• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Crise des nations : en finir avec l’innocence des peuples

Crise des nations : en finir avec l’innocence des peuples

"Quelle fessée leur a mis Grillo !!! Ca panique à Bruxelles, les actionnaires chient dans leur frocs !" ai-je lu dans l’un des commentaires de l’article du 2 mars sur le récent bouleversement Italien..

Bien que certains faits concernant cet homme soient tout à son honneur, son refus de percevoir la dotation après les élections, le repas qui s'en suivit à 16 euros par personne en banlieue, le don à cet immigré menacé d'expulsion... Je reste dans l’expectative…

Car il me parait évident que l'homme ou la femme qui pourra initier un changement, LE CHANGEMENT, ne sera pas du tout populaire, bien au contraire... Ne désignera pas "un ennemi" (ce qui nous arrange bien) responsable de tous nos maux mais nous mettra bien le nez dans ce qui ne sent pas très bon en nous démontrant par A+B quelle est notre part de responsabilité, non négligeable, dans le marasme économique dans lequel nous nous débattons...

Responsable, co-acteur de la crise, nous le sommes tous !

Des lors que je place de l'argent sur un plan d'épargne quelconque, que je contracte une assurance quelconque, une mutuelle santé ou tout autre produit financier sans chercher à savoir ce que devient cet argent « placé ». En accordant une confiance aveugle à qui me promet "le Pérou" soit de l'argent facile...

Mes versements sur mon plan d'assurance vie vont-ils aider une petite entreprise éthique qui rémunère correctement ses salariés et ne tire pas sur les prix des fournisseurs ? (Ce que l’on nomme en jargon politiquement correct « faire jouer la concurrence »)

Y ai-je même pensé auparavant ? non. Mes euros faisaient des petits. N'était-ce pas tout ce que j'attendais d'eux ?

 L'affaire de la viande de cheval et autres scandales du même tonneau tombent à point nommé pour nous ouvrir les yeux – sur l’effet domino de la cupidité qui n’épargne personne pas même le militant syndicaliste conspuant le « salaud de capitaliste » qui met la clef sous la porte de son entreprise… Se soucie t'il lui des conditions de vie du travailleur chinois qui lui a fabriqué son smartphone ? du salarié roumain qui a monté les pièces de sa voiture ? ou du chômeur que son choix d'abonnement téléphonique à très bas coût (en apparence) a contribué à créer en favorisant un monopole ?

 Cet argent que j'ai placé va t'il servir à spéculer sur le blé et autres matières premières au risque de mettre en difficulté les petites entreprises et d'appauvrir les populations puisqu’ inévitablement les hausses du prix de ces matières premières seront répercutés ?

Suis-je prête à perdre cet argent investi (sachant que c'est un placement à risque et que je ne possède pas en propre ce capital promis) pour le bien commun ?

N'est-ce pas parce que la politique de l'autruche est généralisée que nous en sommes là ? Tous impliqués petits et grands...

S'il n'y a pas prise de conscience de notre implication à tous, et donc de remise en question à la fois individuelle et collective, rien ne changera et nous pourrons toujours pendre les boucs émissaires désignés à la vindicte populaire (la gauche, la droite, les vieux, les riches, les banquiers, les américains, les immigrés etc…), il n'y aura pas (et j'en ai au fond de moi la certitude) de changement salvateur...

Quelle différence au fond y a t’il entre un trader qui spécule sur le blé et moi ? Aucune ! Ce premier dématérialise la transaction, moi je lui signe « un chèque en blanc » …

Bref, nous sommes les deux faces de la même pièce (l’une visible, l’autre invisible).

Le défi à relever, celui d’en finir avec le déni de réalité est de taille, car il y aura toujours des leaders politiques, des militants, des adeptes de telle ou telle idéologie pour tenter de nous maintenir dans le statut (plutôt confortable) de victimes du système, des autres, de tous les autres… sauf de nous-mêmes.

L’heure est grave mais tout n’est pas encore perdu…

C’est le moment ou jamais de faire appel à toutes les bonnes volontés, c’est le moment propice à la prise de conscience qui précède le vrai changement qui ne peut être qu’intérieur avant d’être extérieur plutôt que l’heure de la division, du déni et de la fuite en avant qui ne nous mènera nulle part.. Si ce n’est à l’écroulement à court terme d’un système économique que nous reconstruirons à l’identique faute d’avoir compris que celui-ci porte en lui les germes de sa destruction programmée…

Et ce n’est pas une question de chiffres, de pourcentage, de prélèvements sans vraie régulation… 0,1% de gain inique tombant dans les caisses de l’état, cela reste de l’argent corrompu par l’usage qui en a été fait… Ce que l’on appelle mésuser, soit faire mauvais usage de quelque chose, ne peut rien apporter de bon…

Il se produira toujours un effet boomerang.

 "Si c’est un despote que vous voulez détrôner, veillez d’abord à ce que son trône érigé en vous soit détruit.

Car comment le tyran pourrait-il dominer l’homme libre et fier si dans sa liberté ne se trouvait une tyrannie et dans sa fierté, un déshonneur ?"

 (khalil Gibran –« de la liberté »)


Moyenne des avis sur cet article :  3.3/5   (33 votes)




Réagissez à l'article

35 réactions à cet article    


  • robin 5 mars 2013 15:20

    Certes nous sommes tous responsables de l’état du monde en général et de la crise en particulier, mais entre le pauvre bougre qui se laisse séduire par les sirènes du Veau D’or à coup de matraquage quotidien et un de ses banquiers vereux qui ont savamment et sciemment organisé la planche savonnée sous la civilisation qui lui fera un prêt qu’il sait bien que le pauvre bougre ne pourra pas décemment rembourser, les torts sont loin très loin d’être partagés, même si ils ne sont pas évidemment tous du côté du bankster.



    • Inquiet 5 mars 2013 15:56

      S’il venait à arriver (ce qui est déjà le cas) que la plupart de nos compatriotes soit n’adhère pas à leur propre responsabilités citoyennes (en l’occurrence je dirais plutôt de consommateur responsable) soit plus simplement, faute de temps ou d’appropriation de la connaissance nécessaire à ces mécanismes,

      devrions-nous enterrer toute vélléïté contre nos oppresseurs ?

      La culpabilisation du « moins averti » est quelque chose de malsain, car elle permet que tout continue en rejetant la faute même sur ceux qui en sont victimes.

      Est-ce une technique de plus, une corde à l’arc des éléments de langage du NOM supplémentaire ?


      • Loatse Loatse 5 mars 2013 19:08
        « La culpabilisation du « moins averti » est quelque chose de malsain, car elle permet que tout continue en rejetant la faute même sur ceux qui en sont victimes. »

        Se culpabiliser ne sert à rien, ce n’était pas non plus le but recherché, Inquiet. A coupable, je préfère responsable..
         
        Se sentir co-responsables permet non pas de se lamenter sur soi même, ce que la culpabilité entraine, mais bien d’initier un changement, d’agir et sortir du statut de victime... en pesant sur le cours des évènements...ne serait que qu’en modifiant nos choix de vie, de consommation (entre autres)..

        En vivant les « yeux grands ouverts »...et de fait, nous ne pourrons plus ignorer ou faire comme si nous ignorons les conséquences de nos choix

        ou

        Laisser ce pouvoir à d’autres.... puis leur reprocher d’en faire mauvais usage


      • bobbygre bobbygre 6 mars 2013 12:56

        Laisser ce pouvoir à d’autres.... puis leur reprocher d’en faire mauvais usage

        Vous faites comme si ceux qui detenaient actuellement le pouvoir vivait un sacerdoce et que c’est consciemment que nous leur laissions le pouvoir. Mais le problème, c’est que le pouvoir ne nous appartient pas, le peuple est une marionnette tenue par d’innombrables fils qu’il ne voit pas.
        Et ceux qui détiennent le pouvoir (l’argent) ne le lâcheront pas facilement. Ils sont en train de se blinder, de se fortifier en vue du futur tsunami social qui ne manquera pas de déferler suite aux trop-pleins de misére, d’injustice, de colère, de rancœur etc...

        Pour moi, votre discours est censé et juste mais il occulte une bonne partie du problème. Il parle de nous autres, quidams de base mais il oublie de parler d’eux : ces très riches actionnaires, ces PDG de grands groupes, les grands pontes du monde politico-journaliste qui nous dirige etc... Quelle est leur philosophie ? Est-ce que leurs actes et décisions ne démontrent pas leur inhumanité, leur inconséquence et leur égoïsme ?

        Est-ce qu’avant de pouvoir de nouveau exercer le pouvoir de manière responsable, le peuple ne va-t-il pas avoir besoin de dégager ces fous dangereux ?


      • Loatse Loatse 6 mars 2013 14:28

        @Bobbygre

        Vous dites :

        Est-ce qu’avant de pouvoir de nouveau exercer le pouvoir de manière responsable, le peuple ne va-t-il pas avoir besoin de dégager ces fous dangereux ?

        Est ce que le fait de dégager ceux que vous nommer « ces fous dangereux », améliorera la situation ? est ce qu’un ou des « tyrans » détrônés ne laisseront pas place à d’autres tyrans ?

        est ce que la solution ne se trouverait pas ailleurs ?

        Dans le démantelèment de notre tyran intérieur, par exemple....


      • bobbygre bobbygre 7 mars 2013 08:26

        Je ne pretends pas que ce soit la solution (relisez-moi), je dis que c’est un prealable et un préalable indispensable car ce sont eux qui empechent d’autres solutions d’emerger. De nombreuses ressources sont aujourd’hui utilisés par nos dirigeants pour empecher toute alternative. Il va d’abord falloir se debarasser de cet étouffoir. Par exemple :

        http://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/europe/eu/9845442/EU-to-set-up-euro-election-troll-patrol-to-tackle-Eurosceptic-surge.html
        ou en francais :
        http://www.20minutes.fr/monde/1101639-lue-finance-patrouille-trolls-contrer-eurosceptiques-


      • Dany romantique 5 mars 2013 16:04

        Vous êtes un réac de chez chez réac. Des boucs émissaires... les banquiers qui aboutissent à privatiser même les Etats ? la spéculation sur de l’économie virtuelle et des capitaux flottants ? l’oligarchie capitaliste qui organise des faillites pour racheter à vil prix des unités de production ? Boucs émissaires les paradis fiscaux, les sociétés off-short, les transactions financières sur les matières premières ? C’est un ennemi invisible , c’est ça ? Ils siègent à Wall Street, la City, Hong Kong, cela s’appelle les marchés financiers. Pour la photo de famille il faut la prendre à Davos, c’est très concret. Cela s’appelle l’U.E. qui prospère sur le dos des peuples à genoux, tels la Grèce, le Portugal, l’Espagne, l’Italie. Avec des frontières passoires dérégulées, sans droits de douane, sans contrôle aux frontières, les travailleurs mis en concurrence au profit des actionnaires à travers l’Europe en débandade sous un dirigisme de technocrates non-élus. Une économie au nom du sacro-saint profit international, qui met les travailleurs des pays pauvres de l’U.E. en concurrence déloyale avec des pays low-costs qui travaillent pour 2,5 $/jour en prix FOB. C’est à dire 20 fois moins chers que chez nous. Il faut les égaler en baissant le coût du travail d’autant, c’est ça ?revenir à 2 semaines de congés et puis une retraite diminuée de 10% ? faire tomber les droits syndicaux ?

        La dette est une construction basée sur des intérêts illégitimes. Les 2000 milliards de dette sont constitués par 75 % d’intérêts et l’on voudrait nous présenter l’addition avec la vaseline ? Les Alain Minc, BHL, Jacques Attali, héritiers d’Adam Smith revus et corrigés par Mitton Friedman, peuvent se rhabiller. La croissance c’est zéro et les rendements financiers c’est du vol organisé.. 
        Si Grillo fait 25 % c’est une saine réaction, une saine révolte populaire. C’est la voix du peuple dans un pays démocratique. Cela va bousculer les habitudes bureaucratiques et les minables plans de redressement d’austérité, qui tournent dans le sens du vent c’est ç dire toujours à droite. Ca a commencé avec l’Islande qui a rendu illégitime la dette réclamée. La Grèce fera pareil, puis d’autres. 
        La caste des élites bourgeoises peut se cramponner, ce n’est qu’un début !
        Et ce n’est pas fini   

        • pierrot pierrot 5 mars 2013 16:23

          Attendons de voir Grillo à l’œuvre pour juger.
          Nous avions eu, anciennement, Pierre Poujade et bien d’autres populistes qui n’ont pas tenu leurs promesses.
          Son caractère de type « duce » ne plaide pas favorablement pour lui.


          • Danjou 5 mars 2013 17:19

            Excusez-moi mais je trouve les propos de votre article consternants. Si le peuple est coupable de quelque chose c’est d’avoir voté pour des politicards mystificateurs et souvent corrompus.

            Quant à la crise, remontez à l’origine : la compression des salaires compensée par l’accès au crédit débridé (transfert de 10 points de PIB entre salaire et capital) pour continuer à alimenter la consommation. Ceux qui ont subi sont-ils coupables ?
            Enfin, en quoi le fait de détenir une assurance vie devrait être considéré comme un acte immoral ? Ce sont souvent les économies d’une vie avec un rendement de 3% par an avant prélèvements. Cà n’est surement pas le bon filon pour faire fortune. Vous avez dit veau d’or ?
            Reste, et je suis d’accord avec vous, que la condition du travailleur chinois est une honte. Malheureusement c’est devenu le modèle à dupliquer.

            • Loatse Loatse 5 mars 2013 19:32

              @Danjou

              .. je dois vous paraître un peu abrupte dans mon raisonnement mais je sens que c’est lorsqu’on s’abstient de demander des comptes que tout est possible.. le pire (que ces économies sentent la poudre à canon ou le meilleur : qu’elles soient utilisées pour aider à l’achat de matériel d’une pme pmi qui débute par exemple et ce, à taux raisonnable)

              accorder notre confiance sans garantie que la personne, l’entreprise en qui nous la placons en est digne ne peut pas être sans conséquences...

              On peut aussi s’en laver les mains... ne dit-on pas que l’argent n’a pas d’odeur... ?




            • Le Yeti Le Yeti 6 mars 2013 09:18

              Si le peuple est coupable de quelque chose c’est d’avoir voté pour des politicards mystificateurs et souvent corrompus.

              On est bien d’accord ...
              ( Le Yeti :
              Orientation politique : la politique est une mascarade que je ne cautionne pas.

              )

              Quand on sait que les dés sont pipés et que l’on joue quand-même, il ne faut pas ensuite venir pleurnicher que l’on a perdu.


            • charlotte 5 mars 2013 17:45

              Non je ne suis pas coupable. Je ne suis coupable de rien. Je ne specule pas sur le ble, je n’expluse pas des gens de leur maison a cause des subprime, je n’encaisse pas les interets de la dette francaise, je les paye.

              Les coupables sont tous ceux dans le silence, qui ont vendus leur pays aux banques.

              Les populistes, il en faut, ne serait ce que pour faire peur au pouvoir. Et puis qui décrete de qui ou qui est populiste ?

              La nature de l’homme est ainsi faite, qu’il balance instinctivement en entraide et pouvoir. Cela est écrit dans nos instincts. Jusqu’à présent cette alchimie a fait evoluer le monde.

              Mais aujourdhui, la plupart des messages, tv, radio presse, s’adressent à notre cerveau primaire, ou limbique. Les peuples ne sont gérés qu’ainsi on exite leur plaisirs et on amplifie leur angoisse. Les media ne s’adressent jamais au neo cortex. Avez vous remarqué ? Le système met tous ces pouvoirs pour discréditer Grillo car le systeme est attaqué. Grillo sera détruit dans moins de 6 mois, ou alors il sera un sauveur et l’histoire gardera son nom.

              Quand à a savoir si Grillo est un sauveur ou un escroc, attendons, il est écrit :« On juge un arbre à ces fruits, si les fruits sont pourris, c’est que l’arbre est pourri ».

              Moi je crois que les choses vont changer, dans la douleur, mais cela arrivera. Et pour citer encore le même « Quand aux jours ou ces choses arriveront, personne ne le sait, pas même le Fils, seul le Père ».


              • Le printemps arrive Le printemps arrive 6 mars 2013 08:35

                Charlotte, nous ne sommes peut-être pas coupables (capable de coup) mais en tout cas responsables (capable d’une réponse).
                Grillo ne sera pas un sauveur, il ne peut être qu’une étincelle qui fera embraser les consciences.

                Les choses vont changer, c’est sûr. Il faudra juste que chaque individu prenne ses responsabilités sans les laisser à d’autres (quelque soit leur bonne volonté au départ) le moment venu et je pense qu’il y a une ouverture dans les mois qui viennent.

                remarque :
                « On juge un arbre à ces fruits, si les fruits sont pourris, c’est que l’arbre est pourri » : et la météo ! et les polluants ! et la qualité du terrain ! l’arbre est un bon bouc-émissaire...


              • Loatse Loatse 5 mars 2013 18:29

                @Saint Just

                Involontaire. je n’ai pas écouté ses meetings.. l’inconscient collectif sans doute.. :)


                • charlotte 5 mars 2013 19:44

                  qui a dit que grillo etait populiste ?

                  si c’est pour me repeter ce que dit la télé merci moi aussi j’ai télé

                  quand on dit de quelqu’un qu’il est populiste ca evite de prendre au sérieux son programme


                  • foufouille foufouille 5 mars 2013 19:45

                    il y a beaucoup de gens qui gobent TF1, mais pour les autres le travail sous dialyse

                    a part voter communiste, pas le PcF mais les 2 autres, il reste l’extreme" droite
                    peu de choix


                    • gaijin gaijin 5 mars 2013 19:54

                      OUI +++++++++
                      et avec une citation gibran ++++++++++++++++++


                      • Le printemps arrive Le printemps arrive 6 mars 2013 08:38

                        Remercions Loatse pour son article qui fait grincer quelques mâchoires coincées dans leur bipolarité habituelle.


                      • Gemini Gemini 5 mars 2013 21:26

                        Je trouve dommage de critiquer l’auteur sur ces bases, car il a à mon sens effectivement raison !

                        Nous condamnons les agissements des multinationales, mais, dans le même temps, nous continuons d’acheter leurs produits  ; nous pestons et nous enflammons contre les divers scandales sanitaires qui émaillent notre alimentation, mais nous continuons à bouder nos producteurs locaux  ; nous sommes tous inquiets du changement climatique, mais nous ne faisons que nous battre pour augmenter nos salaires et notre niveau de vie, nous continuons de prendre l’avion, la voiture, de ne pas faire attention à nos déchets, etc.

                        Donc, oui, nous avons une énorme part de responsabilité dans cette crise. Bien sûr que nous n’en sommes pas les principaux responsables, mais nous laissons faire, et nous continuons d’entretenir le système qui nous détruit.

                        Combien, ici, ne serait-ce que parmi les commentateurs d’Agoravox ont/font :
                        — déplacé leurs avoirs à la Nef, coopérative de finances solidaires  ;
                        — souscrit à Enercoop plutôt qu’à EDF et son nucléaire  ;
                        — adhéré à un service d’auto-partage pour les cas où la voiture leur resterait indispensable  ;
                        — remplacer, dès que possible, leur voiture par le vélo et les transports en communs  ;
                        — boycotter tous les produits des multi-nationales pour consommer dès que possible du locale  ;
                        — dans la même veine, boycotter les supermarchés pour faire vivre nos petits commerces  ;
                        — toujours dans la même veine, n’acheter comme nourriture plus que des fruits et légumes frais de saison, au marché, à nos petits producteurs du coin (et pas au revendeur qui a récupéré ses légumes à Rungis !), viande et charcuterie à l’éleveur du coin (en petite quantité bien sûr !), tout comme les produits laitiers, bières, vins, etc.
                        — fait le maximum pour économiser l’énergie (chauffage raisonnable, si les moyens financiers le permettent, isolation du logement, limitation au maximum des gadgets électroniques)  ;
                        — etc.

                        Oui, il y a une crise. Oui, nous avons notre part de responsabilité. Peut importe qu’elle soit petite ou grande. Nous devons déjà agir à notre niveau pour ensuite être légitime à transformer la société dans notre sens.


                        • foufouille foufouille 5 mars 2013 22:09

                          déplacé leurs avoirs à la Nef, coopérative de finances solidaires  ;

                          mdr
                          15% des depots et credits sont reels
                          — souscrit à Enercoop plutôt qu’à EDF et son nucléaire  ;

                          hyper cher sauf pour les bobos

                          — adhéré à un service d’auto-partage pour les cas où la voiture leur resterait indispensable  ;

                          essaye en campagne avec tes courses du mois

                          — remplacer, dès que possible, leur voiture par le vélo et les transports en communs

                          y en a pas, ou avec une remorque ton velo


                        • Dany romantique 6 mars 2013 05:01

                          C’est bien de vouloir prendre sa part de responsabilité ; mais ce comportement restera accessoire, comme une conscience écologique individualisée. Ce n’est pas à la hauteur du problème. Il faut considérer qu’il y a des acteurs majeurs dans un modèle systémique. Herbert Marcuse disait que nous étions des esclaves sublimés dans un rapport au travail aliénant et à la consommation qui gouverne nos désirs de façon subliminal. Le marketing (j’étais prof en cette matière) vient influencer nos comportements au grand profit des majors. Il y a un mimétisme de consommation pour jouer compact socialement.(tendances, modes, socio-styles identitaires).

                          Mais le problème soulevé n’est pas cela exactement. Nous sommes dans une démocratie bourgeoise qui délègue à des décideurs pendant 5 ans. Il manque au système le ressort du référendum populaire dans l’intervalle, ainsi qu’une class-action pour rééquilibrer le pouvoir des consommateurs vs les producteurs. En outre l’U.E. organise 70 % des réglementations applicables aux nations, sans une retouche possible.
                          Pour cet ensemble le peuple en a assez et cherche des voix politiques différentes et des voies nouvelles pour ne pas subir. 

                        • gaijin gaijin 6 mars 2013 07:28

                          « mais ce comportement restera accessoire, comme une conscience écologique individualisée »
                          l’avènement d’une conscience individualisée n’est pas accessoire !!!!
                          c’est la seule issue possible
                          ( ce qui ne signifie pas qu’il ne faut pas agir aussi a d’autres niveaux mais ça reste la priorité )
                          une société n’est que plus petit commun dénominateur d’un grand nombre d’individus, le problème c’est qu’un groupe constitué ( ou égrégore ) tend a réagir de façon hystérique......
                          la mondialisation en marche est en train de souder l’ humanité en un seul groupe ( voir a la rubrique crise « des subprimes » et autres .......) 
                          peut on encore accepter des crises d’hystérie qui entrainent des conséquences sur des milliards de personnes ?

                          votre terme est très juste bravo : une conscience écologique individualisée
                          mais en entendant écologique au sens large : qui comprenne l’économique, le politique etc
                          au demeurant qu’est ce que le vote ( en théorie ) : un acte individualisé de conscience politique
                          comment peut t’ on soutenir que l’on n’a pas besoin de plus de conscience ????
                          que c’est accessoire ?


                        • Loatse Loatse 6 mars 2013 11:47

                          @Dany Romantique

                          Vous dites : « C’est bien de vouloir prendre sa part de responsabilité ; mais ce comportement restera accessoire, comme une conscience écologique individualisée. Ce n’est pas à la hauteur du problème. »

                          Il l’est, à la hauteur du problème.. j’en suis sûre.. Ne sommes nous pas « le nombre »  ?

                          J’ai utilisé la métaphore de l’effet boomerang, je vais utiliser celle de l’effet papillon...avec un exemple concret sous forme d’anecdote.

                          Sur une ile, vivaient des primates (attention, je ne nous compare pas avec des primates, quoique... :) bref l’un de ceux-ci découvrit un jour un procédé lui permettant d’ouvrir ses fruits sans trop de mal.. la tribu par mimétisme adopta le procédé... jusque là rien de nouveau, rien d’extraordinaire..

                          Sauf qu’à des centaines de kilomètres plus loin, sur une autre terre immergée, au même moment un autre primate fit le même geste qui par mimétisme etc....

                          Qu’est ce qu’un président au fond, sinon qu’un représentant de la république et un gestionnaire et qui plus est, élu par une majorité qui lui signe un chèque en blanc pour 5 ans...

                          Qu’est ce qu’un traders, un banquier sinon un homme, une institution à qui nous laissons toute liberté de faire fructifier notre argent ?

                          qu’est ce qu’un grand patron malhonnête, si ce n’est un homme qui répond à nos demandes, lesquelles ne sont pas trop regardantes...voire pas du tout.........

                          Qui oserait aposer des étiquettes « non équitable, produit issu du travail de salariés exploités » à coté des produits équitables ? ou « produit non naturel, issu de l’exploitation intensive des terres » à coté des produits bio.. ?

                          Bref si les bases sont saines, solides, une « maison » ne peut s’ériger de guingois.. c’est techniquement parlant du domaine de l’impossible.






                        • Gemini Gemini 6 mars 2013 15:01

                          @foufouille
                          Quel argumentaire. Résumons : on ne peut rien faire. Que suggérez-vous donc ?

                          Reprenons tout de même vos objections :
                          — sur la Nef : vous racontez juste n’importe quoi. Pour les autres banques, c’est probablement vrai, mais pas chez la Nef. Lisez leurs bilans, renseignez-vous, au lieu de dire des âneries.

                          — sur Enercoop : je serais curieux de connaître votre définition de « bobo ». Le surcoût est certes, existant, mais faible, de l’ordre d’une dizaine d’euros par mois. Si vous considérez comme bobo toute personne qui ne peut même pas trouver 10 € par mois, beaucoup doivent être des bobos ! Ajoutons à cela le fait que bien sûr, dans le même temps, nous mettons en œuvre des économies d’énergie, diminuant d’autant notre facture. Je prends mon cas particulier : nous sommes passés de GDF + EDF à tout en électrique avec Enercoop, et bien, nous avons dépensés MOINS ! Malgré le surcoût, nous avons fortement revu nos consommations à la baisse en parallèle. Très bobo de payer moins effectivement.

                          — autopartage : c’est sûr qu’à la campagne … C’est un choix de vie qu’il faut assumer. Ceci étant dit, même à la campagne, avec un minimum de jugeote, il est possible de s’organiser, par exemple partager une voiture à plusieurs voisins.

                          — transports en commun : même remarque que ci-dessus. Et encore, même à la compagne, il y en a ! Bien sûr, ils n’ont ni la densité ni la fréquence de ceux des villes, mais il y en a. La remorque sur le vélo est également une bonne idée. Je l’envisage prochainement d’ailleurs. Quant aux coins où il n’y en a pas du tout ben … fallait réfléchir avant. C’est un choix de vie. Si l’on choisit de se rendre dépendant de la voiture, il ne faut pas venir pleurer après, et ne pas prétendre que ce n’est pas notre faute.


                        • Gemini Gemini 6 mars 2013 15:19

                          @Dany romantique

                          Lorsque vous écrivez que « comme une conscience écologique individualisée », vous avez parfaitement raison.

                          Ce n’est bien entendu pas suffisant. Mais c’est une première étape indispensable. La suite consiste bien sûr à faire au mieux pour convaincre nos concitoyens de faire de même et inciter nos politiques à prendre en compte ces aspirations. Et c’est là où, effectivement, je vous rejoins aussi, au moins partiellement sur les problèmes de notre démocratie actuels, du fait du manque de démocratie réelle. Les décisions prises devraient nous impliquer beaucoup plus.

                          Cela pose alors la question de comment nous allons convaincre du bien fondé de notre approche. Et pour ce faire, si déjà, nous ne faisons pas ce changement, ces expérimentations nous même, alors nous n’avons aucune légitimité pour le demander aux autres.

                          Donc, oui, c’est certes insuffisant mais ça reste nécessaire, et même indispensable.


                        • gaijin gaijin 6 mars 2013 16:26

                          loatse
                          « je ne nous compare pas avec des primates, quoique... :) »
                          perso j’ai rebaptisé notre espèce : singes sapiens ça me paraît plus conforme a la réalité
                          quand au genre homo je considère qu’il apparaitra avec l’établissement du type de conscience dont vous parlez ....
                          pour le reste encore et toujours oui ++++++++++++


                        • bobbygre bobbygre 7 mars 2013 09:39

                          A lire le fil, j’ai l’impression que les deux camps ont a prendre dans le camp de l’autre.
                          Une prise de conscience générale est nécessaire. Bien sur que chacun est responsable de ses actes et sans cette prise de conscience, rien ne pourra evoluer 
                          Mais il me parait evident qu’une evolution positive de la conscience indiviuelle ne pourra pas se produire dans le système actuel. La plupart de nos concitoyens (et je ne parle pas de ceux qui débattent sur le net) sont sevrés au système de consommation actuelle. Ils sont dans un état d’hébetement et de perpetuelle course en avant/insatisfaction. C’est flagrant. Pour ces personnes, envisager le lendemain est déjà un luxe bien rare. La plupart d’entre nous vivons au jour le jour sans perspective.

                          Ce qui est logique puisque c’est tout le ssytème qui est dans un sorte de gigantesque course en avant.

                          Bref, avant d’esperer la venue d’une nouvelle conscience plus responsable, il faudrait déjà détroner ceux qui en empechent l’avenement (les detenteurs du pouvoir actuel).
                          Il me semble que vos messages ne sont pas contradictoires, vous ne mettez pas la priorité au même endroit.


                        • Le Yeti Le Yeti 6 mars 2013 09:11

                          — Message EXCLUSIVEMENT PERSONNEL @ Loatse ---

                          Respect l’ami ....

                          Respect car personnellement il n’y a rien à tirer du fait de remettre les gens face à leurs propres responsabilités (suprême sacrilège) mais en plus c’est la garantie de recevoir une volée de bois vert.
                          C’est pourtant l’une des plus belles formes d’altruisme.

                          Conseil strictement entre nous (et je ne m’adresse effectivement à personne d’autre !) :
                          N’oublies jamais le cerveau reptilien !
                          Les gens ne veulent entendre que ce qui va dans leur sens, qui est facile ou agréable. Demandes donc à Cassandre ce qu’elle en pense.
                          L’effet boomerang par exemple ... Pour la plupart des gens cela n’existe pas ou n’arrive qu’aux autres car le ’’retour’’ se fait dans le futur or dans leur esprit seul le présent existe.
                          Ce n’est pas (que) une faute, c’est, parmi d’autres choses, dans le nature humaine.

                          ’Un’’ jour on m’a dit avec toute la véhémence que tu devines « Ouais, toi tu laisse crever les autres !! ».
                          Non ! Je ne laisse pas crever les autres , ce sont eux qui se laissent crever ; moi je ne fait que respecter leur choix.
                          Je les ai largement mis en garde et bien souvent aidés ou guidés comme je le pouvait. Et de plus, dans les faits et dans les actes, je suis loin d’être celui qui n’en le plus ’’rien à foutre des autres’’ mais ça non plus les gens ne supportent pas que je leur fasse remarquer.
                          Maintenant, comme j’en ai plus que marre d’en faire les frais et qu’en définitive ce n’est ni ma merde ni ma responsabilité ...

                          Médites là dessus ...

                          En tout cas bravo, preux chevalier.


                          • Loatse Loatse 6 mars 2013 11:13

                            Merci à toi Yéti mais sache qu’écrire ce texte m’a autant malmenée que le fut le lecteur en le parcourant..

                            Quand à aider ou guider c’est délicat. Les autres, toi comme moi même n’aimons pas etre menés là ou nous ne sommes pas prêts à aller (c’est d’après ce que tu écris, quelque chose que tu as vécu)... D’ou la résistance, sous forme de colère ou de déni..

                            Mais ces réactions sont positives contrairement à l’indifférence.. :)


                          • Loatse Loatse 6 mars 2013 13:46

                            peut-être pas... 2 euros qui se battent en duel sur un vieux livret d’épargne...et 10 euros par an d’’assurance obsèque... (pour un capital de 1000 euros) smiley

                            Voilà, vous savez tout..




                          • Mani Mani 6 mars 2013 13:08

                            Merci a Laotse pour ce texte.


                            Même s’il semble provoquer une certaine colère de certains à l’idée d’être considérés comme responsables de la situation, il laissera à coup sûr une trace dans les esprits, en mettant le doigt sur une réalité bien difficile à accepter pour chacun d’entre nous, mais capitale.

                            Bien sûr ni vous ni moi n’avons établit ce système dans lequel nous tous sommes censés nous débrouiller.
                            Mais comment nier qu’a travers nos comportements, du moins ceux que nous sommes censés avoir, il est implicite et accepté collectivement d’impacter négativement son environnement, autant social que géographique ? (matériel fabriqué par les « esclaves chinois », pollution systématique par l’énergie nécessaire à « tout », enrichissement des industriels de la grande distribution au détriment des petits producteurs et de notre santé, déchets générés par tout ce que nous consommons...et les innombrables dommages collatéraux et réactions en chaines qui découlent de nos petit actes quotidiens bien huilés de consommateurs des « pays riches », mais aussi de ceux des pays pauvres bien sûr...)
                            Notre mode de vie engendre par défaut beaucoup plus de « négatif » que de « positif » sur ce qui nous entoure, et cela d’après une idée originale qui promettait à chacun dans son individualité sacrée d’accéder à une vie meilleure (devenir plus riche pour acheter son confort et ses loisirs) même s’il fallait pour cela dégrader la vie d’autrui et la nature. Mais, et bien que cette approche totalement discutable fut motivée et instaurée par une poignée de puissants de tous bords pour qui l’(es) intérêt(s) personnel(s) est un Dieu et convertir le monde fut un but, atteint, ce modèle n’est aujourd’hui qu’une illusion ! 
                            Nous courons maintenant après l’ombre sinistre et intouchable du modèle de société qui à déjà corrompu (et déçu) les générations précédentes...

                            C’est là que se joue la responsabilité dont parle l’auteur. Pour que les choses changent, il faut que les mentalités évoluent.
                            Il faut déjà faire l’effort de « grandir » et de se détacher du « paternalisme d’état ». Il faut devenir adulte pour penser par soi même et vivre en accord avec ses convictions personnelle profondes, et non avec les « convictions collectives instituées » qui prônent l’individualisme et le « chacun pour soi ».
                            C’est tout. Ou presque.
                            De ce point de départ tout (re)devient possible. 
                            Il « suffit » de cesser de ne penser qu’a soi, car c’est cela qui nous à mis dans cette situation plutôt catastrophique. 
                            Nous sommes tous (TOUS, en france mais partout sur la planète, en europe, dans les pays du « tiers monde », en Amérique Latine ou aux USA) dans le même bateau, et il est indiscutable que survivre ensemble est bien plus facile (et agréable !) que les uns contre les autres.
                            Il faut que l’idée (qui n’est pourtant pas neuve) fasse sont petit chemin dans les esprits, et nous y serons !

                            • Loatse Loatse 6 mars 2013 14:15

                              Merci à vous Mani pour votre contribution.

                              "Nous sommes tous (TOUS, en france mais partout sur la planète, en europe, dans les pays du « tiers monde », en Amérique Latine ou aux USA) dans le même bateau, et il est indiscutable que survivre ensemble est bien plus facile (et agréable !) que les uns contre les autres.
                              Il faut que l’idée (qui n’est pourtant pas neuve) fasse sont petit chemin dans les esprits, et nous y serons !« 

                              Tout à fait d’accord, Mani ! J’y rajouterai juste une petite suggestion : Tant qu’à se projeter dans l’avenir ensemble et initier un changement, pourquoi ne pas envisager de vivre plutôt que de survivre ? ;) Cela dit, nous sommes effectivement sur le même bateau.. Il serait dommage de baisser les bras ou d’attendre qu’un sauveur réponde à lui tout seul à nos attentes...

                              vivre en accord avec ses convictions personnelle profondes, et non avec les « convictions collectives instituées »

                              Je plussoie, avec bonheur même ! Débranchons nous aussi, tant qu’à faire, du mode »pilotage automatique« et je suis persuadée que les résultats ne se feront pas attendre..

                              et pour les sceptiques, un petite citation de Mark Twain qui me vient là à l’esprit :

                               »Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait"..... smiley






                              • Mani Mani 6 mars 2013 14:46

                                En effet, vivre ensemble aurait été plus approprié, plus optimiste.

                                Disons que c’est presque une faute de frappe ;)
                                Concernant la Tv, j dois dire qu’en ce qui me concerne elle m’inquiète vraiment. Au delà des absurdités qui en abondent, elle a finie par habituer les gens à quelque-part n’être que des spectateurs, du monde mais aussi de leur propre vie à défaut d’en être un véritable acteur...et cela est suffisamment ancré pour qu’un quidam lambda (et en dehors de tout jugement généraliste) qui lirait ton article et ces quelques échanges nous considérerais comme des « complotistes » (les fameux..), fascistes, anti sémites ou que sais je ...
                                Bref essayer d’inciter les gens à réfléchir par eux même est aujourd’hui un exercice bien périlleux car allant à l’encontre de la bonne vieille pensée unique...

                                Je conclurais par une citation non moins fameuse bien que très « classique », mais tellement pertinente d’Albert Einstein, ce visionnaire intemporel :
                                « Le Monde est dangereux à vivre, non pas tant à cause de ceux qui font le mal mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire. »
                                No comment...

                              • Loatse Loatse 6 mars 2013 14:36

                                A tous

                                Je dois m’absenter quelques heures.. (jusque vers 17 heures) merci pour votre attention et vos contributions..


                                • gogoRat gogoRat 25 juillet 2016 16:52

                                  Salut l’absentée ! 
                                   Je ne découvre cet article qu’à l’instant, et ça m’inspire l’élan de trinquer « - à la santé » !
                                   
                                  " Le défi à relever, celui d’en finir avec le déni de réalité est de taille, car il y aura toujours des leaders politiques, des militants, des adeptes de telle ou telle idéologie pour tenter de nous maintenir dans le statut (plutôt confortable) de victimes du système, des autres, de tous les autres… sauf de nous-mêmes.« 
                                   
                                   
                                   Ben oui quoi, plutôt que de se vouloir  »dans la place«  ou  »dans le statut", l’essentiel , pour résister, c’est d’abord de garder la santé !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Loatse

Loatse

...


Voir ses articles







Palmarès



Partenaires