Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Religions > Assomption : Les Catholiques appellent à prier pour la France... et contre (...)

Assomption : Les Catholiques appellent à prier pour la France... et contre le mariage gay et l’homoparentalité !

« L'Assomption est une grande date mariale. Une fête encore très populaire. Elle est aussi le dernier moment estival de prise de recul spirituel avant la rentrée. Pour ces raisons, les Évêques de France proposent aux catholiques de l'ensemble des diocèses de s'unir dans une même Prière universelle.Dans l'inquiétude de la crise économique sociale et internationale, devant la gravité de choix sociétaux de portée considérable, il est essentiel de conscientiser l'opinion au-delà de la sphère pratiquante habituelle. Non seulement la Mère du Christ recueillait les événements en son Coeur, mais aussi elle les méditait et concrétisait sa réponse envers eux. Puisse Notre-Dame de l'Assomption éclairer nos décisions personnelles et collectives. 

Mgr Bernard Podvin

Porte-parole des évêques de France »

JPEG - 26.9 ko
Mgr Bernard Podvin, Porte-parole des évêques de France

Le texte d’introduction de la proposition nationale pour une prière des fidèles en la fête de l’Assomption 2012, proposée par la Conférence des évêques de France, donne déjà le ton. « Problèmes sociétaux de portée considérable » : l’ouverture du droit au mariage et à l’adoption par les couples de même sexe… Une prière en quatre points, dont le caractère politique n’échappera à personne !

Ainsi l’épiscopat français renoue avec une tradition, longtemps abandonnée, qui lui donne un parfum surrané digne des années 40. Il s’inscrit clairement dans une opposition aux réformes sociétales engagées par François Hollande et la majorité présidentielle.

POURQUOI UNE TELLE PROPOSITION DE PRIERE ?

La hiérarchie catholique française n’a jamais caché son opposition à l’ouverture au mariage et à l’adoption pour les couples de même sexe. Les nombreuses déclarations de prélats, ces derniers mois, allaient dans ce sens. On ne pouvait pas espérer le contraire, les positions de l’Eglise catholiques sont claires sur ce sujet. Même benoît XVI, lors de la présentation de ses vœux au corps diplomatique, en janvier dernier, y avait fait une allusion à peine voilée.

Le texte sur l’ouverture au mariage et à l’adoption par les couples de même sexe est inscrit sur le programme de travail des législateurs pour la prochaine rentrée parlementaire. La date du 15 août, fête de l’Assomption, est donc judicieuse. Une façon de marteler les esprits des fidèles pendant la « trêve estivale », période où le président de la république, le gouvernement et les parlementaires sont en vacances.

Doit-on s’attendre, dans les prochains mois, à une opposition beaucoup plus marquée de la part de l’Eglise catholique de France ? C’est l’idée qui se dégage clairement.

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.44/5   (50 votes)




Réagissez à l'article

110 réactions à cet article    


  • raymond 2 août 2012 17:21

    bon sérieusement Mr Bella, vous n’allez pas reprocher au héritier du livre qui traite l’homo par le feu, la lapidation, l’homo et même la masturbation est une abomination, de protester ? smiley de plus en plus de gens répondent directement avec leur reptilien à ce qui demande un cortex bien organisé.


    • Giuseppe Di Bella Giuseppe Di Bella 2 août 2012 17:35

      Comme vous avez pu le lire, je ne m’attendais pas à ce que l’Eglise catholique approuve le mariage et l’adoption pour les couples de même sexe. Par contre, qu’elle invite à prier pour la France et contre cette réforme renoue avec une vieille tradition abandonnée depuis de nombreuses décennies. Les religieux s’occupent de religion et qu’ils laissent la politique aux politiciens.


    • raymond 2 août 2012 17:42

      C’est donc un retour feutré mais ferme dans la période maréchal nous voilà, un recul de 92 ans


    • Anaxandre Anaxandre 3 août 2012 13:34

      @ Di Bella

       Les sociétés humaines se sont fondées partout et toujours sur la famille traditionnelle, avec une homosexualité plus ou moins admise ou tolérée dans la sphère privée. En cela l’Eglise Catholique, et les religions en général, est certainement plus légitime à traiter ce sujet que les porte-voix politiques et médiatiques du petit mais puissant lobby du Marais. Je pense que personne ne mesure encore l’ampleur de la transformation radicale de la société qu’on nous prépare avec le mariage, puis l’adoption homosexuelle.

       Qu’on observe les transformations de notre société ces dernières décennies et le communautarisme qui y devient dominant, qu’on y ajoute la destruction du modèle social fondateur de la société, à savoir la famille traditionnelle qui promeut la réconciliation et l’union de l’altérité homme/femme par le mariage et on comprendra que nos politiciens clientélistes nous préparent une drôle de société dans laquelle nous vivrons de moins en moins ensemble mais au mieux côte à côte et de plus en plus en suivant des voies particulières, voire opposées. Jusqu’à l’affrontement et l’explosion ?

       Je précise que je ne suis pas un « Catholique traditionaliste » et que j’ai longtemps approuvé la propagande sociétale « de gauche », avant de voir les dégâts que de telles idéologies font subir à la cohésion nationale, et d’essayer de réfléchir par moi-même à ces sujets (je ne lis plus « Libé » depuis longtemps...).


    • oncle archibald 2 août 2012 18:46

      Vous présentez la position de l’église catholique comme une prise de position politique, comme si les fidèles catholiques aux quels s’adresse cet evêque étaient des opposants sytématiques à François Hollande et plus généralement aux militants socialistes ...

      Ouvrez les yeux ! Il ne s’agit pas de politique politicienne ! La position de l’église serait exactement la même si les mêmes projets étaient conduits par une majorité de droite ! 

      L’église donne son avis sur un bouleversement des lois qui régissent la famille à ce jour. Je pense qu’il est parfaitement dans son rôle d’analyser ce qui est envisagé, de donner son avis sur les conséquences du changement proposé, et d’encourager ses fidèles à réfléchir à la société qu’ils souhaitent pour demain, en adéquation avec « leurs valeurs » ... 

      Vous semblez penser qu’il est interdit d’exprimer en public une opinion différente de la votre , interdit de militer pour essayer d’empêcher le vote d’une loi qui vous parait néfaste. Vous voulez quoi au juste ? Qu’on chante non pas « ave maria » mais « vive les tatas » dans toutes les églises pour le 15 Août ?

      • Giuseppe Di Bella Giuseppe Di Bella 2 août 2012 19:10

        Je vous invite à relire attentivement cet article attentivement. L’attitude de l’Eglise catholique ne me suprend pas du tout. Par contre, le fait qu’elle utilise un procédé qui n’est plus utilisé depuis 1945 me semble assez surprenant.

        L’Eglise donne son avis, très bien. Et pendant les cinq années de Sarkozy, elle n’avait rien à dire ! C’est surprenant ! Vous semblez oublier que l’Eglise catholique de France avait communiqué un texte à ses fidèles, avant l’élection présidentiel, comprenant treize « éléments de discernement », en insistant sur les « questions d’éthique et de société »... Et vous semblez prétendre que l’église ne fait pas de politique !

        Que l’Eglise balaie devant sa porte, avant de donner des leçons de morale ! « Vive les tatas »... Cette remarque en dit long sur votre vision des choses... et tombe dans le registre des insultes homophobes, réprimées par la législation. Vous semblez l’oublier.

         

         


      • oncle archibald 3 août 2012 07:56

        « L’Eglise donne son avis, très bien ». Merci de condescendre à ce que l’Eglise Catholique puisse avoir une réflexion et faire part de ses conclusions.


        Quand elle donne son avis sur les « questions d’éthique et de société » elle est parfaitement dans son rôle de « directeur de conscience » qui amène celui qui lui fait confiance à réfléchir sur ce qu’il peut faire ou ne pas faire pour aller vers une société meilleure.

        Et non seulement je prétends mais je confirme que l’église ne fait pas de politique au sens que l’on n’a que trop vu ces dernières années, de clivage droite gauche. Il y a des Catholiques très convaincus qui votent à droite et d’autres qui votent à gauche ... puisque sauf à s’abstenir ou voter blanc il faut bien choisir finalement celui dont on croit qu’il sera le moins mauvais ! Pour vous rassurer il y a militants syndicaux catholiques qui votent et incitent à voter à gauche. Le frein le plus évident à un vote catholique de gauche massif reste bien précisément la position de la gauche sur les questions d’étique et de société ...

        En gros dans les critères de choix au moment de voter il y a le partage équitable des richesses, qu’à priori des élus de gauche devraient réussir plutôt mieux, et l’évolution des moeurs sur les sujets les plus sensibles et fondamentaux que sont la vie l’amour et la mort, pour lesquels les candidats de la gauche ont fait des propositions qui vont dans un sens qui n’est pas, aux yeux des catholiques, le bon sens. 

        Et donc c’est suivant le poids que l’on attribue aux divers critères que le choix peut se faire .. L’église a mis en évidence les choix et a donné son avis sur chaque point ... Vous le lui reprochez juste parce que ces choix ne sont pas les vôtres ? 

        L’église n’a jamais dit, à ma connaissance, votez à droite .. Un ou deux curés se sont crus autorisés à le faire, à titre personnel sans aucun aval de leur hiérarchie, et la meute des journalistes s’est aussitôt précipitée pour dénoncer cette « prise de position scandaleuse »....

      • Mmarvinbear Mmarvinbear 6 août 2012 15:28

        "L’église donne son avis sur un bouleversement des lois qui régissent la famille à ce jour. Je pense qu’il est parfaitement dans son rôle d’analyser ce qui est envisagé, de donner son avis sur les conséquences du changement proposé, et d’encourager ses fidèles à réfléchir à la société qu’ils souhaitent pour demain, en adéquation avec « leurs valeurs » ... "

        C’est bien là le problème. L’ Eglise, comme aucune autre religion d’ailleurs, n’analyse pas. Elle se contente de mettre en parallèle le changement avec son dogme et elle rejette ou non le changement, non par rapport à ce que cela pourrait apporter, mais selon ce qui est dit dans un bouquin écrit il y a trois mille ans au bas mot !


      • oncle archibald 2 août 2012 18:51

        Le plus amusant dans votre texte, le plus instructif sur votre pensée, c’est cette phrase : " Une façon de marteler les esprits des fidèles pendant la « trêve estivale », période où le président de la république, le gouvernement et les parlementaires sont en vacances."


        Ah salauds de curés ! Ils en profitent dès qu’on a le dos tourné pour faire leur sale propagande ! Faut les surveiller comme le lait au feu !

        • arobase 2 août 2012 19:31
          des cathos certes, mais pas des Chrétiens ! le Christ ils ne savent pas ce que c’est et l’insultent au quotidien !

          quand tous ces rigolos vendront tous leurs biens, inutiles et mal acquis, et distribueront le produit aux pauvres, quand ils se mettrons au travail et gagnerons leur pain la sueur de leur front comme dieu leur aurait parait_il prescrit , ils pourront donner au monde des leçons.

          nous on a d’autres soucis pour faire vivre nos enfants, que d’écouter leurs sornettes.

          (histoire vraie ces jours derniers:l’absoute pour la mort d’un indigent est facturée 100 euros à la Mairie du village !) 

          en attendant que les religieux de tout poil prient s’ils le veulent dans leur chambre, foutent la paix au monde et arrêtent de provoquer la mort de millions de personnes, comme ils l’ont toujours fait depuis la nuit des temps .

          • Antoine Diederick 2 août 2012 20:02

            Arobase,

            Vous avez l’air de bien connaitre les chrétiens vous, cela se sent ...


          • Antoine Diederick 2 août 2012 20:08

            Monsieur Di Bella,

            Nierez-vous que les problèmes éthiques plus que jamais sont au coeur de nos sociétés et qu’en faisant cette charge vous vous y incluez tout entier.

            Loin de moi le désir de fustiger l’homosexualité, ce n’est pas mon but d’autant que si je comprends bien vous n’êtes pas chrétien.

            Vous réclamez le droit à la différence. Acceptez le droit à la différence pour les autres.

            Je me souviens de JL Bory , qui réclamait le droit à l’indifférence....que nous en somme bien loin.


            • Giuseppe Di Bella Giuseppe Di Bella 2 août 2012 21:41

              Monsieur Diederick,

              Le problème dans mon article n’est pas l’homosexualité. C’est celui de l’Eglise qui renoue avec une vielle tradition qui remonte à Louis XIII et abandonnée depuis les années 40. Rien depuis tout ce temps ne pouvait la faire réagir ? Il ne s’est rien passé depuis ?

              Je vais vous surprendre : je suis catholique et pratiquant. Je ne suis pas ici pour « casser du curé » inutilement. J’ai même écrit un article pour saluer le courage de l’évêque de Liège qui condamnait la violence homophobe.

              Personnellement, je ne suis pas concerné par le mariage et l’adoption pour tous. Je n’ai pas envie de me marier ou d’adopter des enfants. Pour ma part, il s’agit juste d’une mesure d’égalité. Mêmes droits, mêmes devoirs.

               

               


            • oncle archibald 3 août 2012 08:11

              Monsieur Giuseppe Di Bella, vous vous présentez vous même comme un militant LGBT et un « citoyen engagé » ... Appellation que vous réservez apparemment aux militants de gauche, sympathisants du milieu homosexuel par pur intérêt électoral. 

              Il faut bien cliver la société avec quelque chose, susceptible de déclencher des réactions passionnelles, de prendre des mesures « d »avant garde" de préférence peu couteuses, pour entretenir son fonds de commerce. Il est beaucoup plus difficile de tenir le gouvernail et de faire avancer le navire France, ceux qui sont sur le pont actuellement semblent le découvrir .. Quelle hypocrisie !

              Aucune autre opinion que la votre ne mérite que l’on s’engage, que l’on milite, que l’on lutte ?

            • King Al Batar King Al Batar 3 août 2012 15:44

              Bonjour à l’auteur.
              Votre problème c’est qu’on a l’impression que parce que le procédé n’est plus utilisé « depuis les années 40 » il serait forcément mauvais.
              Je ne suis pas Catholique, mais je peux vous assurer que de mon point de vue, la perte de tradition, et nottament des traditions chretiennes de notre pays, est une des raisons de la perte de notre identité (nationale)...
              Alors c’est vrai que depuis les années 40, on a remplacé la fete de la naissance du Christ par une orgie commerciale estampillé CocaCola... Est ce mieux ? La morale publique en est elle grandi ?
              Paques c’est a peu près identique... On parle de retirer un jour férié. Ce sera certainement un jour lié à la chrétienté... Et puis plus tard on nous en remettra un nouveau... Bien commercial comme la Saitn Valentin.

              Nous sommes en permanence en train de perdre nos valeurs... Pas besoin d’aller chercher du coté de l’Islam pour trouver des raisons a la perte de notre identité nous la detruisons nous même depuis bien longtemps.

              Je vous conseille vivement la lecture de « La crise du Monde Moderne » de Rene Guenon, vous verrez que ce qui fait partie de notre passé et qui n’est plus, n’est pas par essence mauvais. Et le progrès peut, en l’absence de conscience, avoir un apport négatif...


            • Mmarvinbear Mmarvinbear 6 août 2012 16:05

              "Votre problème c’est qu’on a l’impression que parce que le procédé n’est plus utilisé « depuis les années 40 » il serait forcément mauvais."  : le problème n’est pas l’ancienneté, mais le symbole qui y est rattaché. L’episcopat français a flirté de très près avec Vichy et la dernière fois que cette prière a été invoquée, c’était en faveur du Maréchal. Autant dire que c’est pollué à mort maintenant.

              Comme la croix gammée : depuis 45, même les hindouistes évitent ce symbole qui était un porte-bonheur autrefois.

              Alors c’est vrai que depuis les années 40, on a remplacé la fete de la naissance du Christ par une orgie commerciale estampillé CocaCola... Est ce mieux ? La morale publique en est elle grandi ?
               : N’importe quoi. Noël a toujours été une fête catholique d’importance, même si l’ Eglise préférait célébrer Saint Nicolas le 6 décembre ou l’ Epiphanie le premier Dimanche de Janvier.

              D’ailleurs, en Scandinavie, c’ est le 6 décembre qui est le plus célébré. Et dans le monde hispanophone, les enfants ont leurs cadeaux en Janvier, et non le 25 décembre.

              En ce qui concerne Noel, l’ Eglise est plus chagrine en ce qui concerne l’utilisation de symboles païens, comme le sapin, ou profanes, comme la bûche. Une légende prétend que si le Père Noel a un manteau rouge, c’est en raison du logo de Coca-cola. C’est faux. C’est une reprise de la couleur du manteau de Saint-Nicolas, qui était par tradition rouge.

              Le seul apport de la firme d’ Atlanta, c’est la barbe et l’embonpoint. Le Saint Nicolas d’avant était glabre et mince. Le Santa Claus actuel est donc un mix de tradition et de modernité.

              Terminons, pour être juste, en rappelant que L’ Eglise n’a rien fait d’autre que de repeindre une fête romaine ( le jour du Sol Invictus ) à ses couleurs pour célébrer la naissance de Jésus (qui selon certains serait né en fait en Mars.) afin de faciliter son implantation dans la population romaine.

              Bien commercial comme la Saitn Valentin : Qui ici aussi est une reprise de fêtes païennes. Au lieu de célébrer Lupercus, dieu de la Fertilité, Rome a imposé Valentin.

              Nous sommes en permanence en train de perdre nos valeurs... Pas besoin d’aller chercher du coté de l’Islam pour trouver des raisons a la perte de notre identité nous la detruisons nous même depuis bien longtemps.  : Là encore, c’est n’importe quoi.

              Les « valeurs » ne sont rien d’autre que la sublimation, l’idéalisation de notre existence. Elles recouvrent ce que nous possédons et ce que nous désirons pour nous-même et nos proches, sur le plan social et matériel.

              Nous ne « perdons » pas nos valeurs. Ce sont juste nos vies qui changent, qui évoluent, et qui font que ce que nous pensons être le meilleur ne correspond plus forcément à ce que l’on a ou à ce que l’on peut avoir.

              Pensez-vous que l’avion soit une mauvaise chose ?

              Dans les siècles précédent, ceux qui voulaient voler étaient moqués. On justifiait cette impossibilité par le fait que « Dieu ne nous a pas donné d’ailes, et que nous ne devons pas voler. »

              Que penseraient-ils de nos Airbus maintenant ?

              Que penseraient-ils de tous ces couples qui ont des enfants alors qu’ils sont stériles ? Ne pensez-vous pas que c’est faire offense à Dieu si on permet à un homme ou à une femme d’avoir un enfant avec l’aide de la Médecine alors qu’ Il a tout fait pour rendre le couple stérile ?

              Notre monde nous construit autant que nous le construisons.

              C’est NOUS qui bâtissons nos Sciences, nos techniques, nos Temples. Personne d’autre. C’est NOUS qui avons écrit les textes dits sacrés. Personne d’autre.


            • EricB 6 août 2012 21:09

              Aucune autre opinion que la votre ne mérite que l’on s’engage, que l’on milite, que l’on lutte ?

              Oh si, Archibald, trés certainement. Mais encore faut-il avoir un argumentaire convaincant lorsqu’on veut militer. La caractéristique qui manque particulièrement au votre.

              Vous savez, si la société occidentale a globalement évolué vers beaucoup plus de tolérance envers l’homosexualité, c’est qu’elle a fini par comprendre pas mal de choses... Mais comme dans la Gaulle d’Astérix, il semble rester quelques irréductibles qui ne veulent rien comprendre et s’accrochent à leurs « valeurs », aussi arriérées soient-elles.


            • Antoine Diederick 2 août 2012 21:18

              a Valdor,

              Réfléchissez, que l’Etat dans un souci d’égalité accorde aux homosexuels une égalité de traitement soit, c’est normal et sans doute souhaitable. Surtout sur le plan civil.

              En revanche, il n’est pas possible de mettre sur un pied d’égalité le statut de chacun(e)s de nous dans un statut personnel, tout comme il n’est pas possible de réduire la procréation à l’acte médical, pas plus qu’il ne soit possible de nier le don de la vie, auquel l’auteur de cet article participe aussi.

              Pas plus qu’il soit possible de dénier un statut personnel au foetus dans sa singularité.

              Mais, il ne peut avoir de confusion ....


            • Anaxandre Anaxandre 3 août 2012 13:45

              @ Valdor

               En quoi l’Eglise Catholique qui dirigea les consciences et la société pendant tant de siècles en France serait-elle moins légitime à s’exprimer qu’un petit lobby d’un petit quartier parisien qui fait pression sur un parti qui dispose de moins de 200.000 adhérents ? La logique « démocratique » de certain me surprendra toujours...


            • Mmarvinbear Mmarvinbear 3 août 2012 15:13

              L’ Eglise a perdu sa légitimité à diriger les consciences le jour ou elle s’est courbée devant le pouvoir politique pour y être associée.

              Elle a perdu son droit moral à donner son avis le jour ou elle a poussé ses fidèles à participer à des tueries en son nom propre, alors que le premier commandement est assez explicite.

              Elle a aussi perdu le droit moral de se mêler de nos affaires le jour ou elle a commencé à se contenter de déplacer ses membres qui ont interprêté à sa manière le « laissez venir à moi les petits enfants ». Se bornant à les déplacer, leur permettant de briser encore plus de vies, s’autoprotégeant en s’appuyant parfois sur des responsables politiques locaux pour étouffer les affaires gênantes.

              Elle a perdu le droit de nous dire quoi faire quand elle a porté à sa tête un Inquisiteur qui est prêt à se vendre au diable intégriste afin de préserver une unité de façade.


            • Anaxandre Anaxandre 3 août 2012 15:54

               Vous avez raison, continuons à vomir tout ce qui a fait ou a participé à notre civilisation et notre génie (rappelons que critiquer et détruire ne sont tout-à fait la même chose...), continuons de courir vers cette société nouvelle qui, quel paradoxe !, plus elle nous offrait de confort matériel et d’apparentes libertés individuelle (toujours au détriment de la cohésion sociale), plus l’individu est devenu fondamentalement malheureux et seul. Enfin, je serais curieux de savoir les raisons, autres que celles de la propagande historique officielle de la République laïque, qui motivent tant de haine envers l’Eglise de la part de certains.


            • Mmarvinbear Mmarvinbear 4 août 2012 11:48

              Relisez votre Histoire.

              Le catholicisme a toujours été un frein au progrès social, économique et technique. Toutes les avancées se sont heurtées à Rome qui n’a pas hésité à faire brûler vif ceux qui mettaient en exhergue le fait que la cosmologie biblique était du grand n’importe quoi.

              La chrétienté n’a rien inventé. Même son livre sacré n’est qu’une reprise des textes sumériens et babyloniens antérieurs à la Thorah qui n’est elle même qu’une copie. Ne parlons pas du coran, la dernière update en date.

              Ce n’est que lorsque les curés ont été remis à leur place, dans les églises, que les choses ont commencé à s’améliorer.

              Ce n’est pas pour les en faire sortir maintenant !


            • Mmarvinbear Mmarvinbear 7 août 2012 12:01

              A la Libération, De Gaulle voulait renvoyer à Rome les évèques et les cardinaux qui avaient fricoté de trop près avec Pétain et le régime de Vichy.

              Mais il a vite vu que s’il faisait cela, il n’ en serait resté que deux ou trois en France.

              Il s’est contenté de deux ou trois, histoire de marquer le marquer le coup, et les autres ont été priés de garder un profil très bas.


            • COVADONGA722 COVADONGA722 2 août 2012 22:20

              yep , ben mince alors on trouve normal que l’on nous justifie au nom de la liberté
              le port du voile ou l’on veut et la pratique du ramadan y comprit quand on a la responsabilté de dizaines de gamins .Et voila des chretiens qui ne brulent personnes qui ne lapident personnes qui ne provoquent pas d’émeute. Juste dans les lieux reservés à leur culte dans les journaux de leur culte ils donnent leur opinion et invite à prier au lieu de foutre le boxon partout
              a propos de quelques chose qui les choquent et l’auteur nous fait le coup des hlpsdnh....
              hé hé vous avez vu z’etes pas d’accords avec les désideratas de la communauté gay ben vous etes un faschite un vichyste vous ne voulez pas acceder à ce qu’il veulent bande de beauf nazi !!!! ils veulent s’offrir avec l’argent ce que la nature leur refuse et vous osez vous y opposr ils ont le pognon ils ont l’education ils ont le lobying des medias et par dessus tout des lois faites pour eux et par eux qui vous invitent à vous taire définitivement sinon apres le procés en sorcellerie nazi vient le procés en homophobie et la vous etes mort !
              Asinus :ne varietur


              • Giuseppe Di Bella Giuseppe Di Bella 2 août 2012 22:35

                Je vous invite à relire attentivement cet article. Le fait que l’Eglise n’approuve pas le mariage et l’adoption pour les couples de même sexe n’a rien d’étonnant. D’ailleurs, je ne m’en cache pas. Elle renoue juste avec une vieille tradition héritée de l’époque de Louis XIII, la « prière pour la France », abandonnée depuis les années 40. L’église n’avait donc aucun sujet de prière à proposer à ses fidèles depuis plusieurs décennies ?

                Par contre, je vous prie de bien vouloir écrire clairement vos mots. Vous faites un raccourci dont le raisonnement m’échappe encore. Que viennent faire les nazis , le port du voile et la pratique de l’Islam dans cette affaire ?

                Le racisme, l’antisémitisme, l’homophobie sont des comportements répréhensibles condamnés par la législation française. Je ne vois pas où est le problème.


              • COVADONGA722 COVADONGA722 2 août 2012 22:49

                démonstration du monsieur , "z’etes pas d’accord pour nous ceder et faire evoluer cette société dans le sens ou nous le voulons ?
                 bon ben voila la réponse que nous vous faisons à vous la majorité invisible inaudible et baillonnée de ce sol .
                Taisez vous !
                CAR





                Le racisme, l’antisémitisme, l’homophobie sont des comportements répréhensibles condamnés par la législation française
                ...
                Asinus : ne varietur


                • Giuseppe Di Bella Giuseppe Di Bella 2 août 2012 23:07

                  Donc le racisme, l’antisémitisme, l’homophobie ne sont pas des comportements répréhensibles ? Belle conception de la justice !

                  Je pense que vous n’avez pas lu mon article. Il ne s’agit pas pour les personnes LGBT de quémander quoi que ce soit. L’ouverture du mariage et de l’adoption aux couples de même sexe verra le jour au premier semestre 2013. Dominique Bertinotti, ministre déléguée à la Famille, vient de le réaffirmer ce matin sur Europe 1. Jean-Marc Ayrault l’a déjà également inscrit dans son programme et en a parlé lors de son discours de politique général devant l’Assemblée nationale.

                  Les Français ont eu l’occasion de se prononcer, lors d’élections, il y a peu de temps. On ne dira pas qu’ils n’ont pas la parole.

                   

                   

                   


                • COVADONGA722 COVADONGA722 3 août 2012 06:29

                  Les Français ont eu l’occasion de se prononcer, lors d’élections, il y a peu de temps. On ne dira pas qu’ils n’ont pas la parole






                  heu juste comme ça hein 3% des votants = 14 deputés 16% de votants =2 deputés
                  40% d’abstention LES FRANCAIS ONT EU LA PAROLE ? z’etes humoriste ? ou simplement de mauvaise foi , s’agissant d’évolution sociétale les gens commes vous se garde bien d’invoquer le référendum hein parce qu’ils connaissent exactement la réponse .
                  Asinus


                • oncle archibald 3 août 2012 08:19

                  « L’ouverture du mariage et de l’adoption aux couples de même sexe verra le jour au premier semestre 2013. ... Les Français ont eu l’occasion de se prononcer, lors d’élections, il y a peu de temps. On ne dira pas qu’ils n’ont pas la parole. »

                  Vos gueules les mouettes ! Z’aviez qu’à réfléchir avant !! Vous avez Elu François Hollande pour faire plaisir aux militants LGBT et point barre ! A la niche !! Si j’osais, je dirai que vous l’avez dans le fion et que c’est très bien comme ça !

                  Heuu ... Vous croyez vraiment qu’il faut une loi et une discussion devant les assemblées ou bien c’est pas la peine ? Ecrivez vite au Président pour lui expliquer ce qu’il en est ,peut être qu’il ne s’en est pas rendu compte ...


                • Anaxandre Anaxandre 3 août 2012 14:16

                  @ Di Bella

                   « Le racisme, l’antisémitisme, l’homophobie » ne sont que des slogans agités par certains pouvoirs pour faire taire toute contestation face à l’émergence de la nouvelle société que ces mêmes pouvoirs veulent imposer au peuple : la fin de la Nation par le communautarisme, l’internationalisme (atlantiste évidemment) et le multiculturalisme ethnicisé. Je suis, après réflexion, de ceux qui pensent que cette évolution est antinaturelle, et à terme extrêmement dangereuse pour la cohésion sociale déjà bien entamée de notre pays.


                • signolab signolab 2 août 2012 23:19

                  « Je vous invite à relire attentivement cet article....Je pense que vous n’avez pas lu mon article »

                  et ben l’auteur, il serait temps de relire le commentaire ou d’apprendre à lire : le monsieur n’est pas d’accord, tout simplement.


                  • Giuseppe Di Bella Giuseppe Di Bella 2 août 2012 23:26

                    Merci pour le conseil. Mais vous n’avez rien de plus intéressant à nous faire partager ?

                     


                  • oncle archibald 3 août 2012 08:21

                    " vous n’avez rien de plus intéressant à nous faire partager ?"

                    Ben si, on aimerait bien .. mais vous venez de nous expliquer que ça n’est pas possible de discuter puisqu’on a déjà voté, non ?

                  • Mmarvinbear Mmarvinbear 3 août 2012 13:33

                    En même temps, votre Dieu est le même qui dans un premier dit « tu ne tueras point » et qui ensuite fait génocider des villes entières, femmes et enfants compris, s’ils ont le malheur de ne pas le reconnaître comme seule divinité...

                    Il serait pas un peu schizo, Dieu ? Cela expliquerait pas mal de choses.


                  • Soi même Soi même 3 août 2012 10:33

                    L’Église, c’est l’Église avec ses bon cotés et ses travers !
                    Elle donne son avis, et en cela c’est justifier, car elle respecte en même temps la liberté Républicaine du fait qu’elle n’a plus les moyens d’imposer ses points de vue !
                    Elle est tributaire de ses fidèles, et les fidèles ne sont tous pas en clins à respecter leurs mon d’ordres !
                    Vous êtes bien dans la traditions anticléricale d’arrière garde en fustigent les propositions de prière par la Conférence des évêques de France, à lors que vous savez pertinemment que le poids des institution religieuse en France non plus beaucoup d’influence en France.
                    A lors que vous vous émettez pas une critique sur la position tous aussi radicale qui pourrait être émis par d’autre communauté religieuse en France.

                    Première prise de position interreligieuse en France contre le mariage homosexuel
                    Pour la première fois en France, des responsables religieux ont, ensemble, pris position contre le mariage homosexuel et l’homoparentalité, mardi 6 février, dans un texte commun intitulé « Le mariage, c’est l’union d’un homme et d’une femme ».

                    Les représentants des cultes catholique, musulman, juif, orthodoxe, protestant et arménien de la région lyonnaise, dont le cardinal Philippe Barbarin, le grand rabbin Richard Wertenschlag, et le recteur de la mosquée de Lyon, Kamel Kabtane y appellent notamment à ne pas « brouiller ce repère fondateur de l’humanité » qu’est le mariage. Seule l’Eglise réformée de Lyon n’est pas signataire.

                    "Il ne s’agit pas là d’un simple débat de société mais d’un choix majeur, sans précédent dans l’histoire de l’humanité. Ce n’est pas un cadeau à faire aux génération futures« , peut-on lire dans le texte. »Une institution aussi essentielle [que le mariage] ne peut pas être soumise aux fluctuations des courants de pensée. Elle se situe bien au-delà des différences religieuses et des clivages idéologiques".

                    http://www.lemonde.fr/societe/article/2007/02/07/premiere-prise-de-position-interreligieuse-en-france-contre-le-mariage-homosexuel_864797_3224.html

                    Il va sans dire, que cette affaire ne se résume pas aux Catholiques de France, mais bien de l’ensemble de tous les communautés religieuses en France, mais bien en évidence que cette proposition n’est pas partagé par la majorité des français. Et que a droit à un coup de force, d’un lobby, et de partis pris politique donc il s’avère que la majorité des Français ne suis pas ce choix !

                    En réalité votre affaire, est très mal engagé si vous chercher à ce qui soit reconnus comme légitime par la majorité des Français.

                    Un coup de force politique par une victoire à l’arracher, ne donne pas pour autant sa légitimité dans la population, si elle s’avère que son avis n’est pas pris en compte !

                    Votre attitude et ceux qui apprête à voté cette loi, contre cette majorité silencieux font tous simplement un dénis de la démocratie, et de se fait ne se différencie pas plus de leurs prédécesseur qui ont agit de la même manière en ne tenant pas compte de nos préférences.

                    Ce projet de loi devrait en définitive soumis à un référendum populaire car il touche en profondeur toute la structure de notre société et là il aurait en réalité le véritable avis de la population sur le sujet, et non pas ce forcing qui est une honte et une insulte de nous imposes un choix contre notre grès ! 



                    • Pierre Régnier Pierre Régnier 4 août 2012 01:01

                      @ Soi même

                      J’espère bien que votre demande de référendum sera largement soutenue et que ce reférendum sera décidé avant le premier semestre 2013.

                      La demande d’un avis explicite des citoyens sur une révolution sociétale de l’ampleur du « mariage » homosexuel, c’est-à-dire sur une radicale révision de la conception même - multimillénaire - du mariage est plus que raisonnable.

                      Et prendre par avance pour acquis un projet du Président de la République, du Premier ministre et de la Ministre déléguée à la famille me semble franchement révoltant… même si je veux bien croire aux naïves bonnes intentions de l’auteur de l’article.

                      Il est bien là représentatif de la »Gauche" -="-" selon="selon" moi="moi" en="en" pleine="pleine" qui="qui" croit="croit" que="que" prendre="prendre" publiquement="publiquement" position="position" pour="pour" un="un" radical="radical" changement="changement" le="le">

                      Le mot »homoparentalité" bien="bien" le="le" non-sens="non-sens" qui="qui" domine="domine" les="les" sur="sur" des="des" en="en" et="et" ce="ce" mot="mot" sans="sans" finit="finit" par="par" faire="faire" croire="croire" une="une" alors="alors" est="est" deux="deux" personnes="personnes" de="de" sexe="sexe" ne="ne" peuvent="peuvent" absolument="absolument" pas="pas" engendrer="engendrer" un="un" il="il" faut="faut" la="la" directe="directe" ou="ou" personne="personne">

                      On peut raisonnablement parler d’adoption d’enfants par des couples homosexuels, et envisager de la rendre possible par la loi, mais l’homoparentalité est, par nature, totalement impossible. Faire semblant de la croire possible c’est décider que la troisième personne qui sera la mère ou le père réel ne compte pas. 

                      Et cela nécessite, pour le moins, un débat qui ne doit pas être bâclé.


                    • DocteurGy 3 août 2012 11:01

                      On peut trouver ici un « corrigé » assez original du sermon de Monseigneur 23, signé par un écrivain qui se dit proche de la question
                      http://christiancombaz.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=162:leglise-le-doigt-dans-loeil&catid=34:extraits


                      • Jean-Louis CHARPAL 3 août 2012 11:30

                        Républicain,démocrate, laïque et progressiste, (agnostique de surcroît) je me fiche complètement de ce que peut dire l’Eglise Catholique sur un sujet quelconque.

                        Une religion peut dire tout ce qu’elle veut à ses fidèles, mais n’a aucune légitimité pour s’adresser à l’ensemble des citoyens.

                        Conclusion : circulez, y’a rien à voir !


                        • Soi même Soi même 3 août 2012 12:20

                          @ Jean-Louis CHARPAL, Les confessions religieuses sont dans leurs rôles quoi que vous en dises, ils font parties du paysages sociologique d’un pays et leurs avis et tous à fait légitimes.
                          C’est dans l’âme et la conscience de chacun de décidé quel est son point de vue qui privilégie !
                          Nous n’avez pas le droit, pas plus que les autres de refuser qui puisent avoir des réserves sur un sujet si controverser. elle a autan de légitimité de s’adresser à tous que le politique à le devoir de représente tous les tendances de ses administrés !

                          Jusqu’à preuve du contraire, nous vivons pas sous un régime Marxiste, la pluralité des opinions fait force de loi !

                          Il serait bien que tu relise la déclaration des droit de l’Homme avant de prétendre que seul ton point de vue doit privilégie sur celui des autres.

                          Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789



                          Les Représentants du Peuple Français, constitués en Assemblée Nationale, considérant que l’ignorance, l’oubli ou le mépris des droits de l’Homme sont les seules causes des malheurs publics et de la corruption des Gouvernements, ont résolu d’exposer, dans une Déclaration solennelle, les droits naturels, inaliénables et sacrés de l’Homme, afin que cette Déclaration, constamment présente à tous les Membres du corps social, leur rappelle sans cesse leurs droits et leurs devoirs ; afin que les actes du pouvoir législatif, et ceux du pouvoir exécutif, pouvant être à chaque instant comparés avec le but de toute institution politique, en soient plus respectés ; afin que les réclamations des citoyens, fondées désormais sur des principes simples et incontestables, tournent toujours au maintien de la Constitution et au bonheur de tous.

                          En conséquence, l’Assemblée Nationale reconnaît et déclare, en présence et sous les auspices de l’Etre suprême, les droits suivants de l’Homme et du Citoyen.


                          Art. 1er. -

                          Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l’utilité commune.

                          Art. 2. -

                          Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l’Homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté, et la résistance à l’oppression.

                          Art. 3. -

                          Le principe de toute Souveraineté réside essentiellement dans la Nation. Nul corps, nul individu ne peut exercer d’autorité qui n’en émane expressément.

                          Art. 4. -

                          La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui : ainsi, l’exercice des droits naturels de chaque homme n’a de bornes que celles qui assurent aux autres Membres de la Société la jouissance de ces mêmes droits. Ces bornes ne peuvent être déterminées que par la Loi.

                          Art. 5. -

                          La Loi n’a le droit de défendre que les actions nuisibles à la Société. Tout ce qui n’est pas défendu par la Loi ne peut être empêché, et nul ne peut être contraint à faire ce qu’elle n’ordonne pas.


                          Art. 6. -

                          La Loi est l’expression de la volonté générale. Tous les Citoyens ont droit de concourir personnellement, ou par leurs Représentants, à sa formation. Elle doit être la même pour tous, soit qu’elle protège, soit qu’elle punisse. Tous les Citoyens étant égaux à ses yeux sont également admissibles à toutes dignités, places et emplois publics, selon leur capacité, et sans autre distinction que celle de leurs vertus et de leurs talents.

                          Art. 7. -

                          Nul homme ne peut être accusé, arrêté ni détenu que dans les cas déterminés par la Loi, et selon les formes qu’elle a prescrites. Ceux qui sollicitent, expédient, exécutent ou font exécuter des ordres arbitraires, doivent être punis ; mais tout citoyen appelé ou saisi en vertu de la Loi doit obéir à l’instant : il se rend coupable par la résistance.

                          Art. 8. -

                          La Loi ne doit établir que des peines strictement et évidemment nécessaires, et nul ne peut être puni qu’en vertu d’une Loi établie et promulguée antérieurement au délit, et légalement appliquée.

                          Art. 9. -

                          Tout homme étant présumé innocent jusqu’à ce qu’il ait été déclaré coupable, s’il est jugé indispensable de l’arrêter, toute rigueur qui ne serait pas nécessaire pour s’assurer de sa personne doit être sévèrement réprimée par la loi.

                          Art. 10. -

                          Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public établi par la Loi.

                          Art. 11. -

                          La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’Homme : tout Citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par la Loi.

                          Art. 12. -

                          La garantie des droits de l’Homme et du Citoyen nécessite une force publique : cette force est donc instituée pour l’avantage de tous, et non pour l’utilité particulière de ceux auxquels elle est confiée.

                          Art. 13. -

                          Pour l’entretien de la force publique, et pour les dépenses d’administration, une contribution commune est indispensable : elle doit être également répartie entre tous les citoyens, en raison de leurs facultés.

                          Art. 14. -

                          Tous les Citoyens ont le droit de constater, par eux-mêmes ou par leurs représentants, la nécessité de la contribution publique, de la consentir librement, d’en suivre l’emploi, et d’en déterminer la quotité, l’assiette, le recouvrement et la durée.

                          Art. 15. -

                          La Société a le droit de demander compte à tout Agent public de son administration.

                          Art. 16. -

                          Toute Société dans laquelle la garantie des Droits n’est pas assurée, ni la séparation des Pouvoirs déterminée, n’a point de Constitution.

                          Art. 17. -

                          La propriété étant un droit inviolable et sacré, nul ne peut en être privé, si ce n’est lorsque la nécessité publique, légalement constatée, l’exige évidemment, et sous la condition d’une juste et préalable indemnité.

                          Extrait de la Constitution du 4 octobre 1958 en vigueur
                          PRÉAMBULE

                          Le peuple français proclame solennellement son attachement aux Droits de l’homme et aux principes de la souveraineté nationale tels qu’ils ont été définis par la Déclaration de 1789, confirmée et complétée par le préambule de la Constitution de 1946, ainsi qu’aux droits et devoirs définis dans la Charte de l’environnement de 2004.


                          En vertu de ces principes et de celui de la libre détermination des peuples, la République offre aux territoires d’outre-mer qui manifestent la volonté d’y adhérer des institutions nouvelles fondées sur l’idéal commun de liberté, d’égalité et de fraternité et conçues en vue de leur évolution démocratique.

                          ARTICLE PREMIER.

                          La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances. Son organisation est décentralisée.
                          La loi favorise l’égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et fonctions électives, ainsi qu’aux responsabilités professionnelles et sociales.

                          Titre premier - DE LA SOUVERAINETÉ ARTICLE 2.

                          La langue de la République est le français.

                          L’emblème national est le drapeau tricolore, bleu, blanc, rouge.

                          L’hymne national est « La Marseillaise ».

                          La devise de la République est « Liberté, Égalité, Fraternité ».

                          Son principe est : gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple.


                          ARTICLE 3.

                          La souveraineté nationale appartient au peuple qui l’exerce par ses représentants et par la voie du référendum.

                          Aucune section du peuple ni aucun individu ne peut s’en attribuer l’exercice.

                          Le suffrage peut être direct ou indirect dans les conditions prévues par la Constitution. Il est toujours universel, égal et secret.

                          Sont électeurs, dans les conditions déterminées par la loi, tous les nationaux français majeurs des deux sexes, jouissant de leurs droits civils et politiques.

                          ARTICLE 4.

                          Les partis et groupements politiques concourent à l’expression du suffrage. Ils se forment et exercent leur activité librement. Ils doivent respecter les principes de la souveraineté nationale et de la démocratie.

                          Ils contribuent à la mise en œuvre du principe énoncé au second alinéa de l’article 1er dans les conditions déterminées par la loi.

                          La loi garantit les expressions pluralistes des opinions et la participation équitable des partis et groupements politiques à la vie démocratique de la Nation.

                          Donc ta conclusion, (circulez, y’a rien à voir ! ) Tu te le carre là où le pense !




                        • anty 3 août 2012 11:40

                          Rien de plus normal que de défendre son point de vue qui ne pas celui des homos

                          Homos qui d’ailleurs historiquement ont lutté contre le mariage avant de changer d’idée il ya une vingtaine d’années
                          Un point pour les hommes d’église qui sont au moins eux constant dans leurs idées

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès