• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Inquiet

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 491 0
1 mois 0 2 0
5 jours 0 1 0

Derniers commentaires


  • Inquiet 22 juillet 07:11

    L’exemple sur la différence de salaire suivant le sexe illustre à merveille le propos.

    Cependant, je vois un autre angle qui est plus de nature idéologique que statistique : la paupérisation systématique des couches sociales inférieures.

    La véritable raison, n’étant pas comme on le dit des choix orientés en fonction du sexe, de la race, du poids, de la taille ... mais des acquis.

    Acquis patronaux, s’entend : vu qu’on tend à vouloir baisser significativement les salaires, il n’est éventuellement pas question de revenir sur les bas salaires sociétaux acquis (salaires des femmes plus bas que les hommes par exemple), sans qu’on puisse soupçonner un éventuellement machisme de la part des patrons cela est juste un effet d’aubaine historique.

    D’autant plus que maintenant les patrons veulent baisser tous les autres salaires qui ne le sont pas.

    Finalement on va l’avoir l’égalité salariale : par le bas :)


  • Inquiet 21 juillet 15:40

    Je ne suis pas spécialiste, mais une chose m’étonne ces dernières années (enfin quand je veux dire « ces dernières années » je remonte allègrement depuis 1990) : des champions « constants » dans leur forme en plus d’être « performants ».

    On n’a peut être pas besoin d’être à plus de 430 watts en perf, mais être tous les jours à 405-410 sans fatigue. Et du coup ne pas éveiller les soupçon sur la puissance développée puisque « l’arnaque » est sur le fait que le sportif est « toujours au rendez-vous » sans un « jour sans ».

    J’avoue que de ne voir jamais Froome (par exemple) craquer un jour, même si il est meilleur le jour d’après, ça me perturbe.


  • Inquiet 14 juin 12:51

    @Pierre
    Si tu n’as pas compris le problème, je pense que tu es un psychopathe, un sociopathe ou un truc dans ce genre.

    En effet, comment ne pas voir l’absolue inhumanité d’aider à pratiquer les licenciements ABUSIFS.

    D’ailleurs, ce genre d’argument sur la sur-protection est de mauvaise foi, et certainement manipulateur d’opinion, puisqu’il ne s’agit pas d’encadrer tous les types de licenciements puisque ceux là sont déjà encadrés, mais de PLAFONNER les licenciements ABUSIFS.

    En fait, suivant ton commentaire, on inverse complétement la notion de bien et de mal : pour toi il est malsain de ne pas permettre à un employeur de le punir sévèrement quand il licencie quelqu’un sans réelle raison ?
    D’où mon interrogation sur la possibilité d’avoir affaire à des gens handicapés par rapport à l’empathie, qui seuls peuvent défendre une telle conception de l’injustice :)


  • Inquiet 14 juin 10:01

    On pourrait passer des heures, voir des jours à justifier ou pas le fait que certaines catégories de personnes perçoivent ou non des indemnités (par exemple, j’ai vu utiliser l’argument de l’artisan qui n’en perçoit pas puisqu’il est son propre patron, mais le problème est plus général que ce problème spécifique, il s’agit de « revenus dignes » et de ne pas tomber dans la pauvreté en général),
    mais le sujet ne porte pas sur le fait de percevoir ou non des indemnités, mais de savoir si on fixe un plafond des indemnités sur les motifs de licenciements ABUSIFS.

    Vous avez compris A.BU.SIFS

    Potentiellement un employeur pourrait anticiper le risque financier pour licenciement d’UNE EMPLOYEE réticente à « ses charmes » si vous voyez ce que je veux dire. Je ne dis pas qu’il utiliserait le motif risqué « n’a pas voulue être gentille », mais qu’il serait certainement contraint d’utiliser un motif un peu « tiré par les cheveux » donc A.BU.SIFS.


  • Inquiet 8 juin 13:14

    Un jour Macron décède, et il passe devant St Pierre et il voit un personnage avec une barbe blanche sur un trône, et Macron de dire : « Que fait cet olibrius sur mon fauteuil ? »

    Macron et Superman font un bras de fer : comme gage le perdant devait porter son slip sur son pantalon.

    Macron a compté jusqu’à l’infini ...... 2 fois

    Lors d’un conflit armé, Macron à lancé une grenade : 50 ennemis terrassés, et ensuite la grenade explose.







Palmarès