• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Galuel

Galuel

Stéphane Laborde, Ingénieur diplômé de Télécom PARIS promo 1992, entrepreneur et créateur de DiagonaleTV 1ère TV échiquéenne sur Internet depuis 1998 et la TNT depuis 2008.

Tableau de bord

  • Premier article le 08/01/2009
  • Modérateur depuis le 27/01/2009
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 25 169 623
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 6 6 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Galuel Galuel 3 septembre 2013 13:15

    Très bien cet article !

    Ceci étant dit du point de vue d’un ingénieur en informatique il existe une voie parfaitement libre qui permet d’envisager le RdB sans tomber dans le même travers que les tenants de la « monnaie dette » qui est de développer une monnaie libre basée sur un RdB, et qui donc n’oblige personne, ni n’impose de monopole.

    Cf les liens et le podcasst n°36 « monnaie libre » http://monnaielibre.creationmonetaire.info/monnaie-libre-n36-mouvement-dentrepreneurs-les-tondus-avec-guillaume-thomas/

    Cf le projet OpenUDC, projet Libre, auquel tout informaticien peut donc contribuer, sans besoin de forcer le passage des systèmes monétaires privateurs.



  • Galuel Galuel 5 novembre 2011 11:26

    arf ;))) Très bon la chute !

    J’avoue que le début m’a intéressé, le développement ennuyé tellement le sujet a été traité dorénavant, et je pensais qu’il n’y avait toujours pas de propositions de solutions dans un type article devenu désormais presque répétitif...

    Mais la chute est pas mal :).

    J’invite ceux qui ont apprécié la chute à visiter l’explication d’OpenUDC pour aller un poil plus loin dans le sens de cette chute.



  • Galuel Galuel 3 novembre 2011 13:00

    « La liberté ne consiste pas »à ne pas nuire à autrui". La liberté consiste à ne pas nuire au Droit d’autrui. ce qui est très différent.« 

    Non. 0/1

     »On a parfaitement le Droit de nuire à autrui.« 

    Non. 0/1

     »Si j’ouvre une boulangerie et que je produis un meilleur pain que le boulanger du coin, je lui nuis.« 

    Non. 0/1

     »Si en plus je séduis sa femme, je lui nuis doublement.« 

    Non. 0/1

    Définition incorrecte de la nuisance. De plus un individu n’appartient pas à un autre. Il n’y a pas »sa« femme. Il y a »une" femme qui est libre. Rappel des fondements des droits de l’homme.

    "Ceci dit votre réponse est très intéressante : vous voulez fonder une monnaie sur une géométrie non euclidienne. C’est très inquiétant car malheureusement nous vivons dans un monde euclidien.« 

    Non. mpfff 0/1

    Etudier le GPS, étudier Galilée. Etudier Newton. Etudier Einstein Etudier en général la science, et ce que signifie la covariance. Etudier aussi l’évolution historique des étalons physiques et autres.

     »Vous niez que lorsqu’on augmente la quantité de monnaie à richesses constante, on provoque une hausse des prix."

    Oui.

    (A) X a 10⁸ de monnaie en plus qui lui est créditée. Il ne la dépense pas. On a créé de la monnaie, mais par ailleurs ça n’impacte en rien les échanges et donc les prix CQFD.

    Pire. (B) X a 10⁸ de monnaie en plus, non seulement il ne les dépense pas, mais a décidé de diminuer ses dépenses tout en produisant autant, et de thésauriser sa monnaie gagnée. Il y a création monétaire ET baisse des prix. CQFD.

    Un peu ridicule de devoir faire des démonstrations aussi basiques... Mais il le faut apparemment...

    "Dans tous les cas ce qui est important c’est qu’il y a création monétaire sans destruction monétaire, donc inflation.« 

    Non. Conséquence archi fausse comme on vient de le démontrer.

    0/1

     »Qui dit inflation, même si la monnaie est distribuée à tous, signifie que la monnaie ancienne, accumulée sous forme d’épargne, se dévalorise.« 

    Non. (C) La production augmente d’un facteur supérieur au taux de création monétaire, ET la monnaie circule dans les mêmes proportions (donc pas les hypothèses A ou B), ET la population est constante (donnée fondamentale AUSSI) ALORS et toutes choses étant égales par ailleurs LES PRIX BAISSENT. CQFD.

    0/1

     »la TRM est donc bien, dans son principe, une forte incitation à la production et à la croissance. C’est une mesure dirigiste.« 

    Non. 0/1

    C’est le choix d’un instrument d’échange. Ce qui pour le moins est la base même des libertés que des producteurs libres s’accordent sur un outil d’échange commun.

     »La revendication d’affiliation au logiciel libre est d’ailleurs assez étonnante. Voila un système centralisé qui « distribue » de la monnaie suivant des règles construites mathématiquement à une population précise. Il est difficile de trouver un système plus éloigné de l’esprit 2.0. C’est une vraie cathédrale constructiviste."

    C’est une négation pure et simple de la liberté que d’empêcher des individus libres d’utiliser un même protocole d’échange comme TCP/IP, XMPP, ce qui n’impose en rien d’utiliser le même pour tout le monde. Seule la communauté l’ayant accepté l’applique. Quant à ceux qui n’en veulent pas ils utilisent autre chose, ça ne pose aucun soucis. C’est la base même des libertés logicielles.

    0/1.

    « La monnaie »

    Non. Une monnaie, d’un système monétaire donné.

    "ne peut être émise que localement entre personnes capables de vérifier et d’apprécier la solvabilité d’un emprunteur.« 

    Non. 0/1

    Une monnaie est un accord librement accepté entre producteurs pour un protocole d’échange donné, quel que soit sa forme, librement établie par cet accord.

    Toute définition constructiviste de la forme que doit prendre une monnaie est contraire à la liberté.

      »cela ne fait intervenir aucune banque centrale ni aucune martingale miraculeuse de création monétaire. C’est parce que les Etats veulent absolument « piloter » l’économie en contrôlant la masse monétaire que nous avons 4000 ans de crises monétaires cycliques derrière nous."

    1 point . Evidemement vouloir imposer une vision unique de la monnaie sans l’accord des participants au système monétaire, et/ou sans possibilité de sortir de la société par exemple en permettant l’application d’un principe de subsidiarité, est bien contraire au principe de liberté.

    1/11

    Recalé.



  • Galuel Galuel 30 octobre 2011 09:25

    @alcodu

    « Je ne porterai pas de jugement sur la théorie elle même ni sur ses calculs avant de les avoir bien compris et apprécies. »

    Ce serait mieux oui.

    "Sur le plan de la philosophie politique je relève quelques erreurs de définition assez étonnantes, notamment celle de la liberté.« 

    Ben non. Par définition une définition est une définition. Il n’y a pas d’erreur à une définition. Ainsi si je pose »une droite est un objet géométrique tel que deux droites parallèles ne se coupent pas« , c’est vrai en géométrie euclidienne, c’est faux en géométrie non-euclidienne qui pose que »deux droites parallèles peuvent se couper".

    Il ne peut donc y avoir aucune erreur vis à vis d’une définition. On peut par contre refuser de comprendre qu’on peut préciser la nature d’un concept, en posant les bases d’un espace logique cohérent. Ca c’est tout à fait possible, mais certes pas obligatoire, et il n’y a pas de vérité absolue qui ne contredise la liberté dans ses fondements ultimes.

    "Pour répondre à quelques questions soulevées par mes interlocuteurs. Si aujourd’hui une allocation de 750 € (la moitié pour les enfants) était distribuée mensuellement par création monétaire - c’est une hypothèse - cela représenterait environ 600 Md d’euros par an.« 

    M3 vaut au bas mot 10 000 milliards d’euros en zone euro et 330 millions de citoyens. Un DU ne se pose pas à priori sur une base arbitraire (ici 750 €) mais sur la base du calcul de la TRM, qui est basé sur l’espérance de vie, en % de la masse monétaire. http://www.creationmonetaire.info/2011/02/quel-montant-pour-le-revenu-de-base.html

     »il y aurait donc création de 600 Mds d’euros tous les ans, indéfiniment« 

    Ben non donc. Cf réponse précédente. Lire la TRM avant de la critiquer en affirmant des choses qu’elle ne dit pas.

     »Contrairement à la mécanique du prêt, il n’y aurait pas de création monétaire suivie de destruction monétaire lors du remboursement« 

    Ben c’est idiot. Yoland Bresson a bien précisé que le DU était un prêt de monnaie de base distribué sans remboursement direct. Ca n’empêche en rien que sur la base des recettes générées par la collectivité la collectivité décide d’en rembourser une partie.

     »C’est une création sans fin."

    La succession des générations est sans fin. Ca ne pose pas de problème particulier depuis plus de 40 000 ans, et plus de 10 000 ans de puis l’apparition des proto-monnaies. Cet argument est totalement abscon, d’autant plus que toutes les masses monétaires du monde ont toujours été créées sans fin. Et ceci est bien évident quand on comprend qu’une nouvelle génération peut parfaitement décider de créer sa propre monnaie à tout instant soit sur la base d’une ancienne, soit sur la base d’une nouvelle (ex Bitcoin, OpenUDC, WoW, WIR Suisse, Chiemgauer Allemand, Crédits Facebook etc...)

    "Galuel, il me semble que la théorie monétaire de base (maintes fois vérifiée) prédit que si vous augmentez la quantité de monnaie, à biens constants, vous provoquez une hausse des prix c’est à dire que la valeur de la monnaie diminue. Il me parait difficile de soutenir le contraire« 

    Il est logiquement totalement incohérent de se baser sur une mesure expérimentale DANS un système logique donné (ici un système monétaire FRAUDULEUX), pour dire »regardez dans votre système logique qui est différent, ça ne pourra pas marcher puisque dans mon système mafieux ça ne marche pas« .

    Cela revient à dire à Gauss »mais non vous ne pouvez pas développer votre géométrie non-euclidienne puisque vous arrivez au résultat que la somme des angles d’un triangle est supérieure à 180° ce qui est manifestement faux en géométrie euclidienne depuis 2500 ans !« 

     »Ben oui eh banane" répond Carl Friedrich Gauss puisque je développe la géométrie non-euclidienne justement, et que ce sera la base de la Relativité Générale à l’origine de la découverte de l’expansion des trous noirs, de l’avance du périhélie de Mercure, des lentilles gravitationnelles, et de la synchronisation relativiste des horloges permettant la mise au point des satellites GPS.

    Il est évident que la création monétaire dans ce système mensonger n’est pas réalisée sur la base d’un Dividende Universel, mais en distribuant arbitrairement le surplus monétaire à des individus privilégiés sans aucune légitimité autre que le pouvoir de coercition.

    Au contraire donc, et un scientifique se base sur l’expérience uniquement pour valider ou invalider sa modélisation théorique, dans les systèmes monétaires à DU, la production s’adapte au flux monétaires, permettant à tous les individus de développer leur autonomie productive et d’échange, développant fortement l’économie, alors qu’elle est asséchée dans les systèmes monétaires frauduleux.

    Les expériences en démontrent parfaitement le principe :

    http://www.courrierinternational.com/article/2010/04/29/les-miracles-du-revenu-minimum-garanti

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Allocation_universelle#Applications

    Le principe de l’obscurantisme c’est d’être intellectuellement incapable de reconnaître ses propres croyances comme étant un dogme particulier auquel on s’accroche coûte que coûte. C’est de rejeter les modèles de changement de paradigme qui déroutent l’esprit obtu. Devant l’expérience, le dogmatique tentera d’interpréter le phénomène observé qui ne rentre pas dans son dogme comme étant la conséquence de telle ou telle déviance, et pas la manifestation de la vérité expérimentale comme seule confirmation légitime d’un modèle théorique donné.

    C’est ce qui distingue l’esprit scientifique de l’esprit dogmatique.

    Le premier ne reconnaîtra la validité d’un système théorique qu’en regard de l’expérience et sera donc prêt à abandonner tout modèle qui n’est pas conforme à l’expérience, à adopter tout modèle qui s’accorde le mieux à l’expérience, tandis que le dogmatique s’accrochera à des vérités qu’il juge comme absolues.



  • Galuel Galuel 28 octobre 2011 08:05

    Je cite :

    "Enfin autre défaut important, en admettant qu’une inflation constante et maitrisée soit possible, ce dont je doute fortement, cette méthode est une marche vers la croissance forcée. Un individu ou un ménage qui décide de lever le pied - congé - retraite volontaire, « tour du monde » etc sera pénalisé. Tout pécule sera pénalisé. Il faudra tout dépenser tout de suite ou bien l’argent se dévalorisera.« 

    Tout d’abord rien ne dit que l’argent se dévalorisera, puisque si globalement la production de la même chose croit au même rythme ce n’est pas vrai. Pourquoi ce qui est vrai dans le sens où l’on prétend créer de la monnaie en regard de la production ne s’appliquerait dans le sens où les acteurs économiques ajustent leur production en fonction de la monnaie créée ? Ca n’a évidemment qu’un sens arbitraire et unilatéral. C’est un premier point.

    Ensuite quand on affirme que l’épargne se dévaloriserait c’est archi faux évidemment. L’épargne n’a jamais été proprement monétaire. Ainsi l’écureuil épargne des noisettes, et les indiens ont pris pour habitude d’épargner en or, et celui qui prétend vouloir »épargner de la valeur« qui croit qu’une valeur quelconque a cette prétendue propriété, eh bien il épargne »dans cette valeur« . Il n’y a aucune obligation à tripatouiller l’outil d’échange économique pour en faire une pseudo réserve de valeur, activant ainsi deux propriétés contradictoires.

    Qu’après un »épargnant« se rende compte que son épargne basée sur la pseudo »valeur" qu’il a choisie pour telle ne remplit pas son office n’est pas un problème lié à la monnaie. C’est un problème lié à l’ignorance fondamentale qu’il n’existe que des valeurs relatives dont l’échange relatif dépend du temps et de paramètres complexes entre les acteurs économiques, dont le stock, l’offre et la demande.

    L’épargne est donc possible, a toujours été possible, mais il n’y a jamais eu d’obligation pour les autres acteurs économiques d’accepter de se priver de leur outil d’échange économique en faveur des épargnants pour défendre leur pseudo croyance en un droit privilégié à épargner sur le dos des échanges économiques d’autrui.

    Il n’existe pas un tel droit, il est parfaitement incompatible avec la liberté qui est non-nuisance.

    Que celui qui croit en des valeurs absolues épargne ces valeurs sans nuire à autrui, et ainsi il fera une épargne conforme aux libertés.

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès