• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > G.A.F.A. l’acronyme d’un quatuor qui accapare notre (...)

G.A.F.A. l’acronyme d’un quatuor qui accapare notre existence

Faites gaffe aux G.A.F.A. ! Google, Apple, Facebook et Amazon, ces dynamiques lutins créatifs de la Silicon Valley qui depuis une bonne dizaine d'années tissent la toile mondiale de la consommation.

http://high-ti.com/google-utilisera-desormais-vos-photos-vos-noms-fins-publicitaires/

 Le premier luron devenu larron, Apple, nous vend des objets communicants, ordinateurs, tablettes ou smartphones et, avec son Apple Store met à notre disposition toutes sortes d'applications, jeux, et contenus culturels. Embarqué sur un de ses véhicules high-tech d'Apple, Google se charge, avec son moteur de recherche, de nous guider dans ce grand bazar géant, ce "souk planétaire" qu'est devenu le monde de la connaissance, de la culture, de la distraction et plus généralement de la consommation, en prenant au passage de solides commissions avec les commerçants et autres marchands que l'on est susceptible de rencontrer. Il s'intéresse aussi beaucoup à l'émergence de cet homme bionique et aux prothèses électroniques qui équiperont demain l'humain. Facebook, c'est le café du commerce ou le café de Flore suivant les cas, le dernier salon où l'on aime se faire voir et où l'on échange bons mots et photos, mais attention les murs électroniques ont des oreilles et les serveurs sont kleptomanes. Le dernier larron Amazon joue, moyennant commission, tantôt au concierge du Georges V, ou au porteur de paquets et occasionnellement au Père Noël ; bientôt il sera aussi livreur de pizza, ou coursier à domicile avec ses petits drones télécommandés. A cette bande des quatre il faudrait ajouter Microsoft, Yahoo et quelques autres.

A portée de clic tout devient possible : communiquer avec l'autre bout du monde, échanger, lire, apprendre, écrire, jouer, écouter "sa" musique, voir "ses" films, acheter, se distraire, préparer un voyage, acheter encore, de nuit comme de jour, la semaine ou le dimanche, que l'on soit dans son lit ou au beau milieu de l'océan. Nos boys électroniques se chargent de tout, absolument de tout. En nous observant en permanence, ils ont appris à mieux nous connaître et ils anticipent nos désirs, excitent nos pulsions. Ils se chargent aussi de stocker les romans et essais que l'on aime, les sons que l'on préfère, ils archivent sur des nuages nos écrits, nos photos, nos films, notre acte de naissance et nos factures, ils nous livrent notre dernier caprice. Pour tout cela ils ont peu à peu sélectionné leurs fournisseurs qui, pour être en bonne place sur leurs écrans, doivent verser un bon pécule à nos lutins. Progressivement on leur a confié nos vies, et tous les accessoires qui vont avec, à ses serviteurs virtuels prévenants, zélés et efficaces. Avec le temps on perd de vue le libraire du quartier ou le commerçant du coin ; nul besoin de se déplacer, de faire la conversation au vendeur, de courir d'une boutique à l'autre pour se faire une opinion, de faire la queue devant une caissière ronchonne pour un dernier achat, tout est à portée d'écran. En fonction de mon profil de consommateur, l'objet le mieux adapté me sera toujours proposé au meilleur prix et au bon moment. Pas besoin de se prendre la tête ; En toute discrétion ils se chargent de tout. On ne saura rien des fournisseurs qui refusent de payer leur contribution et disparaissent. On ne connaîtra rien des conditions de travail de ces milliers d'employés contraints d'exécuter des taches répétitives et ingrates, de "ces "eacher", pour réceptionner les marchandises et les enregistrer informatiquement ;ces "stower", pour les ranger dans les kilomètres d’étagères de l’entrepôt ; ces "picker", pour arpenter les allées et rassembler les produits commandés ; ou les "packer", pour les emballer avant expédition." ( lire " Amazon : le Père Noël est une ordure").

Grâce au succès planétaire de ces entreprise du net, tout va pour le mieux dans ce meilleur des mondes. Par leur valorisation, Wall Street atteint des sommets. Avec "ce sentiment de richesse" retrouvé ( pour certains ), l'économie mondiale, aux dires des experts, serait à nouveau sauvée.

CES NAINS DEVENUS DES GEANTS DE PLUS EN PLUS VORACES

Avec des montagnes de cash,

En quelques années ces petits marmots du net sont devenus des ogres voraces. En 5 ans la capitalisation de la pomme de Cupertino a augmenté de plus de 450 % et représente 470 milliards de dollars et est la première capitalisation mondiale, Google le talonne et prend la seconde place avec plus de 400 milliards de dollars. Apple ne sait plus que faire de son cash, elle en vient à racheter ses propres actions pour "booster" le cours de l'action et le dividende de ses actionnaires. "En deux ans, cette montagne de cash a été multipliée par 2,5, pour atteindre 137 milliards de dollars, plus que ses fonds propres. Un mur d'argent que Total mettrait dix années de ses bénéfices à bâtir" ( lien)

En payant le moins d'impôts possible,

Alors qu'elles profitent pleinement des infrastructures nationales dans les domaines de l' énergie et des réseaux mis en place par la puissance publique et aussi de personnels qualifiés grâce aux écoles et universités locales, toutes ces entreprises globales de la toile mondiale se moquent des frontières des Etats-nations et de leur souveraineté économique en pratiquant la mise aux enchères inversées de leur contribution fiscale. En Europe, l'Irlande remporte la palme de ce moins-disant fiscal, aux Etats-unis, c'est le petit Etat du Delaware qui permet une optimisation fiscale particulièrement efficace. Ces derniers jours on apprenait que la France réclame 1 milliard d'euros à Google. S'il se concrétise ce sera le plus gros redressement de l'histoire fiscale française. ( lien ) Mais les négociations se poursuivent et il ne fait aucun doute que l'Etat français devra se montrer arrangeant en la matière. A titre de comparaison,en France, l'entreprise "Vente-privée" paie plus d’impôts que Google, Apple, eBay et Amazon réunis ! ( lien )

En détruisant des emplois,

Google n’est plus un simple moteur de recherche, mais un entremetteur qui prélève une rançon de plus en plus élevée sur tous ceux qu’il référence. En orientant le consommateur vers les sites de ventes qui collaborent, en mettant aussi directement en avant des produits à travers sa boutique Google Shopping, il fragilise de nombreux autres modes de distribution. D'après une étude de l'économiste Pascal Perri ce sont 12 000 emplois qui sont menacés en France dans ce secteur. ( FNAC, La Redoute, Darty, les librairies Chapitre, agences de voyage, ) ( lien ). N'y aurait-il d'autres formes de développement que ce darwinisme économique et social sans cesse renouvelé ?

En accaparant nos données personnelles,

Chaque jour l'ogre "Grosse Gueule" accumule dans ses " data-centers" des millions de données personnelles de par le monde( e-mails, photos, adresses etc...) ."En quinze ans, le moteur de recherche est devenu une puissance mondiale sans précédent dans l’histoire. Ses capacités de surveillance et de mémorisation dépassent déjà ce qu’aucun service de renseignements, y compris ceux des dictatures, n’a jamais pu collecter. Et cette masse de données amassées est en perpétuelle augmentation (à lui tout seul Google possède 2 % de tous les ordinateurs de la planète). (lien )  Face à ces atteintes à la vie privée, la Commission Nationale Informatique et Liberté ( CNIL ) a frappé un tout petit coup en contraignant le géant à afficher pendant quarante-huit heures sur la page d’accueil de Google France, ce samedi 8 février 2014, , à la façon d’un bandeau sur la couverture d’un magazine people : "La société Google a été condamnée à l’amende maximale de 150.000 euros pour manquements à la loi informatique et libertés". Le montant de l'amende va-t-elle modifier la politique en la matière de cette entreprise globale ? on peut en douter.

Ce mercredi 12 février, Le Président François Hollande devait rencontrer le président de Google. A-t-il abordé les problèmes de fiscalité et celui de l'utilisation de données personnelles ? On peut en douter. Il aurait fallu une attitude commune de l'ensemble de la Communauté européenne, l'initiative individuelle de notre président risque d'être sans conséquence.

en accaparant le pouvoir créatif : vers l'homme bionique

S'accaparer l'intimité de nos vies, de tous les objets de la connaissance, du savoirs et de la création artistique et tout ce que produit l'intelligence humaine ne suffit plus. Google continue à avancer masqué et se doit d'être présent partout où il y a création.

Avec l'argent accumulé, les génies Larry Page et Sergueï Brin, cofondateurs de Google ont acquis une gigantesque force de frappe. Ils ne cessent d'acquérir des entreprises dans les domaines de l'intelligence artificielle et de la robotique, ( voir la vidéo sur son Google Car ), ils investissent aussi dans le séquençage de l'ADN et dans le domaine rémunérateur de lutte contre la mort. Dans les NBIC (nanotechnologies, bio-ingénierie, informatique et cognitique) Google devient incontournable. Avec son mystérieux laboratoire Google X, l'entreprise travaillerait ainsi sur des centaines de projets ( lien ).

Bientôt, avec nos données personnelles glanées au fil du temps, des robots pourraient bien nous accompagner au plus près dans toutes les tâches du quotidien, reproduisant nos comportements pour mieux nous manipuler. (lien ) Que nous restera-t-il alors ?

Faut-il partager l'optimisme de Michel Serres ? : "Google est une puissance unique dans l’histoire, peut-être plus forte que Rome ou l’Empire britannique, mais dans le même temps, grâce au numérique, un individu seul, que j’appelle “Petite Poucette”, peut avoir accès à tous les autres et contrebalancer cet énorme pouvoir. C'est ainsi que Snowden a pu démasquer la NSA."

Si tout à chacun pourra toujours s'émerveiller avec la puissance des données que Google met à notre portée et sur les capacités d'un individu de faire ponctuellement le "buzz" avec une photo,ou de déclencher un mouvement d'indignation ou de protestation, il est à craindre que rien n'arrêtera la domination sur nos vies de ces magiciens des temps modernes si on ne prend pas les mesures pour limiter et encadrer leur champ d'action. Au nom de l'innovation et du progrès sommes-nous condamnés à tout accepter jusqu'à remettre en cause un minimum d'humanité et de justice sociale ?

"L’Internet siphonne nos emplois, nos données, nos vies privées, notre propriété intellectuelle, notre prospérité, notre fiscalité, notre souveraineté. Nous allons donc subir ce bouleversement qui mettra un terme à notre modèle social et économique". Ainsi s'exprime Pierre Bellanger fondateur et président de Skyrock dans un livre intitulé " La souveraineté numérique ".

Il faudrait que l'élite politique se réveille, cesse d'être à la remorque de ces géants et reprennent la main dans le développement des technologies numériques par une politique volontariste dans ce domaine. Mais on peut douter de la volonté réelle des gouvernements de débattre des choix à faire en matière de développement et de maîtrise d' une toile qui nous enferme dans un seul modèle de développement : le plus juteux pour les géants du secteur aux dépens d'une économie régulée émancipatrice au service du plus grand nombre.

Roland Gori dans un article du Huffington post de ce 11 février affirme : "Les politiques, au nom du bonheur matériel, des exigences de consommation et de bien-être auxquels les marchés prétendaient répondre, cèdent leur pouvoir de décision et d'initiative. Ils se désistent au profit d'un système dérégulé, affolé, incontrôlable, dont plus personne, ou presque, ne possède la maitrise se contentant d'en exercer la fonction. La technique, encore elle, décide pour nous. Dans tous les domaines les automatismes tendent à prévaloir sur la liberté. Bien sûr pas les automatismes d'antan, mais des automates souples, fluides, numériques, captant et façonnant insidieusement les conduites humaines. Ils n'aident plus à la décision, ils la prennent." ( lien )

Déjà, tout au long du XXième siècle, les machines avait dépossédé l'ouvrier de ses gestes et de ses savoir-faire pour en faire un servant, un prolétaire qui n'avait plus que l'énergie de son corps et du temps disponible à vendre. Les gestes sont devenus répétitifs, les tâches professionnelles sont de plus en plus ingrates, dénuées de tous sens pour ceux qui les accomplissent. Ensuite la mondialisation des échanges, avec la mise en concurrence des travailleurs du monde entier à mis à mal les acquis sociaux, et a fini par dévaster les classes populaires. Avec l'aide de la télévision et de l'industrie des médias et de la publicité, un mode de vie standardisé à l'échelle du monde s'est progressivement imposé. Avec l'augmentation du pouvoir d'achat moyen de l'ensemble de la population de la planète ce XXème siècle a été aussi le siècle du consumérisme et de l'émergence d'une classe moyenne grande consommatrice de biens et services. Comme on avait dépossédé l'ouvrier de son art, il fallait maintenant s'attaquer à la personnalité et à la souveraineté de ces nouveaux consommateurs pour les dépouiller à leur tour de tout arbitrage. C'est à quoi nos quatre larrons et leurs confrères se sont attaqué en bridant définitivement la consommation au mieux de leurs intérêts.

Ainsi " le capitalisme, après avoir optimisé la production, c'est-à-dire les conditions de sa subsistance, par la machinisation de la production, en vient à prolétariser non plus seulement le producteur, mais bien le consommateur, qui n'a plus que son âme à vendre, c'est-à-dire son temps de conscience : il s'agit de soumettre toute existence aux impératifs de la subsistance." (Bernard Stiegler :" De la misère symbolique" Edition Champs Essais page 263. ).

Si rien n'est fait, demain nous risquons bien de n'être que des êtres solitaires et vides. Le jour, dans des hangars plantés au milieu de nulle part, conducteurs de chariots chargés de paquets, dont on ignore la destination, le soir happés par des écrans vers un monde virtuel et illusoire à la recherche d'un bonheur perdu.

En attendant, depuis hier, j'utilise le moteur de recherche QWANT., histoire d' essayer de jouer à "la petite poucette" chère à Michel Serres et dans le même temps contribuer à mettre en pratique les "ABCD de l'égalité", enseignement jugé en haut lieu fondamental, au lieu de préparer les garçons et les filles d'aujourd'hui, à affronter un monde qui, si on y prend garde, risque d' entrainer la majorité d'entre eux dans le néant et la désespérance.

LA SCIENCE DU PARTAGE


Moyenne des avis sur cet article :  4.07/5   (30 votes)




Réagissez à l'article

38 réactions à cet article    


  • Pillippe Stephan Uraniumk 13 février 2014 11:56

    pas de G.A.F.A. chez moi

    bon déjà
    Le moteur de recherche le plus confidentiel au monde

    réduction de l’utilisation du téléphone
    serveur vocal privé (discutions a 2, en groupe )
    possibilité de détourner le serveur a d"autres fonctions (sécurité personne et logement via un micro)
    http://www.serveur-ts3.com/


    • Karol Karol 13 février 2014 12:20

      Merci pour les conseils, afin de disparaître des écrans radar de big brother....


    • bnosec bnosec 13 février 2014 12:34

      Merci, je ne connaissais pas Ixquick, je vais essayer.

      Pour l’instant j’utilise duckduckgo, à comparer donc...


    • izarn izarn 13 février 2014 13:23

      Qu’est ce qu’on en a à foutre ? Quenelle à Google, Apple et les autres...
      Peut-on croire que l’humanité puisse se faire manipuler par ça ?
      On voit au contraire que les pouvoirs ont la trouille du net : Wikileaks, Snowden, Dieudonné, Meysan, Reopen911, RusseEurope, DeDefensa, Jovanovic, Soral, la liste est encore longue...
      Je ne crois pas à cette paranoia qui risque de donner simplement aux fascistes le pouvoir (illusoire ?) de controler le net.
      La encore, un article de propagande issu des bureaux de Valls...
      Le net dangereux ! Elle est bien bonne celle-la !C’est comme de dire que les routes sont dangereuses, parcequ’elles donnent libre court aux gangster, aux envahisseurs, ou aux flics de Valls, à la CIA et au Mossad....
      Mais n’importe quoi !


    • 1984 13 février 2014 14:28

      Izarn, c’est bien de jouer les snipers, mais encore faut t-il régler son viseur !


    • 1984 13 février 2014 14:41

      Uraniumk, la ressemblance entre https://www.ixquick.com/fra/ et https://startpage.com/ est troublante.
      Je me demande parfois si il n’y aurait pas un intérêt pour certains à nous faire croire à des moteurs de recherches « cleans » ???
      C’est le problème de la guerre de l’information, on tourne parfois avec raison à la paranoïa !


    • trobador 13 février 2014 17:55

      Ixquick et startpage c’est la même chose. Bien que startpage soit financé par google, ce n’est quand même pas google, mais bon on peut toujours se méfier.
      Par contre je viens de jeter un œil à QWANT et c’est une vraie merde - plus nul/commercial tu meurs :
      exemple :
      Je recherche « recette rôti de porc » et là je vois que ma recherche WEB compte pour un quart - les 3 autres quarts sont :
      1) shopping (plutôt crever)
      2) social (là c’est carrément débile comme retours)
      3) actualités (pfff...)

      je reste sur ixquick... et sur linux.
       


    • Gégé 13 février 2014 21:34

      Idem, Duck duck go


    • alinea Alinea 13 février 2014 12:09

      C’est effrayant ! C’est insidieux, dans l’immédiateté les consommateurs n’y voient que du bonheur, une magie qui émerveille l’enfant, comme les cierges magiques de Noël !! Personne n’a plus conscience des conséquences de ses actes et la responsabilité est à ce point diluée qu’elle n’existe quasiment plus !
      Mais où donc est passée l’âme ??!!!


      • Karol Karol 13 février 2014 12:31

        Toutes ces innovations nous enfument et nous appauvrissent irrémédiablement au sens propre et au sens figuré.
        Réagir, résister, alerter c’est tout ce qui nous reste à faire. Comme vous le dîtes si bien dans votre texte du jour « pourquoi suis-je réac ? » la réaction n’est pas l’exclusivité des nostalgiques d’un ordre révolu.


      • trevize trevize 13 février 2014 14:20

        Internet, c’est juste un outil. Comme tous les autres outils, on peut l’utiliser utilement, ou pour se faire du mal.

        Je trouve ça un peu violent quand même de dire que ça ne fait que nous appauvrir. On trouve là-dedans une somme de connaissances astronomique.
        Vous voulez apprendre à fabriquer un objet ? visitez ce site, et dites-moi que vous vous sentez appauvri après http://www.instructables.com/

        Vous avez aussi tout plein d’initiatives non-marchandes, wikipedia, les sites de covoiturage, de couchsurfing, etc. Des gens qui partagent leur expérience de l’auto-construction, ce qui en encourage d’autres à se lancer dans l’aventure, etc.

        Le vrai problème, c’est surtout le manque d’information des gens, qui fait qu’ils se sentent impuissants face à ces nouveautés.


      • 1984 13 février 2014 14:44

        Trevize, le problème ça n’est pas un internet neutre, c’est ceux qui se l’accapare grâce à d’énormes moyens financier.
        Qui fera bientôt encore la différence entre internet et Google ?


      • trevize trevize 13 février 2014 15:02

        Il n’y a pas d’accaparement, ce sont les gens qui donnent d’eux-même leur pouvoir à ces géants du secteur. Personne n’est obligé d’avoir un compte facebook ou google, et on pourrait décider d’en sortir pour profiter de la richesse que nous leur donnons.
        Mais pour ça il faut d’abord sortir de la posture du consommateur, avoir la volonté de se renseigner.


      • Hecetuye howahkan howahkan Hotah 13 février 2014 13:05

        En mode suicide sans le savoir , l’humain imagine qu’il va aller conquérir l’univers...alors que demain je suis mort...

        imaginer ca veut dire que ca n’existe pas....si j’imagine une table , le capitaliste la fera faire par son esclaves ...si j’imagine mon bonheur psychologique absolu du futur.............il ne se passera rien du tout....car on a perdu une partie importante du cerveau qui fut là pour certains voir tous au début de l’humain, l’humain d’aujourd’hui etait le même a son début en tant que humain il y a un temps X, .....notre pensée outil limité n’a d’effets que dans les domaines pratiques de toutes sortes, effets y compris Hiroshima bien sur ..au delà elle est totalement ineffective .........

        je dis ça mais je dis rien, on a juste l’impression imaginaire d’avancer alors que l’on tourne en rond dans la même pièce revivant sans arrêt le même jours mais certes en améliorant le marteau qui devient piqueur ou la flèche qui devint nucléaire.......on change la couleur de la cuisine en gros...

        Que faire ? rien, justement il n’y a rien a faire qui ne soir , rien a accomplir, on a 100% faux des le premier pas....ca vient du cerveau qui ne marche plus.........

        il s’agit de comprendre....oui mais quoi ? faut se prendre par la main et grandir, moi je trouve que nous ne sommes que des enfants déments avec des variantes de plutôt superficiellement sympa à massacreurs de masse


        • soi même 13 février 2014 13:14

          Parfois les illustrations dépasse les textes !
          Tous est dit  !


          • izarn izarn 13 février 2014 13:29

            Oui internet siphone, oui il siphone les cons !

            Achetez le nouveau s’iPhone ! Made in China !


            • SamAgora95 SamAgora95 13 février 2014 13:56

              Si la Fnac la Redoute etc.. disparaissent c’est uniquement parce qu’elles n’ont pas su s’adapter aux progrès.


              Les vendeurs de la Fnac et ceux de la Redoute vous les retrouverez en intégrateur multimédia, en web master, en informaticien, en infographiste etc...

              Il faut certes imposer des limites aux boites type google.. Mais il ne faut pas rejeter le progrès ou jeter le bébé avec l’eau du bain !

              • Karol Karol 13 février 2014 18:25

                On est d’accord imposons des limites, et faisons en sorte qu’il contribuent en impôt en fonction des profits réalisés dans le pays d’accueil et qu’ils respectent aussi les données privées des utilisateurs.


              • 1984 13 février 2014 14:31

                C’est dingue on aurait pu penser que la science fiction servait à nous avertir des éventuels dangers à venir.
                Mais j’en viens à me demander si elle ne sert pas de modèle !
                Google nous prépare Terminator.


                • trevize trevize 13 février 2014 14:43

                  Prenons facebook (au hasard)
                  Tout leur pouvoir vient de leurs utilisateurs ! si on déserte tous demain matin, le cours de facebook s’écroule, il ne vaut plus rien !

                  Ces technologies et ces grands groupes sont juste la démonstration de ce vieil adage : « l’union fait la force »

                  Mais nous restons propriétaires de toutes les données. Il existe des alternatives libres à facebook (par exemple diaspora)

                  Il suffit que les français réclament leurs données à facebook, pour constituer leur propre réseau, et toute la manne des recettes publicitaires nous reviendrait !

                  Mais ce n’est pas facebook qui vous informera là-dessus, et ce n’est certainement pas à l’état de mettre en place ce système, d’abord parce que ça serait de la coercition, et ensuite parce que connaissant les capacités de gestion de l’état français, ça nous coûterait infiniment plus cher que ce que ça devrait (voir les diverses histoires de site web institutionnels sous wordpress facturés des centaines de milliers d’euros)

                  Non ! c’est au peuple de se prendre en main, à nous de nous renseigner, de comprendre que nous avons le pouvoir, que c’est nous qui le confions à ces boîtes, et que nous pouvons le reprendre et en faire ce que bon nous semble si telle est notre volonté !

                  Vous citez Pierre Bellanger : « Nous allons donc subir ce bouleversement qui mettra un terme à notre modèle social et économique »

                  N’est ce pas précisément ce qu’on veut, mettre un terme à ce système inique, qui est déjà entre le vie et la mort ? On peut décider de ne pas subir le changement, mais de le comprendre et l’accompagner, pour en profiter !


                  • 1984 13 février 2014 14:49

                    "Prenons facebook (au hasard)
                    Tout leur pouvoir vient de leurs utilisateurs ! si on déserte tous demain matin, le cours de facebook s’écroule, il ne vaut plus rien !"

                    on peut dire la même chose sur à peu près toutes les oppressions qui pèsent sur les humains.
                    Malheureusement, il semble que l’humanité soit composé d’une très grande partie de suiveurs sans cervelle.


                  • trevize trevize 13 février 2014 15:13

                    Il n’y a pas d’oppression ! Aucune loi ne vous oblige à avoir un compte facebook ! On ne vient pas vous mettre la baïonnette dans le dos pour ça !

                    Les gens se piègent eux-même dans une boîte au couvercle ouvert !!

                    Et si l’humanité refuse de sortir de la « posture du suiveur », alors elle n’a pas à se plaindre, elle n’a que ce qu’elle mérite ! Et je trouverais vraiment ça indécent que les peuples donnent de leur plein gré tout ce pouvoir à ces entreprises pour ensuite les contraindre par la loi à redonner ce pouvoir, ou à le limiter ! Empiler encore une tonne d’administration de plus pour réparer les erreurs du peuple, c’est du gaspillage pur et simple.

                    Former et informer les gens pour qu’ils comprennent ce qui se passe est la meilleure solution. Leur faire prendre conscience de tout ce pouvoir entre leurs mains qu’ils donnent sans contrepartie.

                    Faire sortir les gens de facebook pour un système équivalent mais qui leur appartiendrait, me paraît infiniment plus simple que, par exemple, sortir de l’euro. Il suffit de décider de le faire, et en 2 ou 3 mois maximum c’est réglé, sans violence et sans crise financière.


                  • Hermes Hermes 13 février 2014 18:07

                    Bonsor,

                    L’intérêt d’un système comme FB est justement basé sur le nombre d’utilisateurs...... D’où la difficulté de décoller un autre système dès lors qu’il y en a un en route (voir Google plus qui reste un suiveur et ne doit son petit décollage qu’à l’adossement aux autres services Google). Mais je témoigne, il ne s’y passe presque rien, les utilisateurs vont ailleurs.

                    Des alternatives Open Source à FaceBook existent : Diaspora, Friendica, et Freenet en P2P sécurisé. En 2012 c’était en béta pour Diaspora et Friendica. J’irai voir ce qui s’y passe aujourd’hui.

                    Concernant les moteurs de recherche, la puissance d’indexation et la pertinence sont des critères importants pour une utilisation efficace. Pour l’anecdote j’ai retrouvé ces alternatives à Facebook en 1 seconde gràce à Google, et rien vu avec la même requête « Alternative Facebook Open Source » sur Qwant, et de même la requête sur les images de « Hermes » sur Qwant ne renvoie que des sacs à main, alors que les statues sont prédominantes chez Google. smiley

                    Bonne soirée.


                  • hunter hunter 13 février 2014 18:29

                    1984, « Malheureusement, il semble que l’humanité soit composé d’une très grande partie de suiveurs sans cervelle. »

                    tout à fait exact, et ce n’est pas nouveau !

                    Voir « de la servitude volontaire », de La Boétie !

                    La nature humaine n’a pas beaucoup évolué, que l’individu tienne une massue ou un smartphone !

                     smiley

                    Adishatz

                    H/


                  • Ruut Ruut 14 février 2014 17:33

                    Rien n’empêche Facebook de créer des fakes user pour se garantir un nombre conséquent d’utilisateurs au moins au niveau des rapports.
                    Même si nous désertons ce sera simplement invisible.
                    C’est la magie du Virtuel.
                    Dans le virtuel le faux devient aussi vrais que le vrais.


                  • BarbeTorte BarbeTorte 16 février 2014 11:55

                    Pouvez aussi tester Exalead. Cà marche assez bien.

                    Et c’est français, monsieur !


                  • Hermes Hermes 20 février 2014 13:19

                    Bonjour, testé Exalead, oui c’est un peu plus convaincant déjà !


                  • spartacus spartacus 13 février 2014 14:54
                    Il y a quelques années Altavista était un leader. 
                    Lycos un gros chien noir a pris sa place. Il y a seulement 12 ans personne ne connaissait Google. Facebook a quelques années...L’Iphone a remplacé le Nokia....

                    Un peu de théorie de Schumpeter ?
                    Ce n’est que la destruction créatrice...

                    Une économie « régulée émancipatrice »...on nage dans le socialisme. 
                    En un mot la dictature régulatrice de ceux qui se croient des « dieux propriétaires » de la morale et qui savent ce qui est bon pour les autres....Y’en a encore qui veulent nous ré-inventer l’exURSS ou la Corée du Nord.
                    L’économie régulée on la subit déjà assez tous les jours avec les monopoles étatistes.

                    Belle société de merde en prévision !

                    • Hecetuye howahkan howahkan Hotah 13 février 2014 15:16

                      Il eut été utile de suivre l’affaire Valls qui a revele a ceux qui ne le saaient pas que le socialisme et toutes les gauches sont comme tout autre parti de pouvoir et depuis le début des partis oligarchique bourgeois avec plein de composantes diverses, siniste, us , finances, banques,multinationale,trust, F maçon etc etc etc , comme le fut en son temps le bolchevisme de Lev bronstein, connu sous le nom de Trotski, qui plus tard allait donner une vraie vie par opposition voulue, une vrai vie à l’opposé de la même pièce soit le neo conservatisme.....dans un cas (la même oligarchie est derriere les deux), l’une l’état est tout officiellement et pour le collectif mais c’est du pipeau c’était pour détruire l’idée de partage en la faisant échouer exprès , l’autre l’intérêt privé est le seul dieu mais là aussi c’est du pipeau car l’état reste tres fort mais se cache...voir armée us par exemple....1000 bases d’état dans le monde ..tout est faux..

                      il y a juste une bande de voleur qui a de plus en plus de mal à se cacher


                    • lsga lsga 16 février 2014 15:48

                      Ah... Schumpeter !

                       
                      C’est du néo-marxisme spartacus, tu sais ? Schumpeter a lu et étudié de façon obsessionnelle les textes de Karl Marx. Quand Schumpeter dit que ce qui est important ce sont les révolutions structurelles de l’économie (et non pas la manipulation des chiffres tels que les salaires, les prix, la monnaie ou les taux d’intérêt), il ne fait que se ranger au point de vue Matérialiste Marxiste. 
                       
                      D’ailleurs, Schumpeter considère aussi que le Socialisme sera inéluctable (mais lui est névrosé : il ne supporte pas cette idée). 
                       
                       
                       
                      Bref, Schumpeter est la traduction du Marxisme dans des concepts compréhensibles pour les classiques. 
                       
                      Petit recherche google sur « Schumpeter Marx » :

                    • spartacus spartacus 16 février 2014 19:13

                      @isba

                      Je sais.
                      Même les socialistes ne savent pas que Schumpeter n’était ni socialiste, ni libéral.

                    • babadjinew babadjinew 13 février 2014 16:47

                      Merci pour le temps et l’écriture de cet article intéressant, qui malheureusement fait des amalgames stupides passéistes digne du défunt 20eim siècles. Le monde a changé, et, malheureusement la vielle Europe n’en a cure. Elle critique toujours mais cautionne en permanence...... Le nouvel ennemi serait donc G.A.F.A ??

                       

                      Que je sache, c’est pas Gafa qui a mis en œuvre la religion du profit mais bien un système idéologique bien déterminé. Système qui un soir d’automne 1989 obtint sa pleine puissance et sa complété latitude d’inhumanité quand un mur à Berlin tomba ! Subitement la Chine pourtant rouge devenait un partenaire commercial plus que fréquentable et en à peine 15ans devint l’usine du monde. Les dumpings sociaux et fiscaux prenaient une dimension apocalyptique qui aujourd’hui nous oblige d’un point de vue économique à aligner nos salaires sur celui de nos esclaves de jadis (Compétitivité). En ce temps-là pourtant G.A.F.A n’existait pas et seul nos actes de CON-somateurs ont permis cette monté en puissance de l’empire du milieu !

                       

                      Par contre en ces temps du siècle passé nous avions ceci http://fr.wikipedia.org/wiki/Thomson_TO7 qui pour les années 80 était un petit chef d’œuvre à un coût plus qu’accessible en comparaison des IBM et des Appel II de la même période. Mais en prime rappelons-nous que nous disposions également du Minitel et qu’en ces domaines de nouvelles technologies nous étions largement plus en avance que tous les autres pays du globe. Qu’en avons-nous fait ???? Groso malo rien hormis du minitel rose qui a cartonné et qui à permit à un acteur économique majeur d’aujourd’hui de faire ses premières armes et capitaux http://fr.wikipedia.org/wiki/Xavier_Niel Bref tous ceci pour dire que les petits frenchi devraient être à la tête de G.A.F.A aux vues de l’avance énormes que jadis ils avaient.

                       

                      Pour la petite histoire de G.A.F.A remettons aussi les choses en perspectives. La fin des années 70 pour Jobs et Bill. Deux étudiants turbulents et anti système qui refuse et récuse les normes de l’époque. Qui quitte leur FAC respective sans aucun diplôme en poche mais qui croient aux potentiels de leurs projets. Bref des marginaux qui pourtant trouvent fonds et crédits pour développer leurs idées voir idéaux (Appel, Microsoft) ce sur le dos tout de même d’une vielle boîte poussiéreuse XEROX. 20 ans plus tard deux autres têtes de mules ce font virer de leur fac pour avoir saturé le réseau interne de celle-ci en l’utilisant pour construire un annuaire de site web appelé aujourd’hui Google. Presque idem d’ailleurs pour la création de la face de bouc…..

                       

                      Ceci étant dit les uns ont inventé le copyright numérique aisément contournable par l’open source (Linux) les autres le modèle de la gratuité basé sur la pub et la collecte des infos aisément contournable par la divulgation de fausses infos ou de simple non utilisations !!!! Alors ou est le Blême ????

                       

                      Rappelons-nous aussi que Google arriva bien après Yahoo, World on Line, Rediff et autres et que personnes ne fut obligé de l’utiliser. Idem pour la face de Bouc qui arriva bien tard par rapport à My Space, secondlife etc…. Tous ceci pour dire que NOUS avons choisi G.A.F.A !!!

                      Maintenant que l’on m’explique ou est la différence profonde entre la gestion de stock dans un hypermarché par rapport à celle d’un site web ??? De mon point de vue, dans la mesure où il n’y a pas une machine humaine à faire des beep sur un laser à code barre à longueur de journée tout en se faisant engueler par un CON-somateur sur deux, le site est largement plus efficient et efficace en terme humain mais surtout en terme de consommation éclairé…..

                       

                      Maintenant si l’article tend à démontrer que le progrès technologique réduit massivement le nombre des emplois, même si cela n’est pas un scoop, j’adhère complétement à ce diagnostic. Je me demande même comment les politiques mais surtout les quidams de bases peuvent encore croire qu’un jour le plein emploi sera ??? Pour ma part, aux vues de toutes les dérives non pas numérique mais néo-libéral que fort bien vous expliquer, je milite pour un monde où personne n’est plus laissé sur le carreau ce, par le biais d’un revenu de base. Ne venez surtout pas me dire que c’est impossible aux vues des chiffres de deux boîtes numériques qui fonctionnent sur la gratuité (Google, Facebook)

                       

                      Wake up                        


                      • trevize trevize 13 février 2014 17:54

                        Je plussoie. C’est pas Gafa qui a généré les dérives de la finance mondiale.
                        Il y a un échange entre google (ou autre) et ses utilisateurs : nous utilisons leurs services, gratuitement pour la plupart, et en échange nous leur fournissons des données, qu’ils arrivent astucieusement à monnayer.
                        Le peuple est en train de comprendre qu’il se fait avoir, que l’échange est loin d’être équitable, d’où cette attitude de repli et de méfiance « Google c’est big brother ». Quand ils cesseront de se paralyser par la peur, peut-être bien qu’on pourra se réapproprier toute cette manne, ou du moins menacer de le faire pour renégocier les termes de l’échange avec google. En fait, on devrait tous être actionnaires de google et facebook, puisqu’on travaille pour eux !

                        Et enfin, pour l’automatisation, ce n’est pas un mal en soi. Le problème, c’est que les bénéfices réalisés se concentrent entre trop peu de mains. Mais à mesure que l’économie passe dans le numérique, nous avons de plus en plus la capacité d’en reprendre le contrôle, en évitant la phase révolution sanglante et destructrice.
                        On automatise de plus en plus de taches, et ce n’est pourtant que le début, et plus on en automatisera, plus la nécessité de changer radicalement de système économique s’imposera d’elle-même.

                        Pour parler franchement, il y a une bonne proportion d’emplois, en France comme ailleurs, qui ne sont pas encore automatisés juste parce qu’on ne saurait pas comment occuper le temps des gens qu’on mettrait au « chômage ». C’est pas la capacité technique qui nous manque, le frein de l’automatisation c’est la société (la mentalité des gens, et notre système d’organisation) ça fait des années que les métros et les trains pourraient rouler sans conducteurs, mais vous imaginez les grèves qu’on aurait à supporter ?


                      • Hecetuye howahkan howahkan Hotah 13 février 2014 20:51

                        nous pouvons a l’infini bla bla blater sur tout et rien..mais sans arrêter de suite la compétition qui est élimination donc guerres et autres saloperies , AUCUN changement radical n’arrivera jamais..c’est la seule condition....le reste se mettra en place...comme ceci ne peut être imposé...mais être un effet secondaire d’autre chose....c’est alors la psyché humaine qui doit changer....

                        stop disent 7 milliards d’humains, sauf exceptions , moi changer ? ça va pas la tête, je suis parfait !!

                        c’est le monde qui doit changer

                        c’est immature, pitoyable,dément....çà explique non ??

                         smileysmileysmiley


                        • Gauche Normale Gauche Normale 14 février 2014 16:10

                          « Bonjour, je suis Mark Zukerberg. Je collecte vos données et les vends aux gouvernements et entreprises. Je suis l’homme de l’année »

                          « Bonjour, je suis Julian Assange. Je vous donne gratuitement des informations sur les entreprises et les gouvernements. Je suis un criminel »


                          • Karol Karol 14 février 2014 17:00

                            Bien vu. Nous vivons une époque formidable où l’inversion des valeurs est devenue la règle. Se comporter humainement et honnêtement est considéré comme dangereux et subversif.


                          • lsga lsga 16 février 2014 14:56

                            GAFA : la nouvelle bourgeoisie révolutionnaire, celle qui se dressera face à l’oligarchie financière à côté du prolétariat émancipé (l’ouvrier devenu ingénieur).

                             
                            La Révolution approche !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès