• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Enquêtes participatives > Faut-il stocker des ampoules à incandescence ? > Faut-il stocker des ampoules à incandescence ?

Faut-il stocker des ampoules à incandescence ?

Alors que le top départ d’une conversion massive de nos lampes est donné aujourd’hui  (30 juin), certains se demandent si les bénéfices annoncés sont bien réels et si l’impact des lampes fluo-compactes sur l’environnement et la santé n’a pas été minimisé. Qu’en est-il vraiment ? Faut-il suivre le mouvement ou résister en stockant des ampoules à incandescence ?

Au terme de cette enquête, il apparaît que les questions soulevées ne sont pas sans fondement. Il est donc conseillé d’appliquer le principe de précaution et de ne changer les ampoules qu’avec parcimonie :

-  Remplaçons les ampoules les plus utilisées (plus d’une heure par jour) par des fluo-compactes,  mais cherchons les bonnes affaires pour ne pas les payer plus qu’elles ne valent. Et recyclons les en fin de vie.

-  Pour toutes les autres, ne faisons rien tant qu’elles tiennent le coup. Au besoin, prévoyons quelques ampoules à incandescence de rechange.

Le mouvement est lancé : les bonnes vieilles ampoules à incandescence vont peu à peu disparaître des linéaires pour céder la place aux lampes basse consommation, principalement fluo-compactes. C’est une décision européenne reprise en France de manière volontariste par le Grenelle de l’environnement.

Pas un big-bang, mais presque …

La convention passée entre l’état et les parties prenantes précise en effet que les ampoules de 100 W et plus seront bannies au 30 juin 2009, celles de 75 W au 31 décembre, celles de 60 W au 30 juin 2010, etc. Mais attention, ni les spots, ni certaines lampes halogènes, ni les lampes spéciales ne sont concernées, du moins pour l’instant (Détails sur le site de l’AFE).

Dans un récent avis, l’ADEME (Agence De l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie) résume les enjeux. Le remplacement programmé devrait permettre d’économiser 6 TWh (6 milliards de kWh) par an à l’horizon 2016, soit un peu plus d’1% de la consommation électrique française. Il devrait permettre également d’éviter "près de 1 million de tonnes" de CO2, soit un peu moins de 0.2% des émissions françaises de gaz à effet de serre. Enfin, les lampes fluo-compactes seront recyclables à 93%.

Mais au-delà des objectifs louables d’économie, cette vaste opération constitue sans aucun doute une aubaine pour les fabricants et importateurs de lampes. En substituant des produits vendus autour de 1 € par d’autres vendus autour de 8 €, leurs chiffres d’affaire et leurs bénéfices vont exploser, d’autant que le coût de fabrication des fluo-compactes ne dépasserait pas 2 $ (1.50 €).

C’est dans ce contexte que sont nées un certain nombre de controverses sur l’opportunité de l’opération, d’autant plus qu’une autre technologie plus prometteuse, les LEDs (diodes électroluminescentes), pourrait prendre le relais dans quelques années.

 

Les controverses

Controverse N° 1 : Les lampes fluo-compactes contiennent du mercure qui est volatile et toxique.

Elles en contiennent en effet 3 mg en moyenne, 5 mg maxi. Comme il s’en est vendu environ 30 millions en 2008, cela fait 90 kg de mercure, soit seulement 0.05% des 188 tonnes consommées chaque année en France, mais qui risquent néanmoins de se retrouver un jour dans la nature.

- soit parce qu’on casse une ampoule chez soi.

- soit parce qu’elles n’aboutissent pas, ou pas intactes, dans la filière de récupération qui a été mise en place par Récylum.

Les vapeurs de mercure sont toxiques. La valeur limite d’exposition professionnelle en France est de 50µg/m3, en moyenne pendant 8 heures par jour, 5 jours par semaine. Si on casse une lampe contenant 5 mg de mercure dans une pièce de 10 m2 (25 m3), à supposer qu’on laisse le temps au mercure de se disperser dans la pièce (ce qu’il ne faut évidemment pas faire, voir ici la conduite à tenir), la concentration théorique atteindra 200 µg/m3. Si on aère efficacement la pièce et qu’on élimine les débris, la concentration va retomber rapidement. Dans le test fait par Osram dans une pièce de 35 m2 (!), la concentration n’a pas dépassé 25 µg/m3 et est retombée à 0 après quelques minutes d’aération.

Un article du Canard enchaîné avait lancé l’alerte en 2005, mettant l’accent sur les risques liés au recyclage d’un produit aussi fragile et aussi facile à mettre à la poubelle. Pour l’instant, le taux de retour est en effet faible - mais cela peut s’expliquer par la durée de vie de ces lampes dont la commercialisation est récente

Les fabricants de leur côté font valoir que l’électricité économisée par les lampes fluo-compactes provient souvent (mais peu en France) de centrales à charbon et que le charbon contient du mercure. Globalement, le bilan serait positif. Il y aurait moins de mercure dans les lampes que dans le charbon qu’on évite de brûler. C’est sans doute pour cette raison que l’UE n’a pas relevé de contradiction avec sa stratégie de réduction du mercure adoptée en 2005. Mais pourtant les risques sont différents : on ne respire pas directement ce qui sort des cheminées des centrales thermiques, alors que quand on casse une ampoule, on a le nez dessus !

Première raison donc d’appliquer le principe de précaution et de limiter nos achats d’ampoules au mercure.

 

Controverse N° 2 : Les lampes fluo-compactes émettent des radiations électromagnétiques qui ne seraient pas sans danger.

Les composants électroniques utilisés pour éviter le scintillement génèrent des champs électromagnétiques de basse fréquence (30-60 kHz). Il y a un pic à l’allumage, puis le champ décroît. A plus d’1 m, il est noyé dans le bruit de fond. Entre 1m et 20 cm, il est inférieur aux normes en vigueur pour ce domaine de fréquences. Mais selon les mesures du Criirem il y aurait un problème à moins de 20 cm. Comme il n’existe pas de protocole de mesure normalisé pour effectuer les mesures aussi près de la source, celles-ci n’ont pas été validées. L’ADEME a donc saisi l’AFSSET (Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail) pour officialiser une méthode. En attendant le résultat de nouvelles mesures, il vaut mieux ne pas trop s’approcher …

Le Comité scientifique des risques sanitaires émergents et nouveaux (CSRSEN/SCENIHR) de la Commission européenne a émis un avis en septembre 2008 sur les effets des lampes basse consommation sur la santé. S’il ne trouve rien à redire sur les champs électromagnétiques, il indique par contre que « la seule propriété des lampes fluorescentes compactes qui puisse éventuellement représenter un risque supplémentaire est le rayonnement ultraviolet et de lumière bleue émis par ces appareils. Dans le pire des cas, ce rayonnement pourrait aggraver les symptômes de quelque 250 000 personnes au sein de l’UE souffrant de maladies cutanées rares qui les rendent extrêmement sensibles à la lumière. (…) L’utilisation de lampes basse consommation à double enveloppe ou d’autres technologies similaires atténuerait les risques tant pour la population générale que pour les patients sensibles à la lumière. »

 

Controverse N° 3 : La substitution ne sert à rien, car en hiver, il faut compenser la chaleur des ampoules à incandescence par un supplément de chauffage.

On trouve beaucoup de réponses fantaisistes dans les forums. Cela n’est pas étonnant, car la question est complexe. En l’absence d’étude sérieuse, voici ce qu’on peut affirmer :

- de par le principe de conservation de l’énergie, toute énergie émise par une ampoule, qu’elle soit thermique ou lumineuse contribue "in fine" à chauffer la pièce dans laquelle elle se trouve. La seule énergie qui s’échappe est la lumière qui sort par les fenêtres quand elles ne sont pas obturées par des rideaux ou des volets. Le reste contribue à chauffer la pièce et se dissipe plus ou moins vite par les parois selon la qualité de leur isolation, de la même manière que la chaleur produite par les radiateurs.

- la question débattue est de savoir si la chaleur générée par l’allumage d’une ampoule à incandescence modifie la marche du chauffage de la pièce ?

La réponse dépend du mode de régulation du chauffage : régulation générale par sonde extérieure, par sonde intérieure, régulation individuelle par radiateur. Dans le premier cas, l’éclairage est sans influence sur le chauffage, dans le second, seul l’éclairage de la pièce où se situe la sonde a un impact. Dans le dernier cas, l’ADEME indique que dans un appartement de 80 m2 chauffé par des convecteurs électriques, le besoin de chauffage supplémentaire induit par le changement des ampoules serait de 75 kWh par an. Les habitants de ce logement moyen n’économiseraient donc que 200 kWh (au lieu de 275) sur une consommation liée à l’éclairage de 365 kWh.

Dans ce dernier cas, c’est à dire quand chaque radiateur possède une régulation individuelle, la réponse dépend aussi de la position de l’ampoule. Si l’ampoule est au plafond, son allumage ne modifierait pas la marche de la régulation de la pièce (mais probablement celle de la pièce située au dessus).

- quand le logement est chauffé au gaz ou au fioul, la compensation éventuelle de l’énergie électrique par une énergie fossile oblige à s’enquérir du bilan CO2. Si, comme les antinucléaires, on prend en compte le contenu marginal en CO2 de l’électricité (600 à 700 g CO2/kWh), il n’est pas inintéressant de remplacer une part de la consommation électrique par un peu plus de chauffage aux énergies fossiles (dont le contenu en CO2 n’est que de 200 à 300 g CO2/kWh). Sinon, on estimera qu’il n’est pas indiqué de remplacer du courant électrique d’origine essentiellement nucléaire et hydraulique (40 à 90 g CO2/kWh) par des énergies fossiles brûlées à domicile. (note ADEME/RTE)

Cette controverse est donc fondée. Les promesses d’économies d’énergie ne seront pas entièrement tenues : dans la plupart des cas, le chauffage devra compenser au moins une partie de la chaleur fournie aujourd’hui par les ampoules à incandescence (mais a priori sans impact négatif sur les émissions de CO2).

 

Controverses N° 4 : Les lampes fluo-compactes créent de la puissance réactive, qui réduit les économies d’électricité escomptées

Ce n’est pas un inconvénient pour les particuliers qui ne sont pas facturés pour ça, mais c’en serait un pour la collectivité, car la puissance réactive augmente les pertes en ligne.

Il est difficile de se faire une opinion, les fabricants de lampes ne communiquant pas sur ce sujet. J’ai donc procédé à des mesures de cosφ sur des lampes de deux marques. J’ai trouvé des valeurs voisines de 0.6, c’est-à-dire bien inférieures à la valeur de 0.8 en dessous de laquelle EDF facture un supplément à ses clients industriels. Il faudrait bien sûr faire plus de mesures, mais on peut d’ores et déjà affirmer que les économies annoncées sont en partie neutralisées par cet effet. De combien ? Cela devra être évalué.

 

Vrai ou faux ?

- Les lampes fluo-compactes produisent une lumière blafarde.
Faux.
Les lampes fluo-compactes peuvent produire une lumière froide ou chaude (bleutée ou jaune). Cette caractéristique sera indiquée sur les emballages à partir de septembre 2010.

- On ne peut pas utiliser de variateur.
Vrai.
Mais les fabricants commercialisent maintenant des fluo-compactes compatibles avec les variateurs. Cette caractéristique est signalée par un logo sur l’emballage.

- Les lampes fluo-compactes éclairent moins bien.
Faux.
Ce sont les tables de correspondance entre anciennes et nouvelles lampes qui sont parfois imprécises. Il faudra s’habituer à parler en lumens, et non plus en watts. En attendant, ne pas hésiter à choisir des puissances un peu plus fortes.

 

Que faire ?

Sylvie, une mère de famille interviewée par Capital (M6, 11 mai 2009) a remplacé toutes les lampes de sa maison pour la jolie somme de 694.40 €. Elle est heureuse d’avoir fait un geste pour l’environnement, mais est consciente qu’elle ne rentabilisera sans doute jamais son investissement. Fallait-il être aussi extrémiste ?

Sûrement pas ! Je conseille un calcul simple, en oubliant un instant les économies d’énergie, puisqu’elles ne sont pas aussi importantes qu’on veut bien le dire. Les données que j’utilise sont des valeurs moyennes officielles, que chacun peut ajuster à son idée.

Une lampe à incandescence dure 1000 heures et coûte 1 €. Une lampe fluo-compacte de 8000 heures de durée de vie annoncée achetée 8 € ne reviendra donc au final pas plus cher. Mais à condition de l’utiliser 8000 heures, c’est-à-dire au moins 1 heure par jour pendant 20 ans !

Conclusion pratique : le changement des ampoules utilisées plus d’une heure par jour est forcément gagnant, et d’autant plus gagnant qu’on paiera les fluo-compactes moins de 8 €.

Trouver des prix bas ne devrait pas être trop difficile, car la convention passée entre le ministère et les enseignes de la distribution et du bricolage prévoit « une opération promotionnelle de très grande ampleur en 2009 ». Une autre piste est donnée par le site suisse topten.ch qui recommande les lampes Ikea, bon marché et de bonne qualité. Mais attention aux importations mal contrôlées. Les marques de fabricant ou de distributeur offrent une certaine garantie de qualité, même si beaucoup de leurs lampes sont aussi fabriquées en Chine.

Inversement, l’intérêt n’est pas évident pour toutes les ampoules utilisées peu souvent (caves, greniers, pièces inutilisées, résidences secondaires …) ou fréquemment mais pendant de courtes durées (WC, couloirs, salles de bains …). D’une part, toutes les fluo-compactes ne supportent pas les allumages fréquents ni ne donnent leur pleine puissance immédiatement, d’autre part, le jeu n’en vaut pas la chandelle. Ni économiquement, ni, on l’a vu, du point de vue de l’environnement. L’ADEME contactée pour cette enquête conseille, pour ces utilisations, de garder les vieilles ampoules jusqu’à ce qu’elles grillent.

Faut-il faire des stocks en prévision de cette éventualité ? L’ADEME ne le préconise pas, mais on peut le faire, de manière raisonnable - pas plus d’une pour trois - car la technologie va évoluer très vite. On peut en tous cas garder les ampoules à incandescence remplacées plutôt que les jeter.

Pour terminer, un petit coup de projecteur sur les lampes halogènes haute efficacité. Vendues quelques €, elles durent plus longtemps et sont plus économes que les ampoules à incandescence, sans présenter les inconvénients des fluo-compactes. Elles peuvent représenter un bon compromis, à condition de les trouver effectivement chez les détaillants.

Remerciements : le déclic de cette enquête m’a été donné par l’article d’Eugène Wermelinger dans Agoravox : Ampoules basse consommation, mais haute dangerosité ? Merci également à Liberty, fergus, lapa, roger_imotep, Truk, jacques, dont j’ai suivi les pistes indiquées dans leurs commentaires.

 

Crédit photo : zetson

Moyenne des avis sur cet article :  4.75/5   (113 votes)




Réagissez à l'article

118 réactions à cet article    


  • tchoo 30 juin 2009 10:42

    Et l’aspect industriel : les usines d’ampoules flou-compactes ne sont en France ni en Europe, alors qu’il restait encore quelques fabriques de lampes à incandescence.
    Encore une délocalisation !


    • Eric Lombard Eric Lombard 5 juillet 2009 10:17

      @ tous ceux, nombreux dans ce forum, qui disent la même chose : les lampes fluo-compactes ne durent pas.

      C’est un point qu’il va falloir creuser. Mais comment faire concrètement ? Qui parmi vous enregistre les durées d’allumage de chacune de ses lampes ?

      Interroger les fabricants et importateurs ? Ils vont nous dire que tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes, du moins officiellement, car en off un représentant d’un fabricant a reconnu que la fiabilité est déficiente, même chez les fabricants « sérieux ».

      Se reposer sur des tests de Que choisir ou 60 millions ? On n’aura de tests que sur des lampes déjà anciennes, car 8000 heures, c’est un peu plus d’un an de tests sans compter les phases d’extinction !

      Mais écoutons déjà ce que dit 60 millions dans son numéro de juin :

      « A partir de septembre 2009, les fabricants se verront imposer certains seuils de qualité : au moins une ampoule sur deux devra dépasser 6 000 heures de durée de vie.
      Plus de 85 % du flux lumineux devra être maintenu après 2 000 heures de fonctionnement, et le nombre de cycle d’allumages/extinctions devra être supérieur à la moitié de la durée de vie en heures de la lampe (un objectif qui reste très modeste)... »

      Ce qui confirme qu’aujourd’hui on est encore assez loin du compte ...


    • Ruut Ruut 11 janvier 2011 12:46

      Cela fait 2 ans que ma maison est équipée d’ampoules économiques.

      Et sur les 12 ampoules 8 ont déjà dues être remplacées.

      Celles qui sont allumées souvent pour de courtes périodes.

       

      Cette obligation est une honte.

      La marque ne change rien au problème.


    • Yoann Yoann 31 janvier 2011 11:00

      Merci pour cet article on ne peut plus clair (repris ici : ampoule incandescence vs fluocompacte)

      C’est une honte, ces ampoules sont beaucoup plus chers et ont besoin d’être remplacée beaucoup plus souvent pour celles qui sont allumées très peu de temps et celles qui sont « au froid » par exemple, cave ou garage ...

      Cela mérite encore un lancé de chaussures mais cette fois-ci, sur les industriels !!!


    • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 30 juin 2009 10:48

      Salut Eric,


      Je me souviens très bien de l’article de mon ami Eugène ( que je salut en passant )

      En effet ce dernier signalait déjà en début d’année les dangers de l’électro-pollution, et dans ton article ce qui m’inquiète dans ces lampes, c’est la controverse n° 2


      Controverse N° 2 : Les lampes fluo-compactes émettent des radiations électromagnétiques qui ne seraient pas sans danger.


      ..... et notamment cette phrase :Mais selon les mesures du Criirem il y aurait un problème à moins de 20 cm.... et cette distance est la distance d’utilisation générale des lampes de bureau ou de chevet !!!!


      Alors j’m’en vais peut ben stocker quelques « vieilles ampoules » à papa !


      @+ P@py


      • Lisa SION 2 Lisa SION 2 30 juin 2009 11:11

        Bonjour,

        « Les promesses d’économies d’énergie ne seront pas entièrement tenues » Sans aucun doute, aucune promesse n’est jamais tenue sauf pour les poches des producteurs,

         « Il est difficile de se faire une opinion, les fabricants de lampes ne communiquant pas sur ce sujet. » Déjà, ils ne se vantaient pas de tremper le filament de magnésium dans l’acide pour en diminuer la durée de vie...

        Nous vivons une époque formidable où nous pouvons voir les fruits de la recherche se tourner vers différentes voies : l’hydrogène ultra compliqué ou l’électricité ultra simple pour la voiture, le panneau photovoltaïque de toiture ou l’usine nucléaire lointaine, l’hyper sophistiquée ampoule à incandescence néon 22O v ou la Led simple 12 v...et dans chaque domaine, comme par hasard, le système le plus lointain, le plus coûteux est encouragé pour les beaux yeux du Grenelle !

        La stratégie est pourtant simple, faire payer par la masse des gogos la longue chaine de distribution de formules prometteuses à abonnements permet à l’initié de s’équiper d’autonome à moindre prix...

        Dans ce domaine, ce n’est pas flagrant : http://www.h2osmose.com/leds/

        Mais dans celui-ci ça l’est ! http://199.84.131.196/catacombes/EV1Eulogy.htm . D’ailleurs, le grand intérêt des grands groupes industriels s’affiche dans cette vidéo qui captent les brevets pour les enterrer ou les appliquer sur des modèles hauts de gamme. on peut noter à ce sujet que les trois premières voitures électriques qui sortent sont des cabriolets AC Cobra, Venturi, et Tesla...pas des 4L !


        • Gasty Gasty 30 juin 2009 12:06

          En effet. Lorsque le marché sera saturé, nous passerons à la Led.

          Il en va de même avec l’électro ménagers et en particulier l’audio vidéo. Des ventes sont faites avec des lecteurs qui auraient pu être à l’origine équipé par exemple d’une prise USB et ne le sont pas car réservé pour la prochaine fournée. Matériel obsolète dès la vente et incitation à la consommation continu.

          Comme dit l’auteur, se limiter à l’éclairage susceptible de fonctionner plusieurs heures, inutile de se précipiter.


        • Gasty Gasty 30 juin 2009 12:24

          Intéressant le lien de lisa SION : http://199.84.131.196/catacombes/EV1Eulogy.htm


        • L'enfoiré L’enfoiré 30 juin 2009 11:16

          @L’auteur,

          < !—[if !supportEmptyParas]—>< !—[endif]—>

          Est-ce un effet de lumière ? Je rigole évidemment.


          En fait, votre article apporte un dilemme très général : pollution contre consommation électrique.

          Qu’est-ce qui est le plus urgent aujourd’hui ?

          Diminuer la consommation d’électricité, à mon avis.

          Il n’y a aucun progrès qui n’ait un effet secondaire. Ce sera écrit sur la posologie du pharmacien ou comme précautions d’usage pour les autres. La modernité et les progrès, c’est ça.

          Il n’y a pas photo, la longueur de vie et la consommation sont en augmentation.

          Que ceux qui assez maladroits pour laisser tomber leur nouvelle lampe, assument et apprennent à s’en servir.

          Il y a pourtant quelques points pratiques qui ne sont pas résolus dans les LFC : pas de variateur de puissance, la taille importante parfois difficile à inclure dans un espace réduit, sensibles aux rayons de soleil, la latence avant l’utilisation optimale,

          Les anciennes lampes, il ne faut pas les jeter. Elles disparaitront très vite. Les magasins vont aussi tenter d’écouler les stocks avec des rabais. Stocker ? Les magasins seront contents ? Ils n’aiment pas faire les stocks eux-mêmes. Mais jusque quand ? Qui sait les musées en seront peut-être friands.

          Lumière blafarde ? Non, différente en couleurs. Si vous faites de la photo, vous devrez peut-être changer les niveaux de gris. Elle sera moins chaude.


          • Eric Lombard Eric Lombard 30 juin 2009 12:30

            @ l’enfoiré :

            Bien d’accord qu’il faut essayer de réduire la consommation d’électricité, car aucun mode de production n’est exempt de problèmes : ni l’hydroélectricité avec ses barrages, ni l’éolien qui mite le paysage, ni bien sûr le nucléaire avec ses risques et ses déchets ou le charbon avec son CO2 ...
            Et si dans le même temps on développe les usages de l’électricité pour lutter contre le réchauffement (transports en commun, voiture électrique, pompes à chaleur, etc.) il va falloir produire plus ... ou économiser !

            Mais cela n’empêche pas d’être prudent. Personnellement, pour avoir longuement discuté avec un médecin qui fait de la pharmacovigilance, je limite l’usage des médicaments au strict minimum.


          • L'enfoiré L’enfoiré 30 juin 2009 13:39

            Bonjour Eric,
             Je suis ABSOLUMENT d’accord. Je l’ai dit dans mon autre commentaire réponse à Eugène.
             Quand on prend des décisions pareilles, il faut être sûr de son coup.
             La vidéo de 3° oeil était édifiante.
             Toujours le meilleur prix performance. Dans le prix, les effets secondaires doivent être comptabilisés. C’est ça mon pragmatisme.
             Cela se réflète dans mon article du jour, également.



            • tylhdar tylhdar 25 juillet 2009 13:55
              page non trouver
              (fallait pas faire confiance a DM ou youtube)

            • dup 30 juin 2009 11:47

              une imbecilté technocratique de plus . Les lampes à incandescence ont certes un rendement assez mauvais , mais dans nos climats où l’on doit chauffer 6 mois par an , leur rayonnement contribuait au chauffage et n’est pas totalement perdu , bien que chauffer 100 % électrique est une aberration. Ensuite qu’en est il des lampes halogènes qui ont une part importante dans le design et l’éclairage . Faudra il faire un marché noir on verra on des dealers de lampes ? quand l’état remplit plus les fonction regaliennes ,il s’occupe de détails pour faire diversion. Une luminosité importante peut se faire qu’avec des lampes à incandescence , halogène en particulier.


              • Eric Lombard Eric Lombard 30 juin 2009 12:13

                Petite précision sur les lampes halogènes :
                - les R7s qui ont une forme de crayon et qui sont employées dans les lampadaires ou les projecteurs halogène et qui existent en 300 et 500 W ne sont pas bannies, car il est difficile de délivrer cette puissance autrement (mais pas impossible, levez la tête dans les magasins ou les bureaux).
                - les G9, toutes petites, utilisées dans certaines lampes de bureau ou de chevet ne sont pas bannies non plus.
                (Voir détails sur le site de l’AFE, association française de l’éclairage)

                Et comme je le signale à la fin de mon article, il existe des lampes halogènes qui peuvent remplacer les ampoules classiques à culot, dont le prix, l’efficacité et la durée de vie sont intermédiaires entre les ampoules à incandescence et les fluo-compactes.


              • eugène wermelinger eugène wermelinger 30 juin 2009 11:48

                http://www.guadeloupe.franceantilles.fr/regions/departementales/une-journaliste-scientifique-denonce-les-lampes-basse-co


                Bonjour à tout le monde,
                Bravo et merci à Eric pour la reprise de cette enquête particulièrement bien fouillée.
                Ci dessus, je donne un lien vers un texte de la journaliste scientifique Annie Lobé, qui pose la question de l’augmentation significative des cancers à la Guadeloupe, département test où l’on vient déjà de changer toutes les anciennes ampoules.
                Mon conseil : méfiance - il y a arnaque sous roche - , et j’ai stocké une douzaine d’ ampoules anciennes, en attendant que la technologie ait évolué et dans le bon sens. 

                • L'enfoiré L’enfoiré 30 juin 2009 12:16

                  Bonjour Eugène,
                   Ton lien ne fonctionne pas. 
                   Le conseil est bon. La technologie fait souvent des adaptations par l’expérience. Je trouve que la décision d’arrêter la production des lampes à incandescences a été un peu rapide.
                   J’ai recherché l’histoire du tube fluorescent. Il ne date pas d’hier avec Becquerel. Avec Edison, il y avait des rayons X qui a envoyé un employé au cimetière. L’enfer est pavé de bonnes intentions. Argon et mercure, chez Philips en 1973.
                   Et si on travaillait en plein jour et dans le soleil.
                   M... lui, il donne le cancer avec ses UV.
                   On est jamais en paix. Dur, dur de vivre...


                • eugène wermelinger eugène wermelinger 30 juin 2009 12:54

                  Salut le belge enfoiré !


                  Si, il fonctionne, après le « oups » il faut aller ici :

                • alberto alberto 30 juin 2009 14:06

                  Bonjour, Eugène, et bonjour à tous,

                  Perso, je pense que l’augmentation des cancers de prostates en Guadeloupe (et ailleurs) est antérieur à l’utilisation des lampes basse consommation : les guadeloupéens ont bien d’autres raisons d’en être atteints notamment par l’emploi massif des produits phytosanitaires dont certains légalement interdits continuent d’être utilisés.

                  Par ailleurs, en d’autres lieux, on a pas constaté de corrélation évidente entre cancer de la prostate et exposition aux champs électromagnétiques élevés même si d’autres affections étaient constatées, ainsi les zones proches des lignes à très hautes tensions, où l’exposition aux rayonnement d’ antennes d’émissions de puissance.

                  Quant au choix de se débarrasser des ampoules à incandescence, pour moi, il est urgent d’attendre, surtout aux endroit de passage où l’éclairage est soumis à de nombreuses manœuvres de marche/arrêts : en effet, si les fabricants indiquent un nombre d’heures de fonctionnementde leurs lampes ils sont assez discret sur le nombre de marche/arrêts admissibles...

                  Enfin voir si les circuits de démarrage des LEDs n’émettent aucun rayonnement...

                  Bien à vous.


                • L'enfoiré L’enfoiré 30 juin 2009 15:22

                  Alberto,
                   Bien vu et compris. Pas de déductions hatives. A 2 mètres de distance, était-il dit dans la vidéo, rayonnements perdus.
                   Je ne dirais pas la même chose du GSM qui se trouve à ma ceinture, à me pomper les pompes et les roubignoles.
                   Donc, Guade devra s’armer d’une loupe avant d’affirmer.


                • tylhdar tylhdar 25 juillet 2009 14:04

                  « Enfin voir si les circuits de démarrage des LEDs n’émettent aucun rayonnement... »
                  Pas le moindre, c’est rien qu’un simple redresseur de courant, comme on en trouvent dans un chargeur de portable ou autre.


                • impertinent3 impertinent3 30 juin 2009 12:12

                  Comme je regrette que mon grand-père n’ai pas fait provision de lampes à pétrole !


                  • maxim maxim 30 juin 2009 12:20

                    perso ,j’ai stocké et stocke encore les ampoules classiques ...

                    on voit que dalle avec les basses conso ,elles sont volumineuses,il faut deux plombes entre le temps d’allumage et la clarté ,et en plus c’est très cher pour le résultat ....

                    chez moi il y a des spots et des hallogènes ,et des ampoules classiques sur les lampes de chevet et de salon ,il suffit de régler l’intensité pour avoir un bon éclairage d’ambiance ,sans fatigue des yeux ,et pour une conso maitrisée ...et bien sûr ne pas laisser allumée une pièce que l’on quitte !....

                    sur la conso annuelle ,l’EDF me rend toujours du fric en trop perçu ....


                    • plancherDesVaches 30 juin 2009 13:09

                      Bien vu Maxim.

                      Et lorsque l’on voit le prix de fabrication de 2 Euros par rapport au prix de vente....

                      Hhmm... EDF vous rend de l’argent.... : vous inquiètez pas, il fait ça à tous les clients, par contre, comme pour les « jours de compensation » des banques entre opérations, ils le font travailler, votre argent.
                      EDF est un voleur modeste, d’ailleurs.... Lors du passage à l’euro, tout les arrondis supérieur lui permettait de gagner 3 francs sur le total.

                      A l’auteur.
                      Vous analysez de façon exhaustive du point de vue matériel.

                      Maintenant, je vais vous parler argent :

                      Chiche que si mon ampoule me lâche au bout de moins de 8000 heures (même en fonctionnement continu), je vous parie qu’elle ne me sera pas remboursée......
                      Et vu le prix....


                    • mimine mimine 30 juin 2009 12:57

                      je me refuse d’utiliser ces nouvelles sources d’empoisonnement : dans 20 ans combien d’ampoules auront été cassé dans mon appart ?

                      la filière de traitement de ces déchets c’est la même qu’on a mis en place pour les ordi ? (exportation vers les chinois)

                      le réchauffement de la planète n’est pas si sur que ça, l’empoisonnement par le mercure l’est, et on n’a pas besoin d’une affaire « amiante bis »


                      • Triodus Triodus 30 juin 2009 13:39

                        Lampes basse conso ? - arnaque à 230% et à 75 balles !


                        • Céphale Céphale 30 juin 2009 14:26

                          Bon article

                          La directive européenne est la victoire d’un lobby industriel mené par Philips.

                          Les ampoules basses consommation coûtent cinq fois plus cher que les ampoules à incandescence, et ne durent pas plus longtemps. En outre elles sont d’une puissante laideur et donnent une lumière blafarde.

                          Mon fils a remplacé toutes ses ampoules à incandescence par des « basse consommation ». Au bout d’un an, la moitié sont grillées. La technique n’est pas au point.


                          • non666 non666 30 juin 2009 14:31

                            1) Les economies annoncées supposent une durée de vie plus importante des lampes « nouvelles technologies » sur les ancoennes : Or aujourd’hui, rien ne le prouve.

                            Les mesures annoncées sont basées sur des lampes de bonnes qualitées, produites en Europe par rapport a des lampes a incandescence d’anciennes techno.

                            Mais le marché , lui, est un marché de « cheap » produit en Chine qui n’a pas du tout la meme durée de vie que ce qui est annoncé. On paie donc plus cher un produit qui ne sera pas rentable economiquement.

                             

                            2) la polution electromagnetique et electrique EST le scandale du 21 eme siecle annoncé. Ce sera notre amiante a nous.... téléphonie portable, PC, lampes nouvelles technologies tout cela emet sur des longueurs d’ondes qui sont aussi celles des resonnances molecules d’eau qui composent notre corps.
                            Au japon , les cancers du cerveaux ont connus une augmentation notable depuis l’avenement de la telephonie mobile.
                            Les techniciens qui travaillent dans des centre de recherche (et d’exploitation) de radar et d’emetteur haute frequence « produisent » plus de filles que de garçons.
                            les gamettes XX sont en effet plus lourdes et plus resistantes que les gametes XY.

                            D’un autre coté, quand des operateurs de telephonie mobile ont leur chaine TV et financent l’actuel president de la république (vous le savez le petit austro-hongrois) on ne risque pas d’avoir la lumière faite sur les risques sanitaires des ondes electromagnetiques....
                            Sinon visualisez ça et cherchez des renseignements sur nikolas tesla :
                            http://video.google.fr/videosearch?hl=fr&q=tesla&rlz=1W1GZEZ_fr&um=1&ie=UTF-8&sa=N&tab=wv#


                            • patroc 30 juin 2009 15:32

                               J’ai déjà fait le stock des « vieilles » ampoules. L’émission magnétique des ampoules basse consommation est énorme et qui s’en sert pour sa lampe de chevet risque gros sans y penser.. Aujourd’hui, on commence à en parler et c’est tant mieux car obliger l’achat de ce genre de produit sans en dénoncer les dangers est tout bêtement scandaleux..


                              • François M. 30 juin 2009 15:57
                                Si vous en brisez une à la maison, selon les règles de l’EPA aux É-U (U.S. Environmental Protection Agency), il faut fermer tout système de ventilation, de chauffage ou d’air conditionné et ouvrir les fenêtres. Ne pas s’approcher de la zone sinistrée : évacuer tous les occupants de la maison ainsi que les animaux pour 15 minutes ou plus. Ensuite, ramasser les fragments avec un morceau de carton et les placer dans une bouteille de verre. Enlever le reste des poussières et fragments avec du ruban adhésif et les placer dans la bouteille qu’il faut refermer par la suite.
                                Ne pas utiliser l’aspirateur ni le balais.Les lampes fluorescentes compactes (LFC) toxiques

                                • mimine mimine 1er juillet 2009 10:21

                                  et puis quoi encore ? acheter une combinaison pour labo radioactifs niveaux 4 ?


                                • ThinkerR 30 juin 2009 16:04
                                  • Le mercure ne me semble pas être un problème : 200 µg/m3 en laissant le temps au mercure de se disperser, comparé aux 50µg/m3 tolérés en moyenne pendant 8 heures par jour, 5 jours par semaine, ça me semble bien peu ! Bien sûr cela implique de sensibiliser les utilisateurs pour qu’ils sachent quoi faire, mais à terme ce n’est pas un problème.
                                  • Les rayonnements électromagnétiques ont l’air de provenir du circuit électrique, et je suis sûr que ce problème sera réglé dans l’avenir. J’aurai tout de même bien aimé voir les comparaisons Wifi/ampoules basse consommation.
                                  • La chaleur émise par les ampoules à incandescences me semble vraiment négligeable, d’autant qu’elle doit être à 95% localisée sur l’ampoule elle-même.
                                  • Controverse n°4 : C’est intéressant de parler du cos phi des lampes basse consommation, mais ça serait encore plus intéressant si tu le comparais au cos phi des ampoules à incandescance.

                                  Stocker les ampoules à incandescances ? Sûrement pas ! On peut se révolter sur leur prix, mais malgré toutes ces remarques, si ça permet d’économiser 6 TWh (6 milliards de kWh) par an à l’horizon 2016, ça vaut le coup. De plus le fait d’imposer ce nouveau type d’ampoule va pousser les entreprises à ameliorer leur produit pour le rendre moins nocif.

                                  Ca vous arrive d’être optimise ?


                                  • Eric Lombard Eric Lombard 30 juin 2009 17:12

                                    @ ThinkerR

                                    Merci pour tes remarques intéressantes, auxquelles je voudrais apporter quelques éléments complémentaires et j’espère quelques réponses :

                                    - Le mercure. Oui, quand on brise une lampe, la concentration peut monter à quelques dizaines, voire quelques centaines de µg/m3, mais cela ne dure pas bien longtemps si on aère correctement la pièce, donc effectivement pas de danger d’atteindre 50 µg/m3 en moyenne sur 8h. Par contre, ce qu’il faut savoir, c’est que cette limite est une norme professionnelle qui concerne des adultes a priori en bonne santé. Je n’ai pas trouvé de norme officielle d’exposition du grand public, mais pour d’autres polluants de l’air, les normes grand public sont souvent 10 à 100 fois plus sévères, afin de protéger les personnes fragiles : bébés, femmes enceintes, malades ... En ce qui concerne le mercure, certaines personnes y seraient extrêmement sensibles du fait des doses accumulées dans l’organisme par migration depuis les amalgames dentaires ( http://francoise-cambayrac.org/).

                                    - les champs électromagnétiques viennent des circuits électroniques, situés dans le culot de la lampe, qui servent de ballast. Certaines lampes en émettent moins que d’autres (voir la video citée par 3° oeil http://www.dailymotion.com/video/x99oeg_la-mort-a-basse-consommation_tech). Il doit donc effectivement y avoir moyen de minimiser ces rayonnements (par blindage ?).

                                    - La chaleur émise est loin d’être négligeable, puisque c’est en la supprimant qu’on est censé économiser 6 TWh par an (relis attentivement la controverse N°3).

                                    - Le cos φ des lampes à incandescence est tout simplement égal à 1, en théorie et en pratique (je l’ai mesuré). Donc pas de puissance réactive du tout.


                                  • Mmarvinbear mmarvin 30 juin 2009 16:09

                                    "Sylvie, une mère de famille interviewée par Capital (M6, 11 mai 2009) a remplacé toutes les lampes de sa maison pour la jolie somme de 694.40 €." :

                                    Alors si en moyenne une ampoule fait 8 euros, on a 694/8 soit 86 ampoules basse consommation.

                                    Elle vit dans un château ou elle en a profité pour renouveler tous ses abats-jours  ?


                                    • finael finael 30 juin 2009 16:19

                                      Personnellement j’ai déjà testé les ampoules basses consommation.

                                      8000 heures dites-vous. Si ce n’était pas si cher j’en rigolerais, pas une n’a tenu un an !

                                      Bon d’accord, les conditions climatiques ne sont pas les meilleures qui soient (grosses différences de température et d’hygrométrie), mais quand même, je suis revenu bien vite aux ampoules à incandescence (et bizarrement pas de différence de facture d’électricité).

                                      Et j’aimerais bien avoir gardé ma lampe à pétrole, folklorique certes, mais qui marchait en cas de panne d’électricité !


                                      • Croa Croa 5 juillet 2009 22:44

                                        En secours je conseillerais plutôt les lampes de camping au gaz. Les lampes à pétrole sont juste bones pour la déco ! (Ou pour faire la fête, comme les bougies, puisqu’on fait maintenant du pétrôle parfumé !)


                                      • HELIOS HELIOS 30 juin 2009 16:47

                                        UNE seule ampoule basse consommation resiste et resiste encore, chez moi, comme d’ailleurs certaines ampoules a incandescence dont une, de 75 watts placée sur mon perron qui a dix ans et qui marche au moins 3 heures tous le soir tous les hivers.

                                        Toutes les autres que j’ai remplacées au fil de la mort de celles a incandescence, sont elles aussi mortes avec une durée de vie comparable..

                                        Dire qu’elles ont une durée de vie 8 fois plus longue est un vrai mesnsonge que personne dans aucun media ne semble vouloir relever.


                                        • x79y 30 juin 2009 16:57

                                          Jamais je n’acheterais des fluo-compactes les risques sont trop grands pour la santé, je passerais aux lampes halogènes après avoir fini mon stock d’ampoules à incandescence.

                                          Le libéralisme économique était censé nous donner la liberté de choix !


                                          • neth neth 30 juin 2009 17:12

                                            Chez nous le libéralisme ne fonctionne que dans un seul sens : casser les entreprises publiques, pour le reste, on est les dindons de la farce. ;)

                                            L’avenir c’est les ampoules à led, c’est celles-ci qu’il faudrait promouvoir. Mais forcément ce type d’ampoules est tellement durable que les industriels ne souhaitent pas vraiment qu’elles soient généralisées trop vite. Une fois le marché saturé d’ampoules à led, le taux de nouvellement sera bien plus faible que pour les autres technologies...
                                            On fait donc trainer les choses avec ces maudites ampoules, néfastes pour la santé, et qui mettent du temps à s’allumer, tout en consommant « un peu moins ».


                                          • wesson wesson 30 juin 2009 19:10

                                            Bonsoir Neth,

                                            "L’avenir c’est les ampoules à led, c’est celles-ci qu’il faudrait promouvoir. Mais forcément ce type d’ampoules est tellement durable que les industriels ne souhaitent pas vraiment qu’elles soient généralisées trop vite.« 

                                            Vous oubliez l’alimentation : faites leurs confiance pour vous en fabriquer des qui vont péter au bout de 2 ans maxi !

                                            Et les leds assez puissantes pour le grand public, ça c’est pas demain la veille ! Pour info, les moteurs de lumière »lamina" (pour une trentaine de watts en Blanc) coûtent environ 1000 € HT, et réclament un bon gros radiateur derrière pour éviter que les leds ne fondent !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès