Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Religions > Cette catastrophe que prépare le « pas d’amalgame »

Cette catastrophe que prépare le « pas d’amalgame »

Face à la violence au nom de l'islam, le commandement du "pas d'amalgame", tout pétri de bons sentiments, ne sert ni la société, ni les musulmans en particuliers. Au contraire, il prépare le terrain à la surenchère terroriste et à une opposition croissante entre croyants et non-croyants.

Pas d'amalgame !

Terrorisme, jihadisme, la question de la violence au nom de l’islam se fait hélas de plus en plus présente au cœur de l’actualité et des préoccupations. Face à elle, media, politiques et faiseurs d’opinion renvoient systématiquement la même réponse : pas d’amalgame !

Pas d’amalgame : l’islam est une religion d’amour et de paix, rien ne saurait la relier à la violence commise en son nom. Les terroristes, les jihadistes seraient donc tous des fous, des déséquilibrés, ils n’auraient pas compris l’islam, ils en auraient la mauvaise interprétation.

Pas d’amalgame : les musulmans, comme tout le monde, sont de bonnes personnes. Ce seraient les « extrémistes » et seulement eux qu’il faudrait mettre en cause – et d’ailleurs, ce serait toujours « l’extrémisme » qui serait la cause de la violence, dans toutes les religions et dans tous les systèmes.

Mais que peut valoir l’injonction du « pas d’amalgame » lorsque le simple bon sens permet déjà de mettre en cause son bien fondé ? Le bon peuple, qui n’en manque pas, s’en rend bien compte malgré la pression formidable qu’exercent les tenants du pouvoir pour l’imposer.

 

Effectivement, chacun se fait déjà la remarque en son for intérieur que l’actualité ne présente pas particulièrement de violences commises au nom du christianisme, du bouddhisme, du judaïsme, ou encore de la libre pensée, au regard de l’effarante accumulation des violences au nom de l’islam. Et malgré toute la savante explication convoquée sur les plateaux de télévision pour interdire de voir ce qui se donne à voir, pour imposer le dogme de la religion d’amour et de paix, il semble d’autant moins possible de conjurer l’adage « pas de fumée sans feu » qu’il y a vraiment de plus en plus de fumée. Cette savante explication, fondée sur la mauvaise interprétation par des « extrémistes » d’une religion bonne par nature, ne peut en effet tenir devant une telle quantité de violence : imaginons un fabriquant de machines à laver proposant son dernier modèle, avec un mode d’emploi très détaillé et très compliqué. Chaque fois qu’un acheteur lirait de travers ce mode d’emploi, il ferait exploser sa machine, et avec elle sa maison et tout son quartier. Et ainsi, alors que l’on assisterait à une multiplication d’explosions meurtrières de machines à laver, le fabriquant et les autorités en accuseraient les acheteurs et uniquement eux d’avoir mal lu le mode d’emploi ? Non vraiment, c’est prendre tout un chacun pour un imbécile que de s’efforcer de maintenir le mythe de la religion d’amour et de paix lorsque la « botte souveraine de la réalité » se fait sentir aussi douloureusement.

Cette contradiction n’empêche cependant pas qu’on redouble d’efforts dans le sens du « pas d’amalgame », malgré le malaise diffus et indicible qu’il répand dans les consciences. Mais il y a plus grave encore que ce malaise dans l’opinion : l’imposition forcée du « pas d’amalgame » va entraîner à terme de terribles catastrophes, du fait même de la fondation de ce discours sur un mensonge éhonté.

Que pensent en effet ces violents, les terroristes fauteurs de ces violences ? Si l’on mettait en œuvre les moyens pour les arrêter et les juger plutôt que de les liquider froidement, on réaliserait combien ils agissent au nom de l’islam, trouvant dans ses textes, son histoire et ses traditions les motivations et les commandements à commettre ces atrocités. Les frères Kouachi ont bel et bien tué « pour venger le prophète Mahomet », l’Etat Islamique est bel et bien ... islamique ! Ces violents revendiquent avec force l’islamité de leurs violences, la cohérence de leurs actes avec les textes religieux. Non, ils ne sont pas fous, non ils ne sont pas déséquilibrés ! En refusant de reconnaitre cette islamité, on ne peut que les pousser à en commettre de pires, pour qu’on cesse de dénier aux violents la fidélité à leur religion, à ces commandements. Pour qu’enfin les « mécréants » attestent de leur « mécréance » par leur opposition assumée aux commandements de l’islam, comme le stipule le discours musulman lui-même. Le « pas d’amalgame » fait le jeu de la surenchère terroriste. Il prépare le terrain pour de nouveaux attentats, de plus en plus meurtriers.

Par ailleurs, s’il faut, selon le discours dominant, entièrement dédouaner l’islam de la violence commise en son nom, qui donc en porte alors la responsabilité ? Ceux qui la commettent, dit-on, et on vient de voir qu’il va se révéler de plus en plus difficile de leur contester la qualité de musulmans. De fait, la suspicion va donc se généraliser à l’égard des personnes musulmanes à mesure que se répéteront les violences « au nom de l’islam ». Et plus on leur demandera de se désolidariser de cette violence, plus on leur demandera de renier leurs propres textes sacrés, plus on leur renverra ce message subliminal et ulcérant : elles sont perçues a priori comme approuvant implicitement cette violence. L’antagonisme musulmans / non-musulmans ne s’en exacerbera que davantage. Voilà où mène le « pas d’amalgame ». C’est exactement ce que cherchent les violents.

Bref, l’injonction du « pas d’amalgame » enferme inéluctablement la société dans l’impasse de la violence généralisée. Un enfermement d’autant plus dangereux qu’il procède d’une posture morale estimée supérieure, qui mettrait la société occidentale dans le « camp du bien », au nom de la « tolérance », du « respect » et du refus de la « stigmatisation ». Cette supériorité morale sera de plus en plus invoquée pour justifier la propre violence du « camp du bien », tout en aveuglant ses tenants sur le mal qu’ils causent et qu’ils amplifient.

On pourrait cependant désamorcer cette catastrophe qui s’annonce, qui a commencé : il faudrait pour cela oser mettre les pieds dans le plat et mettre en cause l’islam lui-même, comme doctrine mortifère et violente. En effet, pour l’immense majorité d’entre eux, les musulmans ne sont pas réductibles à cette doctrine : la plupart ne l’ont pas choisie, n’assument pas les commandements de haine et de violence, et sont persuadés d’appartenir à une religion d’amour et paix, puisque le « pas d’amalgame » le claironne du matin au soir. Mettre en cause l’islam, c’est offrir une porte de sortie à ces musulmans que l’islam rend schizophrènes en les obligeant à considérer comme bons les commandements de violence puisque faisant partie de leur « bonne » religion, révélée, sacrée, inaltérable. Quant à ceux qui choisissent l’islam et sa violence en toute connaissance de cause, ils pourront alors être enfin considérés et combattus pour ce qu’ils sont.

Cette mise en cause indispensable de l’islam bénéficie depuis peu d’un formidable outil : la recherche scientifique et historique s’est en effet prononcée de manière irrémédiable depuis une quinzaine d’années contre la légitimité de l’islam comme religion (on pourra le lire dans la synthèse parue à l’automne 2014, Le Grand Secret de l’Islam). Aux musulmans de s’en emparer, car la contestation ou la réforme efficaces de leur religion leur revient à eux seuls.

Cette mise en cause ne pourra par ailleurs se faire en Occident qu’à la condition qu’on revienne sur ce présupposé relativiste de l’équivalence des religions et des conceptions philosophiques, que pervertiraient les seuls « extrémistes ». C’est sans doute un chantier plus colossal encore que celui de la réforme de l’islam, et il faudra que l’Occident aille puiser au plus profond de ses racines le courage qui lui fait défaut depuis si longtemps pour cela.


Moyenne des avis sur cet article :  3.03/5   (61 votes)




Réagissez à l'article

188 réactions à cet article    


  • lsga lsga 21 mars 2015 13:27

    Moi, je suis pour l’amalgame : toute les religions monothéistes sont un poison. Il faut les interdire. 

     
    Dans nos écoles, il faut enseigner que ni Moïse ni Salomon n’ont existé, que Jésus est le fils d’une prostituée et d’un légionnaire romain, que ses « miracles » sont des tours de prestidigitations connus et extrêmement courant à l’époque, qu’il y a eu différentes versions du Coran.
     
    Judaïsme, Christianisme, Islam : un seul et unique ennemi.
     
    vous préférez ça au « pas d’amalgame » ? 

    • gerard5567 21 mars 2015 21:36

      @lsgaOui. Je suis d’accord. Les curés, les rabbins et les imams dans des charters à destination du Proche-Orient. Retour à la case départ.


    • bnosec bnosec 23 mars 2015 13:10

      @lsga

      Attention Isga à ne pas faire d’amalgame entre cette religion qui pourrit la vie sur terre qu’est l’islam et les autres religions monothéiste.


    • lsga lsga 23 mars 2015 13:12

      @bnosec

       
      si si, c’est le sujet de l’article : faire de l’amalgame. Vous en voulez ? on va vous en donner !

    • lsga lsga 23 mars 2015 17:48

      Comment les chrétiens ont-ils pu justifier les atrocités qu’ils ont comises pendant des siècles ? 
      Pour quoi le bûcher ? Pourquoi la haine des femmes ?
      Explication.
       

      Mathieu 13:41-42 : un crime mérite d’être puni de torture
      Le Fils de l’homme enverra ses anges, qui arracheront de son royaume tous les scandales et ceux qui commettent l’iniquité : et ils les jetteront dans la fournaise ardente, où il y aura des pleurs et des grincements de dents.…
       
      le Dieu de Jésus est un Dieu violent, tout aussi violent que le Dieu juif (celui qui vous cassera les dents si vous n’avez pas assez peur de lui)
       
      Mathieu 18-34,35 : Dieu est un bourreau qui vous tortura si vous ne pardonnez pas
      « Et son maître, irrité, le livra aux bourreaux, jusqu’à ce qu’il eût payé tout ce qu’il devait. C’est ainsi que mon Père céleste vous traitera, si chacun de vous ne pardonne à son frère de tout son coeur. »
       

      Mathieu 13 : Que fait Dieu des « mauvaises herbes », des mauvais garçons ? Il les brûle.
      , parabole de l’ivraie :
      « Les serviteurs du maître de la maison vinrent lui dire : Seigneur, n’as-tu pas semé une bonne semence dans ton champ ? D’où vient donc qu’il y a de l’ivraie ? Il leur répondit : C’est un ennemi qui a fait cela. Et les serviteurs lui dirent : Veux-tu que nous allions l’arracher ? Non, dit-il, de peur qu’en arrachant l’ivraie, vous ne déraciniez en même temps le blé. 30Laissez croître ensemble l’un et l’autre jusqu’à la moisson, et, à l’époque de la moisson, je dirai aux moissonneurs : Arrachez d’abord l’ivraie, et liez-la en gerbes pour la brûler »
      Et voilà pourquoi l’inquisition chrétienne recours au bûché de préférence.
       

      Luc 22-35 : Jesus vous dit de vous armer
      «  Maintenant, au contraire, que celui qui a une bourse la prenne et que celui qui a un sac le prenne également, que celui qui n’a point d’épée vende son vêtement et achète une épée.Car, je vous le dis, il faut que cette parole qui est écrite s’accomplisse en moi : Il a été mis au nombre des malfaiteurs. Et ce qui me concerne est sur le point d’arriver. »
      (ndlsga : on dirait du Marx smiley )
       
      Luc 12:51-53 : Pour semer la discorde dans la famille
      « Pensez-vous que je sois venu apporter la paix sur la terre ? Non, vous dis-je, mais la division. Car désormais cinq dans une maison seront divisés, trois contre deux, et deux contre trois ; le père contre le fils et le fils contre le père, la mère contre la fille et la fille contre la mère, la belle-mère contre la belle-fille et la belle-fille contre la belle-mère. » 
       
      Mathieu 10-34 : toujours Jésus
      « Ne croyez pas que je sois venu apporter la paix sur la terre ; je ne suis pas venu apporter la paix, mais l’épée. Car je suis venu mettre la division entre l’homme et son père, entre la fille et sa mère, entre la belle-fille et sa belle-mère… »
       
      Mais surtout, le plus important de tout, Mathieu 5-17 :
      Le christianisme reconait les lois de l’ancien testament, et les applique :« Ne croyez pas que je sois venu pour abolir la loi ou les prophètes ; je suis venu non pour abolir, mais pour les accomplir. » Et alors là... L’ancien testament n’a strictement rien à envier au Coran. Voilà cela qui a permis aux chrétiens d’appliquer leur Charia inquisitoire durant des siècles.
       

      Bref, d’accord avec l’auteur, faisons de l’amalgame : les 3 religions monothéistes sont un seul et unique même mal à éradiquer.


    • Olaf Olaf 23 mars 2015 18:20

      @lsga
      Mais de quoi parlez vous enfin ? Quels bûchers ? Quelles atrocités ? Qu’est ce que c’est que ce délire ? Et en quoi les paraboles de Matthieu que vous citez justifieraient-elles le meurtre ou la violence ? C’est même exactement le contraire à propos de celle du bon grain et de l’ivraie ... Instruisez vous donc au sujet de ces fameux bûchers que vous mettez sur le dos du christianisme


      Et par ailleurs, où est-ce que vous avez vu des chrétiens polygames et qui circoncisaient leurs fils façon peuple hébreu de l’ancien testament ?

      Vous êtes vraiment d’une mauvaise foi perverse et manipulatoire. A voir l’image de votre avatar, le sans-culotte instrument de la révolution qui a mis l’argent et les bourgeois au pouvoir par la violence et la terreur, il n’y a rien d’étonnant.

    • Olaf Olaf 23 mars 2015 18:27

      @lgsa
      La parabole du bon grain et de l’ivraie dans l’évangile de Matthieu 13,24 :


       « Il leur proposa une autre parabole, et il dit : Le royaume des cieux est semblable à un homme qui a semé une bonne semence dans son champ. Mais, pendant que les gens dormaient, son ennemi vint, sema de l’ivraie parmi le blé, et s’en alla. Lorsque l’herbe eut poussé et donné du fruit, l’ivraie parut aussi. Les serviteurs du maître de la maison vinrent lui dire : Seigneur, n’as-tu pas semé une bonne semence dans ton champ ? D’où vient donc qu’il y a de l’ivraie ? Il leur répondit : C’est un ennemi qui a fait cela. Et les serviteurs lui dirent : Veux-tu que nous allions l’arracher ? Non, dit-il, de peur qu’en arrachant l’ivraie, vous ne déraciniez en même temps le blé. Laissez croître ensemble l’un et l’autre jusqu’à la moisson, et, à l’époque de la moisson, je dirai aux moissonneurs : Arrachez d’abord l’ivraie, et liez-la en gerbes pour la brûler, mais amassez le blé dans mon grenier. »

      La leçon qui saute aux yeux est justement le refus d’arracher la mauvaise herbe : il ne revient pas aux hommes d’extirper le mal du monde, il ne leur revient pas de condamner les personnes. Ce sera fait à la fin des temps. Tout le contraire des sans-culottes et de leurs meurtres innombrables que vous portez en étendard, « lgsa », le semeur de zizanie.

    • lsga lsga 23 mars 2015 20:01

      j’ai cité abondamment les textes, dans leur traduction officielle la moins polémique. 

       
      Le fait est que le Dieu du christianisme est un dieu ultra-violent, comme celui de l’ancien testament ; que le Christ appelle à prendre les armes et à détruire la famille, et qu’il commande de respecter et d’appliquer l’ensemble des lois de l’ancien Testament.
       
      Vous avez lu l’ancien testament ? Personnellement, je le trouve encore pire que le Coran. 

    • lsga lsga 23 mars 2015 20:06

      @lsga
      la parabole du bon grain et de l’ivraie, est une parabole qui appelle à brûler les mauvaises herbes. C’est en s’appuyant sur ce texte que l’Église va justifier le recours abondant au bûché pour punir les sorcières (les filles un peu trop jolies dans les villages qui refusaient de devenir bonne soeur). 


    • Olaf Olaf 23 mars 2015 23:28

      @lsga

      Vous ne lisez pas les textes, vous y plaquez ce que votre idéologie commande. Votre fourberie et votre perversion manipulatrice dépassent l’entendement ... Au point de faire dire le contraire de ce qu’un texte stipule explicitement. Et ça se prétend « éclairé » ou « raisonnable ». Je préfère encore les musulmans sincères qui défendent les commandements de violence du coran au nom de l’intégrité de l’islam. Au moins, ils sont honnêtes et cohérents. 

      Je vais arrêter de me fatiguer sur votre cas.

      Pour les lecteurs de ce commentaire, je vous recommande absolument cette conférence de Marion Sigaut sur ces calomnies répandues sur l’Eglise à propos d’inquisition, de bûchers et de sorcières. : https://www.youtube.com/watch?v=FNe51rSjK3I et pour ceux qui ont le temps, procurez vous son livre « La chasse aux sorcières et l’inquisition ».

    • lsga lsga 23 mars 2015 23:38

      mais si j’ai lu les textes mon grand. Je ne me prétends pas éclairé, et encore moins raisonnable. Je suis un extrémiste, de ceux qui font de l’amalgame, et qui va t’amalgamer toi et tes copains islamistes. 

       
      Les lecteurs de mon commentaires auront pu comprendre comment les chrétiens ont pu justifier leurs exactions, leurs bûchers, sur la base des évangiles.
       
      Les citations que j’ai faite sont écrit dans tes textes sacrés : tu ne peux rien y changer. D’ailleurs, c’est l’argument principal de ton article je crois ?
       


    • Olaf Olaf 23 mars 2015 23:41

      @lsga


      Quel pathos ...

    • lsga lsga 23 mars 2015 23:47

      @Olaf
      Tu crois dans une religion qui décrète qu’un zombie juif est son propre père et qu’il peut t’offrir la vie éternelle si tu manges symboliquement sa chaire et que tu lui dis par télépathie que tu l’acceptes comme ton maître, de manière à ce qu’il puisse retirer les forces maléfique de ton âme qui sont présentes dans l’humanité à cause d’une femme issue d’une côte qui a été convaincue par un serpent qui parle de manger une pomme d’un arbre magique... PATHÉTIQUE. 

       
      Toi et tes copains avez torturé pendant des siècles ceux qui ne croyaient pas à ces sornettes.
       
      Vous êtes pathétiques, vous et vos torchons sacrés. 

    • Olaf Olaf 23 mars 2015 23:49

      @lsga


      Mon pauvre enfant ... Vous avez été violé par un curé pédophile ? 

    • lsga lsga 23 mars 2015 23:51

      et vous, par un Imam pédophile ?

       


    • Olaf Olaf 23 mars 2015 23:54

      @lsga

      Tût tût !
      Oubliez toute haine et pardonnez, mon fils.

    • lsga lsga 23 mars 2015 23:55

      Mathieu 13:41-42 : 
      Le Fils de l’homme enverra ses anges, qui arracheront de son royaume tous les scandales et ceux qui commettent l’iniquité : et ils les jetteront dans la fournaise ardente, où il y aura des pleurs et des grincements de dents.…

       
      J’ai pas compris : vous pardonnez à l’Islam ou pas ? 

    • bnosec bnosec 24 mars 2015 12:47

      @lsga

      A quand date le dernier attentat ou meurtre de masse commis au nom du catholicisme ?


    • P-Troll P-Troll 21 mars 2015 13:28

      « Cette mise en cause ne pourra par ailleurs se faire en Occident qu’à la condition qu’on revienne sur ce présupposé relativiste de l’équivalence des religions et des conceptions philosophiques, que pervertiraient les seuls « extrémistes ». »


      Voilà les limites de la notion floue de laïcité introduite par les franc-maçons au moment de la séparation de l’église et de l’état.

      Que les religions soient équivalents, sans doute !
      Elles ont toujours été utilisées comme outils de manipulation pour obtenir de la partie soumise de la population (90%) le comportement que les puissants 10% voulaient lui voir adopter. Et ça continue.

      Rien à voir avec les conceptions philosophiques, en effet.
      La question n’est pas celle de la tolérance de telle ou telle conviction, mais de l’éradication des croyances sectaires que toutes les religions propagent.

      • lsga lsga 21 mars 2015 13:47

        la Laïcité est en effet le produit de la collaboration entre Franc-Maçons et Catholiques qui ont fait front face à la vrai réforme souhaité par le peuple français : l’athéisme d’État, le matérialisme scientifique, la lutte contre l’esprit religieux à l’école publique.

         
        Ce n’est que partie remise. La religion : les gens n’en peuvent plus. Les bureaucrates veulent financer la construction des mosquées ? Ce qu’ils obtiendront, comme au Québec, c’est la privatisation des églises et leur transformation en salles de concert pour les jeunes alcoolisés. Comme au Québec : on baisera dans leur confessionnal, on couvrira de foutre leurs lieux sacrés.
         
        La lutte contre le monothéisme est une lutte à mort. On ne peut pas admettre que des gens se prétendent musulmans « modérés » ou catholiques « modérés » ou juifs « modérés ». Leurs textes sont extrémistes, soient ils sont des extrémistes religieux, soient ils ne sont pas religieux. 

      • Olaf Olaf 21 mars 2015 15:01

        @P-Troll
        Étonnant comme certains ne peuvent supporter la critique de l’islam sans y englober celle des « autres religions ». Entre l’islam, qui est un messianisme électif global, le judaïsme actuel, un messianisme électif tronqué, le bouddhisme, une philosophie de l’atrophie du désir, et le christianisme, une sorte de voie de salut personnel et collectif en dehors du monde, il n’y a quasiment rien de commun, hormis le qualificatif extérieur de religion.


        On parle des trois monothéismes ? Les conceptions de Dieu et ses rapports avec les hommes y diffèrent totalement.

        On parle de culte ? Judaïsme et islam sont des orthopraxies, l’islam y ajoutant une très forte dimension de pression collective, et ces deux religions excluent tout lien à Dieu dans leurs cultes. Le bouddhisme est une ascèse personnelle, et le christianisme revendique un lien direct à Dieu par le sacrifice fait à la messe.

        Et que dire de leurs empreintes dans l’histoire de l’humanité ? Elles diffèrent du tout au tout ! Comme je le laisse entendre dans l’article, le rapport à la violence n’est doctrinalement pas le même. Et il en va de même des visions du monde ...

        Non, vraiment, les mettre toutes dans le même sac, c’est faire preuve d’une vue très courte - et ce d’autant plus qu’alors, on n’y associe jamais les autres « religions », ou systèmes philosophiques qui prétendent elles aussi combler le besoin d’absolu de l’homme : Lumières, maçonnerie et culte de la République , athéisme militant, religion du progrès, consumérisme, constructions politiques du type « européisme », « Amérique Monde », socialisme ou « Nouvel Ordre Mondial » ...

        Je suis persuadé que la volonté d’accuser toutes « les religions » des maux qu’on ne reproche au final qu’à une seule (l’islam), sans englober dans l’accusation ces systèmes philosophiques, procède en fait de la volonté de justifier ces systèmes philosophiques et d’abattre plus particulièrement le christianisme. Les commentaires à venir l’illustreront très bien.

      • lsga lsga 21 mars 2015 15:37

        Olaf, ou la catastrophe du « pas d’amalgame » entre les trois religions.

         
        Les trois religions ne sont qu’une seule religion. Vous voulez de l’amalgame ? On va vous en donner. 

      • gerard5567 21 mars 2015 21:27

        @P-TrollLa religion chrétienne n’a jamais été une religion de paix et d’amour. Elle s’est livrée à nombre d’atrocités. Elle ne vaut pas mieux que la religion musulmane ou que la religion juive.


      • gerard5567 21 mars 2015 21:37

        @Olaf
        La religion chrétienne n’a jamais été une religion de paix et d’amour. Elle s’est livrée à nombre d’atrocités. Elle ne vaut pas mieux que la religion musulmane ou que la religion juive.


      • gerard5567 21 mars 2015 21:43

        @Olaf
        Ce ne serait pas un mal que d’abattre le christianisme, tout de même. Cette religion a été aussi sanglante que les autres.


      • Olaf Olaf 21 mars 2015 21:55

        @gerard5567
        Ah bon ? Des atrocité commandées par Jésus et les évangiles du style « tuez les tous, Dieu reconnaitra les siens » ? Où ça ?


        Le seul sang que le christianisme a fait couler est celui de ses martyrs qui ont préféré mourir que de renier leur foi. Et encore aujourd’hui. Et bien souvent hélas de la main de musulmans, qui eux trouvent toutes les justifications et encouragements à leurs actes dans le coran.

      • Aldous Aldous 21 mars 2015 22:00

        @gerard5567
        Vous régirgitez très bien votre endoctrinnement.


        Le christianisme a mis un terme à la seule loi qui prévalait dans l’antiquité : la loi du plus fort.

        La civilisation occidentale a replongé dans les massacres de masse avec le recul du christianisme.

        La réalité est que depuis qu’il y a des régimes athées, il y a des génocides. Robespierre, Kémal, Lénine, Trotsky, Staline, Hitler, Mao, Pol Pol échappaient tous à la modération exercée par l’Eglise.



      • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 22 mars 2015 09:50

        @Aldous
        N’exagérons pas. Si la base doctrinale du christianisme est l’amour du prochain, on ne peut exonérer certains chrétiens des atrocités qu’ils ont commises au cours de l’histoire. La différence avec l’Islam, c’est que la violence est rarement prônée dans les évangiles canoniques alors que ce serait souvent le cas dans le Coran. Mais les noyeurs de sorcières, les brûleurs d’hérétiques, les étripailleurs de papapaillots ou les trucideurs de papistes ont bien existé !


      • P-Troll P-Troll 22 mars 2015 09:50

        @Aldous


         « Massacrez-les, car le seigneur connaît les siens »

        Arnaud Amaury
        croisade contre les Albigeaois


      • Olaf Olaf 22 mars 2015 10:03

        @Jean J. MOUROT
        Ou est-ce que la violence est-elle prônée dans les évangiles ?


      • philouie 22 mars 2015 10:14

        @Olaf
        la violence est prônée par l’église dès ses commencements.


      • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 22 mars 2015 10:43

        @Olaf
        Je ne les ai pas en mémoire mais on a signalé sur Agoravox quelques phrases « musclées » des évangiles ou des épitres de Paul...
        Cela dit, c’était pour moi une précaution oratoire que de le signaler car je pense comme vous que le corpus théorique du christianisme n’a jamais pu justifier les horreurs imputable à ses églises.


      • lsga lsga 23 mars 2015 17:41

        @Jean J. MOUROT

        pas de problème, je poste les citations musclés dans mon thread, au dessus


      • Arleen 21 mars 2015 14:24

        PADAMALGAM®, la seule pilule vous guérissant du racisme, exclusivité des laboratoires ManSantoé®


        PADAMALGAM®, à prendre tous les jours, à vie, matin, midi et soir.


        PADAMALGAM®, en vente dans toutes les permanences du Parti, sur place ou par Internet, gratuit pour les membres du Parti et leur famille.


        PADAMALGAM® à faire prendre par tous, de force s’il le faut


        • Jason Jason 22 mars 2015 09:37

          @Arleen

          Existe aussi sous forme de suppositoire. Mais seulement pour les estomacs délicats.


        • HELIOS HELIOS 21 mars 2015 15:00

          Amalgame, amalgame, est-ce que j’ai une tête d’amalgame... pourrait-on dire...

          Helas, l’Islam n’est pas (qu’) une religion, c’est ce qui fait toute la difference.

          Lorsque l’islam se limitera a la simple spiritualité religieuse, n’en deplaise a Isga, plus haut, on ne fera plus aucun amalgame. 
          En attendant la culture islamique, dans ce qu’elle a de pire, ne permet pas de differencier les musulmans ouverts qui gardent leur spiritualité dans leur intimité de ceux qui defendent l’expansion de leur culture mortifere.

          désolé, jusqu’a ce jour et surement pour lontemps encore, je ne serai pas « tunisien »... je l’ai déja exprimé, j’aurai pu approuver cette demarche si, par exemple, les femmes du parlement tunisien avaient fait preuve d’une vrai independance culturelle en decretant une greve du voile pendant 3 jours, ces vendredi, samedi et dimanche !

          • lsga lsga 21 mars 2015 15:46

            @HELIOS
            la religion est politique par Nature. C’est particulièrement vrai pour le Christianisme, dont la société des apôtres vise à faire descendre sur Terre la Jérusalem Céleste. 


          • Antenor Antenor 21 mars 2015 16:54

            @lsga

            C’était vrai pour le Christianisme jusqu’à il y a 4 siècles. Précisément les 4 siècles d’évolution culturelle qui séparent le nord et le sud de la Méditerranée.


          • lsga lsga 21 mars 2015 17:42

            comprends pas : vous avez changé les textes fondateurs ? 

            Non, ce sont des textes sacrés, vous ne pouvez pas les changer. 
            C’est le coeur même de l’argumentation de cet article. 

          • Aldous Aldous 21 mars 2015 22:16

            @lsga
            Vous n’y comprenez strictement rien.


            Le christ enseigne que la puissance et la gloire des royaumes de la Terre appartiennent au Diable et il les donne à qui il veux.

            Autrement dit, il n’y a pas de roi de droit divin. Le sacre des rois a été réintroduit lors du pacte entre Pépin le bref et le pape Etienne II en échange des Etats pontificaux.

            C’est un double reniement du christ : 1) le christ a supprimé l’onction des anciens rois d’Israel pour faire de tous les chrétiens des oints (des seigneurs). C’est pourquoi nous nous appelons monsieur (mon seigneur). L’onction de Pépin (la destitution des mérovingiens) n’est pas divine.
            2) le christ a séparé le politique du sacré (Rendez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu) le Pape n’a pas à devenir chef d’état. Cette ineptie finira par créer le grand schisme d’Orient quand l’Etat pontifical se constituera en chancellerie et exigera la soumission de tous les chrétiens (3e reniement du christ qui avait dit « les rois des nations les soumettent et se font appeler bienfaiteurs. Qu’il n’en soit pas de même parmi vous »

            L’Eglise du christ, celle des origines qui a gardé ses commandements est l’Eglise orthodoxe.

            L’Eglise romaine a été préfigurée par la vie de Saint Pierre. Trois reniements avant le chant du coq. 
            Par trois fois le christ demande à Saint Pierre « m’aimes-tu ? » Trois fois ils confirmera. En dépit de ses 3 reniements le christ le gardera à cause de son amour.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès