Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > L’homosexualité, une « anormalité » ?

L’homosexualité, une « anormalité » ?

L’actualité nous démontre encore une fois que les politiques ont une réticence importante à parler des couples homosexuels, et surtout à admettre qu’ils puissent avoir les mêmes droits que les couples hétérosexuels. Le projet de loi sur les droits et devoirs des « beaux parents » est particulièrement révélateur. Hier soir, Nadine Morano était l’invitée du journal de la 2 à 20 heures. Après avoir eu des difficultés à prononcer les mots « personnes de même sexe », elle n’a jamais utilisé les terme : couple homosexuel. Et à aucun moment, pressée qu’elle était par le journaliste de préciser son point de vue sur la possibilité de reconnaître aux couples homosexuels le droit à la parenté, elle n’a voulu répondre, utilisant comme une véritable professionnel de la politique, une langue de bois efficace.

Mais qu’est-ce qui peut pousser tant de gens -que ce soit dans le monde politique ou civil- à refuser de voir une situation déjà existante, et qu’ils seront un jour prochain -très proche espérons-le !- contraints d’accepter. Il faut que tous ces gens se rendent à l’évidence :
l’homosexualité existe, et fermer les yeux pour ne pas la voir, ou la vouer aux gémonies comme le fait Mme Boutin [farouche opposante au PACS en 1999, elle est aussitôt montée au créneau. "Je n’accepterai pas que l’on reconnaisse l’homoparentalité et l’adoption par les couples homosexuels de façon détournée, en le glissant dans une loi sur le statut du beau-parent ", ne la fera pas disparaître.
Les couples homosexuels existent, et pour certains ils (elles) ont déjà formé une famille, le plus souvent recomposée.
Il y a des enfants qui vivent avec des parents du même sexe.

Mme Morano, Mme Boutin -et tous les autres- non, les homosexuels ne sont pas anormaux ! Non, les homosexuels ne sont pas des êtres à part, qui vivraient dans le péché, avec des pratiques sexuelles qui vous épouvantent. Il faut, dans vos esprits chagrins, élargir la notion de famille. Une famille, aujourd’hui, est une cellule composée d’au moins un parent -et de plus en plus souvent d’un seul- et d’enfants. Quelle importance, lorsqu’il y a deux parents, que leurs sexes ne soient pas différenciés ? Vous venez nous asséner des arguments pseudo psychologiques, alors que ce ne sont que des arguments moraux. L’homosexualité vous choque, alors vous la rejetez. A preuve, vous en arrivez à oublier que ce sont des êtres humains comme les autres. Comment pouvez-vous penser un seul instant que, sous prétexte qu’il ou elle soit homosexuel(le), un homme ou une femme soit incapable d’élever un enfant dans de bonnes conditions.

Ouvrez-vous au monde !! "l’homosexualité n’est pas une « anormalité"
30.000 enfants vivraient, selon les estimations de l’Institut national d’études démographiques, dans un foyer composé de deux adultes de même sexe. Il faut aujourd’hui comprendre les évolutions de la société et prendre en compte la diversité des configurations familiales.


Moyenne des avis sur cet article :  2.8/5   (49 votes)




Réagissez à l'article

91 réactions à cet article    


  • Cha-No-Yu 6 mars 2009 14:16

    Errances,

    je suis désolé de vous le dire mais votre article n’apporte malheureusement rien au débat.
    Et vous faites même quelques approximations de "débutant" sur le sujet.
    Par exemple, Parenté/Parentalité. Nous avons tous, en couple et non en couple, le droit à la parenté. La seule contrainte, c’est que vous ne soyez pas stérile et que vous trouviez un partenaire d’un autre sexe. La parenté, c’est biologique. Par contre, la parentalité, néologisme ayant pour objet de séparer l’héritage génétique de l’héritage éducatif, est purement liée à l’éducation.

    Ensuite parler de "anormalité", c’est du ressassé. Car la question est alors de définir la norme.
    Oui, l’homosexualité n’est pas la norme, puisqu’elle est minoritaire.
    Non, l’homosexualité a toujours existé, elle est donc normale.
    MAIS là n’est pas le sujet !

    Le sujet est : faut-il une reconnaissance légale du couple homosexuel ? Et pourquoi ?
    Malheureusement, vous ne donnez aucun argument.
    L’argument "Cela existe donc..." n’est évidemment pas un argument. De nombreux comportements existent, ce n’est pas pour autant qu’il faut tous les legaliser (après les avoir acceptés ou non).
    L’argument "Ce sont tous des coincés (religieux ou non))" n’en est évidemment pas un non plus.
    Dire que les autres sont aveugles ou cons n’a jamais fait avancer un débat...

    Paix à nous tous !


    • andré 6 mars 2009 20:06

      Vous qui n’êtes pas un débutant ou une débutante des années 70 quelle est votre opinion et quels sont vos arguments en faveur ou contre la reconnaissance légale des couples homosexuels ? Avec votre commentaire vous plonger la tête de l’auteur dans l’eau sans vous mouiller. Vous souhaitez faire avancer le débat ? Allez-y d’un minimum d’apport plutôt que de tirer sur quelqu’un qui se risque à écrire sur le sujet. Votre commentaire sur l’article, c’est du mais soufflé. Pouvez-vous faire mieux ? Non ? Oui ?


    • Romain Desbois 7 mars 2009 09:43

      Je pense que le vrai sujet est : la société accepte -t-elle ce qui sort de la norme ?
      Mais qui décide de la norme ?
      si la normalité est lié à la majorité alors la norme change et avant de devenir une norme , elle peut être minotritaire.

      Mais au sens strict du terme la norme c’est l’ordinaire, donc l’anormal est extraordinaire ;o)


    • Emmanuel Aguéra LeManu 7 mars 2009 19:39

      @ robin des bois
      je ne pensais que survoler rapidement ce fil, mais je réagis à votre odieux et si innocent commentaire qui porte en lui sa thèse et son antithèse :
      en posant la question ainsi :  "la société accepte -t-elle ce qui sort de la norme " vous venez de séparer le monde en 2.
      Merci.
      Belle contribution à la tolérance et à la compréhension mutuelle.


    • Senatus populusque (Courouve) Courouve 6 mars 2009 14:55

      L’homosexualité, parfois restreinte à la pédérastie (avec toutes les ambiguïtés que ce terme comporte), a été qualifiée ou métaphorisée de façon variée ; en voici un aperçu :

      "Une abomination" (Lévitique)

      "Le sentier de la vertu" (Plutarque)

      "Contre la loi de la nature et l’ordre de la raison" (Pierre Damien)

      « Aberration monstrueuse », « union de sexes semblables » (Gilles de Corbeil)

      "Le péché le plus grave après la bestialité" (Thomas d’Aquin)

      "Contre l’ordre de nature, pour ce qu’il se commet contre l’ordre du sexe" (Bénédicti, 1601)

      "Crime de ceux qui commettent des impuretés contraires à l’ordre même de la nature" (Encyclopédie, 1765, à propos de la sodomie)

      "La passion la plus honteuse qui ait jamais souillé la nature humaine" (Kant, Remarques touchant les Observations ...)

      "Faute d’orthographe de la nature humaine" (La Douceur, 1772, à propos de la pédérastie)

      "Vice des peuples guerriers" (marquis de Sade, 1795, à propos de ce qu’il appelle pédérastie)

      "Petit défaut" (Aubriet, 1824, parlant de Cambacérès)

      "Le seul lien qui rattache la magistrature à l’humanité" (Baudelaire, à propos de ce qu’il appelle pédérastie)

      "Un amour sans nom, ou plutôt un vice infâme" (Paul Gide, 1867, à propos de la pédérastie grecque)

      "Un problème qui a l’attention des philosophes, aussi bien que des médecins et des naturalistes (Remy de Gourmont, 1907, à propos de ce qu’il appelle uranisme)

      "Variante anomale de la libido" (P. Näcke, 1909)

      "Variante de l’organisation sexuelle génitale" (S. Freud, 1920)

      "Une habitude sexuelle" (Louis Aragon, 1928, sur ce qu’il appelle pédérastie)

      "Un crime social" (Maxime Gorki, 1934)

      "Un amour comme un autre, ni meilleur ni pire" (Klaus Mann, 1934)

      "La force qui aime la force" (Cocteau, 1936, à propos de la seule pédérastie)

      "Le trait dominant des pédagogues" (R. Allendy, 1939)

      « secret, interdit […] messe noire […] damnation » (Jean-Paul Sartre, 1945)

      "Un péril" (Dr M. Eck, médecin catholique, 1960)

      "Un fléau social" (député P. Mirguet, 1960)

      "Une anomalie sexuelle" (Jean-Paul Sartre, 1963)

      "Un des côtés de l’hermaphroditisme humain" (G. Lascault, 1977)

      "Pas une forme de désir, mais quelque chose de désirable" (M. Foucault, 1981)

      "Une occasion historique de rouvrir des virtualités relationnelles et affectives" (M. Foucault, 1981)

      "Une déviance, une anomalie" (J.-M. Le Pen, 1984)

      "Une forme de déviation, de marginalité, que le corps social peut supporter, sans l’avaliser jusqu’au bout" (J.-P. Aron, 1987)

      "Une question personnelle et individuelle" (député M. Hannoun, 1987)

      « l’homosexualité, ce n’est pas l’indifférence sexuelle » (J. Derrida, 2001)

      « La voie mystique par excellence » (Michel Masson, 2005)

       


      • alex75 6 mars 2009 14:56

         L’intention est bonne, le titre est un peu presse "people", ça rappelle les couv’ du Nouvel Observateur dans les années 70 et je suis d’accord avec Cha-No-Yu (supra), on en est plus là !
        Au sujet de Nadine Moranno , je pense que vous faîtes une erreur factuelle, car elle une des seules UMP ouvertement favorable à l’adoption par les gays.
        De toute façon la France est un pays latin et hypocrite, on peut le faire mais on ne doit pas le montrer ni le dire, tout est là, encore que les choses ont énormément évoluées…
        Mais on ne sera jamais des danois ou des suédois, quelquefois il m’arrive de le regretter smiley


        • Senatus populusque (Courouve) Courouve 6 mars 2009 14:58

          L’égalité des droits n’a jamais signifié que hommes et femmes soient identiques, interchangeables ; l’équivalence entre homosexualité et hétérosexualité est une erreur dérivée, basée sur l’identité supposée entre homme et femme et une fausse symétrie de ces termes inventés en Allemagne dans la seconde moitié du XIXe siècle. Si cette identité était réelle, elle impliquerait de ne plus voir de différences de fait ou de situation, entre une relation homosexuelle et un couple hétérosexuel marié. Faire de l’homosexualité revendiquée la base de l’ouverture de droits, comme le droit au mariage, reviendrait à reconnaître ce "troisième sexe" imaginé par quelques auteurs, eux aussi allemands (K. H. Ulrichs, Heinrich Marx et Magnus Hirschfeld ; les deux premiers avaient déjà revendiqué l’accès au mariage) mais récusé par Sigmund Freud et André Gide, notamment.

           

           Toute inégalité, toute différence de traitement, n’est pas toujours une discrimination, ni une injustice, contrairement à ce que prétend la démagogie égalitariste, "comme si le principe de l’égalité des droits devait effacer toute différence". L’égalité des droits des citoyens, libres individus, n’entraîne pas plus l’égalité juridique des couples homo et des couples hétéro , qu’elle n’entraîne l’égalité juridique entre les associations loi de 1901, les S.A.R.L. et les S.C.I., ou encore l’égalité juridique des associations cultuelles et des syndicats. En d’autres termes, l’égalité des droits des citoyens français (art. 1er de la Constitution) n’est pas l’égalité des droits conférés par des situations différentes (situations crées par des engagements personnels) ; cette distinction est un principe constant de la jurisprudence du Conseil constitutionnel. L’égalité formelle des droits de l’individu (l’homme, le citoyen) n’implique ni l’identité des situations concrètes, ni celle des diverses institutions contractuelles. Gommer les termes "père et mère" dans le Code civil, les remplacer par "parents", (proposition des Verts, Ppl n° 1650), nous rapprocherait davantage d’Orwell (1984) que de la société idéale.


          • Romain Desbois 7 mars 2009 09:51

            @courouve
            "Faire de l’homosexualité revendiquée la base de l’ouverture de droits"
            Ce n’est pas de cela qu’il s’agit !
            Les homosexuels ne demandent pas des droits parcequ’il sont homosexuels, ils demandent les mêmes droits que les autres citoyens. C’est justement parcequ’ils sont homosexuels que la société leur refuse les mêmes droits que les autres. C’est justement la définition de la discrimination.


          • Senatus populusque (Courouve) Courouve 9 mars 2009 14:23

            Mais le mariage, au sens de Portalis, n’est pas refusé aux homosexuels !


          • docdory docdory 6 mars 2009 15:38

             @ Errances

            Le droit à la différence ne signifie pas une différence des droits . 
            Le mariage est par définition un contrat entre deux personnes du sexe opposé , que ces deux personnes éprouvent ou n’éprouvent pas d’attirance sexuelle pour le sexe opposé !


            • Senatus populusque (Courouve) Courouve 6 mars 2009 15:42

               Jean Portalis, un des quatre rédacteurs du Code civil, définissait le mariage, « société de l’homme et de la femme qui s’unissent pour perpétuer leur espèce, pour s’aider, par des secours mutuels, à porter le poids de la vie, et pour partager leur commune destinée. » (Travaux préparatoires au Code civil).

               

               « Union stable de l’homme et de la femme résultant d’une déclaration reçue en forme solennelle par l’officier d’état civil qui a reçu auparavant les consentements des futurs, en vue de la création d’une famille et d’une aide mutuelle dans la traversée de l’existence. » (Lexique Dalloz)


            • Ahlen Ahlen 6 mars 2009 18:04

              Je regrette : Le droit à la différence peut entraîner une différence de droit. Ce dernier devra alors être repensé et réadapté à une société "nouvelle" par opposition à une société "originale". Or, celle-ci n’est pas née de la volonté de quelques individus, mais de masses ô combien majoritaires et façonnées durant des millénaires pour constituer une civilisation propre (la civilisation française par exemple). Le droit que vous revendiquez est celui de dévier de cette civilisation. A qu’elle fin ? Et je ne parle pas des religions ! 


            • Romain Desbois 7 mars 2009 09:54

              @courouve
              Heureusement que ce n’est pa appliqué, car alors il va falloir annuler nombre de mariages "stérils", y compris pour les mariages de femmes ménauposées !


            • Bobland59 Bobland59 6 mars 2009 16:06

              Nos cultures monothéistes nous ont tous baigné dans ce cas de figure : un mariage ne se conçoit qu’entre un homme et une femme . Mais quand allons nous sortir de cette cangue religieuse ? Nous sommes dans une République dite laïque, mais trop souvent nos édiles font référence voir allégeance aux religions . Certains de nos voisin européens, qui ont pourtant les mêmes bases religieuses, sont bien plus libéraux que nous . Et nous ne les traitons de libertins pour autant !!!!
              Alors honte à tous ces puritains !  :->


              • docdory docdory 6 mars 2009 16:26

                 @ Bobland 

                Laissons-là la laïcité , qui n’a rien à voir avec le problème. Je suis un partisan acharné de la laïcité , cf mes articles à ce sujet . Personnellement , je verrais sans problème disparaître l’institution du mariage, et donc du mariage civil , néanmoins , cela serait contre-productif d’un point de vue laïque , puisque ne subsisteraient dans ce cas que les mariages religieux . 
                Dès l’instant où l’on admet qu’il y ait une institution du mariage , il faut en préciser les limites. Dans l’histoire de l’humanité , de très exceptionnelles civilisations ont organisé des mariages entre personnes du même sexe , c’est le cas d’une tribu africaine polygame dans laquelle nombre d’hommes célibataires n’ont pas de femmes disponibles ! On peut sans conteste dire que 99,9 % des sociétés au moins n’ont qu’un mariage hétérosexuel à la disposition de leurs membres .
                 Si l’on autorise le mariage homosexuel , on est obligé d’admettre le mariage polygame ou polyandre , ainsi que le mariage incestueux , qui , après tout , était commun dans l’Egypte pharaonique . Sinon , cela ferait deux poids et deux mesures !


              • antyreac 6 mars 2009 16:55

                @bob

                Les réferences réligieuses font partie de notre culture en cas où vous ne sauriez pas ( à moins que vivez sur une notre planète)

                Les réligions ont permis de vivre aux groupes humains plus harmonieusement entre eux

                Les réligions ont permis par extentions le dévloppement des lois de nos démocraties , des sciences.

                Pratiquement toutes les lois fondamentales qu’on connaît aujourd’hui proviennent de religions

                Tu ne tueras point

                Tu ne voleras pas

                etc...

                La plupart de religions ont condannées clairement l’homosexualité

                Sachant que ce problème pose en plus des réfus chez laplupart des gens normaux

                On peut se poser légitiment la question :

                Est ce que les gens dans le passé n’avaient tout simplement pas raison de refuser l’homosexualité ?

                Je pense que oui

                Pourquoi ?

                La plupart des lois en faveur de ces gens sont passées soit en force

                le passage de l’homosexualité du statut de la maladie à celle de la normalité suites à des manifestations d’homosex

                soit par mensoge

                les lois sur le statut des homosex en france sont passées suite à un fait divers

                un homme( homosex) prétendait de se faire agrssé par ce qu’il était homosexuel

                problème :on a jamais trouvé les coupables et on a jamais pu prouvé la veracité de ses propos

                Ces gens ont tout simplement exploités les défauts de notre système démocratiques

                Et ce défaut à mon avis est le lobbing et

                Plus on gueule et plus on a des chances de se faire entendre


              • ARMINIUS ARMINIUS 7 mars 2009 09:38

                @antiréac(?)

                C’est quoi les gens normaux ?


              • Romain Desbois 7 mars 2009 10:05

                @doctory
                "de très exceptionnelles civilisations ont organisé des mariages entre personnes du même sexe , c’est le cas d’une tribu africaine polygame dans laquelle nombre d’hommes célibataires n’ont pas de femmes disponibles !"
                Donc pour vous on est homosexuel que quand il manque de femmes ?

                "On peut sans conteste dire que 99,9 % des sociétés au moins n’ont qu’un mariage hétérosexuel à la disposition de leurs membres "
                Donc comme les homosexuels ont de tout temps été opprimés par 99,9% des sociétés, il faudrait continuer ?!
                Comme la peine de mort, l’exclavage, la royauté étaient dans la quasi totalité des sociétés, il faudrait continuer ?

                "Si l’on autorise le mariage homosexuel , on est obligé d’admettre le mariage polygame ou polyandre , ainsi que le mariage incestueux , qui , après tout , était commun dans l’Egypte pharaonique . Sinon , cela ferait deux poids et deux mesures !"
                Tout mariage ne devrait reposer que sur le consentement des demandeurs, quelques soit leur nombre, leur lien de parenté, leur sexe. En quoi cela gênerait ceux qui ne veulent pas se marier ainsi ou ne pas se marier du tout.
                La vraie liberté est la liberte de choix !


              • Romain Desbois 7 mars 2009 10:14

                @doctory
                "de très exceptionnelles civilisations ont organisé des mariages entre personnes du même sexe , c’est le cas d’une tribu africaine polygame dans laquelle nombre d’hommes célibataires n’ont pas de femmes disponibles !"
                Donc pour vous on est homosexuel quand il manque de femmes ?

                "On peut sans conteste dire que 99,9 % des sociétés au moins n’ont qu’un mariage hétérosexuel à la disposition de leurs membres . "
                Donc comme 99,9% des sociétés ont opprimé les homosexuels , il faudrait continuer ?
                Donc comme 99,9% des sociétés ont accepté l’exclavage, la peine de mort et la royauté, il faudrait continuer ?


                "Si l’on autorise le mariage homosexuel , on est obligé d’admettre le mariage polygame ou polyandre , ainsi que le mariage incestueux , qui , après tout , était commun dans l’Egypte pharaonique . Sinon , cela ferait deux poids et deux mesures !"
                Le mariage devrait reposer sur le consentement des candidats, quelque soit leur nombre, leur lien de parenté ou leur sexe !
                La vraie liberté est la liberté de choix !


              • Shaytan666 Shaytan666 7 mars 2009 12:11

                Très bonne question ! Je suppose que ce sont les gens qui lui ressemble !!!!


              • antyreac 7 mars 2009 12:55

                C’est quoi les gens anormaux ?
                Cherche et tu trouveras




              • jakback jakback 7 mars 2009 13:03

                @docdory,
                je partage entièrement votre point de vue, notons que la reconnaissance du droit des beaux parents, profiterait en premier lieu aux émmigrés polygammes, ce qui n’ai jamais dit, n’y abordé par nos politiques. Cela rejoint la fausse barbe du PACS vendu comme une avancée en droit pour les homosexuelles, qui est, force est de le constater surtout pratiqué par les couples hétéros.
                A tous les Voxiens dénonçant la manipulation des médias, voila un sujet qui devraient vous inspirez.


              • oncle archibald 6 mars 2009 16:15

                 Monsieur ABC Chienlit votre raisonnement est un peu difficile à suivre, mais ce qui est certain c’est qu’il ne démontre rien . Comme n’importe quel autre con ordinaire, vous affirmez, que si un homme de Neandertal était homo il ne le savait pas ... Rien n’est moins sûr, peut être ses congénères le traitaient-ils de sale pédé, mais bon, admettons votre hypothèse, pourquoi pas ... et après ?


                • oncle archibald 6 mars 2009 16:20

                   BOBO du Nord : faut-il nécessairement être un monothéiste rétrograde pour se rendre compte qu’un couple composé de deux hommes ou de deux femmes n’est pas naturellement fécond ? Il y a des jours ou l’on croit rêver, mais non, ils sont toujours là nos BO-BO très "in" avec leur argumentaire à tout faire et usé jusqu’à la corde pour expliquer aux autres qu’ils ont raison ! 


                  • Bobland59 Bobland59 6 mars 2009 21:33

                    Vous réagissez comme tant ici ! Je refuse complétement de me laisser guider par une quelque religion que ce soit ! J’estime que le mot Liberté à toute sa place dans les relations amoureuses . Que deux femmes ou deux hommes puissent s’aimer à autant de valeur qu’un couple hétéro .
                    Je ne suis ni homo, ni bi, mais je n’admets pas que d’autres se permettent de juger les personnes qui n’ont pas les mêmes sentiments qu’eux .
                    J’habite Lille, et j’ai suivi les propos d’un certain Christian Vannest il n’y a pas très longtemps . je me demande si certains d’entre vous vous valez mieux que ce zigoto de basse zone xénophobe !!!!


                  • oncle archibald 6 mars 2009 22:30

                     Moi aussi J’estime que le mot Liberté à toute sa place dans les relations amoureuses . Que deux femmes ou deux hommes puissent s’aimer à autant de valeur qu’un couple hétéro . 
                    Je ne suis ni homo, ni bi, mais je n’admets pas que d’autres se permettent de juger les personnes qui n’ont pas les mêmes sentiments qu’eux . Moi aussi.

                    Nous sommes totalement d’accord BOBO du Nord, sauf sur un seul point : deux femmes ou deux hommes ne constituent pas un couple fécond.


                  • eugène wermelinger eugène wermelinger 6 mars 2009 16:56

                    "non, les homosexuels ne sont pas anormaux "

                    Putain de merde, je ne savais pas !


                    • antyreac 6 mars 2009 17:04

                      Une fois de plus on a supprimer mon billet

                      Agoravox peut on donner un avis sur l’homosexulité sans être systématiquement censuré



                      • Annie 6 mars 2009 17:56

                        Citer Gide pour condamner l’homosexualité !!!!


                        • Annie 6 mars 2009 20:14

                          Le cancer ou le sida sont considérés comme des maladies. On peut les prévenir ou les guérir. Je ne doute pas que l’on se bouscule au portillon pour guérir l’homosexualité, mais jusqu’ici personne n’y est parvenu. Avant que l’on me jette à la tête la pédophilie, les relations homosexuelles sont normalement pratiquées entre personnes adultes et consentantes. Où est le problème ?


                        • antyreac 6 mars 2009 20:39

                          Je te signale que l’homsexualité était considérée comme une maladie jusqu’à 1972 me semble - t il.

                          Et c’est sous la pression des homosexuelles que ce n’est plus le cas .

                          Ce qui un comble c’est les malades qui décident s’ils sont malades où pas et un précedant

                          C’est aussi eux qui ont inventé une nouvelle maladie homophobie

                          Tu n’es pas d’accord avec eux tu es un homophobe un malade et çà aussi c’est un précedent

                          Voilà pour le reste je m’en fou comme tout le monde ici mais je tiens à dire ma différance


                        • Crazy Horse Crazy Horse 7 mars 2009 08:30

                          Qu’on n’extermine plus les homosexuels, c’est une bonne chose, mais de là à les mettre sur le même pieds que les hétéro, je ne suis pas d’accord.

                          Pour moi c’est du bon sens.

                          Jusqu’à présent, je n’ai rencontré que des homos sérieusement atteints psychiquement, avec des obsessions sexuelles très semblables à celles de certains hétéros particulièrement tordus. Tant que la vie ne m’aura pas présenté de contre-exemple, je persisterai à penser que l’homosexualité est une maladie, un désordre psychologique comme un autre, affectant la sexualité.

                          On peut invoquer le fait que l’ethologie nous apporte la preuve de l’homosexualité au sein de certaines populations de singes, par exemple. Mais sommes-nous des singes 4 ? Où bien des hommes 5 ?

                          Je sais que notre civilisation est déjà allée très loin dans l’inversion des vertus et dans la transgression de l’Ordre naturel. Est-ce vraiment nécessaire d’aller plus loin encore ?


                        • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 6 mars 2009 18:06

                          Le débat sur l’homosexualité se double du débat sur l’homoparentalité, ce qui est parfaitement logique : dès lors que la première est reconnue on voit mal au nom de quel devoir hétérosexuel la seconde ne le serait pas . Ce qui justifierait une éventuelle interdiction de l’homoparentalité serait que les enfants souffriraient nécessairement de cette situation ; or toutes les études existantes infirment -et nombreux sont les enfants élevés par deux parents du même genre social (2 à 300000 en France) et non pas de même sexe ce qui autre chose (voir plus loin) .

                          Affirmer sans preuve -et même contre toutes les études existantes- que l’avenir affectif et cognitif des enfants de couple dits homosexuels seraient nécessairement perturbés est une faute de raisonnement ; tout au plus peut-on dire que des problèmes de reconnaissance sociale pourraient apparaitre dûs plus à l’homophobie ambiante qu’à l’homosexualité en tant que telle. Or celle-ci par la loi contre ce genre de discrimination doit être sanctionnée.
                          Ce qui fait que cet argument se retourne comme un gant, dans la situation qui est aujourd’hui la nôtre, et sauf à vouloir revenir sur la loi anti-homophobe, on voit mal au nom de quoi, si ce n’est une motif religieux ou traditionaliste, la soi-disant homoparentalité devrait être interdite.
                          D’autant plus que, sur une plan non-religieux ou laïque, et rationnel l’égalité des droits est un droit quelles que soient les différences supposées en effet entre les sexes et les pratiques sexuelles.

                          Reste à s’interroger sur l’importance de la prétendue différence sexuelle dans le domaine de la parentalité dans une société qui ne fonde plus la parenté civile sur la parenté biologique .Rappelons en effet que, sur le plan de la sexualité et de ses pratiques, rien ne dit que nous ne soyons pas tous hétérosexuels , y compris les soi-disants homosexuels, c’est à dire tous différents sexuellement et heureusement sinon le désir sexuel ou mieux hétéro- érotique s’éteindrait aussitôt.

                          Quant aux genres, c’est une construction sociale emminement évolutive, comme nous pouvons le constater par le débat en cours sur cette question :un homme, dit sociologiquement tel sur le simple constat de son sexe biologique supposé, peut être plus féminin en terme de genre et de comportement social et culturel qu’une femme et vice-versa.

                          Cela n’ a rien de choquant : chacun est, ou mieux se construit, unique et parfait dans son genre propre (Spinoza)




                          • antyreac 6 mars 2009 20:17

                            D’où sortez vous vos statistiques ?

                            200 000ou 300 000mille enfants élévés par par les homos alors que le gouvernement parle de 30 000 enfants au plus.

                            D’autres part tout le monde sait que laplupart des études ont été fait par les homos où les sympatisants.

                            A qui vous voulez faire croire que telles études sont crédibles ?

                            Quand à l’homphobie terme inventait par les homsexuelles arronge beaucoup ces derniers parce que en son nom ils peuvent demander ce qu’ils veulent et accuser qui ils veulent .

                            Un petit rapelle historique

                            Il ya encore quelques années on ne connaissez pratiquement rien de ce monde

                            Beaucoup de gens savaient que cela existait mais à l’epque il n’y avait ni pogroms ni des attaques contre ce groupe sociale.

                            Il faut dire clairement que tout le monde s’en foutait.

                            C’est actuellement qu’on assiste à des agressions mais pas de la part de monsieur X ou Y mais bien de la part des homosexuelles


                            verbales de la part de leur organisation la lgbt (que tout le monde connaît)

                            phisiques de la part d’une organisation Act-Up

                            ceux là beaucoup moins connus

                            ces gens courageux s’attaquent en particulier aux églises pendant les messes où aux membres du clergé

                            facile par les temps qui courent





                          • Ornithorynque Ornithorynque 6 mars 2009 20:27

                            Il n’existe aucune étude sur le bien ou le mal être des enfants dans les couples homosexuels. Aucune.

                            Celle qui est citée en boucle par les "journalistes français a été inventée par une militante lesbienne, qui n’a jamais voulu la présenter officellement : il s’agit d’un questionnaire auprès d’un groupe de militantes lesbiennes, donnat leur avis sur le bien être des enfanst qu’elles élèvent !

                            Comme étude on a vu mieux.

                            C’est comme l’histoire des 30 000 enfants vivant dans des couples gays : il y a un an, gaylib et interLGBT avaient fait dire à toute la presse qu’il y en avait 350 000....

                            On nage entre l’émotionnel et le n’importe quoi pour promouvoir un concept.

                            Enfin, le Mariage n’est pas un droit, mais un contrat.
                            L’enfant n’est pas un droit, mais une personne.
                            L’adoption n’est pas un droit, mais une chance donnée à un enfant de se reconstruire dans le cadre d’un drame : l’absence de ses parents.


                          • Mmarvinbear mmarvin 6 mars 2009 21:24

                            Devant un tel aéropage d’ignorance crasse ou de mauvaise foi assumée, personne ne peut rester de marbre.

                            On va donc faire les précisions nécessaires.

                            "Les réligions ont permis de vivre aux groupes humains plus harmonieusement entre eux" : si on excepte les guerres de religion. Les massacres d’ arianistes, les croisades, la guerre civile entre catholiques et protestants français, j’en passe et des meilleurs.

                            "
                            Les réligions ont permis par extentions le dévloppement des lois de nos démocraties , des sciences. " : je me contenterai de rappeller le cas de Giordano Bruno, moine catholique brulé vif pour avoir soutenu que la Terre tournait autour du soleil. Le pouvoir religieux, quelqu’il soit, a pour but de défendre le dogme qui est la base de son pouvoir. Science, progrès et recherche sont ses ennemis par nature.

                            "
                            								Je te signale que l’homsexualité était considérée comme une maladie jusqu’à 1972 me semble - t il. ". Exact. Sauf qu’aucune preuve médicale ou scientifique n’étayait cette théorie, tout ne reposait que sur des préjugés moraux et religieux.

                            "
                            C’est aussi eux qui ont inventé une nouvelle maladie homophobie " : L’homophobie n’est pas considéré comme une maladie. mais comme une opinion.

                            "
                            200 000ou 300 000mille enfants élévés par par les homos alors que le gouvernement parle de 30 000 enfants au plus. " Le chiffre varie en fait si on prend en compte ou pas les parents qui ont changé pour un partenaire de même sexe ou pas.

                            " Il ya encore quelques années on ne connaissez pratiquement rien de ce monde " : Exact. En fait les hétéros ne voulaient rien savoir en fait.

                            "
                            Beaucoup de gens savaient que cela existait mais à l’epque il n’y avait ni pogroms ni des attaques contre ce groupe sociale. ". Faux. Pour s’en tenir au XXè siècle, les homosexuels ont été victimes de déportations massives de la aprt du régime nazi. Leur marque était un triangle rose, symbole repris depuis en mémoire de ces victimes.

                            Plus récemment, la police américaine se livrait régulièrement à des descentes sauvages, à des ratonnades anti-homos en toute impunité. La révolte du bar Stonewall à New York lors d’une de ces descentes a marqué le coup d’envoi de la riposte sociale. Par la suite, chaque tentative de ratonnade était marquée par une manifestation au vu et au su de tous. La police dut alors se plier à ses propres règles.

                            " ces gens courageux s’attaquent en particulier aux églises pendant les messes où aux membres du clergé " : si tu as des exemples je suis preneur. Sinon une telle affirmation n’est que vent et diffamation.






                          • Bobland59 Bobland59 6 mars 2009 21:42

                            Merci !!! Vous avez un jugement que je rejoins volontiers . Trop de personnes n’admette pas la différence avec eux même ou leur préjuger dit social .


                          • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 7 mars 2009 08:36

                            J’ai en effet mis un 0 de plus par erreur (coquille) ; ce qui ne change rien à l’argument. Comme je le montre, il ne s’agit pas d’une question de nombre des familles , homoparentales mais de droit ! Le seul fait qu’elles existent leur confère déjà des droits (scolarité, santé etc..). Pourquoi pas tous les droits des autres familles ?

                            Ce qui reste vrai c’est que toutes les statistiques et études existantes sont concordantes : il n’ y moins de troubles psychologiques chez les enfants élevés par des soi-disant homos que chez les enfants de divorcés ou de familles monoparentales .
                             
                            Mais il pourrait en effet y avoir un biais collectif dans les études existantes du fait que les adversaires de l’homoparentalité refusent d’en faire sur ce sujet ; ce qui prouve à contrario que leur argument sur ces prétendus troubles spécifiques est irrationnel, c’est à dire fondé sur des motifs purement subjectifs, traditionalistes ou religieux 

                            Qu’ils se mettent au travail pour démontrer leur affirmation au lieu de dénier les travaux existants. On y verra (peut-être) plus clair


                          • Vista Vista 6 mars 2009 18:39

                             
                            Dis papa, pourquoi maman a une moustache ?


                            • non666 non666 6 mars 2009 20:14

                              On va quand meme repondre à l’unique "argument" de l’Auteur, parce qu’on est comme ça , nous autres, toujours pret a mettre une balle dans la nuque de ceux qui souffrent.

                              En gros cet unique "argument" serait que, puisque cela existe, il faudrait le reconnaitre et le generaliser.

                              Il reconnait que les cas qui existent (familles recomposées) sont des accidents de la vie (disparition du conjoint) voir des tromperies manifestes.
                              En effet, en France, les enfants sont ultra-majoritairements confiés aux femmes, sauf quand elle en refuse la charge.
                              Ce qui signifie que les enfants nés de couples naturels et qui se retrouvent apres un divorce dans un couple "homoparental" sont en fait dans des couples de lesbiennes qui ont mentis à leurs naifs maris precedents... Des enfants du mensonges et des geniteurs choisis pour leur capacités a payer le mode de vie de leur ex....que c’est sain !
                              Sinon, il y a les couples qui heritent "malgrès eux" de leurs enfants apres le decès de leurs compagnes ou compagnons .

                              Bref des enfants de "gueules cassés"....

                              Est ce le choix des enfants ?
                              NON
                              Est ce l’INTERET des enfants ?
                              peut etre....

                              Est ce que parce que cela existe que les enfants destinés à l’adoption doivent etre confiés a ces familles la ?
                              NON
                              Pourquoi ?
                              Parce que les instituts d’adoptants ont le CHOIX
                              Parce que c’est l’enfant a adopter , surtout dans nos sociétés qui est rare et que , deja victime dans sa vie precedente, il n’a pas a subir une famille monosexe comme seconde punition.
                              Vous croyez que c’est facille dans nos cités d’etre le "fils des deux pédés" ?
                              Vous connaissez la cruauté des enfants ?
                              La Norme est le couple heterosexuel et il y a 90% de chance que ces enfants le seront aussi.
                              Dans ces conditions, pourquoi les mettre dans des couples ou il manquera les "référents" masculins ou féminin, les comportements types alors que dans une autre famille les deux existeront ?

                              NOUS AVONS LE DROIT !

                              Oui, mais les enfants aussi ont des droits, et c’est pour eux que se fait le choix , le meilleur choix possible.
                              ce n sont pas des chiens, des chats , des animaux exotiques que l’on s’achete comme ça et la société, a le droit , le devoir de leur trouver les parents les plus equilibrants possible.
                              Ce qui comprends aussi le fait de ne prendre que des parents obeissant a certaines normes, a certains modes de vie, dans l’INTERET de l’ENFANT.

                              Revenez quand vous aurez d’autres arguments, j’aurais surement de quoi les demolir.






Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès