• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Mmarvinbear

Mmarvinbear

Sympathisant socialiste tendance coup-de-pied-au-cul. Ennemi du politiquement correct, de la bienséance et du "bon goût qui doit plaire à tous". Ce que vous aimez sans y réfléchir, je le vomis. Ce que vous détestez sans savoir pourquoi, je le défends.
Véritable zoo à moi seul, je suis issu d'une expérience génétique réussie visant à combiner la puissance du taureau, la rugueur et la pilosité de l'ours, la perversité naturelle du porc, et la mauvaise foi humaine.
Empêcheur patenté de propagander en rond.

Tableau de bord

  • Premier article le 21/05/2009
  • Modérateur depuis le 19/09/2009
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 34 6393 2079
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 14321 2269 12052
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires


  • Mmarvinbear Mmarvinbear 12 octobre 2016 13:20

    @Europa Terra Nostra

    Sauf que les gaullistes sont soit morts, soit ont viré fachos ou populiste ( ce qui est à peu près la même chose...) et que les ouvriers casquette-mégot sont maintenant en Asie.

    Tout four l’camp, ma bonne dame...

  • Mmarvinbear Mmarvinbear 3 octobre 2016 01:46

    Un dictionnaire n’est finalement rien d’autre que le reflet de son époque, ses moeurs et sa technologie.


    Relisant « les misérables », j’ai trouvé des noms d’objets totalement inconnus et absents des dictionnaires actuels. Il fallait consulter des dictionnaires du XIXè siècle pour en trouver la signification car ces objets ont complètement disparus depuis !

  • Mmarvinbear Mmarvinbear 3 octobre 2016 01:31

    Le FAMAS faisait partie intégrante de notre identité. En effet, nous autres Français pouvions facilement nous identifier et nous reconnaître à travers lui : inimitable et immédiatement reconnaissable, avec ce qu’il faut de « style » et de « personnalité » .


    Soyons sérieux trente secondes.

    Combien de Français ont tenu au moins une fois un FAMAS dans ses mains ? Combien même seraient capables de l’identifier au milieu d’une dizaine d’autres fusils mitrailleurs ?

    J’ai fais partie des dernières classes appelées au service national et nous avions été en contact avec deux fois, a chaque fois pour apprendre à le démonter et le remonter. Nous n’avons jamais tiré une seule fois avec.

    Seuls les appelés versés dans les commandos avaient cette arme en dotation, et ils ne représentaient pas 10 % du nombre total.

    Ensuite, on a beau adorer les produits maisons, le FAMAS était loin d’être la meilleure arme du monde.

    Il était moins précis que le M16 américain et plus compliqué à entretenir que la célèbre AK47. Certains modèles étaient même détestés par les militaires en raison de leur manque de fiabilité.

    Ce qui fait qu’il s’est très peu vendu à l’export. Le plus souvent, les FAMAS présents dans les armées étrangères faisaient partie de cadeaux diplomatiques. 

    Il y a mieux pour convaincre à l’achat !

    Quand à se plaindre du caractère trans-national de l’achat...

    J’estime qu’il vaut mieux avoir une arme fiable et étrangère que nationale et qui ne vaut rien.



  • Mmarvinbear Mmarvinbear 22 septembre 2016 12:15

    @taktak

    Tréand profitant de la confusion et s’appuyant sur la parution de la presse communiste en Belgique, essaye de faire paraitre l’Humanité. mais il n’y a aucune « négociation » avec l’occupant.

    Faux.
    Deux séries de négociations ont été tenues pour la reparution légale de l’ Humanité, interdit depuis un an à ce moment et clandestin depuis.

    La première se tient en Juin 1940, avec la participation de Denise Ginollin, alors secrétaire du parti. Elle se tient directement avec les autorités allemandes, en dehors des décisions des cadres dirigeants. Elle est arrêtée par la police française en raison de son appartenance au parti, mais libérée sur demande des nazis. 

    C’est sur elle qu’est retrouvé l’argumentaire pour la reparution du journal, promettant par exemple de «  dénoncer les agissements des agents de l’impérialisme britannique ». Une liste d’arguments antisémites sont également invoqués, comme la dénonciation du « Juif Mandel. »

    Cette négociation est fortement dénoncée par les cadres du parti.

    Un second round est malgré tout organisé. A cette époque, le PCF est très divisé sur la conduite à tenir. Si certains ne voient pas de problèmes à collaborer avec les nazis, d’autres veulent rester neutres et d’autres sont déjà en Résistance.

    On lit le 4 juillet 1940 dans le journal : « Il est particulièrement réconfortant en ces temps de malheur de voir de nombreux travailleurs parisiens s’entretenir avec les soldats allemands, soit dans la rue, soit au bistro du coin. Bravo camarades, continuez même si cela ne plaît pas à certains bourgeois aussi stupides que malfaisants ! La fraternité des peuples ne sera pas toujours une espérance, elle deviendra une réalité vivante. »

    Vichy maintient son véto en Aout, une des rares décisions suivies par les allemands. Dès lors, l’ Humanité clandestine devient hostile aux allemands et à Vichy.

    Les cadres dirigeants n’approuveront pas non plus cette deuxième série de négociations. Denise Ginollin entre dans la Résistance active. Elle est capturée et déportée. Elle survivra et sera élue députée entre 1945 et 1951.

  • Mmarvinbear Mmarvinbear 21 septembre 2016 20:02

    @epicure


    S’il a quelques soutiens au PCF, ils ne sont pas majoritaires, loin de là...

    « Je ne m’explique pas pourquoi, dans une situation politique totalement inédite, Jean-Luc ne prend pas très au sérieux la nécessité d’une démarche collective et ouverte ».


    Au PCF, ils n’ont pas vraiment aimé que Jean-Luc leur soit passé au dessus de la tête, sans même les prévenir avant. 



365 derniers jours

Articles les plus lus de cet auteur

  1. Paréidolies
  2. A babord, toute !




Palmarès