Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > La théorie du genre ou la castration psychologique

La théorie du genre ou la castration psychologique

Le ministère des droits des femmes a dépêché un couple d'experts pour enquêter sur la petite enfance. Les commissaires aux Affaires sociales y ont décelé la menace de "la castration psychologique opérée aux dépens des filles".

Les 156 pages du rapport qui conclut à cette menace ont été rédigées par deux inspecteurs de l'IGAS (Inspection Générale des Affaires Sociales).

La synthèse est introduite en affirmant que "Toutes les politiques de promotion de l'égalité butent sur un obstacle majeur, la question des systèmes de représentations qui assignent hommes et femmes à des comportements sexués, dits masculins ou féminins, en quelque sorte prédéterminés. Ces systèmes de représentation se forment tôt dans la vie."

C'est ainsi que, selon le rapport, l'égalité sera impossible tant que la théorie du genre n'est pas diffusée à toute la population. En effet, les inspecteurs l'affirment, la différence hommes / femmes n'est pas liée au sexe, car hommes et femmes se comportent comme tels à cause de la société. CQFD (ce qu'il fallait démontrer).

Cependant, en feuilletant la bibliographie sur laquelle le rapport s'est appuyé, on est pris de vertige. Elle ne liste que des auteurs ou des publications favorables à la théorie du genre ! Imaginons que la commande d'un rapport sur le communisme ne comporte que les rédacteurs en chef du journal L'Humanité, les écrits de Lénine et les publications du Parti communiste chinois. Pourrait-on juger Al-Qaïda à l'ombre des seules déclarations de ses lieutenants ? En France, et plus particulièrement dans les palais de la Nation, maisons de l'Enarque, on ne s'offusque manifestement pas du procédé. Les Français, que tous les politiciens et -ciennes convoquent à chaque déclaration, sont de bons exécutants, ils votent et on ne leur demande que de la boucler après l'exercice. On comprend pourquoi le "dégoût" est devenu le sentiment dominant.

Surtout, n'est-il pas inquiétant d'imaginer que cette méthode d'information est la même dans tous les ministères ? Comment ne pas trembler à l'idée que les décisions du gouvernement sont prises avec des informations partisanes, biaisées, fausses en somme ? Faudra-t-il qu'à la recette proposée cette semaine, on ajoute à la morale une bonne donne de compétence et une généreuse rasade d'honnêteté

On ne s'étonnera pas dans ce cas que la loi soit cette chose devenue presque inutile. Le Centre de fertilité de l'Illinois et le laboratoire de fécondation in vitro aParent allaient proposer une "revue des modes de procréation", parmi lesquels la gestation pour autrui, GPA, interdite en France, ainsi que des rendez-vous gratuits personnalisés pour lesquels il était conseillé de s'inscrire à l'avance sur Internet. Ce rendez-vous, prévu le mercredi 10 avril à l'hôtel Lutetia de Paris, a été annulé après que les réseaux sociaux aient relayé l'événement. Peut-on promouvoir sans impunité ce que la loi interdit ?

Le rapport de l'IGAS :

http://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rapports-publics/134000193/0000.pdf


Moyenne des avis sur cet article :  4.53/5   (51 votes)




Réagissez à l'article

58 réactions à cet article    


  • JL JL 16 avril 2013 10:08

    Bonjour,

    j’ai du relire à deux fois cet article qui aborde un sujet grave. Je suis d’accord avec le message que j’y ai perçu.

    Je voudrais dire, en réponse à ça : ’’ ...menace de la castration psychologique opérée aux dépens des filles. ’’

     que personne ne s’est jamais inquiété de la réelle castration psychologique opérée aux dépens des garçon par cette vague féministe que l’on a connu récemment et qui continue de sévir.

    La théorie du genre est une idéologie totalitaire, comme est totalitaire le pouvoir qui la porte : le pouvoir des ultra riches.


    • oncle archibald 16 avril 2013 10:12

      Je tiens à faire savoir que je ne me connais « aucun lien de parenté » avec Archibald, mais que je partage à 200% ce qu’il vient d’écrire .... 

      Ce qui manque tant à la foule des gouvernés, ça n’est pas de savoir combien coute le vélo de MamadeTaubira ou la commode Louis XV à arbalète de Laurent Fabius, mais un comportement respectueux du personnel politique .... 

      Un peu de loyauté et de morale, des décisions pragmatiques dénuées d’arrières pensées électoralistes et tout irait bien mieux, tout de suite .. Hélas on arrive à penser que c’est peut être trop demander ... 

      • JL JL 16 avril 2013 10:29

        Oncle Archibald,

        pourriez vous svp, bannir de votre vocabulaire ce mot odieux, ignoble, insupportable : ’gouvernés’ ? Je me sens insulté grave, à chaque fois que je le lis ou l’entends prononcé.

        nb. Autant j’accepte le terme de gouvernant, les membres du gouvernement, autant je récuse ce terme de gouverné qui n’a avec le premier aucun lien sémantique : les gouvernants ne sont pas des gouvernantes !


      • oncle archibald 16 avril 2013 10:47

        JL : si vous vous sentez « insulté grave » parce que vous ne vous considérez pas « gouverné » c’est assez bon signe, ça veut dire que vous n’avez pas perdu tout espoir de remettre les membres du gouvernement à leur place, celle de simples mandataires que nous avons nous même choisis pour agir suivant notre volonté ...


        Hélàs j’ai perdu ce bel optimisme et je constate qu’une fois élus sur des programmes mensongers et qu’ils savent mensongers, nos dirigeants nous « gouvernent » sans tenir aucun compte des aspirations de la foule, juste en satisfaisant les souhaits, les appétits, les envies ou les lubies, d’une petite minorité, minorité qui leur permet de faire la bascule de 2% qui sépare le résultat 49% battu de 51% élu .. 

      • JL JL 16 avril 2013 11:02

        oncle archibald,

        je pense que cette théorie du genre n’est possible que dans une société où les garçons mâles ont été psychologiquement castrés. Et je crois également que l’acceptation de ce mot ’gouverné’ n’est possible que dans une telle société.

        C’est pourquoi aussi, que je me bats contre le mariage gay : non pas que je considère les homos comme des individus plus castrés psychologiquement que les autres, mais parce que c’est un pas de plus dans la plus vaste entreprise de castration de masse jamais connue.

        ps. Ils rigolent bien, les allogènes qui tiennent les murs, en attendant les clients et avant de repartir exhiber les thunes qu’ils ont gagnées, si vous voyez ce que je veux dire.


      • Mycroft 16 avril 2013 13:00

        Si vous ne voyez pas le lien entre la transparence et la qualité des élus, Oncle Archibald, j’ai bien peur que vous ne voyez pas plus loin que le bout de votre nez.

        Parce qu’il est bien joli de « demander » à nos dirigeant de bien bosser et d’être honnête. Mais c’est un simple vœux pieux. Il faut les fliquer pour s’en assurer. ils n’ont que la malhonnêteté que nous les laissons avoir.

        Notre job d’électeur ne s’arrête pas à voter le jour des élections. Notre devoir, c’est aussi de les surveiller jour après jour. Et savoir ce qu’ils ont, comment ils l’ont eu, vis à vis de qui ils ont des dettes, c’est un moyen nécessaire pour assurer cette surveillance.

        Ne jamais faire confiance à un homme de pouvoir. C’est la règle nécessaire pour tout peuple qui souhaite ne pas sombrer dans la décadence. Les hommes de pouvoir n’étant pas uniquement les hommes politiques, bien sur.


      • Lieutenant X 16 avril 2013 14:26

        D’accord, mais tout le monde n’a pas le temps de fliquer les hommes de pouvoir et eux-même n’en donnent pas les moyens (autrement ils feraient des lois dans ce sens).

        Un des problèmes fondamentaux est que la notion de pouvoir a été complètement déconnecté de tous les devoirs qui en découlaient. Exemple flagrant : à l’ENA on n’étudie pas la Sagesse de l’exercice du pouvoir, ni aucuns des textes qui ont été écrit par des dirigeants aimés du peuple et qui ont fait de grandes choses avec justice. Ils ont le pouvoir et une « légitimité » donc ils peuvent en user et en abuser comme bon leur semble : l’intérêt commun deviens la sommes de leurs intérêts particuliers.
        La presse, qui devait à l’origine informer, est devenu un bras de l’expression de ce pouvoir. Les journaux ne reflètent pas l’histoire d’un pays ni sa pensée : ils reflètent le fantasme qu’une certaine caste projette sur le peuple (catho=débiles/incultes ; provinciaux=paysans/bouseux/analphabètes ; patron=exploiteurs mangeurs de chatons ; LGBT= bisounours ; peuple pas d’accord avec eux=dangereux fascistes/nazi/homophobe/extrême droite). Les mass media n’ont pas franchement évolués depuis l’ORFT, ils se sont ultra politisés et la télé-Vision est devenu un outils de masse-propagande (voire le nouvel autodafé). Il suffit de les lire et/ou de les écouter : leur prêt-à-penser est rodé.
        Socrate/Platon a commencé à philosopher pour mettre en échec les sophistes d’Athènes qui pourrissaient la vie publique. A votre tour questionner ces « faiseurs d’opinion » et vous verrez leur système de penser s’effondrer. Sortir de la Caverne, le retour ! smiley

      • oncle archibald 16 avril 2013 19:22

        Mycroft : et vous pensez que Jérome Cahuzac, s’il était encore au gouvernement, aurait eu quelque difficulté que ce soit pour nous fourguer une déclaration de patrimoine bidonnée ?? 

        La mesure prise ne servira strictement à rien d’autre qu’à les rendre encore plus prudents dans leurs magouilles ... Ce qu’il faudrait c’est que les fonctionnaires des finances fassent un boulot de vérification approfondie sur chaque ministre et sur son entourage ... Nul besoin d’étaler dans les journaux les trois vélos de Madame Taubira ou la commode Louis XV de Monsieur Fabius ...

      • Mycroft 17 avril 2013 12:47

        Une police ne fait que compliquer la vie des bandits, elle ne rend pas le crime impossible. Oui, ces mesures sont insuffisantes. Mais elles vont dans le bon sens. Les critiquer est contre productif. Des fonctionnaires spécialisés chargés d’enquêter, c’est une bonne chose. Mais le propre de la fonction publique est d’être sous influence des élus. Ils ne peuvent suffire. La seule chose qui peut empêcher qu’on étouffe une affaire, c’est la publicité des faits.

        Les finances de nos puissant doivent être chose publique. Et le mensonge sur ces fiances ne doit pas être pardonné.

        Lieutenant X : c’est justement parce que les gens n’ont « pas le temps » de fliquer les politiques (dans la réalité, ne PRENNENT pas le temps) que le système se corrompe.

        Se poser les bonnes question ne suffit pas, il faut aussi trouver des réponses, des informations. Homme politique, ce n’est pas un métier d’élite. C’est un devoir de citoyen.

        Les journalistes sont biaisés, mais


      • Aldous Aldous 16 avril 2013 10:51

        En avant vers une société de termites.

        Une élite reproductrice et des masses de travailleurs unisexes.


        • gaijin gaijin 17 avril 2013 08:52

          oui +++++++++++++++++++
          pas mieux
          a peine pourrait t’ on rajouter  :
          génétiquement modifiés pour être adaptés aux conditions de leur mode de vie


        • JL JL 17 avril 2013 09:37

          mariage homosexuel = théorie du genre


        • nemotyrannus nemotyrannus 17 avril 2013 18:10

          Non smiley


          Les deux n’ont rien a voir. 

        • zelectron zelectron 18 avril 2013 12:16

          Grâce à l’homomariage nous allons pouvoir comptabiliser les igbt, savoir qui ils sont et en tirer les conclusions qui s’imposent, n’est-ce pas ? Ce sera dommage pour eux, pour vivre heureux vivons cachés, dit-on !


        • eric 16 avril 2013 11:13

          Je dirai, tant pis pour eux.
          Avec d’autres mots, ces politiques sont en phase avec le projet soviétique de casser les familles par tous les moyens. Ils sont sincères. Les bolcheviques aussi ont en priorité appliqué leur politique à leurs propres familles. Résultat, ce sont les familles des russes, vivant prêt du centre donc proche du pouvoir, qui ont trinqué. Les populations périphériques ont maintenu leur tissu familial, leurs habitudes de vivre ensemble. Cout global terrible pour l’ensemble de la société, mais enfin, ceux qui ont pris le temps de s’occuper de leurs gosses et de leur transmettre des valeurs s’en sortent quand même mieux aujourd’hui.
          Il est difficile de se battre contre cette caste, profondément enkystée dans notre système bureaucratique et qui sait pouvoir compter sur l’argent de nos impôts pour chercher à nous imposer des solutions à leur propres problèmes existentiels.
          Mais mêmes leurs prédécesseurs les plus totalitaire n’ont jamais réussi qu’imparfaitement à contrôler les familles.
          Aujourd’hui, l’enjeu principal est d’armer intellectuellement nos enfants pour qu’ils sachent éviter la fréquentation trop intimes des gamins anomiques et paumés que « nourrissent » ces gens ( on ne peut pas vraiment parler d’éducation). Le dossier spécial du Nouvel Obs, « Nos enfants ces tyrans », montre qu’ils font un début de prise de conscience, même si il ne comprennent pas encore qu’ils sont responsables eux, et non la société.

          les nôtres doivent savoir que vivre avec ces enfants traumatisés, c’est courir le risque de voir le budget du ménage lourdement grévé par les frais de psy d’un conjoint qui passera son existence à essayer des pardonner à ses parents 1 et 2 pour savoir si il est un homme et/ou une femme.. Un apostolat intéressant, mais un peu lourd à porter. Il est de notre devoir de parent, sans bine su, peser sur leurs choix, de les en avertir

          Je me souviens du livre « de Louis XIV à Mitterrand, la famille contre les pouvoirs ».
          A l’époque aussi, le pouvoir voulait bourrer le crane de nos gosses, la présence à la « messe » était obligatoire" et parfois même on nous prenaient nos enfants pour les enfermer dans des couvent et en faire de bon papistes. Nos ancêtres lisaient la bible la nuit en cachette et en famille. On a tenu le coup, et il n’y a plus de roi de droit divin.

          Je pense qu’en maintenant un vie familiale riche, nous parviendrons à sauver nos gosses et à assurer l’avenir, bien après que ces idéologies débiles soient tombées aux poubelles de l’histoire.


          • eric 16 avril 2013 11:36

            PS, j’oubliais, il faut aussi, en particuliler si on est contraint de les mettre dans le public, leur apprendre à mentir aux profs. Leur moyenne peut en dépendre. Ce n’est pas très difficile ; Cela les amuse beaucoup. Je me souviens de discussions avec les miens sur le thème, « voila ce que l’on sait, et voila ce que tu doit répondre aux interros. si tu veux avoir une bonne note ».
            Il faut leur répéter ce que disait Soljenitsyne et Primo levy, cela ne sert à rien de discuter avec ou d’essayer de trouver une logique chez ces gens. L’important est de passer entre les gouttes et de survivre.


          • Lieutenant X 16 avril 2013 11:21

            Rooo un rapport sur le genre qui est préorienté !!?? Mon Dieu ! smiley

            En quoi cela vous étonne ? J’ai envie de dire : « encore un ! »
            TOUTES les études faites aux Etat-Unis ont été réalisés par les groupes LGBT auprès de leurs membres. Toutes ? Non : pas celle du Dr Mark Regnerus, l’étude que Taubira a demandé aux média de dissimuler le plus possible et qui n’a pas été abordée dans les « discussions de consensus » organisés par nos nationales socialistes.
            Et ça, contredire nos idéologues, ça n’est pas bisous compatible !

            • Aldous Aldous 16 avril 2013 18:55

              Pour une fois je suis favorable a l’anglisisme Gender.


              Qu’on sache d’ou vient cette merde.

            • 雛罌粟 雛罌粟 17 avril 2013 22:25

              Lieutenant X : « TOUTES les études faites aux Etat-Unis ont été réalisés par les groupes LGBT auprès de leurs membres. Toutes ? Non : pas celle du Dr Mark Regnerus »

              Qui, elle, a été commanditée et entièrement fabriquée par et pour la droite religieuse homophobe américaine, publiée le 10 juin 2012 en toute hâte, soit 5 mois avant les élections présidentielles US…

              Étude financée (≈ 800 000 $) par le Witherspoon Institute, dont le directeur Luis Tellez appartient à l’Opus Dei et est cofondateur de la National Organization for Marriage.

              Le caractère frauduleux de l’étude de Regnerus a été démontré (même si on s’en doutait un peu…) par les récentes révélations de The American Independent.
              Ce journal s’est procuré, et a mis sur la place publique, de nombreux mails écrits ou reçus par Regnerus (et qui étaient stockés sur les serveurs de l’Université d’Austin, dont Regnerus est l’employé).
              On y apprend que la conception de l’étude a été pilotée par le Witherspoon Institute ; l’obsession de Luis Tellez étant la sauvegarde du mariage traditionnel, à l’occasion de moult affaires judiciaires, où les juges sont amenés à trancher pour ou contre les droits des homosexuels.
              Et donc la nécessité de fabriquer une étude qui trouve des conclusions opposées aux études existantes (trop favorables à l’homoparentalité, selon lui). Tellez parle d’études scientifiques susceptibles d’influencer les juges de la Cour Suprême.

              On pourrait parler aussi du démontage en règle du « travail » de Regnerus par l’American Sociological Association, ou par d’autres sociétés savantes ces derniers mois…

              Quant aux études prétendument « réalisés par les groupes LGBT auprès de leurs membres », faut pas croire tout ce que racontent Alliance Vita et la Manif pour Tous smiley

              Par exemple l’étude de D. Potter (Same-Sex Parent Families and Children’s Academic Achievement, 2012) porte sur plus de 19 000 enfants issus d’une population représentative des enfants américains (“Early Childhood Longitudinal Study—Kindergarten”) ; ou encore le travail de Michael Rosenfeld (Nontraditional families and childhood progress through school, 2010), étudiant 700 000 familles issues du rencesement national US de 2000.


            • Scual 16 avril 2013 11:30

              J’ajouterais que toutes les études dont se gavent les anti-mariage pour tous se servent d’études oubliant que cet ensemble de règles culturellement imprégnées à nos enfants n’est pas naturel mais acquis.

              Ainsi les rares traumatismes constatés chez les enfants de couples homos à quelque chose de naturel mais à un sentiment de « différence » purement culturel et social. Bref en s’enfermant dans des spécialisation de la psychologie, ils en oublient les bases que sont les différences possibles dues aux différents types de cultures. Il s’agit bien d’un changement culturel que la normalisation des couples homosexuels représente et par conséquent les études présentées par les homophobes ne sont pas valables pour appuyer leurs arguments. S’ils le croient c’est justement parce qu’ils sont homophobes.


              • Lieutenant X 16 avril 2013 11:49

                Donc, selon vous, c’est la dictature de l’hétérophobie doit s’imposer parce qu’ils ne pensent pas correctement.


              • Scual 16 avril 2013 11:57

                Je n’ai jamais entendu parler d’hétérophobie, probablement parce que ça n’existe pas. Cela dit vu le niveau, je suis persuadé que les homophobes l’inventeront de toute pièce, comme tout leurs autres « arguments » d’ailleurs.


              • oncle archibald 16 avril 2013 12:22

                Scual : « les études présentées par les homophobes ne sont pas valables pour appuyer leurs arguments » ... 

                C’est exactement le contraire que l’auteur démontre brillamment ... Ce sont les études présentées par les homophiles qui sont complètement orientées pour appuyer leurs arguments ... 

                Du haut de mes 68 ans je n’avais jamais constaté de malhonnêtetés intellectuelles comparables à celles qui fleurissent au sujet de la « théorie des genres » et de la loi sur le mariage soi disant pour tous .... 

              • Lieutenant X 16 avril 2013 12:22

                 smiley haha ! Vous êtes marrant. Vous auriez du mettre à profit ces derniers mois pour mieux vous informer et sortir du prêt-à-penser.


              • Scual 17 avril 2013 10:01

                Le fait que personne ne nie ce que j’ai dit ne fait que renforcer sa pertinence.


              • Archibald 16 avril 2013 12:14

                Le mot Hétérophobie existe depuis au moins vingt-cinq ans. Mais l’existence d’un mot n’empêche pas l’amélioration d’une situation ni ne l’explique. Il existe un mouvement qui refuse de se présenter devant les citoyens pour s’expliquer, proposer un projet de société et le soumettre à discussion. Un autre rapport du gouvernement confirme cette thèse : http://lavendeeautrement.over-blog.com/article-la-theorie-du-genre-ou-le-deni-de-democratie-116835159.html

                Ce qui est dangereux, ce n’est pas la mise en lumière de quelques types qui tabassent un homo. Il y a toujours eu des crétins décérébrés, quelle que soit la société. Ce qui est alarmant, c’est la volonté claire de refuser aux gens, comme vous et moi, le droit de décider pour eux-mêmes. Le mariage pour tous est voté en partie. C’est très bien. La démocratie a fait son oeuvre, elle ne satisfera jamais tout le monde, mais elle prend le temps de construire un projet de société en commun, faire société, selon la volonté démocratique. Or, j’ai l’impression que c’est là que le bât blesse : en refusant au peuple le choix de son avenir, on détrousse la démocratie de son âme. L’homophobie n’est que le paravent de ce séisme, et, je le répète, il y aura toujours des idiots pour utiliser la violence. En revanche, ceux qui utilisent cette violence pour dissimuler leurs intentions, ceux-là sont peut-être pires.

                • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 16 avril 2013 12:22

                  Fais dodo Colin, mon p’tit genre
                  Fais dodo, tu d’viendras bobo.
                  Papa est en haut ,
                  Qui s’épile le maillot,
                  Maman est en bas,
                  Qui s’rase la barbe.
                  Fais dodo ,Colin mon p’tit genre
                  Fais dodo ,demain chez l’ psycho ...


                  • jeanpierrecanot jeanpierrecanot 16 avril 2013 13:27

                    Ah oui c’est vrai que ces imbéciles confondent égalité de traitement avec égalité de comportement ce qui est criminel et vise à faire de nous des lombrics, des petits vers de terre.

                    Mais résumons la sinistre théorie du genre :

                    Si mon oncle en avait elle ne serait plus ma tante !


                    • Senatus populusque (Courouve) Senatus populusque (Courouve) 16 avril 2013 14:55

                      « Si ma tante en avait on l’appellerait mon oncle, et si mon oncle en était on l’appellerait ma tante. »

                      Pierre Dac, Les Pensées, Paris : Éditions de Saint-Germain des Prés, 1972.


                    • nemotyrannus nemotyrannus 16 avril 2013 13:46

                      Le rôle essentiel de l’apprentissage dans la construction du féminin et du masculin trouve sa justification concrète dans la notion de plasticité cérébrale démontrée par les recherches en neurobiologie. Grâce à l’imagerie cérébrale, on a pu montrer que le cerveau fabriquait sans cesse de nouvelles connexions entre les neurones en fonction de l’apprentissage et de l’expérience vécue9. A la naissance, les 100 milliards de neurones du cerveau humain ne sont pas ou très peu reliés entre eux. La majorité des connexions vont se construire progressivement au gré des influences de la famille, de l’éducation, de la culture et de la société. Par exemple, chez le nouveau- né, les neurones des zones du langage ne sont pas connectés et plusieurs années seront nécessaires pour que les circuits neuronaux se construisent, grâce à l’apprentissage de la langue parlée, dans l’entourage de l’enfant. Selon la neurobiologiste Catherine Vidal10, il convient de cesser de penser en termes d’opposition d’inné et d’acquis car le tissu cérébral ne se fabrique qu’à condition d’être en interaction avec l’environnement, d’où cette formule : « 100 % inné, 100 % acquis ». Il est désormais acquis que rien n’est à jamais figé, ni programmé dans le cerveau depuis la naissance.


                      Ce qui est grave c’est de tourner la conclusion de la chercheuse en « seules les interactions sociales agissent su le développement du corps et le devenir de la personne . 


                      La dernière phrase est discutable aussi . Et je doute que ce soit celle de la chercheuse , justement .

                      Elle est juste et fausse à la fois.

                      Le corps qui agit sur lui même semble complètement écarté du phénomène . Un avenir n’est pas programmé , le destin n’existe pas mais les prédispositions , si.

                      Et ces prédispositions dépendent justement de tout sauf de la construction sociale puisque c’est justement à son contact qu’elles s’estompent , disparaissent ou au contraire s’exacerbent .


                      Donc , oui , pas 100% inné , ni 100acquis , c’est 100 % des deux mutuellement.

                      Et ce n’est pas comme ça qu’on la présente dans la théorie du genre façon milieux associatifs (qui comme moi , n’y comprennent pas grand’chose smiley )


                      Détail cocasse , ces même gens qui disent que rien n’est inné ne se gênent pas pour dire que l’homme est naturellement plus violent.

                      Donc , c’est »la science quand je veux bien."

                      Un jour , faudra leur écrire.


                      • Zobi Zobi 16 avril 2013 21:49

                        Une réflexion bien construite, en tout cas, je suis persuadé comme toi que l’on ne peut dissocier le fond de la forme, si je puis résumer ainsi ta pensée... :)


                      • Dwaabala Dwaabala 16 avril 2013 14:40

                        « Ces systèmes de représentation se forment tôt dans la vie. »

                        Ne parlons surtout que de cela et non pas « des systèmes de représentation qui assignent hommes et femmes à des comportements [...] en quelque sorte prédéterminés » dans le domaine de la vie sociale et économique !

                        Il est vrai que naître riche ou pauvre est de l’ordre de la nature (il y a eu, il y a, et il y aura toujours des riches et des pauvres), alors qu’être homme ou femme est de l’ordre de l’acquis.


                        • Senatus populusque (Courouve) Senatus populusque (Courouve) 16 avril 2013 14:52
                          Nouveaux regards pour (re)penser les environnements contemporains
                          Une théorie Queer de l’espace public

                          Par Virginie Martin, Pierre Lénel et ... Thomas Hollande

                          http://thinktankdifferent.com/fr/les-publications/essaie


                          • Lieutenant X 16 avril 2013 15:13

                            Ca c’est déjà plus constructif ! Conclusion : ne pas enfermer les personnes dans des petites boites. D’où le problème d’uniformisation que pose la loi Taubira (surtout au regard des enfants).


                          • joelim joelim 16 avril 2013 19:41

                            Oui, en somme, Hollande impose les lubies développées entre autres par son fils.


                            De toute manière il a été clair quand il a dit : Ma république elle doit être exemplaire et apaisée.

                            Sa République... Il a pas lu la description du poste, c’est pas possib’. La France est-elle son joujou ?

                          • Ruut Ruut 16 avril 2013 15:48

                            Entre ce que femme dit et ce que femme veut, il y as un monde...


                            • oncle archibald 16 avril 2013 16:15

                              Le mariage précède l’État, il est le socle de la famille, la cellule de la société, antérieure à toute loi. L’adoption du projet de loi serait un grave recul anthropologique. Le mariage d’un homme et d’une femme n’est pas la même chose que l’union de deux personnes de même sexe. Distinguer n’est pas discriminer, mais respecter ; différencier pour discerner consiste à évaluer correctement, pas à discriminer.... (Pape François).


                              • nemotyrannus nemotyrannus 16 avril 2013 17:43
                                Distinguer n’est pas discriminer en effet.
                                Assimiler à des rôles sans voir si ces rôles sont interchangeable , donc ne pas vouloir savoir si l’un peut faire comme l’autre , l’est.


                                Le mariage ?
                                Une évolution sociétale , je vous laisse tous choisir dans quel sens , je m’en moque , mais en aucun cas un recul anthropologique. 
                                Ca change pas grand’chose sauf pour ceux pour qui ça représente le socle de la famille , comme vous dites. Mais je doute sincèrement que ça concerne beaucoup de monde ni que ce soit si fondamental.

                                De même , je suis étonné que l’on parle de ça à propos de la théorie du genre.

                                Je ne fais pas la connexion entre les deux , alors si on pouvait m’éclairer ce serait sympa.


                                Est-ce que c’est parce que vous croyez qu’un homme doit obligatoirement aller avec une femme et que toute autre experience chamboulerait « l’ordre naturel » de la même façon qu’il serait bouleversé si une femme faisait une activité d’homme ?!

                              • oncle archibald 16 avril 2013 19:15

                                Le mariage homosexuel n’est pas du ressort de l’anthropologie d’après vous ?? D’après Wikipedia cette discipline vise particulièrement les faits spécifiques à l’humain par rapport aux autres animaux (faits anthropologiques comme homo ou anthrôpos) : langages articulés et figuratifs,rites funéraires, politiques ou magiquesartsreligionscoutumesparentéhabitatstechniques corporelles, instrumentales, de mémorisation, de numération, de représentations spatiales et temporelles, etc. On y est en plein me semble-t-il ...


                                Vous vous étonnez que l’on parle du mariage homosexuel à propos de la théorie du genre et 
                                vous ne faites pas la connexion entre les deux ?? Etonnant .. pour moi il est évident qu’à partir du moment ou le sexe qui se trouve entre nos jambes n’a pas d’importance pour déterminer notre « genre » masculin ou féminin, de toute évidence il faut absolument pouvoir s’épanouir, notamment par le mariage et l’élevage de quelques enfants, avec quelque personne que ce soit ... 

                              • nemotyrannus nemotyrannus 17 avril 2013 09:50

                                Je sais ce qu’est l’anthropologie , mais je ne vois pas en quoi ce serait un recul .

                                Les gens changent , les envies changent , les mentalités changent , les valeurs changent , la morale change .

                                Et tout ça précède le mariage.

                                Je ne peux que vous conseiller de cesser de le voir comme le pilier centrale de la vie.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Archibald


Voir ses articles







Palmarès