Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Contribuez au débat public sur les nanotechnologies sur Agoravox (...)

Contribuez au débat public sur les nanotechnologies sur Agoravox !

Le 15 octobre, le débat national sur les nanotechnologies sera lancé. Jusqu’au 24 février 2010, tous les citoyens pourront s’informer sur le sujet, débattre et échanger leurs arguments. Dès aujourd’hui, Agoravox est l’un des lieux où s’exprimer et prendre part à ce débat.
 
Les nanotechnologies, ces techniques qui permettent de créer des objets 500 000 fois plus petits qu’un cheveu, ne font pas consensus. Leurs applications, avec toutes les perspectives qu’elles ouvrent - dans les champs de la santé, de l’électronique et de l’environnement notamment - ne sont pas exemptes de risques potentiels.
 
C’est pourquoi, conformément aux engagements du Grenelle de l’environnement, le Gouvernement a sollicité la Commission Nationale du Débat Public (CNDP) pour mettre en place le débat. Son organisation a été confiée à une Commission Particulière du Débat Public (CPDP), présidée par Jean Bergougnoux.
 
Sur un plan plus pratique, ce débat public se tiendra du 15 octobre 2009 au 24 février 2010  :
- dans 17 villes de France lors de réunions publiques gratuites et ouvertes à tous (liste des dates, des lieux et des thématiques : http://www.debatpublic-nano.org/participer/reunions_publiques.html )
- en continu sur le site web de la CPDP, où il sera possible de questions et de proposer ses contributions dès le 15 octobre : http://www.debatpublic-nano.org/index.html
 
Mais au-delà de ces deux possibilités pour débattre, Agoravox se propose d’être un espace pour :
- couvrir les réunions publiques qui se dérouleront près de chez vous
- faire connaître votre avis et vos arguments
 
Pour ceux qui ont un blog ou autre espace d’expression sur le web, n’hésitez pas à y animer ou à y relayer cet événement citoyen, comme cela a déjà été fait par de nombreux membres de la blogosphère.
 
En effet, via quelque moyen de diffusion que ce soit, c’est le bon moment pour s’exprimer et se faire entendre au sujet des nanotechnologies.
 
Pour tout renseignement, n’hésitez pas à consulter le site du débat public, ou à contacter les modérateurs d’Agoravox qui me transmettront l’info.
 
Bon débat à tous !
 
 
 
 

Moyenne des avis sur cet article :  3.59/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

44 réactions à cet article    


  • rocla (haddock) rocla (haddock) 14 octobre 2009 10:46

    Qu’ est ce que Sarko a encore à voir avec cet article ?


    • Triodus Triodus 14 octobre 2009 17:00

      .. la nanocratie !


    • franck2010 14 octobre 2009 12:43

      Putain....il vient de me piquer ma réponse !


    • Philou017 Philou017 14 octobre 2009 17:51

      Léon pense que la plèbe doit rester à sa place. Est-ce qu’il réfléchit, lui ? Non, les Instituts Scientifiques sont là pour lui dire ce qu’il doit penser. Léon est un sage

      Laissons la science aux grands de ce monde...


    • franck2010 14 octobre 2009 23:31

      C’est vrai que leon est un peu ... *


    • ykpaiha ykpaiha 15 octobre 2009 00:30

      Dans les nano-techologies on est déja champions du monde.
      mais pas de politique ...chut...quoique Sarko et nonette du ps ils sont vraiment infimes.
      Je crois meme que dans ce syposium il va y avoir un concours de lancer de nains, c’a c’est pour s’entrainer.
      Suis je hors sujet ?


    • JL JL 15 octobre 2009 11:54

      J’ai signalé ce commentaire comme abus manifeste de trollage. J’en ai profité pour demander son e’xclusion ainsi que les membres de sa clique.

      Mes raisons sont exposées là : http://www.agoravox.fr/actualites/sante/article/le-directeur-de-l-ecole-de-mon-63162?debut_forums=100#forum2267667

      sous l’article je signale à ceux qui bne l’auraient pas lu, ce commentaire édifiant de Patrick Ferner.


    • JL JL 15 octobre 2009 11:55

      Je parle du commentaire de Léon, bien sûr, mais je pourrais y ajouter ceux de tous les trols qui lui ont emboité le pas. Ils sont en train de torpiller Agoravox.


    • Paul Cosquer 15 octobre 2009 13:53

      Petite explication du malaise de Le Furtif : c’est Voris qui l’a énervé avec ses interprétations toutes personnelles de Mozart.


    • Paul Cosquer 15 octobre 2009 14:55

      Le remède est parfois pire que le mal. C’est particulièrement le cas lorsque le mal désigné est la liberté d’expression.

      Si en chantant mal, ça plaît, cela veut dire que si c’était sublimement interprété par un grand artiste, ce serait excellent. CQFD.

      Mais j’ai songé à ménager vos oreilles (?) en m’arrêtant à 3 sonates. Petit veinard ! Pourtant cela me démangeait d’en faire quelques autres. Il y avait bien la K.545 mais.... ah ? Bon, bon, d’accord, je m’arrête à 3.

      La 545 est particulièrement riche en trouvailles et sa construction est prodigieuse. La K331 andante débute par contre de manière banale et conventionnelle (puis s’emballe après et s’améliore) même en modulant les notes c’est rasant (au piano, comme à la guitare où c’est moins modulable)...Avis perso bien sûr (« libre expression »).


    • Paul Cosquer 15 octobre 2009 14:57

      Je chante certes un peu faux (le chanteur aura 1 mois demain...) mais vous, vous baignez dans trop d’idées fausses...


    • Nobody knows me Nobody knows me 15 octobre 2009 16:08

      Les journalistes-citoyens à l’assaut des nano-technologies ?

      Ouais Léon, on va laisser Christophe Barbier traiter du sujet, c’est un pro en tout lui... Et en plus, il sait tout kesseki pensent les français.


    • Philou017 Philou017 14 octobre 2009 17:54

      « que je puisse y aller étaler mes délires »

      Les nano-penseurs à l’œuvre....


    • Nobody knows me Nobody knows me 15 octobre 2009 15:53

      Qu’est que ce machin de machine à gaz de commission particulière de La Nanotruc
      Ceci dit comme je n’y connais rien, je suis parfaitement désigné selon les usages locaux pour en débattre...

      Je crains que, même après une lecture de l’article wikipedia sur les nanotechnologies, vous n’ayez pas tout à fait saisi la portée de ce domaine. Et je doute qu’on ne puisse pas repérer vos modifications sur l’article, elles sortiraient trop du lot...

      Quant à moi, je crains qu’on nous glisse dans ce « grand débat sur les nano-technologies » tout ce qui concerne les OGM et compagnie afin de dire « wouaw, la nanotechnologie c’est super génial » (je vois déjà Copé le dire, Frédéric Lefebvre traiter les sceptiques de « fils de putes » etc...).
      Ce qui me surprend le plus, c’est que le gouvernement se soucie d’un « débat national sur les nanotechnologies ». Et pour ça, je m’en méfie... Qu’est-ce qu’il en a à foutre de notre avis sur un domaine scientifique que 1% de la population connaît ? Il est déjà largement assez ouvert ce gouvernement...
      Ceci dit, vu la complexité, la diversité de ce domaine dont les concepts dépassent parfois ses propres chercheurs, je pense qu’on va bien se marrer ici sur Avox et sur les grandes ondes quand on entendra nos barratineurs favoris traiter du sujet...
      J’en rie d’avance.


    • Ropi 14 octobre 2009 11:43

      « Ceci dit comme je n’y connais rien... »

      Jusqu’ici, tout est plausible

      « ...je suis parfaitement désigné selon les usages locaux pour en débattre... »

      Et si vous renseigniiez ? Hein ? Ou si « on » (les... spécialistes) vous renseignait ? C’est pas une bonne idéé, ça ?

      Pour ma part, qu’on me donne les éléments - ou en tout cas les moyens de les obtenir - sans chappe de plomb type « secret-défense » ou autres prétextes employé dans d’autres industries, et je me ferais une joie...

      Ceci dit, c’est tout de même au citoyen de décider ce qu’il souhaite comme société dans une « république DEMOCRATIQUE », non ?
      Et qu’il soit spécialiste ou pas n’autorise personne à passer outre son avis...


      • Francky la Hache Francky la Hache 14 octobre 2009 11:56

        Le minimum à faire est d’expliquer le champ des possibles, avec le cout en fonction de la production.
        Mais aussi, il est indispensable de tordre le cou aux phantasmes délirants du genre « ils ont mis de la nanotechnologie tueuse dans le vaccin contre H1N1 » (vu ailleurs !!!).

        Avis aux spécialistes pour répondre. (les autres sont priés d’éviter leurs commentaires stériles, hein Léon ou le furtif ... )
        Avis aux curieux, posez vos questions. Domaine médical, informatique, ou autre.


        • Philippe D Philippe D 14 octobre 2009 12:26

          Salut Francky,

          Ca boume sur Reopen ?
          Vous êtes bien spécialiste en Nano....
          En Nano quoi dèja ?


        • franck2010 14 octobre 2009 12:47

          ..en nano-thermite. Un explosif militaire qui a permis au gouvernement américain de désintégrer les WTC1 et WTC2 pour faire entrer l’Amérique dans la guerre contre le terrorisme....Pourquoi il y aurait une autre explication ?


        • Piotrek Piotrek 14 octobre 2009 14:59

          J’ai trouve un site sympa en anglais :

          http://www.responsiblenanotechnology.org/dangers.htm

          Ca fait pas mal peur :
          - Danger possible d’instabilite economique (quoique on est deja un peu dans la mouise)
          - Danger possible pour la sante et l’environnement (des nano-usines hors de tout controle)
          - Danger de nouvelle guerre froide
          etc...

          Mais les avantages sont considerable aussi :
          - Utilisation optimale de la matiere
          etc etc etc

          et je vais dire comme tout le monde ici : allez vous instruire ailleurs ! ;d


        • Francky la Hache Francky la Hache 14 octobre 2009 15:01

          @ Philipe D
           ReOpen911 c’est très très bien en effet, tu dois le savoir, mais là n’est pas le débat.
          Si tu veux parler de nano-thermite, je te conseille de venir y faire un tour, même si tu n’es pas d’accord tu pourras t’exprimer, et surtout apprendre beaucoup.

          Le rapport avec le vrai débat sur les nano-technologie est ailleurs, merci de ne pas polluer avec un autre débat fondamental qu’est celui du 11/9.


        • Philippe D Philippe D 14 octobre 2009 18:03

          Shaw,

          Ça me prendrait trop de temps pour t’expliquer ce que tu ne sembles pas vouloir voir.  smiley

          Là, il faut que je boucle mon sac.
          Je ne serai pas très présent les jours prochains.


        • rocla (haddock) rocla (haddock) 14 octobre 2009 12:00

          Nous on connait le champ des partisans ,

          Un chant d’ honneur ...


          • Marcel Chapoutier Marcel Chapoutier 14 octobre 2009 13:39

            Je que selon leur habitude pas mal de gens qui n’ont rien à dire le dise quand même, bon je vais être sympa et vous sortir de votre ignorance, donc je cite Indymedia :

            "Communiqué - Ouverture du site du débat public sur les nanotechnologies

            Pièces et Main d’œuvre, "site de bricolage pour la construction d’un esprit critique à Grenoble« , ouvre ce lundi 21 septembre 2009 un nouveau site :  »Aujourd’hui le nanomonde, le site du débat public sur les nanotechnologies" (www.nanomonde.org).

            Contre la campagne d’acceptabilité des nanotechnologies lancée par le gouvernement-Sur les conseils de Jean Therme, patron du Commissariat à l’énergie atomique de Grenoble et inventeur de Minatec, « premier pôle européen de nanotechnologies » inauguré à Grenoble en 2006, Nicolas Sarkozy investit dans les nécrotechnologies. Le plan Nano-Innov prévoit 70 M€ dès 2009, et la construction de nouveaux « Minatec », à Saclay et Toulouse. Les ministres Lagarde et Pécresse demandent au CEA de faire de la microélectronique et des nanotechnologies une priorité de son prochain contrat d’objectifs, de 2010 à 2013.

            De Coppé, député UMP, à Devedjian, ministre de "la Relance", pas un des bons soldats de l’économie n’omet de citer les nanotechnologies dans ses discours sur la « reprise », la « compétitivité », la « croissance », rejoignant les socialistes du techno-gratin dauphinois dans la fuite en avant technologique.

            Rien de surprenant. Les nanotechnologies sont la prochaine révolution industrielle, après l’informatique, et la France ne négligerait pas un marché potentiel de mille milliards de dollars en 2015.

            Seul détail à régler : le risque d’opinion, au cas où celle-ci, après les OGM, entendrait les critiques de ceux qui, à Grenoble, enquêtent sur les nanotechnologies depuis huit ans pour en dénoncer les malfaisances. L’opinion, il y a des experts pour ça. La Commission nationale du débat public a été chargée par huit ministres d’organiser une tournée « participative » - 17 réunions publiques en France entre octobre 2009 et février 2010 – afin d’épuiser les opposants dans de stériles échanges, dont les conclusions décoreront sans doute les futurs budgets de Nano-Innov. Loin de servir un quelconque débat démocratique sur l’opportunité sociale et politique d’investir dans les nanotechnologies, cette campagne vise à leur acceptabilité par la population. « Faire participer, c’est faire accepter », disent les experts en acceptabilité de France Telecom.

            Proclamons notre opposition à la tyrannie technologique

            La seule attitude décente face à cette mascarade est le boycott total de ces pseudo-débats et la critique publique de la tyrannie technologique. Nous refusons de jouer le jeu, parce que nous refusons le nanomonde que ces divertissements citoyens sont censés rendre acceptable. Les soumis de la tyrannie technologique, les résignés de la survie artificielle dans le monde-machine, ne pourront pas dire que nous avons acquiescé avec eux.

            Nous avons mis en ligne toutes les informations. Renseignez-vous, faites circuler dans vos groupes et associations : opposants à la société industrielle, à la biométrie, à la vidéosurveillance, anti-nucléaires, anti-OGM, anti-militaristes, anti-nécrotechnologies et autres luddites. Organisez des réunions.

            Vous trouverez sur le site « Aujourd’hui le nanomonde » : 
             Les ressources pour découvrir les nanotechnologies et le nanomonde ; 
             Des informations et des révélations sur la campagne d’acceptabilité lancée par le gouvernement via la Commission nationale du débat public ; 
             L’actualité de la contestation des nécrotechnologies ; 
             Un agenda des débats et actions contre la tyrannie technologique ; 
             Des outils pour organiser vos propres événements.« 

            Donc pour connaitre les vrais dangers que constituent ces nanotechnos que l’on cherche à nous imposer avec un calcul cynique du style »de toute façons ils n’y comprennent rien, donc on va pas se gêner..." Sous prétexte de progrès scientifique inéluctable on met en avant uniquement les soi-disant bienfaits de cette technologie en faisant l’impasse sur le revers de la médaille c’est à dire disséminer dans la nature ces particules dont on a pas la moindre idée des conséquences à moyen et long terme sur l’environnement et l’homme. On a déjà vu cette politique de mensonge flagrant avec le nucléaire, ou on a raconté fadaises sur fadaises (et ça continue) en cachant bien qu’on a toujours pas résolu l’énorme problème du recyclage des déchets en hypothéquant l’existence des générations futures.

             http://www.piecesetmaindoeuvre.com/spip.php?page=plan


            • Piotrek Piotrek 14 octobre 2009 14:36

              « Faire participer, c’est faire accepter »

              C’est la peur de perdre votre image de contestataire ou la peur seule qui vous empeche de participer au debat ?


            • darksad 14 octobre 2009 15:49

              litterarius...
              « science sans conscience n’est que ruine de l’âme »

              logos....
              « science sans conscience n’est que ruine de l’âme »

              conscience ,
              âme,
              explication ?


              • Marcel Chapoutier Marcel Chapoutier 14 octobre 2009 16:39

                @piotrek

                Personnellement je ne suis pas quelqu’un qui suit aveuglément telle ou telle directive de qui que ce soit, j’ai cité PMO parce qu’ils sont les seuls à lutter contre les nanotechnologies et à avoir un argumentaire sérieux...Mais je connais pour les avoir vécue les fausses consultations, les faux débats, alors que les décisions ont été prises il y a des années en catimini sans rien demander à personne. Il n’y a rien que je déteste plus que les singeries cyniques de ces élus qui font semblant de demander leurs avis à la population bien après les vraies décisions. S’ils se sentent obligés d’organiser des parodies de démocratie c’est qu’ils se rendent compte (quand même) qu’ils agissent en mafieux mais savent qu’ils feront taire les opposants, n’ont-ils pas le pouvoir ?

                Pour ma part j’irai à une de ces réunions, juste pour voir jusqu’où ils sont capables d’aller dans la démagogie, mais je ne me fais aucune illusion... 

                • Morpheus Morpheus 14 octobre 2009 21:46

                  J’ai envie de participer à une réflexion sur ce sujet. Dans l’idéal, je considère qu’il s’agit d’une démarche citoyenne, c’est-à-dire participative de la construction démocratique. Toutefois, je dois dire que je suis sceptique à plusieurs niveaux.

                  Primo, je suis sceptique sur la véritable intention des pouvoirs publics de prendre en compte les avis de la population lors de ces débats.

                  Secundo, je suis sceptique sur la teneur des exposés et débats qui seront ouverts au public : par qui seront-ils organisés ? Y aura-t-il des conflits d’intérêt (c’est probable) ? Ne s’agirat-il pas de propagande plutôt que d’information ? ...

                  Tertio, ne s’agit-il pas, en fait, d’une mesure de cosmétique visant à faire accroire que débat public il y a eut, alors qu’en fait, les cartes sont déjà jouées ?

                  J’ai donc de sérieux doutes.

                  Néanmoins, ce qui est sûr, c’est que si les pouvoirs peuvent récupérer les sujets populaires pour en faire des outils politiques, l’inverse est également vrai ! Les internautes, et l’ensemble des citoyens désireux de prendre en main la question peuvent se mobiliser pour échanger, rassembler et diffuser des informations. En démocratie, la politique appartient au peuple, pas aux élus ! Et ça, c’est une idée forte que nous nous devrions de retrouver, massivement.

                  Je vais donc commencer à m’informer au mieux, en faisant le plus possible preuve de discernement.

                  En attendant, voici ce qui guide mon opinion a priori :

                  « Certains considèrent que la prétention de la science à tout connaître sur tout est illusoire : la science est fondamentalement limitée par les domaines d’étude qu’elle a elle-même défini. Et si la technologie a apporté d’immenses bienfaits, elle a engendré des ravages au moins aussi importants. De plus, la science n’a rien à dire sur la manière de conduire nos vie. »

                  « La science n’engendre pas la sagesse. Elle a montré qu’elle pouvait agir sur le monde mais ne saurait le maîtriser. »

                  « S’adonner pendant des siècles à l’étude et à la recherche ne nous fait pas progresser d’un pouce vers une meilleure qualité d’être, à moins que nous décidions de porter spécifiquement nos efforts en ce sens. La spiritualité doit procéder avec la rigueur de la science, mais la science ne porte pas en elle les germes de la spiritualité. »

                  (Matthieu Ricard, dans « L’infini dans la paume de la main »)

                  « Notre intellect a créé un nouveau monde fondé sur la domination de la nature, et l’a peuplé de machines monstrueuses. Ces machines semblent si indubitablement utiles que nous ne voyons pas la possibilité de nous en débarrasser, ni d’échapper à la sujétion qu’elles nous imposent. L’homme ne peut s’empêcher de suivre les sollicitations aventureuses de son esprit scientifique et inventif et de se féliciter de l’ampleur de ses conquêtes. Cependant, son génie montre une tendance inquiétante à inventer des choses de plus en plus dangereuses qui constituent des instruments toujours plus efficaces de suicide collectif. »

                  (Carl Gustav Jung)


                  • franck2010 15 octobre 2009 00:02

                    C’est la critique classique de la technologie par la philosophie allemande : Heidegger par exemple...une branche plutôt réactionnaire de la critique allemande, Junger aussi.

                    Le problème c’est le retour aux origines à la pureté originelle... à l’Être.

                    pour moi c’est une critique idéaliste et qui se base sur un état idéalisé de l’humain par rapport à la nature et qui n’a jamais existé.

                    Je pense plutôt que l’on a pas d’autre choix que d’affronter notre création : la technologie... sur le terrain politique. Plutôt que laisser le marché, ses demandes et ses besoins satisfaits par une demande qui ne cesse de s’affoler...


                  • Ropi 15 octobre 2009 11:35

                    « C’est la critique classique de la technologie par la philosophie allemande »

                    Je ne suis pas d’accord. Pour ma part, j’ai eu se genre de réaction par rapport au « tout technologique » sans avoir connaissance de cette « philosophie allemande » et de tous ceux que vous citez, et sans forcément souhaiter un « retour aux sources »... (Retour... pourquoi « retour », d’ailleurs ?)

                    Votre point de vue - par ailleurs tout à fait défendable - est de considérer qu’il faut agir « en aval » : la technologie est là, incontournable ; que va-t-on faire maintenant.
                    Pour ma part, je préfère essayer (quant à y arriver, c’est une autre affaire !!) de voir les choses en amont, et de maitriser ce déferlement technologique qui gouverne nos vies malgrés nous avant qu’il ne se soit imposé à nous et ne soit devenu inéluctable...
                    Car si on ouvre les yeux, c’est bien ce qui se passe tout le temps : une fois que c’est là, on ne peut plus s’en passer !
                    Qui aujourd’hui lâcherait sont ordinateur ?? Son portable (je n’en ai d’ailleurs pas) ?
                    Alors que ces choses ne sont pas vitales, loin s’en faut...


                  • Morpheus Morpheus 15 octobre 2009 12:53

                    @ frank2010

                    [ C’est la critique classique de la technologie par la philosophie allemande : Heidegger par exemple...une branche plutôt réactionnaire de la critique allemande, Junger aussi. ]

                    Ah, c’est possible, je devrais peut-être - enfin - me mettre à les lire, ces auteurs. Je ne savais pas, mais merci de m’en informer :)

                    [ Le problème c’est le retour aux origines à la pureté originelle... à l’Être. ]

                    Je comprend que souvent, lorsqu’on évoque une critique de la technologie - ou plutôt de la « technicité » - on s’engouffre dans l’idée que la-dite critique induit la volonté d’un retour aux origines. Je crois que la réflexion sur ce point est importante, car elle permet de changer de point de vue, de s’éloigner du sujet (dézoomer) afin de recadrer celui-ci dans son ensemble.

                    Cela étant, cela ne signifie nullement qu’il s’agisse de facto d’abandonner les acquis techniques, mais de questionner leur utilité par rapport à un choix de vie autant que par le réel bénéfice face à l’évolution à la fois individuelle et collective de l’humain : de façon synthétique, la technologie ne nous aliène-t-elle pas, plutôt que nous permettre d’évoluer et de nous épanouir ? La question mérite certainement d’être posée.

                    [ pour moi c’est une critique idéaliste et qui se base sur un état idéalisé de l’humain par rapport à la nature et qui n’a jamais existé. ]

                    Effectivement, on peut me qualifier d’idéaliste, j’en accepte la sanction. Mais cela ne se base pas, dans mon chef, sur une idée idéalisée du rapport homme-nature, mais sur la simple observation, d’une part, que l’être humain fait partie de la nature, et d’autre part, sur le jugement (personnel) que le paradigme « l’homme doit dominer la nature » est une erreur fondamentale. Enfin, j’observe qu’on ne juge généralement l’action de l’homme et son rapport à la nature que sur une période extrêmement courte, correspondant à la civilisation, soit 8 à 10.000 ans : hors, l’être humain a une histoire bien plus longue, et a donc un passé nettement plus important sans technologie et en nécessaire symbiose avec la nature (puisqu’il s’y est adapté). Selon mon analyse, cette symbiose fut rompue le jour où l’être humain s’est sédentarisé et installé dans les « cité » (origine du terme civilisation, qui vient de « civis », la cité).

                    [ Je pense plutôt que l’on a pas d’autre choix que d’affronter notre création : la technologie... sur le terrain politique. Plutôt que laisser le marché, ses demandes et ses besoins satisfaits par une demande qui ne cesse de s’affoler... ]

                    C’est une rhétorique souvent entendue dès qu’on exprime un changement d’orientation dans la société, ou la critique des orientation ayant mené à la situation actuelle : « nous n’avons pas le choix ». Et j’observe que vous parlez bien d’ « affrontement », donc vous avez conscience - peut-être inconsciemment - que ces technologie nous sont « hostiles », sinon, pourquoi parler d’affrontement ? Mais en fait, tel n’est pas ma démarche : je suis plutôt dans l’idée de comprendre notre sujetion à ces techniques, et nous détacher de son aliénation afin de faire de nouveaux choix, qui n’implique pas nécessaire l’abandon de la technologie, mais un autre rapport entre celle-ci et l’humain. Peut-être un usage plus raisonné de celle-ci, tenant compte de l’épanouissement humain et dans un retour à une symbiose avec la nature. Le constat est là : à l’heure actuelle, nous épuisons la nature et ses ressources, ni plus ni moins. Quid de l’avenir ?

                    Merci de votyre intervention.


                  • courageux_anonyme 14 octobre 2009 22:48

                    "Le disque dur d’ordinateur est un des premiers exemples de la pénétration des nanotechnologies dans notre vie quotidienne. Ce sont des objets nécessitant une maîtrise des propriétés des matériaux à l’échelle nanométrique (le stockage de l’information repose sur la stabilité thermique de grains magnétiques comportant moins de 100 000 atomes) et que l’on est capable de fabriquer en grandes séries."

                    http://www.cnrs.fr/cw/dossiers/dosnano/glossaire/mot/disque.htm

                    A part ça, la conjonction informatique/écologie ne vous dérange pas trop, les écolos en herbe ?

                    http://www.ekwo.org/coktailinfor.php3


                    • Ropi 15 octobre 2009 11:37

                      Si tout à fait ! (mais je ne suis pas en herbe" !)

                      Je cherche d’ailleurs à me dé-droguer de l’informatique, mais c’est très TRES dur !!
                      C’est vraiment une drogue !

                      La preuve, j’y suis encore !!!!!!!!


                    • wesson wesson 14 octobre 2009 23:25

                      Bonjour Avox,
                      les nanotech, c’est la bulle financière par laquelle arrivera la prochaine crise catharsique.

                      Fin du débat !


                      • franck2010 14 octobre 2009 23:27

                        Perso je me perds pas en conjoncture....entre ce que promets la génétique, la nano-technologie et patati et patata ...et ce qui adviendra sur le long terme. La SF nous a familliarisé avec ces ’ objets ’ scientifiques... on est trés loin du compte aujourd’hui. Notre époque imagine une révolution tous les 30 ans....l’informatique par exemple a été absorbée trés rapidement, pour un résultat rien moins que médiocre...faites excuses. Mais autour de nous le monde se ressemble toujours.

                        Climat, pic pétrolier, OGM, Virus, nucléaire, génétique, crise économique à répétition, guerre des matières premières, démographie galopante.....problème de l’eau.

                        Si tous ces problèmes sont couplés à l’ultra libéralisme il y a de fortes chances que ca dérape....autrement la nanotechnologie est une branche de la connaissance comme une autre, gérable par des sociétés solidaires de l’intérêt général. Le problème c’est le capitalisme et son rapport court-termiste au retour sur investissemnent : le pognon rapidement gagné.... et les dévastations commises au sein des sociétés humaines en son nom *


                        • Morpheus Morpheus 15 octobre 2009 13:11

                          Entièrement d’accord sur l’analyse du rapport entre capitalisme et technologies : celles-ci ne sont développée que pour obtenir des gains importants rapidement, sans répondre à des questions essentielles : véritable intérêt et apport, développement des technologie avec un rapport aussi neutre que possible sur l’environnement, réflexion éthique sur les changements et impacts de ces technologies, etc.

                          Quand le moteur est exclusivement le profit, le rapport est nécessairement faussé.


                        • joelim joelim 14 octobre 2009 23:39

                          J’exige de débattre sur ce qu’on doit débattre !


                          • zadig 15 octobre 2009 09:20

                            @L’auteur

                            Excellente initiative, cela nous changera un peu des débats stériles.

                            Il serait utile de prévoir une série d’articles de vulgarisation.

                            Les nanos.. , je connais un peu, trop peu à mon gout.

                            Alors merci par avance.

                            PS : Au début les moqueurs seront là, mais j’espère que très vite ils seront séduits
                            par le fabuleux potentiel de cette technologie .


                            • Ropi 15 octobre 2009 11:41

                              Ce n’est pas parce qu’on est pas « séduit » qu’on est « moqueur » !


                            • King Al Batar Albatar 15 octobre 2009 11:45

                              Perso, je me suis tape le 4 metal Gear (pour ceux qui connaissent) dont Guns of The Patriots, et bien les nanotechnologie ca fait flipper......


                              • nanomatic 15 octobre 2009 13:04

                                Pour tous ceux que ce débat intéresse, il y a un film qui circule depuis trois ans et qui reste une référence sur le sujet : LE SILENCE DES NANOS, un cyberdocumentaire sur notre avenir technologique de Julien Colin.
                                Voir là : http://www.lesilencedesnanos.com
                                (on peut aussi trouver le film en p2p sur le site des renseignements généreux - il y a des projections parfois, organisées par des groupes militants, des associations, des cinémas, des écoles et même... des chercheurs !)
                                Ce film décrit bien les enjeux politiques et philosophiques des nanos et surtout de ce qui s’appelle la « convergence technologique » : nano-bio-info etc et qui montre bien les finalités de ces technosciences.
                                Les nanos sont considérés en Europe, comme dans le reste du monde, comme des technologies clés qui auront, ont déjà, des répercussions dans tous les domaines (matériaux, énergie, médecine, armée...) avec un marché évalué en milliers de milliards et des incidences géopolitiques énormes. Les chercheurs, et leurs financeurs (états, industries...) misent sur elles pour résoudre tous les problèmes (posés par les précédentes évolution, ceci dit en passant) nous pouvons miser dessus, à notre tour, pour imaginer être confrontés demain à de nouveaux problèmes encore plus insurmontables.
                                Fuite en avant technologique qui met en péril (le peu) de démocratie, (le peu) de paix, (le peu) d’équilibre, (le peu) d’égalité qui subsiste en ce monde... fragile.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès