Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Combien de temps pourra-t-on encore fumer en plein air ?

Combien de temps pourra-t-on encore fumer en plein air ?

Les lois anti tabac sont donc passées sans encombre, un an et demi déjà ! Souvenez vous, Roselyne Bachelot avait laissé un jour de répit aux fumeurs, le Premier janvier 2008, et dès le deux, il avait fallu renoncer. Les fumeurs ne sont pas de grands résistants, ils ont fait le dos rond et en hiver, ils s’agglutinent devant les portes des bistros en grelottant. Depuis, le paysage a changé, plus de café cigarette au zinc, plus de petit cigarillo en fin de repas accompagnant un verre de prune salutaire. Alors, on fume dans la rue, chez soi, ou chez quelques tolérants, souvent fumeurs eux-mêmes, mais pas obligatoirement, qui vous invitent chez eux et vous laissent en griller une… ou plus. Les anti tabacs osent maintenant quelques réflexions acerbes aux fumeurs de rue, devant les bureaux ou les abris bus. La crise aidant, les cafetiers et restaurateurs en pâtissent et la TVA à 5,5% ne va pas régler tous leurs problèmes.

L’hygiénisme a réussi à éradiquer le tabac des lieux publics et dans la foulée s’est attaqué à l’alcool en interdisant sa vente aux mineurs. Pensant régler le problème de l’alcoolisme des jeunes et du tabagisme, les politiques n’ont fait que le déplacer et ont généré des stratégies de contournement.
 
Concernant le tabac, la plupart des fumeurs continuent allègrement et si le prix est pénalisant, certains ont la chance d’habiter en zone frontalière. Les Lorrains vont au Luxembourg, les Chti’s en Belgique et les Pyrénéens en Espagne ou encore mieux, Andorre. D’autres, commandent sur Internet, où le commerce explose malgré les saisies des douanes et les Parisiens se pourvoient au marché parallèle de Barbès Rochechouart et des Puces de Saint-Ouen. Bien sûr, la presse menace de cancer encore plus imminents et ravageurs les fumeurs ayant recours aux cigarettes de contrebande et de contrefaçon, venant obligatoirement de Chine, le pays qui dans l’inconscient collectif veut notre peau à coup de canapés toxiques, de chaussures allergisantes, de médicaments frelatés et de restaurants s’approvisionnant en raviolis fabriqués forcément dans des caves au contact des rats et des cafards, si l’on croit aux reportages de TF1 !
 
De nombreux bars et salons de thé où il était possible de fumer le narguilé sont sous la menace de fermeture et de sanctions s’ils n’obtempèrent pas. La plupart ont disparu à cause des tracasseries administratives. Un grand nombre de ces établissements était tenu par des partons originaires du Maghreb ou d’Egypte. Y venaient à la fois des clients arabes, mais aussi des amateurs de tabac, trouvant dans cette façon de fumer un art de vivre et un passe temps agréable. Bien que de nombreux établissements de ce type soient dans le quartier Charonne Bastille, la police de Sarkozy n’a pas imité celle de Papon qui le 8 février 1962 réprima des manifestants qui essayaient de se réfugier dans le métro Charonne. Il y avait eu des morts lors de ces événements tragiques, mais de nos jours on est paraît-il plus démocrates, on se contentera seulement de cogner si les derniers réfractaires refusent de fermer. Dans cette hypothèse l’expression passage à tabac prendra alors un sens nouveau !
 
Mais les propriétaires de ces établissements n’étant pas des délinquants, ils se reconvertissent progressivement dans le kebab, le loukoum et les pâtisseries orientales jusqu’à ce que le Ministère de la santé lance une campagne de prévention contre l’obésité et le diabète et menace à nouveau les reconvertis économiques d’une nouvelle fermeture, sauf s’ils servent leurs produits avec cinq légumes. Ces petits patrons n’ont pas la force de nuisance des buralistes et n’attirent chez eux qu’une clientèle ethnique ou de sympathisants, ils ne peuvent guère compter sur beaucoup de solidarité des autres commerçants poujadistes. Pour une certaine presse, ces lieux sont considérés comme des repaires de criminels potentiels. On ne peut d’une part, comme le fait la presse populaire et télévision, dénoncer en permanence le chômage, l’oisiveté et la criminalité supposée d’une catégorie de la population et en même tout faire pour empêcher de travailler des commerçants qui payent des taxes, ne gênent personne et gagnent honnêtement leur vie.
 
Par ailleurs, les premières amendes pour avoir fumé dans un bar sont tombées après l’application de la loi mais ne se sont pas généralisées comme pour les infractions au code de la route. Heureusement, la police a d’autres chats à fouetter et les amendes ne pleuvent pas. Et puis, les fumeurs sont dociles et les patrons de bars et de restaurants ne sont pas des rebelles.
 
 Par contre, nouveau paradoxe français, les établissements pénitenciers sont désormais les seuls espaces collectifs fermés où il est encore possible de fumer.
La prison, dernier espace de liberté pour les fumeurs. De nos jours, personne ne penserait mettre à l’entrée des établissements pénitenciers « Arbeit macht frei », mais « fumer rend libre » ferait assez bien l’affaire et vu le contexte actuel traduirait une certaine vérité.
 
Il est tout de même paradoxal de penser que le seul endroit où l’on puisse fumer tranquille est le fond d’un cachot et d’un ergastule. Mais le gouvernement n’est pas suicidaire et il sait très bien que l’interdiction de fumer en prison déboucherait sur des mutineries et des violences. Par contre, la prochaine cible risque d’être les maisons de retraites, car on voit mal de grands vieillards tout saccager. On les laissera mourir d’ennui à défaut de cancer dans l’indifférence la plus totale. Il est assez pitoyable de voir des malades quelquefois arrimés à une perfusion sortir dans la cour des hôpitaux pour en griller une par mauvais temps. Tout cela pour leur bien, c’est entendu.
 
Pour l’alcool, cela est plus insidieux. Les « jeunes » buveurs sont plus rebelles et plus inventifs. Ils trouveront toujours un majeur compatissant pour leur acheter à boire. A moins qu’au rythme où vont les choses, il ne soit créé un nouveau type de délit, celui d’assistance à buveur mineur. Cela est fort probable. Il n’est pas question d’encourager l’éthylisme juvénile, mais l’éducation des adolescents face à la boisson devrait être du ressort des parents. Mais au train où va la panique de la société à la moindre nuisance, la pseudo pandémie de grippe est là pour le démontrer, il va se développer de nouvelles initiatives gouvernementales contre ceux qui boivent dans la rue, même s’ils sont majeurs et ne commettent ni délit ou exaction. La mode américaine nous dirige droit vers une nouvelle prohibition hygiéniste qui s’installe déjà insidieusement. Déjà la traque aux prostituées s’intensifie, faute d’efficacité contre le proxénétisme. Cela sera bientôt le tour des petits pollueurs, de ceux qui n’obéissent pas encore au tri sélectif, et finalement contre ceux qui ne parlent pas politiquement correct. L’hygiène du langage remplacera celle de pieds et des ongles dans l’école républicaine, puis s’étendra au bureau et à l’entreprise. Déjà le délit de lèse président a fait son apparition. Que va-t-on inventer de nouveau pour nous pourrir la vie ? 

Moyenne des avis sur cet article :  4.1/5   (58 votes)




Réagissez à l'article

166 réactions à cet article    


  • Gabriel Gabriel 10 août 2009 10:14

    Bonjour,

    Il est interdit de fumer des cigarettes dans les lieux publics,

    Il est interdit de boire de l’alcool sans modération,

    Il est interdit de consommer du cannabis,

    Il est interdit de ne pas s’attacher dans sa voiture,

    Il est interdit de dépasser la vitesse autorisée, même de 2 Km/H

    Il est interdit d’interpeller le président de la république,

    Il est interdit de se moquer des religions,

    Il est interdit d’avoir un retard de paiement dans ces impôts,

    Etc, etc…………

    (Heureusement qu’ils n’ont pas trouvé le moyen de nous mettre un compteur au bout de la qu… sinon ils nous taxeraient à chaque fois qu’on s’envoie en l’air !)

    Par contre,

    Il est autorisé et même encourager :

    De spéculer en bourse et ruiner le travail,

    De licencier des milliers d’employés et ainsi mettre leurs familles dans la précarité,

    De distribuer des rémunérations absolument indécentes à des dirigeants.

    De donner des parachutes et retraites dorées à ces mêmes dirigeants.

    De s’asseoir sur le votes des Français au référendum si celui-ci ne plait pas au roi.

    De casser le services publics dans un unique but de rentabilité,

    De distribuer l’argent public aux banquiers afin qu’ils spéculent en bourse et le redistribuent sous forme de bonus,

    De délocaliser le travail afin d’exploiter les étranger dans leurs pays et de se goinfrer de bénéfices

    Etc, etc……….

     

       

     


    • Arcane 10 août 2009 10:50


      En 68, il etait interdit d’interdire .

      Aujourd’hui il est permis d’interdire...


    • Arcane 10 août 2009 10:54


      Et attention :

      « Peter Pue » (sauf les miens ). A quand une petite loi sur les flatulences de nos concitoyens . Le methane pollue et est incommodant.

      Une bonne taxe, des postes d’inspecteurs aux flatulences, une manne pour l’etat et sa police dediee aux rackets des contrevenants !


    • Lucrezia 10 août 2009 11:01

      Et tu oublies le principal :

      Il est interdit d’écrire des conneries !

      LOL


    • Mmarvinbear mmarvin 10 août 2009 11:03

      "Il est interdit de fumer des cigarettes dans les lieux publics«  : Le tabagisme passif tue environ 5 000 personnes par an. Perso je m’en fiche mais je comprend les pères et mères de famille qui fusillent du regard le quidam qui envoie ses volutes dans les naseaux de leurs bébés.

       »Il est interdit de boire de l’alcool sans modération«  : L’alcool lève les inhibitions et trouble la concentration et les réflexes. le problème n’est pas de boire beaucoup d’alcool (meme si comme cela on fusille son foie et son coeur), mais le fait que souvent ensuite, le buveur prends sa voiture pour rentrer chez lui et parfois tuer deux trois piétons.

       »Il est interdit de consommer du cannabis«  : Normal, cette drogue n’est pas légale. Bon un joint en privé ne gêne pas. Le problème c’est son accès facileaux jeunes. Ceux qui commencent à 11 12 ans, on peut dire avec le recul qu’ils deviennent de vraies épaves. Normal donc d’en limiter l’accès.

       »Il est interdit de ne pas s’attacher dans sa voiture«  : Normal. Imagine. Tu met pas ta ceinture et tu t’éclates le cerveau contre le pare-brise. Si tu as le malheur de survivre, c’est parfois avec un handicap. Donc tu deviens une charge pour les comptes de la Sécu, qui n’a pas besoin de ça !

       »Il est interdit de dépasser la vitesse autorisée, même de 2 Km/H«  : Y’a rien de plus con qu’un radar. La seule façon de le niquer lui et le poulet derrière, c’est de rouler un poil moins vite. Et laisse donc le con derrière klaxonner. A la première occase il te doublera comme un malade et avec un peu de bol, c’est lui qui se prendra le flash !

       »Il est interdit d’interpeller le président de la république«  : NS n’est plus président. Son nouveau titre est »empereur méta-galactique des univers souverains unis« . Alors du mépris, je vous prie...

       »

      Il est interdit de se moquer des religions«  : Faux. il est interdit d’appeler à la crémation vive de leurs croyants et autres appels du même tonneau. Pour ma part, ils peuvent bien s’étouffer avec les pages de leurs bouquins, moins il y en aura, des religions, mieux le monde se portera !

       »Il est interdit d’avoir un retard de paiement dans ces impôts«  : Techniquement, ce n’est pas interdit. Mais tu te prends 10 % de pénalité si tu les faits pas à temps...
      Et puis avec la déclaration par le net, franchement, on n’a plus d’excuse !

       »(Heureusement qu’ils n’ont pas trouvé le moyen de nous mettre un compteur au bout de la qu… sinon ils nous taxeraient à chaque fois qu’on s’envoie en l’air !)«  : C’est en projet. mais il y aura un demi-tarif pour les célibataires...

       »De spéculer en bourse et ruiner le travail«  : Hé ! Actuellement, c’est la meilleure façon de se faire de la thune ! Et puis si tu voulais pas de ce système-roi ici, fallait pas voter NS...

       »De licencier des milliers d’employés et ainsi mettre leurs familles dans la précarité«  : et oui... Mais leur emploi part pour des pays sous-dévellopés, permettant ainsi aux chomeurs de là-bas de trouver du travail et de sortir un peu plus de la misère. Et avec leur tarif de rémunération, on peut avoir entre trois et neuf escla... heu employés pour le prix d’un seul français ! Seriez-vous contre l’humanitaire ???

       »De distribuer des rémunérations absolument indécentes à des dirigeants«  : Prime de risque. Maintenant ils courrent le risque de se faire prendre en otage. D’ici à ce qu’ils servent de bouclier humain puis de victime expiatoire...

       »De donner des parachutes et retraites dorées à ces mêmes dirigeants«  : Et vous vous plaignez du montant dérisoire des retraites ! Ils luttent pour que cela ne leur arrivent pas ! Et ils réussissent !

       »De s’asseoir sur le votes des Français au référendum si celui-ci ne plait pas au roi«  : Vous voulez savoir le pire ? Vous serez assez con pour revoter pour lui. Au motif que vous admirerez ses dents blanches et ses nouveaux implants capillaires...

       »De casser le services publics dans un unique but de rentabilité«  : C’est bien ce que vous vouliez non ? Vous avez voté pour lui pourquoi alors ?


       »De distribuer l’argent public aux banquiers afin qu’ils spéculent en bourse et le redistribuent sous forme de bonus" : Cela fait partie de la lutte contre la précarité. Des banquiers.


    • Rounga Roungalashinga 10 août 2009 11:28

      Le tabagisme passif tue environ 5 000 personnes par an. Perso je m’en fiche mais je comprend les pères et mères de famille qui fusillent du regard le quidam qui envoie ses volutes dans les naseaux de leurs bébés.

      Dans ce cas, une solution pourrait être de demander poliment au fumeur en question d’éteindre sa cigarette incommodante pour le nourisson. Moi je n’hésite pas à demander poliment aux pollueurs sonores du rer (vous savez, ces portables qui braillent des chansons en mp3 avec un son atroce) d’arrêter. Lorsque c’est dit avec politesse et fermeté, ça marche à tous les coups. Peut être faudrait-il songer à réapprendre à communiquer entre êtres humains responsables plutôt que de tout régler à coups d’interdictions. J’ai comme l’impression que ceux qui attendent de la loi qu’elle interdise ce qui les dérange sont en fait des lâches qui n’osent pas adresser la parole à quelqu’un pour lui demander de cesser une activité incommodante. C’est tout l’esprit de l’homme occidental du XXIème siècle, lâche, sournois, incapable de fermeté mais qui colle des procès par derrière au moindre désagrément. On dirait un gosse dans une cour de maternelle qui appelle la maîtresse au moindre tracas.


    • Shaman 10 août 2009 13:08

      « Il est interdit de fumer des cigarettes dans les lieux publics«  : Le tabagisme passif tue environ 5 000 personnes par an. »

      Faux ! L’étude qui a servi à faire passer l’interdiction de fumer dans les lieux publics était complètement bidonnée. Sur ces 5000 morts (près de 6000, en réalité), 1000 étaient des non-fumeurs, les autres étaient des fumeurs actifs.
      http://www.fumeursdepipe.net/artverittabagism.htm

      Ben, c’est normal, égalité oblige, il n’y a aucune raison que les fumeurs actifs n’aient pas le droit de mourir aussi de tabagisme passif. Les hygiénistes ne sont pas à un raccourci près.


    • Gabriel Gabriel 10 août 2009 13:37

      @LOL

      Alors abstiens toi ! 


    • Rounga Roungalashinga 10 août 2009 13:55

      Ils paraît que ce sont les nazis qui ont inventé la notion de tabagisme passif.


    • Gabriel Gabriel 10 août 2009 17:53

      A mmarvin,

      Je ne discute pas du bien fondé ou non des interdits et autorisations, je fais juste remarquer qu’il y a deux poids, deux mesures. Je suis d’accord avec tes points 1, 2. Le point 3 sera autorisé le jour ou il auront le control du produit pour récupérer les taxes. Absolument pas d’accord avec le point 4, cela ne concerne que moi et ne met pas en danger la vie d’autrui.

      Le point 5 n’est là que pour faire du fric en s’abritant sous le fallacieux prétexte de sécurité sinon les autoroutes, étant les voies les plus sur, auraient été décrétées gratuite par le gouvernement soucieux de notre sécurité.

      A propos, je tiens à te certifier que je n’ai pas voté pour l’empereur, va voir mes commentaires avant son élection et tu comprendras.


    • appoline appoline 10 août 2009 19:49

      @ Gabriel,

      Il fallait bien s’attendre à voir quelques énergumènes qui devraient vivre dans le caisson à oxygène avec Michael venir pleurer sur ton post. Le tabagisme passif fait 5000 chômeurs de moins, la société ne s’en portera pas plus mal, que pensent-ils ces toquards qu’ils vont vivre jusque 100 ans, grand bien leur fasse, s’ils les voyaient les centenaires se chier dans les gueilles, peut-être profiteraient-ils un peu plus de la vie sans emmerder le monde.

      Nos libertés se réduisent comme des peaux de chagrin car les blaireaux continuent de blairoter de plus belle, peut-être le compteur sur la q...... comme cela a été dit, là ils comprendront (je parle des blaireaux) à quel point ils se sont fait baiser.

      Je me sens mieux d’avoir dit ce que j’avais à dire.

      Quant à Bachelot, pauvrette, elle a la langue aussi lourde que son cul, elle a une sacrée revanche à prendre sur la vie, c’est d’autant plus facile et jouissif quand on a le pouvoir dans les mains.


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 10 août 2009 22:47

      @ Roungalashinga. 


       Pourquoi ne pas faire simple ? Seul ou avec des adultes consentants on doit pouvoir faire tout ce qui ne dérange personne. Doit être interdit ce qui peut déranger qui que ce soit . S’il est trop dérangeant de ne déranger personne, il faut une compensation pour ceux qui sont dérangés. Si on ne s’entend pas, décision judiciaire, mais avec un préjugé favorable à ceux qu’on dérange. Quelqu’un est-il en désaccord avec cet énoncé ?


      Pierre JC Allard

    • kabreras kabreras 11 août 2009 03:24

      Et je suis bien contant de ne plus puer la clope froide en sortant de n’importe quel resto, bar, boite.
      Et je suis bien contant de ne plus avoir a supporter cette odeur atroce dans ces mêmes endroits.

      Donc oui je suis pour cet interdiction, cependant je trouve stupide d’obliger la fermeture des bars a chicha étant donné la spécificité de ceux-ci.


    • Martin 11 août 2009 03:46

      Tout ça pour revendiquer le droit pour vous d’enfumer votre voisin de table sans même lui demander si la fumée le rend malade ou le dérange ?
      Chacun de ces sujets mériterait un débat d’instruction ou de réflexion civique sur l’art de vivre en société en République, en même temps qu’autrui (Ah, l’île déserte, quel bonheur !).
      Je suis étonné que 66 personnes (au moment où j’écris), approuvent un argumentaire aussi...
      fumeux ?


    • Rounga Roungalashinga 11 août 2009 09:41

      Pourquoi ne pas faire simple ? Seul ou avec des adultes consentants on doit pouvoir faire tout ce qui ne dérange personne. Doit être interdit ce qui peut déranger qui que ce soit .

      Je suis en total désaccord avec cet énoncé.
      Premièrement, je pense que le but de la société n’est pas de garantir la tranquillité des citoyens. Rousseau rappelait qu’on pouvait être très tranquille dans une prison. Pourquoi désirer supprimer ce qui nous dérange ? C’est là une chose bien utopique et bien dangereuse en réalité. Le nombre de choses qui me dérangent est assez élevé. Du simple agacement à la franche exaspération, il y a tout un éventail de choses qu’on pourrait lister, et au final vouloir les interdire toutes devient impossible.
      Deuxièmement, j’estime que dans une société composée d’adultes responsables, la loi n’est pas nécessaire pour garantir la bonne entente générale. J’ai l’impression que ce qui manque, c’est la politesse : vous désirez interdire car vous voulez avoir un argument de poids lorsque vous vous heurtez au refus de quelqu’un à qui vous avez demandé d’arrêter telle chose. Rétorquez « c’est la loi » à quelqu’un qui refusera d’éteindre sa cigarette est certes imparable, mais il est sûr qu’avec une sentence de ce genre vous pourrirez l’ambiance. Votre homme éteindra sa clope, mais fera la gueule. En revanche, en expliquant poliment que la fumée vous incommode, et qu’il serait aimable de l’éteindre, vous avez plus de chances d’être entendu, et la conversation peut se terminer sur un poli et agréable « pardon-merci ». Une société où seule la loi serait l’arbitre dans ce genre de situations serait assez déprimante car elle considèrerait implicitement que les êtres humains qui la composent sont incapables d’agir avec courtoisie les uns envers les autres.


    • Deneb Deneb 16 août 2009 10:50

      mmarvin ; cannabis : ceux qui commencent à 11 12 ans, on peut dire avec le recul qu’ils deviennent de vraies épaves....

      Preuves et exemples svp. Sinon affirmation gratuite. Cannabis n’est pas prouvé nocif (contrairement au tabac), il est en plus anticancereux : la preuve


    • impertinent3 impertinent3 10 août 2009 10:16

      La liberté des uns s’arrête où celle des autres commence.

      Vous pouvez chiquer du tabac, boire jusqu’à plus soif, faire des coma éthyliques chaque jour, cela m’est complètement indifférent, tant que vous ne me vomissez pas dessus. Cela vous regarde vous et vous seul. Demeure réservé les dépenses de la Sécu pour soigner les maladies induites par ce genre de comportement, qui à mon sens, ne devraient pas être remboursées ou que partiellement, mais c’est un autre débat.

      Par contre, pour la fumée, c’est tout autre chose. Votre tabac empoisonne les autres : les gens qui ne supportent pas la fumée et cela est une claire atteinte à leur liberté de ne pas être intoxiqué. Alors, SVP, ne venez pas parler de liberté à ce sujet.


      • Mmarvinbear mmarvin 10 août 2009 11:10

        « Qui de moi et d’une personne qui va au travail en voiture pollue le plus l’air que les deux nous respirons ? » : En fait cela dépends... Ton gars qui va au travail, si cela se trouve, il habite la campagne. N’ayant ni train ni bus, il doit donc prendre sa voiture.

        La bonne question à se poser est plus "qui de nous deux pollue UTILEMENT le plus l’air.

        Tu ne crois pas ?


      • Arno_ Arno_ 10 août 2009 11:38

        @George Hussein

        D’abord, raisonner sur un exemple particulier (a savoir le votre) est un peu limité en matière de démonstration.

        Ensuite, la réalité est plutôt que la majorité des fumeurs est AUSSI automobilistes.

        Sur le fond, votre argument est un classique des fumeurs : vous mettez sur un pied d’égalité deux nuisances (déjà reconnaissez vous implicitement celle du fumeur). Or cette égalité n’existe pas dans les faits : se déplacer reste un besoin bien plus « nécessaire » aux individus que celui de fumer (non que fumer ne soit pas agréable, je suis moi même fumeur de cigares a l’occasion).

        Cela ne justifie pas de polluer avec sa voiture et les automobilistes sont, et seront de plus en plus, incités a se déplacer différemment.

        Il est bien plus facile pour un fumeur de simplement sortir fumer sa clope dehors (remarquez qu’on ne vous demande pas d’arrêter mais bien, puisque c’est possible assez facilement, d’éviter d’importuner les autres) que pour un automobiliste de se priver de sa voiture.


      • Arno_ Arno_ 10 août 2009 14:51

        @George Hussein

        Le titre de l’article porte en effet sur l’interdiction de fumer dehors, mais le corps de l’article ne fait que geindre sur l’interdiction déjà existante de fumer a l’intérieur des établissements publics.


      • Jakadi01 10 août 2009 17:07

        La fumée de cigarette contenant plus de 4000 produits chimiques, dont le monoxyde de carbone, je suggérerais au gouvernement d’assujettir les paquets de cigarettes à la taxe carbone au même titre que les combustibles fossiles... Il se serait vendu en 2008 entre 53 et 54 milliards de cigarettes... Avec une taxe carbone de 0.20 cent. d’€uro par paquet de cigarette (qui dit mieux ?) cela ferait une entrée de 530 à 540 millions d’€uro dans les caisses de l’Etat qui, en ces temps difficiles, ont du mal à se remplir. Je suggérerais bien sûr de taxer également le tabac à rouler, le narguilé, les briquets, les allumettes...Dommage qu’on ne puisse en faire autant avec les cigarettes de contrebande et le cannabis....


      • L'enfoiré L’enfoiré 10 août 2009 20:42

        Georges,
         Je n’ai trouvé aucune description vous concernant. Donc pas d’âge.
         Aimeriez-vous que votre progénitures, et la suite de votre progénitures continuent à payer de plus en plus de taxes pour votre dopamine ?
         En plus quand il faut nettoyer les plafonds de gens qui fument, c’est pas triste non plus.


      • L'enfoiré L’enfoiré 11 août 2009 08:37

        Georges,

        Vous aimez confondre les torchons et les serviettes à ce que je vois.

        Les télécommunications, les déplacements font tourner la « machine ». Vous ne faites tourner que votre propre dopamine.

        Les voitures électriques arrivent, si vous n’avez remarqué. Alors, une fois, là, vous mettez votre sèche, où ? Dans le caniveau ?

        La pollution du pétrole et vous le savez bien, puisque vous prenez votre bus, ou votre voiture pour aller au bureau, est un mal nécessaire pour le rapprochement entre les hommes.

        Je ne suis pas flic. Je ne vois pas où est l’outrecuidance de voir un « about » pour les anglais, ou un « a propos » pour les français.

        Est-ce plus clair ?


      • Bois-Guisbert 10 août 2009 10:21

        « On était dans une société qui avait ses avantages et ses inconvénients, mais dans laquelle il y avait un espace laissé à la part obscur de l’homme où on pouvait injurier quelqu’un faire des trucs un peu marginaux, pour laisser la vapeur fuser. Depuis douze ans ou quinze ans, un certain nombre de petits fanatiques, chacun dans son domaine étroit, le professeur Untel vous interdit de fumer, le professeur Truc de manger de la viande, le professeur Chose vous interdit de boire du vin, on vous interdit de dire des gros mots, on vous interdit d’injurier telle et telle catégorie de la population…

        « On est en pleine vague de puritanisme et on veut transformer l’homme en ange. Laissez-moi vous dire une chose : les criminologues savent ça, ça ne marche jamais. Et on a l’obéissance de 90 % de la population, 10 % qui bouillone en disant : « Ils commencent à nous casser les pieds en disant « pas ceci », « pas cela » et « pas de ceci », « pas de cela » et pas des tas de choses, et à la fin du compte, il y en a, comme l’autre jour en bas de chez moi, dans le XIIIe arrondissement, sur le chemin que prennent mes enfants pour aller à l’école, un fou, voilà, il prend son fusil, il tire sur les gens. Ca nous pend au nez parce qu’on a essayé…, on n’a pas réfléchi à la conséquence globale de chaque petit fanatisme particulier…

        « On ne peut plus rien dire… Et bien, il y en a un sur cent qui prend le fusil, qui sort de chez lui et qui flingue tout le monde. (...) je ne dis pas que ça serait déjà arrivé, je dis que ça va arriver, pourquoi ? Parce qu’on transforme la société en quelque chose d’invivable. Chaque petit fanatique transforme la société en quelque chose d’invivable… »

        Xavier Raufer - C’ dans l’air du 11 mars 2009


        • Georges Yang 10 août 2009 10:58

          Ce sont les anti avortements qui sont encartés à la NRA aux USA, pas les fumeurs


        • Bois-Guisbert 10 août 2009 11:37

          De plus, aux USA ils ont la liberte d’expression

          Et ce n’est pas précisément là-bas qu’est né ce politiquement correct qui est le terrain de prédilection des fanatiques en tous genres, à commencer par les féministes hystériques ?

          Il commence à se dire que la surcharge pondérale coûte 350 milliards de dollars par année à la collectivité. Et cette « révélation » tombe au moment précis où le sapeur de la Maison-Blanche fait le forcing en faveur de sa « sécurité sociale », j’imagine que vous voyez le lien...


        • Bois-Guisbert 10 août 2009 11:51

          Je ne porte aucun jugement moral sur un comportement ou un autre a ce stade de l’analyse mais c’est deja suffisant pour invalider la théorie du M Raufer.

          Je n’ai rien compris à votre démonstration. Xavier Raufer ne parle pas d’un individu en partiulier, mais de cette frange de la société dans laquelle on rencontre l’infime minorité des individus qui passent à l’acte...


        • appoline appoline 10 août 2009 20:04

          @ Bois-Guibert,

          J’ai récupéré une obèse il y a quelques jours qui me faisait son laïus sur le tabagisme passif. Les gros ne sont pas gros sur un claquement de doigt. Ils commencent à coûter très cher à la collectivité mais, il ne faut pas les culpabiliser, dame non. Pourtant, vous verriez la tête que tire les soignants quand un obèse arrive en hospitalisation, c’est eux qui mettent en vrac les dos des soignants. Mais s’en prendre au tabagisme passif reste un cheval de bataille qui se cabre moins.

          Et puis, de vous à moi ; que les gens regarde ce qu’ils ont dans leur assiette et surtout comment c’est fabriqué et avec quoi, le tabagisme à côté c’est du pipi de chat.


        • Georges Yang 10 août 2009 10:21

          « La liberté des uns s’arrête où celle des autres commence »
          Ce pseudo oxymore fait penser à « Dictature du prolétariat »


          • skirlet 12 août 2009 20:38

            Comparaison sans fondement. De toute évidence, vous n’avez pas vécu dans une dictature du prolétariat... ou vous aviez envie de placer une espèce de point Godwin...


          • Lisa SION 2 Lisa SION 2 10 août 2009 10:29

            Bonjour,

            « La mode américaine nous dirige droit vers une nouvelle prohibition hygiéniste qui s’installe déjà insidieusement. »

            A l’heure même où la légalisation du cannabis plane au dessus de la Californie pour lui permettre de retrouver une économie saine, cette région qui a été la plus répressive envers la culture et qui jetait et ruinait un riche propriétaire pour un seul plant cultivé au jardin. Les étasuniens qui ont été un modèle économique pour le monde entier, pendant que des milliards de client ont abreuvé quotidiennement les profits des grands groupes producteurs d’une somme parfois égale à l’impôt sur le revenu, s’appliquent à revenir sur leur lois dès qu’elles sont devenues mondiales. Il en est de même avec bien des produits chimiques qui polluent partout encore aujourd’hui alors qu’ils sont interdit chez eux depuis les années soixante, comme le Chlorodecone. A noter d’ailleurs que certains bars de bleds reculés se moquent de la mode étasunienne et même de la loi française. Sinon, on peut trouver ds graines de tabac sur la toile, récolter les feuilles jeunes, les faire bien sécher après les avoir lavées trois ou quatre fois dans des bains où l’on peut mettre un bouchon de Rhum ou une cuillère de miel fondu dans l’eau pour se faire sa production personnelle confidentielle. Vu la quantité de poison que contient le tabac aujourd’hui, on n’est jamais trop prudent ni mieux servi que par soi-même.


            • Georges Yang 10 août 2009 10:39

              Le désir de légaliser le cannabis en Californie n’est pas libertaire mais entre seulement dans la logique fiscale.


              • Arno_ Arno_ 10 août 2009 10:47

                Si l’interdiction du tabac dans les lieux publics ne règle pas le problème du tabagisme (je ne suis d’ailleurs même pas sur qu’il s’agisse d’un problème, chacun a les vices qu’il veut), au moins améliore-t-il grandement celui du tabagisme passif. Les employés des bars et une bonne partie de leurs clients y trouvent leur compte.

                Quand aux fumeurs, effort insurmontable, ils doivent sortir pour fumer leur clope. En réalité, il s’agit bien d’un moindre mal pour le plus grand bien des non fumeurs.

                Il n’y a dans mon discours aucune velléité d’interdire aux gens de fumer. Il est simplement malheureux d’en arriver a la coercition pour ce qui aurait du simplement être de l’ordre du respect mutuel et du bon sens.

                Faut-il sans cesse en appeler a la morale Kantienne ?
                Faut-il toujours élaborer des analogies pour faire comprendre des choses aussi simples ?

                La question peut s’énoncer ainsi : est-il possible, dans une situation donnée, que chacun y trouve son compte ?


                • mrdawson 10 août 2009 11:28

                  « Les employés des bars et une bonne partie de leurs clients y trouvent leur compte. »
                  je crois que vous pouvez mettre « la quasi-totalité des clients ».
                  Je suis un fumeur, à l’origine septique de cette loi, qui trouve aujourd’hui que c’est à peu la législtation la plus intelligente que nous a sorti ce gouvernement.
                  Les « c’était mieux avant » et les « je hurle à la liberté tant que ça m’arrange par contre si ça m’arrange plus trop je serais le premier à lever ma voix pour limiter la liberté des autres » sont fort heureusement une minorité qui ont tendance à confondre « liberté » (personne ne nous empèchent de fumer) et « le refus de vivre en société ». Je serais curieux de savoir ce que vous pensez de l’interdiction de fumer dans les hopitaux ? Une limitation honteuse de notre liberté ?
                  Bref « chacun y trouve son compte » effectivement. Les répercussions économiques sont minimes pour la majorité des lieux publics, après tout ce ne sont pas des cigarettes que je vais consommer en priorité quand je rentre dans un bar.


                • Georges Yang 10 août 2009 11:46

                  Jusqu’au milieu des années 70 les médecins et même les grands patrons fumaient au lit du malade pendant les visites. Il y avait des cendriers siglés AP/HP. Les malades fumaient même en salle commune, aujourdh’hui disparues.
                  Maintenant, certains malades se traînent péniblement pour aller fumer à l’extérieur.
                  Ceux qui n’ont plus que quelques jours ou semaines à vivre, qui ne rentreront plus jamais chez eux sur leurs deux pieds, méritent au moins un peu de compassion.


                • Bois-Guisbert 10 août 2009 11:47

                  Je serais curieux de savoir ce que vous pensez de l’interdiction de fumer dans les hopitaux ?

                  Et moi, je serais curieux de savoir ce que vous pensez de ça :

                  Il est assez pitoyable de voir des malades quelquefois arrimés à une perfusion sortir dans la cour des hôpitaux pour en griller une par mauvais temps.


                • Shaytan666 Shaytan666 10 août 2009 12:03

                  Interdire de fumer à un malade en phase terminale ou en soins palliatifs, c’est un peu comme refuser la dernière cigarette à un condamné à mort sous le prétexte que le tabac tue.


                • mrdawson 10 août 2009 12:03

                  Simplement que la fumée de cigarette est une nuisance médicale reconnue et potentiellement dangereuse pour des populations immunitaire et métaboliquement faibles... comme on en trouve dans les hopitaux ! C’est peut être triste et pathétique de voir un malade se trainer jusqu’à son fumoir extérieur (où il pleut, bien entendu), mais ça le serait d’autant plus de se griller une clope à coté d’un sidaïque atteint d’affection respiratoire. Quand à l’argument ridicule de dire que dans les années 70 les médecins de l’ap-hp fumaient ou bon leur semblaient (« ha, le bon vieux temps »), je ne vois pas ce qu’il apporte à la discussion - a part peut être l’image du médecin avec une bonne coupe, de longues pattes assis sur un fauteuil en skaï orange à fumer en discutant avec un malade souriant (« parcequ’a l’époque ma bonne dame, les malades souriaient »).

                  Confondriez-vous votre liberté et la vie en société ? Car cette argument du « laissez moi fumer ou bon me semble bordel ! » peut se décliner sur toutes les actions non nécessaires mais agréables « laissez moi me mettre à poil ou je veux »,« laissez moi chier ou j’ai envie » etc. Vivre en société implique de se plier à certaines lois et donc, par définition, une limitation de la liberté de chaque être humain. C’est un pacte que l’on passe avec son prochain, chaque personne perd un peu et gagne beaucoup (normalement).


                • Georges Yang 10 août 2009 12:12

                  Fumer à l’hôpital est possible si on évite de le faire près des bombones d’oxygène et sous le nez des insuffisants respiratoires.
                  Mais cela nuit à qui en dermatologie ou en rhumato ?


                • appoline appoline 10 août 2009 20:11

                  @ Bois-Guibert,

                  Ces abrutis ont supprimé la vente de cigarettes en hôpital psy, alors que pour les patients fumeurs cela représentait une promenade d’aller acheter leurs clopes. Total, les infirmiers, pour ne pas que leurs malades grimpent aux murs, vont acherter des cartouches au tabac du coin.

                  Avoir supprimer les fumoirs relève de la débilité mentale, qui ne touche pas cette fois les patients hospitalisés.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès