Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Liaison fatale : l’industrie pharmaceutique et les médecins

Liaison fatale : l’industrie pharmaceutique et les médecins

Le 15 mai 2003, sur France Inter, je chroniquais un livre de Philippe Pignarre, « Le grand secret de l’industrie pharmaceutique » (Lire ici un article de cet auteur sur le sujet ) . Cette chronique et une autre, consacrée à la campagne de « sensibilisation » au dosage du cholestérol a conduit le LEEM (syndicat de l’industrie pharmaceutique en France) à demander un « droit de réponse » à la chaîne, lequel fut diffusé... à l’heure de ma chronique, quelques jours après son arrêt. À l’époque, le motif invoqué était que j’aurais « diffamé » l’industrie, et le LEEM aurait menacé la chaîne de poursuites. (Il est à noter que pour ma part, je n’ai reçu aucune menace... alors qu’il était tout de même plus facile de me poursuivre que de poursuivre France Inter...) Il est évidemment difficile de comprendre en quoi un chroniqueur « diffame » quand il fait état du contenu d’un livre qui, lui, n’a fait l’objet d’aucune poursuite, mais toujours est-il que, cinq ans plus tard, le paysage - et tout particulièrement l’information à laquelle ont accès les citoyens - ont beaucoup changé.

Il fait aujourd’hui peu de doute que de nombreuses sociétés pharmaceutiques (et parmi les plus puissantes) manipulent les prescripteurs, l’information et les patients pour permettre à leurs produits les plus récents d’être vendus à des centaines de millions d’unités...

Ces dernières années, les publications, tant dans la presse qu’en librairie, n’ont pas manqué. J’ai ainsi eu l’occasion d’écrire une post-face au livre de Jorg Blech, « Les inventeurs de maladies », qui a remporté un joli succès en France, et de voir, comme tout lecteur, passer un certain nombre d’articles sur le sujet.

Les plus marquants concernent les sommes considérables versées par les industriels à des médecins « prescripteurs » doté d’une aura importante, et dont les avis ont bien évidemment une influence considérable sur la profession. En 2008, plusieurs articles du « New York Times » rapportaient que l’Association américaine des psychiatres faisait l’objet d’une enquête sur les sommes considérables reçues par ses membres - lesquels omettaient de déclarer ce « détail » lorsqu’ils allaient vanter les mérites de tel ou tel médicament dans le traitement de maladies psychiatriques. (Lire en particulier CECI)

En mars 2009, le même « New York Times » racontait comment un Professeur de Harvard concevait des études « à la carte » sur des enfants pour donner des résultats positifs au laboratoire dont il testait les médicaments !

Certains laboratoires vont même jusqu’à créer de toutes pièces de fausses revues scientifiques et y publier des textes destinés à influencer la prescription. L’excellent blog "Pharmacritique" s’en est récemment fait l’écho Lire ICI

Comme le révélait une étude de Grande, Davis et coll. parue dans la respectable revue Archives of Internal Medicine en mai 2009 (Arch Intern Med. 2009 ;169(9):887-893), le simple fait qu’une entreprise de médicament offre des bloc-notes publicitaires gratuits à des étudiants en médecine influence les prescriptions ultérieures de ces derniers. Dans le même numéro, un éditorial rappelle que seuls le soutien, la vigilance continue et l’intégrité de leurs enseignants peut éviter aux futurs médecins de succomber au chant des sirènes industrielles.

Tous ces articles dévoilent des faits qui se sont déroulés (qui se déroulent) aux Etats-Unis, mais ne croyez pas que seuls les médecins américains soient concernés.

Ce matin, 21 mai 2009, au kiosque « La Presse Internationale » de la rue Sainte-Catherine, à Montréal, (juste en face de la station Berri-UQAM), j‘ai acheté le numéro 4 de la revue « Books » . Le dossier central s’intitule « Le scandale de l’industrie pharmaceutique ». Il contient plusieurs articles éclairants.

L’un deux rappelle que l’industrie n’est donc pas seule responsable. C’est bien sûr elle qui finance les essais (et empêche, comme l’explique le dossier de « Books » qu’on publie ceux dont les résultats sont négatifs). Mais l’industrie n’a pas le droit d’expérimenter directement sur des patients. Seuls des médecins ont le droit de le faire. Ceux qui travaillent pour elle sont donc objectivement ses complices.

L’un des articles est une grande interview de Philippe Even, ancien doyen de la faculté de médecine Necker à Paris qui déclare tout de go que les experts médicaux français font l’objet des mêmes « conflits d’intérêt » que les experts américains. Plus de la moitié des 1200 experts sollicités par les agences nationales du médicament françaises déclarent des liens contractuels avec industriels. 20 pour cent d’entre eux déclarent ne pas en avoir. Les autres... ne font pas de déclaration (alors que celle-ci est en principe obligatoire).

Dans le même entretien Philippe Even remet ouvertement en cause la formation des médecins dans les facultés françaises. Je le cite : « Les études médicales ne forment ni à l’esprit scientifique, ni à l’esprit critique. La formation thérapeutique occupe trois mois sur six ans d’études. On n’y apprend (...) rien sur l’histoire des molécules, sur la façon dont elles sont venues sur le marché. Rien sur les pièges de l’information médicale. (...) Du coup, on comprend bien le processus : la pression de l’industrie sur les médecins académiques, l’impact de ceux-ci sur les praticiens, la demande des malades (...) stimulés par tel ou tel réseau d’information, lui même financé par l’industrie. Quant à la formation permanente (des médecins) elle est entièrement payée par l’industrie. La boucle est bouclée. »

Evidemment un seul article, ni même dix, ne pourront pas changer le monde. Mais ceux qui dénoncent ces manipulations depuis longtemps se sentent moins seuls.

Et quand la vérité finit par se dire, le public devient moins facile à manipuler. C’est loin d’être négligeable.

Martin Winckler

PS : Un courrier d’internaute me signale un long article de Marcia Angell dans la "New York Review of Books". Aux lecteurs agacés que je cite le plus souvent des articles en anglais, je répondrai que ça m’agace aussi, mais que les médias français ne font pas leur travail. Et pourtant, les compagnies qui ont le plus de moyens pour compromettre la publication des informations se trouvent aux Etats-Unis, pas en France...

Le lecteur intéressé lira avec profit les livres de PHilippe Pignarre, mais aussi "Patients si vous saviez..." de Christian Lehmann (Laffont)


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (31 votes)




Réagissez à l'article

49 réactions à cet article    


  • Parrison Parrison 10 juin 2009 09:50

    Merci M. Winckler pour cet article...

    L’article du New York Review of Books est décapant.... et si on vous fait grief parce que ces articles sont en anglais... il suffit de les faire traduire par un traducteur en ligne.... ça vaut le détours...

    L’émission d’hier soir sur France 5 « les Médicamenteurs » est des plus instructives aussi...
    http://wiki.france5.fr/index.php/LES_MEDICAMENTEURS

    Mais quand donc, ferons-nous preuve de discernement dans tout ce que l’on essaie de nous faire croire... ?
    Le domaine vétérinaire n’échappe pas à la règle.... mon chat n’a jamais été plus malade qu’à la suite d’une visite au vétérinaire, c’est devenu un véritable engrenage qui m’oblige à poursuivre des traitements de longue haleine sans parler des coûts induits... Le lien est à présent fait...

    Merci encore...


    • appoline appoline 10 juin 2009 18:22

      @ Parrison,

      Faire preuve de discernement, écrivez-vous ; mais il faudrait pour cela que les dés n’aient pas été pipés dès le départ ; maintenant pour faire la preuve du vrai du faux, ce n’est pas si facile.
      Et puis, arrêtez donc de fréquenter votre véto, ou mieux, collez lui une bonne baffe pour avoir refiler des saloperies à votre chat ; jouer les pseudos experts ne mérite pas plus.


    • geo63 10 juin 2009 10:32

      Merci M. Martin Winckler pour cet article. J’ai suivi vos problèmes sur France Inter, mais vos billets étaient tellement courageux et libres que j’étais sûr de voir surgir le LEEM qui veille dans l’ombre ...
      Parmi les « cadeaux » de l’industrie pharmaceutique, il faut mentionner les aides généreuses et généralisées à la participation dans les congrès internationaux sur la planète... !
      Je me suis toujours demandé quel pouvait être l’apport de ces congrès réunissant des milliers de participants...du vent et une activité fébrile des industriels dans les couloirs et sites de réception avec excellents toasts, of course ! Ne pas oublier bien entendu les « ténors » qui paradent.


      • geko 10 juin 2009 10:56

        Il n’y a pas de raison que l’industrie du médicament échappe à l’adoration du veau d’or !

        @L’auteur et plus particulièrement au médecin que pensez vous de ce document concernant la grippe aviaire ?


        • appoline appoline 10 juin 2009 18:33

          @ Géko,

          Il faut savoir qu’en France, les médecins adorent être courtisés, ils aiment la flatterie et défensent leur territoire avec acharnement. C’est cela qui mènera le système de santé à sa perte : l’égo surdéveloppé des toubibs. Cela fait des années que l’état aurait dû mandater des gestionnaires à la tête des hospitaux. Ils sont des proies tellement faciles pour l’industrie pharmaceutique qui les utilise après les avoir retourné comme des crêpes.
          Pour faire le lien, rien de tel que les protocoles, les essais thérapeutiques, comme ça c’est au poil, le patient a l’impression d’être en bonnes mains et qu’il est maintenant sur la voie de la guérison et le docteur marque des points, peut-être pour un voyage, un séminaire ou autre connerie. Au pauvre patient les effets secondaires, quelques fois plus redoutables et redoutés que la maladie elle-même, au docteur avec un petit « d », séjours et restaurants.
          Le monde de la santé est gangrèné depuis des années, là aussi, il est grandement temps de faire un sacré ménage.


        • geko 10 juin 2009 19:06

          Cela ne m’avait pas échappé Appoline vu le nombre de représentantes médicales qui squattent la salle d’attente !
          J’ai choisi mon toubib pour ses qualités d’écoute ! J’ai déménagé et depuis je fais 30 bornes pour la consulter !

          J’en dirais pas de même de certains experts qui évaluent votre rentabilité en un temps record !


        • JL JL 10 juin 2009 11:25

          Bonjour Mr Winckler. Vous écrivez : « le LEEM aurait menacé la chaîne de poursuites. Il est à noter que pour ma part, je n’ai reçu aucune menace... alors qu’il était tout de même plus facile de me poursuivre que de poursuivre France Inter... »

          Vous connaissez sûrement ce proverbe chinois : « Si tu veux nourrir un homme un jour, donnes lui un poisson, si tu veux le nourrir toute sa vie, apprends lui à pêcher ».

          En vertu de ce principe, à quoi bon embêter un chroniqueur qui dérange : il est bien plus rentable sur le long terme d’inculquer l’autocensure aux médias en leur démontrant qu’ils ont intérêt à ne pas engager des chroniqueurs qui dérangent.


          • Leviathan Leviathan 10 juin 2009 13:25

            Documentaire « Silence, on vaccine » :

            « La polémique concernant les risques accrus de développer une sclérose en plaques à la suite d’une vaccination contre l’hépatite B n’est pas morte. Illustré par des témoignages douloureux et étayé par des explications scientifiques, ce documentaire dérangeant propose de faire la lumière sur ces vaccins qui se transforment en poison dans un nombre croissant de cas.[...] »

            Source : http://www.france5.fr/et-vous/France_5_et_vous/Demandez_le_programme/LE_MAG/LE_MAG_N_50/article s/p-1222-Silence_on_vaccine.htm

            A visionner ici :
            http://www.dailymotion.com/playlist/xyqzv_jackyshow38_sciences/video/x8lr1d _silence-on-vaccine-14_news


            « Sylvie Simon et LLP : conférence sur la vaccination »

            Conférence en 6 parties de Sylvie Simon à Marseille assistée du Libre Penseur sur la vaccination suite à la projection du reportage « Silence on vaccine ».

            http://www.dailymotion.com/playlist/xyqzv_jackyshow38_sciences/video/x9i7g8 _sylvie-simon-et-llp-conference-sur_webcam?hmz=746162706c61796c697374



            • JL JL 10 juin 2009 17:53

              @ Geko, Léviathan et tous : il est évident qu’une pandémie grippale, associée à un miraculeux vaccin tombant comme par hasard, à pic, serait tout bénéfice pour Big Pharma : un chiffre d’affaire colossal, une confiance retrouvée chez tous ceux qui auront échappé à la pandémie, et enfin, une sacrée contribution à la crise démographique, donc écologique qui commence à gêner aux entournures.

              Nb. Si le virus est vraiment très, très méchant, au diable les effets secondaires, hein !? Tout le monde en voudra.


            • geko 10 juin 2009 18:35

              Je me dis aussi que cette grippe tombe à pic par ces temps de récession pour mettre en place une loi martiale.

              Ca devrait se préciser bientôt sachant que le ministère de l’intèrieur rappelle les réservistes de la police nationale avant la fin du mois et que ces réservistes « ne peuvent faire l’objet d’un rappel au service qu’en cas de menaces ou de troubles graves à l’ordre public ».


            • DIOGENE DIOGENE 16 juin 2009 14:52

              Quotidien du Médecin du 16 juin

              Grippe A(H1N1) : de 30 à 35 % des Français pourraient être touchés

              À partir des 80 premiers cas confirmés (106 au 15 juin) en France et en s’appuyant sur la base de données de la grippe saisonnière, la SRLF (Société de réanimation de langue française) a réalisé une modélisation qui prévoit que de 30 à 35 % de la population française pourrait être atteinte par le virus A(H1N1), en l’état actuel de la virulence. À titre de comparaison, la grippe saisonnière affecte 10 % de la population et occasionne de 5 000 à 6 000 décès par an. La grippe pandémique pourrait, quant à elle, faire 25 000 morts.

              La SRLF souligne que des éléments d’aggravation pourraient intervenir : une «  cassure génétique  », les vaccins saisonniers des dernières années ne conférant pas de protection croisée, ainsi qu’une co-circulation du virus pandémique et des virus saisonniers A, humain ou animal.

              Selon ces modélisations, la Société de réanimation estime qu’«  il convient de prévoir un doublement des capacités en réanimation. C’est loin d’être réalisable, prévient-elle, et l’accueil des patients en réanimation reste un souci majeur, compte tenu de l’inadéquation entre le nombre de places disponibles et la quantité de patients nécessitant l’admission dans ces structures. En outre, se pose la question de la formation et de la compétence du personnel face à des risques infectieux accrus  ».

              › CH. D.


            • souklaye souklaye 10 juin 2009 13:26

              La meilleure des psychoses sait s’identifier à chacun tout en parlant à tout le monde.

              Elle joue sur les cordes sensibles ou pavloviennes de tout un chacun en fournissant des cadavres exquis.
Du drame sur mesure – fonction des parts de marchés de votre média préféré –, de la famille recomposée ou non, des héros anonymes et inopinés, mais également un suspens savamment géré par les pouvoirs publics.

              La proximité universelle à ce talent fonctionnel d’unir les extrêmes dans une même zone en transformant un fait en une vérité.

              Le besoin d’information permanente, alliée aux remords de ceux prêchant le vrai et pratiquant le faux, explique la pandémie de consultation chez le médecin ou sur Doctissimo.

              La suite ici :

              http://souklaye.wordpress.com/2009/04/27/bloc-note-psychose-mediatique/


              • appoline appoline 10 juin 2009 18:39

                @ Souklaye,

                Il faut dire qu’avec toutes les saloperies qu’ils nous ont sorti des laboratoires, on peut avoir quelques doutes sur certaines épidémies. Et puis n’oublions surtout pas que dans l’insustrie pharmaceutique comme ailleurs, ils ne connaissent pas les interactions à plus de 3 molécules lors d’un traitement, alors balancer sur le marcher une vaccination à la one again, je préfère mettre mes baskets qui courent vite.


              • Philou017 Philou017 10 juin 2009 13:53

                Pour en rajouter une couche, des déclarations dérangeantes du Docteur Mendelsohn, médecin Américain, qui n’hésite pas à remettre en cause le systeme de santé occidental, avec force arguments. LIsez les articles en entier !

                « Le médecin, qui était une fois notre agent guérisseur, est devenu aujourd’hui celui qui nous rend malade. La médecine moderne est allée trop loin en utilisant massivement des moyens très puissants pour traiter des cas simples, et a altéré et corrompu même la gestion des cas les plus graves. »
                .........
                "Durant leur grève d’un mois de 1973, les médecins israéliens ont réduit leurs contacts quotidiens avec les malades de 65 000 à 7000. « Le Service funèbre de Jérusalem a rapporté que le taux de mortalité chez les Israéliens avait baissé de 50% durant ce mois, et qu’il n’y avait pas eu d’autre baisse de mortalité aussi considérable depuis la dernière grève des médecins il y a vingt-ans. » « 
                http://www.cam.org/ rsilver/medecinerepu.htm

                 »Pour lui, ce n’est pas la médecine qu’il faut supprimer, mais ses abus. Il s’agit d’éviter des remèdes plus dangereux que les maux qu’ils sont censés traiter, de renoncer à des examens de routine sans utilité, mais non sans risques, de privilégier non pas la technologie, le laboratoire, la chimie et la chirurgie, mais l’éducation de santé, la prévention et le dialogue du médecin avec ses patients."
                http://users.swing.be/carrefour.naissance/biblio/ES/introFr.htm
                http://users.swing.be/carrefour.naissance/biblio/ES/Mendelsohn.htm

                S’appuyant sur trente années d’expérience, il affirme que dans 95 % des cas d’indisposi­tion enfantine, il est inutile, voire dangereux, d’appeler le médecin.
                http://vegetaliens.over-blog.com/categorie-10103319.html

                Edifiant.


                • Philou017 Philou017 10 juin 2009 13:57

                  Mendelsohn parle aussi des vaccins :

                  Les vaccinations de masse représentent, par leur inutilité, la plus grande menace pour la santé des enfants. C’est difficile à croire, je le sais. Les vaccinations ont été présentées d’une manière si habile et insistante que la plupart des parents y voient le miracle qui a fait disparaître beaucoup de maladies, jadis effrayantes. S’attaquer à elles est souvent considéré comme du domaine de la folie et un pédiatre qui s’opposerait à ce fondement même de la pédiatrie est comme un prêtre qui nierait l’infaillibilité du pape !

                  Une grande partie de ce qu’on vous a dit sur les vaccinations n’est tout simplement pas vrai. Si je voulais obéir à mes convictions profondes en écrivant ce chapitre, je vous recommanderais de rejeter toutes les vaccinations pour votre enfant. Je ne le ferai pas, car les parents ont perdu ce droit de refus dans environ la moitié des Etats-Unis, ainsi que dans la plupart des pays du monde. Ce sont les médecins, et non les politiciens, qui ont travaillé avec succès pour imposer légalement les vaccinations préscolaires. Mais vous pouvez toujours persuader votre pédiatre d’éliminer l’élément« coqueluche » du vaccin Di-Te-Per* (* Vaccin complexe : Di pour diphtérie ; Te pour tétanos ; Per pour pertussis qui, en latin, signifie coqueluche. (N.d.T.)). Le vaccin anticoqueluche, qui semble le plus dangereux de tous, est sujet à tant de discussions que les médecins commencent à avoir peur des problèmes juridiques et ils ont raison ; dans un cas récent, à Chicago, un enfant handicapé à cause d’un vaccin anticoqueluche a reçu un dédommagement de plus de cinq millions de dollars. Si votre médecin a peur de ce vaccin, exploitez sa peur, car il s’agit de la santé de votre enfant.

                  "Bien que j’aie moi-même utilisé les vaccins dans les premières années de ma pratique, je suis devenu un farouche opposant aux vaccinations de masse à cause des nombreux dangers qu’elles représentent."


                  • ZEN ZEN 10 juin 2009 14:40

                    Merci à l’auteur pour ce billet, qui conforte et prolonge l’émission courageuse de hier soir sur la 5.
                     Sidérant ! Je croyais savoir pourtant...
                    Je crois que je vais changer de médecin traitant

                    Quelques liens pour confirmer et prolonger :
                    -Formindep : Le film
                    -L’enquête du Formindep : transparence de l’information médicale
                    -Prescrire : halte aux liaisons dangereuses
                    -Pharmacritique : les médicamenteurs
                    -------------------
                    -L’Afrique, cobaye de Big Pharma
                    >La constance du jardinier (Oxfam-Solidarité)<
                    -« Big Pharma », ou la corruption ordinaire
                    -Le modèle « big pharma » n’est pas mort
                    - Les cobayes et les « big pharma »  :


                    • appoline appoline 10 juin 2009 18:43

                      @ Zen,

                      Merci, je me les mets sur l’oreille pour me les fumer plus tard car je sens que ce genre de documentaires risque encore de me mettre en zone rouge. Il y a ce que nous arrivons à savoir et ce que nous ne saurons jamais.

                      Je tiens à remercier l’auteur pour son article, il ne doit être aisé de se colleter avec des serpents pareils.


                    • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 10 juin 2009 14:47

                      Excellent article par un témoin direct qui révèle très bien le processus de construction sociale d’une réalité corrompue que le complexe médico-pharmaceutique est en mesure de nous imposer en toute innocence puisqu’ils continuent de nous vendre l’idée qu’ils travaillent à notre santé et celle de nos enfants.

                      Il me semble que cette corruption est générale dans notre société et qu’il est temps que la démocratie se ressource au travers d’une plus grande participation des citoyens et surtout un contrôle généralisé des élites, des décideurs et des experts censés orienter les politiques publiques.

                      Je propose que tout ce petit monde soit mis à nu (cad, rendu transparent, financièrement et patrimonialement parlant) pour avoir le droit d’exercer un pouvoir décisionnaire. ça paraît brutal mais même si j’ai voté pour Eva Joly et son projet de lutte contre la corruption en Europe, j’ai peu d’espoir quant à l’efficace de son action face à la puissance des lobbies de tous poils qui manipulent tant les commissaires que les parlementaires européens.


                      • ZEN ZEN 10 juin 2009 14:54

                        Si peu de médecins lisent Prescrire
                        L’un deux m’a dit :« c’est trop cher » !
                        il est vrai que les publicités sur papier glacé sont gratuites...

                        Et pourtant...
                        "Quand on lit chaque mois une revue comme Prescrire qui examine les dossiers cliniques des nouveaux médicaments homologués, on ne peut être que frappé par le fait que dans l’immense majorité des cas, la conclusion des rapports d’expertise indépendants peut se résumer avec ces mots : dans l’état actuel du dossier nous ne savons pas si ce médicament est utile ou nuisible !" (cité par l’auteur du livre)


                        • worf worf 10 juin 2009 15:21

                          Cet article entre en résonance avec le film, le nouveau protocole. En voici le synopsis :

                          Raoul Kraft vit seul dans son exploitation forestière. Un matin, il apprend la mort de son fils de 18 ans dans un accident de voiture. Un drame banal, conclut la gendarmerie. Mais une jeune femme, Diane, arrive de Paris, pour lui révéler des informations troublantes. Cet accident n’en est peut-être pas un. Elle parle de laboratoires pharmaceutiques, de médicaments expérimentaux. Son fils participait à un protocole médical. Il testait un nouveau médicament, les effets secondaires pourraient être à l’origine de sa mort.
                          Kraft a du mal à y croire, mais décide de monter à Paris pour en savoir plus. La suite des événements semble donner raison à la jeune altermondialiste. Poursuites, agressions physiques, coups de feu, ils doivent prendre la fuite... sans pour autant abandonner leur enquête.
                          Avec l’aide de Diane, Kraft va quitter le monde simple qui est le sien pour celui du « Nouveau protocole ». Un monde où la vérité n’est jamais là où on l’attend.

                          • katalizeur 10 juin 2009 15:42

                            @ l’auteur

                            merci monsieur pour votre article....ce n’est pas par impolitesse que je ne vous remercie pas par votre titre de docteur......

                            12 commentaires a 15 heures pour un sujet d’une importance capitale pour tout un chacun, je suis attérré.....
                            l’emission date du 15 mai 2003......6 ANS DEJA.....LA CHOSE A PEU AVANCE.

                            le combat pour le changement de paradigme continue,comme le dit notre ami LEVIATAN
                            nous attendons beaucoup des conferences du librepenseur ( gravés sur CD et distribués gratuitement...dans notre entourage)





                            • anuck 10 juin 2009 16:03

                              Il y a presque une année, le cardiologue Ameisen publiait un livre dans lequel il décrivait la sortie de son alcoolo-dépendance grâce à un vieux médicament génériqué utilisé par des malades atteints de sclérose en plaques. Ce médicament (lyorésal - molécule baclofène), à la base, combattait les douleurs de cette maladie.

                              L’hopital Villejuif à Paris (100 patients) et l’Hopital de Genève soignent cette dépendance avec un taux de réussite proche de 100%. Malheureusement l’AMM (autorisation de mise sur le marché) de ce médicament ne concerne que la sclérose en plaques et non l’alcoolo dépendance. Le laboratoire qui produit ce médicament ne veut pas entendre parler de refaire des tests pour qu’il soit enfin distribué à ces malades. Il en couterait entre 300 et 500’000 euros. Heureusement qu’il y a des généralistes qui acceptent d’en prescrire au vu de résultats plus que positifs. Cependant la grande majorité ne veut pas en entendre parler, incitant les malades à des cures, des post-cures, des traitements psychiatriques qui coutent à la communauté des fortunes et dont les résultat sont proches de 85% d’échec.

                              Depuis des mois, des malades et associations écrivent au ministère de la santé pour demander que l’on fasse très rapidement ces tests. A ce jour aucune réponse.

                              Entre la morbidité, les accidents routiers et au travail, les traitements, l’alcoolisme coute à la socièté presque deux milliards d’euros par année.

                              La maladie de l’alcoolo-dépendance, chaque jour, en France, tue 120 personnes.


                              • Vincent Verschoore Vincent Verschoore 10 juin 2009 17:05

                                Merci Mr Winbkler pour cet acte de salubrité publique.


                                • Lisa SION 2 Lisa SION 2 10 juin 2009 17:58

                                  Bonjour monsieur Winckler,

                                  " Il est évidemment difficile de comprendre en quoi un chroniqueur « diffame » quand il fait état du contenu d’un livre qui, lui, n’a fait l’objet d’aucune poursuite, " Même problème pour Paul Eric Granrue : http://www.agoravox.tv/article.php3?id_article=22950 , qui écrit un livre avec quantités de références le rendant inattaquable en justice, mais que personne n’accepte d’éditer ? La grande question que soulève votre puissant article suivi d’un fil extrêmement riche en liens n’est elle pas  :

                                  Le détournement de la médecine ne consiste-t-il pas, à prendre l’anus pour un organe sexuel ?


                                  • ZEN ZEN 10 juin 2009 18:52

                                    Qui aurait le temps, la patience, le courage de traduire pour les anglo-mal-entendants ce document pointé par l’auteur... ?
                                    Merci d’avance !


                                    • geko 10 juin 2009 19:51

                                      Essayez avec le translate de google, mais c’est pas top !

                                      " Selon Lane, GlaxoSmithKline, dans l’espoir de stimuler les ventes de son antidépresseur, le Paxil, a décidé de promouvoir le trouble d’anxiété sociale comme « un grave problème médical. En 1999, la société a reçu l’approbation de la FDA pour commercialiser le médicament pour le trouble d’anxiété sociale. Elle a lancé une vaste campagne médiatique pour le faire, y compris des affiches dans les abribus dans tout le pays montrant des personnes triste et les mots « Imaginez que pour les personnes allergiques et les ventes ont grimpé ..., Barry Brand, directeur de produits de Paxil, a été cité comme disant : « Le rêve de tout marketer est de trouver un marché identifié ou inconnu et de le développer. C’est ce que nous avons pu faire avec le trouble de l’anxiété sociale".
                                      C’était en 1999 !!

                                      Vous vouliez l’Amérique, un hongrois vous l’offre sur un plateau ! Elle est pas belle la vie !


                                    • janequin 10 juin 2009 19:28

                                      Lors d’une discussion à bâtons rompus avec un docteur en chimie travaillant dans une entreprise de synthèse du médicament, celui-ci m’a avoué qu’il essayait en vain depuis plusieurs dizaines d’années de proposer une recherche précise sur le mécanisme biochimique réel de l’action des substances fabriquées dans son labo.

                                      En fait ce qui intéresse cette industrie du médicament, c’est une vague efficacité, et surtout un très réel profit.


                                      • Philou017 Philou017 10 juin 2009 20:05

                                        Une page intéressante :

                                        La fraude médicale, les rois de la corruption
                                        Le Dr Benjamin Rush, médecin de George Washington et signataire de la Déclaration d’Indépendance des États-Unis en 1776, avait prévenu :

                                        «  À moins que nous n’incluions la liberté thérapeutique dans notre Constitution, la médecine installera un jour une dictature que nous sommes incapables de concevoir pour le moment. »
                                        ...........

                                        WASHINGTON
                                        - Le gouvernement américain a déposé plainte mercredi contre le laboratoire pharmaceutique Forest qui a selon lui mis en vente des anti-dépresseurs pour enfants, contre l’avis de l’autorité régulatrice, et a payé des pots-de-vins à des médecins pour les prescrire.

                                        ...............
                                        NewsTarget.com a aussi appris qu’il a été prouvé que le vaccin contre le HPV n’avait aucune valeur pour enlever le virus HPV des femmes qui avaient déjà été exposées au HPV (et qui incluent la plupart des femmes sexuellement actives), remettant ainsi en question la justification scientifique de la politique de « vacciner obligatoirement tout le monde ».

                                        Cette histoire révèle l’évidence : le vaccin GARDASIL (de Merck, la même firm produisant le mortel vioxx) couramment administré pour le HPV peut augmenter le risque de lésions cervicales précancéreuses à un taux ALARMANT de 44,6% chez certaines femmes.

                                        Il s’avère que le vaccin peut être de loin PLUS dangereux pour la santé des femmes que de ne rien faire. Cette information révèle des détails sur une énorme fraude à la santé publique qui est pérpétrée sur le peuple américain, incluant les responsables de la FDA, les promoteurs des industries pharmaceutiques et même les gouverneurs de certains états comme le Texas.
                                        ....................

                                        Près de 200 écolières de l’État de Victoria ont été touchées et 10 jeunes filles ont été admises à l’hôpital après évanouissement ou effondrement suite à l’injection de Gardasil.
                                        ..................
                                        Les experts chargés de conseiller les services de santé pour la mise sur le marché de tel ou tel médicament sont presque tous salariés des laboratoires fabriquant (pour le GARDASI® les deux experts John Bosnego et Alan Show étaient des biologistes employés par le laboratoire fabriquant le vaccin).
                                        .................................
                                        Les laboratoires Eli Lilly ont mis en place une politique de remises tarifaires sur un médicament, le dobutrex, à la CONDITION que les établissements hospitaliers achètent en même temps de la vancomycine, un antibiotique de Eli Lilly. Les hôpitaux se plaignent de la hausse de prix du dobutrex. Ainsi est mise en évidence la stratégie commerciale des laboratoires Lilly. Cette société a jusqu’en 1988 le monopole de la vente de la vancomycine

                                        etc, etc , etc

                                        Voir les liens dans la page.

                                        Une autre :

                                        « COMMENT EMPECHER VOTRE DOCTEUR DE VOUS TUER »

                                        • ZEN ZEN 10 juin 2009 22:16

                                          Dans l’article trés discret de wiki sur Lilly, on trouve quelques remarques à la fin :

                                          Lilly a été impliqué dans un certains nombre de controverses, dont certaines à caractère politique, médical ou éthiques. Par exemple, certaines controverses ont pu concerner la rétention d’information au sujet du Zyprexa (olanzapine).

                                          Actualités judiciaires [modifier]

                                          Certains litiges judiciaires ont concerné le Prozac aux Etats-Unis (Kentucky), notamment avec le cas de Joseph Wesbecker, qui aurait tué 7 personnes et blessé 12 autres avant de se suicider. En Juin 2008, un accord a été trouvé entre Starr Johnson licenciée de l’entreprise en 2005 et Elli Lilly que cette ancienne employée accusait de discrimination raciale. Elli Lilly a été accusé de violer la loi fédérale anti-discrimination et a dû s’aquitter d’une indemnité de 54 400 dollars, assortie de 7 000 dollars d’intérêts et d’indemnités compensatoires et de 3 000 dollars de remboursements de frais d’avocats.

                                          Liens politiques [modifier]

                                          Après avoir quitté la CIA en 1977, George H. W. Bush devint un des dirigeants de Elli Lilly. Bush a activement oeuvré de l’intérieur comme de l’extérieur de l’administration, en tant que Vice-Président à partir de 1981, pour défendre les intérêts des industriels du secteur pharmaceutique.


                                          • JL JL 10 juin 2009 22:34

                                            Dans le docu diffusé hier soir sur Arte, on apprend que Merxx prévoit 5 Mds US$ pour indemniser les victimes du Vioxx.

                                            J’ai le sentiment que les labos sont acculés à une fuite en avant devant les menaces de procès, et ne peuvent plus reculer : la faillite, ou notre soumission à un super blog buster. Le vaccin grippal en serait un si le virus correspondant lui donne la réplique. Je serais conspirationniste, je dirais que Big Pharma prépare une guerre bactériologique contre l’humanité.


                                            • Lisa SION 2 Lisa SION 2 11 juin 2009 00:23

                                              Salut JL,

                                              « Je serais conspirationniste, je dirais que Big Pharma prépare une guerre bactériologique contre l’humanité » en effet, les bénéfices du big pharma ne sont pas suffisants pour payer les indemnités en cas de procès général. La seule issue pour eux est d’empoisonner tout le monde et ils ont dans leurs laboratoires largement de quoi, on peut le croire. Rien que le pharmacien de chez moi, il m’a annoncé qu’il avait cinquante kilos d’arsenic dans son grenier et qu’il pouvait, en balançant le colis dans un chateau d’eau, envoyer toute la ville ad patres...texto, je le tiens de sa bouche !


                                            • Christoff_M Christoff_M 10 juin 2009 23:59

                                              on comprend comment le Deroxat poison dangereux en vente libre a été sciemment diffusé en France, alors que certains pays parlaient de l’interdire !!

                                              Comment le comité de contrôlé a validé ce médicament et le fait rembourses, je ne parle pas de madame Bachelot, madame je valide tout contre un petit bonus !!

                                              Le Roudup participe du même phénomène, les commissions censées donner leur aval pour la diffusion de produits sur le territoire, sont souvent composées de gens ayant été financés par les grandes marques !!!! la corruption règne en haut lieu... on peut faire toutes les commissions du monde, si les labos de tests et de validation sont financés par des fonds privés, nous sommes dans des procédures de carnaval, mais visiblement, c’est une grande habitude en France... pays qui sent décidément mauvais à tous les niveaux !!


                                              • DIOGENE DIOGENE 15 juin 2009 10:26

                                                Pas d’accord avec vous, Christoff.
                                                Le Déroxat n’est pas en vente libre et est un bon antidépresseur s’il est utilisé correctement et accompagné d’une bonne psychothérapie.
                                                Mais d’accord pour dire que nous n’avons rien à envier à Cuba ou au Gabon au plan de la corruption généralisée.
                                                Bien cordialement


                                              • Gaëtan Pelletier Gaëtan Pelletier 11 juin 2009 05:22

                                                C’est tout de même étonnant que dans un monde qui « prône » le VERT, le « dedans » du corps est en train de se faire empoisonner par la chimie...
                                                http://www.lexpress.fr/actualite/sciences/sante/tout-ce-que-l-on-ne-vous-dit-pas-sur-les-medicaments_764792.html

                                                « Au Québec, le ministère de la Santé a évalué entre 10 et 15 % la proportion d’hospitalisations de personnes âgées liées aux médicaments. [...] Selon les experts, les médicaments seraient responsables, chaque année, de près de 100 000 morts aux Etats-Unis et de 10 000 au Royaume-Uni. Une étude américaine publiée en 1990 estimait que 5 à 20 % des admissions à l’hôpital étaient le résultat des effets indésirables des médicaments. Ce chiffre est probablement sous-estimé ! En 1998, une enquête du Journal of the American Medical Association révélait que 106 000 citoyens américains seraient morts après une utilisation de leurs médicaments dans des conditions normales, c’est-à-dire sans erreur de prescription, sans abus ni surdosage ! [...] Au cours des vingt-cinq dernières années, 10 % des nouveaux médicaments mis sur le marché aux Etats-Unis ont fait l’objet de retrait du marché ou de forte mise en garde. [...] 20 millions de patients aux Etats-Unis ont pris au moins un des cinq médicaments retirés du marché en raison de risques graves entre septembre 1997 et septembre 1998. En France, on estime le nombre de décès dus aux médicaments entre 8 000 et 13 000 par an. Deux à trois fois plus que ceux dus aux accidents de la route ! On compte près de 130 000 hospitalisations par an dues à des médicaments. Ce sont les plus de 65 ans qui paient le plus lourd tribut et qui sont les plus touchés par ces accidents thérapeutiques. Les effets néfastes des médicaments sont deux fois plus fréquents après 65 ans, et 10 à 20 % d’entre eux conduisent à des séjours à l’hôpital. Avec l’âge, le nombre de maladies augmente et la consommation de médicaments aussi. De plus, le risque d’interaction du fait d’association de médicaments s’accroît ! »

                                                __________________________________________________
                                                Combat du tabac.
                                                Combat du gras.
                                                Combat du fast-food.
                                                Combat contre la marijuana.
                                                etc.
                                                La société de crétins est éberluante. (sic, comme dans sick).
                                                On parle beaucoup des médicaments prescrits, mais ceux en vente libres ne sont pas mieux.
                                                Et on se plaint des OGM...


                                                • Krokodilo Krokodilo 14 juin 2009 14:54

                                                  Bonjour cher collègue, 
                                                  Bon article, toujours utile, et comme dit par un message, l’émission de la 5, « Les médicamenteurs » était très réussie, instructive et distrayante par sa mise en scène originale (une ville-maquette faite de boîtes et de tablettes de médicaments...).
                                                  Or, voici un extrait de ce qu’en ont dit deux journaux médicaux gratuits (donc financés par la pub des labos) :

                                                  Pour la revue « Le Généraliste » (12/06/09) : « désinformation », « on hésitait entre rire ou pleurer », « Passons sur les pratiques peu journalistiques consistant à... », et la conclusion : « A-ffli-geant ! » (édito non signé...)

                                                  Pour la revue « Impact-médecine » (11/06/09) : titre « Clichés », l’édito parle d’abord d’un dossier de l’Express, puis de l’émission, « inutile de la regarder pour en connaître le contenu et le message véhiculé. L’inconvénient des clichés est qu’ils ont la vie dure et qu’ils s’embarrasent peu de subtilité. » Le ton plus modéré peut s’expliquer par le fait que cet édito, lui, est signé.

                                                  Zen, pour info suite à ton message, je précise que l’abonnement à Prescrire coûte exactement 245€/an, plus 51 pour l’inscription au test de lecture mensuel, plus un supplément pour des sessions de formation en ligne, avec divers tarifs réduits (retraités, étudiants, etc.). Effectivement, comparé à la gratuité d’autres journaux, c’est conséquent. 

                                                  Aux inévitables messages anti-vaccins, il faut comme toujours rappeler qu’une indemnisation judiciaire, même de plusieurs millions de dollars, n’est nullement une preuve scientifique (surtout aux USA où déposer des plaintes est bien plus rentable que jouer au loto), c’est plus souvent un signe d’incertitude ou de compassion, comme ce fut le cas chez nous pour un cas de sclérose en plaques, maladie d’origine inconnue existant avant la mise au point du vaccin incriminé, qui, au pire, aurait pu jouer le rôle de cofacteur ou de facteur déclenchant. 


                                                  • ZEN ZEN 14 juin 2009 15:16

                                                    « voici un extrait de ce qu’en ont dit deux journaux médicaux gratuits (donc financés par la pub des labos) »

                                                    Merci, Kroko, c’est utile de le préciser...
                                                    Ne crois-tu pas que si plus de praticiens étaient abonnés à Prescrire, le prix de l’abonnement baisserait du même coup... ?


                                                  • Krokodilo Krokodilo 14 juin 2009 18:30

                                                    Pour sûr ! Ceci dit, ils sont un peu trop portés vers l’anglais (ils ont développé une version « internationale ») et chaque numéro comporte une leçon d’anglais... mais je comprends leurs raisons, elles sont les mêmes qu’expliquées ci-dessus par l’auteur, les références et les habitudes. Malheureusement, les pays francophones ne manifestent aucune volonté de soutenir des publcations francophones, alors que l’union ferait la force. Un gars qui publierait une très bonne étude en chinois (pays assez grand !), russe ou français, ne la verrait son prise en compte nulle part pour sa carrière... seuls comptent les index des publications en anglais. Demain, si on ne fait rien, ce sont les manuels eux-mêmes qui seront en anglais, comme en Suède et Norvège... et les pontes universitaires ne pourront plus vendre aux étudiants leurs ouvrages, bien fait ! 


                                                  • DIOGENE DIOGENE 14 juin 2009 20:53

                                                    Je me souviens d’un congrès à Nice il y a presqu’une dizaine d’ann"es où les hôtesses d’accueil ne parlaient qu’ Anglais, donc rien de nouveau quant à la suprématie de cette langue. C’est bien dommage !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès