• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Coup d’état en Ukraine : cachons donc ces néo-nazis qu’USA, (...)

Coup d’état en Ukraine : cachons donc ces néo-nazis qu’USA, UE… et BHL ne sauraient voir !

Depuis Timisoara et la chute des Ceausescu, depuis les deux invasions de l’Irak ou celle d’Afghanistan, depuis la guerre « mondiale » enclenchée contre la Serbie à propos du Kosovo, ou beaucoup plus récemment la catastrophique « intervention » en Libye et la délirante et unilatérale présentation du drame syrien, on sait bien que les dirigeants des principaux états occidentaux, vassaux serviles d’une Amérique qui mène systématiquement la danse macabre, n’hésitent devant aucun raccourci, aucune omission volontaire, aucun mensonge pour repeindre l’histoire en marche aux couleurs qui les arrangent, et pour susciter, provoquer puis utiliser un peu partout dans le monde des évènements, des troubles ou carrément des violences à même de servir les seuls intérêts de l’ « empire du bien » qu’ils prétendent incarner.

On sait qu’en chacune de ces occasions aux conséquences toujours tragiques, parfois cataclysmiques, ces mêmes états occidentaux que l’on peut à juste titre qualifier de « voyous », en cela qu’ils violent systématiquement et sans aucun complexe (ni conséquence) toutes les règles du Droit International et le principe même de la souveraineté des états pourtant gravée dans le marbre de la Charte des Nations-Unies (et la France fait aujourd’hui totalement partie de ces états voyous, notamment depuis le quinquennat de Nicolas Sarkozy, et son intervention criminelle en Libye sous pavillon béhachélien), on sait donc que les mensonges de pure propagande de ces états ont toujours été relayés systématiquement et avec grand zèle par la quasi-totalité de nos médias.

Médias qui ont notamment pris l’habitude pour le moins saugrenue de reprendre comme un seul homme et sans se poser de questions le qualificatif fumeux s’il en est de « communauté internationale » que ce quarteron d’états s’auto-attribue d’autorité à chaque nouvelle opération de piraterie impériale.

Une « communauté internationale » qui n’inclut pas, ce qui ne gêne apparemment en rien ceux qui la mettent systématiquement en avant, et excusez du peu : le plus grand pays du monde, la Russie, les deux pays de loin les plus peuplés, la Chine et l’Inde, la quasi-totalité de l’Amérique du Sud, la quasi-totalité de l’Afrique et une bonne partie de l’Asie. Une « communauté internationale » en réalité donc réduite à peau de chagrin, qui ne représente guère plus et au grand maximum qu’un presque ridicule sixième de la population mondiale (1), quasiment uniquement constituée des pays membres de l’OTAN, plus quelques pays affidés et hautement recommandables comme l’Arabie Saoudite, le Qatar ou Israël. Une « communauté internationale » (on ne s’en lasse pas) qui n’est donc bien qu’un simple syndicat d’intérêts géopolitiques et géostratégiques de l’Occident, on devrait d’ailleurs bien plus encore écrire « d’intérêt » unique : celui des seuls Etats-Unis, systématiquement à la manœuvre.

La propagande US repasse sans cesse les plats : aujourd’hui donc en tête d’affiche, l’Ukraine !

Après l’Irak, l’Afghanistan, Le Kosovo, la Libye, la Syrie, c’est donc à présent à une déstabilisation fortement initiée puis attisée de l’extérieur, puis à un véritable coup d’état que nous venons d’assister en Ukraine. Une déstabilisation, par un fort heureux hasard, mise en œuvre au moment même où le grand frère russe et tonton Poutine étaient presque exclusivement occupés à la tenue (et la pleine réussite) des Jeux Olympiques d’hiver de Sotchi, les mains liées dans le dos en cette occasion par la trêve olympique !

Pendant les semaines durant lesquelles se sont déroulés les Jeux, les représentants américains et européens qui avaient boycotté la cérémonie d’ouverture de Sotchi n’ont de leur côté pas le moins du monde respecté la-dite trêve, et se sont rendus en masse en Ukraine pour encourager ouvertement place Maïdan, en flagrante ingérence dans les affaires intérieures d’un état souverain, des insurgés qui cherchaient à renverser un chef d’état certes corrompu mais on ne peut plus légitimement élu, au seul prétexte qu’il avait commis un crime de lèse-majesté impardonnable : avoir finalement, après de multiples tergiversations, refuser de signer un traité d’association avec l’Union Européenne.

Du moment qu’il emmerde les Russes, le fascisme ukrainien n’a pas d’odeur !

Bien entendu, les médias français nous ont -une fois de plus, et quelle surprise !- sorti le même refrain frelaté et usé jusqu’à la corde : en Ukraine comme en Tunisie ou en Egypte lors des «  printemps arabes  », un peu plus tard à Misrata en Libye, ou en ce moment même en Syrie, ce sont donc des « foules courageuses de citoyens épris de liberté et de démocratie » (à l’occidentale, cela va sans dire, mais encore bien mieux en le matraquant à longueur de reportages) qui se sont dressées pacifiquement face à un pouvoir violent, totalitaire et corrompu (concernant ce dernier point, quelle découverte concernant tous les gouvernements ukrainiens successifs, depuis la chute de l’URSS).

Certes, toute personne qui a un peu voulu en savoir plus sur la « non-violence » et l’esprit démocratique des insurgés sait aujourd’hui à quoi s’en tenir (2). Et pour ce qui est de l’implication immédiatement décrétée par nos médias du pouvoir renversé par la force dans le macabre bilan des victimes des dernières semaines, j’incite vivement le lecteur à prendre connaissance plus bas du témoignage du Ministre des Affaires étrangères estonien, Urmas Paet, témoignage officiel mais totalement passé sous silence (et on ne se demande pas pourquoi) par la presse et les autorités européennes (3).

Or, si les médias nous l’ont dans un premier temps soigneusement caché, avant la pleine réussite du coup d’état, on le sait aujourd’hui : les principaux instigateurs de ce que l’on a appelé l’EuroMaidan sont bien les troupes de chocs d’organisations ouvertement fascisantes, voire même carrément néo-nazies, souvent paramilitaires, ayant noms Svoboda, Pravyi Sektor, Patriotes d’Ukraine, Trizouba, ou UNA-Unso.

Des partis ou groupuscules ouvertement racistes, antisémites, ultra-violents tous originaires de la presque seule Galicie, où il n’est pas rare d’assister à des grandes célébrations à la mémoire du collaborationnisme nazi ou de la Waffen SS. Le parti néo-fasciste Svoboda y a d’ailleurs obtenu la presque totalité de ses deux millions de voix aux dernières élections législatives ukrainiennes. Svoboda, dont le chef Oleg Tiagnibok n’hésite pas à régulièrement faire le salut hitlérien (qui n’est sans doute en réalité qu’une quenelle inversée ?). Ce qui ne l’empêche pas d’être reçu, consulté, encouragé avec le sourire par Catherine Asthon, haut représentant de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, ou John McCain, sénateur et ancien candidat à l’élection présidentielle américaine (voir photos).

Ce sont bien ces groupes, véritables milices armées, qui ont « assuré la sécurité » sur la place Maïdan et devant la Maison des syndicats, prise par la force et devenue le QG du mouvement d’insurrection, qui ont organisé les barricades ou recouru à la force (à grands coups de barres de fer, de cocktails Molotov ou même d’armes à feu) contre les forces de l’ordre ukrainiennes. Milices néo-fascistes bénies par les prêtres de l’église uniate eux- aussi pour l’essentiel venus de Galicie, prêtres si complaisamment montrés bénissant les rebelles dans de très nombreux reportages télévisés français, sans que jamais soient évoqués leur idéologie et leurs invraisemblables « sermons », comme par exemple celui de Mikhaïlo Arsenych, curé d’une église uniate de la région d’Ivano-Frankovsk, déclarant entre autres joyeusetés : « À présent, nous sommes prêts pour la révolution… Les seules méthodes de combat efficaces sont l’assassinat et la terreur !… Nous voulons être sûrs que pas un Chinois, pas un Nègre, pas un Juif ni un Moscovite ne viendra demain confisquer notre terre » (4).

Une omniprésence de ces milices extrémistes que même le journal Libération, pourtant violemment russophobe, a fini par devoir reconnaître, sous la plume de son correspondant à Kiev Sébastien Gobert. Je cite :

« les photos de jeunes hommes casqués, le visage recouvert d’un passe-montagne, un pistolet ou un semblant d’arme automatique à la main, c’est choquant… L’EuroMaidan, ce mouvement de protestations antigouvernementales, que l’on décrit, de manière de moins en moins justifiée, comme une mobilisation proeuropéenne…Que s’est-il passé pour que les manifestants en viennent à recourir à cette extrême violence ?… Et si les allégations de « militants fascistes » et « d’extrémisme », véhiculées par le régime de Victor Ianoukovitch à l’encontre de ses opposants, étaient fondées ? » (5)

Stepan Bandera, la figure tutélaire des révolutionnaires du Maïdan

L’homme dont la plupart de ces groupuscules se réclament plus ou moins ouvertement est Stepan Bandera. Né en 1909 dans ce qui était encore l’Autriche-Hongrie, Stepan Bandera a dirigé l’organisation des nationalistes ukrainiens (OUN) et fondé l’armée insurrectionnelle ukrainienne, sa branche armée (UPA).

Dès les années trente, sous souveraineté polonaise et au nom du nationalisme ukrainien, Bandera et l’OUN déclenchent une vague d’assassinats politiques, directement financées par le Reich nazi d’Adolf Hitler. Condamné à mort en 1934 (une peine commuée en prison à vie) pour avoir organisé un attentat contre Bronisław Pieracki, le ministre de l’Intérieur polonais, Bandera sort de prison en 1939 grâce à l’offensive de l’armée nazie qui a envahi la Pologne.

En septembre 1939, après la signature du Pacte germano-soviétique, l’URSS envahit l’Ukraine occidentale. En octobre, Bandera arrive à Cracovie et participe à l’organisation de deux bataillons ukrainiens au sein de l’armée nazie : le bataillon Nachtigall et le bataillon Roland, qui forment la Légion ukrainienne. Certains de ses partisans ont également formé plusieurs divisions ukrainiennes (dites galiciennes par les nazis) de la Waffen SS.

Dès 1941, Bandera et le régime nazi voient leurs intérêts diverger : Bandera est en effet nommé au gouvernement du nouvel État décrété par les nationalistes ukrainiens et proclamé le 30 juin 1941 à Lviv. Cet État n’est pas reconnu par les Allemands, les artisans de sa proclamation sont arrêtés, et parmi eux Bandera, qui est transféré à Berlin. En 1944, face à l’avancée de l’Armée Rouge, les nazis le libèrent pour retrouver son concours mais celui-ci n’adhère pas au Comité national ukrainien qui prétend combattre l’URSS, car il a compris que l’Allemagne ne peut désormais que perdre la guerre, et que toute collaboration avec elle est donc désormais inutile et même dangereuse. Après la guerre il restera en RFA où il continuera jusque dans les années cinquante à diriger les actions de l’OUN dans l’Ukraine désormais soviétique. Il mourra dans des circonstances tragiques (par empoisonnement) le 15 octobre 1959 (6).

C’est ce même Stepan Bandera qui, il y a quatre ans déjà, avait été élevé à la dignité de « Héros d’Ukraine » dans un décret signé le 22 janvier 2010 par le président ukrainien issu de la Révolution Orange et « héros démocratique » selon les médias occidentaux, Viktor Iouchtchenko. Une dignité pour le moins très discutable, provoquant à l’époque un tollé dans la Fédération de Russie comme au sein de la population russophone d’Ukraine, ainsi que la protestation du Centre Simon-Wiesenthal adressée par écrit à l’ambassade ukrainienne aux États-Unis, concernant l’attribution de ce titre hautement honorifique à un « collaborateur nazi responsable du massacre de milliers de Juifs pendant la guerre de 1939-1945 ».

Après l’arrivée au pouvoir en février 2010 de Viktor Ianoukovitch, ce président indigne qui vient donc d’être déchu par les héroïques « démocrates ukrainiens », cet hommage avait été annulé et le décret déclaré invalide.

Coup d’état légitimé, mais intervention russe demandée par la Crimée… illégale !

A l’issu de ce qui est donc bien un véritable coup d’état, puis d’un vote totalement illégal que la constitution ukrainienne ne leur autorisait en aucune façon, les députés ukrainiens, sous la menace directe des groupes armés et violents évoqués plus haut, craignant vraisemblablement pour leur vie, ont donc destitué le président légitime d’Ukraine, Viktor Ianoukovitch.

Un gouvernement illégal, sans aucune légitimité démocratique a été immédiatement désigné par les putschistes, portant à sa tête… Arseni Iatseniouk. Une oie blanche susceptible de tourner enfin la page noire de la corruption d’état ukrainienne ? Voire…

Car c’est bien ce même Iatseniouk qui fut nommé en novembre 2003, à seulement 29 ans… vice-président de la Banque nationale d'Ukraine (tiens, tiens !). Ce même Iatseniouk qui, nommé en 2005 ministre des Affaires économiques dans le gouvernement de Youri Iekhanourov, initia grandement les pourparlers avec l'Union Européenne, puis avec l'OMC (quel hasard !). Toujours le même Iatseniouk, qui, élu président de l’assemblée ukrainienne par 227 voix sur 450 en novembre 2007, fut contraint à la démission moins d’un an plus tard devant la fronde d’une très forte majorité de députés ukrainiens. Iatseniouk encore, qui se présenta en 2009 à l’élection présidentielle ukrainienne, et dont la campagne, bien qu’il affirmât à l’époque ne bénéficier d'aucune alliance avec une quelconque force politique, fut estimée entre 60 et 70 millions de dollars (comme c’est étrange…). Iatseniouk enfin, qui malgré les millions de dollars dépensés, récolta … 6, 96 % de voix à l’élection présidentielle (7). C’est dire la légitimité, la représentativité du nouveau chef de l’Ukraine « démocratique » !

Mais le plus beau est encore ailleurs : le nouvel homme fort de l'Ukraine est -divine surprise !- justement pile-poil celui qu'avait choisi de mettre en avant la sous-secrétaire d'état américaine Victoria Nuland, dans la désormais célébrissime conversation téléphonique enregistrée à ses dépens en janvier 2014 et dont les médias et les gouvernements européens n'ont fort opportunément choisi de retenir que le très fameux «  fuck the UE ! ». Une conversation où Victoria Nuland exposait aussi très clairement sa parfaite connaissance de la réelle nature de « Tiagnibok et ses gars »(8). Avouez avec moi que le hasard fait bigrement bien les choses !

Un chef plus légitime (on l'a vu) pour une politique plus démocratique (parait-il) ? Les premières décisions issues de la « révolution ukrainienne » ont immédiatement mis les choses au point :

- Interdiction dans plusieurs provinces d’Ukraine du Parti des Régions (le parti de Viktor Ianoukovitch) et du Parti Communiste (KPU) comme étant « contraires à l'intérêt national et violant les droits et les libertés des citoyens de l’Ukraine ». Ces partis représentant, et excusez du peu … 43,18 % du corps électoral aux élections législatives de 2012 ! (9)

- Annulation de la loi linguistique de 2012 qui autorisait les assemblées régionales à déclarer « langue régionale » celle qui est parlée par au moins 10 % de la population. Ce qui permettait aux citoyens russes (17 à 22 % de la population totale ukrainienne) ou russophones (encore beaucoup plus nombreux) de ces localités de faire leur démarches administratives et de recevoir un enseignement dans leur langue natale, ainsi qu'aux assemblées régionales ou locales de délibérer en russe.

- Nomination de Oleg Makhnitski, membre du parti néo-fasciste Svoboda de Oleg Tiagnibok (toujours lui !), richissime avocat d’affaires et principal financier selon Forbes de la droite extrême ukrainienne, au poste de procureur général par intérim, c'est à dire principal responsable de la justice dans la nouvelle Ukraine. Celui-ci a immédiatement réclamé un mandat d'arrêt international pour « meurtres de masse » contre le président démocratiquement élu et illégalement déchu Viktor Ianoukovitch.

Quand l’ hôpital militaire américain se fout de la charité russe

On connaît la suite : affolés par ces premières mesures totalement liberticides et ouvertement russophobes, une grande partie de l’est de l’Ukraine s’est inquiétée ou carrément plus ou moins ouvertement rebellée contre le nouveau pouvoir auto-installé à Kiev. Les drapeaux russes ont fleuri un peu partout dans le pays oriental qui se sent proche de Moscou, le gouvernement de Crimée a refusé de reconnaître le gouvernement putschiste, puis appelé officiellement la Russie à l’aide. Enfin libéré du joug olympien qui l’avait jusqu’alors empêché d’agir, Vladimir Poutine a immédiatement répondu à cet appel et figé, sans la moindre effusion de sang et d’un simple claquement de doigt, le processus délétère et potentiellement générateur de guerre civile en cours en Ukraine.

Ce qui a donc mis les Etats-Unis et l’Union Européenne, jusqu’alors libres comme l’air pour mener à bien leurs manipulations et autres ingérences, en rage : les condamnations de la fameuse et fumeuse « communauté internationale » (c'est-à-dire encore une fois du seul bloc occidental), toutes plus ou moins grandiloquentes et outragées, ont immédiatement inondé les ondes et les journaux de tous les médias. Et on nous a ressorti le spectre de la guerre froide et de l’ogre hégémonique soviétique. S’est dans le même temps enclenché un sacré, un invraisemblable numéro, celui de l’hôpital militaire américain (pourtant à l’œuvre un peu partout dans le monde) se foutant ouvertement de la charité russe (circoncise à la seule Ukraine).

Une Ukraine en réalité en grande partie russophone, et même pour une forte minorité de sa population, de nationalité russe. Une Ukraine, berceau originel de la Russie historique (Kiev est un peu leur Reims à eux), et une Crimée qui n’a jamais été ukrainienne, mais qui lui fut « offerte » en un invraisemblable fait du prince le 19 février 1954 par Nikita Khrouchtchev, président de l’URSS d'origine ukrainienne, à l'occasion du 300e anniversaire de la réunification de la Russie et de l'Ukraine.

Que les stipendiaires des américains qui accablent Vladimir Poutine et qui l’accusent aujourd’hui d’insupportable ingérence dans les affaires d’un pays souverain, citent seulement UN pays dans lequel USA et OTAN (et malheureusement aussi la France) sont intervenus durant les deux décennies passées, déclenchant à chaque fois des cataclysmes géopolitiques et de terribles bains de sang, avec plus de légitimité -et qu’elle soit historique ou diplomatique- que celle que la Russie a de le faire, aujourd’hui, en Crimée.

La palme dans le culot himalayen était revenue dans un premier temps au Secrétaire d’Etat américain John Kerry, dans l’émission Face The Nation sur la chaîne CBS. Le chef de la diplomatie américaine estimant en cette occasion que Moscou avait un « comportement datant du XIXe siècle en envahissant un autre pays sous un prétexte totalement fallacieux ». De la part du représentant d’un pays étant intervenu totalement illégalement en de maintes reprises (Irak, Pakistan, Kosovo) ou en outrepassant très largement les résolutions de l’ONU (Afghanistan, Libye) dans nombre de pays souverains au cours des dernières années, avouons que l’argument ne manque pas de sel. Difficile de faire mieux ? Avec nos amis américains, il ne faut jamais désespérer !

Car Hillary Clinton, ancienne Secrétaire d’Etat et candidate presque officielle à la succession de Barack Obama lors de la prochaine élection présidentielle américaine, ne voyant décidément définitivement pas les nazis là où ils se trouvent (c'est-à-dire place Maïdan), a fait péter tous les records en matière de point Godwin, déclarant carrément : « Si vous avez l'impression d'avoir déjà vu cela, c'est parce que c'est ce qu'a fait Hitler dans les années 1930 », comparant encore «  la délivrance de passeports russes aux Ukrainiens qui ont des liens avec la Russie à des mesures prises par l'Allemagne nazie avant qu'Hitler n'envahisse des pays voisins  » (10). Sic transit, et même pas gloria mundi…

Le regretté Michel Audiard avait savoureusement décrété que « les cons, ça ose tout, c’est même à ça qu’on les reconnaît » (11)… Il faut bien l’avouer ou le constater encore une fois, les salopards aussi.

 L’incontournable BHL en cerise sur ce fort indigeste gâteau

Je sais, le repas qui vous a été servi ici est déjà particulièrement indigeste. Et pourtant, voici venu le temps du dessert, qui, lui aussi, vous posera certainement quelques soucis de digestion. Nous le devons comme il se doit au pâtissier en chef, à notre roi incontesté de la tarte à la crème (dans la figure), j’ai nommé l’inénarrable, l’irremplaçable Bernard-Henri Lévy. Je vous entends d’ici crier « non, par pitié, pas lui ! »… Mais si, vous allez voir, cela vaut le détour, justifie le voyage, comme toujours avec le gaillard !

Commençons par visionner le discours délirant, belliciste, irresponsable et totalement affranchi des réalités géopolitiques locales du cuistre au brushing, sur la place Maïdan :

Quelques jours après ce grotesque réquisitoire anti-Poutine, BHL était sur le plateau d’I-Télé devant Laurence Ferrari. La réalité des mouvements ayant initié la « révolte démocratique » ukrainienne étant peu à peu timidement apparue à la lumière médiatique, et fort peu agressivement questionné à ce sujet par son interlocutrice, notre guignol de concours fit la sortie suivante :

 « L’équivalent du parti Svoboda en France, c’est le front National de Marine Le Pen »… « Il n’y a pas plus d’extrême-droite en Ukraine qu’en France »… Tu l’as dit, bouffon, les faits et références relatés dans cet article le démontrent, en effet !

Et quoique l’on puisse par ailleurs penser du Front National de Marine Le Pen, que notre gugusse est tout à fait libre de combattre politiquement, oser le comparer ainsi aux hordes paramilitaires néo-nazies ukrainiennes qu’on a vu à l’œuvre place Maïdan et qui ont de fait renversé par la violence et même le meurtre le gouvernement légal du pays relève de la crétinerie crasse, ou plus certainement de la crapulerie de concours.

Balançant de telles énormités sans être aucunement contredit face à une « journaliste » qui a prouvé en cette occasion et une fois de plus que, malgré un patronyme et -osons le dire- un physique de voiture de grand luxe italienne, elle avait bien, en guise de cerveau, un misérable moteur intellectuel à peine digne d’une Trabant et une pugnacité journalistique frôlant le zéro absolu, notre histrion médiatique hier encore seulement grotesque jusqu’à l’exubérance mais aujourd’hui hélas (et depuis sa tragique et criminelle épopée libyenne) reconverti en ignoble fauteur de guerre, a prouvé lui aussi une fois encore qu’il pouvait faire fonction de parfaite boussole inversée en matière d’honnêteté intellectuelle, de mesure, d’analyse et de compétence géopolitique, de conscience de ses propres limites enfin, limites qui sont pourtant jour après jour, et pour tout autre que lui, absolument aveuglantes.

BHL, ou le symbole éclatant de l’outrecuidance et de l’impérialisme occidentaux à la solde de l’empire américain. Empire qui n’est d’ailleurs en réalité que le grossier faux nez d’un impérialisme nettement plus discret, oligarchique, financier et souvent fortement communautaire, dont le sieur Lévy est l’un des plus virulents laudateurs, pour des raisons qui n'ont bien entendu rien à voir avec le tribalisme, et qui a principalement ses quartiers à New York, Londres, ou à Tel Aviv.

Que dire pour finir d’un pays -le nôtre- qui refuse l’asile politique à un Edward Snowden, mais ne cesse d’offrir tribunes médiatiques et passe-partout élyséen à un Bernard-Henri Lévy ? USA, Maïdan, Union Européenne, Svoboda, Ashton, Kerry, Iatseniouk, Clinton, BHL… Vous avez dit obscène ?

Marc LEROY – La Plume à Gratter

 _____

(1) Liste des pays par population (Wikipedia).

(2) A Kiev, rien de nouveau – Par Michel Geoffroy ; L’UE a soutenu un putsch contre un gouvernement démocratiquement élu – Par Aymeric Chauprade ; Des organisations nazies font irruption sur la scène européenne – Par Réseau Voltaire.

(3) « Les autorités estoniennes ont confirmé l'authenticité d'un entretien dans lequel le ministre des Affaires étrangères Urmas Paet déclare à la chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton que selon toute vraisemblance, les leaders de l'opposition ukrainienne ont recruté les snipers qui ont tiré sur les manifestants et les policiers lors des troubles à Kiev ». Article de RiaNovosti du 05 mars 2014.

(4) Vidéo : Greek Catholic (Uniate) Clergyman in Ukraine calls to kick out Blacks, Jews and Russians.

(5) Ukraine : l'extrême droite s'incruste dans les manifs à Kiev, Libération, 23 janvier 2014.

(6) Biographie de Stepan Bandera.

(7) Arseni Iatseniouk sur Wikipedia.

(8) Extrait de la conversation de Victoria Nuland, sous-secrétaire d'Etat et Geoffrey R. Pyatt, ambassadeur US en Ukraine, en janvier 2014 :

Victoria Nuland : «  Bon. Je ne pense pas que Klitsch [surnom de Klitschko] devrait être dans le gouvernement. Je ne pense pas qu’il soit nécessaire, je ne pense pas que ce soit une bonne idée  ».

Geoffrey R. Pyatt : « Oui, je veux dire… je suppose… Pour ce qui est de sa non-participation au gouvernement, je serais d’avis de le laisser en dehors pour qu’il se consacre à ses obligations politiques. Je ne fais que réfléchir, pour trier les options pour avancer, nous voulons garder ensemble les démocrates modérés. Le problème sera avec Tyahnybok et ses gars. Et, vous savez, je suis sûr que cela fait partie du calcul de Ianoukovytch ».

Victoria Nuland : « Je pense Yats [surnom de Iatseniouk], c’est le gars. Il a de l’expérience économique et de l’expérience de gouverner. C’est le gars. Vous savez, ce qu’il a besoin, c’est que Klitsch et Tyahnybok restent à l’extérieur. Nous aurons besoin de leur parler quatre fois par semaine. Vous savez, je pense juste que si Klitchko entre, il va devoir travailler à ce niveau avec Iatseniouk, c’est juste que ça ne va pas marcher… »

Geoffrey R. Pyatt : « Ouais, ouais , je pense que c’est vrai. Ok , bon. Souhaitez-vous que nous organisions un appel avec lui comme prochaine étape ? »

Victoria Nuland : « Ma conception de l’appel dont vous parlez, c’est que les trois grands participent à leur propre réunion et que Yats leur propose dans ce contexte. Vous le savez, une conversation « trois plus un » ou « trois plus deux » si vous participez. C’est ainsi que vous le comprenez ?  »

Intégralité de la conversation ici.

(9) 30 % pour le Parti des Régions, 13,18 % pour le KPU (résultats des élections législatives ukrainiennes de 2012, Wikipedia).

(10) Hillary Clinton compare la méthode de Poutine à celle de Hitler, Le Point, 05 mars 2014.

(11) Les Tontons Flingueurs, dialogues de Michel Audiard.


Moyenne des avis sur cet article :  4.82/5   (67 votes)




Réagissez à l'article

67 réactions à cet article    


  • claude-michel claude-michel 8 mars 2014 08:41

    (Du moment qu’il emmerde les Russes, le fascisme ukrainien n’a pas d’odeur !...)

    Tout est dit avec cette simple phrase...mais hier Hollande a atteint des sommets en recevant à l’élysée ces fascistes et surtout en serrant chaleureusement la main de « SUPER-COLLABO »...BHL... !
    Cette gauche est aussi détestable que l’époque de Pétain..
    On ne fusille plus en France.. ?

    • Zevengeur Zevengeur 11 mars 2014 11:05

      Le parallèle avec l’occupation allemande du siècle dernier me semble pertinent. Nous sommes occupés par l’oligarchie financière à travers son bras armé qu’est la Troïka (UE, BCE, FMI).
      Et en effet nous avons des traitres sur notre territoire qui collaborent avec l’ennemi, n’hésitant pas à aller attiser la haine dans les pays que l’OTAN tente de déstabiliser pour les faire rentrer dans le rang : c’est à dire l’UE, l’un des 3 pôles de ladite Troïka... 

      Un jour, le pays sera libéré de cette tyrannie et alors viendra l’heure des comptes, cela s’est toujours passé ainsi dans l’histoire !


    • chapoutier 8 mars 2014 09:14

      après l’Ukraine, menaces sur la Russie
      l’extrême droite ukrainienne demande l’aide des djihadistes du Caucase du Nord pour lutter contre leur ennemi commun : la Russie.
      Pravy Sektor (Secteur de droite), Dmitri Iaroch, a récemment publié sur sa page du réseau social VKontakte un appel à Dokou Oumarov, l’émir autoproclamé et chef des djihadistes du Caucase du Nord. Iaroch y rappelle que les nationalistes ukrainiens ont combattu contre les forces armées russes durant les guerres de Tchétchénie (entre 1994 et 2009), et demande aux Caucasiens d’aider le peuple ukrainien, par l’organisation d’attentats sur le territoire de la Russie



      • CASS. CASS. 8 mars 2014 20:20

        Résistance 71

         

        5 Mars 2014

         

        La situation est suffisamment critique, bien plus que la situation syrienne, pour que nous tentions de voir au delà du rideau de fumée habituel créé devant l’évènement par la propagande étatiste de tout poil.

        Que nous dit-on officiellement ?

        En occident, que le brave peuple ukrainien s’est soulevé contre la décision de l’autocrate président Victor Ianoukovitch de refuser de rejoindre l’Union Européenne (UE), ce à quoi le peuple ukrainien aspirerait. Dans le reste du monde, que l’empire anglo-euro-américain a renversé un président démocratiquement élu parce qu’il refusait les diktats occidentaux et avait accepté une aide financière russe.

        Dans la pratique, des mouvements radicaux néo-nazis ukrainiens de l’Ouest, financés, entraînés, encadrés par l’occident (financement avéré depuis des années de l’USAID, la NED, vitrines reconnues de la CIA et plus récemment du milliardaire Pierre Omidyar d’Ebay et Paypal), ont procédé à un coup d’état, viré un président élu selon le mode opératoire courant en vigueur dans nos sociétés, mis à sa place des représentants non élus donc illégitimes, qui ont de suite pris des mesures politiques et sociales racistes et russophobes, inquiétant de fait les populations russes et russophiles de l’Ukraine orientale, le tout sur fond de Jeux Olympiques russes muselant la Russie pour un temps. Ce coup d’état ramènera vraisemblablement au pouvoir Timochenko, l’égérie escroc et corrompue, qui fut en charge du pouvoir ukrainien pour ses maîtres pétroliers de l’occident après avoir co-menée la révolution orange de 2004. Elle fut politiquement déposée par un vote populaire régulier en 2010, après avoir privatisé plus de 300 entreprises d’état entre 2006 et 2010. Condamnée à 7 ans de prison pour abus de pouvoir et détournement de fonds publics, elle a comme par hasard été libérée peu avant le “coup” de 2014, suite à un accord secret entre Ianoukovitch et les forces de l’Ouest ; accord qui bien sûr fut brisé par l’occident.

        Historiquement, l’Ukraine a rarement été indépendante et a été sous dépendance russe pendant plus de 200 ans. Lors de la seconde guerre mondiale, la population d’Ukraine occidentale était anti-russe et bon nombre rejoignirent les rangs de l’armée nazie pour combattre l’URSS et son armée rouge. L’Ukraine orientale étant plus constituée de provinces russes rattachées, dont la Crimée, rattachée à l’Ukraine par Kroutchev dans les années 1950.

        Les groupes et le mouvement néo-nazi ont toujours été une réalité profonde en Ukraine occidentale depuis la fin de la guerre et ce n’est pas une surprise que d’apprendre que ces groupes sont sous contrôles de l’OTAN et des services pro-impérialistes (comme l’étaient les groupes du réseau “stay behind” de l’opération secrète Gladio de l’OTAN en Europe de l’Ouest de la fin de la guerre aux années 1990). Ceci est du reste le point de focalisation qu’a pris la discussion autour de l’affaire ukrainienne : le soutien par l’occident de groupes nazis ukrainiens qui ont pris le pouvoir à Kiev, groupes manipulés par les services occidentaux de la même manière que le sont les groupes islamistes/djihadistes combattant aujourd’hui en Syrie, hier en Libye, en Tchétchénie et au Kosovo. Ces groupes ne sont que le bras armé, la “légion” extrémiste de l’occident pour générer le chaos nécessaire au pillage des ressources des pays attaqués ou déstabilisés à dessein. De fait, on ne parle aujourd’hui plus que de cela ; ce qui est convénient, mais fait partie d’un rideau de fumée pour mieux cacher les véritables dessous de l’affaire.

        Quels sont-ils donc ?

        Le chaos actuel ukrainien est en fait une phase supplémentaire d’une guerre énergétique que se livre les grandes compagnies de pétrole et de gaz. Il s’agit en fait du début d’une grande bataille entre d’un côté Exxon, Mobil, Chevron (intérêts Rockefeller/Rothschild), la Royal Dutch/Shell et GazProm, Lukoil et consors de l’autre. La Syrie était un prélude de ceci.

        De fait, l’UE est grandement dépendante du gaz naturel russe fourni par GazProm, le géant national russe du gaz naturel et premier exportateur mondial. Environ 66%, soient les deux tiers du gaz russe exporté est transféré vers l’UE via des pipelines passant par l’Ukraine, entrant dans le pays dans sa partie orientale. La crise ukrainienne provoquée est une lutte pour terminer la dépendance de l’Europe envers le gaz russe d’une part et d’autre part pour la Russie et Gazprom de continuer leur approvisionnement et la dépendance européenne, car les énormes revenus de l’entreprise servent à financer la modernisation de l’armée russe en prévision d’une guerre avec l’occident, il s’agit d’une course contre la montre et d’une nouvelle course à l’armement qui résultera vraisemblablement à un nouveau statu quo via une nouvelle guerre froide.

        Ce n’est pas par hasard qu’il a été annoncé l’an dernier que des recherches d’Exxon et de Chevron en Ukraine occidentale avaient révélé d’énormes champs gaziers dans l’ouest de l’Ukraine. Il a été de plus récemment annoncé qu’Exxon/Mobil avait eut le contrat d’exploitation du gaz offshore en Mer Noire ukrainienne. Tout allait donc bien, le président Ianoukovitch avait entériné les contrats des géants américains du pétrole et du gaz, puis, a t’il joué double jeu ? possible… Il accepte une offre russe d’aide financière pour payer la dette, plus avantageuse que celle usurière présentée par les banquiers occidentaux, puis il tourne le dos à l’UE. Banquiers et pétroliers occidentaux (les mêmes personnes ne l’oublions jamais aux manettes, les Rockefeller, Rothschild, Morgan & co) se retrouvent acculés, craignent de perdre les contrats d’exploitation qui terminerait la suprématie russe sur l’acheminement énergétique depuis la Russie vers l’UE via l’Ukraine, poussent le bouton “panique” et mettent en branle le plan de coup d’état, préparé de longue date (le second en fait après la “révolution orange” échouée de 2004).

        Le gouvernement ukrainien est renversé, des marionnettes des banquiers/pétroliers sont mis en place, les Russes agissent pour sécuriser leur base navale de Crimée. Les populations russes et russophiles de Crimée et d’Ukraine orientale se rallient aux Russes, les pipelines sont sécurisés à la frontière russo-ukrainienne. Poutine annonce que l’Ukraine ne bénéficiera plus de la réduction sur le prix du gaz russe car il y a 2 milliards de dollars d’impayés à GazProm…

        Dans cette affaire de gros bras du pétrole et de la finance, qui va payer une fois de plus ? Le peuple ukrainien. C’est lui qui subira les conséquences politiques, économiques et sociales de cette guerre larvée pour les champs gaziers de l’Ukraine occidentale.

        Alors, pourrait-on penser, une partition du pays semblerait acquise et souhaitable. Une Ukraine de l’Ouest pro-US/UE et une Ukraine de l’Est pro-russe. A terme, ceci n’est pas dans l’intérêt des Russes. Cela prendra des années avant que l’exploitation des champs gaziers d’ukraine occidentale devienne opérationnelle pour délivrer le gaz, mais une fois réalisé, ce sera la fin du monopole russe et un nouveau réseau de pipelines partira d’Ukraine occidentale vers l’Europe, pipeline entièrement contrôlé par les Rockefeller/Rothschild et consorts. Ce ne sera en fait que changer de monopole et vraisemblablement pas pour le mieux. D’ici là, bien des troubles et des misères en perspective pour les peuples ukrainien et européens, pris entre le marteau et l’enclume des géants de l’exploitation monopolistique des hydrocarbures qui se livrent une guerre sans merci pour le contrôle des ressources énergétiques à une différence prêt : l’occident veut un monopole qui lui assurerait l’hégémonie mondiale, la Russie veut un monopole pour continuer à pouvoir se défendre des agressions perpétuelles occidentales à son égard.

        Le danger flagrant et réel pour le monde vient de Washington, Londres, Paris et Tel Aviv et non pas de Moscou, il suffit de regarder une carte pour s’en rendre compte.

        Une fois de plus, il est évident que la solution pour l’humanité réside dans l’abandon total et sans retour du mode de gouvernance pyramidal qui a été imposé coercitivement depuis des siècles aux peuples du monde.

        En attendant, l’horloge ronronne dans la salle de l’armaggedon nucléaire, tic, tac, tic, tac…

        []-[]-<I>-[]-[]

        Sources ayant servi à la rédaction de cet article :

        http://rt.com/business/gazprom-cancel-gas-discount-779/

        http://www.globalresearch.ca/the-u-s-has-installed-a-neo-nazi-government-in-ukraine/5371554

        http://www.mondialisation.ca/la-g-opolitique-des-pipelines-un-tournant-capital/17397

        http://resistance71.wordpress.com/2014/03/04/ingerence-occidentale-en-ukraine-les-trois-composants-de-washington-pretention-arrogance-crane-et-malfaisance-paul-craig-roberts/

        http://fr.ria.ru/business/20140304/200642123.html

        http://fr.ria.ru/business/20140304/200640487.html

        http://www.france24.com/fr/20140303-fondateur-ebay-finance-opposition-ukrainienne-pierre-omidyar/

        http://www.voltairenet.org/article182439.html

        http://deanhenderson.wordpress.com/2014/03/04/ukraine-falls-under-fascist-bankster-thumb/

        http://resistance71.wordpress.com/2014/03/05/ingerence-imperialiste-en-ukraine-les-banksters-a-louvrage-pour-le-pillage-de-lukraine/ 

        http://www.youtube.com/watch?v=DFpKwEm43n0



      • La Plume à Gratter La Plume à Gratter 10 mars 2014 00:23

        @ Saint Just

        Cher Saint Just

         Je suis vraiment très touché par les choses très gentilles que vous dites à propos de mon article sur la situation en Ukraine. J’ai essayé d’y faire œuvre d’honnêteté et de sérieux, entre deux bouffées de colère, sur un sujet particulièrement grave et comme toujours depuis des décennies, totalement, outrageusement, scandaleusement déformé par les médias du système. Il est à mon sens incontestable que la presse française est sans doute aujourd’hui l’une des pires du monde prétendument démocratique (et je parle même pas de notre classe politique).

        Lorsque l’on se coltine comme j’essaie de le faire sur La Plume depuis près de deux ans quotidiennement à l’actualité de la France et du monde, il faut avoir le cœur bien accroché, car l’on plonge plus souvent les mains, l’âme et le cœur -justement- dans la fange que l’on ne s’élève vers la noblesse, l’intégrité, la vérité. Peut-être est-ce après tout une histoire vieille comme le monde… Peut-être avons-nous tout simplement aujourd’hui, essentiellement grâce à Internet (ou à cause, je ne sais parfois plus trop bien, et pour combien de temps encore dans ce monde de plus en plus orwellien) accès à des informations que l’on nous cachait avec constance depuis toujours… Quoiqu’il en soit, essayer, à la modeste mesure qui est la mienne, de faire un travail intègre, aussi rigoureux que possible de réinformation est très souvent particulièrement déprimant, et le dégoût, le découragement, parfois terribles, et l’instinct de survie et d’autodéfense font parfois vaciller, et hésiter à pousser plus avant…

        C’est pourquoi une réaction comme la votre est sans prix pour moi, en ce qu’elle me redonne la patate, valide ma démarche et mes efforts, et me permet de replonger avec détermination pour la dénoncer, la démasquer, encore et encore, dans cette m… oligarchique qui nous dirige, nous manipule, nous oppresse, nous afflige. Merci donc à vous de me donner la force et la motivation de continuer plus avant le combat.

        D’où que nous venions, quelles que soient nos différences parfois marquées sur tel ou tel sujet, si nous parvenons sur l’essentiel, c’est-à-dire le refus absolu du mensonge que nous servent systématiquement nos pseudo « élites », cette oligarchie indigne et traître qui opprime et enchaine les peuples, détruit les repères, les valeurs, les traditions, les altérités, tout ce qui fait la richesse d’un monde des hommes riche et varié, notamment en France qui est si belle, si riche d’histoire et qui a aujourd’hui encore tant d’atouts, pour nous imposer un empire mondialisé du consumérisme absolu au seul bénéfice de quelques uns… si donc nous arrivons à nous retrouver pour dire enfin non à ceux qui nous trompent et nous trahissent depuis trop longtemps, tout est sans doute encore possible ! Le CNR l’a fait à la libération après le cataclysme de la seconde guerre mondiale… Ce que nous vivons en ce moment est bien une sorte de guerre, faite par d’autres moyens que militaires (en France en tout cas, parce qu’ailleurs…), j’espère que comme les gaullistes et les communistes (les braves gens du quotidien, pas les idéologues qui les ont souvent manipulés) à cette époque essentielle où tout était à reconstruire avaient su le faire malgré tout ce qui les opposait par ailleurs, demain, très bientôt, pour la France, de nouveaux patriotes de toutes origines politiques, ethniques ou religieuses, sauront le faire aussi pour dire : assez ! Et jeter à bas ce nouveau et satanique veau d’or qui nous pousse vers l’abîme, et sans doute, au train où vont les choses, demain vers la fureur et la guerre. Battons-nous, refusons le mensonge, l’empire, l’oligarchie mondialiste, et reprenons le contrôle de notre destin !

        Amitiés et grand merci !

        Marc LEROY – La Plume à Gratter


      • Hermes Hermes 10 mars 2014 15:06

        Marc Bonjour,

        Juste un détail, sur votre site, il y a beaucoup de photos dans l’article. Il faut savoir que la Photo avec Adolf Hitler est un Fake fabriqué sous photoshop. Le premier site qui l’a publié a fait amende honorable et a remis l’originale, avec la photo de Bandera à la place.

        Dans la guerre de l’information, il faut être très vigilant, car tout écart manifeste dans un détail un peu outré peut décrédibiliser le tout.

        En Ukraine, la situation est catastrophique, et la violence des partis extrèmes et l’avidité des classes dirigeantes qui se mélangent à divers fanatismes et stratégies psychopathes (à l’intérieur comme à l’international) en font une poudrière explosive. Préparons nous au pire, malheureusement, car personne n’a rien à y gagner. Dans l’intervalle cela ne doit pas nous empêcher d’être le meilleur de nous même, sans a priori, sinon cela veut dire quoi le Moloch nous a déjà englouti smiley

        Tout en vous remerciant pour vos contributions à la réflexion, je vous invite aussi à considérer que dans tous les conflits, il y a une polarité, et la guerre est une erreur collective qui nous éloigne de notre possible humanité. De ce point de vue, quoi qu’en disent les livres d’histoire, il n’y a jamais de vainqueur !

        Cdt.

        PS : Moloch serait d’après les découvertes récentes de l’archéologie, un des premiers Stoty telling de la stratégie internatonle : l’ennemi a un dieu qui sacrifie les nouveaux-nès ! détruisons cet ennemi inhumain.


      • howahkan Hotah 8 mars 2014 09:32

        On a fait du fait de vivre un combat, c’est un choix délibéré pas une fatalité...des l’école l’autre est un ennemi, soit le meilleur ,écrase les tous mon fils , toi la fille débarrasse la table...à l’université pareil, au travail pareil, et même au cimetière encore pareil, certaines tombes pourraient abriter sans problèmes une famille .. voir un spectacle de dieudonné ..on aurait du se mefier d’un monde ou meme la mort doit se payer et tres cher...et bien non, on veut continuer à voter pour ce meme monde..1 seconde d’implication en 5 ans pour choisir son clown favoris...qui va vivre à a place..
        voici résumé 4000 ans d’histoire, remplacer école par « éducation » aux époques appropriées ......cet humain n’a aucune solution car il est LE problème...et considere que le probleme c’est tout sauf lui..........
        Car de toutes façons vivre ensemble ,on est obligé car seul je meure, en fait je n’existerais même pas en fait, mais vivre ensemble en occultant le global,nature, humains, animaux, nature etc , pour ne considerer que moi et mes désirs , l’autre ,la nature ,les animaux ne sont là que pour me servir dans ma démence de + ..
        Tout ce qui arrive est logique,prévisible,inévitable...et va recommencer sans arrêt..sauf si..

        sur une échelle de 0 à 100, 0 étant l’origine de ce qui ne va pas, on « évoque », on a la conscience en gros par l’analyse(pensée) seulement de environ une zone qui va de 90 à 100......le reste représente des zones qui ne nous sont pas connues en nous même....nous sommes l’origine du problème, et ceci n’a strictement rien a voir avec notre pseudo animalité....

        Une partie du cerveau ne fonctionne plus chez nous, ce qui nous reste de cerveau n’était fait pour fonctionner tout seul....pardonne leur aurait dit un gars haut perché ,si il a existé..le mensonge etant notre compagne la plus docile à chacun...

        là il est temps de mettre le pardon de coté et de se réveiller..croyez le ou pas,mais le pire qui peut arriver participe a nous forcer a changer de direction, ce que visiblement à ce jours on ne veut toujours pas, car on ne comprends rien du tout à ce qui se passe donc à soi même.......Beaucoup autour de moi reviendraient volontiers genre comme un peu sous De Gaulle aujourd’hui.. ? En continuant bien sur à oublier les désastres des colonisations et vol des autres partout ou c’est possible bien sur....

        On essaye tous de figer le mouvement impermanent en mouvement constant de la « vie », qui n’a pas de temps, avec quelques plaisirs à l’intérieur de cette prison mentale auto construite..........c’est impossible....et en essayent de figer ce qui ne le peut pas, on vit alors pour la notion de durée..et on ne baigne pas dans ce qui est « vie » .....

        là on se rapproche plus des 5% sur la conscience de ce qui se passe...au delà du zéro se trouve le mouvement de la vie..c’est là pour tout le monde.......


        • howahkan Hotah 8 mars 2014 11:13

          de 0 à 100 il y a le mouvement qui semble contenir une sorte de temps, le temps pour que la graine devienne fleur et meure ,celui ou nous nous sommes mentalement auto-prisonniers et qui donne : la vie est si courte , donc haut les mains c’est la démocratie,donne moi tout ce que tu as....(vie de démence) !! mais avant le zéro..........qui a t’ il donc ? ..........les mots n’ont plus court.................



        • CASS. CASS. 8 mars 2014 22:59

          http://www.youtube.com/watch?v=aYs501qfafA Un autre Dieudonné, ricain celui - la mort en 2008.


        • Furax Furax 8 mars 2014 11:16

          Obscène, vous l’avez dit et nous le pensons !
          Savez vous combien il y a de « journalistes » dans notre beau pays ?
          Et connaître leurs noms ?
          Simple, tous ceux qui auront simplement mentionné le coup de téléphone entre Ashton et le ministre Letton à propos des snipers de la place Maïdan.
          C’est à dire AUCUN.
          Quant à BHL...le voir arriver avec son décolleté et sa choucroute sur la tête à l’Elysée !
          Dieudonné avait, là aussi, raison. C’est le Zavatta de la philosophie française !


          • bourne 8 mars 2014 11:29

            Faut reconnaitre que ce mec à un look de romantique du XIX ème, je le verrais assez bien chanter sur les ruines encore fumantes de Rome avec une cithare dans les mains. Un vrai barge. Recevoir ca à L’Elysée, c’est reconnaître que l’on est le président le plus con de la Vème, avec un boxeur en plus ... j’vous jure !


          • nanar 8 mars 2014 13:16

            Cela commence, (très) timidement, à bouger.
            http://www.lepoint.fr/monde/la-russie-demande-une-enquete-sur-l-affaire-des-snipers-a-kiev-08-03-2014-1798826_24.php
            http://fr.euronews.com/2014/03/06/ukraine-une-rumeur-accuse-lopposition-detre-les-snipers-de-maidan/
            L’angle d’attaque des médias est celle de la rumeur. Comme au Royaume Uni, mais là bas les principaux médias (the Guardian, BBC etc.) l’ont évoqué.

            Un blogueur (XipeTotec) hébergé sur le site de Médiapart l’a également relayé.

            Sinon un grand bravo à l’auteur pour l’article, très bien écrit.


          • Pere Plexe Pere Plexe 8 mars 2014 18:41

            Zavatta était drôle amusant et n’était en rien dangereux...Autant de choses qui le distingue du sinistre BHL 


          • baldis30 8 mars 2014 20:45

            Prière de na pas insulter Zavatta par des comparaisons douteuses


          • CASS. CASS. 8 mars 2014 21:31

            Comparez un suppôt de Mammon sionazi fasciste pour faire court , avec Zavatta franchement Furax



          • yt75 8 mars 2014 11:22

            Ce qui caractérise le -plus- notre époque cela reste : http://iiscn.files.wordpress.com/2013/05/jlliquidsworld.jpg

             

            Et si l’on devait résumer la géopolitique mondiale actuelle, l’emblème du US CENTRAL command serait un bon début :

            http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/35/Seal_of_United_Sta tes_Central_Command.png/768px-Seal_of_United_States_Central_Command.png

             

            Surtout sans avoir oublié cela :

            http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/c/c5/US_Oil_Production_and_Im ports_1920_to_2005.png

             

            (c’est à dire le pic de production des US en 1970, raison principale du premier choc, beaucoup plus que l’« embargo Arabe »). Résumé en fin de post : http://iiscn.wordpress.com/2011/05/06/bataille-et-lenergie/


            • bourne 8 mars 2014 11:24

              Si on allait vers la partition, les USA seraient-ils si mécontents. A l’usure ils pourraient espérer grignoter encore à l’Est, si une crise économique majeur ne les assommait pas entre temps, faisant imploser l’UE au passage. Les acteurs de cette guerre civile possible en Ukraine, le savent qui continuent leur travail de sape sachant que sur les vrais et grands problèmes, ils ne peuvent plus rien. La machine est lancée.


              • baldis30 8 mars 2014 20:48

                les USA visaient le grenier à blé, et l’UE ( surtout l’Allemagne) visait le bassin charbonnier du Donbass.... Pour ce dernier c’est loupé, c’est sûr et l’Allemagne va se trouver marri


              • eric 8 mars 2014 11:31

                Bon ! Pour comprendre les vrais enjeux, ce qu’il faut faire par exemple, c’est prendre l’article de wiki, par exemple sur Bandera, et comparer, en triant ce que l’auteur a expurgé...

                http://fr.wikipedia.org/wiki/Stepan_Bandera
                Si on veut avoir des idées encore plus précises, on peut consulter l’histoire de la Galicie, les questions des relations entre minorites polonaises et juives urbaines et populations rurales ukrainiennes, les différences de comportement entre administrations Autrichiennes et Polonaises, les exactions sovietiques dans la partie ouest de l’Ukraine lors de son occupation suite au pacte entre Nazis et Communistes pour le partage de le Pologne.

                Juste un petit exemple : Bandera cherche unilatéralement a proclamer une Ukraine indépendante, il est bien évidemment immédiatement arrêté par les Nazis, envoyé a Berlin et ....Déporté a Sachsenhausen....jusqu’en 44.
                L’auteur n’a pas pu ne pas le voir, puisqu’il a recopie tut le reste, mais bien sur, cela fait un peu désordre dans sa démonstration, d’où coupure.

                On s’amusera grandement a trouver les autres coupures, déformations,moities de mensonge.

                Tous le reste est a l’avenant.

                Quelle importance ? Après tout, les gens qui ont pu être a Maidan, sont a priori les arrières petits enfants des Ukrainiens qui ont vécu pendant la seconde guerre mondiale, sans même que l’on puisse réellement savoir ce que fut le comportement de leurs ancêtres respectifs.
                 C’est un peu comme si on accusait aujourd’hui tous les français de Nazisme, au pretexte qu’en 39-40, le parti communiste francais s’est engagé contre l’effort de guerre national contre le nazisme et dans la collaboration des le début de l’occupation.
                Ou si, mais la il y aurait presque plus de vraisemblance, on accusait Poutine de fascisme, au motif que son grand père était le cuisinier de Staline, poste on ne peut plus politique en régime totalitaire, lui même allié des nazis jusqu’au dernier jour avant que ceux ci ne l’attaque.
                Et même si on se contentait d’accuser les seuls communistes français d’aujourd’hui pour les errements de leurs prédécesseurs, on resterait dans le même ridicule.
                Ce ne sont pas les mêmes, ce ne sont pas nécessairement leurs héritiers biologiques, et le mal n’est pas nécessairement héréditaire.

                Encore que ? Ce sont bien les mêmes méthodes. Le mensonge délibéré en toute connaissance de cause, les manips. le renoncement a toute intelligence, a tout esprit critique au nom de la cause.

                Dans ce papier et de nombreux autres, on apprend rien sur l’Ukraine, rien sur le monde, rien sur le réel. Mais en revanche, il se confirme qu’une frange de la gauche idéologique revient a ses vieux démons. A ses pratiques des heures les plus sombres de notre histoire.

                Est ce leur marginalisation croissante ? Leurs échecs répétés ? Le ressentiment de s’être une nouvelle fois fait avoir par leurs grands frères socialistes plus subtils qu’eux lors des dernières présidentielles ? Tous cela a la fois ?

                Une chose est sure, on assiste a une régression intellectuelle des gauches de gauche assez inquiétante.


                • La Plume à Gratter La Plume à Gratter 8 mars 2014 12:09

                  @ Eric

                  Vous écrivez :

                  « Juste un petit exemple : Bandera cherche unilatéralement a proclamer une Ukraine indépendante, il est bien évidemment immédiatement arrêté par les Nazis, envoyé a Berlin et ....Déporté a Sachsenhausen....jusqu’en 44. L’auteur n’a pas pu ne pas le voir, puisqu’il a recopie tut le reste, mais bien sur, cela fait un peu désordre dans sa démonstration, d’où coupure »...

                  Vous avez de très sérieux problèmes de lecture ! Je fais évidemment pleinement référence à cet épisode dans mon article, permettez-moi de me citer : « Dès 1941, Bandera et le régime nazi voient leurs intérêts diverger : Bandera est en effet nommé au gouvernement du nouvel État décrété par les nationalistes ukrainiens et proclamé le 30 juin 1941 à Lviv. Cet État n’est pas reconnu par les Allemands, les artisans de sa proclamation sont arrêtés, et parmi eux Bandera, qui est transféré à Berlin. En 1944, face à l’avancée de l’Armée Rouge, les nazis le libèrent… »

                  Complètement à côté de la plaque donc !

                  « On s’amusera grandement a trouver les autres coupures, déformations, moities de mensonge »...

                  Chiche ! Je vous attends !

                   « Quelle importance ? Après tout, les gens qui ont pu être a Maidan, sont a priori les arrières petits enfants des Ukrainiens qui ont vécu pendant la seconde guerre mondiale, sans même que l’on puisse réellement savoir ce que fut le comportement de leurs ancêtres respectifs ».

                  Si vous refusez de voir que Svoboda, Pravyi Sektor, Patriotes d’Ukraine, Trizouba, et autre UNA-Unso se réclame très clairement de Bandera, et même du nazisme, et que ce sont bien ces mouvements qui ont mené la manœuvre sur la place Maïdan, je ne peux rien pour vous… Il n’est de pire aveugle que celui qui ne veut pas voir.

                  J’ajoute que je n’affirme pas que les manifestants d’Euromaidan sont nazis parce que les arrières grands parents l’auraient étés : je ne pratique aucun déterminisme politique, racial ou familial, déterminisme qui est une saloperie intellectuelle que j’exècre. Je constate seulement des faits. Je n’ai pas pu les poster sur Agoravox qui ne permet qu’une unique photo par article, mais allez donc voir sur La Plume les nombreuses photos des groupes et manifestants néo-nazis qui s’y trouvent (et il en existe beaucoup d’autres, faites une recherche Google) : vous ne serez pas déçu du voyage !

                   « Ou si, mais la il y aurait presque plus de vraisemblance, on accusait Poutine de fascisme, au motif que son grand père était le cuisinier de Staline » … Savoureux ! Vous dénoncez chez moi comme une malhonnêteté intellectuelle un déterminisme familial qui n’existe pas, mais vous en proposez un autre qui aurait « presque plus de vraisemblance »… Ou l’hôpital qui se fout de la charité !

                  « Ce sont bien les mêmes méthodes. Le mensonge délibéré en toute connaissance de cause, les manips. le renoncement a toute intelligence, a tout esprit critique au nom de la cause ».

                  J’attends que vous détailliez mes « mensonges ». Là encore, chiche !

                  « Dans ce papier et de nombreux autres, on apprend rien sur l’Ukraine, rien sur le monde, rien sur le réel. Mais en revanche, il se confirme qu’une frange de la gauche idéologique revient a ses vieux démons. A ses pratiques des heures les plus sombres de notre histoire ».

                  Rien sur le monde ? Rien sur l’Ukraine ? Rien sur le réel ? Ben voyons : il n’y a aucune information factuelle dans mon article ! C’est cela... Et quant à me faire taxer de « gauche idéologique »… Celle-là, on ne me l’avait jamais faite ! J’en pouffe encore ! Merci, cela fait un bien fou de rire un peu par les tristes temps qui courent !

                  « Une chose est sure, on assiste a une régression intellectuelle des gauches de gauche assez inquiétante ».

                  J’ajouterai, en vous lisant, et ce sera donc notre seul point d’accord, pas seulement pour les « gauches de gauche » (sic)

                  Marc LEROY – La Plume à Gratter

                   


                • nouche 8 mars 2014 17:00

                  oh eric vient denier la realite ici aussi, je me permets alors d’intervenir pour rappeler quelques verites :

                  A propos de Stepan Bandera :

                  Stepan Bandera est le heros des ukrainiens de Svoboda et Secteur Droit, son portrait etait affiche partout, ils veulent meme renommer les stades, aeroports, etc en son nom, bref le symbole de leur mouvement, un heros national.

                  on a lu souvent des arguments sur Stepan Bandera afin de lisser son portrait, le but etant d’adoucir, devier les responsabilites, comme quoi au final ils s’etaient battus aussi contre les nazis, il avait meme ete emprisonne par les nazis, etc bref semer le doute, et ainsi decupabiliser la region et donc les leaders. Il incarne parfaitement Svoboda, les deux visages : heros le jour, nazi la nuit.

                  Il faut savoir que depuis quelques annees il y a du revisionnisme dans l’air, effectivement a Lviv on essaie de changer l’histoire, de se blanchir des crimes, a les entendre c’etait soit la faute des sovietiques, soit la faute des nazis. Il y a pourtant eu la les plus grands massacres, avec Bandera au controle.

                  Voici quelques recherches sur le sujet

                  Par exemple la division SS Galicie, cette division qui se voit honorer chaque annee a Lviv, nous parlons bien de SS, donc des forces speciales nazis, pas de simples soldats, qui etaient connues pour leur fanatisme. Elle a ete formee a la demande des ukrainiens, des banderistes (les hommes de bandera) qui avait alors promis de mettre les tetes des juifs aux pieds d’Hitler.
                   je vous conseille de regarder ce documentaire historique sur les SS en Ukraine, ils parlent de cette division :
                  http://www.youtube.com/watch?v=guzi...
                  ils parlent aussi du bataillon Nachtigall. Il se trouve que justement la ville de Lviv a renomme l’une de ses rues, qui s’appelait la rue de la paix, en rue des guerriers du bataillon Nachtigall (juste incroyable ...), ce tristement fameux bataillon sous les ordres de Stefan Bandera et qui a commis des massacres, en pologne par exemple. Pour l’anecdote Yuriy Mykhalchyshyn, le conseiller principal du leader de Svoboda, a comme pseudo sur internet Nachtigall88, 88 est un code tres connu dans le milieu neo nazi signifiant Heil Hitler.

                  Regardez aussi le documentaire francais : La Shoah par Balles : l’Histoire Oubliée
                  Nous voyons alors l’ampleur de cette shoah, on voit aussi la terreur qu’il reignait, mais on comprend bien, vu l’echelle, la complicite des autorites. A ce propos, a la fin, Mme Veil dit : « en dehors de ces fosses communes, il y a eu en ukraine, avant meme que les allemands interviennent, la population locale qui a assassine des quantites de juifs... ...la population a ete tres impliquee »

                  Comment alors nous faire croire alors que Bandera n’etait pas implique ?

                  Dans cet article, ecrit par un professeur specialiste dans l’Holocauste, http://hnn.us/article/122778
                  je cite : L’historien Karel Berkhoff a montré que Bandera, ses adjoints, et les nazis ont partagé une obsession clé, à savoir l’idée que les Juifs en Ukraine étaient derrière le communisme et l’impérialisme stalinien et doivent être détruits.

                  La verite de Bandera est donc plus pitoyable : un opportuniste, qui esperait qu’Hitler soit reconnaissant envers lui, double d’un xenophobe et antisemite. Hors aujourd’hui Svoboda recommence, avec les russes comme responsables de tous leurs maux. Le leader de Svoboda a clairement parle de la mafia juive moscovite. On defile en l’honneur de la Division SS Galicie, aux yeux de tous, on nomme des rues au nom de nazis.

                  Pour finir je vais citer des extraits du livre « Smoke in the Sand : The Jews of Lvov in the War Years 1939-1944 »
                  il s’agit de l’arrivee des nazis a Lviv, page 77 :

                  Le jour suivant, dimanche, 30 juin 1941, les premieres unites de la Wechmacht entrerent dans Lviv. Le matin, de grands panneaux, prepares a l’avance par les ukrainiens, sont apparus sur les murs de la ville. Ils saluaient l’arivee des allemands, et du « grand leader ukrainien », Stefan Bandera, ceux qui sont finalement venus "pour liberer le peuple ukrainien du pouvoir juif« ... ... des panneaux appelaient a "Tuer les juifs et les communistes«  ou encore »Long vie a Stefan Bandera, longue vie a Adolf Hitler"


                • La Plume à Gratter La Plume à Gratter 8 mars 2014 17:10

                  @ nouche

                  mille mercis pour toutes ces passionnantes -et terrifiantes- précisions !

                  Amitiés

                  Marc LEROY - La Plume à Gratter


                • eric 9 mars 2014 07:14

                  Vous n’avez aucun intérêt et aucun égard pour ces populations.

                  Ils étaient autrichiens. A ce titre ils bénéficiaient d’un peu plus de liberté que les autres peuples de la région, et en particulier de ceux des polonais qui étaient occupée par des prussiens ou des russes. Après 18, ils sont déclarés polonais. Or, la majorité de la population rurale est ukrainienne, les habitants des villes et les propriétaires terriens sont polonais, les autres urbains sont juifs. (Tous les occupant successifs ont favorise l’installation de juif, parlant leur langue, pour l’ encourager . Peut être aussi pour s’en débarrasser.)

                  Au moment ou éclate la seconde guerre, on a encore parmi les hommes murs, une majorité de gens qui ont appris l’allemand a l’école, qui ont servis avec fidélité (comme tous les autres slaves austro hongrois) dans l’armée autrichienne pendant la première guerre.
                  Des gens aussi qui ont suivi ce qui s’est passe en Ukraine soviétique. ( 3 a 7 millions de gens assassinés suivant les auteurs), dans le même temps ou ils étaient eux même soumis a une politique de polonisation forcée, non sans avoir eu droit a une première soviétisation avec l’armée rouge et Trotsky (fondateur des goulags et initiateur de l’élimination des koulaks en tant de classe), lors de leur tentative de re-annexion de la Pologne, avant que les polonais, ne les repoussent et annexent la Galicie.
                  Ils ont eu droit aussi aux massacres qui ont suivi l’occupation soviétique de leur région lors du partage entre communistes et nazis. J’imagine que vous avez quand même entendu parler par exemple de Katyn ( massacre d’une balle das la tête de tout personne appartenant aux cadres et refusant de collaborer ou soupçonné de ne pas le faire de bon cœur). Bref, ce qui se passe quand les communistes arrivent dans une région.

                  Quand on sait avec que enthousiasme les communistes français ( ou au moins leur parti) ont accueilli les allemands qui devaient leur permettre de republier l’Humanité, on peut concevoir que les galiciens aient un temps espéré un retour a un régime de type autrichien avant de réaliser a quoi ils avaient affaire. Eux avaient de vraies raisons d’attendre des allemands qu’ils soient des libérateurs. Ils ont eu exactement la même réaction que les finlandais ou que les Baltes. Ils ont attendu moins longtemps que les communistes français pour revenir de leur erreur ou de leur attente.
                  Quand ils se lancent en 42 dans la lutte a outrance contre l’occupant nazi en libérant des pans entier du territoire, le moins que l’on puisse dire, c’est que le vent n’a pas encore tourne pour l’Allemagne, bien au contraire.

                  Qu’après 4 passages de l’armée soviétique, ils n’aient pas été pressé d’en voir un cinquième, c’est on ne peut plus légitime. Il se sont encore battu une dizaine d’année contre les communistes. Il est normal qu’ils célèbrent leurs arrières grand parents qui pendant donc une vingtaine d’années, se sont battus pour leur indépendance et contre les différents totalitarismes, socialismes national ou international auxquels ils ont été confrontes.

                  http://fr.wikipedia.org/wiki/Massacres_des_Polonais_en_Volhynie

                  Dans ce lien, on vit bien pourquoi la situation était en tout état de cause explosive dans cette région. On constate que si a une époque, certaines branches du nationalisme ukrainien ont bénéficié d’une assistance allemande contre les polonais, au départ, c’est le NKVD qui a poussé a la formation et a l’action contre les mêmes polonais. (l"OMU fut fondée dans les années 20 a l’initiative du PC ukrainien et avec l’aide des tcheksites...).

                  Designer des bons et des méchants héréditaires dans ces histoires, relève du parti pris.

                  Une seule chose est sure a 100% dans ces zones, on avait une masse de paysans ukrainiens très pauvres, qui étaient chez eux, asservis a une époque, exploites, convertis et ou massacrés tour a tour par tous le monde successivement, les polonais, les allemands, les autrichiens, les russes les soviétiques. On comprend assez bien que ces différents peuples aient tendance a insister sur les responsabilités ukrainiennes. Plus mal que des français estiment indispensable de prendre parti de façon manichéenne sur ces questions complexes.


                • Furax Furax 8 mars 2014 12:19

                  Pour se faire une idée de ce qui s’est passé en Ukraine, relire « Les Bienveillantes », le prix Goncourt de Jonathan Littel. Il s’est livré à un travail énorme sur archives. Edifiant.


                  • nanar 8 mars 2014 12:20

                    http://iskra-news.info/news/segodnja_nochju_iz_borispolja_v_ssha_strartoval_samoljo t_s_zolotym_zapasom_ukrainy/2014-03-07-9122
                    Selon cet article les réserves d’or ukrainiennes auraient été transférées aux Usa par avion.
                    Elles étaient évaluées à 35 tonnes.



                      • Robert GIL ROBERT GIL 8 mars 2014 15:56

                        ils y a les bons et les mauvais meme en se qui concernent les fachos : c’est du moins ce qu’ils en ressort des declarations de nos politiques et de nos medias.

                        voir : INDIGNATION VARIABLE


                        • Hoarn Hoarn 8 mars 2014 16:06

                          Merci pour cet article éclairant. Le seul bémol réside dans l’impression ressentie à la lecture de ce texte d’un parti pris pro-soviétique (je choisi ces mots délibérément). Cependant je ne peux que vous donner raison sur le fond, mais je vous signalerai que la révolution de 1917 a été massivement orchestrée par des coreligionnaires de BHL, le bouffon pitoyable de l’Afrance. Comprenne qui pourra.


                          • Laulau Laulau 8 mars 2014 16:38

                            « la révolution de 1917 a été massivement orchestrée par des coreligionnaires de BHL »

                            Lénine juif ? Non, c’est pourtant lui l’artisan principal, le chef d’orchestre de la révolution d’octobre. S’il est vrai que beaucoup de juifs étaient dans le parti bolchevik ils étaient loin d’y être majoritaires et ça n’est pas parce qu’un certain allemand moustachu parlait de judéo-bolchevisme qu’il faut prendre ses dires pour argent comptant.


                          • La Plume à Gratter La Plume à Gratter 8 mars 2014 16:39

                            @Hoarn

                            Mon cher Harn,

                             Je suis en vérité très surpris que vous ayez pu voir dans mon article un parti pris pro-soviétique... qui je vous l’assure est absolument absent chez moi. Je ne sais que trop l’abominable bilan du régime issu de la révolution d’octobre en Russie, comme un peu partout sur la planète.

                            Par contre, je ne peut que constater, et c’est un de ces terribles paradoxes de l’histoire, que la chute du communisme, dont on ne peut que se réjouir sur bien des points, a aussi eu des conséquences catastrophiques en matière de géopolitique mondiale, laissant la place désespérément vide pour un impérialisme américain qui s’est installé un peu partout, bien souvent lui aussi dans le crime et le viol des plus élémentaires droits humains.

                             Je suis en revanche très certainement russophile, d’abord parce que la civilisation et l’histoire russes me semblent tout particulièrement dignes d’intérêt (notamment pour ce grand amour de la littérature, de la poésie, de la musique et de la danse classique, que je partage), parce que l’âme russe me semble très proche de la sensibilité française (la proximité franco-russe est une histoire très ancienne), et parce que je suis persuadé que l’avènement d’un monde multipolaire, rééquilibré, débarrassé de l’impérialisme US, dépend en grande partie de la place retrouvée de la Russie dans la géopolitique mondiale (ainsi bien-sûr que de l’émergence des BRICS et plus largement de l’Asie, de l’Amérique du Sud et de l’Afrique).

                            J’ajoute que j’appelle de mes vœux une Europe des Nations souveraines, antithèse de l’UE, qui s’étendrait de l’Atlantique à l’Oural, ou de Brest à Vladivostock, comme l’avait envisagée le général De Gaulle… Et que je n’ai aucune haine pour le peuple américain, qui ne saurait être tenu totalement responsable de ses dirigeants, tout aussi peu représentatifs en réalité des vraies motivations et volontés de leurs citoyens que le furent ou le sont notamment nos deux derniers présidents, Nicolas Sarkozy et François Hollande. Je le sais, j’ai de la famille et des amis là-bas.

                             Amitiés

                             Marc LEROY – La Plume à Gratter


                          • La Plume à Gratter La Plume à Gratter 8 mars 2014 16:41

                            ... Je ne peuX, bien-sûr !


                          • CASS. CASS. 8 mars 2014 20:57

                            si staline lénine même origine que les rothschilds (roth /rouge) les pharisaÏsés prosélytes étaient à 99,7% communistes ;(marx jew né en allemagne) et les rothschilds and co usuriers la grande bourgeoisie dont des pharisaÏsés cathos protestants, sont les péres du nazisme et les organisateurs de son financement (banque english windsors- rothschilds usuriers) famille bush et cie ricains.néo nazis sionazis fascisme mêmes péres.


                          • CASS. CASS. 9 mars 2014 05:32

                            si staline lénine jew même origine que les rothschilds (roth /rouge) les pharisaÏsés prosélytes étaient à 99,7% communistes ;(marx jew né en allemagne). Les rothschilds and co usuriers la grande bourgeoisie dont des pharisaÏsés cathos protestants, sont les péres du nazisme et les organisateurs de son financement (banque english windsors- rothschilds usuriers) famille bush et cie ricains.néo nazis sionazis fascisme mêmes péres.


                          • Laulau Laulau 9 mars 2014 10:07

                            @Cass

                            Vous devriez consulter un spécialiste parce qu’à ce stade seule la médecine peut convaincre.


                          • njama njama 8 mars 2014 17:07

                            le parti Svoboda commémore les Waffen SS ... il se revendique depuis sa fondation comme parti national-socialiste d’Ukraine
                            un article du 03.12.2013
                            PHOTOS. J’ai vu l’autre Ukraine, celle qui célèbre les SS et crimes nazis
                            Par Louis Monnier

                            Louis Monnier, professeur d’histoire-géographie à la retraite, à relater une scène à laquelle il a assisté il y a quelques mois.

                            En ces temps où l’on parle de l’Ukraine pour son refus de signer un accord avec l’UE et les manifestations pro-européennes qui en découlent, voici un autre visage du pays, que j’ai pu voir de mes propres yeux.

                            Cet été, je me suis rendu dans la région de Brody, dans l’ouest ukrainien, avec une amie canadienne d’origine ukrainienne (et ukrainophone). Le 21 juillet 2013, j’ai assisté à un événement assez surprenant pour un européen occidental.
                             
                            Un curieux anniversaire

                            A cette date, les nationalistes et leurs sympathisants, entraînés par le parti d’extrême droite Svoboda (dont on voit beaucoup flotter le drapeau ces jours-ci à Kiev), saluent le passé collaborationniste avec les nazis. Ils ont commémoré cette année le 70e anniversaire de la création de la division SS Halychyna * (désormais 1ère division ukrainienne), qui a combattu dans les rangs des Allemands lors de la bataille de Brody (juillet 1944).

                             
                            Tout commence par une messe gréco-catholique auprès du monument érigé sur le mont Jbyr, ...
                            [...]
                            Les discours des autorités (maire, président des anciens de la division…) se succèdent tous plus enflammés les uns que les autres, clôturés par celui d’Iryna Sekh, députée de Brody au Parlement national et figure de Svoboda. Un chanteur « engagé » entonne ensuite des chants patriotiques, suivi d’un groupe formé de quelques anciens « Upistes », ces anciens membres de l’armée insurrectionnelle ukrainienne (UPA).

                            Discours, gerbes et sigle SS ...

                            http://leplus.nouvelobs.com/contribution/980272-ukraine-j-ai-assiste-a-une-commemoration-d-une-division-ss-une-autre-realite-du-pays.html

                            * http://en.wikipedia.org/wiki/14th_Waffen_Grenadier_Division_of_the_SS_%281st_Ukrainian%29

                            http://henrypavlovich.com/Waffen-SS-Galizien-Halychyna-Division-and-Other-Pro-Nazi-Forces


                            • nouche 8 mars 2014 17:45

                              helas l’ignominie ne s’arrete pas la
                              A Lviv, on defile pour celebrer la creation de la division SS Galicie, comme vous l’avez dit, voici une video de ce defile, pour le 70eme anniversaire, en 2013 donc
                              avant regardez le blason de cette division SS :
                              http://fr.wikipedia.org/wiki/Division_SS_Galicie
                              puis la video
                              http://youtu.be/ICNof2839GI

                              A Lviv on renomme la rue de la paix en rue des guerriers du bataillon de Nachtigall, un bataillon de Stefan Bandera qui a commis des massacres en Pologne

                              A Lviv, on celebre le jour de la victoire, jour de fete nationale celebrant la capitulation des nazis (l’equivalent du 14 juillet donc), en allant casser du rouge, du veteran, comme ici en 2011 :
                              http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=9kA5OS7ZO_w

                              A Lviv, chaque annee on celebre Stefan Bandera, comme ici en 2011, en faisant des marches aux flambeaux :
                              http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=QBo9CUgn2d0

                              A Lviv, on dedicace des livres neonazis, ecrit par un membre de Svoboda Yuri Mykhailyshyn, principal conseiller de leur leader. La maitre de conference, Iryna Farion, est aussi une membre de Svoboda, reputee russophobe.
                              http://galinfo.com.ua/news/134726.html


                            • nouche 8 mars 2014 17:55

                              oups une petite erreur sur le lien de la video pour Stefan Bandera, il s’agissait d’un autre defile aux flambeaux, en l’honneur des heros morts, a la maniere de celle ci
                              http://www.youtube.com/watch?v=3yyEwRujBrM

                              celle pour Stefan Bandera la voila :
                              http://www.youtube.com/watch?v=3GNjcbSKQos


                            • tatiana russe 8 mars 2014 17:33

                              A plusieurs reprises le pro-russe Pavel Gubaryov a organisé l’assaut de la mairie de Donetsk, le fief de Yanukovitch : une ville qui est sensée d’être acquise à Poutine car les habitants sont majoritairement russes...

                              Qui est cet homme qui essaye de transformer Donetsk en deuxième Crimée ?


                              • Rensk Rensk 8 mars 2014 18:14

                                04.12.2013
                                le service d’ordre de ces manifestations est assuré par un groupe de jeunes Tatars de Crimée. Ils sont membres du mouvement Azatlyk (Liberté) du jeune Naïl Nabiullin et militent pour la grande Turquie. Ils sont soutenus aussi bien par des partis trotskistes, notamment le Front de gauche russe de Serguei Oudaltsov, que par le gouvernement turc de Recep Tayyip Erdoğan. Ils rentrent juste de Syrie, via la Turquie, où ils étaient partis pratiquer le jihad contre l’État syrien.


                                • Werner Laferier Werner Laferier 8 mars 2014 18:29

                                  10 pays du pacte de Varsovie ont choisi l’Europe.
                                  Pourquoi ?
                                  Pour fuir une dictature soviétique et retrouver la démocratie, et ils se sont mis à l’abris dans l’OTAN et l’Europe démocratique.
                                  Ce fait Poutine ne l’encaisse pas car d’autres ancien pays de ce pacte de Varsovie continuent à vouloir se mettre en Europe et même dans l’OTAN ; POURQUOI ?
                                  parce que Poutine propose un système dictatorial, non démocratique (ou une démocratie vidée de sa substance, avec une opposition bayonnée, des médias interdits sauf ceux du pouvoir), et toujours l’hégémonie de la Russie et non pas une collaboration !
                                  Les pays censés et démocrates ne peuvent pas rester dans un tel système.
                                  C’est cela la vérité que Poutine ne peut pas encaisser et dire : pour le moment c’est la fuite en avant dans le mensonge à son propre peuple, un nationalisme violent matiné de relents de l’URSS et du tsarisme, qui certe plait à certains, et agite le spectre du racisme, de l’homophobie, de l’exclusion, donc des passions violentes qui permettent de cacher le manque de démocratie, mais n’offre pas la démocratie plus difficile à établir, seulement le mensonge et la soumission.
                                  Cela ne durera pas et s’effondrera avec la disparition de Poutine et son clan, ce qui se produira tout au tard comme on l’a vu dans les autres dictatures.


                                  • Furax Furax 8 mars 2014 19:28

                                    Alors laissez choisir la Crimée !
                                    Jadis, on a construit le mur pour empêcher les victimes du communisme de passer à l’Ouest. Actuellement le mouvement se fait dans l’autre sens... smiley
                                    Le jour où Poutine « disparaitra », le maitre du monde ne sera pas l’Amérique et surtout pas les Américains qui sont des victimes, et encore moins l’Europe. Ce sera Goldman Sachs et les autres racailles bancaires.
                                    Mais, rassurez vous, il n’est pas seul. Comme le dit l’auteur de l’article, il a avec lui la Chine, l’Inde, l’Amérique du Sud qui connaît les bienfaits du capitalisme US, l’Afrique etc.
                                    Contre lui, les banques américaines, l’UE dont les dirigeants ne sont pas élus (et dont les patrons sont les mêmes banques américaines),le démocraties d’Arabie Saoudite du Qatar et l’état raciste d’Israël.
                                    Le Très Saint Pognon.


                                  • CASS. CASS. 8 mars 2014 21:21

                                    LA crimée à le droit de choisir et il n’y a pas qu’en crimée que des russes ukrainiens par ex. veulent se rallier à Moscou.


                                  • Antoine Diederick 8 mars 2014 21:59

                                    si je met un missile en Pologne pointé sur Moscou ; est-ce que je viens en ami ?

                                    je ne suis pas dupe des volonté de puissance des uns et des autres, mais....

                                    pourquoi vouloir exploiter les ressentis négatifs des polonais, des pays baltes, des ukrainiens vis-à-vis de la défunte union soviétique et de la longue histoire de ces peuples qui se sont opposés. N’est-il pas temps d’apaiser et reconstruire ?


                                  • Antoine Diederick 8 mars 2014 22:01

                                    post pour Werner....


                                  • Antoine Diederick 8 mars 2014 22:06

                                    à Werner,

                                    Quand les polonais croient encore que Lech Kaczynski est mort parce que les russes ont saboté son avion.....faudrait se poser des questions sur les antagonismes millénaires.....


                                  • galafrin 8 mars 2014 19:21

                                    Dès le titre on est induit en erreur historique : si ceux qui sont désignés comme néo-nazis se réclament en réalité de Stépan Bandéra leur héros national dont l’organisation de résistance UPA a défait sévèrement les nazis avant de l’être par les russes, néo-banderiste serait plus approprié. 


                                    • La Plume à Gratter La Plume à Gratter 8 mars 2014 20:38

                                      @ galafarin

                                      Celle-là, c’est la meilleure de l’année ! « Bandera a défait sévèrement les nazis »... après avoir grandement oeuvré à la création des bataillon Nachtigall et Rolandle dans l’armée... nazie ! Et, CQFD, le Maïdan était en réalité occupé par des bisounours... Et puis diable, allons plus loin : la terre est plate, Napoléon était une femme, Jean-Michel Aphatie est un journaliste honnête et Carla Bruni sait chanter !

                                      Comme aurait dit Audiard, vous êtes une synthèse, mon cher galafarin (de Tarascon, comme la lune ?)

                                      Merci pour la rigolade !

                                      Marc LEROY - La Plume à Gratter


                                    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 8 mars 2014 20:43

                                      Excellent article,
                                      Nos Mamamouchis euro-atlantistes sont désormais atteints de myopie sélective, ils ne voient aucun néonazis nulle part...

                                       Myopes, et un peu schizophrènes aussi :
                                      Tant que les discussions pour l’entrée dans l’ UE et l’ OTAN se poursuivaient, le Président ukrainien n’était ni corrompu, ni dictateur sanguinaire... , mais un tupe tellement sympa que l’ UE (= nos impôts) lui a filé déjà 2, 5 milliards d’euros... !

                                      Pas très bons en géographie non plus :
                                      L’ OTAN, signifie Organisation du Traité de l’ Atlantique Nord.
                                      Avec « le réchauffement climatix » et la montée des eaux, ben.. l’Atlantique Nord a furieusement tendance à s’étendre vers l’ Est du continent, et va finir bientôt en Mer de Chine...

                                      Sérieusement maintenant, avec les deux conversations enregistrées, celles de la Nunuche Nuland et celle de la Baronne Ashton, qui circulent sur le Net, il est de plus en plus difficile de cacher :

                                      1) Que les USA et l’ UE sont à la manoeuvre en Ukraine depuis longtemps et désignent les dirigeants qui leur conviennent.

                                      2) Qu’il s’agit bien d’un coup d’état provoqué par les snipers qui ont tiré A LA FOIS fois sur les manifestants et sur la police, pour rendre le Président élu responsable et s’en débarrasser.

                                      Communiqué de presse de l’ UPR. Asselineau demande au Gouvernement de s’associer à la demande de la Russie, pour une enquête de l’ OSCE sur les snipers de la place Maïdan.

                                      Les critiques sur la politique impérialiste des USA ne viennent pas seulement de s voix traitées ici de « complotistes » mais de l’intérieur même de la classe politique américaine.

                                      Snowden a ouvert la boîte de Pandore. Ses révélations (autre chose que les blablas de café du commerce du Raspoutine buissonnant !) ont ouvert une crise majeure aux USA. Ce que nos médias se gardent bien de nous dire.

                                      Voilà deux Présidents, Obama et Hollande au plus mal dans les sondages, et qui donnent des conseils de démocratie et de légitimité à la planète entière !

                                      « Article de Paul Craig Roberts » sur les mensonges d’ Obama.

                                      «  Jimmy Carter : la démocratie américaine ne fonctionne plus » .

                                      Les fous dirigent l’asile.


                                      • Antoine Diederick 8 mars 2014 21:05

                                        souvenez - vous comment Bush fils, lors des réunions avec les russes s’est comporté.

                                        Lorsque l’union soviétique s’est effondré (j’en fus heureux), les américains n’ont pas su avoir un triomphe magnanime. Que du contraire, une sorte de morgue et de mépris pour la Russie.

                                        Il faudrait avoir du respect, à la manière antique, pour les adversaires. L’honneur est toujours de respecter l’honneur de son adversaire. Je sais, c’est « romantique » et il y aura toujours des calculs peu honorables....

                                        Pour avoir l’esprit de paix, il faut aussi la donner à l’autre.

                                        Ce qui se passe en Ukraine est cette sorte de logique implacable héritée de l’Histoire douloureuse des peuples slaves. Souvenons-nous comment Staline a traité les Ukrainiens.

                                        Quelle honte pour les européens et les américains ? 

                                        Je rêve d’autre chose, personnellement.

                                        Quant aux apprentis nazis que Monsieur Hollande reçoit ou que l’Europe veut adouber sous la pressions de Washington, c’est pas trop beau.

                                        Enfin, interrogeons - nous aussi. Lorsque un polonais s’est demandé en 1945, pourquoi les anglo-saxons les ont laissé tombé après Yalta, il a rejoint dans cette interrogation, celle de tous les habitants des pays de l’Est européen.


                                      • Antoine Diederick 8 mars 2014 21:16

                                        a Fifi, brin d’acier et poill de carotte ...

                                        Le quotidien, Echos de la bourse, en Belgique consacre son numéro de ce samedi, enfin une partie, à l’armée US, le plus employeur étatsunien.

                                        D’autres éditoriaux dans la presse belge parlent du nouveau choix pour remplacer Barroso en regrettant les « choix de couloir ».

                                        bon j’ai pas été plus avant, pas le temps.


                                      • Antoine Diederick 8 mars 2014 20:47

                                        a la décharge de l’Ukraine, il faut bien dire que depuis longtemps ils ont payé le prix fort de vivre dans une région de marche....

                                        Pour l’instant, je suis indigné, je sais les indignations sont faciles et confortables quand on vit en Occident.

                                        Cette indignation renvoie aussi au rôle malhabile de l’Europe. On lisant des commentaires d’européens sur Internet, forums etc, il se dégage une impression bizarre. Bcp de gens , voient en Europe, cette grave crise comme l’occasion de relever les inconséquences européennes en matière de politique extérieure et d’exprimer ainsi un mécontentement. Mécontentement vis -à-vis de la presse en générale qui ressert une doxa et mécontentement vis-à-vis des institutions.

                                        la complexité ukrainienne est telle qu’il faut raison garder...

                                        A l’auteur, très bon article, merci.


                                        • legrind legrind 8 mars 2014 21:03

                                          Merci La Plume à Gratter, dommage qu’il n’y ait plus d’onglet « j’aime » Facebook sur Agoravox pour partager..


                                          • alinea Alinea 8 mars 2014 21:19

                                            Qu’en disent les presses étrangères ? aux US, en Europe ? Avez-vous idée du nombre de gens qui font ou approuvent cette vision de l’histoire et cette analyse - la vôtre que j’ai trouvée au demeurant admirable de clarté et de synthèse- ?
                                            J’ai écouté l’autre soir sur France Culture, des propos, certes modérés, mais qui allaient quand même dans ce sens...
                                            Je serais curieuse de connaître l’ampleur de l’endoctrinement , heureuse de voir celle du discernement.


                                            • Furax Furax 8 mars 2014 22:26

                                              Si vous avez le temps... Dix films d’une heure diffusés sur « Planète »mais disponibles actuellement sur Dailymotion.
                                              « Une autre histoire de l’Amérique »
                                              Voici le dernier :
                                              http://www.dailymotion.com/video/x1c0u64_une-autre-histoire-de-l-amerique-10-10-bush-obama-l-ere-du-terrorisme_news
                                              Remarquable travail sans concessions d’Oliver Stone. Le costume d’Obama est taillé !
                                              A la fin du visionnage on se rend compte que l’impérialisme américain est, de plus en plus, une menace terrible pour le monde.


                                              • alinea Alinea 8 mars 2014 23:51

                                                Furax : la petite leçon de morale, à la fin, n’est pas piquée des vers !
                                                Quant au 11 septembre, aucune remise en question naturellement ! c’est un tour d’horizon qui ne dévoile pas tout !!!


                                              • Furax Furax 9 mars 2014 12:49

                                                @Alinéa
                                                Pas TOUT, bien sûr, mais c’est pas mal.
                                                Dans un des épisodes précédents, il idéalise un peu trop (à mon goût) Kennedy, le seul qu’il ne fusille pas. Mais lisez son récit de la crise des missiles à Cuba. Palpitant.
                                                On y apprend que nous devons à peu près tous le vie à un sous-marinier russe !
                                                @Saint-Just
                                                « aucun européen ne donnera sa vie pour sauver Israël et pour défendre les Etats Unis dirigés par les juifs. »
                                                Dieu vous entende !


                                              • Jean-Michel Lemonnier Jean-Michel Lemonnier 9 mars 2014 09:06

                                                Vous faites bien de rappeler que l’expression « communauté internationale » répétée par la classe politico-médiatique ne désigne que les E.U.A. et une poignée d’Etats « alignés »...les « administrations » pas les peuples de surcroît.

                                                Votre article, qui traite de la crise ukrainienne, est l’occasion de rappeler que d’autres guerres sont toujours menées en Eurasie.
                                                Vous mentionnez la guerre contre la « Serbie/R.F.Y ». Si l’agression militaire de la fameuse « coalition internationale » remonte déjà à 15 ans et a eu pour conséquence de créer cet Etat failli qu’est le Kosovo, le « conflit » n’est pas terminée. Mais c’est vrai que les grands médias n’en parlent plus, laissant croire à ceux que ça n’intéresse que très peu que « l’affaire » est réglée. Pourtant, au moment opportun et avec le soutien de la Russie, les Serbes récupéreront (à quel prix ? ça reste à voir) ce territoire, berceau de la nation serbe.

                                                Rappelons, que l’identité des nations orthodoxes s’est forgée autour de l’Eglise, n’en déplaise aux crétins pour qui la religion est aspect négligeable dans les processus historiques de constitution des nations (comment croire dans le cas français, à part si on est un imbécile ou un idéologue que l’histoire de notre nation débute en 1789 ?)
                                                 
                                                En outre, ceux qui nient que le Kosovo, est le cœur historique de la Serbie et que cela relève du mythe sont souvent des historiens pro-Albanais ou pro-Croates (parfois par simple opportunisme) dénués de toute objectivité... et souvent financés par l’Union européenne et autres officines propagandistes euro-US...
                                                 


                                                • legrind legrind 9 mars 2014 11:37

                                                  Je vous entends d’ici crier « non, par pitié, pas lui ! »… 
                                                  Exact.


                                                  • smilodon smilodon 9 mars 2014 13:50

                                                    @ l’auteur : Sur ce site, mais dans un autre « article » j’ai donné ma façon de penser sur le sieur « BHL » !.... Ma toute petite voix contre une « tronche » hyper-médiatisée, invitée sur tous les « plateaux », et qui se voudrait « PHILOSOPHE » !....... Pour en avoir lu 1 ou 2 des « philosophes », ce type me semble le plus bel imposteur de ce mot !... Rien que de ce mot !.... Il est qui pour être sur les photos avec sarko pour la LIBYE, et maintenant avec le père « françois » pour l’Ukraine ???.... Mais merde, y’a pas un journaliste pour lui demander ce qu’il fait là, lui ????!!... C’est qui ce BHL, qui envahit nos écrans ??.. Sinon le « mari » d’une vieille blondasse pulpeuse et « chanteuse » ???!!.. C’est « ça » nos « exemples » ???... Nos « maitres à penser » ???.. On a plus que ce genre de type, pour nous dire quoi penser et où aller ???.. On en est là, vraiment ????? ... Alors c’est grave !... GRAVE !.... Adishatz.


                                                    • smilodon smilodon 9 mars 2014 14:04

                                                      On veut se mêler de tout !.. Normal, on est « Français » donc on sait bien ce qui est le mieux pour le reste du monde, de la Libye, au Mali, en passant par la « Centre-Afrique », et forcément l’Ukraine avec sa « Crimée », et tous les autres pays du monde !...Déjà à une autre époque n’avions-nous pas déjà compris « l’Algérie », le « Maroc », la « Tunisie » ??... Encore avant, ce qui reste de nos « territoires » d’outre-mer, on les avait bien compris aussi, non ???!!.... On est les champions de ce qu’il faut savoir !.. Les champions de « comment il faut vivre » !.. Les champions de tout !... La preuve, y’a un seul pauvre en France ??.. 1 seul mec qui cherche un job ??? 1 seul patient qui attende plus de 2 minutes dans nos urgences ???!!... 1 seul jeune français, de souche ou pas, qui se demande comment s’en sortir ???!!.. Ben non !!... Y’en a pas 1 seul de ces « gens-là » !.. Officiellement, y’en a plus de 3 millions !..... Et vous le croyez ce « chiffre » ??.. Regardez mieux autour de vous, dans ce pays qui sait tout, combien de gens dans les rues, sans rien !.... Et on veut faire la leçon aux autres ???... Avant de vouloir nettoyer l’immeuble en entier, commençons donc par balayer autour de notre pas de porte !....Commençons par le début !.. Après, pour donner des leçons de ménage aux voisins, on verra !....Adishatz.


                                                      • christophe nicolas christophe nicolas 9 mars 2014 20:37

                                                        Très bon éclairage, merci à l’auteur, donc c’est encore le pétrole. C’est totalement idiot, le temps de mettre tout cela en exploitation, le pétrole ne servira plus qu’à faire des pull en laine polaire.

                                                        On peut concevoir les moteurs autrement, c’est un peu comme le moteur stirling sauf que le cycle de carnot va un peu se faire bousculé. Théoriquement, je n’ai pas le droit de déposer un brevet car le surunitaire est interdit mais c’est nouveau, en fait, cela prend l’énergie de la chaleur environnante en jouant sur l’entropie, chose que l’on ne savait pas faire.

                                                        Le pétrole, ça va redevenir ce truc qui pue... votre voiture, elle va refroidir l’atmosphère ce qui fera plaisir aux écologistes sans jamais s’arrêter à la pompe ce qui fera plaisir à tout le monde en attendant la vraie maîtrise de l’antigravité.

                                                        Devinette : pourquoi les ovnis ne braquent pas l’or des banques centrale ? Parce qu’il n’en on rien à fiche !

                                                        Pourquoi survolent ’ils les bases des missiles nucléaires ? Parce qu’ils savent bien que ça détruit la vie et que ça dérègle leurs moteurs antigravité... 

                                                        Sinon, j’ai un conseil pour Peugeot. Si on désirait avoir un matériau insensible aux effets de dilatation à cause de l’ordonnancement des moments magnétiques, il faudrait des molécules de forme triangulaire, une sorte de contreventement moléculaire. Ceci n’est pas mon domaine, c’est celui du professeur Davidovits spécialiste des géopolymères qui sont des molécules en forme de pyramide. D’ailleurs, il traîne toujours près de celle de Kéops car il a compris que les égyptologues nous baratinent des élucubrations, la théorie de « we are des winners, yes, we can » ou « vous abrutis, vous écoutez salades de moi ». Que nous cachent ’ils ? Dieu, car les hommes de pouvoir n’aiment pas la concurrence, soit il l’ignore, soit ils le transforme en idole à leur service, pourtant.... il y a tant de preuves...


                                                        • Serpico Serpico 10 mars 2014 19:58

                                                          Un peu de pitié pour BHL. Le pauvre veut à tout prix jouer les André Malraux. Sa voix commence même à trembloter comme celle de l’intello du Général.

                                                          Le cerveau aussi tremblote mais ça c’est pas nouveau.


                                                          • Renaud Delaporte Renaud Delaporte 10 mars 2014 22:23

                                                            Après la Syrie et le soutien du terrorisme d’Al Qaïda, Hollande et son équipe soutiennent un putsch fasciste en Ukraine.
                                                            Ces collabos de la gauche caviar auront des comptes à rendre devant l’histoire.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès