Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Ah ! Les vaches...

Ah ! Les vaches...

Quelles salopes, ces vaches... Ça rote comme un émir, ça pète comme un gendarme et ça pollue plus que toutes les usines à charbon de la Chine ! Ouais Mossieur ! Quelles vaches ces vaches. Savez-vous que les quelque 1,3 milliard de vaches de la planète (une vache pour cinq humains) pètent et rotent environ 300.000 milliards de litres de méthane par an ! Ce qui représente presque 20 pour cent des émissions de méthane reliées aux activités humaines. Ah ! La vache... Et après ça on me casse les burnes pour mon petit diesel...

 

Mais heureusement le Superman de la Productivité est là ! Le Zorro de la défense de l'environnement veille sur nous. On va te les surveiller ces vaches de vaches. Et de près. De l'intérieur même. Comment ? Vous allez voir.

Jusqu'où pousse l'avidité débridée en vue de faire le plus de pognon possible... Je vais vous parler d'un truc qui relègue la corrida au rang de distraction pour jeune fille : les vaches à hublots  ! C'est une des dernières trouvailles pour « le bien de l'homme ».

Quésaco ?

Le magazine « Courrier international » a publié ceci il y a quelques mois :

« Vous avez l’estomac bien accroché ? Alors lisez ceci : des vaches suisses sont équipées de hublots pour mieux servir la science. Les bovins de l’Agroscope de Grangeneuve ont un trou de 15 centimètres dans le flanc. Cette ouverture permet d’accéder directement au bol alimentaire pour en analyser le contenu. Pour prélever des échantillons, il suffit de passer le bras dans le trou, comme le montre cette vidéo de la RTS. 

Grâce à cette trappe de visite en caoutchouc, les chercheurs peuvent ”tester la digestion de mélanges d’avoines expérimentaux, et à terme, obtenir une alimentation plus saine”, note la Tribune de Genève.

Les vaches helvètes ne sont pas les seules à bénéficier de ce traitement. En France, l’INRA travaille depuis belle lurette des lustres sur des bovins fistulés. Cette pratique permet notamment de plancher sur la production de méthane des bovins. Entre rots et pets, comme chacun sait, les ruminants libèrent une effroyable quantité de gaz à effet de serre. Voilà peu, en Allemagne, des vaches laitières ont failli faire exploser leur étable, relate le Spiegel. La réaction entre une décharge d’électricité statique émise par une machine à massage et le méthane rejeté par les herbivores a déclenché un incendie. »

 

Les Hollandais sont depuis longtemps passé au stade de la production. Grâce à ce procédé « innovant », ils arrivent à fabriquer des vaches qui pissent 100.000 lotres de lait par an. Gràace à ce trou, ils peuvent vérifier la qualité de la digestion des bestiaux, éventuellement ajouter quelques adjuvant, voir quelques hormones, quelques antibiotiques... Bref rien que de bonnes choses qui ,font la qualité des oroduits bataves, « cet autre pays du fromage » !

Eh ! En France, l'INRA traille sérieusement la question. Et au fait, qu'est-ce qu'on nous installe en ce moment, quelque part dans le Nord ? Une usine avec mille vaches ? Ouais. C'est ça. Sur le modèle hollandais. Eh ! Les écolos nordistes, faudra aller regarder de près ce qui s'y passe. Par le hublot ?

pets de vaches par Topi.jpg

 

Liens :

http://www.rts.ch/info/regions/fribourg/5588165-dans-le-canton-de-fribourg-les-vaches-a-hublot-intriguent.html

http://www.agoravox.fr/actualites/environnement/article/vaches-a-hublot-ou-comment-l-inra-52566

http://www.organicagcentre.ca/ResearchDatabase/res_livestock_cowmethane_f.asp

http://www.courrierinternational.com/chronique/2014/02/11/les-vaches-a-hublot-oeuvrent-pour-la-science

http://www.terrafemina.com/societe/buzz/articles/34929-vaches-a-hublot-la-polemique-enfle-sur-la-toile.html

 

 Illustrations X - Droits réservés


Moyenne des avis sur cet article :  4.47/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

28 réactions à cet article    


  • Daniel Roux Daniel Roux 1er novembre 2014 10:31

    "Savez-vous que les quelque 1,3 milliard de vaches de la planète (une vache pour cinq humains) pètent et rotent environ 300.000 milliards de litres de méthane par an.« 

    Certains prétendent que les humains pèteraient et roteraient comme ces animaux. Aucune étude sérieuse n’a cependant prouvé cette incongruité. Chacun est à même de se faire sa propre opinion sur cette question.

    Imaginons que 5 humains produisent autant de méthane qu’une vache... Si cette hypothèse était vérifiée et que l’on trouve un moyen de recueillir le »fruit" de nos entrailles, un horizon sans centrale atomique serait envisageable, non ?


    • JL JL 1er novembre 2014 11:00

      Bonjour Daniel Roux,

      Vos chiffres donnent 632 litres de méthane, par jour et par vache.

      Pour ma part, je ne me sens pas capable de produire 125 litre de pets par jour, même en mangeant des fayots matin, midi et soir !

       smiley


    • Fergus Fergus 2 novembre 2014 08:22

      Bonjour, Daniel et JL.

      « Le chant de la nature est le cassoulet du rêveur : plus il en consomme, plus il poète ! » Ludovic Gratteplanche (La petite hulotte).

      Citation extraite de 40 citations pour piéger les pédants.


    • Gnostic GNOSTIC 1er novembre 2014 10:43

      Ça me donne envie de péter

       

      Prouuuuuuut

       

      Voilà c’est fait



      • oncle archibald 1er novembre 2014 10:47

        Ah millo dious ! Des vaches trouées ! Il ne nous manquait plus que cela !


        Les belles Bazadaises de Hautaget qui se dévouaient pour nous donner un « veau sous la mère » de qualité exceptionnelle, doivent en rester sans Meuh !

        Pour être exact je devrais dire veau sous « les mères » puisque chaque veau destiné à cet élevage exceptionnel tétait « deux mamans » (déjà !). Ah ce brave François ne se doutait pas qu’il était un précurseur ! Juste il se régalait de clouer une « médaille » de plus sur la porte de l’étable quand il revenait de vendre un veau au marché de Montréjeau. Cette porte était tellement couverte de plaques métalliques de couleurs diverses et variées attestant de son savoir faire et des prix remportés par ses veaux ici et là aux « concours agricoles » qu’on se demandait ou il ajouterait la suivante.

        Je suis sûr qu’il ne croirait pas un mot de votre article s’il le lisait .. Mais il est mort depuis bien longtemps, et en plus il savait tout juste lire. Il savait juste faire des veaux sous la mère exceptionnels. Quand je les voyais, je me demandais toujours qui allaient être les privilégiés qui allaient bouffer une « tranche de veau » provenant d’une de ses bêtes. 

        La « tranche » la plus part d’entre vous ne peuvent pas connaitre. C’est une façon de couper la viande qui n’a cours que localement. Dans la petite boucherie de Saint Laurent de Neste qui affiche en plus du prix le nom de l’agriculteur qui a élevé les bêtes vendues ce jour là. 

        Au lieu de faire des « escalopes » minces comme du papier cul tranchées dans la longueur du muscle, comme aiment les parisiens pour les cuire à la poêle, il coupe en travers du muscle une« tranche » épaisse de trois bons centimètres qu’il faut cuire au gril sur une belle braise de souches de vigne, avec amour et attention, un peu comme une cote de boeuf. Les puristes prétendent qu’il faut des souches de grenache, qui apporteraient un parfum particulier.

        Merde, je salive sur mon clavier.

        • VICTOR Victor 1er novembre 2014 10:55

          Ah que tu me fais plaisir tonton Archibald ! J’ai connu la même chose chez mon pote Elie, entre Les Vergès et Loubens, en Arrriège, millo dioù. Ce temps serait-il définitivement révolu ? Espérons, espérons...


        • oncle archibald 1er novembre 2014 11:18

          L’Ariège, le Sud de la Haute Garonne, les Hautes Pyrénées, et les Pyrenées Atlantiques (puisque les Basses Pyrénées sont désormais interdites ! ) restent des coins bien particuliers, que j’aime beaucoup, ou les autochtones sont encore attachés à leurs terres et à leurs traditions … 


          Bien sûr les jeunes ne sont plus tellement attirés par le métier d’agriculteur, ils ont trop vu leurs parents bosser 12 heures par jour sept jour sur sept et 365 jours par an pour un revenu de l’ordre du smic gagné à deux. Mais quand ils partent pour « faire professeur à Paris » s’ils ont fait des études ou « gardien de prison à Lanemezan » s’ils n’en ont pas fait, ils n’ont quand même qu’une envie : revenir dans la maison des parents à la retraite.

          D’accord, ils y ajoutent un chiotte et une salle d’eau, mais en général ça reste quand même assez rustique. Ils serraient en cas de besoin capables de vivre quasiment en autarcie comme leurs parents, dont finalement ils sont très fiers sans trop le dire. 

          Du temps de « François » il y avait un seul point d’eau dans la maison : l’évier, avec un chauffe eau minuscule au dessus qui fonctionnant avec une bouteille de gaz butane . Et on allait faire « ses besoins » avec les vaches, dans l’étable. La paille c’est bien fait pour se transformer en fumier non ?

        • oncle archibald 1er novembre 2014 11:30

          Attends, je t’ai pas dit la meilleure. François et Odette gardaient les clefs de la maison de mon beau-père « parti à Paris » et qui a fini directeur d’une maison d’édition. Un « moussu » quoi !


          Avec ma femme on était allé passer un week-end dans sa maison familiale. On va donc récupérer la clef à la ferme d’a coté. Odette qui était dans la cour s’exclame en nous voyant, embrasse ma femme qu’elle a vu toute petite, fait raconter ci et ça, puis se met en devoir de nous donner la clef.

          Elle quitte les sabots sur le pas de la porte, entre en chaussettes dans la grande pièce à vivre et va tout droit au frigo d’ou elle sort … ses pantoufles, qu’elle enfile aussitôt.

          Le frigo on ne « le branche » que l’été. L’hiver c’est pas la peine et l’électricité c’est cher ! Donc il sert de placard. C’est une armoire comme une autre dans laquelle elle rangeait ses grosses pantoufles charentaises. Rudes comme ces deux là je n’en ai jamais connu d’autres.


        • alinea alinea 1er novembre 2014 13:44

          ! !!!!! je fais pareil, sauf pour les pantoufles !! smiley
          garde à manger dans la cour, c’est souvent trop froid !!


        • Fergus Fergus 1er novembre 2014 14:10

          Bonjour, Oncle Archibald et Victor.

          Les pets et les rots des bovins, j’y faisais déjà allusion, de même que le hublot, dans un article d’août  2009 intitulé... Ah... La vache !

          Je vous rassure quand même : les vaches à hublot ne souffrent absolument pas. Certes, le procédé peut choquer visuellement, mais il répond à des nécessités de recherche, en France comme en Suisse. Et entre nous, je suis moins choqué par quelques vaches à hublot dans un environnement scientifique que par les dizaines de milliers de bêtes auxquelles on scie désormais les cornes !

           


        • Fergus Fergus 1er novembre 2014 17:32

          @ Oncle Archibald.

          « les jeunes ne sont plus tellement attirés par le métier d’agriculteur, ils ont trop vu leurs parents bosser 12 heures par jour sept jour sur sept et 365 jours par an ».

          C’est loin d’être le cas général.

          D’une part, les Gaec permettent de dégager quelques week-ends et des congés. C’est le cas pour mes cousins du Cantal et pour d’autres agriculteurs que je connais en Auvergne.

          D’autre part, si le temps de travail est très élevé en été du fait des récoltes, il est nettement plus allégé en hiver.


        • Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 1er novembre 2014 20:05

          « Certes, le procédé peut choquer visuellement, mais il répond à des nécessités de recherche »


          Les « nécessités » peuvent justifier faussement bien des horreurs. Ce qui est laid est mauvais. Or, ce procédé est laid. Donc il est mauvais. 

        • alinea alinea 1er novembre 2014 10:57

          L’homme est fou, et on le laisse faire !
          Aveuglés par leur bonne cause, les chimistes de service : ne leur pardonnons rien, ils savent très bien ce qu’ils font !


          • OMAR 1er novembre 2014 16:57

            Omar33

            Salut alinea

            Heureusement que contrairement aux hindous, les musulmans bouffent de la vache.
            Sinon, ils seront tenus aussi pour responsables de pollution atmosphérique.


          • cevennevive cevennevive 1er novembre 2014 12:22

            Pauvres vaches !


            En Lozère, heureusement, nos belles aux yeux maquillés vivent libres dans les pâturages. Quelques unes connaissent encore le taureau (et non la canule à sperme) et voisinent avec les poules, le cochon et les chiens.

            Jusqu’à quand ?

            Quant à la « tranche » d’oncle archibald, j’ai connu cela dans ma jeunesse. Pas sur la braise mais dans une poêle où grésille un peu de beurre (de la ferme). Tourne, retourne dans le beurre, puis quelques minutes sous un couvercle avec une nappe de crème (de la ferme bien entendu).

            Bon, je ne mange plus de boeuf, ni de vache, ni de veau.

            Et lorsque je vois ce que l’on réserve à ces pauvres bêtes (comme les poules élevées en batterie) je ne risque pas d’en remanger.

            Le méthane peut tout aussi bien être produit par nos cacas, nos pipis et nos déchets, non ? Pas besoin, comme le dit JL (qui m’a fait rire) de manger du cassoulet tous les jours...

            Remarquez, la bière fait roter et péter aussi. On devrait mettre un tuyau aux Alsaciens, aux Bavarois et à tous ceux qui en boivent régulièrement. Les fêtes de la bière seraient un excellent moyen de récolter du méthane.

            Ah les vaches ! Mes belles aux yeux doux !

            Bonne journée à tous.





            • VICTOR Victor 1er novembre 2014 13:52

              Même en Lozère (je vis tout l’été en Margeride) les vaches n’ont plus de cloches au cou, mais un petit bébeil plat, bleu, qui pend à une sangle plastique. Parait que c’est pour qu’elles reçoivent à l’étable exactement les produits de nourrissement dont elles ont besoin.

              En plus, en Lozère, il nous font un pataquès pas possible : il y a soi-disant des loups qui bouffent leurs moutons ! En fait, ce sont les chiens perdus des chasseurs qui chassent en meute. Mais...pour être remboursés, il faut trouver le proprio des chiens, alors qui que si on déclare une « attaque de loup », on leur paie (on, c’est nous !) 130 euros la brebis !


            • Fergus Fergus 1er novembre 2014 14:19

              Bonjour, Cevennevive.

              Vous écrivez « nos belles aux yeux maquillés » pour parler des vaches d’Aubrac. La même admiration m’avait fait écrire dans Aubrac : du granit, des vaches et une incomparable sérénité cette phrase : « Une race dont les vaches semblent par coquetterie revendiquer leur origine africaine avec leurs yeux largement soulignés de khôl. »

              Le fait est qu’elles sont superbes !


            • Fergus Fergus 1er novembre 2014 14:24

              Bonjour, Victor.

              Si, il y a encore ici et là dans l’Aubrac, mais aussi en divers lieux d’Auvergne, des vaches porteuses de clarines. C’est le cas chez les éleveurs de ma propre famille.


            • brieli67 1er novembre 2014 15:25

              Avant j’allais ailleurs mais
              Quand j’ai pas le rond,
              Je gite de droite à gauche,
              Comme l’araignée sur son filet
              Ou le contre, et le faux quand elle a pris un peu de Rhum sec.
              Parfois j’ai la culotte qui hampe
              L’aiguillette sur le flanchet et paf dans la poire.
              Jarret toujours un collier pour
              Ma tendron, qui aime bien tailler
              Une bavette, entre deux côtes, du Rhône.
              Même quand les onglets crissent sur le jumeau.
              Allez, aloyau revoir...

            • brieli67 1er novembre 2014 15:36

              oh bouvier d’avant la PAC - politique agricole commune


              quels a-priori sur la laitière et sa réforme !

            • mmbbb 1er novembre 2014 17:31

              de temps en temps n’y a t il pas des analyses ADN ou histologiques ? La ficelle parait facile Quant aux clarines la tarentaise en portent ainsi que la Reine en Suisse Du cote Italien en passant le col Lacroix dans le Queyras le troupeau qui paît dans cette vaste vallee glaciere offre un festival de son inoubliable


            • brieli67 1er novembre 2014 15:12

              O star of my eyes, sun of my being, 
              You, my angel, my passion.


              Carcass

              • Le421 Le421 2 novembre 2014 08:20

                Pour faire 1Kg de viande, un bovidé utilise 15.000litres d’eau potable quand tout une partie de la planète en est privée...
                Commençons par ne plus boire de lait de façon inconsidérée ainsi que de consommer de la viande exagérément.
                Vous aimez l’entrecôte ?? Ben, moi aussi !!
                Je m’en paye une belle, chère, de bonne qualité, environ une fois par moi !! La rareté du produit en fait tout l’attarait.
                Comme pour l’énergie, la première chose à faire, c’est de l’utiliser comme les corses et les arméniens...
                Avec Parsimoni et Bonnessian !!

                Agoravoxement vôtre !!  smiley


                • Le421 Le421 2 novembre 2014 08:22

                  L’attrait, pardon...
                  Clavier de mCENSUREde !!
                  (Faut bien que ce soit la faute de quelque chose ou de quelqu’un !! On est en 2014...


                • Le421 Le421 2 novembre 2014 08:25

                  L’attrait, pardon...
                  Clavier de mCENSUREde !!
                  (Faut bien que ce soit la faute de quelque chose ou de quelqu’un !! On est en 2014...)

                  [www.futura-sciences.com/magazines/environnement/infos/qr/d/eau-faut-il-litres-eau-produire-932/ lien]


                • philippe913 2 novembre 2014 08:33

                  C’est faux, arrêtez de faire de la désinformation.
                  Ces 15.000 d’eau cités partout ne sont pas de l’eau potable. 94% de cette eau, c’est de l’eau de pluie sur les champs...
                  ça n’est donc pas parce qu’on deviendrait tous végétariens que le problème de l’eau potable dans le monde serait résolu. ça n’a strictement RIEN à voir, idem pour la consommation de lait.


                • christophe nicolas christophe nicolas 2 novembre 2014 09:52

                  Si on met des détecteurs de pets à la population pour une taxe méthane, les jolies demoiselles vont être vexées...


                  En même temps, ça peut être intéressant pour les corbeaux de la république, c’est un moyen de pression.... gazeux

                  Et vous, vous pétez combien de litres par jour ? 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès