’atroce montée en puissance du nazisme, forme caricaturale et dramatique du terme inéluctable de la société de l’avoir dont la référence grégaire reflète la vassalité léthargique des peuples. Et pourtant le vrai critère qui conditionne le drame, se nommait Mammon à l’époque du Pentateuque de Moïse, le prince de ce monde à l’époque des évangiles de Jésus, le Capital au XIXe siècle avec K. Marx...trois grands philosophes juifs. Pour ma part, je trouve que les « évangiles » qui évoquent l’homme spirituel et le « Manifeste » qui plante l’homme matériel exclusivement, sont les deux références qui nous parlent de la dichotomie de l’âme humaine.

    Si les modèles de société ne parviennent pas à prendre racine, des personnalités isolées et réparties sur toute la surface de la terre vivent réellement la communauté de l’être en eux même et dans leur environnement immédiat. L’inconscient collectif des peuples tient en état de veille le tout dans l’être du néolithique. Les anté-socratiques nous accompagnent toujours. C’est précisément au moment où le monde accomplissait un bond spectaculaire dans l’ignominie avec Hitler, que des philosophes, au terme du XIXe siècle, sous l’impulsion de Nietzsche et Marx mirent en lumière un autre modèle de société possible en actualisant les penseurs, scientifiques et artistes ioniens issus du matriarcat. C’est en partie dans le même pays que s’élaborèrent l’ombre et la lumière de concert, le mal et l’antidote. On ne peut pas nier que la somme des concepts heureux furent déformés et dévoyés, ce qui est la marque absolue du grand capital.


    Merci de la fraîcheur de votre passage.


  • jack mandon jack mandon 10 juin 12:22

    Jacques-Robert SIMON

    "Les Hommes politiques, et maintenant les économistes, se donnent pour tâche d’organiser les sociétés. Pourtant, ni la quantité, ni la qualité des richesses produites ne dépendent d’eux, ils n’ont jamais été les principaux contributeurs au mieux être des individus. Ce sont les scientifiques, les ingénieurs, les techniciens avec les poètes, les peintres et les philosophes qui ont sorti quelque peu sorti l’humanité de la barbarie"

    Excellente introduction, de mon point de vue.

    Pour cette raison, je ne puis souscrire à votre vision mélanchonienne, elle est très politique, c’est à dire qu’elle ne s’inscrit pas dans une philosophie insurrectionnelle, présocratique, J.L. Mélanchon se présente souvent comme un jacobin, Sa sympathie pour Robespierre n’est pas la seule raison qui me contrarie.
    .
    Après Socrate, avec Platon et Aristote, la société fut compartimentée, scindée, découpée en systèmes spéculatifs qui introduisirent l’argent, le contrôle et l’état, c’est à dire le conditionnement obligatoire, l’emprisonnement insidieux, le pouvoir de l’avoir, l’aliénation humaine. L’avènement de cette société de l’avoir arrive aujourd’hui à son paroxysme de cruauté et d’incohérence grégaire, avec paradoxalement sa merveilleuse créativité et ses découvertes spectaculaires. Le bon, le beau et le vrai existent donc toujours ?

    Ce qu’en pense Nietzsche,
    « L’activité des philosophes de la nature, même s’ils n’en étaient pas conscients, débouche sur un salut commun et une purification générale ; le cours puissant de la civilisation grecque ne doit pas être interrompu et de terribles dangers doivent être écartés de sa route : Le philosophe défend sa patrie. Or, désormais, depuis Platon, le philosophe est en exil et conspire contre sa patrie...Les géants s’interpellent à travers les intervalles désertiques de l’histoire et, sans qu’il soit troublé par les nains insouciants et bruyants qui continuent à ramper au-dessous d’eux, leur sublime dialogue entre esprit se poursuit. F. Nietzsche (Prophétisme actualisé, c’était en 1870) ».

    J’aime votre clarté et votre éthique, seulement les hommes politiques ne vous ressemblent pas

    Mon inspiration, à l’hiver de ma vie, les Évangiles de Jésus et le Manifeste de Marx.
    Ces deux philosophes me parlent de l’être et de l’avoir selon deux perspectives complémentaires.

    Pour conclure Mélanchon est à gauche du capital et Macron à droite de ce même capital et ni l’un ni l’autre n’aime suffisamment sa patrie.

    Francis Cousin - L’Être contre l’Avoir (extrait 9 min) – YouTube 







Palmarès