• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > France, ta langue fout le camp !

France, ta langue fout le camp !

La musique, cheval de Troie d'un impérialisme odieux

Rokoko Rosé {JPEG}

 

Les conséquences en seront dramatiques.

Un concert éducatif, des adolescents qui ont passé quelques jours dans un séjour thématique autour de la musique rock, offrent le fruit de leur travail aux spectateurs curieux ou occasionnels. Nous restons, intéressés et attentifs à déceler les futurs talents, les tendances de demain, les tics d'une génération qui monte.

La guitare électrique crache ses décibels : il n'y a rien de nouveau sous les projecteurs. La batterie frappe le tempo, le tour de force s'impose à la nuance ; c'est sans doute la jeunesse qui exige cette débauche d'énergie. Nos jeunes artistes sont les copies conformes des modèles qu'ils ont sous les yeux. Mêmes postures, même dégaine, mêmes déplacements. C'est amusant ; il n'y a rien à redire à cette affiliation légitime.

C'est du côté des chansons que mon âme d'amoureux de notre langue s'afflige et finit par souffrir. Pas un seul texte en français : il n'y a que de l'anglais, à peine audible, parfaitement incompréhensible. La langue n'est ici que prétexte à borborygmes. Là encore, nos artistes ne sont guère différents de leurs aînés.

Pourtant, je perçois une fois encore les prémisses d'une décadence nationale. La langue française est passée de mode, de saison, d'expression. Elle se meurt tranquillement, envahie de termes anglophones, rejetée par les élites et les créateurs, méprisée par les masses qui se vautrent dans la collaboration linguistique. Derrière cette trahison, l'adhésion plus ou moins implicite à une forme de pensée qui relève d'une dictature démoniaque.

Les indices sont nombreux de la débâcle prochaine. Les enseignes, les noms des magasins ou des entreprises, les journaux, les propos de nos si merveilleux animateurs à l'intelligence bien moins étincelante que leur sourire inexpressif, tout cela est le plus souvent dans cette langue invasive qui repousse notre français au rang de patois ringard et bientôt obsolète.

Qu'importe les lois, les préconisations du comité de francisation des mots, l'anglais écrase tout sur son passage avec l'approbation d'un peuple qui n'a plus de culture, plus aucune fierté. On se gargarise d'anglicismes, on se donne de la valeur en usant de tournures qui pourraient très bien être dites dans notre langue. C'est un snobisme macabre qui portera la responsabilité de la prochaine agonie de notre particularisme culturel.

Tout doit être dit et compris selon cette dictature libérale. Cinéma, chanson, commerce, sport, culture, l'anglais s'insinue, chasse les formes archaïques et exotiques pour laisser place à une pensée unique, inique, sordide et cupide. Observez attentivement les prétentieux qui cèdent à l'usage systématique de l'anglicisme, ils sont creux, n'ont d'autre but que l'enrichissement et la médiocrité.

Défendre notre langue est peut-être un combat d'arrière-garde. J'entends pourtant le mener jusqu'à mon dernier souffle, jusqu'à mon dernier mot. Il sera en français : vous pouvez en être certains et j'octroierai mes railleries et mon mépris à ceux qui tombent dans cette trahison honteuse. Ils se sont vendus à une conception de la société dont ils n'ont même pas conscience. C'est d'ailleurs ce qui leur manque le plus ; la conscience est une exigence morale qui échappe totalement à leur potentiel.

La langue française est notre bien le plus précieux. Elle nous permet d'appréhender le monde autrement. Elle est encore un élément d'une diversité culturelle qui a une nécessité. Chaque langue est indispensable à la variété des sensibilités. L'uniformisation recherchée par les tenants d'une langue universelle et anglaise n'est pas neutre. C'est un outil de domination économique et un merveilleux moyen d'asservissement des consciences.

De grâce, prenez vous aussi les armes ! Boutez de votre bouche ces chevaux de Troie que sont ces termes venus d'ailleurs. Il se dit souvent qu'ils sont plus courts, plus rapides, plus efficaces. Quel joli discours économique ! Il ne rend jamais compte de la richesse d'une langue qui n'a pas à se satisfaire de la réduction permanente de son lexique. La variété, la complexité, la nuance, la précision sont sans doute des exigences passées de mode. Notre langue les maintient tandis que le créole réducteur qu'on veut nous imposer est au service d'une pensée réductrice ! Les valets parlent et pensent en anglais désormais.

Francophonement vôtre.

 

Alors que j'avais écrit ceci, dans un pays où il y a seulement 18 millions de locuteurs de l'idiome à travers le monde, six jeunes filles honorent leur langue et explorent un monde musicale très personnel. Elles se nomment les «  Rokoko Rosé » et méritent votre intérêt.


Moyenne des avis sur cet article :  4.29/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

68 réactions à cet article    


  • slave1802 slave1802 19 août 2015 13:07

    On vous mettrait sous les yeux un texte en Français de quelques centaines d’années que vous seriez bien incapable de le comprendre...

    La langue évolue lentement, le vocabulaire va beaucoup plus vite et on incorpore depuis toujours des éléments extérieurs.

    Pensez donc aux centaines de mots latins issus de la langue d’envahisseurs ou les étymologies grecques qui souillent encore notre belle langue.

    Amis lecteurs, qui ce livre lisez,
    Despouillez vous de toute affection ;
    Et, le lisant, ne vous scandalisez :
    Il ne contient mal ne infection.
    Vray est qu’icy peu de perfection
    Vous apprendrez, si non en cas de rire ;
    Aultre argument ne peut mon cueur elire,
    Voyant le dueil qui vous mine et consomme :
    Mieulx est de ris que de larmes escripre,
    Pour ce que rire est le propre de l’homme.


    François Rabelais


    • Alain 19 août 2015 13:32

      @slave1802
      Si les langues évoluent lentement, les anglicismes se développent à grande vitesse, symbole de la colonisation des esprits en cours.
      Ne pas comprendre que l’anglais s’impose et détruire notre richesse linguistique, c’est déjà être un colonisé dans sa tête.


    • C'est Nabum C’est Nabum 19 août 2015 14:53

      @slave1802

      Ceci est une évidence
      Je n’évoque pas une évolution qui est incontournable et relève de la vie des langues, je parle d’une capitulation culturelle devant l’anglais

      Derrière cette défaite sans combat, il y a un modèle économique dominant et une acculturation générale


    • C'est Nabum C’est Nabum 19 août 2015 14:54

      @Alain

      Merci


    • Enabomber Enabomber 20 août 2015 18:15

      @slave1802
      Oui les langues doivent vivre et échanger. Mais combien de mots issus de l’allemand, de l’espagnol, de l’italien ont fait carrière ici, comparativement à l’anglais ? Il y a une différence entre l’arrosage et l’inondation, et dans la langue ce n’est pas qu’une question de quantité.


    • Montdragon Montdragon 19 août 2015 14:15

      Je vous invite tous à vous pencher sur les écrits de Claude Hagège, qui explique que le français bien propre du très grand Paris est la langue occidentale qui évolue le plus rapidement.
      C’est pourquoi des italiens peuvent lire Dante, des anglais Shakespeare, des espagnols Cervantès.....sans problèmes.
      Que nous ayons des difficultés avec Racine, et pire Rabelais, est donc fort logique, même Jules Verne est ardu pour des ados.
      Nous sommes encore une exception culturelle malgré une tentative de fixation avec l’Académie.

      Mon cher Nabum, ce ne sont pas les anglicismes le danger, c’est l’inversion systématique des des adjectifs selon une structure nordique : un pur désir.
      Çà reste français, mais la tentative de retournement des esprits est ici.


      • C'est Nabum C’est Nabum 19 août 2015 14:55

        @Montdragon

        Vous me faites grand plaisir


      • Alain 19 août 2015 18:38

        @Montdragon
        Pour donner des exemples, les anglicismes débordent alors que dans d’autres pays, on y trouve des parades :
        Au quebec : MacDonald vend des macCroquettes, en France des MacNuggets.
        Au quebec : on magasine, en France, on fait du SHOPPING
        Au Quebec : On butine sur la toile, on reçoit des pourriels, en France, on surfe sur le web et on recoit des Spam.

        La pub en France est envahi d’anglicismes inutiles et qu’on ne verrait pas dans d’autres pays. Ici, on adore pourrir notre langue, dans d’autres pays francophones, ils l’enrichissent avec des mots à eux. Ainsi donc, ils n’ont pas de STARTUP mais de « jeunes pousses », ils n’ont pas de smartphone mais des « téléphones intelligents ».

        Ce pays français est complétement envahi par une sous-culture anglo-saxonne. On court derrière le rêve américain sans le connaitre. Ainsi, on voit fleurir les festivals de motards Harley où on peut faire des line dance (dance en ligne au Québec). Un exemple ?
        http://www.americantoursfestival.com/site/fr/


      • Enabomber Enabomber 20 août 2015 18:22

        @Montdragon
        Je ne nie pas cette inversion, mais l’exemple est malencontreux. La forme un pur désir n’est pas une nouveauté, simplement elle n’a pas le même sens qu’un désir pur. C’est justement une des subtilités qui tendront à disparaître par l’assimilation des règles anglaises. Quant au niveau de ceux qui doivent l’enseigner, j’ai été surpris de constater voilà quelques années que parmi des étudiants en IUFM, rares étaient ceux qui savaient que un bel arbre devient au pluriel de beaux arbres. Pour eux, c’était des, le de les choquait !


      • juluch juluch 19 août 2015 19:35

        Ne soyez pas si pessimiste....


        La langue évolue pas toujours bien surtout avec les anglicismes venant du Web (encore un !!)

        Par contre le Rock en Français c’est assez rare à quelques exceptions, je peux en parler je suis amateur de métal et autres musiques bruyantes !  smiley

        Il est vrais que beaucoup de jeunes ne lisent pas ou mal.

        Les classiques ont moins la cote, mais c’est surtout se qu’on leur fait lire dans les collèges et Lycées qui ne vas pas !!!

        Je le voit pour mes gosses, c’est une catastrophe !! smiley

        Les livres sont souvent des extraits ou alors des ouvrages pas épais......

        merci pour votre coup de gueule Nabum.

        • C'est Nabum C’est Nabum 19 août 2015 20:26

          @juluch

          Les anglicismes sont l’avant garde d’une invasion prochaine


        • rocla+ rocla+ 19 août 2015 20:01

          Bonsoir , 


          La langue  est autonome et fait ce qu’ elle veut .

          C ’est joli les belles phrases «  d’ amour  , mourir vos yeux me font  » 

          je t’ aime ma race , c’ est pas vilain aussi pas non plus ... smiley





          • C'est Nabum C’est Nabum 19 août 2015 20:27

            @rocla+

            La langue n’est qu’un instrument de la pensée


          • rocla+ rocla+ 19 août 2015 20:31

            @C’est Nabum


            En fait  c ’est une chose fabuleuse la langue . 

            Soudain il sort un mot , pourquoi lui et pas un autre ?

          • C'est Nabum C’est Nabum 20 août 2015 07:31

            @rocla+

            Le sens de la nuance, le poids de la réflexion ...


          • Montdragon Montdragon 19 août 2015 21:09

            J’ajouterai qu’on devrait se regarder le nombril et constater que la littérature est dans une mauvaise passe chez les gamins.
            J’ai 39 piges et déjà à mon époque on était peu nombreux à avoir lus untel et untels...surtout de la SF et de la fantasy.
            Si seulement ces mômes lisaient Games of Thrones, ils écriraient en français correct.
            Au delà de l’envahissement supposé de l’anglais, c’est surtout la capacité à maitriser sa langue maternelle qui est en jeu.
            Que le Volapuk ou l’angliche nous envahisse, je n’y crois pas..que les jeunes français soient des billes en ortaugraf et gramère ça cé sure !! lolilol


            • Montdragon Montdragon 19 août 2015 21:17

              @Montdragon
              Je voulais dire que les principales lectures à l’époque était déjà SF et fantasy dans mon entourage...pourquoi pas ça fait rêver aussi.


            • C'est Nabum C’est Nabum 20 août 2015 07:33

              @Montdragon

              C’est l’abandon de l’école qui est en cause

              On lui donne tellement de missions ridicules que la plus importante passe désormais au second plan

              Il est préférable d’éduquer le futur citoyen, consommateur et chauffeur que de donner les outils de la pensée ce qui au passage atteste d’une conception bien particulière de l’éducation !


            • Yann Yann 20 août 2015 07:13

              Quel pessimisme dans ce texte qui frise l’argumentaire réactionnaire. Ne pas envisager que la société française, mais surtout le monde francophone n’a pas la vitalité nécessaire pour se défendre et se développer, faire briller le français sous toutes ses facettes (et pas forcément au détriment d’ une autre, les jeunes bilingues ou trilingues sont de plus en plus nombreux, mieux formés d’un point de vue linguistique), c’est justement faire le jeu de la progression inexorable d’une langue que vous semblez haïr et qui peut être fort belle à pratiquer, l’anglais. 


              Chaque jour d’ailleurs combien de langues disparaissent dans que cela vous atteigne ?? Mais non il faudrait que le français retrouve une suprématie et devance l’anglais dans son usage pour que la Fraaaaance retrouve sa grandeur. C’est juste à contre-sens de l’histoire, alors que la langue et la culture française ne sont absolument pas reléguées aux oubliettes par l’humanité.

              Tenez, cet article pour vous consoler : https://lapartmanquante.wordpress.com/2015/04/18/francophonies/

              • C'est Nabum C’est Nabum 20 août 2015 07:36

                @Yann

                Si refuser de penser dans une langue qui n’est pas notre langue maternelle est réactionnaire, je veux bien qu’on me brûle avec Michel Onfrai

                Chaque langue est importante et je ne veux ni ne souhaite le retour du français langue internationale

                Je refuse de toutes mes forces la progression simultanée de l’anglais et d’un mode de vie uniforme sur toute la planète


              • mac 20 août 2015 12:16

                @Yann
                Vous me faites bien rire avec le manque de vitalité de l’espace francophone.

                L’espace francophone se développe hors d’une métropole de plus en plus étriquée et de plus en plus colonisée avec la complicité de nos hommes politiques trop souvent « young leaders »
                En 2050 le Français sera probablement l’une des langues les plus parlée au monde, certaines études allant jusqu’à dire qu’elle serait la plus parlée.
                Mais croyez vous que nos hommes politiques s’intéressent au développement futur de la francophonie ?
                Il semblerait que non. Peut-être sont-ils plus préoccupés à signer secrètement le TAFTA dont malheureusement peu de citoyens connaissent l’existence trop occupés qu’ils sont à vibrer devant le sport ou la téléréalité ?


              • Yann Yann 20 août 2015 14:38

                @mac
                Je vais dans votre sens, sans penser que la langue française deviendra predominante dans 30 ans.Effectivement, du fait de la forte croissance démographique de l’Afrique francophone et du rôle du français qui y est bien réel, et de plus en plus pratiqué dans cette partie du monde, cet idiome restera une langue internationale de premier plan. Mais ce sont des projections et on ne peut augurer du monde dans 30 ans avec toutes les crises environnementales qui vont nous tomber dessus, avec sa cohorte de guerres.


                Pour autant, sinous n’arrivons pas à nous entendre dans notre propre langue maternelle (ou alors j’ai mal formulé) c’est qu’il y a un malaise dans la culture et l’art de la discussion dans la langue de Molière... Relisez mon commentaire, lisez l’article que je lets en lien, et vous comprendrez que je suis plutôt optimiste concernant la place et l’usage de la langue française dans le monde. Et par la même occasion je mets en avant l’apprentissage et la pratique des langues étrangères, le bilinguisme au minimum, qui au delà des objectifs commerciaux et médiatiques, est un enrichissement personnel incomparable, renforçant altérité, empathie et philanthropie.

              • Yann Yann 20 août 2015 14:46

                @Yann
                Oui, une négation de trop dans la deuxième phrase : Ne pas envisager que la société f...... A la vitalité nécessaire...

                Autant pour moi ;)


              • mac 20 août 2015 15:50

                @Yann
                Je parlais de certaines études pas d’une certitude mais le Français a de fortes chances de figurer au palmarès des 5 langues les plus parlées au monde en 2050.
                Le problème c’est que nos dirigeants français semblent plus occupés à lécher les bottes de l’Amérique pour assurer sa domination unique qu’à s’investir dans le développement de l’espace francophone...


              • Yann Yann 21 août 2015 09:09

                @mac
                Tant que faire ce peut je me corrigerai sans rajouter une nouvelle faute : Ne pas envisager que la société française, mais surtout le monde francophone n’aient pas la vitalité nécessaire pour se défendre et se développer...


                Merci pour vos précisions. Concernant la deuxième droite qui est actuellement au gouvernement, elle semble effectivement plus intéressée par la vente des rafales et la propagations de guerres que de dialogues entre les peuples, d’échanges interculturels et de francophonie.

                Pour ceux qui savent lire entre les lignes et juger sur les actes, on aura compris qu’Hollande et consorts ne travaillent pas pour la France et ses citoyen(ne)s ni pour le français.

                Au passage c’est Michel Onfray. Je ne me précipiterai pas dans les flammes pour sauver la prose faible et les idées parfois fumeuses.


              • Yann Yann 21 août 2015 09:26

                @Yann
                Tant que faire se peut... Décidément, j’arrête là, correction auto et manip difficiles sur plaquette.


                Je lis, hormis quelques bons articles, trop de textes rances sur ce journal malheureusement, raison pour laquelle j’ai arrêté mes contributions. Bon courage aux amoureux de la langue française et des idées constructives par ici ;)


              • Hector Hector 20 août 2015 10:30

                Bonjour Nabum,
                Je suis pas contre mais je suis pas pour non plus, faut pas déconner...
                Mais cela ne m’empêche pas d’aimer passionnément notre langue.
                En Anglais, un mot véhicule au moins dix expressions.
                En français, une expression peut avoir une foule de termes et ces nuances font que notre langue est un vrai casse-tête pour un étranger mais un vrai plaisir de gourmet que de l’utiliser à bon escient et je crois que c’est surtout la lecture qui apporte ces nuances.
                Mais il est vrai que les jeunes ne lisent plus autant que nous. L’écran s’est substitué au livre.
                Néanmoins, si vous avez à installer et à configurer un quelconque logiciel et que vous ne maitrisiez pas un tant soit peu l’anglais, cela fait de vous un pigeon magnifique, sans parler des difficultés, voire l’ impossibilité de le faire fonctionner correctement.

                @Montdragon
                Vous dites : « Ce ne sont pas les anglicismes le danger, c’est l’inversion systématique des adjectifs selon une structure nordique : un pur désir.
                Çà reste français, mais la tentative de retournement des esprits est ici. »

                Peut être, et bien que votre raisonnement me paraisse pour le moins spécieux, je ne vous contredirai pas, mais « un pur désir et un désir pur » ne relèvent pas particulièrement d’une structure « nordique ».
                Ces deux locutions ont des sens très différents et sont employées selon l’évocation de sentiments distincts et non systématiquement dans l’idée de ressembler à l’anglais.
                C’est du moins mon point de vue.


                • C'est Nabum C’est Nabum 20 août 2015 15:58

                  @Hector

                  L’influence ne me chagrine pas, les évolutions non plus

                  Ce qui me désespère c’est de voir tant de gens abdiquer leur langue au profit d’une autre qu’il ne maîtrise absolument pas.

                  Soyons fiers de ce que nous sommes tout en acceptant de nous ouvrir aux autres sans leur laisser place nette.


                • L'enfoiré L’enfoiré 24 août 2015 12:31

                  @C’est Nabum,

                  « Ce qui me désespère c’est de voir tant de gens abdiquer leur langue au profit d’une autre qu’il ne maîtrise absolument pas »

                  Croyez-vous qu’ils abdiquent parce qu’ils parlent une autre langue ?
                  Grosse erreur de jugement.
                  Jusqu’à quel point maitrisez-vous votre langue ?
                  Vous vous souvenez de Capelovici.
                  Il est mort depuis 4 ans et il a emporté ses mots avec lui.
                  C’était son métier en tant que linguiste, d’en connaitre bien plus que les autres.
                  Qu’est-ce que connaitre une langue ?
                  A partir de combien de mots dont vous connaissez la signification, les mots analogiques et les synonymes ?
                  J’ai de vieux dictionnaires de synonymes signé René Bailly d’analogies signé Charles Maquet.
                  Combien de mots n’y sont pas parce que la langue a évolué en fonction de toutes une séries de mots qui viennent de l’étranger ?
                  Non, il ne faut pas rigoler, le français est aussi une langue parlée, elle a aussi des lacunes et de mauvaises interprétations qui dépendent trop du contexte.
                  Exemple : Sans mots ou cent mots dans le sang, ne sent pas nécessairement le sens que l’on espère. 


                • Giordano Bruno 20 août 2015 12:03

                  Vous écrivez : Défendre notre langue est peut-être un combat d’arrière-garde.

                  Et si au contraire, c’était un combat d’avant-garde ? J’en fais le pari. Je compte beaucoup sur la maîtrise du Français de mes enfants. Je leur parle et leur lis du mieux que je peux dans la langue de leurs aïeux. Dans quelques années, quelques décennies, les français véritablement francophones auront un très gros avantage sur les orphelins linguistiques, qui, faute de parler correctement une langue maternelle, n’en sauront pas pour autant s’exprimer mieux dans la langue de l’empire. Et leur intelligence sera à l’avenant, ce qui ne peut se penser clairement ne pouvant bien se concevoir.


                  • C'est Nabum C’est Nabum 20 août 2015 15:59

                    @Giordano Bruno

                    Ce n’était qu’une tournure de pure forme bien loin de ma pensée

                    Je vous félicite


                  • Giordano Bruno 20 août 2015 18:57

                    @C’est Nabum
                    Je l’avais compris. C’était le moyen pour moi d’introduire mon discours. Merci pour votre article et pour les autres que je lis régulièrement avec attention.


                  • C'est Nabum C’est Nabum 23 août 2015 18:59

                    @Giordano Bruno

                    J’en suis flatté. Merci


                  • Alain 20 août 2015 12:58

                    Ce que j’adore, c’est que ceux qui disent que le français n’est pas en danger nous parlent de FANTASY et de YOUNG LEADERS.

                    Au Québec, chaque mot anglais dans les écrits (journaux et revues) est généralement écrits en italique.

                    Fantasy est-il mieux que fantastique ?
                    Young leaders est-il mieux que jeunes dirigeants ?

                    God bless les anglicismes

                    Entièrement d’accord avec Nabum : la langue détermine la pensée. Changer la langue, c’est changer la pensée. Le livre 1984 le démontre bien.


                    • mac 20 août 2015 15:44

                      @Alain
                      Savez-vous ce que sont les « young Leaders » ?
                      Peut-être que non étant donné votre commentaire.
                      Les « Young Leaders » ne sont pas traduisibles par « jeunes dirigeants » il s’agit plutôt d’une sorte de club que certains considèrent comme une preuve de la soumissions de certains hommes politiques français aux Etats-unis.
                      Un grand nombre de gens qui parlent de« young leaders » regrettent simplement que ce concept existe.
                      En outre vous aurez certainement remarqué une certaine amertume dans mon commentaire.


                    • C'est Nabum C’est Nabum 20 août 2015 16:00

                      @Alain

                      Nous devrions prendre exemple mais encore faudrait-il avoir quelques valeurs à défendre.

                      Je crains que l’acculturation soit la cause de cette absence de réaction.


                    • Alain 20 août 2015 18:22

                      @mac
                      Non, je ne connaissais pas.
                      Mais en même temps, que je connaisse ou pas ne change pas le noeud du pb : les anglicismes nous envahissent partout.


                    • Enabomber Enabomber 20 août 2015 18:27

                      @Alain
                      La majorité de nos ministres est passée par là, leur « boss » aussi bien sûr. On ne mord pas la main qui nourrit.


                    • ricoxy ricoxy 20 août 2015 20:38

                       
                      Hé oui, la « musique » farcie de mots anglais, les lamentables crétins de la french TV qui jargonnent en globish, la grande « distribution » et le commerce en général qui affectent de parler angloïde, les noms et les affiches délicieusement américanisés, les titres de films non traduits, j’en passe et des pires, – tout concourt au triomphe de ce que nos grands amis étazuniens appellent le « soft power » (pouvoir insidieux).
                       
                      Il nous faut une Jeanne d’Arc pour bouter l’anglois hors de France.
                       
                       


                      • C'est Nabum C’est Nabum 21 août 2015 07:01

                        @ricoxy

                        Je ne pense pas que ce soit la bonne solution.

                        Il est nécessaire d’obtenir une conscience collective sur le danger qu’il y a abandonné progressivement notre langue.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès