Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > L’Anarchie, l’ordre dans le désordre

L’Anarchie, l’ordre dans le désordre

Ils n’ont aucune confiance dans l’ordre que l’on veut bien leur proposer.

Ferré, Vian, Brassens, Aguigui ou Coluche ont été le poil à gratter d’une société égoïste et hypocrite qu’ils ont combattu chacun à leur manière.

Bien sur, l’image convenue et caricaturale de l’anarchiste est toujours la même : un poseur de bombe, un révolté prêt a n’importe quelle action pour faire vivre sa vérité.

Mais la violence des mots reste le vrai moteur de l’anarchiste.

L’anarchiste est un pacifiste né.

Il est aux antipodes de l’image réductrice que ceux qu’il gêne ont voulu faire de lui.

Il est poète jusqu’au bout de sa vie.

Il enfourche tous les chevaux de bataille, sans avoir jamais pris la peine de les apprivoiser, sans calcul, par simple intuition.

De nombreux artistes s’y sont retrouvés.

Ferré, Léo pour ceux qui l’ont compris, en est l’un des meilleurs exemples.

Et pourtant, s’il avait écouté les mauvais conseils de Charles Trenet, il n’aurait jamais eu l’audace de se risquer à monter sur scène pour chanter.

Il traversera les siècles, avec sa si belle chanson : « avec le temps  » et bien sur « les anarchistes  ».

Léo disait : « le pouvoir, d’où qu’il vienne, c’est de la merde…le désordre, c’est l’ordre moins le pouvoir  » lien

Il ne disait rien de moins que la définition du dictionnaire du mot « anarchie » qu’il avait choisie dès l’âge de 14 ans : « négation de toute autorité d’où qu’elle vienne  ».

Georges Charles Brassens n’a rien à lui à lui envier.

On oublie souvent qu’il avait avec ses copains lancé un hebdomadaire : « Le cri des Gueux ». Georges y écrivait sous le pseudo de « Corne d’Aurochs ». lien

On est en 1946, et son refus du pouvoir porté par la recherche de la liberté absolue le rapproche du mouvement anarchiste : il participe aux réunions de la fédération anarchiste au sein d’un groupe dans le 15ème arrondissement parisien.

Sous le pseudo de « JO-la-cédille », il tient rubrique dans le journal anarchiste « le libertaire ». lien

Il se produisit d’ailleurs à plusieurs reprises gratuitement pour les galas de la fédération.

Une chanson méconnue exprime bien le caractère anar de l’auteur : « le boulevard du temps qui passe  ». lien

A part ses gouts pour l’anarchie, et la chanson, un autre lien l’unit à Léo Ferré : Charles Trenet.

Etrangement, Brassens idolâtrait Trenet.

Ce choix peut surprendre, tant Trenet était tout, sauf révolté. lien

Vian, Boris pour les intimes, était à sa façon un authentique anarchiste, même s’il refusait cette étiquette.

Il suffit de le lire pour s’en apercevoir :

« La guerre est la forme la plus raffinée et la plus dégradante du travail puisque l’on y travaille à rendre nécessaires de nouveaux travaux » ou « le travail est probablement ce qu’il y a sur terre de plus bas et de plus ignoble. Il n’est pas possible de regarder un travailleur sans maudire ce qui a fait que cet homme travaille alors qu’il pourrait nager, dormir dans l’herbe ou simplement lire ou faire l’amour avec sa femme ». ou même « supprimez le conditionnel et vous aurez détruit Dieu ». lien

Ursula Vian-Kübler, sa dernière compagne l’avait compris :

« Boris avait l’espoir que l’humanité deviendrait sage par le progrès. Il voulait combattre avec les armes de l’intellect, non la kalachnikov, je l’appelais le doux anarchiste ». lien

Qui a oublié son déserteur ?, sa java des bombes atomiques ? ou même « on n’est pas là pour se faire engueuler », chanson reprise par un autre anar, à sa manière, Coluche.

En effet, comment ne pas voir en Coluche de son vrai nom Michel Gérard Joseph Colucci, un authentique anarchiste ?

Comment ne pas reconnaitre dans son appel, lors de sa candidature aux présidentielles, une provocation anarchiste ? lien

« J’appelle les fainéants, les crasseux, les drogués, les alcooliques, les pédés, les femmes, les parasites, les jeunes, les vieux, les artistes, les taulards, les gouines, les apprentis, les Noirs, les piétons, les Arabes, les Français, les chevelus, les fous, les travestis, les anciens communistes, les abstentionnistes convaincus, tout ceux qui ne comptent pas sur les hommes politiques à voter pour moi ».

D’ailleurs Antoine de Caunes ne s’y est pas trompé lorsqu’il à réalisé son film « Coluche, l’histoire d’un mec » en le qualifiant d’anarchiste ironique. lien

Ils ont été pourtant peu nombreux à commémorer sa disparition, il y a 24 ans le 19 juin 1986.

Ils ont préféré souffler dans des « vuvuzelas », pour encourager des analphabètes en culottes courtes à la recherche de la gloire et du chèque qui l’accompagne.

Le dernier et non le moindre est bien sur Mouna Aguigui, André Dupont de son vrai nom.

Lui aussi aimait pousser la chansonnette et ne s’en privait pas, en tournant les rouleaux de son orgue de barbarie, mettant à son répertoire les chansons qu’il aimait. Lien

Clin d’œil de l’histoire, c’est le frère de Boris Vian, Alain qui lui procurera les cartes perforées des chansons qu’il choisissait. (Alain Vian avait un magasin à Paris (rue grégoire de tours) et il vendait des orgues de barbarie). lien

Mouna Aguigui se déclarera « non candidat » à la présidentielle de 1974 et aux 3 présidentielles qui suivirent avec un programme choc :

« Des vélos, pas trop d’autos, du gazon, pas de béton, ni de moutons, pas de canons ».

Il haranguait avec humour les passants : « les mass-médias rendent les masses médiocres »…« j’irais cracher sur vos bombes »…« prenez le pouvoir, pas le métro »…

Il faut découvrir le film que Bernard Baissat lui a consacré, et découvrir sa bio écrite par la journaliste Anne Gallois : «  Aguigui Mouna, Gueule ou crève ». (Édition aquitaine 2004)

La chanson reliait donc ces 5 révoltés et la violence désabusée, ou ironique qui teintait leurs chansons en a fait sans nul doutes d’authentiques anarchistes.

Ils ne sont heureusement pas seuls, et sur le site « chanson rebelle  », on peut découvrir aux cotés des grands anciens, d’autres chanteurs en colère, comme Jean Marc le Bihan, Glenmor ou Gérard Gorsse, créateur du site entre autres.

L’histoire ne dit pas si Diogène, dans son amphore, bien au chaud, disputant sa nourriture aux chiens, ordonnant à Alexandre le Grand : « ôte-toi de mon soleil » s’adonnait lui aussi à la chanson, mais personne n’a oublié que cet anarchiste avant la lettre était surement l’un des premiers à réclamer l’égalité entre l’homme et la femme, la suppression des armes et de l’argent. lien

Car comme disait mon vieil ami africain :

« L’ombre du pygmée est plus grande au soleil couchant ».


Moyenne des avis sur cet article :  4.36/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

60 réactions à cet article    


  • Ronald Thatcher rienafoutiste 22 juin 2010 11:17

    Bonjour,
    bel article sur des personnages trop rares et trop précieux pour sombrer dans les oubliettes de l’Histoire.

    J’y aurai rajouté aussi, François Villon et Rimbaud, les deux étoiles filantes amoureux de la liberté libre...


    • olivier cabanel olivier cabanel 22 juin 2010 11:42

      rienafoutiste,
      bien sur, on aurait pu rajouter ces deux là, mais je m’en suis tenu aux chanteurs !
      ceci dit, rien n’empêche de penser que ces grands artiste chantaient aussi ?
      d’autant qu’ils ont été chantés par tant d’autres.
      merci de ton commentaire.
       smiley


    • bakounine 22 juin 2010 14:12

      Bonjour,

      très sympathique rappel de ces hommes libres !!


    • Gérard Gorsse Gérard Gorsse 5 juillet 2010 15:10

      Salut Olivier,
      La fameuse chanson :

      Les anarchistes (Léo Ferré)

      Y’en a pas un sur cent et pourtant ils existent
      La plupart Espagnols allez savoir pourquoi
      Faut croire qu’en Espagne on ne les comprend pas
      Les anarchistes

      Ils ont tout ramassé
      Des beignes et des pavés
      Ils ont gueulé si fort
      Qu’ils peuv’nt gueuler encor
      Ils ont le coeur devant
      Et leurs rêves au mitan
      Et puis l’âme toute rongée
      Par des foutues idées


      Y’en a pas un sur cent et pourtant ils existent
      La plupart fils de rien ou bien fils de si peu
      Qu’on ne les voit jamais que lorsqu’on a peur d’eux
      Les anarchistes


      Ils sont morts cent dix fois
      Pour que dalle et pourquoi ?
      Avec l’amour au poing
      Sur la table ou sur rien
      Avec l’air entêté
      Qui fait le sang versé
      Ils ont frappé si fort
      Qu’ils peuv’nt frapper encor


      Y’en a pas un sur cent et pourtant ils existent
      Et s’il faut commencer par les coups d’ pied au cul
      Faudrait pas oublier qu’ ça descend dans la rue
      Les anarchistes


      Ils ont un drapeau noir
      En berne sur l’Espoir
      Et la mélancolie
      Pour traîner dans la vie
      Des couteaux pour trancher
      Le pain de l’Amitié
      Et des armes rouillées
      Pour ne pas oublier


      Qu’y’en a pas un sur cent et qu’ pourtant ils existent
      Et qu’ils se tiennent bien bras dessus bras dessous
      Joyeux et c’est pour ça qu’ils sont toujours debout Les anarchistes


    • olivier cabanel olivier cabanel 5 juillet 2010 15:25

      Gerard,
      cette chanson « porte drapeau » de ferré est justement très descriptive des anarchistes, tels qu’ils sont vu habituellement, et dans le fond elle est un peu le contrepied de ce que j’ai raconté dans mon article, expliquant que cette image, lourde de sens, que portent les anarchistes, n’est pas toujours la bonne.
      ce qui n’enlève rien au talent du grand Léo.
      merci de ton commentaire.
       smiley


    • Gabriel Gabriel 22 juin 2010 11:22

      Et puis, les adultes sont tellement cons ! Qu’ils nous feront bien une petite guerre alors, je viendrai pour de bon, dormir dans ton cimetière ....

      J.Brel

      • olivier cabanel olivier cabanel 22 juin 2010 11:44

        Perséus,
        merci pour ce lien,
        la photo est connue, mais l’entretien bien moins, et il mérite le détour.
         smiley


      • morice morice 22 juin 2010 11:29

        Quel est le système politique le plus élaboré ? L’anarchie. Il repose sur quoi : une hypothétique intelligence de tout le monde et un respect mutuel obligatoire : tous conscients, tous décisionnaires, pas de gouvernement nécessaire. Son seul défaut. Irréalisable, mais tellement beau ! Personnellement, je n’ai jamais aimé Ferré pour une simple question d’orchestration : pourquoi de si beaux textes aussi mal servis musicalement ? Un mystère.



        j’ai une bien plus grande admiration pour « Bébert » : François Béranger, héritier direct d’un Bruant, qu’il a chanté d’ailleurs !! « Tranche de Vie » est un des plus beaux textes jamais écrits....


        • olivier cabanel olivier cabanel 22 juin 2010 11:49

          Morice,
          pourtant Ferré aimait tant la musique,
          il avait plus de 70 ans lorsqu’il a dirigé un grand orchestre symphonique. (orchestre philarmonique lorrain)
          http://www.ina.fr/art-et-culture/arts-du-spectacle/video/CAB93044173/chef-d-orchestre-leo-ferre.fr.html

          il disait s’être inventé des orchestre des l’age de 5 ans.
          et perso, j’aime beaucoup ses musiques
          c’est extra...par exemple.

          merci d’avoir rappelé le talent du grand Béranger, d’autant qu’il était Grenoblois !


        • morice morice 22 juin 2010 12:02

          Faut pas confondre anarchie et communisme. Seul ce dernier est mal réalisé et peut-être irréalisable à grande échelle.


          faux : il n’y a aucune confusion possible : le communisme est hiérarchisé...

        • olivier cabanel olivier cabanel 22 juin 2010 13:03

          morice,
          je ne m’étendrais pas sur le communisme,
          et pourtant, si l’on veut bien prendre la racine du mot, le concept mérite mieux qu’un détour.
          irréalisable à grande échelle ?
          je ne suis pas membre du parti, çà n’empêche pas d’en parler,
          l’humanité doit être solidaire, ou s’en ira.
          manifestement, elle n’y arrive pas, ou n’en a pas envie,
          c’est là tout le problème de l’’humain
          il négocie sans arrêt avec ses rêves et la réalité, sans avoir vraiment envie de réaliser ses rêves et se retrouve mis en échec.
          bien sur, il y a la hierarchie,
          elle démontre que l’homme n’imagine pas exister sans elle,
          il a peut être tort.
           smiley


        • morice morice 22 juin 2010 12:05

          pourtant Ferré aimait tant la musique,
          il avait plus de 70 ans lorsqu’il a dirigé un grand orchestre symphonique. (orchestre philarmonique lorrain)


          oui mais c’est ça le problème : la vision qu’il a de la musique date du XIXe : ses arrangements sont pompeux !

          merci d’apprécier le grand Bébert.

          mais j’aime aussi Aristide Padygros.... franchement, vous m’avez beaucoup fait rire, Olivier !

          • geo63 22 juin 2010 12:07

            Bon, je vais mettre mon grain de sel dans la discussion.
            J’adore Léo Ferré, je l’ai découvert il y a plus d’un demi-siècle avec « la chambre » écoutée sur mon poste de radio bricolé.
            Je l’ai rencontré lors d’un « concert champêtre » dans l’Allier où figurait également Catherine Sauvage (une grande, oubliée). Je n’ai pas aimé le peu de discussion que j’ai eu avec lui...un anarchiste ? Dans tous cas désagréable, j’étais jeune et passionné, il m’a douché. Je suis pourtant resté très près de ses chansons.


            • olivier cabanel olivier cabanel 22 juin 2010 13:06

              géo63,
              merci de ce grain de sel, ou de poivre ?
              je n’ai jamais rencontré Ferré, et j’imagine qu’il envoyait chier pas mal de monde,
              (un peu vulgaire ?)
              on peut le comprendre,
              c’était (peut-etre) une façon de se protéger.
              je n’en sais rien.
              ce qui compte, c’est peut etre l’envie qu’il a suscité de devenir ce que nous voulions devenir.
              merci de ton commentaire.


            • pallas 22 juin 2010 12:08

              Rohhh !!!!! les héros de la Génération Mai 68.

              Youpie, interdit d’interdire, vive l’anarchie, détruisons tout, détruisons la civilisation, détruisons le pays, vive l’anarchie.

              Oui !!!!, nous Papy Boomers nous sommes la génération Ultime, nous sommes les rois de la planete.

              Nos enfants ??, ah oui eux, qu’elle plaie, ils sont embetant non mais, ils nous empechent de jouir sans entrave, en plus ils réclament un avenir, ils sont fou ou quoi nos gamins ???, pourquoi ils s’amusent pas !!!, c’est la fete, cool.

              Youpie, vive les USA, vive la fete, la France c’est quoi ?, ah oui, ce pays qu’ont reconstruit nos parents de leurs sang et sueurs, qu’elle ringard nos parents, nous Papy Boomers, nous sommes cool, ont ce fiche de tout, de nos parents, de nos enfants, de la planete, nous sommes les rois du monde.

              C’est la fete.


              • nuance 22 juin 2010 13:01

                Je vous plains sincèrement.


              • olivier cabanel olivier cabanel 22 juin 2010 13:09

                Pallas,
                il y a une erreur de date,
                les artistes évoqués sont largement antérieurs à 68,
                le lien existe, bien sur,
                ils ont semé, avec d’autres avant eux, mais ils n’ont fait que répéter ce qu’ils avaient envisagé.
                ne tombons pas dans la caricature.
                l’essentiel n’est-il pas d’être ce que nous avons décidé d’être.
                et rien de plus.
                 smiley


              • pallas 22 juin 2010 13:13

                nuance pourquoi me plaindre ?, n’est ce pas l’idéologie de la génération mai 68 , interdit d’interdire, l’anarchie, le chacun pour soit, l’individualisme.

                Pourquoi me plaindre ? ah oui, car la génération mai 68 (Papy Boomers), avait un pays tout beau, tout neuf, sans violence, une nation qui avait un avenir radieux devant lui, qui existait culturellement dans le monde entier, un phare de la pensée.

                Aujourd’hui en 2010, les cités ghetto, l’ultra pauvreté, la France sous la botte d’une europe totalitaire, dont les chefs sont tous issu de la génération mai 68 siegeant a bruxelle, l’Europe s’effondre, la Vaporisation de l’occident.

                La France ne represente plus rien dans le monde, le pays est ruiné, il n’y a aucuns espoir dans l’avenir, il n’y a pas d’avenir.

                Pendant que vous avez fait la fete, gavé de pognon, car les riches, les oligarques sont tous de la génération Papy Boomers, ainsi que les politiques, qui sont vieillissant, se gavant aussi.

                Alors vous faite la fete depuis 40 ans, vous traitez les jeunes de faineant, alors que bcp crevent dans la rue sdf, d’autre se suicide, le suicide des jeunes est énorme, et certainement la cause premiere de la mortalité en France.

                Interdit d’interdire, l’anarchie, et a quel prix ?, celui de vos enfants, que vous avez vendu au Veau d’Or.

                Il n’y a qu’une seule réalité, et elle est la.

                Donc allez faite la fete, amusez vous, comme vous l’avez toujours fait.

                Apres moi le déluge, n’est ce pas ?, les autres peuve crever sous un pont ou dans une guerre civil multi ethnique, le multiculturalisme la religion des Papy Boomers, qui crache sur leurs enfants de sang, ne laissant que poussiere et cendre.

                Le vise, les Politiques, Idéologues, économistes, financiers, classe moyenne, de la génération Papy Boomers.

                Donc tout le monde, la réalité me donne raison


              • Gavroche Gavroche 22 juin 2010 13:15

                Pallas et sa névrose obsessionnelle de 68


              • olivier cabanel olivier cabanel 22 juin 2010 13:23

                Pallas,
                reprenez vous.
                comment pouvez vous écrire que l’anarchie, c’est l’individualisme ?
                dites moi ou est l’individualisme d’un Coluche ?
                avez vous bien réalisé à quoi correspond le concept des « resto du coeur » ?
                la France est ruinée, bien sur.
                mais croyez vous que ce soit le fait des anarchistes ?
                ne soyez pas à coté de la plaque.
                c’est la france de sarko qui est ruiné.
                et celle de ceux qui l’ont précédé.
                ils ont joué (eux) la carte de l’individualisme, privilégiant leurs amis,
                la France du piston,
                celle de Christine Boutin, Fadela Amara, Sarkozy, et tant d’autres.
                ne vous trompez pas de cible.
                enfin, c’est vous qui voyez.
                dans ces cas là, on fait appel à l’intelligence, et parfois on est déçu.
                 smiley


              • nuance 22 juin 2010 13:31

                Je vous plains pour votre étroitesse d’esprit, pour votre incapacité à sortir du périmètre de réflexion que l’on vous a appris.
                Continuons à penser en rond !


              • pallas 22 juin 2010 13:50

                Arreté de vous défaussez de vos responsabilités, une génération pourrie gaté, qui a détruit la civilisation, c’est la réalité, prouvez moi le contraire ?.

                Vous avez voté et elu des politiques, vous etes des entrepreneurs, vous etes des syndicats, banquier, oligarque.

                Arretez de vous foutre de moi !!!!!!!!!!!!!!

                Vous etes responsables

                Une génération pourrie


              • olivier cabanel olivier cabanel 22 juin 2010 13:54

                dites Pallas,
                vous ne seriez pas un vieux catho aigri ?
                je n’en sais rien,
                mais dans le fond, çà y ressemble.
                 smiley
                surtout lorsque vous évoquez « le veau d’or »,
                mais dites moi, ce « veau d’or » ne serait-il pas plutot « la sarkozie », plutot que l’anarchisme, le communisme ?
                dites, ce serait pas , par hasard, une « putain » de bonne question ?
                 smiley


              • bakounine 22 juin 2010 14:21

                Pallas : de quoi parlez vous ?? votre esprit semble quelque peu dérangé. 

                Vous devriez jouer au football...................


              • nuance 22 juin 2010 14:21

                @pallas

                Qui vous dit que je fais partie de cette génération pourrie gâtée ? Je gagne à peine plus que le SMIC, et j’approche de la retraite. Je n’ai pas de voiture, je suis locataire en HLM ! Je n’ai jamais eu de plan de carrière, je n’ai jamais écrasé quelqu’un pour une meilleur place !

                Alors vous faite la fete depuis 40 ans, vous traitez les jeunes de faineant, alors que bcp crevent dans la rue sdf, d’autre se suicide, le suicide des jeunes est énorme, et certainement la cause première de la mortalité en France.

                Qui êtes vous me ranger dans une boite, celle de la masse. Qui vous dit que les suicides des jeunes m’ indiffèrent.
                Vous ne pouvez pas considérer les personnes pour ce qu’elles sont individuellement ? Vous ne pensez qu’en nations, qu’en classes, sociales ? dont vous êtes le bonne conscience paternalisante ?

                Vous trimballez une vision tellement « cliché » du monde, comme-ci la France et le monde d’avant 68 étaient la panacée ( Guerres, droits des femmes, ségrégation ..).

                Vraiment, je vous plains !


              • pallas 22 juin 2010 14:41

                nuance, la seule petite différence, a ton époque il y avait du boulot, donc tu a choisi cette vie, point barre.

                A ton époque,l’Europe était toute puissante, aujourd’hui l’Occident est mort, l’Europe est morte, la France est morte.

                Toi tu a choisi, moi je n’est pas choisi,

                Et oui, vous aviez la possibilité de choisir et vous avez choisi le Veau d’or, l’argent facile.

                Maintenant je suis parfaitement conscient que la crise a ruiné vos avoirs financiers, mais au dela de ça, vous avez imposé a la jeunesse un multiculturalisme, l’abrutisation de masse, vous avez imposé le modele américain, l’américanisation de la société.

                Que tu l’accepte ou non, tu a fait des choix, tu en assume les conséquences.

                40 années de décadence, un sida mental qui a touché tout l’occident, qui aujourd’hui ce Vaporise, l’Occident ce Vaporise, c’est la mort de notre civilisation.


              • Gabriel Gabriel 22 juin 2010 15:17

                @ Pallas

                Toujours est-il que ce n’est pas avec des gens de ton espèce que ça va s’arranger ! Car à part braire comme un âne le cul devant ton écran, je subodore que tu dois être très utile !


              • pallas 22 juin 2010 16:03

                Un jour vos enfants vous demanderont des comptes,

                Ce jour est arrivé.

                Je vous demande des «  »«  »comptes«  »«  »«  »

                La question n’est pas de savoir pourquoi, vu que vous etes hédonistes, génocidaire, libertaire, amorale, aucune ethique.

                Donc je vous met «  »«  »le nez dans le guidon«  »«  »".

                Vous avez choisi la paresse et le veau d’or, vous en payez le prix, c’est ainsi, toute chose amene a des conséquences.


              • Radis Call 22 juin 2010 16:07

                 pallas ! Ta gueule !


              • olivier cabanel olivier cabanel 22 juin 2010 18:26

                pallas,
                j’ai bien peur que vous ayez pété une durite !
                 smiley


              • Tetsuko Yorimasa Tetsuko Yorimasa 23 juin 2010 01:12

                t’as rien compris mec ...mais soit patient on va t’expliquer


              • nuance 22 juin 2010 12:58

                « Il n’y a plus rien », texte magnifique de Léo, dont voici la fin :

                ../..
                Soyez tranquilles, Vous ne risquez Rien
                Il n’y a plus rien
                Et ce rien, on vous le laisse !
                Foutez-vous en jusque-là, si vous pouvez,
                Nous, on peut pas.
                Un jour, dans dix mille ans,
                Quand vous ne serez plus là,
                Nous aurons TOUT
                Rien de vous
                Tout de nous
                Nous aurons eu le temps d’inventer la Vie, la Beauté, la Jeunesse,
                Les Larmes qui brilleront comme des émeraudes dans les yeux des filles,
                Le sourire des bêtes enfin détraquées,
                La priorité à Gauche, permettez !
                Nous ne mourrons plus de rien
                Nous vivrons de tout
                Et les microbes de la connerie que nous n’aurez pas manqué de nous léguer, montant
                De vos fumures
                De vos livres engrangés dans vos silo-thèques
                De vos documents publics
                De vos règlements d’administration pénitentiaire
                De vos décrets
                De vos prières, même,
                Tous ces microbes...
                Soyez tranquilles,
                Nous aurons déjà des machines pour les révoquer
                NOUS AURONS TOUT
                 
                Dans dix mille ans.


                • olivier cabanel olivier cabanel 22 juin 2010 13:12

                  nuance,
                  c’est fort de nous proposer cette réflexion optimiste (dans dix mille ans)
                  tout est là.
                  quelle vie avons nous décidé de vivre ?
                  celle du mensonge, ou disons, pour être plus diplomates, des petits arrangements avec la vérité ?
                  les léo, Georges, Boris, Mouna, Coluche ont choisi.
                  c’est à chacun de nous de choisir.
                  une vie sans rêve devient vite un cauchemar.
                  et çà, ce n’est pas mon vieil ami africain qui le dit,
                  c’est seulement eux, et moi aussi.
                  merci de ton commentaire.
                   smiley


                • Tetsuko Yorimasa Tetsuko Yorimasa 23 juin 2010 01:15

                  Avec ce texte je découvre ce chanteur, pas très punk rock mais quand même un peu, non...beaucoup en fait


                • olivier cabanel olivier cabanel 23 juin 2010 06:51

                  Tetsuko,
                  pourriez vous nous donner l’identité de ce chanteur pas très, mais en fin de compte si...
                   smiley


                • Verdi Verdi 22 juin 2010 13:05

                  Oufff ! Merci Cabanel pour cette bouffée d’oxygène.


                  • olivier cabanel olivier cabanel 22 juin 2010 13:13

                    Verdi,
                    merci à toi d’avoir compris, au dela des mots, le sens de l’engagement de nos amis.
                     smiley


                  • Gavroche Gavroche 22 juin 2010 13:27

                    Salut Olivier

                    Merci pour cet article à toi et à ceux qui portent ce message.

                    rendons hommage aussi à Michel Corringe, moins connu mais excellent

                    http://mcorringe.free.fr/page2.htm

                    http://www.musicme.com/


                    • olivier cabanel olivier cabanel 22 juin 2010 13:29

                      Gavroche,
                      merci de cette piqure de rappel,
                      sur que d’autres lecteurs ajouterons des noms d’artistes, plus ou moins connus,
                      le plus important c’est de nous les faire découvrir,
                      pour Corringe, je partage ton choix,
                      et il y en a tant d’autres.
                       smiley
                      heureusement.


                    • Dominitille 22 juin 2010 14:00

                      Bonjour Olivier,
                      Votre bel article nous donne envie de prendre la bretelle de sortie, car cette autoroute d’ AV ne propose comme menus dans ses resto-routes que foot, guillon, sarkozy, bettancourt. des plats tous indigestes en ce début d’ été.
                      Bonne journée à vous et à votre ami africain.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès