• vendredi 25 avril 2014
  • Agoravox France Agoravox Italia Agoravox TV Naturavox
  • Agoravox en page d'accueil
  • Newsletter
  • Contact
AgoraVox le média citoyen
 

Dany-Jack Mercier

J'enseigne à l’ESPE de Guadeloupe et je m'intéresse naturellement aux problèmes concernant l'enseignement dans le second degré et la formation des maîtres. Je suis le webmestre du site MégaMathsJ'ai écrit un livre pédagogiquement incorrect intitulé Délires et tendances dans l'éducation nationale - Filières scientifiques en péril afin d'alerter l'opinion sur ce qui se fait actuellement en matière d'enseignement scientifique.

 

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 17 120 876
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 10 7 3
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Articles de cet auteur

Classer les articles par : Chronologie Les plus lus Les plus commentés

Derniers commentaires

  • Par Dany-Jack Mercier (---.---.233.35) 22 janvier 19:53
    Dany-Jack Mercier

    C’est malheureusement faux. Si l’on regarde les coefficients du BAC S on obtient les résultats suivants :

    Coefficients des épreuves scientifiques :

    9 + 6 + 6 = 21.

    Coefficients des épreuves de culture générale :

    2 + 2 + 2 + 3 + 3 + 2 + 3 + 2 + 2 = 21.

    Les résultats au BAC S dépendent donc pour moitié d’épreuves non scientifiques. Actuellement, montrer son BAC scientifique à un employeur n’a plus de sens.

    Sur cette page de MégaMathsFB je place les copies de 3 pages de mon livre L’enseignement dans le chaos des réformes et des attentes que je me suis scié à écrire en 2013 pour graver cette constatation dans le marbre :) J’y explique ce calcul de coefficients, entre autre.

    Par contre, le boulot demandé aux élèves « toutes matières confondues » est resté trop lourd. Avec peu de temps pour faire des maths et de la physique, et même si les enseignements dans ces matières ont été édulcorés. La difficulté provient aussi du manque de temps pour faire les choses, et des méthodes « à la mode » pour présenter des connaissances.

  • Par Dany-Jack Mercier (---.---.233.35) 22 janvier 14:56
    Dany-Jack Mercier

    C’est certainement vrai !

  • Par Dany-Jack Mercier (---.---.233.35) 22 janvier 14:34
    Dany-Jack Mercier
    Je pense qu’il s’agit d’une évolution naturelle qui n’a pas été contrecarrée par des prises de positions sévères venant d’un ensemble important de la population. Cet état de fait doit satisfaire le plus grand nombre.

    On aime les slogans comme « pas de ségrégation », « égalité, tout le monde au même niveau », « pas de favoritisme », « il suffit de vouloir pour pouvoir », « placer l’élève au centre du système scolaire »...

    Ces slogans sont finalement détournés pour expliquer qu’il faut surtout ne pas sélectionner des élèves à leur entrée au lycée en fonction de leurs résultats scolaires pour accéder à une filière donnée, qu’elle soit littéraire, scientifique, économique, sociale, professionnelle (là on sélectionne plus durement car il y a un nombre de places limité) ou technologique.

    Pas (ou très peu) de sélection : tout le monde ira dans LA section généraliste (appelée étonnamment scientifique), ce qui contribue à dévaloriser les autres filières considérée comme la voie royale, et fera beaucoup de tout à ne plus avoir le temps de respirer ou de travailler chez soi, avec des horaires qui ne peuvent qu’encourager la médiocrité partout. 

    Puis on tentera de supprimer les redoublements, les notes, puis on relèvera les notes de BAC, puis on sabotera les programmes à l’université et en CPGE, puis, puis... Tout s’enchaîne.

    Et la majorité est contente, donc ça marche...

    Une idée très simple serait de créer, au lycée, une filière généraliste de qualité où l’on afficherait que l’on fait un peu de tout, et de sélectionner un tant soit peu pour l’accès à toutes les autres filières spécialisées qui devront être vraiment spécialisées, donc avec au moins 70% de cours dans le domaine de spécialisation, sans surcharger les semaines pour essouffler les élèves qui ont envie de travailler (il y en a beaucoup).

    Sélectionner ! Cela ne fait pas beau hein ? Qui aura le courage politique de dire qu’il est stupide de faire croire à un élève qui a traversé toute sa scolarité au collège avec un maximum de 5/20 en maths, de sa possibilité de s’épanouir en suivant une voie scientifique au lycée ? PERSONNE. 

    C’est pourtant cruel et stupide de coincer un gosse sur une chaise à ne rien comprendre pendant des heures, des semaines et des mois, simplement parce qu’il n’avait pas appris les bases qui lui auraient permis de comprendre !

    On préfère encore le choix politique soft : on casse les programmes, on abaisse la barre et on s’en remet à la vidéo et à l’ordinateur pour transformer un élève qui ne peut pas suivre avec sa tête en un élève qui regardera des films et des diapositives avec ses yeux. Ensuite on le met au centre du système en lui présentant des cours de terminale digne d’une classe de CE2 avec des activités à ne plus pouvoir et des palabres à n’en plus finir puisqu’on n’aborde pas les savoirs en tant que tels et pour eux-mêmes. 

    De drôles de choix qui plaisent à la majorité : les politiques, les parents et certains pédagogues qui vont investir dans des solutions toujours plus originales et innovantes pour survivre dans une ambiance délétère (et ils vont y prendre goût car on peut économiser du boulot quand on utilise un vidéoprojecteur !).

    Personne ne dira qu’on ne peut pas enseigner correctement dans une classe très hétérogène : ce n’est pas politiquement correct. C’est plus simple et on gagne plus à dire le contraire, alors pourquoi se priver ? La vie est courte, et celle d’un homme politique aussi...

    Moi, je pense surtout à celui qui, quel que soit sa classe et son niveau social, aurait pu bénéficier d’un enseignement formateur dès la seconde, et qui se voir condamner à repousser sans cesse cet accès au savoir dont on fait mine de l’abreuver. L’aide-t-on vraiment de cette façon ? Je pense qu’on le coule plutôt.

    Bon, je m’arrête parce qu’il n’y a pas que ça dans la vie, et parce que je peux me tromper : après tout, ces élèves auront vu un peu de tout, et aussi en licence de maths où on ratatine les connaissances pour se mettre au niveau de tout le monde, avec un premier semestre encore généraliste comme en terminale, quatre sessions d’examens par an qui réduisent un semestre d’enseignement à deux mois et demi (car il faut s’arrêter des jours et des jours avant des partiels ou des examens) et des stages dans des magasins de chaussures pendant au moins un mois en pleine troisième année de licence de mathématiques. De mathématiques ?

    Oui, sans doute pour compter les boîtes de chaussure ou servir les clients. 

    Mais là je suis encore reparti. Je m’arrête. J’ai des bouquins à travailler ;)

    Tous ces choix ne font pas partie d’un grand oeuvre obscur dicté par quelques comploteurs cachés... Il s’agit uniquement de la ligne de plus grande pente, celle que « choisit » le bloc de pierre quand il vient s’écraser au bas de la montagne...
  • Par Dany-Jack Mercier (---.---.233.35) 22 janvier 13:24
    Dany-Jack Mercier

    Hum, vous aurez compris, je répondais à LE CHAT et non à Lycaon... Diablerie...

  • Par Dany-Jack Mercier (---.---.233.35) 22 janvier 13:23
    Dany-Jack Mercier

    Réponse à Lycaon : avec les nouvelles instructions de progression spiralée à outrance, d’interdiction morale du cours magistral, d’obligation morale de faire utiliser des calculatrices et des ordinateurs à n’importe quelle occasion, on brouille les pistes et l’on ne permet pas aux élèves de comprendre les bases avec sérénité.

    Avec de tels choix et de tels horaires hebdomadaires ne laissant pas de place au travail personnel, on rend les mathématiques incomestibles. C’est une opinion personnelle.

    Le cours structuré qui permet de présenter une notion « dans l’ordre », avec des définitions, des théorèmes et des applications en rapport avec cette notion, suivi par des exercices d’application, semble effectivement être considéré comme du « fascisme » par beaucoup de pédagogues. 

    Par contre, le fait que l’on soit musulman ou pas n’influe en rien sur ces choix pédagogiques. Etre d’une confession donnée peut poser des problèmes dans d’autres matières, comme l’histoire, la philosophie ou les sciences naturelles (avec la théorie de l’évolution par exemple), mais heureusement pas en mathématiques qui proposent des constructions en dehors du temps et de l’espace :)

LES THEMES DE L'AUTEUR

Tribune Libre Formation Enseignement Science et techno Système universitaire Education Société École Industrie Politique Citoyenneté Société Système scolaire Environnement Ecologie Consommation Emploi Fonctionnaires
Palmarès

Agoravox utilise les technologies du logiciel libre : SPIP, Apache, Debian, PHP, Mysql, FckEditor.


Site hébergé par la Fondation Agoravox

Mentions légales Charte de modération