Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

 Accueil du site > Tribune Libre > Bibracte, Alésia : de Mitterrand à Mitterrand

Bibracte, Alésia : de Mitterrand à Mitterrand

Monsieur le Ministre de la Culture,

Vous avez bien voulu accompagner M. le Premier Ministre venu inaugurer le muséoparc d'Alise-Sainte-Reine ce jeudi dernier. En tant que Bourguignons, nous vous en remercions. En revanche, nous regrettons que vous n'ayez pas prononcé d'allocution après celle de M. Fillon, ce qui est étonnant. En faisant le mot "Alésia" ou "muséoparc" sur le site de votre ministère, nous remarquons également qu'aucun texte d'actualité n'apparaît concernant l'inauguration et l'ouverture de notre musée. Pourquoi ce silence ? Ce silence est d'autant plus surprenant qu'en comparant cette inauguration avec celle du musée archéologique européen du mont Beuvray par votre oncle en 1985, nous nous rappelons que cette dernière avait été précédée et suivie par des déclarations très élogieuses, voire dithyrambiques, de M. Jack Lang, alors ministre de la Culture. Il est vrai qu'il s'agissait d'y célébrer le souvenir de Bibracte. Serait-ce parce qu'Alésia est un site encore très controversée alors que l'emplacement de Bibracte était alors assuré ?

En effet, cette deuxième inauguration sur un site bourguignon semble avoir réveillé tous les fantasmes de la presse médiatique. Aucun article de fond certes ; rien de sérieux mais du people anti-Alise, c'est la mode. Mais où sont les journalistes d'investigation d'antan ? Quel contraste par rapport à l'unanimité de la presse écrite et télévisée lors de l'inauguration du dernier grand chantier du septennat mitterrandien au mont Beuvray ! Des articles locaux pleine page avaient fêté l'événement dans la presse écrite ; les journaux télévisées n'avaient pas manqué de relater tout le cérémonial avec tout l'honneur que l'on doit à un prince.

Le grand discours de l'ancien président de la République résonne encore à nos oreilles ; http://discours.vie-publique.fr/not..., en résumé : "Ici s'est faite l'union des peuples gaulois !". Aujourd'hui, pour retrouver dans le discours de François Fillon le même "Ici s'est faite l'union des peuples gaulois !", mais cette fois sur la colline d'Alise, il nous faut aller le chercher sur le site internet du muséoparc, dans un texte écrit en petits caractères.  http://www.alesia.com/actus_fr_0001.... Le discours de M. Sauvadet, en revanche, est écrit en gros caractères.

Intervention de M. François SAUVADET, Ministre de la Fonction publique, Président du Conseil Général de la Côte-d’Or, extraits.

La bataille d'Alésia, je cite, marque l'avénement d'une nouvelle civilisation, la civilisation gallo-romaine. Faux ! Les élites gauloises n'ont été autorisées à entrer au Sénat que sous l'empereur Claude. Dans les "Commentaires" rien ne permet de dire que César ait changé quelque chose dans les institutions de la Gaule et dans l'organisation des cités gauloises. Quant à la période qui a suivi, Strabon qui est particulièmenet précis sur l'oeuvre d'Auguste, ne dit nulle part que cet empereur soit à l'origine d'une fondation dans la Gaule profonde ; il a seulement interdit les sacrifices humains à ceux qui voulaient devenir citoyens romains. Comme je l'ai expliqué par ailleurs, la fondation d'Autun par Auguste est un mythe. Autun n'a vraiment été construite en tant que grande ville qu'au IVème siècle, avec l'aide des légions romaines ; le rhéteur Eumène l'a dit dans ses discours et on ne peut aller contre. De même, prétendre que les ruines mises au jour sur le mont Auxois sont gallo-romaines est une grave erreur. Ces ruines sont celles de la ville gauloise des Mandubiens, celle que César a vue sur la hauteur ; les objets archéologiques retrouvés sur le site indiquent une continuité dans les croyances, ce qui n'aurait pas été le cas s'il y avait eu rupture. Ce terme de gallo-romain est d'ailleurs une invention des historiens, un terme qui n'a jamais existé dans les textes antiques.

Je poursuis ma citation :Tous icinous avons à l’esprit cette phrase qui jaillit comme un trait de lumière à travers les siècles et que l’on retrouve, gravée sur le socle de la statue de Vercingétorix, sur le Mont Auxois : « La Gaule unie, formant une seule Nation, animée d’un même esprit, peut défier l’univers »...Faux ! L'envolée est belle mais, manque de chance, la traduction du texte de César est une manipulation napoléonienne. La bonne traduction est la suivante : Je ferai de toute la Gaule un seul conseil dont les décisions ne pourront être contestées par personne au monde dès lors qu'elles auront été décidées dans une volonté commune. Cette erreur de traduction est très grave. Elle présente Vercingétorix comme un barbare prétentieux qui se dresse contre le monde entier, d'où l'arrogance gauloise très mal vue par le touriste étranger.

Je continue : Mais ce n’est qu’au 19 ème siècle que le mythe d’Alésia va renaître. Ce n'est pas vraiment exact. D'abord, le souvenir d'Alésia à Alise-Sainte-Reine ne s'est jamais perdue. Ce n'est que sous Napoléon III qu'est apparue une contestation en faveur d'une localisation en Franche-Comté. Pour tout historien de bonne foi, il est clair que le soulèvement de Sacrovir en 21 après J.C. et celui de Vindex en 69 se sont inscrits dans l'héritage de Vercingétorix. Avec l'hégémonie du christianisme, il est bien évident que le héros arverne ne pouvait qu'être écarté. Le regain de ferveur pour Vercingétorix s'inscrit à un moment de l'Histoire où le peuple français a eu besoin de retrouver ses racines au-delà de son histoire chrétienne. Non ! Vercingétorix n'est pas sorti du néant pour les besoins d'une revanche.

L'attaque au laser de Madame Danielle Porte.

Madame Porte a été professeur dans l'enseignement secondaire, maître de conférence, mais n'a pas été professeur d'université. Elle est diplomée en lettres classiques et est l'auteure de nombreux ouvrages. Wikipédia la présente comme latiniste et historienne. A la mort de l'archéologue André Berthier, inventeur d'Alésia à La Chaux des Crotenay, elle s'engage en faveur du site franc-comtois. Elle reçoit un soutien de poids en la personne de Franck Ferrand, journaliste talentueux qui présente des sujets à mystères à Europe 1. Son association est très active http://alesia.jura.free.fr/Actualit.... et trouve de nombreux soutiens en Franche-Comté.

Or, Madame Porte, profitant habilement de la médiatisation apportée par l'ouverture du muséoparc d'Alésia d'Alise-Sainte-Reine vient de lancer sa bombe - la bombe qui fait pschitt - en la personne d'un certain François Chambon, architecte présenté comme "spécialiste en science militaire"... exit Emile Mourey, l'auteur de cet article. François Chambon a balayé la zone de Chaux-des-Crotenay en avion à l'aide d'un rayon laser et il est aujourd'hui formel : il a bien identifié les restes d'un siège militaire avec des éléments de forme carrée disposés tous les 24 mètres. Et voilà France 3 qui enchaîne en titrant : La bataille d'Alésia... à Chaux-des-Crotenay ? et en réclamant des fouilles archéologiques, ce que le ministère de la Culture refuse toujours à juste raison. Et voilà l'Est Républicain et d'autres grands journaux qui en rajoutent en proclamant que François Chambon met en avant la technologie de pointe avec des photos aériennes par caméra laser LIDAR. D'une part, c'est le triomphe de la technologie, d'autre part c'est le triomphe du texte de César traduit par Mme Danielle Porte.

Le problème, c'est que la traduction que fait Mme Porte du texte de César est tout ce qu'il y a de plus approximatif et faux, ainsi d'ailleurs que celle du professeur Constans en 1926. Le problème, c'est que M. Frédéric Mitterrand a fait le choix de rester impassible à l'image du commandeur, de même que le Ministre de l'éducation nationale.

Monsieur le Ministre de la Culture, pourquoi ne demandez-vous pas à une équipe de latinistes qualifiés de trancher entre ma traduction et celle de Mme Porte ? N'existeraient-ils plus de latinistes qualifiés dans l'Université française ?

http://www.agoravox.fr/tribune-libr...

http://www.agoravox.fr/tribune-libr...

http://www.agoravox.fr/tribune-libr...



Sur le même thème

À France télévision au sujet de César et d'Alésia
Ce sont les erreurs d’interprétation des archéologues qui sèment le doute sur le site d’Alésia
La comédie gauloise
Mont Beuvray Gorgobina, site stratégique au centre de la Gaule
Foyer et métropole de la Celtique, la fabuleuse et véritable Alésia se trouvait-elle sur la colline de Taisey ?


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !






Palmarès







Partenaires