Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > 85% des nouveaux médicaments sont inefficaces

85% des nouveaux médicaments sont inefficaces

Selon une étude américaine, l’industrie pharmaceutique a créé un marché de dupes. 85% des nouveaux médicaments offrent "peu sinon aucun" avantage, tandis que leurs effets secondaires sont systématiquement sous-estimés. Et les patients avalent la pilule...

Selon une étude menée par le Dr Donald Light, sociologue et professeur en politiques de santé comparées à l’Université de médecine et de dentisterie du New Jersey (aux États-Unis), "parfois, les compagnies pharmaceutiques cachent ou minimisent des informations sur les graves effets secondaires de leurs nouveaux médicaments et surestiment leurs avantages [...] Ensuite, ils dépensent deux à trois fois plus en marketing qu’en recherche pour convaincre les médecins de prescrire ces nouveaux remèdes. Les médecins peuvent ainsi obtenir des informations trompeuses et [involontairement] désinformer les patients sur les risques d’un nouveau médicament". Pas de quoi en faire une maladie...

C’est à la 105e réunion annuelle de l’American Sociological Association que Donald Light, habitué des publications prestigieuses (British Medical Journal, the Lancet) a lâché sa bombe. Selon son étude, environ 85% des nouveaux médicaments offrent peu sinon aucun nouveau bénéfice. Trois raisons principales à cette course à la camelote moléculaire :

- les essais cliniques sur les nouveaux médicaments sont à la charge des firmes pharmaceutiques elles-mêmes ;

- des "pare-feux" juridiques permettent de cacher l’information sur l’efficacité ou les effets néfastes ;

- le niveau d’efficacité attendu pour qu’un médicament soit approuvé est relativement bas. 

Le remède pire que le mal ?

Scandale du Vioxx : Merck savait dès 2001 que le Vioxx augmentait les risques de crise cardiaque

La force des firmes pharmaceutiques est de recruter des praticiens ayant pignon sur rue pour diffuser la bonne nouvelle (la sortie d’un nouveau médoc). "Les médecins, par inadvertance, deviennent ainsi des agents doubles - à la fois promoteurs du remède, mais aussi prescripteurs de confiance pour les patients". "Lorsque les patients se plaignent d’effets indésirables, les études montrent que leurs médecins sont susceptibles de les minimiser ou de les rejeter", affirme-t-il encore. C’est notamment le cas pour les statines, qui permettent d’abaisser le taux de Cholestérol. L’industrie présente cette pilule comme une merveille absolue, à tel point que d’aucuns se demandent s’il ne faudrait en distribuer gratuitement dans les fast-foods... malgré les preuves qu’ils pourraient faire plus de dommages que de bien.

Le cachet du labo faisant foi

En outre, les essais effectués pour tester les nouveaux médicaments sont loin d’être la panacée. Un "grand nombre" d’entre eux sont "incomplets, partiels ou hors normes". Par exemple, dans une étude portant sur 111 demandes d’approbation finale, "42% n’avaient pas suffisamment d’essais randomisés, 40% contenaient des erreurs dans les dosages, 39% ne relevaient aucune preuve d’efficacité clinique, et 49% ont soulevé des doutes au sujet de graves effets secondaires", a déclaré Donald Light.

Pour compléter ce tableau quasi-surréaliste, on pourrait ajouter que les firmes pharmaceutiques ne sont en aucun cas tenues de publier l’intégralité de leurs travaux. Selon deux études, entre 6 et 42% des essais cliniques réalisés par l’industrie pharmaceutique sont publiés. Que deviennent les autres ? Vingt essais sont négatifs ? Qu’à cela ne tienne, il en suffit de deux positifs - voire neutres - pour que la pilule passe sans encombre.

"La santé dépend plus des précautions que des médecins" [Jacques-Bénigne Bossuet]

[Sources : lesmotsontunsens.com, telegraph.co.uk, sciencedaily.com, telegraph.co.uk]


Moyenne des avis sur cet article :  4.88/5   (66 votes)




Réagissez à l'article

28 réactions à cet article    


  • zelectron zelectron 20 septembre 2010 16:00

    Sans oublier les diagnostics foireux de toubibs incompétants !


    • Lisa SION 2 Lisa SION 2 20 septembre 2010 16:00

      Bonjour,

      ce n’est pas pour rien que tous les souverains français et étrangers aimaient se reconstituer la santé à Vichy, reine des villes d’eaux : http://carteret.pagesperso-orange.fr/Patrimoine%20Vichy.htm Aujourd’hui, pour virtuellement y faire un séjour fictif et revenir en meilleure santé et de bonne humeur, rien ne vaut une bonne pastille Vichy, pour un peu plus d’un euro le paquet en vente partout. http://www.agoravox.fr/culture-loisirs/etonnant/article/bicarbonate-quand-les-pionniers-du-80471 Tout autre bonbon à la bave de cochon gélatine y suis allergique car ils m’ont surtout donné l’envie de dégueuler. Je la pratique depuis que mon Grand père, encore merci, m’y a abonné, à chaque fois que nous partions en voiture. C’est pour cette simple raison que je n’ai plus jamais besoin de tous ces médocs 100 % inutiles dont je me moque sans mesure.


      • zototo 20 septembre 2010 16:28

        Il n’y a qu’une chose a comprendre : les entreprises pharmaceutiques sont des entreprises comme les autres qui doivent avant tout faire des profits pour engraisser les actionnaires.


        Par de ce constat, il faut donc vendre le plus de produits possible :
        - en élargissant la base des « consommateurs » à coup de nouvelle maladie bidonné (exemple : il y a une maladie mental pour les gens qui aime manger des bananes). 
        - mention spécial pour la grippe H1N1 qui permet comme tout vaccins de vendre un produits a des client sains

        Vous achetez des médicament inutile, c’est de la croissance...
        Vous devenez gravement malade à cause des effets secondaires, c’est aussi de la croissance car vous consommerez à nouveau des médicaments...

        On est ici bien plus proche des préoccupations de Picsou que celles d’Hypocrate...

        • Spip Spip 20 septembre 2010 16:29

          Je ne sais pas comment ça se passe aux USA mais j’ai participé, comme professionnel, à des essais en France.

          Le domaine était sensible puisqu’il s’agissait de psychiatrie. Essais en phase IV, c’est à dire la dernière étape avant la délivrance en pharmacie. Il s’agissait de tester une nouvelle molécule antipsychotique versus la molécule courante (en l’occurrence l’Haldol).

          Comme la phase III, ça se passe en double aveugle : 80 % des patients reçoivent la nouveauté et 20 % l’ancien. La présentation est la même, le médecin ne sait pas ce qu’il donne, il observe les signes cliniques différents, l’éventuelle amélioration et rend compte au labo où seul une personne possède le code qui permettra de faire la différence à la fin de l’étude.

          C’est grassement payé (pour le médecin), l’hôpital prélevant sa dîme au passage.

          Le problème en psy, c’est l’observance régulière du traitement : le patient arrête souvent, soit qu’il se sente mieux (et s’estimant guéri, ne voit pas la nécessité de continuer), soit il supporte mal ou pas du tout les effets secondaires.

          Ces nouveautés étant censées avoir beaucoup moins de ces effets, elles seraient donc plus efficaces par le simple fait d’être prises régulièrement, plus que par les qualités de la molécule elle même. Jusque là, « tout va bien ».

          Quand je me suis inquiété du prix astronomique prévu (plus de 150 € la boîte !), l’attaché de recherche du labo m’a tranquillement répondu « en cas de rechute de votre patient, le prix de journée d’hospitalisation c’est combien chez vous ? » Imparable.

          Et pour ce qui est du double aveugle, c’est relatif : concernant l’Haldol, il procure un effet de raideur qu’on peut détecter (test de la roue dentée) Il suffisait au médecin de faire ce test pour savoir quand même, la plupart du temps, ce qu’il donnait... Et l’effet secondaire nouveau de ces antipsychotiques, dits « atypiques » consiste souvent en une prise de poids importante et mal supportée.

          Voilà comment ça se passe, avec en toile de fond la volonté d’éviter à tout prix (c’est le cas de le dire) des hospitalisations, puisqu’on a supprimé massivement le nombre de lits en psy. Il y a une sorte de logique... au bénéfice des labos.


          • roblin 20 septembre 2010 17:16

            Voir aussi ce reportage sur la psychiatrie et les médicaments psychiatriques :

            http://www.dailymotion.com/playlist/x17nq8_CCDH_marketing-de-la-folie#videoId=xc36hn


            • Clojea CLOJEA 20 septembre 2010 17:43

              Le Cartel Rockefeller/BASF/Hoescht/Bayer a fait main basse sur l’industrie pharmaco chimique dans les années 30. Ils ont le monopole des médicaments. C’est pour ça qu’ils ont essayés de faire disparaitre tout ce qui est médecine naturelle, car il était impossible pour eux d’avoir des brevets, donc impossible pour eux de contrôler les médecines naturelles. C’est pour ça qu’ils imposent les médicaments chimiques, qui en majorité, ne soignent pas. Mais voilà, c’est juteux. La santé des consommateurs, ils s’en foutent, seul les Dieux pognon et pouvoir les interessent. C’est tordu hein ? Mais réel.
              Merci à l’auteur de dénoncer cela.


              • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 20 septembre 2010 18:21

                Pour l’industrie pharmaceutique la seule santé qui vaille c’est celle des dividendes et du cours des actions. C’est un principe de base pour toutes les multinationales. D’ailleurs les membres des conseils d’administration sont choisis parmi les actionnaires, pas chez les malades.


                • fhefhe fhefhe 20 septembre 2010 18:28

                  6 milliards d’individus avec sa PROPRE ADN ....

                  Si l’on considére que TOUS les médicaments sont la résolution d’une Equation« Chimique » a plusieurs inconnues , comment un Laboratoire peut-il « mettre sur le marché » un médicament « inoffensif » pour soigner une maladie qui affecte l ’ADN ???

                  Le Code Génétique est diffèrent du Code « moral » des « actionnaires » des laboratoires pharmaceutiques .

                  Les chercheurs ne sont pas en cause ils cherchent
                  Les actionnaires veulent rentabiliser leur mise ....

                  Soigne Toi (un corps sain dans un esprit sain )...et ton Médecin te Guérira
                  Ou
                  Aide Toi et le Ciel t’aidera



                  • mokhtar h 20 septembre 2010 18:33

                    Tout simplement incroyable .
                    ET un grand merci à l’auteur pour cet acte de solidarité humaine.


                    • foufouille foufouille 20 septembre 2010 18:39

                      m’etonne pas
                      faut faire du fric


                      • Jmbasquiat Jmbasquiat 20 septembre 2010 18:47

                        A tout ceux qui veulent approfondir le sujet, je ne saurais que trop conseiller un petit tour sur les site du Formindep et de Prescrire. (ainsi que Pharmacritique pour les énervés et la Collaboration Cochrane pour les anglophiles)

                        Bonnes lectures

                        • Krokodilo Krokodilo 20 septembre 2010 18:54

                          Rien de nouveau, la revue Prescrire l’explique depuis des années. mais votre titre est faux : « 85% des nouveaux médicaments sont inefficaces ».

                          Non. « 85% des nouveaux médicaments offrent »peu sinon aucun« avantage » par rapport aux molécules déjà disponibles, ça ne veut absolument pas dire qu’ils sont inefficaces mais plutôt qu’ils sont de même efficacité, ce n’est pas pareil !




                          • foufouille foufouille 20 septembre 2010 20:04

                            ça ne veut absolument pas dire qu’ils sont inefficaces mais plutôt qu’ils sont de même efficacité, ce n’est pas pareil !

                            le nouveau brevet rapporte plus a gelone



                          • Bodhi 20 septembre 2010 23:24

                            Je ne comprend même pas qui peut ne pas être d’accord avec cet article.

                            Je me souvient que même France 5 avait diffusé un documentaire sur le sujet. D’ailleurs allant mettre en rapport le fait qu’une partie de ces médicaments, remboursés par la sécurité sociale, coûtaient un max de blé à cette dernière.
                            Les médicamenteurs : http://www.youtube.com/watch?v=TDRSfXkrFj8


                            • vinvin 21 septembre 2010 02:16

                              (@L’ AUTEUR).


                              Merci pour votre article très enrichissant.


                              En effet, j’ en ai fait moi-meme l’ expérience en tant que grand consommateur de « médocs » :

                              Ayant des problèmes de hanche qui m’ occasionne des douleurs atroces, mon médecin généraliste m’ a mis sous « cortisone » pendant 2 mois. Suite a cela il m’ a déclaré que la cortisone étant un médicament très fort, il m’ a remplacé mon traitement qui me faisait di bien, par du « NEXEN », un médicament qui non seulement n’ était pas assez puissant pour calmer mes douleurs a la hanche, mais qui en plus m’ a occasionné des douleurs horrible a l’ estomac accompagné de nausées, et de selle « noirâtres ».

                              J’ ai arrêté ce traitement et mes douleurs a l’ estomac ont cessées.

                              J’ ai rendez-vous chez mon généraliste en fin de semaine et je vais lui redemander ma « cortisone » que je supporte très bien, et s’ il refuse je changerais de médecin.

                              Ce médecin m’ avait également prescrit un médicament pour perdre du poids, mais lorsque j’ ai lu la notice et « les effets secondaires et indésirables possible » j’ ai pu noter que ce médicament pouvait rendre « impuissant » : ( Moi devenir impuissant a 48 ans,...NON MERCI !).

                              Mais j’ ai souvent remarqué sur les notices des médicaments en général que lorsqu’ on avait lu toutes la liste des « effets indésirables » on avait plus du tout envie de les avalés !

                              J’ ai bien l’ impression que le corps médical et l’ OMS prennent les malades pour des « jambons », voir des cobayes ! 


                              Bien cordialement.




                              VINVIN. 

                              • Gaëtan Pelletier Gaëtan Pelletier 21 septembre 2010 06:42

                                http://www.resterenvie.com/blogue/?p=1020

                                Depuis des années, les défenseurs de la santé naturelle tirent la sonnette d’alarme sur les dangers des nouveaux remèdes préconisés aux patients. Mais, est-ce un avis partial inexact ? Pas du tout. En fait, une nouvelle étude démontre à présent que les problèmes présentés par les spécialités de Big Pharma qui font l’objet d’un énorme battage publicitaire sont même bien pires que ce que pourraient cauchemarder la plupart des gens. Des chercheurs indépendants ont constaté qu’environ 85 pour cent des nouvelles spécialités offrent peu si ce n’est aucun nouvel avantage, mais elles renferment le risque de provoquer de graves dommages chez l’utilisateur.

                                Selon le Dr Donald Light, le professeur de santé comparée à l’université de médecine et de dentisterie du New Jersey qui a rédigé l’étude, l’industrie pharmaceutique est un marché « pour pacotilles » et Big Pharma dépense une fortune pour vendre cette saloperie au public.

                                ____

                                Voilà l’article d’une amie écrit le 6 septembre.

                                Et si vous voulez vous amuser sérieusement, aller jeter un oeil sur les médicaments pour soulager la douleur. Sur 50, on retrouve différentes couleurs et les mêmes composantes.

                                De la frime.

                                Les médicaments ont pour source, bien souvent, la codéïne... Mais mélangée à divers analgisants , ils ne sont qu’une recette qui nuit à ce qu’on a abolie en 1906 : la codéïne.

                                À l’état pur,elle est plus efficace... Mais contrôlée, sous prétexte que c’est une « drogue »

                                 smiley


                                • marie81 21 septembre 2010 09:00

                                  un article interessant sur l’industrie de la maladie

                                  http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=19092


                                  • janequin 21 septembre 2010 09:08

                                    Le problème est très grave, et sa racine est beaucoup plus profonde. Elle réside dans la manière dont on conçoit la recherche du médicament.
                                    Celle-ci part du principe qu’une des fonctions chimiques de la substance naturelle efficace (telle la codéine) est responsable de son impact positif sur la santé. Ce n’est pas tout-à-fait inexact, mais c’est une approche très grossière car, d’une part, l’efficacité d’une molécule dépend aussi de sa configuration, de sa conformation, des autres fonctions chimiques qu’elle contient.
                                    Je constate par exemple qu’une des molécules nouvelle, contenue dans le tramadol, est dite « morphinomimétique », tout simplement parce qu’elle contient une amine tertiaire. Mais celle-ci est non cyclique, alors que dans la morphine, l’azote de l’amine tertiaire fait partie d’un cycle à 7 chaînons.
                                    Alors, pourquoi a-t-on désigné ainsi le tramadol ? Eh bien parce que, quoique ayant été fabriqué par screening de manière totalement aléatoire, il s’est avéré qu’il avait un impact semblable à la morphine quand à la douleur.
                                    Ma sa découverte est totalement aléatoire, et ne suit pas les règles scientifiques que nous les chimistes avons édictées pour avancer de manière rigoureuse.
                                    J’y reviendrai un peu plus tard...


                                    • galien 21 septembre 2010 10:55

                                      Faites donc comme moi, n’allez jamais chez le médecin et limitez vous à l’aspirine ou au paracétamol, plus recettes de grand mère.


                                      • sonearlia sonearlia 22 septembre 2010 10:25

                                        Oui, mais de l’aspirine sans aspartam pour moi, sinon le mal de tête est encore pire.


                                         smiley

                                      • BOBW BOBW 21 septembre 2010 11:11

                                        La querelle des "anciens ou nouveaux médicaments« est un peu un débat classique sur le  »sexe des anges" qui ne permet guère d’aider les malades a être soulagés.

                                        Actuellement ce qui est particulièrement grave et qui va empirer c’est la décision gouvernementale (sous faux prétexte de combler le déficit de la Sécu) d’accroître les déremboursements avec des prétextes fallacieux : Voir mon article sur Agoravox :

                                        Déremboursements irresponsables

                                        Je recite :
                                        "La chondroïtine sulfate a une action inhibitrice sur l’élastase,médiateur de la dégradation du cartilage.

                                        Ces 4 spécialités ont été déremboursées de 35 à 15% à partir d’Avril 2010

                                         

                                        Un malade de plus de 75 ans, atteint d’arthrose lombaire et cervicale chronique soigné efficacement et soulagé par ce dernier médicament qui retarde l’évolution du handicap vient d’avoir la désagréable surprise de régler à la pharmacie’à la charge du malade en viron 19€ , pour 1 mois et à renouveler toute l’année , au lieu de 2/3 € auparavant."

                                        Ce qui est désolant c’est le manque de réactions devant ces mesures essentiellement budgétaires des responsables de l’État smiley qui « s’en foutent totalement  »  de la souffrance des malades. !



                                        • brieli67 21 septembre 2010 11:24

                                          eT ALORS...............même si un pour cent des nouveaux médicaments n’est efficace....


                                          Celà mérite de soulager le patient voire d’éradiquer l’affection.
                                          La Médecine c’est l’Art de soigner ;
                                          Ce n’est pas une science. Chaque jour, le médecin doit transgresser les lois de l’économie pour garder un peu de justice sociale et de l’humanisme à notre socièté moderne et hygiéniste.

                                          • foufouille foufouille 21 septembre 2010 13:21

                                            dit merci pour les efets secondaires
                                            1 sur 100, ca fait du temps pour trouver le medoc
                                            1/sem =2a


                                          • brieli67 21 septembre 2010 14:03

                                            T’ sais bien FF


                                            Impossible en respectant la législation actuelle 
                                            de mettre sur le marché et de distribuer : les alcools et l’aspirine 
                                            et pourtant...

                                          • cmoy patou 21 septembre 2010 12:00
                                            DE QUI SE MOQUE T-ON ?

                                            Si les responsables de la Sécu et nos gouvernants faisaient leur boulot efficacement et honnêtement, si chacune des institutions reversait ce qu’elle doit chaque année, les prétendus 11 milliards de trou seraient aujourd’hui 9 milliards d’excédent !!!! 


                                            On est en train de tuer notre système de santé et tout le monde ou presque ferme les yeux.

                                            Bientôt le désert médical dans les zones rurales !!!!

                                            Pratiquement plus de médecins généralistes ?



                                            • VivreDifferent VivreDifferent 26 septembre 2010 16:30

                                              Attention à bien comprendre l’évaluation des médicaments : ce n’est la même chose par exemple de dire qu’un nouveau médicament apporte peu d’amélioration du service rendu comparé à un autre médicament existant ou comparé à un placebo : dans le premier cas, il peut avoir une grande efficacité.

                                              De la même façon, le déremboursement d’un médicament ne signifie pas qu’il est inefficace, mais simplement que les autorités de santé ont jugé qu’il était moins efficace qu’un autre médicament, ou qu’il ne répondait pas à un besoin médical suffisamment grave pour justifier un remboursement. (pas besoin de médicaments pour guérir d’un rhume ou d’une simple laryngite par exemple).

                                              On vit dans une société d’hyperconsommation, et le marché des médicaments est régi suivant les règles capitalistes. Alors, pas étonnant qu’on nous vende des médicaments à l’efficacité parfois douteuse, et qui pourraient souvent être remplacés par des mesures d’hygiène élémentaires. Mais c’est ça la société de croissance : si on veut faire marcher l’économie, il ne faut surtout pas faire se laver les mains aux enfants à la cantine. Comme ça, on est sûr qu’ils tomberont régulièrement malades et qu’ils consommeront des soins. Elle est pas belle, la vie moderne ?


                                              • Gabrielle Oster 26 septembre 2010 16:54

                                                Bayer, BASF et Hoescht (aujourd’hui Aventis)sont issus de la société IG Farben, qui fournissait le gaz mortel Zyclon B aux camps de concentration nazis. Farben a été condamné pour crimes contre l’humanité lors du procès de Nuremberg, mais après dix années de prison, il s’est exilé aux usa.
                                                http://www.amisdelaterre.org/D-IG-Farben-a-BAYER-du-zyclon-B-a.html
                                                Alors pourquoi s’étonner ?
                                                L’industrie pharmaceutique travaille main dans la main avec le Codex alimentarius.
                                                Réagissons, et vite !


                                                • Estelle Vereeck 28 septembre 2010 08:20

                                                  Dans le même ordre d’idée : 


                                                  L’HAS vient de reconnaître que les bains de bouche sont parfaitement inefficaces :

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès