Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > La kafala, ou l’introduction du droit coranique en France

La kafala, ou l’introduction du droit coranique en France

L'islam interdit l'adoption, mais permet le recueil d'enfants sous le nom de kafala. Des enfants sous kafala sont présents en France, avec un statut incertain. Des associations poussent à la reconnaissance de la kafala en France, et l'on peut lire des articles qui cherchent à la promouvoir, par exemple celui-ci dans Rue 89. Un pas de plus a été franchi avec une proposition de loi du sénateur Alain Milon, qui permettrait la transformation d'une kafala "régulière" en adoption, et ouvrirait l'accès à la nationalité française aux enfants sous kafala. Ce dernier terme serait expressément utilisé dans la loi française, qui importerait donc directement une notion venue de la charia.

Sous prétexte d'apporter une solution pragmatique à des situations de recueil, on aurait créé une fausse adoption, totalement discriminatoire (car seuls des parents musulmans peuvent prendre un enfant en kafala), ouvert une filière migratoire de plus et créé des situations humaines des plus discutables.

Analysons la proposition de loi. Elle envisage de modifier deux articles du Code civil.

Une modification de l'article 370-3 permettrait de transformer une kafala en adoption. Elle n'appellerait pas d'objections majeures de notre part, à condition que l'on vérifie bien le consentement des parents biologiques à l'adoption lorsqu'ils sont vivants.

Une autre modification proposée est bien plus problématique. Elle consisterait à rédiger ainsi l’article 21-12 alinéa 1 :

« L’enfant qui a fait l’objet d’une adoption simple ou qui a été régulièrement recueilli en kafala par une personne de nationalité française peut, jusqu’à sa majorité, déclarer, dans les conditions prévues aux articles 26 et suivants, qu’il réclame la qualité de Français, pourvu qu’à l’époque de sa déclaration il réside en France. »

La charia dans le Code Civil

Il serait donc créé un lien entre l'accès à la nationalité et la notion de "kafala régulière". Or, la kafala est une notion inconnue du droit français, appartenant au droit coranique, parfois transposée dans le droit civil de pays tels que le Maroc ou l'Algérie, mais parfois aussi appliquée de façon incertaine dans des pays dont le droit n'est pas très élaboré.

Donc, en accordant la nationalité française aux enfants sous kafala, on délèguerait le pouvoir d'attribuer cette nationalité au mieux à un pays étranger, au pire à un imam ou à un tribunal coranique.

Nous n'avons donc pas à encourager l'attitude de familles qui partent recueillir un enfant sous kafala en Algérie ou au Maroc, et qui le ramènent en France dans des conditions incertaines, puis bataillent pour obtenir allocations familiales, titre de séjour, naturalisation.

Une étude sociologique sur la kafala a été effectuée par l'université de Poitiers, qui en souligne la diversité et propose de parler des kafalas au pluriel, tant les situations sont variées. Selon les époques et les circonstances, le terme recouvrira des situations très variées, allant d'un recueil d'enfant très louable jusqu'aux pires trafics d'enfants, en passant par un contournement des règles migratoires. Il y a même des situations qui seraient incroyables en France, par exemple des mères célibataires qui accouchent sous X pour éviter l'opprobre, puis qui recueillent leur propre enfant sous kafala, car leur intention n'était pas de l'abandonner.

Dans un tel contexte, et même s'il est probablement souhaitable de transformer en adoption celles des kafalas qui bénéficient à de vrais orphelins, on ne peut qu'être choqué par cette transposition pure et simple dans le Code Civil de la notion de "kafala régulière", ce qui revient à la fois à y introduire une notion coranique, et aussi à déléguer la contrôle de la régularité de la kafala à des pays étrangers dont le système de valeur n'est pas le nôtre.

Qu'est-ce qu'une kafala régulière ?

C'est une kafala conforme au droit, c'est à dire au droit du pays d'origine puisque la kafala n'existe pas en soi en droit français. Il y a donc autant de définitions de la kafala "régulière" qu'il y a de pays d'origine. On peut même imaginer des cas où la régularité serait examinée par un tribunal coranique, puisque la notion de kafala vient de la charia.

Cependant, pour les pays qui nous sont le plus proches, Algérie et Maroc, la kafala est traduite en droit civil local, ce qui ne veut pas dire qu'elle se fait dans des conditions suffisamment proche des valeurs françaises pour que nous puissions déléguer le contrôle de sa régularité aux pays concerné, et l'associer ensuite à des avantages offerts par le contribuable français (allocations familiales, droit au séjour, droit à la nationalité).

Kafala judiciaire et kafala notariale

Les droits civil marocain et algérien distinguent entre kafala judiciaire et kafala notatiale. Ils ne sont pas exactement identiques l'un à l'autre. Nous prendrons l'exemple du droit marocain.

La kafala judiciaire

Prononcée par un juge, elle fait l'objet d'un régime juridique précis

Peuvent être recueillis sous kafala judiciaire des enfants dont les parents sont décédés ou inconnus ou incapables d'assurer leur subsistance ou "dévoyés". L'on observe la grande variété des situations qui pourraient être transformées en adoption française si la proposition du sénateur Milon était adoptée. Autant l'on ne peut que se réjouir qu'un véritable orphelin obtienne une vraie adoption, autant on est en droit de trouver criticable l'idée d'introduire la possibilité d'adopter sans leur consentement l'enfant de parents jugés "dévoyés" selon les critères marocains, qui ne sont pas les nôtres.

La kafala notariale

Il s'agit d'un arrangement, généralement intra-familial ou au sein du même clan ou du même milieu proche, aux termes duquel les parents confient volontairement leur enfant à d'autres.

Il peut recouvrir toutes sortes de situations. Au pire des trafics d'enfants ou la mise en quasi-esclavage de "petites bonnes". Au mieux, il s'agit de donner de meilleures chances à un enfant du clan en lui permettant de rejoindre des parents plus ou moins éloignés installés en France. Dans un ce dernier cas, l'intention est sans doute conforme à l'intérêt de l'enfant, mais elle revient à en faire assumer partiellement la charge par le contribuable français.


Moyenne des avis sur cet article :  3.21/5   (56 votes)




Réagissez à l'article

61 réactions à cet article    


  • francemuslim 14 juin 2011 12:05

    On commence dès le départ par un mensonge : « l’islam interdit l’adoption ». Lisez le Coran et voyez les versets qui y sont relatifs. Voyez également Zayd.

    @+

    • FRIDA FRIDA 14 juin 2011 13:23

      @francemuslim

      « On commence dès le départ par un mensonge : »l’islam interdit l’adoption« . Lisez le Coran et voyez les versets qui y sont relatifs. Voyez également Zayd. ».

      C’est plutôt vous qui dites un mensonges. Je suis affrimative, L’adoption telle qu’elle est connue en Occident et notamment en France sous ses deux formes simple et plénière ne sont pas reconnues en islam et c’est totalement interdit.
      Par la suite, s’il y a d’autres formes de prise en charge des enfants, personne ne le conteste.

      Cela dit, l’article porte beaucoup d’approximations sur un sujet très complexe et difficile même pour les juristes (il porte sur le droit privé international, le droit public français au moins). La Cour de cassation elle-même a dû avoir beaucoup de revirements, ce qui ne donne pas sécurité juridique en la matière.

      L’article prend le sujet de l’adoption comme angle d’attaque pour critiquer l’immigration, l’integration et l’islam et il le fait maldroitement.
      Il vaut mieux dire les choses simplement au lieu de faire un détour qui embrouille les esprits.
      Vous êtes (Catherine segurane) contre l’immigration et l’islam, c’est une chose que l’on a comprise. Mais la sélection des sujets pour les traiter, ne fait qu’exacerber le dialogue et rendre le débat intelligible.
      L’adoption reste marginale pour l’homme, en effet, il peut divorcer (répudier sa femme) et il a le droit d’en avoir jusqu’à quatre. Donc, pour l’homme, la question ne se pose pas, à moins qu’il soit lui même stéril. Et dans ce cas, la femme réclame, si elle ne demande pas le divorce, d’adopter.
      Sauf, que l’adoption est inséparble de la question d’héritage (succession). Les femmes ont moins que les hommes, et en plus comme l’adoption est interdite, l’enfant pris sous l’intitution de Kafala, n’a droit à rien. Il peut espérer que les parents « adoptifs » lui lègue quelque chose, mais toujours très limité à quotité disponible.
      Il ne peut pas non plus prendre le nom de famille de ses parents, c’est interdit de le mettre sur l’état civil des parents « adoptifs ». Dans les pays du Marghreb, des familles contournent l’interdiction, mais à l’heure de l’ouverture de la succession d’un parent ou des deux parents, pointent tous ceux qui ont intérêt à contester cette adoption pour l’écarter de la succession.
      Des voix dans le monde musulman souhaitent éviter ce genre de drame (l’enfant ne savait même pas qu’il était adopté, et se retrouve par la suite sans nom, sans rien, un total déni d’identité) mais ceux, qui veulent que l’orthodoxie s’appliquent empêchent toute réforme, au nom de la charia et l’islam.
      Quant à votre (francemuslim) référence à Ziayad, c’est justement à la suite d’une affaire concernant la femme de Ziayad, fils adoptif du Mohammed, que le verset sur l’adoption entre en application et sur lequel s’appuient les ulémas pour expliquer l’interdiction de l’adoption.

      Alors que celle-ci fut appliquée avant l’islam, l’adoption confèra à l’adopté une filiation équivalente à celle de la filiation biologique (une adoption plénière), et par conséquent, les interdits concernant l’inceste s’appliquèrent.

      Alors c’est quoi cette histoire de Ziayad, et bien il fut marié à Zaynab,une cousine de Mohammed. Un jour celui-ci l’apperçoit dans son intimité, et fut subjugé par sa beauté,(curieux, il l’a déjà vue et la connaissait auparavant et ce fut lui qui l’avait mariée à Ziayad). De coup, il souhaita l’obtenir pour lui. Pour cela, il a obtenu le divorce de son mari, qui était son fils adoptif.
      Cela a provoqué un scandale, puisqu’on lui reprocha une relation incestueuse avec Zaynab. Et pour que les choses soit claires, il n’y eut rien qu’un petit verset qui légitima une union qui faisait scandale. Ainsi fut sacrifiée l’adoption, pour qu’un homme puisse se marier avec l’ex- femme de son fils. Voilà la morale de l’histoire.


    • Hadj Ahmed 14 juin 2011 13:47

      Bonjour Frida,
      Pas le temps ni même l’envie de m’étendre, mais vous vous trompez lourdement.
      http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/mise-au-point-suite-a-l-article-de-89121#forum2827936

      Il a effectivement aimé cette femme et craint que ça se sache, mais jamais il n’a provoqué le divorce, c’est de la diffamation pure qui ne vous ressemble pas.


    • FRIDA FRIDA 14 juin 2011 14:18

      @Hadj Ahmed

      Je suis désolée que vous mépreniez à mon sujet. J’ai nullement l’intention de diffamer quique ce soit.

      Si vous avez des références, d’autres versions je suis preneuse. 
      Votre lien ne m’apporte pas grand chose comme information.

      Les faits historiques sont là, après chacun son intérprétation, la mienne n’est pas théologique n’est emprunte de foi. Le fait de le dire ne veux pas dire que j’insulte les croyants.
      Je sais que c’est difficile pour eux, des personnes de ma famille sont très croyantes, la seule chose qui est faisable, c’est d’évité les sujets qui fâchent. Mais ici, c’est un lieu de débat. Si vous avez des références, n’hésitez pas à m’en faire part.
      Je maintiens ce que j’ai dit jusqu’à ce que vous m’apportiez en quoi mon commentaire est diffamatoire.


    • FRIDA FRIDA 14 juin 2011 15:37

      Ce commentaire est interdit au moins de 18 ans et aux croyants.

      Je précise mon commentaire sur l’affaire de Zaynabe.
      La cousine de Mohammed n’a pas voulu son mariage avec Ziyade, enfant adoptif de Mohammed. Mais ce dernier y avait tenu, même à l’encontre des frères de Zaynabe, ceux-ci y voyait une mésalliance dans ce mariage, Ziade fut un esclave de Khadija.

      Mohammed a atteint un degré de pouvoir et d’autorité, qu’il lui arrrivait souvent d’imposer ses décisions. Mais il restait un camps d’irréductibles qui contestait certaines de ses décisions. Ceux-là sont qualifiés par hypocrites. Parce qu’ils s’étaient (choix ou obligation) convertis à l’islam, gardent une liberté de ton et de contestation.
      C’est à ceux -là que revient le mérite d’avoir quelques explications de texte concernant certains versets.

      Donc, Mohammed avait une autorité morale sur Ziayade, c’est un bienfaiteur, un père et un guide pour lui. Le fait de montrer ostensiblement son attirance envers Zaynabe, cela ne peut que pousser Zyade à la divorcer, d’autant que celle-ci avait manifesté sa préférence pour Mohammed. Ce dernier s’est conduit, en refusant d’entrer dans la demeure de Ziyade, de façon à induire un tel divorce. Il ne fallait pas s’attendre à une injonction explicite pour le comprendre.
      C’est une interprétation personnelle. Mais, je trouve que cela à nuit à une institution qui ’est l’adoption.
      La convoitise de la femme de l’autre ne fut pas quelque chose de rare. Mohammed lui-même a eu à faire face à ce genre de conduite, puisque certains hommes lui ont dit qu’ils attendaient sa mort pour épouser l’une de ses femmes. De coup, un verset vient interdir le remariage des épouses de Mohammed, en leur donnant le statut de mères des croyants, instituant ainsi une filiation quasi bioligique, et par la suit le tabou de l’inceste, ce qu’il fait sauter quand il s’agit de Ziayade.


    • Mor Aucon Moraucon 14 juin 2011 17:03

      Quel commentaire, Frida ! Vraiment excellent ! Vous avez bien fait de reprendre le nom de la géniale boiteuse. Merci beaucoup d’avoir éclairé ma lanterne pour que je puisse mieux lire cet article déroutant.


    • Mor Aucon Moraucon 14 juin 2011 17:05

      Et j’ai oublié de mettre commentaire au pluriel.


    • FRIDA FRIDA 14 juin 2011 19:16

      @Ben Khabou
       

      Je l’ai dit, c’est une interprétation personnelle d’un fait historique.

      J’ai moi-même trouvé que c’est curieux de ne pas prêter attention à cette femme, alors qu’elle fut connue comme une très belle femme. En tout cas, l’intérêt qu’elle suscita chez Mohammed fut tel. C’est à la suite de la visite chez son fils adoptif, et selon toute vraisemblance, il a du l’avoir avec une tenu moins habillée qui montrait ses charmes.

      Je ne m’explique pas pourquoi il a insisté sur son mariage avec Ziayad alors qu’elle a eu une préférence pour lui. Le mariage consistait essentiellement en une affaire de relation publique, puisque cela confortait des relations d’affaires et de pouvoir.

      Tabari qui rapporte cette histoire non plus ne donne pas d’explication plausible.

      Je critique l’islam avec une vision détachée de toute foi ou croyance, et je me permets d’avoir une liberté de ton que ne prend pas un croyant.

      Je n’ai pas dit que le comportement est mesquin, mais ce qu’il a fait n’est pas nouveau ni exceptionnel, Bethsabée et David en est un autre exemple. Et dans l’histoire il y en a pas mal de ce genre de situation. Il ne faut prendre les critiques ou les remarques comme une attaque contre la foi, ou les croyants.

      Le problème n’est pas tellement cette histoire, elle reste une anecdote pour moi personnellement, mais l’adoption.

      Vous dites «  —>sauvegarde de l’identité biologique des enfants adoptés en les appelant du nom de leurs pères biologiques (s33 v5) ;
      —>prévoir la possibilité de faire bénéficier l’enfant adopté d’un leg au lieu de l’inscrire sur la liste des ayants droits (s33 v6)
      —>ne pas exclure qu’un père puisse épouser l’ancienne femme de son fils adoptif après le divorce (s33 v37)...
       »


      Je ne critique pas la Kafala, qui peut être une prise en charge des enfants sans famille. En France, il y a la famille d’accueil, un système qui ne change en rien les rapports juridiques de l’enfant vis à vis de sa famille biologique.

      Mais l’adoption, c’est donné à un enfant privé de parents une famille, un père et une mère. Une fois c’est fait, on en revient plus la dessus. C’est l’adoption.

      L’adoption simple, lui donne une nouvelle famille tout en le laissant garder des liens juridiques avec sa famille biologique. Il peut ainsi par exemple hérité des deux familles. Simple, ne veut pas dire que l’adoption est moins intéressante pour l’enfant. L’adoption plénière coupe tout lien juridique avec la famille biologique, et l’enfant se trouve avec une seule famille. La conséquence en est que l’enfant bénéficie des mêmes droits qu’un enfant biologique dans les deux adoptions. Alors que la Kafala ne lui apporte aucune protection juridique.

      Je suis juriste et ce problème m’a beaucoup préoccupée, et cela ne date pas d’aujourd’hui. Je connais le droit français, le droit marocain, et ce que dit la charia. N’essayons pas de résoudre des problèmes actuels avec une législation qui est intervenue pour une histoire qui remonte à l’an 5 de l’hégire.


    • King Al Batar King Al Batar 14 juin 2011 13:16

      Comme d’habitude Catherine ecrit un article ou elle s’attaque à l’Islam.
      N’avez vous pas d’autre préocupation dans votre vie.
      Les musulmans vous empechent ils de vivre à ce poitn qeu vous soyez obligé d’ecrire un article par jour ou vous parlez d’eux.
      Vous faites une fixette ma chère, a tel point que plus personne ne lis vos article tellement on sait à l’avance de quoi il retourne.
      Rebouvellez vous, changez de sujet.
      Faites un effort, je suis sur que vous savez parler d’autre chose.


      • docdory docdory 14 juin 2011 13:26

        @ Catherine Segurane

        Merci de cet article bien documenté, qui prouve, s’il en était encore besoin, que nombre des élus censés représenter le peuple ont oublié les principes fondamentaux de notre République, à commencer par la laïcité, et le fait que la loi soit la même pour tous.
        Le chemin de l’enfer anti-laïque est pavé de bonnes intentions : sous prétexte de résoudre quelques cas particuliers, on accepte un élément de la charia dans la législation française , et , au lieu d’une loi qui soit la même pour tous, on essaie de faire adopter des lois différenciées en fonction de particularismes religieux !
        Honte à ce sénateur ! Espérons que son funeste projet de loi essuiera un échec mérité....

        • Mor Aucon Moraucon 14 juin 2011 23:31

          Perseús, je ne connais pas votre position. Je me permets de compléter votre citation par ce qui y fait immédiatement suite :

          « Quant à la convention de La Haye du 29 mai 1993 sur la protection des enfants et la coopération en matière d’adoption internationale1, obligatoire et contraignante en vertu de son article 2, elle concerne toutes les formes d’adoption dans la mesure où elles créent un lien de filiation. La kafala est donc exclue de son champ d’application. »

          Je ne suis pas juriste et que me corrigent ceux qui le sont, mais deux choses me semblent claires :
          - le droit international reconnait certains concepts du droit coranique, dans ce cas, la kafala, ce qui est tout à fait normal puisqu’elle est en vigueur dans plusieurs pays et ne constitue pas en soi, une atteinte aux droits de l’homme.
          - Mais il n’en fait pas un concept exportable aux pays dont le droit ne la reconnait pas, ce qui est, aussi, tout à fait cohérent puisqu’un droit laïque ne peut se voir forcé à reconnaitre un concept provenant du droit coranique quand ce droit laïque possède déjà une législation à ce sujet. Même si ce complément à votre citation vise la coopération internationale, l’esprit m’en semble clair et empêche, aussi, de se baser sur la reconnaissance de la kafala par le droit international pour prétendre l’imposer à un pays de droit laïque à la requête de la communauté musulmane de ce même pays..

          D’autre part, le titre de l’article n’a pas tort, mais son développement est une manipulation très bien expliquée par Frida. C’est encore un autre problème, comme s’il n’y en avait pas déjà suffisamment. 

        • COVADONGA722 COVADONGA722 14 juin 2011 14:33

          tout en précisant que chaque état peut adopter une protection conforme à sa legislation nationale .

          bonjour Peseus
          La kafala s’appliquant aux usagers du foi elle n’est donc pas conforme à notre législation nationale . Et je tiens que commencer à l’autoriser c’est ouvrir la voie comme au canada 
          à des tribunaux arbitraux et une jurisprudence de l’islam.
          Nous avons mis des siecles à sortir les curés du droit et de la loi et nous devrions y laisser rentrer les imans ?.


          • Scual 14 juin 2011 14:57

            Le truc c’est qu’il ne faut pas croire que ça ne s’appliquera qu’au musulmans... je sais pas d’où vous tenez ça d’ailleurs.

            En droit français on ne peut pas faire ce genre de loi, donc ça sera soit pour tout le monde, soit ça ne sera pas. Il n’y a pas d’alternative.

            Donc pas de problème de discrimination et encore moins d’islamisation du droit.


          • Scual 14 juin 2011 14:54

            Je vois pas pourquoi on pourrait s’inspirer du droit de tout les pays où vivent des blancs dans tout les domaines et peu importe leur degré de laïcité, là pas de problème. Mais dès que ça vient d’ailleurs que la peau y est moins blanche et c’est la religion musulmane qui y est la religion majoritaire, ça y est là c’est un scandale...

            Y a des imbécilités d’un autre age dans le coran comme dans la bible... mais y a aussi des trucs intelligents et adaptables à notre époque. Que ce soit le mariage, le parrainage ou cette notion de Kafala que je ne connaissais pas, à partir du moment où c’est utile la seule question à se poser c’est pourquoi ne pas y adapter à la sauce républicaine ?

            Ne cherchez pas, il n’y a pas de réponse dans cet article... mais alors à quoi sert cet article ?

            Par contre pour finir par assimiler ça à de l’esclavage ou du trafic d’enfant là pas de problème... comme si nos adoptions bien franchouillardes étaient d’une pureté totale bien sur, jamais une association française n’irait arracher des enfants à leur famille en Afrique n’est-ce pas...

            Encore un article xénophobe... mais au moins il m’a fait connaitre cette notion de Kafala qui semble être une sorte de parrainage en beaucoup plus flexible et étendu et une très bonne idée. En plus c’est les populations les plus fragiles et qui en ont le plus besoins qui y trouveraient une soupape de décompression. Y a plus qu’à adapter le droit français pour que tout le monde soit logé à la même enseigne et pour bien encadrer les raisons qui ne doivent pas être le simple égoïsme des parents et le tour est joué.


            • ali8 14 juin 2011 15:28

              Arche de Zoë de triste mémoire


            • Ossian Ossian 14 juin 2011 15:11

              On l’aura compris : les musulmans au bûcher !Apparemment ça ne vous réussi pas d’être bouddhiste ! Et vue le contenu de vos torchons qui n’apportent que stigmatisation et haine, vous n’êtes pas prêt d’atteindre la zénétude bouddhiste !


              • ali8 14 juin 2011 15:26

                le Projet Catherine

                rendre obligatoire l’adoption par les familles musulmanes ou laisser les enfants dans leur misère, sans leur procurer refuge, besoins de la vie courante, et surtout leur interdire l’éducation religieuse

                tous les enfants pour qui le secours islamique vient en aide ne peuvent être adoptés ; l’adoption comme celle du droit français est interdite par la Sharia ; il n’existe pas de dérogation à ma connaissance

                je propose une association Catherine-Chalot pour un un meilleur combat pour la laïcité et contre l’Islam qui malgré tout conquit le coeur de toujours plus de Français dits de souche smiley


                • OMAR 14 juin 2011 19:24

                  Omar 33

                  La Saugrenue : "L’islam interdit l’adoption..

                  D’emblée, le ton est donné : l’Islam interdit.....

                  Adopter signifie : prendre légalement pour fils ou pour fille...

                  Et les musulmans, à l’instar des autres croyants ou pas, adoptent des enfants, en toute légalité..

                  Par contre, donner son nom à un enfant adopté, n’est pas légal et acceptable dans le sens religieux..

                  Et les raisons son multiples, sages et fondées.. (héritage, parenté, origine, etc..).

                  Enfin, la Saugrenue, vous n’avez pas mieux trouvé meilleur sujet pour traiter de votre tthème favori : l’amour du FN pour l’Islam ?


                  • LE CARDINAL 14 juin 2011 21:07

                    mais qu’est ce que c’est que ces salamalecs ???

                    pauvre FRANCE !

                    foutez moi tout ça dehors !


                    • Annie 14 juin 2011 21:28

                      C’est en fait un sujet très intéressant, et bien qu’habitant le pays qui est selon les dires le berceau du communautarisme qui le conduira toujours selon les dires à sa perte, un que je ne connaissais pas. La question n’est pas tant de savoir comment réconcilier les précepts de la religion musulmane avec notre législation française, mais s’il est possible/souhaitable d’accommoder d’autres moeurs et traditions et cela pour le bien des enfants qui pourraient être adoptables dans notre pays. Parce que pour adopter un enfant en France, il faut que les parents aient totalement renoncé à leurs droits parentaux et il suffit qu’ils leur rendent visite une fois par an pour maintenir ces droits.
                      Dommage que cela soit traité encore une fois sous le même angle. Le sujet méritait mieux.


                      • FRIDA FRIDA 14 juin 2011 21:30

                        @Le Cardinal

                        Vous êtes obscène. Vous n’apportez rien au débat.

                        Quant à l’origine des enfants, c’est un faux problème. L’adoption n’interdit pas l’effacement de toute trace sur l’origine des enfants. Comme je l’ai dit plus haut, l’adoption simple laisse à l’enfant des liens juridiques avec sa famille biologique.
                        Quant à la kafala, elle ne résout pas le problème des enfants abandonnés, d’abord, la mère célibataire démunie dans une société qui ne reconnait pas la paternité en dehors du mariage. Ensuite, les enfants de parents inconnus, ne pourront de toute façon jamais remonter leur origine, dans une société où les tabous sont aussi forts, sinon plus, que
                         l’accouchement sous X. Les arguments contre l’adoption je les connais par coeur, et à mon avis ils ne sont pas convaincants


                        • OMAR 14 juin 2011 22:59

                          Omar 33

                          Bonjour Frida ;

                          Une technique de la Hasbara consiste à placer un troll et un seul, (pour paraitre comme une victile) dans un site ou forum.
                          Son role est de semer le doute, mentir et désinformer au maximum, quite à étre vulgaire, effronté ou simplement raciste....

                          C’est le role dévolu à Natanyahu, pardon, le Cardinal dans Agora...


                        • LE CARDINAL 14 juin 2011 23:04

                          FRIDA... omar fait dans la taqiya...à défaut de faire ou la bienséance le voudrait :
                          je lui dirais bien de rentrer chez lui mais il a encore besoin de maman pour changer ses couches smiley 


                        • pastori 14 juin 2011 21:33

                          je ne suis pas certain, compte tenu de ses habituels écrits dans ces colonnes, que c’est vraiment le sort des enfants qui la préoccupe. le but est tout autre. mais les gens n’acceptent plus de se laisser enfumer.

                          .
                          la religion est une affaire strictement individuelle et privée. il y a d’ailleurs autant de religions que d’êtres humains. alors laquelle doit dicter ses lois aux autres....

                          pour le moment, et depuis l’origine , personne n’a aperçu ces dieux qui auraient dicté aux hommes ce qui est bien ou mal. sur la terre il n’y a que des êtres humains et les lois sont faites pour eux et par eux.

                          si ces lois déplaisent à certains dieux, je les invite, s’ils le peuvent , à venir nous l’expliquer, les moyens de communications sont tels qu’ils pourront être vus de toute l’humanité.

                          en attendant nous continuerons à obéir aux lois des hommes, sauf à ce que les religieux de toute nature apportent la preuve de leurs dires.

                          • LE CARDINAL 14 juin 2011 23:06

                            pastori...une affaire privée ???

                            alors qu’ils assument leurs mouflets au nom d’allah et non de la sécu ! smiley


                          • pastori 14 juin 2011 23:17

                            tu dis n’importe quoi mon pauvre cardinal, et tu mélange tout.


                          • LE CARDINAL 14 juin 2011 21:37

                            qui est obcène FRIDA ???

                            moi ou ceux qui abandonnent les enfants parce qu’allah ceci ou cela  ?

                            gardez vos salamalecs et restez chez vous nous n’avons pas la même culture, assumez un peu merde
                            l’ancienne colonie ne sera pas toujours la pour vous torcher...il s’agirait de grandir maintenant.


                            • FRIDA FRIDA 14 juin 2011 21:46

                              @le Cardinal
                              Vous le confirmez, vous êtes obscène, et c’est viscéral chez vous.
                              Je vous plains, vous devez être foncièrement malheureux, ou mal smiley


                            • FRIDA FRIDA 14 juin 2011 21:50

                              @le Cardinal

                              et en plus vous êtes grotesque avec ses colères « webienne », surtout ne cassez pas votre clavier, il me semble qu’il vous faut continuer pour vous défouler un peu, ça mange pas de pain smiley


                            • LE CARDINAL 14 juin 2011 21:48

                               smiley merci docteur, combien vous dois-je ?

                              je vous envoie un mandat...vous avez l’habitude smiley


                              • FRIDA FRIDA 14 juin 2011 21:52

                                @Le Cardinal

                                Je vois bien votre culture et votre classe, c’est les préjugés, allez un peu d’effort, il y a encore mieux, défoulez-vous smiley


                              • LE CARDINAL 14 juin 2011 22:00

                                c’est vrai que ça détend la franchise... je ne suis pas raciste, homophobe ou sexiste...seulement islamophobe et c’est un plaisir incroyable de l’assumer en connaissance de cause 
                                cette idéologie est l’une des plus obscènes, rétrogrades, obscurantistes... 
                                d’ailleurs, ceux qui réfléchissent, un peu, ne demande qu’à émigrer en occident, c’est pour dire.

                                même les Turcs avec leur croissance « à deux chiffres » font la malle ou ne rentrent pas chez eux lorsqu’ils ont goûté à l’occident...mais pour faire le beau devant la famille de la bas, ils se la jouent à la « turque »  smiley


                              • FRIDA FRIDA 14 juin 2011 22:12

                                @le Cardinal
                                Que vous soyez islamophobe ou arachnophobe cela peu me chaut,
                                on est tout à fait en droit d’avoir une préférence religieuse, et en contrepartie, des fois on peut également avoir une franche hostilité contre une religion ou tout autre système de pensées humaines. Là n’est pas la question.
                                Vous êtes souvent méprisant, arrogant, et insultant. Vous vous croyez sortir de la cuisse de Jupiter, alors que les autres...
                                En résumé, le débat c’est argument contre argument, et non le prosélytisme et le sectarisme. Vous faites des attaques ad hominem :-> pour peu que le commentaire ne vous convienne pas.


                              • Annie 14 juin 2011 21:56

                                « qui est obcène FRIDA ??? moi ou ceux qui abandonnent les enfants parce qu’allah ceci ou cela ? »

                                Tout autant que des enfants ont été abandonnés au nom de la religion chrétienne, parce qu’une femme ne devait pas procréer en dehors du mariage.


                                • LE CARDINAL 14 juin 2011 22:03

                                  Annie...ici c’est pilule, planning familial, avortement, pilule du lendemain... lorsque la bas c’est le grand frère...au nom d’allah
                                  alors tes leçons tu te les garde pour nous en faire une thèse si tu veux mais à d’autres qu’à moi, OK ?


                                • Annie 14 juin 2011 22:06

                                  Aucune leçon ou aucune thèse, mais je n’ai pas rêvé, l’abandon des enfants dans votre commentaire était bien une spécificité musulmane.


                                • LE CARDINAL 14 juin 2011 22:06

                                  Bon, j’ai assez joué avec vous...laissons le mot de la fin à

                                  Mustapha Kémal Atatürk
                                  (1881-1938)

                                  Fondateur de la Turquie moderne et laïque

                                  "Depuis plus de 500 ans, les règles et les théories d’un vieux sheikh arabe, et les interprétations abusives de générations de prêtres crasseux et ignares ont fixé, en Turquie, tous les détails de la loi civile et criminelle. Elles ont réglé la forme de la constitution, les moindres faits et gestes de la vie de chaque citoyen, sa nourriture, ses heures de veille et de sommeil, la coupe de ses vêtements, ce qu’il apprend à l’école, ses coutumes, ses habitudes et jusqu’à ses pensées les plus intimes. L’islam, cette théologie absurde d’un bédouin immoral, est un cadavre putréfié qui empoisonne nos vies."


                                  • Annie 14 juin 2011 22:18

                                    C’est un argument convaincant qui ne m’explique toujours pas pourquoi les enfants occidentaux sont aussi abandonnés. Le planning familial, la pilule, l’avortement etc. pour en arriver finalement exactement au même point.


                                  • FRIDA FRIDA 14 juin 2011 22:22

                                    @Le Cardinal

                                    Vous prêcher une converti (ou plutôt une agnostique),
                                    D’autres arabes et nonarbes d’origine musulmane l’on dit avant lui et après lui, mais ce qui est dit dans un livre ou avec un public acquis à la cause ne sied pas de le dire ( avec en prime l’insulte et le dédain ) aux gens qui ont une autre façon de voir les choses quand on est là pour débattre. Il y a la manière de montrer son opposition sans allez à l’insulte, et je le précise tant qu’on est pas agressé il n’y a pas de raison pour agresser et attaquer l’autre. 

                                     


                                  • LE CARDINAL 14 juin 2011 22:28

                                    pfff... pauvre annie...le pourcentage « d’abandons » selon les critères ne plaident pas en faveur d’allah...
                                    comment peut on abandonner un fœtus avorté, sur le marché de l’adoption ?  smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès