Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

Dany-Jack Mercier

Dany-Jack Mercier

J'enseigne à l’ESPE de Guadeloupe et je m'intéresse naturellement aux problèmes concernant l'enseignement dans le second degré et la formation des maîtres. Je suis le webmestre du site MégaMathsJ'ai écrit un livre pédagogiquement incorrect intitulé Délires et tendances dans l'éducation nationale - Filières scientifiques en péril afin d'alerter l'opinion sur ce qui se fait actuellement en matière d'enseignement scientifique.



Tableau de bord

  • Premier article le 16/07/2012
  • Modérateur depuis le 14/08/2012
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 18 143 940
1 mois 1 23 64
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 10 7 3
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0












Derniers commentaires

  • Par Dany-Jack Mercier (---.---.---.35) 7 décembre 22:33
    Dany-Jack Mercier

    Non, vous avez tort, il y a de l’H-G en terminale S..


    En matière d’éducation, les réformes pleuvent comme des hallebardes : cela change donc tout le temps.

    A peine disparues une ou deux années de terminale S, une nouvelle réforme impose à nouveau des heures d’histoire-géographie en terminale scientifique dès l’année 2014-15, rajoutant 2h hebdomadaire à une semaine trop chargée (30h environ).


    Cela augmente encore le volume des enseignements littéraires en série S, pour des élèves qui ont de moins en moins le temps de travailler les sciences. Eparpillement maximum = mauvaise performance dans tous les domaines, et c’est ce que nous vivons actuellement.

    Le caractère littéraire de l’enseignement de l’histoire-géographie ne fait aucun doute quand on lit le BO suivant :

    Que l’on ne se méprenne pas sur ce que je dis ! Je n’ai rien contre un domaine particulier, et je suis d’ailleurs un fervent consommateur d’émissions et de livres d’histoire qui ouvrent l’esprit et permettent de prendre du recul. La connaissance du monde et la géopolitique sont très importantes et nous intéressent toute une vie.

    Mais on ne peut pas impunément rajouter des matières obligatoires aux élève de terminale, sous prétexte que c’est intéressant, sans hypothéquer l’ensemble des enseignements qu’il reçoit. Il FAUT faire des choix cohérents en accord avec la section choisie par l’élève, et le préparer vraiment à travailler dans les domaines qui correspondent à cette section,

    En terminale littéraire, il n’existe plus aucun enseignement scientifique. Plus de mathématiques, ce que l’on peut comprendre, même si certains domaines des mathématiques permettent de mieux appréhender le monde qui nous entoure, comme l’étude de la perspective (qui existait avant en terminale L) ou l’initiation aux méthodes de compression numérique des images (pour comprendre comment les nombres interviennent dans le domaine de l’image).
  • Par Dany-Jack Mercier (---.---.---.35) 7 décembre 22:07
    Dany-Jack Mercier

    Toute initiation sur la théorie des ensembles a disparue du collège et du lycée à partir des années 1980. Il y a eu des excès, comme à chaque réforme, puis cela s’est fait beaucoup sentir, puis il y a eu une contre-réforme à cet endroit. 


    L’excès s’est produit dans le primaire, où l’on insistait par exemple bien trop sur les numérations en bases quelconques, et au collège où par exemple l’introduction de la géométrie sur des bases trop axiomatiques, et la définition des vecteurs utilisant des classes d’équivalences, étaient trop difficiles pour les collégiens.

    Ce qui est dommage, c’est que cette contre-réforme ait aussi faite disparaître la progression de la série scientifique C d’avant 1980 où l’on faisait de très belles mathématiques qui formaient à la rigueur de pensée et au raisonnement. L’étude des espaces vectoriels et des isométries vectorielles planes faisaient par exemple partie du bagage commun de l’époque, ce qui donnait une vision riche des mathématiques, et enjoignaient beaucoup d’élèves de la section C à continuer en sciences.

    Donc, pour moi, la disparition de l’étude des ensembles (et de la logique) est la conséquence d’un coup de balancier contre la « grande réforme » des mathématiques qui avait engendré beaucoup d’excès et de déconvenues, et les grands perdants sont les lycéens en section scientifique.

    Il semblerait qu’en matière d’enseignement comme ailleurs la voie du juste milieu soit impossible à suivre :)
  • Par Dany-Jack Mercier (---.---.---.35) 6 décembre 23:32
    Dany-Jack Mercier

    Oui. Mais :


    - On pourra peut-être vivre ailleurs en s’adaptant,
    - Le temps est une dimension qui peut être distordue, on sait peu de choses dessus. Les autres dimensions aussi d’ailleurs : on ne les perçoit que grâce à nos 5 sens et en raisonnant, donc l’univers nous est invisible pour la majeure partie. 
    - Il semble qu’il faille au moins 11 dimensions pour décrire l’univers actuellement.
    - L’univers dont on parle n’est que l’univers visible par un humain et accessible à la lumière d’un premier bing bang, il semblerait, donc ne nous donne pas accès à ce qu’il y a plus loin. 

    Bref on sait pratiquement rien sur où nous sommes. C’est ainsi, c’est un grand mystère. On comprend de très petites choses. C’est mieux que rien, on a fait des progrès, mais les mystères subsistent. Donc je ne ferai aucun pronostic :)
  • Par Dany-Jack Mercier (---.---.---.35) 6 décembre 16:23
    Dany-Jack Mercier

    Oui ! La philosophie est une aide précieuse, les religions aussi, les combats aussi, en espérant qu’on les choississe bien :). 


    Après cela dépend à quel niveau on se situe. Il faut sans cesse être conscient des enjeux différents suivant l’échelle où l’on se place :

    - Echelle humaine : sur une vie, que cherche-t-on ?

    - Echelle de la Terre : quels droits avons-nous sur tout ce qui existe sur notre planète ? Et les autres espèces ?

    - Echelle de l’espèce humaine : quel avenir pour notre espèce ? La Terre disparaîtra dans quelques milliards d’années. Et l’espèce humaine ? Avant ? Sera-t-elle assez intelligente pour coloniser d’autres mondes et s’adapter plus longtemps ?

    - Echelle cosmique : la Terre et l’espèce humaine ne posent aucun problème à cet échelle, leur devenir importe peu. L’univers (ou les univers ?) ne risque rien de nos actions et de nos choix microscopiques. 

    Donc : agissons, mais restons zen.
    Keep it easy.
  • Par Dany-Jack Mercier (---.---.---.35) 6 décembre 15:06
    Dany-Jack Mercier

    5000 ans... Vous y allez fort. Je n’étais pas né à cette époque.







Palmarès