• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Autoédition par le biais d’internet

Autoédition par le biais d’internet

L’Internet a vu ces dernières années une multitude de sites proposant l’autoédition en ligne. Certaines maisons d’éditions vous promettent monts et merveilles et vous font des propositions très allèchantes, mais, la réalité est là, crue et sans voile. Oh ! Oui ! Effectivement vous pouvez éditer en ligne et voir même la maquette de votre roman, mais la suite reste du flou total quant à la promotion de votre ouvrage et sa distribution sur les grands sites de commercialisation sur internet tel qu’amazon.fr

Une révolution a été entamée ces dernières années par l’intermédiaire d’internet pour la publication on line de milliers de bouquins, vidéos, articles, etc. Cela s’est fait grâce à la multitude de maisons d’édition on line sur internet. Tout écrivain, quel que soit sa valeur, peut à tout moment éditer son roman ou sa vidéo. Les maisons d’édition gratuites sur internet foisonnent et l’auteur-éditeur a le choix pluriel. Des avantages monstres sont consentis par ces maisons d’édition. Elles vous laissent libres de choisir même la couverture et le fond d’écran de votre roman. Elles vous donnent la possibilité de publier et d’acheter vos propres bouquins. Vous êtes hébergés sur leurs sites qui vous donnent la possibilité d’avoir une vitrine propre à vous pour présenter vos ouvrages.

Vous avez aussi la totale liberté de créer et d’agencer votre vitrine comme vous l’entendez. La maison d’édition vous demande de fixer vous-même le prix de votre oeuvre, tant pour le livre papier que pour l’e-book. Elle se réserve le droit d’ajouter une commisssion qu’elle prélèvera sur le prix de vente du roman ou de l’oeuvre. S’il n’y a pas vente, la maison d’édition ne touche aucune commission. C’est une vraie aubaine pour tous ceux qui ont pâti avec les grosses maisons d’édition qui les ont dénigrés et qui leur ont refusé leurs oeuvres. Ces grosses cylindrées parmi les maisons d’éditions ont des comités de lecture qui ne se donnent même pas la peine de regarder votre oeuvre. Ces comités vous répondent parfois avec des phrases stéréotypées qui n’ont rien à voir avec le refus de votre oeuvre. Je pense que beaucoup d’auteurs ont été refusés et on a tué en eux cette volonté d’extérioriser une oeuvre et de pouvoir contribuer à l’essor de la littérature dans le monde.

On a toujours fait remontrance au show-biz pour les manigances ayant trait à l’arnaque des chanteurs, mais là, vraimment cet état de fait des maisons d’édition dépasse tout ce que l’on pourrait imaginer. Ce qui les intéresse, ce n’est point la culture mais bien au contraire, le gain d’argent. Ces maisons d’édition préfèrent rééditer les auteurs classiques au détriment des nouveaux auteurs qui n’ont aucune notoriété et par cette pratique, elles tuent le foetus dans l’oeuf. Je pense que ces maisons d’éditiion devraient réfléchir beaucoup plus à l’enrichissment de la littérature par l’apport en oeuvres des nouveaux arrivants dans le métier, si on peut l’appeler ainsi, car certains écrivent pour se distraire . C’est un besoin vital pour eux d’extérioriser ce qu’ils ressentent profondément.

Le Petit Fennec


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

34 réactions à cet article    


  • Tristan Valmour 26 avril 2007 11:40

    Vous voulez gagner de l’argent en vous éditant ?

    Trouvez un people de seconde zone et payez-la en échange d’une préface. Faites une jolie couverture et un joli quatrième, très accrocheur. Mettez en évidence le nom du people et en petit « préfacé par ». Le tour est joué, vous vendrez !

    Je suis très sérieux : ça marche.

    Maintenant, si vous avez écrit un ouvrage sérieux, intéressant et bien écrit, et que vous ne trouvez pas d’éditeur, et que vous ne voulez pas « arnaquer le chaland », pensez à la vente par souscription. Ne passez pas par les sociétés à compte d’auteur : ça frise l’escroquerie.


    • Le Peitit Fennec 26 avril 2007 18:17

      Bonjour ! Tristan Valmour

      Je vous remercie de votre conseil, je ne manquerais pas de le suivre la prochaine fois. Merci ! J’ai déjà auto-édité un roman de science-fiction dont le titre est « Manar, l’enfant de l’espace » chez Edilivre. Vous pouvez le trouver chez cet éditeur.Merci !


    • Le Peitit Fennec 26 avril 2007 19:52

      Re-bonjour !

      C’est toujours le peitit fennec ! Qu’est-ce que vous entendez par « vente par souscription » ? Qui ne veut pas gagner un plus ? Tout le monde en veut. Mais pas de n’importe quelle manière ! J’écris pour le plaisir d’écrire et pour le plaisir d’être lu, mais pourquoi ne pas joindre l’utile à l’agréable ! Merci !


    • Tristan Valmour 26 avril 2007 22:07

      @ Le Petit Fennec

      Certains auteurs (y compris célèbres) qui se sont vus refuser leur premier manuscrit l’ont vendu par souscription. Avec le succès au rendez-vous, des éditeurs se sont intéressés à eux.

      La souscription, c’est le fait de vendre le livre avant de l’avoir auto-édité. Pour cela, il faut envoyer des extraits au futur acheteur.


    • Diogene 26 avril 2007 15:32

      On dirait que Le PetitFennec ne connait pas LULU !!

      L’autoedition sur internet Gratuite !!

      http://www.lulu.com/fr

      Lulu peut s’occuper pour vous de référencer votre ouvrage sur Amazon pour que n’importe qui sur la planete puisse le commander, le payer et le recevoir.

      C’est l’édition a la demande, le livre ne sera imprimé que lorsqu’il aura été commandé.

      Et vous pouvez avoir 80% de marge sur le prix de vente !!!

      (Non, je ne suis pas payé par eux.)


      • La mouche du coche La mouche du coche 26 avril 2007 16:50

        ... et il y a aussi http://www.jouve-print-services.com/

        et pour avoir le numéro ISBN de votre livre c’est ici : http://www.afnil.org/

        et n’oubliez pas de voir les droits d’auteur pour les photos si vous en utilisez. Il y a des agences qui s’en occupent par exemple celle-ci http://www.adagp.fr/FR/static_index.php

        et voilà voilà c’est tout, on ne va pas en faire un fromage. smiley

        Le temps que vous perdrez à contacter ces 3 organismes sera très inférieur à celui que vous perdrez avec les maisons traditionnelles (qui vous refuserons votre livre de toute façon) smiley

        Avertissez-nous lorsque vous aurez fini votre livre et faites-nous un lien.

        cordialement smiley


      • La mouche du coche La mouche du coche 26 avril 2007 16:52

        pardon « maisons D’EDITION traditionnelles »


      • Le Peitit Fennec 26 avril 2007 18:27

        Bonjour ! Diogene !

        Je vous remercie pour votre commentaire qui est très intéressant. Oui ! Bien sûr que je connais lulu.com,je te remercie du tuyau, d’ailleurs j’ai auto-édité un roman sur le terrorisme intitulé « RAPT AU SAHARA » relatant une hisoire véridique, malheureusement les romans en français éprouvent beaucoup de difficultés à être choisis par amazon.fr. D’un autre côté, sur mon site référencé par lulu, la présentation de mon roman a été enlevée, je ne sais pourquoi et on trouve la mention « cet utilisateur n’a pas encore édité de livre » Pourquoi, je me le demande toujours ! Si vous avez une réponse à ma question, je vous en remercie par avance. Merci pour votre aide !


      • Vilain petit canard Vilain petit canard 26 avril 2007 16:13

        C’est très intéressant ce que vous dites, Petit Fennec. Avez-vous des adresses ou des références d’éditeurs que vous nous « conseillez » ?


        • Le Peitit Fennec 28 avril 2007 17:00

          Bonjour ! vilain petit canard !

          Vous pouvez toujours tenter votre chance avec lulu.com et auteur@edilivre.com mais ces derniers vont vous faire la proposition de corriger votre bouquin et vous feront payer plus de 180 euros plus les exemplaires que vous devez acheter pour confirmer votre publication. Vous avez aussi manuscrit.com, cette maison d’édition on line ne vous fera payer aucun sou comme chez lulu mais pour faire passer votre bouquin, c’est très fastidieux. Bonne chance ! Vilain Petit Canard !


        • Vilain petit canard Vilain petit canard 3 mai 2007 16:38

          Merci, Petit Fennec !!


        • Maerlyn Goldstein Maerlyn Goldstein 8 mai 2007 12:23

          Je n’aime pas du tout l’auto édition, même Lulu.com. Il y a beaucoup de petites ou moyennes maisons d’édition traditionnelles qui n’utilisent pas de comité de lecture et qui lisent tout les manuscrits. Pour moi, recourir à l’auto édition c’est une sorte d’échec, c’est céder à la facilité. Je connais beaucoup d’auteurs amateurs (étant l’administrateur d’un forum « jeunes écrivains ») qui ne vont même pas essayer le « circuit principale » et qui vont directement sur Lulu.

          C’est dommage, les gens voient le monde de l’édition comme un espace hermétique, bien sur certaines grosses maisons utilisent des procédés honteux (le recrutement des comités de lecture par exemple, certains anecdotes, comme ceux qui envoie des manuscrit des Miserables sous un autre titres et qui sont refusés par des lettres types) mais il existe vraiment des boites « traditionnelles » qui lisent les manuscrits et connaissent la littérature, même s’il faut avouer que ce sont les styles fantasy et science fiction qui bénéficie de plus de choix.


          • Le Peitit Fennec 8 mai 2007 18:29

            Bonjour ! Maerlyn

            Votre remarque est pertinente et je suis d’accord avec vous. Je n’ai jamais mis tout le monde dans le même panier, mais reconnaissons que les groses cylindrées qui veulent bien nous éditer ne sont pas légion. J’ai proposé plusieurs romans, même dans mon pays en Algérie et on m’a demandé plus de vingt millions de centimes, ce qui est vraiment hors norme, comme participation aux frais d’édition. Vous encouragez les jeunes auteurs, c’est très bien et je vous en félicite. Si vous avez des adresses de maisons qui acceptent de me publier sans frais, je ne vous remercierais jamais assez. J’ai plusieurs romans en souffrance dans mes tiroirs. J’ai réussi, non sans payer, à éditer un seul livre avec Les éditions Edilivre et j’ai du payer plus de 180 euros et je n’ai reçu que trois exemplaires de mon roman qui s’intitule " Manar, l’enfant de l’espace. Merci pour votre commentaire et pour votre aide.


          • Maerlyn Goldstein Maerlyn Goldstein 8 mai 2007 23:28

            Et bien les maisons d’édition traditionnelles ne vous font evidemment rien payer. C’est la différences entre « compte d’auteur » et « compte d’éditeur », dans le premier cas, la plupart du temps l’auteur paye, doit faire sa publicité lui même (c’est à dire n’a aucune couverture sauf peut être sur amazon, et c’est à lui de démarcher les librairies...) mais la plupart des bénéfices lui reviennent. Pour l’édition à compte d’éditeur, c’est donc la maison d’édition qui paye tout, l’auteur ne dépense rien, la maison fait la publicité et la distribution (bien sur plus la maison est grosse, plus la « couverture » est étendu, mais moins vous avez de chance de vous faire éditer, voir de vous faire lire) et au final l’auteur ne reçoit qu’une part des bénéfices. Toutes les grosses maisons (Gallimard, Flammarion etc etc) sont à compte d’éditeur.

            Je vous conseille de commencez par elles, vous avez peut de chance d’être lu, mais on ne sait jamais smiley

            Ensuite il y a les moyennes, avec ma préféré : http://www.bragelonne.fr/

            Si vous écrivez de la fantasy ou de la SF, tournez vous vers eux. Allez aussi faire un tour sur le forum et posez les questions qui vous turlupine sur le monde de l’édition, ils sont aussi aimable et bien plus compétents que moi.

            Et puis regardez dans une librairies les livres qui correspondent à ce que vous ecrivez et regardez l’édition, un petit tour sur google et le tour est joué, il n’y a pas que les grosses boites en rayon, bien au contraire.


            • Le Peitit Fennec 8 mai 2007 23:54

              Bonsoir, Mayerlyn !

              Je vous remercie du conseil et espère que je pourrais éditer quelques livres à l’avenir. Je pense vraiment suivre votre conseil et commencer par les grosses cylindrées parmi les maisons d’édition et après, je verrais. Merci encore ! Mohamed BOUDIA


            • Macha TREBOR-MORETIBAL 16 juin 2007 08:22

              Je suis Macha TREBOR-MORETIBAL et je suis moi aussi éditée chez EDILIVRE depuis trois mois maintenant.. J’y ai trois livres :

              - Et ce que femme veut alors ? Est-ce Dieu seul qui le veut ?
              - Le Magicjournal - Le journal d’une magique maman : Quand le blog devient livre
              - La Plume allant vers

              Auparavant j’étais auto-éditée chez LULU.com

              Mon départ sur EDILIVRE a déchainé les foules.. je n’ai pas compris pourquoi.. Les critiques sur EDILIVRE ont été énormes.. alors qu’à mon avis, LULU ne propose pas mieux.

              Edilivre m’a proposé un contrat, s’est chargé de tout : maquette de mes livres, dépot légal, j’ai un numéro ISBN et je peux dorénavant distribuer mes ouvrages en France. Je suis répertoriée sur certains sites en ligne (Amazon, Alapage, Chapitre.com, partenaire de France Loisir pour l’instant). La qualité de l’impression de mes livres, contrairement à celle qui m’était proposée par LULU (du moins celle que j’avais choisie, je ne veux pas dénigrer, si cette mauvaise qualité était due à mon ignorance) est largement supérieure. Les délais de livraison tres rapides puisque, de plus de trois semaines chez LULU, ils sont passés à moins de 5 jours chez Edilivre.

              Je précise que je n’ai rien débourser en arrivant chez Edilivre.. Peut-être parce que j’ai été le deuxième livre mis en ligne sur le site.. je ne sais pas.

              Les contacts avec eux sont harmonieux ;les réponses à mes questions rapides..

              J’ai aussi auparavant envoyé mes manuscrits dans les maisons d’édition.. refus.. Seul un agent littéraire m’a contacté et apres m’avoir flattée,jugeant mes écrits dignes de figurer dans les rayons de la FNAC ( je cite) m’a demandé la somme de 800 euros... j’ai bien sûr refusé..

              Voici donc mon expérience..

              Macha


              • Le Peitit Fennec 16 juin 2007 18:23

                Chère Macha,

                Je suis totalement d’accord avec vous. Je n’ai jamais voulu discréditer Edilivre, bien au contraire je fais la comparaison avec lulu.com , c’est de l’opaque. Moi même j’ai édité chez Edilivre et j’en suis très satisfait. Je leur ai encore envoyé mon deuxième roman et plusieurs autres suivront. La diligence avec laquelle il vous envoie vos exemplaires est super satisfaisante à plus d’un titre. La preuve, j’ai reçu mes exemplaires commandés en moins de 48 haures, qui dit mieux ? Lulu.com ? Aucune publicité si vous n’achetez pas vos premiers exemplaires. Vous paraîtrez sur leur vitrine comme n’ayant jamais présenté d’oeuvre. Le problème qui existe chez eux, c’est que vous discutez seulement avec les abonnés, jamais avec quelqu’un qui puisse vous orienter. Et c’est là la différence avec Edilivre. Il y a quand même un contact humain en définitive et c’est l’essentiel dans ce monde devenu presque quasiment virtuel et d’un autre côté, c’est une vrai chance, car je ne vous aurais jamais écris et vous ne m’auriez jamais connu. Donc l’auto-édition par le biais d’internet est une belle invention pour peu qu’on lui donne une certaine célérité dans les contacts humains.


              • jacqueline 6 septembre 2007 12:25

                Macha n’a pas tois livres édités chez EDILIVRE, mais un seul, et elle ne répond pas aux e-mails qu’on lui envoie sur EDILIVRE. Pourquoi ?serait-elle déçue de cet éditeur ou chargée de faire de la propagande ? cordialement jacqueline


              • Britney31 30 octobre 2007 11:42

                bONjour Macha, je voudrais savoir si tu avais vendu beaucoup de tes livres...En clair, si ça rapporte !!

                Merci de ta réponse


              • Macha TREBOR-MORETIBAL 8 novembre 2007 22:54

                Bonjour

                Juste pour vous dire que j’ai bien édité trois livres chez EDILIVRE. Je ne fais aucune propagande.

                Je ne viens que rarement sur ce site voilà pourquoi je n’avais pas vu qu’il y avait eu des réponses.

                Par contre, sachez que je reçois de nombreux mails d’auteurs qui sont en passe de signer un contrat chez Edilivre et qui me demande mon expérience. C’est avec joie que je leur en fait part. Il suffit de m’adresser un mail.. Voilà Macha TREBOR MORETIBAL


              • Le Petit Fennec 9 novembre 2007 09:04

                Bonjour, Macha ! Je crois que vous commencez à perdre un peu le Nord car c’est Jacqueline qui prétend que vous n’avez pas édité trois romans chez Edilivre et non point moi. Alors soyez un tant soit peu logique et visez bien. Je ne conteste aucunement votre capacité à écrire ni à éditer. Mais une seule question me chiffonne : Combien avez-vous vendu d’exemplaires de vos romans ? Et qu’est-ce que cela vous a rapporté ? Quel est le système que vous avez utilié pour le marketing de vos romans ? Pour ma part, j’ai déjà édité deux romans chez Edilivre (Manar, l’enfant de l’espace« et »Rapt au Sahara« et pour le moment je n’ai point vu de résultats probants ni de vente. J’ai essayé de faire moi-même ma publicité dans les »communiqués de presse" et ailleurs et j’attends. Merci de me tuyauter !


              • zaph76 17 août 2007 19:13

                Je vous remercie de m’avoir rassuré en ce qui concerne Edilivre, avant de lire vos témoignages, je ne savais pas si je passais par le biais de l’auto-édition. Maintenant, je sais. Mon livre sera édité par Edilivre qui me paraissent sérieux, sous le titre « Un Passé Cru ». Noriddine OUTARKA


                • Le Peitit Fennec 17 août 2007 19:28

                  Bonjour ! Norridine !

                  Mais de rien mon ami ! Moi-même j’ai édité chez édilivre. Ils sont quand même sérieux par rapport à d’autres. Bon courage ! Pour l’édition de votre roman, envoyez-m’en une copie lorsqu’il sera édité. Merci !


                • Patrick LOUART 8 septembre 2007 22:51

                  Bonjour,

                  Le hasard m’a fait tomber sur cet article. En effet, je suis en train de réaliser une étude de marché pour créer une maison d’adition en ligne d’un genre nouveau. Vous me permettrez de ne pas en dire plus pour le moment. Je suis à la recherche d’auteurs, qui veulent se faire éditer, mais surtout de lecteurs qui serait intéressés par la découverte.

                  Vous pouvez me contatcter sur cette adresse pour en parler. patrick.louart.1@cegetel.net


                  • elnino-88 elnino-88 27 septembre 2007 19:45

                    site interdit par nos medias A voir,a lire,a comprendre

                    si un editeur passe par la je ferais votre fortune..

                    Ce que je demontre sur pi 3.14 est enorme


                    • Patrick LOUART 2 octobre 2007 10:26

                      Je souhaiterai entrer en contact avec vous au sujet de la littérature en francophonie et des maisons d’édition en ligne. Merci de me répondre. patrick.louart.1@cegetel.net


                      • Le Peitit Fennec 2 octobre 2007 14:16

                        Bonjour !

                        Je vous remercie de l’intérêt que vous portez à mon article « Autoédition par le biais d’Internet ». Je ne vois pas d’inconvénients à ce qu’on échange nos opinions dans ce domaine. Je suis effectivement écrivain francophone et les aléas que j’ai rencontrés en matière d’édition sont légion et ont failli me faire dégoûter ce que je faisais. Je vous avais dit la précédente fois que je voulais créer ma propre maison d’édition one line, si ce n’est pas trop cher. Si vous avez des tuyaux en ce sens, je ne vous en remercierais jamais assez et ce, afin de permettre aux jeunes talents de mon pays de pouvoir s’exprimer librement sans contrainte aucune. Merci


                      • Alexe 8 octobre 2007 09:26

                        Bonjour,

                        il existe un autre moyen concernant l’auto-édition, c’est effectivement de s’éditer soi-même en publiant un site en ligne avec ses oeuvres dedans. Personne ne vous demandera d’argent pour ça (je veux dire, personne ne fera d’argent sur votre dos même s’il faut régler des frais de mise en ligne, moins que 180 euros en tous cas). C’est ce que j’ai fait avec mon site :

                        www.si-les-idees-suffisaient.net

                        ou plutôt notre site puisque nous sommes deux à y rédiger des articles touchant création contemporaine, poésie, fourre-tout littéraire et philosophique, remarques et critiques...

                        C’est un outil précieux, et au niveau communication, rien de plus simple (mais assez contraignant) : laissez votre adresse partout. Les lecteurs sont au rendez-vous, notamment ceux qui ont compris que vous suiviez de près votre production, c’est-à-dire enrichir cette vitrine le plus souvent possible.

                        Quant aux questions techniques concernant une telle création sur le Net, ne m’en veuillez pas mais je n’y connais rien. A voir avec un spécialiste.

                        Bon courage, Alexe


                        • Le Peitit Fennec 8 octobre 2007 09:57

                          Bonjour, Alexe !

                          Je viens de lire votre commentaire et je vous remercie pour les précieux renseignements que vous me donnez. J’ai déjà édité chez Edilivre, chez manuscrit.com, chez lulu.com, chez manuscrits-simpleédition mais je ne suis pas du tout satisfait du fait de la publicité qui est faite autour de vos oeuvres. On vous édite mais on dirait qu’on le fait seulement pour vous-même. Vous ne paraissez même pas des fois sur leur vitrine. Comme je vous l’ai dit la dernière fois à un autre interaute, M. Mayerlyn, ce que je voudrais c’est créer ma propre maison d’édition pour porter aide aux nouveaux arrivants dans le monde de la littérature et leur permettre un tant soit peu de considération afin que leurs oeuvres ne partent pas en fummée et puissent rester comme témoignages pour les générations futures. Chacun à le droit d’apporter sa petite goutte d’eau au moulin de la littérature et de la connaissance en général. Par ailleurs, je suis retraité et mes revenus ne me permettent pas de payer même les 180 euros dont vous parlez car dans mon pays, cela vaut presque deux millions de centimes, c’est-à-dire, mon salaire mensuel de retraité. Je vous remercie quand même pour l’information. Je vais de ce pas visiter dans votre site. Merci encore !


                        • constanceck 31 janvier 2008 15:20

                          Bonjour à tous,

                          Je suis très heureuse de decouvrir ce forum plus qu’enrichant sur le choix des maisons d’editions. C’est encourageant en effet de lire de tels commentaires qui nous permettent de ne pas baisser les bras et de sans cesse chercher des ouvertures pour partager nos ecrits avec les autres.

                          Je tiens compte de toutes les remarques qui ont été emises. Je suis moi meme en pleine demarche d’edition. Sur six envoie de manuscrit, j’ai reçu trois reponses negatives de grandes maisons et trois reponses positives d’edition en ligne. Mais les frais demandés étaient impressionnants. La premiere La Societé des ecrivains (je cite) m’a demandé 2400€ (hors de question) apres m’avoir flatté aussi et relancer à deux reprises sachant que celui que j’ai eu au bout du fil a avoué n’avoir pas lu mon manuscrit mais se basait juste sur le titre qu’il trouvait accrocheur et aussi a la note que m’avait octroyée le comité de lecture. Le deuxieme Publibook (je cite) m’a demandé environ 600 € mais paraissait avoir lu mon manuscrit, ils m’ont meme adressé une critique et un resumé et reverse soit dit en passant 15%. Enfin Edilvre a accepté de m’editer moyannant 325 € pour la relecture et 100 ou 225 € de plus pour la couverture en proposant de me reverser 10%.

                          J’ai ecris au depart pour mon plaisir et je me retrouve dans un tourbillon qui ne donne qu’une seule envie : fuir et tout arreter, sachant que j’ai un autre manuscrit en cours. Je suis perdue et bien vrai que je retienne les critiques positives sur Edilivre j’ignore quelle est la bonne marche à suivre. Si payer pour se faire éditer est un echec, il ne sert a rien d’insister.

                           


                          • Le Petit Fennec 1er février 2008 09:21

                            Réponse à constanceck

                             Bonjour ! Je vous comprends car je suis passé par les mêmes méandres de l’édition. Je sais que par moments, on a envie de tout lâcher, mais de grâce, n’en faites rien, car vos écrits pourraient peut-être servir les générations futures. Dans le passé tout à fait récent, un grand auteur "Claude Simon" avait été refusé par une grande maison d’édition "Gallimard" et il se retrouve quelques années après lauréat du "Prix Nobel de littérature". Alors, il faut tenir et écrire autant que vous pouvez. Faites-en votre violon d’ingres. J’ai édité moi-même chez Edilivre trois romans 1/ -"Manar, l’enfant de l’espace" 2/ - "Rapt au Sahara" 3/ - "La cage et l’envol". Chez Manuscrit "Délit de fuite" et chez simpleedion "Algérie, mon histoire" de même chez The Book Edition "Mémoires de Mohamed Attaf". Ce que je peux dire c’est que parmi toutes ces maisons en ligne, la seule qui retienne mon attention est Edilivre. Je pense qu’ils sont beaucoup plus sérieux. Corrigez vous-mêmes vos romans du point de vue grammaire et syntaxe et envoyez-le à Edilivre, généralement vous ne payez rien. Vous signerez le contrat et votre roman est édité dans les quinze ou vingt jours. Vous n’aurez plus après qu’à acheter quelques exemplaires pour votre usage personnel avec une réduction et le tour est joué. Mais ce que je reproche à la majorité des maisons d’édition en ligne, c’est le manque de publicité et de promotion de nos romans. Il vous suffirait peut-être de voir quelqu’un de bien introduit dans le monde de l’édition et qui veuille bien vous préfacer votre roman, alors ce sera gagné, même si c’est un navet. Je m’excuse l’expression bien que je sache que dans la culture universelle, tout courant est bon à prendre en compte. Prenez le taureau par les cornes et ne vous arrêtez pas en si bon chemin. Les générations futures vous donneront sans aucun doute raison. Bon courage et à bientôt !


                          • constanceck 1er février 2008 15:13

                            Je ne saurai vous remercier pour ses paroles. Je me lance sans tarder. Je sais que c’est debut d’un bel echange. Bien de chose a vous.


                            • Le Petit Fennec 1er février 2008 18:42

                               Vous venez de prendre la bonne décision. Continuez ! Vous sèmerez et les autres récolteront vos fruits dans un proche avenir. Le plaisir de l’écrivain, c’est d’écrire et d’être lu. J’ai toujours demandé dans les forums à toutes les maisons d’édition qu’il n’y avait pas de mauvais auteur avant de l’avoir jeté en pâture au lectorat. Seul le lectorat peut décider de ce qui est bon ou pas. Même si nos écrits ne sont pas au top nous nous parfairons à l’avenir et qui sait ? Peut-être, verrons-nous un jour l’un parmi nous, lauréat d’un prix de littérature , Pourquoi pas ? Bon courage !


                            • Edilivre 12 juin 2013 19:31

                              Bonjour,

                              Suite aux différents commentaires sur ce post, nous, l’équipe d’Edilivre, avons souhaité prendre la parole non pas pour faire de la publicité sur Edilivre mais pour rétablir certaines vérités par rapport à nos offres et nos services. Je me permets donc de vous présenter le modèle d’Edilivre et notre positionnement. Edilivre ne correspond ni à de l’édition traditionnelle, ni à de l’auto-édition.

                              - Ce qui nous différencie de l’auto-édition :
                              Nous ne correspondons pas à de l’auto-édition car notre promesse principale est de vous éditer et distribuer gratuitement au format papier et numérique (hors services optionnels payants). Un auteur peut donc nous soumettre son manuscrit et se faire éditer sans avoir à payer quoi que ce soit. De plus, tout comme les éditeurs traditionnels et contrairement à l’auto-édition, nous disposons d’un comité de lecture, qui accepte ou refuse les ouvrages en fonction de leur qualité, et d’un service de communication, qui se charge des relations avec les médias et de gérer la présence de nos auteurs à travers plus de 50 salons et événements littéraires nationaux ou régionaux par an. Nous avons également un service éditorial entièrement dédié à la relation avec nos auteurs afin de répondre à leurs questions. Autre différence, Edilivre travaille avec les libraires. En 2012, nos auteurs ont vendu plus de 20 000 livres via des libraires. Nous offrons aussi la possibilité de faire des « dépôts ventes ». Nous référencerons nos livres sur Dilicom, Amazon, Fnac.com, RueduCommerce, Chapitre.com… Pour finir, nous sommes le premier éditeur en France à avoir créé un réseau de Clubs Auteurs afin de permettre à nos auteurs de se rencontrer et de s’entraider à travers des opérations de promotion communes. Il existe 22 Clubs Auteurs, un pour chaque région. L’humain et la proximité sont au centre de notre culture contrairement à l’auto-édition qui favorise l’automatisation et la standardisation.

                              - Ce qui nous différencie des éditeurs traditionnels :
                              Nous ne correspondons pas non plus aux éditeurs traditionnels car ils ont pour objectif d’éditer un très faible nombre de manuscrits chaque année dans l’optique d’en vendre un très grand nombre d’exemplaires. Pour cela, ils mettent en place de très lourds investissements financiers en termes de communication afin de promouvoir le peu de livres qu’ils éditent. Chez Edilivre, notre principale promesse est d’éditer et de distribuer gratuitement un plus grand nombre d’auteurs que les éditeurs traditionnels. L’avantage de notre modèle est de pouvoir éditer tous types d’auteurs, aussi bien les plus que les moins expérimentés, sans que cela représente un investissement financier pour eux et ainsi pouvoir donner une chance d’émerger à chacun. La contrepartie de cette promesse est de ne pas pouvoir assurer le même travail de promotion que les éditeurs traditionnels. Chez Edilivre, les auteurs sont les pièces maîtresses de leur promotion. Nous nous efforçons de leur donner un maximum d’outils et supports de communication afin de promouvoir leurs œuvres. Vous devez donc bien en avoir conscience afin de ne pas être déçu par notre maison d’édition. Ceux qui ont compris cela en venant chez nous et qui sont acteurs de leur promotion dépassent les 1 000 exemplaires vendus par an. Enfin, contrairement aux éditeurs traditionnels, nous ne mettons pas de menottes à nos auteurs, ils peuvent résilier leur contrat par lettre recommandée s’ils le souhaitent.

                              Notre offre est présentée en détail et en toute transparence sur notre site : http://www.edilivre.com/publier/les-services/edition-et-mise-en-page
                              Nous sommes d’ailleurs l’un des rares éditeurs de l’édition libre à afficher une telle transparence pour que nos auteurs ne soient pas déçus ou n’aient pas de mauvaises surprises. Pour plus d’information, nous sommes à votre disposition au 01 41 62 14 40.

                              Merci de votre attention.
                              L’équipe Edilivre

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès