Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Médicaments dans l’eau, d’autres Seine-Maritime sont possibles (...)

Médicaments dans l’eau, d’autres Seine-Maritime sont possibles !

Dans la torpeur estivale, 20 000 habitants de Bolbec et Gruchet-le-Valasse en Seine-Maritime ont appris qu’ils consommaient probablement depuis des années une eau trop chargée en résidus de médicaments. Une information pas si étonnante…

Le polluant retrouvé dans l’eau de Seine et Marne – la N-Nitrosomorpholine – est classé comme « cancérigène probable », ce qui signifie que sa dangerosité a été constatée sur des animaux par le Centre International de recherche contre le Cancer.

On sait aussi, que ce produit – comme de nombreux polluants – ne fait pas partie des substances habituellement contrôlées : il a été repéré dans le cadre d’un plan de mesures sur les polluants émergents réalisés par l’Anses.

En réalité, si on systématisait les contrôles à proximité des usines pharmaceutiques, on peut penser que d’autres cas similaires seraient découverts.

L’exemple de New York est éloquent. Une étude réalisée à proximité de 24 sites pharmaceutiques entre 2004 et 2009 y montrait que la teneur des résidus de médicaments dans l’eau était multipliée par 100 à 1 000 !

Dans certaines zones de l’Etat de New York, les consommateurs étaient exposés à des doses comparables à celles administrées aux patients avec des teneurs de 1,7 mg/l d’antalgique (oxycoldine) et de 3,8 mg/l de métaxalone, un médicament anti-rhumatisme.

En Inde, une étude suédoise révélait des niveaux de concentration de résidus médicamenteux ubuesques : jusqu’à 45 kilos de Ciprofloxacine étaient rejettés dans les fleuves de la région Patancheru. A tel point qu’un quart de la population locale avait développé une pathologie liée à la contamination des eaux.

Les standards de l’industrie en Inde ne sont bien sûr pas comparables avec ceux des usines occidentales. Si les doses de médicaments relevées dans l’eau en France sont sans commune mesure avec le cas indien, certains signaux doivent nous inciter à la vigilance : 25% des eaux du robinet contiennent des résidus de médicaments en France et sont pourtant déclarées “potables”.

En effet, ni la législation européenne ni celle de la France n’ont définit de limites seuil sur ces contaminants. En conséquence, la présence de résidus de médicaments n’est pas réellement contrôlée par les autorités. On sait que si de tels paramètres étaient mis en place dans les procédures de contrôles, une grande partie de l’eau du robinet serait déclarée impropre à la consommation.

Par ailleurs, l’impact de certaines sources de rejets médicamenteux devrait être spécifiquement et systématiquement évalué sur certains sites. Pour exemple, le Chu d’une ville moyenne comme Rouen rejette 50 kg de codéine, 77 kg de tramadol et 5 kg d’acide valproïque dans la Seine chaque année.

Quels effets sur la santé ?

Dans le cas de la Seine et Marne, les autorités estiment que les risques sont très minimes avec un risque de cancer estimé à 1/ 100 000 pour une personne qui consommerait depuis 20 ans de l’eau du robinet.

Pour autant, les effets cocktails de ces médicaments contenus dans notre eau sont soupçonnés de produire des effets sanitaires à long-terme :

- une étude américaine vient d’établir un lien fort entre l’exposition des femmes enceintes aux résidus de médicaments dans l’eau et le risque d’autisme chez les enfants.

- de nombreux effets sur l’appareil reproducteur et le système immunitaire des poissons ont été observés. Ces observations inquiètent de nombreux scientifiques mais aucune étude n’a encore pu évaluer l’impact sanitaire sur les humains.

- plusieurs médecins comme le Docteur Alain Ragon, responsable du pôle uro-néphrologie de l’hôpital de la Conception à Marseille, estiment dans une interview au Monde (version payante mais reprise ici) « tout à fait possible que des cocktails de différents médicaments puissent se retrouver dans l’eau du robinet et poser des problèmes d’intoxication chronique. C’est un problème sérieux dont les effets sont très difficiles à démontrer ».

- enfin on sait que la prolifération de molécules médicamenteuses contribue à renforcer notre résistance aux traitements antibiotiques.

En bref, une exposition prolongée aux polluants émergents (médicamenteux ou chimiques) produit des effets bien réels qu’on ne sait pas évaluer…Une stricte application du principe de précaution devrait nous inciter à contrôler les zones les plus sensibles (sites pharmaceutiques, hôpitaux, etc.) pour renforcer les équipements des stations de filtration en conséquence.

En Suisse – autre grand pays producteur et consommateur de médicaments – un plan efficace qui s’appuie sur un traitement spécifique des rejets hospitaliers grâce à des nouvelles technologies de filtration (ozonation) a été mis en place depuis 2008.

Preuve qu’il est possible de guérir l’eau de ses médicaments…


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (43 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • Yvance77 8 septembre 2012 13:49

    Salut,

    Les gens sont ingrats envers nos politiques et nos grands industriels. Voilà que des sociétés offrent gracieusement des médocs via l’eau potable (enfin presque) et ces goujats ne pensent même pas à dire merci.

    Les bas peuple est décidément jamais content.


    • Le matou 9 septembre 2012 18:24

      Commentaire particulièrement réfléchi et mature.
      Bien sûr ce sont les politiques qui choisissent de rejeter des médicaments dans l’eau potable. D’ailleurs ce sont aussi les politiques qui choisissent de rejeter du CO2, des Nox et des particules cancérigènes quand vous conduisez votre bonne petite voiture diesel.
      Ah ces politiques je vous jure, sans eux, tout irait tellement mieux.
      Ah et j’oubliais les industriels aussi, qui s’amusent à rejeter des polluants à côté de leur usine. Enfin heureusement, la plupart des industries délocalisent à l’étranger. Bientôt on en sera débarrassé. Ouf !


    • René de Sescendres René de Sescendres 10 septembre 2012 21:51

      C’est ce que je pense aussi...Des médocs gratos, et les français y gueulent...Jamais contents. En tout cas, le problème de la sécu est réglé, les gens ne seront plus jamais malades. Merci Pfizer et Merck. C’est encore mieux que les mairies qui mettent du fluor et de l’aluminium dans l’eau, deux neuro-toxiques, pour notre plus grand bien. Mais comme disent les Verts...Buvez de l’eau du robinet, elle est bonne l’eau du robinet smiley


    • alberto alberto 8 septembre 2012 14:31

      Ces résidus de médicaments viennent en complément des nitrates et pesticides déjà omniprésents dans l’eau des villes.

      Même si pour rassurer le bon peuple, nos responsables en charge de la pollution de l’eau, plutôt que prendre des mesures énergiques pour limiter l’utilisation de tels polluants, relèvent périodiquement les taux autorisés de nitrates ou de pesticides réputés « admissibles » dans l’eau par les organismes humains !

      Résidus de médicaments plus nitrates et pesticides, et un zest de métaux lourds : voilà un cocktail détonnant pour trinquer à la santé des petits enfants...

      Pardon ? Vous dites maladies immunodégénératives ?

      Ne cherchez pas : ce n’est que fantasme.

      Merci à l’auteur pour cette piqure de rappel.

       


      • Soi même Soi même 8 septembre 2012 15:03

        Ce que vous signales est bien un des problèmes majeur de notre civilisation, l’hypocrisie devant la pollution. En même temps, il est illusoire de pensé que les activités non jamais polluer. Nous avons toujours polluer notre environnement, la seul différence, c’est que la pollution moderne est pluriforne et pour l’essentiel d’origine minéral à la grande différence avant elles étaient avants tous organiques et la nature étaient moins altérer avaient les moyens de la purifie.
        Ce qui n’est plus le cas actuellement avec cette pollution principalement chimique dont certaine substance résiste à tous procéder de purification. 
        Vous évoquez cette pollution d’origine médicamenteuse, on peut rajouté à cette liste le piralème, le PCB, les métaux lourd, la radioactivité qui sont constamment évoquer et en réalité ne sont jamais véritable évoquer comme étant une priorité de premier plan.
        Je constates que les communications sont sur le sujet et plus basé sur une pasteurisation de l’eau et un écumage des résidus les plus grossier et en aucun cas il est véritablement question de restauré la qualité de l’eau. Pour une raison simple c’est que notre technologie du moment est incapable d’ôter efficacement toute cette pollution multiforme d’origine chimique et biologique.
        C’est pour cela que la qualité des critères sur l’eau sont devenus plus tolérant, et il délivre des agréments qui sous d’anciennement normes sanitaires seraient déclaré impropre à la consommation. 


        • eau-du-robinet eau-du-robinet 8 septembre 2012 22:59

          Des études en 2008 (en France) ont démontré que les stations d’épuration n’éliminent pas les résidus de médicaments contenus dans les eaux usagées, ce qui contribue à la pollution des rivières.

          Les conséquences de cette pollution sont importantes, des poissons hermaphrodites ou qui changent de sexe, des êtres humains qui résistent aux traitements antibiotiques et, vraisemblablement, d’autres retombées que l’on ne connaît pas encore.

          Parmi ces résidus de médicaments, les molécules retrouvées lors des analyses, la molécule que les chercheurs retrouvent le plus est le paracétamol, puis vient l’ibuprofène et enfin toute la gamme des anti-inflammatoires aux antidépresseurs.

          Les chercheurs ont même détecté lors de ces analyses des traces de résidus de pilules contraceptives. 

          Puis la liste des autres polluants est interminable ...

          Sur Arte (télévision) est diffuse le mardi, 11 septembre 2012 à 20H50 un reportage portent le titre : Nestlé et le business de l’eau en bouteille

          C’est une enquête édifiante sur trois continents qui montre comment la multinationale fait main basse sur les ressources en eau pour les vendre au prix fort.


          • Pépé le Moco 9 septembre 2012 20:27

            La société incriminée est : l’usine pharmaceutique ORIL, appartenant au groupe SERVIER (étonnant non !).
            En attendant :
            - La Communauté de Communes a engagé d’importants travaux afin d’alimenter une partie des 22 000 habitats concernés, via une autre source de captage. Avec l’argent public bien sur.
            - Des bouteilles d’eau sont quotidiennement distribuées par cette même Communauté. Toujours avec l’argent public bien sur.
            - Les animaux des élevages alentour n’ont pas le droit aux bouteilles. Le lait et la viande des vaches réformées seront sans nul doute d’excellente qualité, cette année, dans cette partie du Pays de Caux.

            Mais pas d’inquiétude, la nouvelle Ministre veille : "dans la mesure où sa responsabilité est établie dans l’origine de la pollution des captages, la société Oril Industrie est civilement et financièrement responsable des conséquences de cette pollution."
            Et dans 10 ans (après la procédure judiciaire), que fera Le ou La Ministre quand SERVIER menacera de délocaliser, vers des havres européens moins tatillon (si ce n’ai déjà fait) ? Eh bien, comme avec TOTAL en Bretagne ?
            Alors tu baisses ton pantalon pour la fessée afin de comprendre enfin que le capitalisme : c’est on privatise les bénéfices et on nationalise les investissements et l’actionnaire est le roi et doit prendre ses 20% de bénéfice en fin d’année !

            Capiche, crétin de citoyen ?


            • escoe 9 septembre 2012 22:42

              Vous faites l’impasse sur le fait que la première source de résidus médicamenteux dans les eaux potables est l’urine déversée dans les eaux usées et que les stations d’épuration sont aujourd’hui incapables d’éliminer les métabolites qu’elles recoivent.


              Par ailleurs l’ozonation n’a rien à voire avec la filtration et si elle peut être envisagée au niveau d’un hopital (c’est là qu’on consomme le plus de médicaments par m2) elle ne saurait être envisagée dans de grandes agglomérations.

              • lolet lolet 10 septembre 2012 13:39

                Bon article, Merci !
                ça me fout un peu les boules quand même ...
                Je remarque que bizarrement, l’argent donné à la fameuse Ligue « pour » le cancer ne sert qu’à soigner le cancer !!!
                Jamais pour éviter le cancer à la source : par exemple : études sur les pesticides, l’eau du robinet, etc ...
                Tout simplement parce que le cancer fait vivre beaucoup de salauds, de j’m’en foutistes, d’ignorants, d’imbéciles ... et tout ça , ça fait du monde !!!!
                Alors avant de donner votre argent soit disant contre le cancer, sachez que cet argent sert à mieux soigner le cancer que vous attrapez avec toutes leurs saloperies, et qu’il serait mal venu de vous poser des questions du genre : comment se fait-ils que le nombre de cas de cancers augmente de façon aussi alarmante ?????
                Bonne question, et bon courage pour trouver les bons chiffres ....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès