Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Katyn, ou la mémoire renaissante

Katyn, ou la mémoire renaissante

Le dernier film d’Andrzej Wadja est sur les écrans français depuis le 1er avril. A voir absolument.

Fin 39, l’armée polonaise, prise entre les feux de l’armée allemande et celle de l’armée rouge, capitule. Suite au pacte de non belligérance Molotov-Ribentrop, les Rouges ayant envahi la Pologne, tous les officiers polonais sont livrés au NKVD soviétique qui les déporte de suite dans les régions de Katyn, Kharkov et Kalinine puis, au printemps 40, Staline donne en personne l’ordre d’exécuter 25700 d’entre eux. Ce sera Béria qui se chargera de ce petit travail. Cependant, entre 39 et 42, grâce à la collaboration active des nazis et des soviets, près de 1,6 millions de civils, l’élite de la Pologne, sont déportés dans les camps d’extermination bolchéviques où la plupart mourront. En 43, Hitler ayant envahi la Russie, les nazis mettent à jour le massacre de Katyn. Pour des raisons de propagande, évidentes sur le moment, la participation à ces crimes est soigneusement cachée. Grave erreur cependant, qui leur sera fatale dans la mise au clair de la vérité. En effet, dès la fin de la guerre, les soviets imputeront les charniers aux vaincus, accablant même certains accusés de Nuremberg. Si la forfaiture est dénoncée, la vérité reste cependant toujours au fond du puits sous la pression des britanniques et avec la bienveillance du nouveau gouvernement polonais... communiste. Inutile de dire que que la mémoire collective se devait d’être effacée puisque l’histoire avait été réécrite par les vainqueurs. La chasse aux sorcières a battu son plein, qui consistait a débusquer les survivants. La chape de plomb s’est enfin brisée.

Le film commence là.

Et ce n’est pas une histoire en images. En fait, tout le drame repose sur le visage d’une femme tenant une enfant par la main. Un cliché habituel, direz-vous ? Non, car tout le long de ce film, on assiste à la pesanteur du mensonge et de ses conséquences à travers le regard des femmes. Ce n’est pas la mise en images d’un massacre auquel Wadja aurait pu nous emmener, celui-ci ayant eu son père exécuté d’une balle dans la nuque près de Katyn, mais une œuvre magnifique où l’amour de ces femmes pour leur mari, leur amant, leurs enfants, où leur persévérance dans la recherche de cette tragique vérité en font d’elles des Antigones modernes, lumières d’une nuit de 70 ans . Les nombreux flash-back qui émaillent les recherches des uns et des autres servent de fil conducteur basé sur les cahiers tenus par un des prisonniers. La vérité apparaît peu à peu, comme un montage de Legos. Certaines scènes sont souvent insoutenables, qui montrent l’animalité de l’homme. On se prend à espérer à la sortie de ce film, à croire en la bonté retrouvée de l’être humain car on a compris ce qu’a enduré cette Pologne catholique, quelle a été sa résistance face au mensonge d’état officiel.

Les morts peuvent reposer en paix, l’Histoire est enfin de retour.

Les réactions les plus appréciées

  • CAMBRONNE (---.---.---.32) 1er mai 2009 11:07
    CAMBRONNE

    BONJOUR

    Bravo pour cet article .

    J’étais en Pologne entre 1986 et 1989 et j’ai donc suivi les longues discussions qui ont finalement amené le gouvernement de Jarulewski à reconnaitre officiellement que les Soviètiques étaient les auteurs des massacres de Katyn . Chose que tout le monde savait en pologne y compris les communistes . Il y avait des plaques dans les Eglises et en particulier dans la paroisse du père Popielusko . Ceci s’est donc passé très peu de temps avant la reconnaissance par les russes de ce forfait .

    Sait on en France que la traque aux résistants anti communistes  : « Army krajova » (armée de la patrie )a continué en pologne jusqu’en 1949 . C’était l’Army ludowy «  (armée du peuple )qui en était chargée .

    J’ai discuté avec des officiers supérieurs polonais qui s’étaient fait du galon à cetteépoque de guerre civile . Certains avaient eu un parcours interessant : Nés en France et fils de mineurs du nord , après avoir participé à la résistance ils avaient choisi de rejoindre leur pays d’origine et en même temps le monde paradisiaque du bolchévisme triomphant .

    La plupart de ceux qui ont fait ce choix l’ont regretté mais pas mes »amis« militaires qui sont passé de l’état de mineur de fond à celui de colonel . J’affirme la véracité de ces propos qui ont été tenus en plus avec l’accent chti .

    DERNIER POINT POUR LE CRETIN QUI NIE LES CAMPS D’EXTERMINATION EN UNION SOVIETIQUE

    Achetez d’urgence les livres de soljenitsine et tous ceux qui ont été écrits sur le Goulag .

    Effectivement ce n’étaient pas des camps d’extermination mais des camps chargés de »rééduquer les ennemis du peuple" tout en utilisant de la main d’oeuvre bon marché pour les grands travaux de l’empire . En Français cela s’appelle de l’esclavagisme .

    Ce n’étaient pas des camps d’extermination mais on y mourait énormèment au même taux que dans les camps nazis .

    L’intéret du débat sur Katyn est de mettre en lumière la complicité de fait entre les deux idéologies meurtrières du XX ème siècle .

    Salut et fraternité .

  • maxim (---.---.---.104) 1er mai 2009 19:07
    maxim

    mais l’article parle de Katyn ....et du massacre d’officiers Polonais par les Soviets ....
    on s’en tape des forces en présence ,

    là je répète ,c’est du crime de Katyn commis par les communistes et mis sur le dos de l’armée Allemande ...

    on parle d’un fait historique ,ou voyez vous qu’il y a des cloportes nazillons ,ça vous emmerde que l’on parle également des crimes communistes ?

    ça vous défrise que l’on évoque les crimes communistes ,ah ouais ,c’est vrai qu’en France ,il y a encore des nostalgiques de Staline ,y’a qu’à voir sur les bancs de l’assemblèe Nationale ....

    je ne parle pas du monde enseignant ,parce que là j’en ai connu qui souhaitaient que les chars Soviétiques arriivent en France ......

  • maharadh (---.---.---.52) 1er mai 2009 16:19
    maharadh

    Une surprenante information nous apprend que les fameuses douchegoubki (chambres à gaz ambulantes) furent inventées non pas par Hitler au cours de la Seconde Guerre mondiale, mais par le NKVD soviétique en 1937, et l’inventeur (pas seul, bien sûr, mais il fut au coeur de cette invention) en fut Isaï Davidovitch Berg, chef du Service économique du NKVD de la région de Moscou.
    Katyn, 1,6 million de civils polonais sont voués à la déportation et souvent à la mort en URSS. Les Soviétiques imputèrent le massacre de Katyn aux Allemands et le régime communiste polonais d’après-guerre entérina cette version. Cependant les Polonais n’abandonnèrent jamais les recherches, Boris ELTSINE livrera à Varsovie l’ordre écrit officiel de Staline de commettre ce massacre. Le père d’Andrzej WAJDA est mort à Katyn.
    À 83 ans, Andrzej Wajda a visiblement voulu faire ce film à destination de ses jeunes compatriotes, dans un fort louable devoir de mémoire. Ce sont d’ailleurs ces envies de transmission qui affaiblissent le film, celui-ci étant bien trop académique pour ne pas ressembler à une dissertation appliquée, mais li faut saluer ce travail énorme sur la mémoire du peuple polonais et les tentatives de falsifications de l’histoire souvent écrite par les vainqueurs.

    Un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir.

  • Emile Mourey (---.---.---.186) 1er mai 2009 09:17
    Emile Mourey

    @ l’auteur

    Mes plus vives félicitations pour votre article. Ancien militaire moi-même, fils de militaire ami de la Pologne qui n’a jamais douté de la vérité de ces faits, je n’ai pas la mémoire courte comme certains qui feraient bien, aujourd’hui, de se regarder dans la glace ou, comme d’autres, propagandistes de tout poil.


Réagissez à l'article

107 réactions à cet article

  • Emile Mourey (---.---.---.186) 1er mai 2009 09:17
    Emile Mourey

    @ l’auteur

    Mes plus vives félicitations pour votre article. Ancien militaire moi-même, fils de militaire ami de la Pologne qui n’a jamais douté de la vérité de ces faits, je n’ai pas la mémoire courte comme certains qui feraient bien, aujourd’hui, de se regarder dans la glace ou, comme d’autres, propagandistes de tout poil.

  • Goldored (---.---.---.85) 1er mai 2009 09:51

    Il n’y a jamais eu de camps d’extermination en URSS, mais des camps de concentration...
    Ce genre d’erreur en dit long sur votre capacité à traiter ce genre de question avec objectivité...

    • Emile Mourey (---.---.---.186) 1er mai 2009 10:49
      Emile Mourey

      @ Goldored

      La vérité vous dérange ?

    • zelectron (---.---.---.64) 1er mai 2009 11:59
      zelectron

      @ Goldored vous ne vous reconnaissez pas ?
      « LE CRÉTIN QUI NIE LES CAMPS D’EXTERMINATION EN UNION SOVIÉTIQUE »
      de « @Cambronne » un peu plus loin et il est gentil...

    • Arunah (---.---.---.110) 1er mai 2009 16:50
      Arunah

      @ Goldored

      Quand vous êtes dans un camp de travail en Sibérie où le travail est obligatoire jusqu’à moins cinquante, que vous avez droit à un régime de famine et que vous êtes vêtu de manière inadéquate pour affronter le froid, le débat camp d’extermination/camp de concentration tombe dans la catégorie « derniers outrages à drosophiles ».
      Pour ne pas vous faire de peine, je ne mentionnerai pas la promiscuité, les maladies, les sévices, les punitions, les gardiens qui vous tirent dessus au moindre prétexte ou même sans prétexte...

      Pendant mes études, une année, sur douze professeurs de russe, QUATRE avaient tâté du Goulag, quatre, y compris un Britannique.

      Un peu de décence, que diable ! 

  • zelectron (---.---.---.64) 1er mai 2009 09:59
    zelectron


    J’ai eu les détails en 1977 ou 78, un peu trop tôt pour que cela éclate au grand jour. La dictature « intellectuelle » de la gauche à l’époque, en France, était la plus efficace de toutes les censures.
    Le film très bien fait ne peut même pas rendre compte ni de toute l’histoire des exactions des bolchéviques ni de leur degré d’abomination, c’est innomable.

  • antyreac (---.---.---.116) 1er mai 2009 10:13

    Le communisme a commis toute sorte de crimes ...

    Dans le cas de l’invasion de la Pologne ,les communistes ont tout simplement ont voulu

    nettoyer le pays occupé de la présence polonaise .Il s’agit bien d’un génocide.

    Une partie de la population a été envoyé dans le camps d’exterminations une autre partie a été

    envoyé dans les différentes contrées de l’ex urss. La population polonaise comptait 6millions

    d’habitants avant la guerre dans les régions occupées par les troupes soviétiques

    aujourd’hui 64 ans après la guerre il ne reste plus qu’environ 600 000 mille de polonais

    dans ces régions.

  • Julius (---.---.---.148) 1er mai 2009 11:04
    Julius

    Le but des Russes à Katyn était de détruire toutes les elits, tous les intellectuels, toute opposition potentielle, ... Cela faisait partie de la stratégie coloniale. Les nations sans elits sont plus faciles à gouverner, à violer. Cela a été la stratégie des communistes russes, ainsi que les nazis allemands. L’ensemble de l’Europe Centrale a subi cette « intelligencicide » pendant la guerre et juste après la guerre.

    Il est amusant de lire que les français ne connaissent pas la vérité sur Katyn. Dans la Tchécoslovaquie communiste, tout le monde savait qui a tué à Katyn (au moins ceux qui voulaient savoir), en dépit de la propagande communiste.

    • Arunah (---.---.---.110) 1er mai 2009 16:56
      Arunah

      @ Julius

      Vous semblez être le seul sur ce forum à avoir compris la vraie nature du communisme.
      Vous n’êtes sûrement pas politiquement correct, mais que c’est bon de vous lire ! 

  • CAMBRONNE (---.---.---.32) 1er mai 2009 11:07
    CAMBRONNE

    BONJOUR

    Bravo pour cet article .

    J’étais en Pologne entre 1986 et 1989 et j’ai donc suivi les longues discussions qui ont finalement amené le gouvernement de Jarulewski à reconnaitre officiellement que les Soviètiques étaient les auteurs des massacres de Katyn . Chose que tout le monde savait en pologne y compris les communistes . Il y avait des plaques dans les Eglises et en particulier dans la paroisse du père Popielusko . Ceci s’est donc passé très peu de temps avant la reconnaissance par les russes de ce forfait .

    Sait on en France que la traque aux résistants anti communistes  : « Army krajova » (armée de la patrie )a continué en pologne jusqu’en 1949 . C’était l’Army ludowy «  (armée du peuple )qui en était chargée .

    J’ai discuté avec des officiers supérieurs polonais qui s’étaient fait du galon à cetteépoque de guerre civile . Certains avaient eu un parcours interessant : Nés en France et fils de mineurs du nord , après avoir participé à la résistance ils avaient choisi de rejoindre leur pays d’origine et en même temps le monde paradisiaque du bolchévisme triomphant .

    La plupart de ceux qui ont fait ce choix l’ont regretté mais pas mes »amis« militaires qui sont passé de l’état de mineur de fond à celui de colonel . J’affirme la véracité de ces propos qui ont été tenus en plus avec l’accent chti .

    DERNIER POINT POUR LE CRETIN QUI NIE LES CAMPS D’EXTERMINATION EN UNION SOVIETIQUE

    Achetez d’urgence les livres de soljenitsine et tous ceux qui ont été écrits sur le Goulag .

    Effectivement ce n’étaient pas des camps d’extermination mais des camps chargés de »rééduquer les ennemis du peuple" tout en utilisant de la main d’oeuvre bon marché pour les grands travaux de l’empire . En Français cela s’appelle de l’esclavagisme .

    Ce n’étaient pas des camps d’extermination mais on y mourait énormèment au même taux que dans les camps nazis .

    L’intéret du débat sur Katyn est de mettre en lumière la complicité de fait entre les deux idéologies meurtrières du XX ème siècle .

    Salut et fraternité .

    • Arunah (---.---.---.110) 1er mai 2009 16:31
      Arunah

      @ Cambronne

      Permettez-moi d’ajouter que le système concentrationnaire nazi est entièrement copié sur le Goulag qui date du début des années 20.
      Entre le nazisme et le soviétisme, il y a l’épaisseur d’une feuille de papier à cigarette.
      ( C’est volontairement que je n’emploie pas le mot ’communisme’ car le choeur des vierges va immédiatement bêler « qu’ils n’ont pas atteint le communisme »,etc... ) 

    • Satantango (---.---.---.6) 1er mai 2009 17:48
      Satantango

      Et pendant ce temps-là le cher Papy Prescott Bush y faisait suer du burnous les futurs exterminés pour faciliter le triomphe de ce brave Adolphe Hitler !

      http://questionscritiques.free.fr/Bush/Prescott_Bush_Hitler.htm

      Déjà dans « Kanal » Andréj Wajda avait démontré l’étendue de son talent

    • zelectron (---.---.---.64) 29 mai 2009 23:48
      zelectron

      correction :
      Entre le nazisme et le soviétisme, il n’y a pas l’épaisseur d’une feuille de papier à cul.

  • Julius (---.---.---.148) 1er mai 2009 11:08
    Julius

    Il est également important de savoir que c’est la Pologne qui a le plus souffert au cours de la guerre. La Pologne a perdu 17% de sa population. La Russie a perdu 13%.

    • antyreac (---.---.---.116) 1er mai 2009 12:17

      Julius plus sans doute

      Juste avant le déclenchement de la guerre la Pologne comptait 35 millions d’habitants

      après la guerre il n’y avait plus que 24 millions d’habitants.

      Une partie de la population se retrouva dans les territoires occupés par l’urss qui n’a jamais fait

      le décompte des pertes officielles de ces régions.

      On connaît juste le décompte des autorités communistes polonaises qui lui se monte à 7 millions de

      morts environ.Actuellement certains historiens pensent que la fourchette doit se situer

      entre 7et 8.5 millions de pertes

    • Arunah (---.---.---.110) 1er mai 2009 17:07
      Arunah

      @ antyréac

      Pour les statistiques, tout dépend si on compte les juifs en tant que juif ou en tant que polonais. Certains peuvent ainsi être comptabilisés deux fois. 

  • blh (---.---.---.169) 1er mai 2009 13:24

    Quand on écrit que la plupart des 1,6 millions de personnes, élite de la Pologne, ont disparu, est-il encore possible de distinguer concentration/extermination ? A moins de revoir les définitions qu’en donnèrent les vainqueurs de Nuremberg. Diminuer l’intensité de ces derniers ne font pas des premiers des camps de vacances pour autant.

  • Fanny (---.---.---.117) 1er mai 2009 13:30

    Katyn : un épisode particulièrement sinistre de la dernière guerre. Mon grand-père, arrêté en Estonie en 39 lors de l’invasion par les bolchevicks, a disparu au Goulag.

     

    25 000 assassinés à Katyn, cela représente 1/1600 ème des victimes de cette boucherie que fut la seconde guerre mondiale. Soit presque rien, en plagiant un homme politique français. Une large part de ces victimes fut composée de civils.

     

    Cela étant dit pour rappeler une évidence : une guerre mondiale est une boucherie, et la prochaine, si par malheur … serait infiniment plus meurtrière.

     

    Ce film rappelle, à juste raison, que la vie humaine comptait peu dans l’idéologie communiste. Mais la vie humaine ne comptait guère plus dans l’esprit de ceux qui ont bombardé Dresde. Dans un contexte de guerre, le communisme se distingue finalement assez peu des démocraties.

     

    Mon propos : un film sur le bombardement de Dresde n’aurait probablement pas une tonalité anti-démocratique. Ce film sur Katyn a une tonalité anti-communiste. Un contresens, car ce n’est pas du fait de sa victoire sur la nazisme que le communisme soviétique est condamnable, mais du fait de la terreur qu’il inspirait à ses citoyens et ses nombreuse victimes en temps de paix.

     

    Autrement dit : évitons la guerre à tout prix. Si on peut se passer de révolution, tant mieux, mais évitons de diaboliser les révolutions car, comme 1789, elles sont parfois nécessaires et fondatrices, même si d’autres (1917) ont échoué.

    • Julius (---.---.---.148) 1er mai 2009 13:58
      Julius

      > Mais la vie humaine ne comptait Guere plus dans l’esprit de ceux qui ont bombarde Dresde.

      Dresden a été bombardé à la demande de Staline (Dresden était sur le front est).

    • Emile Mourey (---.---.---.186) 1er mai 2009 15:48
      Emile Mourey

      @ Fanny

      Le communisme bolchévique, puis stalinien, le nazisme, furent des idéologies totalitaires néfastes. Il a été juste de les combattre. Les utopies pacifistes n’ont mené qu’à des reculades - cf. Munich. Mon engagement dans l’armée s’explique dans ce contexte (dans les années 50, aucune personne cherchant à s’informer ne pouvait ignorer les camps d’extermination des uns et des autres).

      Quant au bombardement de Dresde (demandé par Staline, cf. commentaire ci-dessus), c’est un aspect de la stratégie de la deuxième guerre mondiale (tapis de bombes, bombardement des villes, non prise en considération des populations civiles) qu’avec le recul de l’Histoire, on ne peut que regretter et condamner.

      Ceci dit, reste pour nos démocraties le devoir de combattre par l’épée ou la plume toute résurgence totalitaire, y compris d’extrémisme religieux.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !





Les thématiques de l'article


Palmarès