Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > L’affaire des maillots Laporte

L’affaire des maillots Laporte

Ou comment gagner très facilement beaucoup d’argent sur le dos des supporters.

Au départ c’est une information parue dans L’Equipe du mardi 11 septembre : quelques lignes exilées en page intérieure. Qu’apprend-on dans le quotidien sportif ? Sur le site internet de Bernard Laporte - eh oui il a un site, normal pour une star de la pub -, 10 000 maillots de l’Equipe de France de rugby sont en vente agrémentés de la signature de l’illustre chauve (« Je vous propose, non seulement le nouveau maillot officiel du XV de France, mais en plus, ma dédicace authentique marquée à votre nom et votre numéro.
Soyez original et exclusif... il n’y a que 10 000 exemplaires numérotés ! »
). Bon l’originalité à 10 000 exemplaires ça paraît un peu tiré par les cheveux, mais quand on aime... Là où ça devient intéressant c’est quand on apprend le prix desdits maillots soit 130 euros l’unité (+ 16 euros de frais de port), et ce après une généreuse réduction de 20 % ; ça fait quand même cher l’amour du maillot, même dédicacé... Et ça paraît encore plus cher quand on va voir le site de la Fédération française de rugby où on peut acheter les mêmes maillots, exactement tous pareils, tous bleus avec le beau logo de l’IRB et celui de Nike, au prix de 76 euros, soit quand même une différence de 54 euros par maillot. En supposant que Bernard Laporte ait acheté ses 10 000 maillots au tarif unitaire de 76 euros - ce qui évidemment est très peu probable ou alors il va falloir qu’il se plaigne auprès de son fournisseur - , on arrive donc à un bénéfice potentiel pour cette opération de 540 000 euros, une paille, 5 ans de salaire pour l’entraîneur aux lunettes rondes. Pas mal pour mettre sa signature sur un maillot... même si ça doit prendre quatre ou cinq jours d’apposer sa « dédicace authentique  » sur les beaux habits de nos joueurs (mais rassurons-nous Bernard Laporte indiquera par la suite que ce n’est pas vraiment sa signature authentique qui est inscrite sur les maillots, mais qu’un procédé mécanique est utilisé, sympa pour les acheteurs qui acceptent de payer autant... là c’est de l’amour vache). Pas mal, surtout quand les primes de victoire et de résultats pour cette Coupe du monde risquent d’être réduites à la portion congrue pour l’Equipe du coq. Il faut dire que c’est dur de gagner des matchs quand on a tellement d’activités annexes.

Evidemment tout cela fait un peu désordre, surtout pour quelqu’un, qui, rappelons-le, est censé devenir secrétaire d’Etat dans quelques semaines : comment Bernard Laporte peut-il faire son propre - gros - business sur le dos de l’Equipe de France ? Qui a accepté de lui livrer cette quantité astronomique de maillots ? Que fait la FFR qui est la garante de l’image du XV de France et de son utilisation ?

Alors bien sûr Bernard Laporte essaye de contre-attaquer, mais il le fait bien maladroitement : il indique que les bénéfices de cette opération seront versés à l’association « Greffe de vie » (http://www.greffedevie.fr). Mais alors pourquoi ne pas le mentionner initialement sur son site ? C’est le b.a.-ba du marketing caritatif ! Pour inciter les gens à acheter ces maillots dédicacés et maximiser les sommes récoltées au profit de l’association encore faut-il le faire savoir ! On notera au passage que sur le site de Greffe de vie il est bien indiqué que les bénéfices du livre de Bernard Laporte, Le Rugby m’a fait homme seront reversés à l’association, mais qu’il a fallu attendre un communiqué du 12 septembre, soit le lendemain de la parution de l’article de L’Equipe, pour que l’opération « caritative » maillots soit annoncée. Un timing qui sent la réaction en urgence, un brin opportuniste (d’ailleurs petit message au webmaster du site de Bernard Laporte concernant l’annonce de l’opération qui est datée du 21/10/2007 à 16 h 29 soit dans 6 semaines, mais bon c’est un détail...)

De même Bernard Laporte essaye de faire porter la responsabilité de l’opération sur son homme d’affaires "C’est mon homme d’affaires (Serge Benaïm) qui s’occupe de ça, pas moi", a-t-il déclaré. "Je lui ai dit que je souhaiterais qu’une partie de la vente soit reversée à ma fondation." Mais il parle de reverser une partie des bénéfices et non la totalité, et puis pour une opération aussi importante, en termes d’image et de gros sous, cela paraît faire preuve d’une grande légèreté que de ne pas surveiller les détails pratiques. On notera au passage que ce manque d’intérêt pour une telle initiative prête à sourire quand on connaît l’attention pointilleuse que B. Laporte porte à ses différentes affaires et qui lui ont valu une réputation pas toujours flatteuse.

En fait si Bernard Laporte pense ne rien faire de mal, c’est qu’il ne doit pas être très au courant des règles de la FFR. Car en vendant des maillots sur son site, il viole la charte signée en début d’année avec la Fédération, qui interdit à tous les joueurs et à tout le staff d’utiliser l’image du XV de France pour commercialiser des produits en leur nom. L’agent de Bernard Laporte, le fameux Serge Benaïm, affirme alors avoir obtenu un "accord verbal" de la Fédération française de rugby pour monter l’opération. Mais la FFR, dont l’accord est indispensable pour un tel projet, dément formellement. Ainsi le vendredi 14 septembre, Guy Piera, le vice-président de la FFR, longuement interrogé par le site Myfreesport, nous donne sa version des faits. "[Serge Benaïm], m’a fait part de son projet de vente de maillots signés par Bernard Laporte et l’a présenté comme une opération purement commerciale. ... je lui ai indiqué très clairement que ce projet ne pourrait être mené à bien. Et ceci pour deux raisons : d’abord parce que la Fédération française de rugby commercialise déjà des maillots dans sa boutique officielle, et ensuite, parce qu’en vertu de la charte signée entre la FFR et le XV de France, il a été acté que les joueurs et entraîneurs de l’équipe de France ne pouvaient pas négocier individuellement leur image à partir du moment où elle était associée à l’un des attributs de l’équipe de France. J’ai donc exprimé oralement mon refus à M. Benaïm et pour moi, cette affaire était enterrée depuis ce refus qui date du mois d’avril. Cette affaire relève de l’ambush marketing (marketing illégal). Cela consiste à faire croire qu’on est associé à une entité alors que ce n’est pas le cas. C’est exactement ce qui s’est passé dès lors que M. Benaïm a prétendu avoir reçu un accord verbal de la part de la FFR." Cette affaire ne devrait en tout cas pas en rester là. "On verra quelle suite donne la FFR. Le président de la FFR, Bernard Lapasset, la suit de près. Nous allons nous réunir dans les prochains jours."

Au final tout cela apparaît un brin surréaliste : pendant la Coupe du monde organisée sur son sol, l’entraîneur de l’Equipe de France monte une opération commerciale en violation des règles de la Fédération qui l’emploie ! En outre on ne sait plus trop si l’opération était caritative ou mercantile ; en tout cas les acheteurs des maillots peuvent vraiment avoir l’impression qu’on les a pris pour des poireaux ou pour être plus trivial qu’ils se sont faits Nike.

Allez encore une lettre de Guy Môquet ou de Jean Moulin et Bernard Laporte aura été un ex-futur ministre d’une brièveté remarquable.


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (78 votes)




Réagissez à l'article

83 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 17 septembre 2007 09:59

    je vais vite faire imprimer des tee shirt avec ma griffe !

     smiley chat a l’air d’être une super affaire !


    • Rage Rage 17 septembre 2007 13:38

      1. Quand le XV de France se sera fait roulé dessus par une équipe de l’hémisphère sud... les maillots se vendront tout de suite moins bien.

      2. Bernard Laporte... la porte oui en effet.

      3. A 130€ le maillot c’est un prix qui donne le Mocquet et fusille le porte monnaie (humour noir, mais franchement on nous prendrait pas un peu pour des dindons ?)


    • Newby Newby 17 septembre 2007 18:09

      @Rage

      Vous savez bien que vous n’êtes pas obligé d’avoir ce maillot pour faire votre jogging.

      Alors pour être un dindon il faut le vouloir.


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 17 septembre 2007 19:18

      Ave citoyens ! Je propose que le JOUR de l’OPINION de l’an 216 soit commémoré sur Agoravox, par la publication sans modération, autre que celle imposée par la langue et les bonne mœurs, de tous les articles soumis ce mercredi 20 septembre 2007 de l’Ére vulgaire.

      Pierre JC Allard smiley

      http://nouvellesociete.org


    • maxim maxim 17 septembre 2007 10:05

      est ce que les joueurs se sont fait faire le maillot avant de poser sur les calendriers pour midinettes en folie ?????


      • Vilain petit canard Vilain petit canard 17 septembre 2007 10:21

        Eh oui Chem c’est la vie, Laporte est comme bien d’autres : dès qu’il peut se faire du fric, il y va... sans états d’âme. Les réglements, ces carcans du passé qui étouffent le libre-entreprise, il s’en tape. Et nous aussi, on ferait bien de s’en taper, nous qui croupissons dans notre bourbier d’assistanat socialo-communiste qui nous enserre depuis trop longtemps. Regarde-nous : incapables de la moindre initiative, garrotés par l’infâme apparatchik Jean-Claude Trichet, larves informes mendiant pour quelque subvention, nous sommes incapables de voir qu’une nouvelle ère s’est levée, avec l’avènement glorieux du Guide Suprême plébiscité par la totalité de 53% des votants. Sa seule proximité blanchit les dents et les états de service, Bernard Laporte l’a bien compris, en insufflant l’esprit de la Résistance aux joueurs du XV à coup de Guy Môquet, héros remis enfin à sa juste place historique par le Guide Suprême lui-même, les socialo-communistes l’ayant vicieusement transformé en banale station de métro des faubourgs.

        Je te suggère de relire la lettre du Guy Môquet, chaque matin après un brossage vigoureux (de plus de trois minutes) de tes petites quenottes, et tu verras toi-même : outre que tu auras l’haleine fraîche, tu aimeras le jambon et tu seras protégé à vie contre les attaques haineuses de gôchistes mal emplumés, tu pourras toi aussi gagner plein de pèze et t’asseoir sur les réglements. Même si tu perds, pas de problème, tu seras confirmé dans tes fonctions, ce n’est pas le résultat qui compte, c’est la proximité du Grand Homme.

        Mais tu ne sais pas le meilleur : si l’opération marche, on nous proposera directement sur le site de l’Elysée, des cravates club dédicacées par Nicolas lui-même, avec le slogan : « En avant la croissance ! ». Un autre modèle est déjà prévu, avec le slogan « Sans tabous ! ».

        Naaan je déconne...


        • LE CHAT LE CHAT 17 septembre 2007 10:31

          @COIN COIN

           smiley smiley smiley smiley


        • Alpo47 Alpo47 17 septembre 2007 14:10

          Le fait que cette affaire « sorte » aujourd’hui, avec d’autres (rachat de casinos, contrôle fiscal ...) montre surtout, à mon avis que Sarkozy, laisse sortir ces « casseroles » pour se débarrasser de Laporte...

          Qui peut penser qu’un contrôleur fiscal prenne l’initiative de vérifier un ami du président, ministre dans un mois, sans avoir l’aval du pouvoir, ou que ces nouvelles, en fait la plupart anciennes, sortent alors que le pouvoir contrôle les médias, si ce n’est une manipulation pour lui coller des casseroles...

          Je prends le pari que les « affaires » vont se multiplier, mettre Laporte sur la défensive, et « contraindre » Sarkozy à se passer de lui au gouvernement.

          Tout à fait le style Sarko, non ?


        • Vilain petit canard Vilain petit canard 17 septembre 2007 21:36

          Subtile analyse, Alpo47... Encore plus vicieux que je l’aurais imaginé, mais ça sonne tellement juste...


        • tvargentine.com lerma 17 septembre 2007 10:25

          Il n’y a pas d’affaire,car votre conception politicienne de la vision du sport et de l’économie vous donne une vision réductrice.

          Ensuite vous êtes libre ou pas d’acheter !


          • Marie Pierre 17 septembre 2007 10:40

            Léon, j’ai du mal à suivre, mais je ne vois pas ce que viens faire Sarko ici.


          • Marie Pierre 17 septembre 2007 11:40

            Un peu comme Bernard Tapie avec Adidas, avant qu’il ne soit ministre de la ville ou quelque chose comme ça. Comme je ne suis pas très bien réveillée, c’est le premier qui me vient à l’esprit.


          • Marie Pierre 17 septembre 2007 12:16

            Il vaut donc mieux attaquer le personnage en ce qu’il fait hors la loi, entièrement d’accord, et, à partir de cela, demander à ce qu’il ne soit pas secrétaire d’Etat au sport, poste qui exclut toute compromission.


          • snoopy86 17 septembre 2007 12:22

            @ Philippe

            « une meute enragée vient la bave aux lèvres accuser l’auteur... »

            Etes vous sûr de ne pas en faire un peu trop ?

            Bobonnet, on a l’habitude mais vous me sembliez moins excessif...


          • IP115 17 septembre 2007 13:54

            Salut Marie Pierre,

            « Léon, j’ai du mal à suivre, mais je ne vois pas ce que viens faire Sarko ici. »

            Ne cherche pas Marie Pierre, c’est un vieux réflexe pavlovien malheureusement incurable à leurs âges ... Merci de ton intelligente intervention, qui me rassure sur la possibilité de retrouver un jour une opposition crédible ...

            @ l’auteur

            Merci de toutes ces infos qui ne font que confirmer l’impression déplorable que me fait ce petit binoclard. Ceci dit, ne te fais pas d’illusion, lui ne s’est fait repérer que parce que ce n’est pas un « professionnel de la politique », alors imagine ce que c’est chez les vieux roublards ... smiley

            Mais comme l’a suggéré Snoopy plus bas (et Colluche avant lui) : «  »Dire qu’il suffirait que les gens n’en achètent pas pour que cela ne se vende plus«  » ... smiley


          • snoopy86 17 septembre 2007 15:25

            @ Léon

            Tout va pour le mieux, merci...

            @ Philippe et Léon

            Finalement, vous êtes comme Bozz, Calmos et moi, vous ne détestez pas le baston...Je suis sûr que vous avez les oreilles en chou-fleur...


          • snoopy86 17 septembre 2007 15:27

            Dans la mêlée des sarkotrolls j’ai oublié la première ligne Maxim-Patrick-Cambronne

            Qu’ils me pardonnent...


          • bozz bozz 17 septembre 2007 16:01

            comme vous venez de le démontrer encore une fois ici...


          • BAERTJC 21 septembre 2007 16:15

            Rassurez-vous, vous n’étes pas le seul a ne pas être très bien réveillé...53% au second tour des présidentielles étaient dans votre cas et au pays de la frime, du fric et...de la triche ,les endormis voient passer les maillots pendant que les sinistrés précoces sortis du système éducatif défaillant se bousculent pour les acheter !


          • Harald 17 septembre 2007 10:46

            Bande de persifleurs ! smiley

            Il y en a d’autres qui persiflent, c’est sur Le Parisien, tenez :

            "Le FISC, aussi, s’intéresse de près aux multiples affaires de l’entraîneur de l’équipe de France. De si près que, selon nos informations, il a fait discrètement procéder à une perquisition en règle dans un des bureaux de Bernard Laporte dans la région toulousaine . Avec le feu vert préalable d’un magistrat de la Ville rose, deux équipes de la Direction nationale des enquêtes fiscales - la DNEF -, épaulées par les officiers de la police judiciaire, se sont présentées en mars chez le patron des Bleus.

            En l’absence de ce dernier, des échanges plutôt musclés sur le thème « Vous ne savez pas à qui vous vous en prenez » auraient eu lieu entre les enquêteurs et un membre de la famille du futur secrétaire d’Etat. De nombreux documents comptables ont été saisis et sont toujours en cours d’analyse. Objet de la curiosité du fisc : les investissements de Laporte dans le secteur des jeux, notamment les casinos de la région toulousaine, les montages financiers de ses fameuses bodegas tenues avec des joueurs de l’équipe de France de rugby, son restaurant, le Saint-Tropez, assidûment fréquenté par l’entourage de l’entraîneur, ainsi que plusieurs autres sociétés."

            La suite, c’est par là : http://www.leparisien.fr/home/info/faitjour/article.htm?articleid=276215796


            • Yannick J. Yannick J. 17 septembre 2007 10:50

              oui et donc ???


            • Icks PEY Icks PEY 17 septembre 2007 18:17

              Merci de souligner que les « amis » de Nicolas SARKOZY sont, eux aussi, soumis aux mêmes règles et aux mêmes procédures de contrôle que les autres.

              Personnellement, j’y vois un argument pour dire que notre Etat reste encore un Etat de droit où un futur secrétaire d’Etat proche du pouvoir en place peut faire l’objet d’une procédure parfaitement légale dite article L16B du Livre des Procédures Fiscales.

              Cela doit rassurer ceux qui pensaient voir dans l’élection de Sarko l’avénement d’une ère de non-droits et de passes droits.

              Bien cordialement,

              Icks PEY


            • Icks PEY Icks PEY 17 septembre 2007 18:34

              @ l’auteur

              Quelques observations sur l’article et aussi sur les commentaires :

              1. Comme d’habitude, faire du business est un délit en France : certains lui reprochent de faire de la pub, on veut lui reprocher de vendre sa signature sur des maillots ... à quand le reproche de ne pas être bénévole ?

              2. Je rejoins complètement la position de dire qu’une offre commerciale ne reste qu’une offre commerciale : Nike ou Addidas vend depuis des années des chaussures plusieurs centaines d’euros avec un prix de revient de quelques dizaines d’euros, à ma connaissance, on n’interdit pas Nike de vendre sa camelote ! Pourquoi agir différemment avec Laporte. C’est un homme public qui gère son image comme il l’entend : il fait de la pub, il vend des tee-shirt ... tant qu’il trouve des cons qui achètent, où est le problème ?

              C’est quand même étonnant comme certains sont moins choqués par la rente de situation de certains monopoles publics par lesquels l’ensemble des français seraient obligés de passer mais deviennet soudainement profondément choqués par une offre commerciale facultative ...

              3. Je rejoins l’auteur de l’article, néanmoins sur deux points : le premier est la conformité vis-à-vis de la FFR. Qu’en est-il exactement ? Son contrat d’entraîneur lui permet-il de faire ce qu’il fait. A mon avis, le vrai sujet, il est là : est-il conforme à la réglementation de la FFR ?

              4. Deuxième point d’accord, je trouve nauséabond d’utiliser l’argument caritatif comme argument marketing. On voit fleurir (c’était abominable après le tsunami) des offres où « une partie des bénéfices sont reversés à des associations caritatives ». D’abord, une partie des bénéfices, cela veut bien dire que tout le monde s’est bien gavé avant : prime, salaires, commissions, on peut imaginer le pire ... Ensuite, on note qu’il s’agit que d’une partie seulement ! La belle affaire : 0,0005% c’est aussi une partie, une partie infime, mais une partie quand même !

              Bref, l’argument caritatif a bon dos pour attrapper le couillon ! A quand un label « Caritatif » qui vérifie qu’effectivement, les charges d’exploitation de ce genre de produit sont raisonnable et que la partie promise est une vraie partie et non une argutie juridique pour éviter de tomber dans la publicité mensongère ?

              Bien cordialement,

              Icks PEY


            • Icks PEY Icks PEY 17 septembre 2007 18:35

              Zut, mon post n’est pas placé là où il fallait ...


            • yrduab 17 septembre 2007 19:51

              @ XP :

              « 1. Comme d’habitude, faire du business est un délit en France : certains lui reprochent de faire de la pub, on veut lui reprocher de vendre sa signature sur des maillots ... à quand le reproche de ne pas être bénévole ? »

              Auriez vous mal lu ? Faire du business n’est pas un délit. Mais se faire du fric sur le dos de pigeons, c’est un délit. Et vendre 130 € un maillot qui est vendu 75 € par la fédé, même avec sa signature, cela ressemble à une véritable arnaque. Et comme en droit, l’intention suffit, il n’est même pas besoin qu’un seul de ces maillots ait été acheté pour qu’il y ait arnaque !

              « 2. Je rejoins complètement la position de dire qu’une offre commerciale ne reste qu’une offre commerciale : Nike ou Addidas vend depuis des années des chaussures plusieurs centaines d’euros avec un prix de revient de quelques dizaines d’euros, à ma connaissance, on n’interdit pas Nike de vendre sa camelote ! Pourquoi agir différemment avec Laporte. »

              Votre raisonnement est manifestement incomplet. Les PDG de Nike et d’Adidas ne sont pas nommés par une fédération nationale financée par l’Etat. Son statut est celui d’un employé public : qu’il en accepte les contraintes, à savoir le respect de certains détails tels que ne pas utiliser cette image pour se faire du fric. Faire de la pub est déjà limite, à mon sens.


            • IP115 18 septembre 2007 08:22

              « C’est bizarre la droite se met à défendre l’indéfendable au nom d’une posture idéologique, ... »

              Il raconte vraiment n’importe quoi ce Léon ! Il faut tujours qu’il intervienne même quand il a rien à dire ... Pathétique !

              « l’indéfendable » ... « tu crois pas que tu pousses le bouchon un peu loin Robert » ? T’as trouver un os, il faut que tu le ronge jusqu’au bout ... il ne faudrait quand même pas exagérer non plus, ce n’est pas très élégant mais cela ne reste qu’une banales histoire de vente de tee-shirt !

              L’indéfendable pour moi aurait été par exemple de proposer la nommination au poste de président du conseil constitutionnel, d’un homme qui aurait trempé dans les pathétiques affaire des frégates de Taïwan et surtout les pitoyables affaires elf et ses non moins fameuses parties fines avec Christine Deviers-Joncour (la célèbre « putain de la République ») au frais des contribuables ...

              « la droite ... au nom d’une posture idéologique » ... mais quelle posture idéologique et qu’est ce que la droite vient faire dans cette histoire. Laporte n’est pas un homme politique de droite mais entraîneur du XV de France. Quant à Icks Pey, il ne me semble pas qu’il s’exprime au nom de la droite mais en tant que citoyen, point barre. Alors tu nous lâches un peu avec tes minables insinuations de politique politicienne à 2 balles !

              Ce sont les vieux gôchos comme toi qui essaient bêtement et maladroitement d’associer cette histoire certes pas très élégante (mais pas de quoi pousser des cris d’orfraie non plus, n’exagérons rien) à la droite et à Sarkozy (comme cela t’a déjà été reproché plus haut).


            • Icks PEY Icks PEY 18 septembre 2007 10:13

              @ Léon

              Merci pour votre réponse.

              Commentaire de votre texte (vous en italique) :

              sinon qu’il faut bien mettre des limites aux affaires Je suis bien d’accord avec vous : c’est là toute la légitimité du droit des affaires, des entreprises, de la concurrence et de la consomation etc.

              Pourquoi alors interdire la vente de drogue, d’organes humains, de femmes, d’enfants. Pourquoi ne pas monnayer vos relations intimes avec votre épouse etc, etc. Vos associations d’idées sont évidemment sans pertinence. Nous parlons de polo de rugby (ou de tee shirt, je ne sais plus) et vous répondez commerce du corps humain. Ne voyez vous pas une différence ?

              Le banditisme n’est jamais que le stade suprème du capitalisme ! Là encore, votre aveuglement idéologique vous empêche de raisonner calmement. Derrière votre remarque se cache sournoisement l’idée que vous avez selon laquelle « capitalisme = voleur ». Vous ’navez pas encore accepté que sans capital, pas d’entreprise et sans entreprises, pas de salariés. Dépêchez vous car même la gauche semble s’être converti à ces idées de base. Bientôt, il ne restera que vous et Besancenot pour détester l’entreprise privée. Pour parler raisonnablement permettez moi de dire qu’au contraire, le capitalisme, et le libéralisme qui le suppose, repose justement sur la liberté de faire ou de ne pas faire. La notion de contrainte est contradictoire avec la notion de liberté (vous serez d’accord, j’imagine). En droit des contrats, le consentement libre et éclairé est une condition sine qua non de la validité d’une relation contractuelle. La menace, la lésion, le dol sont des vices du consentement qui sont contraires avec la notion de libéralisme.

              Et le sport ne fait pas très bon ménage avec l’argent. Quoi qu’on en dise. La limite est très fragile avec les trucages, les compétitions achetées, le dopage. Là, je vous rejoins mais est-cele sujet ? On parle de vêtement sur lesquels figurent une marque, pas de compétitions ou de paris sportifs.

              Vous avez, selon moi, trop d’indugence envers ceux qui « font des affaires » et gagnent de l’argent. Moi je me pose toujours le problème du « comment » et c’est 9 fois sur 10 très décevant.

              Voyez comment vos convictions dénaturent votre raisonnement : vous parlez d’indulgence ce qui suppose qu’à la base, faire de l’argent est une faute ! Vous inversez le raisonnement en partant du principe que faire de l’argent est unn tort qui ne pourrait être toléré que dans certaines situations. Je ne connais pas votre vécu et votre vie, mais vous devez avoir bien souffert pour détester à ce point le monde des affaires. Je suis désolé, mais je raisonne en sens inverse : un homme d’affiares est avant tout un homme qui cherche à valoriser un service à la collectivité. Un boulanger fabrique du pain car cela correspond à un besoin social. Une compagnie aérienne vend des billets d’avion car cela correspond à une demande, un vendeur de savonnettes vend des savonnettes car cela correspond à un besoin. Rien que de très sain là dedans. Là où je vous rejoins, c’est que ces activités doivent être réglementées, encadrées, vérifiées et elles le sont déjà beaucoup. Sans doute existe-t-il des secteurs où elles pourraient l’être davantage, c’est possible : en matière d’environnement, par exemple. Bien sûr, des sociétés de transport maritime font naviguer des poubelles flottantes pleines de pétrole pour réduire leurs couts de revient, cela ne veut pas dire que l’activité qu’ils pratiquent est mauvaise, mais que leur façon de le faire est mauvaise.

              Ici, c’est simple, B. Laporte a fait quelque chose d’interdit par son statut. Point à la ligne. Dans mon commentaire, je disais que c’était dans l’article le premier point qui méritait d’être effectivement étudié. Je trouve néanmoins que votre réponse est excessivement rapide et lapidaire. Il convient de vérifier dans quelles conditions cela a pu être fait, si les autorisations requises ont été obtenues, etc. N’êtes vous pas attaché à la notion de présomption d’innoncence ? Alors évitez de lyncher publiquement un homme contre lequel vous n’avez pour l’instant aucune preuve matérielle.

              Quant au fait qu’il soit contrôlé sur le plan fiscal « comme tout le monde » attendez un peu . Ce n’est pas le contrôle qui compte mais le montant du redressement et de l’amende éventuelle, et au final ce qui sera réellement payé. Nous en reparlerons à ce moment-là XP, voulez-vous ? Je suis bien d’accord avec vous, dans ce cas, pourquoi en faire un article entier dans le parisien ? C’est bien une façon assez minable d’insinuer qu’il n’y a pas de fumée sans feu, non ? C’est à mes yeux une façon de manipuler l’information en faisant croire des choses qu’on s’abstient formellement d’écrire ...

              C’est bizarre la droite se met à défendre l’indéfendable au nom d’une posture idéologique, exactement comme dans le temps les gens du PCF qui vous expliquaient qu’en toutes circonstances le Parti avait raison. Je rejoins IP115 dans ses critiques de cette phrase même si j’eus préféré un ton plus agréable, mais vos échanges passés altèrent forcément la convivialité qui devrait régner entre contradicteurs. Toujours est-il que ma posture n’est en rien idéologique : je fais loes procès qui méritent d’être faits, en impartialité et en équité. C’est vous, au contraire, qui me semblez totalement imbibé de vos convictions. Avec vous, un homme d’affaires (a fortiori s’il est de droite et appelé à devenir membre d’un gouvernement de droite !) est présumé coupable de tous les vices et cela vous empêche de tenir un discours objectif.

              Bien cordialement,

              Icks PEY


              • ZEN ZEN 17 septembre 2007 11:01

                @ Polemikvictor

                Votre lien aboutit à un espace abonné vide...

                Laporte, à la porte d’un ministère ? Rève-je ?...


                • Polemikvictor Polemikvictor 17 septembre 2007 11:59

                  Copier/ Coller d’un article apru dans Courrier International ( ma revue de référence )

                  Bernard Laporte, roi des bons plans

                  Grâce à sa relation avec Nicolas Sarkozy, le sélectionneur voit la vie en rose.

                  Les Français sont peut-être tout simplement moins superstitieux que nous. En Italie, personne ne songerait à baptiser un stade du nom d’un personnage vivant, ni à confier une fonction gouvernementale à un sélectionneur sportif à la veille d’une Coupe du monde (ni même après, probablement). Bernard Laporte, entraîneur de l’équipe de France de rugby, peut se féliciter, quant à lui, de posséder déjà deux stades à son nom - ceux de Gaillac (Tarn) et de Cadaujac (Gironde) - et un poste de secrétaire d’Etat à la Jeunesse et aux Sports, qu’il acceptera officiellement à la fin du Mondial, le 21 octobre. Nicolas Sarkozy est plus que son ami, c’est son parrain. Mais tous les Français ne sont pas exaltés par une équipe nationale qui semble ni plus ni moins politisée. En France, le rugby est une affaire sérieuse, comme le foot peut l’être en Italie. Le succès de Laporte dépendra dans une très large mesure des résultats de son équipe pendant la Coupe du monde. Mais, surtout, le gourou français du ballon ovale semble être un homme sagace et dénué de scrupules, y compris dans ses stratégies commerciales. La presse et l’opposition se sont posé un certain nombre de questions au sujet des différents conflits d’intérêts qui le concernent et ont également mis en doute le caractère irréprochable de ses investissements dans le secteur des casinos. Bernard Laporte est actionnaire à 50 % d’un casino à Saint-Julien-en-Genevois, en Haute-Savoie, une affaire qui rapporte 34 000 euros par jour. Un tenancier de tripot, disent ses adversaires avec mépris. La Constitution française stipule que les fonctions des membres du gouvernement sont incompatibles avec toute forme d’activité professionnelle, et, pourtant, le président de la République en personne est toujours actionnaire du cabinet d’avocats Claude-Sarkozy. “Je ne suis le gérant d’aucune société, se défend le sélectionneur des Bleus. Je suis seulement actionnaire. Je me suis libéré de mes fonctions en quittant le conseil d’administration. Je ne vois rien de mal dans le fait d’investir le peu d’argent que j’ai gagné avec le rugby. Je possède également trois campings sur la côte, deux magasins à Paris et une brasserie à Arcachon : je ne suis quand même pas maquereau ou dealer.” Le 19 juin dernier, à Matignon, le jour où le Premier ministre François Fillon lui a demandé d’accepter le poste de secrétaire d’Etat au sein du gouvernement, le sélectionneur de l’équipe de France de rugby a ajouté : “Je ne vois pas où est le problème. Les casinos sont des entreprises comme les autres.” Même s’il a souvent asséné que l’argent n’était pas le but de son existence, Laporte est présent dans une douzaine de sociétés immobilières. En plus de son salaire mensuel de 7 500 euros en tant qu’entraîneur, il donne des cours et participe à des séminaires (il touche 12 000 euros à chaque intervention). En outre, il prête son image à 17 marques, qui rapportent à sa société - établie au nom de sa mère - la somme supplémentaire de 600 000 euros par an. Tous ses contrats publicitaires seront suspendus le 21 octobre, excepté un seul qui arrivera à échéance en décembre 2007. Issu d’une famille modeste, Bernard Laporte est un autodidacte. S’il a réussi, il le doit plus à ses qualités de psychologue sportif et d’idéologue charismatique du rugby qu’à son talent de demi de mêlée. Champion de France en 1991 sous le maillot de l’équipe de Bègles-Bordeaux, il était, à 29 ans, le plus jeune entraîneur de première division. C’est en tant qu’entraîneur du Stade français qu’il a gagné le championnat de 1998 ; il est devenu sélectionneur de l’équipe nationale en décembre 1999, après avoir commenté les matchs à la télévision. Il a remporté quatre des six dernières éditions du glorieux tournoi des Six- Nations. En 2002, il a été élu meilleur entraîneur du monde et, en 2003, il a mené la France en demi-finale de la Coupe du monde. Comme il joue chez lui, il est inévitablement le favori de l’édition 2007. C’est en vacances à Arcachon que Sarkozy l’a rencontré par le biais d’amis communs et il a tout de suite été conquis par l’énergie du leader. “Tu serais un bon ministre des Sports”, lui a lancé Sarko à la fin d’un match. La prophétie est devenue réalité, même si Laporte, en tant que secrétaire d’Etat, devra en référer à la ministre de la Santé, de la Jeunesse et des Sports, Roselyne Bachelot. Cependant, les médias cherchent à refréner son enthousiasme, en dévoilant des anecdotes quelque peu embarrassantes (notamment, ses relations d’affaires avec certains des joueurs qu’il entraîne) et en faisant allusion aux avantages personnels que Laporte essaierait de tirer de sa relation intime avec Sarkozy. Par exemple, pour un projet immobilier de quelque 15 millions d’euros qui a été bloqué par une administration locale socialiste pour “irrégularités conceptuelles”. Par ailleurs, la propriétaire d’un casino a rapporté au journal Le Monde que Bernard Laporte s’était proposé, au cours d’un dîner, d’intercéder auprès de Nicolas Sarkozy afin qu’elle obtienne une centaine de licences supplémentaires pour des machines à sous. Si le projet se réalisait, il toucherait la moitié des gains. “Mesquinerie : c’était juste une blague”, a répondu avec indignation le sélectionneur, qui va dorénavant pouvoir mettre à profit son expérience des mêlées, des plaquages et des coups bas.

                  Emilio Marrese L’Espresso


                • MagicBuster 17 septembre 2007 11:25

                  Dans le canard , l’article Sarko prend laporte m’a fait sauter de joie. Pendant la lecture, je me suis rendu compte qu’il parlait de Bernard.

                  La semaine dernière, le mari de cécilia est mort ... Ouaiiiii.... enfin non , c’était le Grand Jacques.

                  J’attend la grande nouvelle depuis son élection, je ne pense pas que ce président finisse son mandat.

                  Il a trop d’amis qui sont bien plus intelligents et plus puissants que lui. Il donne l’impression de tout faire pour eux .... pourquoi ?

                  Et surtout jusqu’à quand ? La dégringolade n’est pas prêt de s’arrêter avec un tel président. A moins qu’il change (vraiment)... ça risque d’être sport avec ses amis !!!


                  • LE CHAT LE CHAT 17 septembre 2007 11:41

                    bientôt des tee shit avec le texte intégral de guy môquet , une alternative intéressantes aux somnifères et autres anxiolitiques , il faut résorber le déficit de la sécu ! smiley


                    • maxim maxim 17 septembre 2007 12:07

                      dès que le fric commence à pourrir le sport ,s’agit il encore de sport quand celà dérive sur du spectacle ????? ma conception du sport ,certainement angélique ,c’est le plaisir de l’effort ,du surpassement de soi,du bonheur d’avoir participé gagnant ou perdant ,mais à l’heure du professionnalisme ,où des sommes considérables sont en jeu ,que l’on vend la peau de l’ours avant de l’avoir tué ,où l’on annonce presque gagnante une équipe qui s’est retrouvée confrontée à la dure réalité : nous sommes tombés sur un os au premier match .... cette victoire sur une petite équipe dont on se doutait du résultat final ( et encore ) donne un sentiment de ressaisissement pour satisfaire les sponsors ,les investisseurs ,et les droits de retransmission qui en prendraient un coup ,si les bleus se reprenaient une branlée ..... et les fameux maillots se vendraient ils autant si ils vehiculaient une image de loosers .....

                      alors ,je lis des Sarkosistes par ci des Sarkolâtres par là ...... et bien non ,nous ne sommes pas tous pour la dérive du sport ,ni du règne du pognon incontrôlé sur les activités sportives ,que des initiatives privées encouragent des équipes ,d’accord ,mais dans une limite raisonnable ,en laissant toujours la priorité à l’effort ,au beau ,au noble ,au surpassement du pratiquant ......

                      voilà ma conception ,la conception de beaucoup de mes semblables ..... quand à Laporte ,si une belle place l’attend à la sortie ,tant mieux pour lui ,mais il sera certainement le cul entre deux chaises dans son nouvel emploi ........


                      • snoopy86 17 septembre 2007 12:17

                        Bonjour Maxim,

                        Comme souvent nous sommes d’accord et la dérive du sport-business et sa surmédiatisation ont quelque chose d’écoeurant.

                        Ceci posé il n’y aurait pas d’affaire Laporte s’il n’y avait pas des couillons pour acheter les dits maillots...


                      • Yannick J. Yannick J. 17 septembre 2007 15:05

                        On se doute que de toute façon le calendrier à été pensé pour jsutement qu’il ne soit pas trop pénible au pays receveur...

                        cela dit 13 essais, même si cela semblait convenu d’avance cette vistoire, au moins preuve aura été faire qu’il y a de l’envie du coeur et du corps...

                        pour le reste, le bizness, la tune et cette m... dans le sport, je le laisse à d’autres... Personnellement je n’ai aucun habit sportif de quelque équipe ou joueur que ce soit... hormis une jolie casquette des miamis dolphin (ce dont tout le monde se fout et je suis le premier d’accord)... Laissez donc ces gens acheter le maillot bernard laporte ou DES tee shirt Eden park, ou blanco !!! tiens c’est marrant eux deux là on leur dit rien avec la tune qu’ils ont faites sur le dos du rugby....

                        balayez donc devant chez vous un peu les gens !!!!!!!


                      • goc goc 17 septembre 2007 12:08

                        c’est curieux que personne n’ait fait le rapprochement entre les investissements de Laporte dans les jeux et son amitié pour le nabot qui rappelons-le, etait ministre de l’interieur et des finances, c’est a dire les vrais controlleurs des jeux en France

                        et du coup, on ne peut que « sourir » de la ressemblance de plus en plus frappante entre sarko et son ancien maitre a magou..heu a penser Pasqua : entre les jeux et l’amour de la Corse ....

                        hein ?? quoi ???... mai nan j’ai pas parlé de mafia !!! smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès