Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Flu-gate : L’agence américaine de santé manipulerait les chiffres de (...)

Flu-gate : L’agence américaine de santé manipulerait les chiffres de la grippe

Si ce qu’affirme le journaliste d’investigation Jon Rappoport dans son billet daté du 20 juin 2013, ce pourrait être le scandale du siècle, aussi choquant que l’espionnage des citoyens et tout aussi grave que les manigances géopolitiques ciblant le Moyen Orient. Ayant eu accès au dernier rapport du CDC (center for disease control) livrant des données statistiques sur la grippe, Rappoport n’hésite pas affirmer que cette agence de santé ment sur toute la ligne, rebaptisant non sans facétie le CDC en CDIC (center for information disease control). Son argument semble bien fondé. Page 89, ce rapport fait état des données suivantes : 50 097 décès par combinaison de grippe et pneumonie répartis en 500 décès par grippe et le reste, 49 597 décès, est dû à une pneumonie diagnostiquée.

Rappoport dénonce ensuite la communication de cette agence envers le public. 36 000 décès annuels, c’est le chiffre annoncé et clamé dans les médias par les experts médicaux. Plus récemment, ces mêmes experts chiffrent les décès causés par la grippe avec une fourchette comprise entre 3000 et 50 000 mais selon un autre document, la grippe ferait bien moins de 3 000 morts par an. Pour évaluer le nombre de morts d’origine purement grippale, il faudrait réaliser des analyses sur les dépouilles des patients décédés. C’est du reste ce qui a été fait en selon Rappoport qui cite une étude publiée en 2001 par le CDC faisant état de la confirmation de 18 décès par grippe sur les 257 attribués (sans analyse virale) à la grippe, selon les diagnostics établis par les médecins traitants. Finalement, on trouve un facteur 15, pas très loin donc du rapport entre les deux chiffres récemment publiés de 3000 et 50 000.

Rappoport en est certain, l’agence de santé américaine communique des chiffres erronés à la population américaine en faisant l’amalgame entre la grippe et la pneumonie grâce à l’astuce de la catégorie spéciale « décès par pneumonie grippale », en jouant sur l’hypothèse que la plupart des décès par pneumonie sont dus à la présence du virus grippal. Méthode de calcul à l’appui. Or, les manuels de médecine font état d’au moins une dizaine de types de pneumonie tous différents. Comment alors intégrer la grippe dans ces calculs ? L’interprétation que livre alors Rappoport suggère un lien étroit entre les industriels fabriquant les vaccins et les expertises menées par les agences de santé puis délivrées sous forme de communication à l’attention du public. L’objectif étant de susciter la crainte et aussi la culpabilité afin de fourguer le plus grand nombre de doses de vaccins dont on sait qu’ils ne sont pas tout à fait inoffensifs, pouvant causer nombre d’effets secondaires difficiles à évaluer car lorsqu’on interfère avec le système des communications cellulaires, les effets à retardement ou systémiques sont plausibles.

Si les faits rapportés par ce journaliste expert dans les questions de médecine sont exacts, c’est un scandale d’Etat dont il s’agit. Une autre investigation menées par Peter Doshi, scientifique publiant sur le très sérieux BMJ laisse penser que parmi les centaines de milliers d’extraits analysés par prélèvement sur des « patients grippés » et souffrant d’affection respiratoire, très peu sont porteurs du virus grippal (information livrée sur cet autre billet). Ce qui laisse penser que la plupart des malades décrétés grippés par le médecin traitant ne sont pas porteurs du virus. La plupart des patients grippés n’ont pas la grippe ! Cette déduction semble assez hasardeuse mais elle mérite d’être examinée. Je n’irai pas jusque dans les hypothèses énoncées par Rappoport sur les cas grippaux qui seraient causés par une mauvaise alimentations voire les OGM mais la piste des bactéries et des infections mycosiques à l’origine de faux diagnostics grippaux paraît plus tangible. Quoi qu’il en soit, les faits énoncés semblent assez solides pour suspecter un cas de malversation du système se santé américain qui, sans bases scientifiques établies et avec des expertises falsifiées, affole les populations. Comme cela est confirmé, les Etats-Unis sont passés de 30 millions de doses vaccinales en 1990 à 130 millions actuellement. Une chose est certaine, la communication de santé par les agences a été très efficace, bien plus que le vaccin ! Finalement, les rouages du système de santé fonctionnent bien, ils ne sont pas grippés !

Ces faits s’inscrivent donc dans une logique techniciste de l’action préventive et méritent d’être débattus dans le contexte de notre système de santé qui lui aussi, incite à la vaccination. Il paraît que les personnes âgées qui se font vacciner attrapent moins la grippe. Mais est-on certain que le nombre de décès grippaux est vraiment diminué ? Affaire à débattre. Mais aussi à analyser du point de vue de l’ère technumérique avec l’usage intempestifs des communications sanitaires mais aussi climatiques et autres. L’information sert souvent des intérêts particuliers qui en usent avec subtilité et sans modération.


Moyenne des avis sur cet article :  4.7/5   (66 votes)




Réagissez à l'article

24 réactions à cet article    


  • aspic aspic 25 juin 2013 23:22

    J’aimerai que quelqu’un m’explique la différence entre la « santé publique » et « ma santé ».
    N’avons nous pas de droit à notre santé privé ?


  • LilianeBaie 23 juin 2013 17:06

    Oui, il est assez facile d’infléchir les résultats d’études statistiques, en ne posant pas les bonnes questions.
    Par rapport à l’efficacité des vaccins contre la grippe, il ne serait pas très compliqué de comparer deux populations statistiquement équivalentes dont l’une va être soumise à la vaccination, et pas l’autre. Et d’étudier :
    1) la différence réelle du taux de survenue de la grippe
    2) les effets secondaires éventuels dus au vaccin (différence observée par rapport à la population non vaccinée).
    3) la différence des taux de mortalité, dans l’année qui suit, de ces deux populations.

    Mais qui va payer pour cela ?

    Peut-être pas les labos...


    • kergen 23 juin 2013 17:24

      Les USA ne sont désormais plus un démocratie :
      -détention extra-judiciaire
      -légalisation de la torture
      -viol de la vie privée des citoyens
      -meurtres extra-judiciaires par centaines(dont 70% d’innocents assumés)
      -viol de la souveraineté d’états et assassinat de ses citoyens
      -mise au dessus des loi des grandes multinationales
      -guerre d’agression
      -mensonge d’état
      -autorisation de meurtre sans légitime défense avérée
      -exactions des forces de police et de surveillance

      Ce que font les USA aujourd’hui, même l’Iran et la Chine ne le font pas. Même l’URSS(post-Staline) ne l’a pas fait.


      • Pyrathome Pyrathome 23 juin 2013 18:34

        Le voile du totalitarisme tombe petit à petit....
        Le pire, c’est qu’ils voudraient donner des leçons de droit de l’homme à tout le monde....
        666 tombe les masques....


      • Marc75 26 juin 2013 11:04

        Bon résumé. Les USA se comportent maintenant en Etat totalitaire, sur son sol, et hors de ses frontières. Avec comme réplique en face, la lâcheté et la complicité de l’Europe. Heureusement que la Russie, la Chine, et certains pays d’Amérique latine ont le courage de réagir dignement face à cette brutalité et ce cynisme US. Le PS est très attaché au travail de la CNIL, et ne réagit pas aux viols de nos vies privées en continu par les USA ; cherchez l’erreur.


      • Pyrathome Pyrathome 23 juin 2013 22:04

        Dites Bernard, une question pour vous :
        http://www.terrafemina.com/societe/buzz/articles/27431-nasa-spirit-decouvre-de-loxygene-sur-la-planete-mars.html
        On suppose donc que la flore devait y être luxuriante ? voire la faune......
        https://fr.wikipedia.org/wiki/Oxyg%C3%A8ne
        Photosynthèse et chlorophylle ?
        Désolé pour le hors sujet, mais je crois cette info capitale....tant philosophique que scientifique.....


        • Pyrathome Pyrathome 23 juin 2013 23:12

          Disons que lorsque il sera démontré qu’il s’agit bien d’un rat,...

          Non, je ne parle du pseudo rat martien..... smiley
          Je parle de la découverte par les données dépouillées de spirit concernant l’oxygène abondant à une certaine époque de vie de la planète....
          http://www.maxisciences.com/mars/mars-aurait-eu-une-atmosphere-riche-en-oxygene-il-y-a-4-milliards-d-039-annees_art29902.html
          .


        • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 24 juin 2013 09:32

          nous sommes constamment manipulés.......................par

          -les organismes de santé ........et de prévention dans un rapport on voit que dans le secteu santé-social comprte 32% de bénévoles..
          - nous engraissonsn france 650 000élus dont 600000 seraient bénévoles............... (a vérifier)..
          - la cee gene l’axe bancaire des usa wall street-la city.
          - nos 3 dirigeants cee barrroso...ashton et van rampuy sont a la solde de cette axe dirigé par rockfeller et des banques comme goldmann sachs
          - par nos élus qui en bon lobbyistes des gros labos médicaux nous font"avaler n’importe quoi

          RESUME NOS ELUS NATIONAUX N ONT PLUS DE POUVOIR DES NON ELUS CITES PLUS HAUT DONNENT LES CONSIGNES DES BANKSTERS A NOS GOUVERNEMENT SANS POUVOIR DE REFUSER ( voir incident barrrrroso-hollande-filippetti sur L EXCLUSION INTELLECTUELLE....)


        • chmoll chmoll 24 juin 2013 08:21

           le rève américain ? plutot un cauch’mard ouié
          on commence à découvrir le vrai visage de ces colonisateurs esclavagistes


          • BarbeTorte BarbeTorte 24 juin 2013 21:35

            @musima

            « Le microbe (et non pas le virus !) »

            Vous pouvez développer ?


          • Razzara Razzara 24 juin 2013 11:55


            A l’époque du fameux H1N1 terrifiant j’avais cherché dans la base Cochrane et les conclusions étaient à peu de choses près les suivantes :

            - pour les enfants on ne peut distinguer un effet statistique de la vaccination qui soit différent de celui d’un placebo.
            - la conclusion est quasi la même concernant les personnes âgées (alors que ce sont ceux qui sont systématiquement vaccinés). Ces personnes bénéficiant en général de l’effet d’immunité acquis lorsqu’elles étaient plus jeunes comme conséquence de la contraction de la grippe.
            - on observe une efficacité statistiquement significative du vaccin chez les adultes entre les deux catégories citées ci-dessus, mais elle n’est pas bien grande. Il convient de noter à ce sujet que ce sont ceux qui en ont le moins besoin ... En particulier parce que leur système immunitaire leur permet de lutter efficacement contre cette maladie, constituant ainsi une immunité utile pour leur vieux jours. Confère cas précédent.

            Conclusion : en résumé le vaccin anti-grippal ne sert pas à grand chose à part à assurer de substantiels bénéfices à ses fabricants.

            Razzara

            PS : pour la petite histoire, mon épouse, infirmière de son état, s’était pris de bec avec un médecin qui s’indignait de l’idée de ne point vacciner les enfants. Il avait fallu lui coller sous le nez un imprimé de l’étude Cochrane citée pour qu’il accepte de réviser sa position forcenée. Comme quoi, les toubibs feraient bien de se documenter un peu plus sérieusement avant de prendre des vessies pour des lanternes !


            • schwitters schwitters 24 juin 2013 13:48

              Plutôt drôle toutes les magouilles des élites, avec la complicité tacite du corps médical....se faire de l’argent est un phénomène tellement essentiel qu’il n’y a pas de limites...tout est bon pour s’enrichir et s’acheter les uns les autres.

              Seule petite revanche : quand les politiques eux mêmes sont touchés, comme avec le médiator !

              • cevennevive cevennevive 24 juin 2013 14:27

                Bonjour à tous,


                Le seul geste à faire est de mettre à la poubelle la lettre d’appel à se faire vacciner contre la grippe.

                Mettre aussi à la poubelle les appels pour mammographies, frottis, recherche de sang dans les selles, examens divers et variés.

                Ces examens sont gratuits pour les assurés, mais rapportent des millions aux laboratoires, et coûtent certainement très cher à la sécurité sociale.

                Et ces appels par courrier ou publicités télévisuelles et radiophoniques, sont toujours assortis de menace de très graves maladies, ou de catastrophes sanitaires pour faire peur aux plus crédules.

                Il en est de même pour les vaccinations avec des rappels à faire « impérativement » durant des années.

                Faire peur, menacer, c’est un pouvoir infernal sur nos vies.

                Bonne journée.

                • lambda 24 juin 2013 23:58

                  exact, ! ! c’est poubelle pour les appels à vacciner ou se faire irradier


                  Il faut plutôt faire une cure deECHINACEA PURPURA en teinture mère (21 jours) pour stimuler les défenses immunitaires

                  mais allez faire comprendre la nocivité des vaccins aux mougeons  smiley

                  illustration : 


                • totor101 totor101 24 juin 2013 15:39

                  citation de Mr DISRAELI 1er ministre de la reine VICTORIA :

                  il y a le mensonge, le satané mensonge et la statistique ....
                  la statistique est la forme élaborée du mensonge !


                  • BarbeTorte BarbeTorte 24 juin 2013 21:43

                    Et la bonne Roselyne, qui nous a acheté pour 1 milliard d’euros de vaccins H1N1 ?
                    Elle ne s’est même pas donné la peine de nous faire croire que çà servait à quelquechose. La preuve : au plus fort de la « campagne » de vaccination, on parvenait tout juste à vacciner 500.000 personnes par semaine, avec des files d’attente rappelant la Russie des années soviétiques.
                     


                    • eau-du-robinet eau-du-robinet 24 juin 2013 22:23

                      Il y à un autre scandale dans le scandale ..., cela na pas été mentionnée dans l’article, cela concerne toutes les vaccins qui sont systématiquement (volontairement) équipé d’un adjuvant aluminique (sels d’aluminium) !

                      Et pourtant il existe une alternative non dangereuse aux sels d’aluminium qui est le phosphate de calcium.

                      Utilisé comme adjuvant dans les vaccins depuis près de 100 ans, l’aluminium n’a jamais apporté la preuve de son innocuité. D’ailleurs l’organisme humain na pas besoin d’aluminium, bien au contraire ... un exemple sont les déodorants équipé des sels d’aluminium ... et l’utilisation prolongé fait accroitre, de manière importante, le risque de développer un cancer de(s) sein(s) !

                      Depuis plusieurs années, des associations de malades mettent en cause l’utilisation de ces adjuvants dans le déclenchement de cas du syndrome de la myofasciite à macrophages. Cette maladie, qui se manifeste par des symptômes tels qu’épuisement, myalgies chroniques, douleurs articulaires et difficultés neurocognitives se révèle gravement incapacitante et conduit le plus souvent les malades à devoir cesser toute activité professionnelle. source

                      Le conseil d’État vient de reconnaître un lien de cause à effet entre l’aluminium utilisé comme adjuvant dans un vaccin contre l’hépatite B et la survenue d’une myofasciite à macrophages chez un agent de la ville de Paris. Actuellement, il n’y sur le marché aucun vaccin sans aluminium.

                      La justice est lente ? Sans doute. Mais en l’occurrence, les juges ont été plus rapides, et, peut-être, moins timorés que les autorités sanitaires et politiques. Le 21 novembre dernier, le conseil d’État a décidé que la myofasciite à macrophages dont souffre depuis 1996 un fonctionnaire de la ville de Paris avait très probablement été déclenchée par le vaccin contre l’hépatite B administré préalablement à son embauche. Par conséquent, cet agent, atteint par la maladie au point qu’il ne peut plus travailler, doit être considéré comme victime d’un accident lié à ses fonctions, et peut bénéficier de son salaire dans son intégralité jusqu’à ce qu’il soit capable de reprendre son poste. source


                      • Cedric Citharel Cedric Citharel 25 juin 2013 10:38

                        Aux États-Unis comme en France, ce sont désormais les industriels qui font les lois.

                        L’argent que les politiciens déposent en Suisse n’est pas le fruit de leur labeur, mais celui de la corruption.
                        Pour savoir comment, et par qui, le pays est dirigé, lisez « On les croise parois », de Cedric Citharel.

                        • njama njama 25 juin 2013 19:22

                          Le bidonnage des chiffres n’a rien d’étonnant, comme pour la grippe espagnole, la « pandémie du siècle » qu’ils disent, c’est la même chose.

                          20 millions de morts, qu’ils disent ! 30 millions de morts (rien qu’) en Europe selon l’Institut Pasteur, fabricant et promoteur de vaccins. Entre 30 et 50 millions de morts, selon la Cité des Sciences. Elle a fait 100 millions de morts, soit plus que les deux guerres mondiales (source grandquebec.com).

                          Aucune étude historique sérieuse là-dessus. Que des rumeurs qui circulent, du n’importe quoi !
                          Sur certains documents, on parle de 165.000 morts en France en 1918, et de 50.000 au Canada pour la même année, soit, en extrapolant (côte mal taillée) peut-être au maximum quelques centaines de milliers de morts.
                          Aujourd’hui on parle sans vergogne de 40 à 200 fois plus. Qui peut dire le nombre de morts parmi eux, dus aux traitements qu’on donnait à ces malades ? ne sont-ils pas peut-être d’ailleurs, pour beaucoup, morts des traitements qu’on leur administrait ?
                          Ce que l’on sait est que le virus a débarqué en France, en avril 1918, avec le corps expéditionnaire américain. Que les soldats avaient été obligés de se faire vacciner. Qu’il a contaminé le Québec quand leurs soldats sont revenus.
                          «  J’ai été témoin sur place de l’épidémie de grippe de 1918 » par Dr Eleanor McBean ICI
                          Swine Flu Expose ICI

                          Le virus H1N1 a été présenté comme une nouveauté, alors qu’il est connu depuis 1933, et que cette souche se trouve dans les vaccins contre la grippe depuis 20 ans au moins.

                          La propagande sur la grippe n’est pas prête de s’arrêter, la machine à décerveler tourne à plein régime ...


                          • lionel 25 juin 2013 19:48

                            Très bon article Monsieur Dugué, continez !


                            • baldis30 25 juin 2013 21:42

                              un lien entre fabricants de vaccins et truandage du nombre de décès ?....

                               est ce bien sérieux ? ... vous n’y pensez pas  ! 

                              l’Amérique est vertueuse et ne se permettrait pas une telle ignominie .... et n’a jamais confondu l’intérêt de ses entreprises avec son intérêt - usuraire - pour l’humanité !

                               smiley 


                              • njama njama 26 juin 2013 11:17

                                @ Razzara

                                Les toubibs n’ont quasiment aucune formation (scientifique j’entends) sur les vaccins ... s’ils en avaient vraiment une, je pense qu’ils découvriraient vite les gros bugs dans cette histoire, dans ces statistiques qui ne tiennent pas la route ...

                                Une question que je me pose sur les vaccins qui contiennent toutes sortes de choses, (souches, métaux, ...), quelles garanties que ces mélanges soient bio-chimiquement purement homogènes ?
                                 ou qu’on les retrouverait en quantités variables dans les « doses » vendues ???

                                Les étudiants (primants doublant ou triplants) admis en deuxième année qui ne seront pas à jour de leurs vaccins dans les délais impartis, ne pourront pas effectuer leurs stages d’initiation aux soins infirmiers.
                                Tout étudiant non à jour de ses vaccinations se verra refuser l’accès aux choix des stages.
                                Veuillez donc vérifier si vous êtes à jour.
                                http://lyon-est.univ-lyon1.fr/etudiants/paces/2012-2013-urgent-vaccinations-716875.kjsp

                                Ils leur faut admettre que c’est efficace avant même qu’ils aient pu réfléchir à la question !

                                La médecine préventive (quel est son coût d’ailleurs ? ce ne sont pas les labos qui la payent) se fonde sur l’utilitarisme (la doctrine d’une secte pseudo-philosophique anglo-saxonne du XVIII°), et tant pis pour les quelques dégâts « collatéraux », si on estime que cela fait du bien au plus grand nombre.

                                GENÈSE DE LA VACCINATION

                                The Boston Marathon Finish Line was at « 666 Boylston Street, Boston, Massachusetts, États-Unis »

                                Au 666 il y a le bâtiment « boston public library’ qui longe la ligne d’arrivée.

                                Zabdiel Boylston (1679-1766) was a physician in the Boston area.

                                During a smallpox outbreak in 1721 in Boston, he inoculated about 248 people[4] by applying pus from a smallpox sore to a small wound on the subjects, a method said to have been previously used in Africa. Initially, he used the method on two slaves and his own son, who was 13 at the time. This was the first introduction of inoculations to the United States. An African slave named Onesimus taught the idea to Cotton Mather, the influential New England Puritan minister.

                                His method was initially met by hostility and outright violence from other physicians, and many threats were made on his life, with some even threatening to hang him on the nearest tree. He was forced to hide in a private place of his house for 14 days, a secret known only by his wife. During this hostility, his family was also in a dangerous situation. His wife and children were sitting in their home and a lighted hand-grenade was thrown into the room, but the fuse fell off before an explosion could take place. Even after the violence had subsided, he visited his patients only at midnight and while disguised.[5] After his initial inoculations of his son and two slaves, he was arrested for a short period of time for it (he was later released with the promise not to inoculate without government permission). In 1724, Boylston traveled to London, where he published his results as Historical Account of the Small-Pox Inoculated in New England, and became a fellow of the Royal Society two years later. Afterward, he returned to Boston.

                                traduction Google (désolé c’est pas terrible, mais je n’ai pas le temps, cela donnera une idée à ceux qui ne sont pas très à l’aise avec l’anglais)

                                Lors d’une variole épidémie en 1721 à Boston , il a inoculé environ 248 personnes [4] en appliquant pus d’une variole mal pour une petite plaie sur les sujets, une méthode auraient déjà été utilisée en Afrique. Initialement, il a utilisé la méthode sur deux esclaves et son propre fils, qui avait 13 ans à l’époque. Il s’agissait de la première introduction de vaccins au États-Unis . Un esclave africain nommé Onésime a enseigné l’idée de Cotton Mather , l’influent Nouvelle-Angleterre puritaine ministre.

                                Sa méthode a été initialement rencontré par l’hostilité et de la violence pure et simple d’autres médecins, et de nombreuses menaces ont été faites sur sa vie, certains allant même jusqu’à menacer de lui accrocher sur l’arbre le plus proche. Il a été forcé de se cacher dans un lieu privé de sa maison pendant 14 jours, un secret connu seulement par son épouse. Au cours de cette hostilité, sa famille était également dans une situation dangereuse. Sa femme et ses enfants étaient assis dans leur maison et une grenade allumée a été jeté dans la salle, mais le fusible tombé devant une explosion pourrait avoir lieu. Même après que la violence avait diminué, il a rendu visite à ses patients qu’à minuit et en étant déguisé. [5] Après ses inoculations initiales de son fils et de deux esclaves, il a été arrêté pour une courte période de temps pour elle (il a été libéré avec l’ promettre de ne pas inoculer sans l’autorisation du gouvernement). En 1724, Boylston s’est rendu à Londres , où il a publié ses résultats sous forme de récit historique de la petite vérole inoculée dans la Nouvelle-Angleterre, et est devenu un membre de la Société royale deux ans plus tard. Par la suite, il est retourné à Boston.

                                repères historiques :
                                Cotton Mather (1663-1728) - un des chefs religieux les plus influents aux États-Unis - appuya son père lorsque celui-ci mettait en garde les juges des procès des sorcières de Salem contre la recevabilité des témoignages de spectres (témoignages de victimes de sorcellerie affirmant avoir été attaquées par un fantôme prenant la forme de quelqu’un qu’elles connaissaient). Il eut également un rôle éminent dans la promotion du vaccin contre la variole, bravant la désapprobation de la communauté puritaine et allant jusqu’à inoculer son propre fils, qui faillit en mourir.

                                Les bricolages de Louis Pasteur (1822-1895) un siècle et demi environ après les bricolages de Zabdiel Boylston


                                • njama njama 26 juin 2013 11:52

                                  Question subsidiaire :
                                  N’y avait-il pas au fond avant tout, des « enjeux économiques » (mondiaux) dans cette promotion « pastorale » des vaccins dans le monde médical, des rivalités académiques (doctrinales), la France accusant un net retard dans le domaine, par rapport au monde anglo-saxon ? les questions de validité scientifique venant tout à fait en arrière-plan ...


                                • njama njama 26 juin 2013 16:13

                                  GENÈSE AFRICAINE DE LA VACCINATION

                                  « An African slave named Onesimus taught the idea to Cotton Mather ... » (cité ci-dessus voir Zabdiel Boyston)

                                  Onesimus (fl. 1706 - 1717), slave and medical pioneer ...

                                  Little is known of Onesimus after he purchased his freedom, but in 1721 Cotton Mather used information he had learned five years earlier from his former slave to combat a devastating smallpox epidemic that was then sweeping Boston. In a 1716 letter to the Royal Society of London, Mather proposed “ye Method of Inoculation” as the best means of curing smallpox and noted that he had learned of this process from “my Negro-Man Onesimus, who is a pretty Intelligent Fellow” (Winslow, 33). Onesimus explained that he had undergone an Operation, which had given him something of ye Small-Pox, and would forever preserve him from it, adding, That it was often used among [Africans] and whoever had ye Courage to use it, was forever free from ye Fear of the Contagion. He described ye Operation to me, and showed me in his Arm ye Scar.” (Winslow, 33)

                                  http://dubois.fas.harvard.edu/onesimus-fl-1706-1717-slave-and-medical-pioneer-was-born

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès