Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > GRIPPE A : La réquisition du personnel médical dégénérera-t-elle à (...)

GRIPPE A : La réquisition du personnel médical dégénérera-t-elle à l’affrontement ?

A l’heure où l’on annonce 6 millions de français à faire vacciner pour la première vague, l’organisation des centres sous l’autorité des préfets entre en pleine débandade. C’est bien le terme de réquisition du personnel médical qui a été employé. Réquisition « en vertu de la loi du 5 mars 2007 sur la préparation du système de santé aux menaces sanitaires de grande ampleur, qui prévoit un dispositif dénommé « plan blanc élargi » ». Pour chaque centre de vaccination, il faut 2 médecins, 3 infirmières diplômées, et 2 élèves infirmiers. Problème : mobiliser les volontaires tourne à la Bérézina, comme à Boulogne, où la préfecture, devant la désaffection massive des volontaires, commence à paniquer : « De toute façon, le préfet va devoir réquisitionner ».

Bérézina, également, les volontaires hospitaliers ayant demandés à se faire vacciner : largement moins de 10%, 40.000 à 50.000 sur 800.000 en 2 semaines, un véritable camouflet à Bachelot qui « n’osait pas imaginer ça ». Problème : comment le gouvernement va-il justifier que du personnel non vacciné soit accrédité pour pratiquer la piqûre à la population, voire pour de simples consultations – 6 millions de personnes à passer dans la moulinette d’un personnel médical en grande partie non vacciné, c’est une défiance à toute logique sanitaire, et en contradiction avec l’annexe 7 de la circulaire Bachelot du 24/8/09 : « toute équipe de vaccination devra s’auto-vacciner lors de sa première vacation ».

Evidemment, la logique de cette vaccination, qui échappe à une grande partie de la population, a amené, entre autres conséquences, la mobilisation des volontaires attendus à intégrer les équipes de vaccination à devenir un véritable fiasco. Ils ne se battent pas pour sortir des rangs. Du coup, les préfets n’ont pas hésité à imposer la réquisition, comme on l’apprend dès le 24 octobre par le biais des écoles d’infirmiers, où l’on constate que l’éventualité de la désobéissance civile a été évoquée. Eventualité que l’on comprend bien, le manque de recul sur les effets secondaires du vaccin pourrait faire des réquisitionnés des complices de complications médicales dont la gravité et l’ampleur sont à ce jour inconnues. Même le juridique resterait au second plan, on serait dans l’éthique, voire, dans le pire des cas, dans le génocide : rappelons le fort soupçon pesant sur le squalène dans le syndrôme du golfe, ayant touché des dizaines de milliers de vétérans quelques années après la guerre.
 
Réquisition sous la forme de stage (non payé) et pour laquelle un élève nous apprend, par le biais de son encadrement, que l’invitation se pratique avec un Magnum 357 sur la tempe : « la personne qui ne répond pas à la réquisition commet une faute disciplinaire, dans ce cas là il y aurait un conseil pédagogique qui se mettrait en place et qui statuerait quant à la poursuite de nos études ». S’ensuit la constitution d’un collectif lançant une pétition contre cette réquisition, adressée à Mme Bachelot. Le 3 novembre, c’est l’ordre des infirmiers qui met les pieds dans le plat, en prenant ses distances avec les directives préfectorales :

« L’ONI considère qu’il n’a pas à se prononcer sur l’expertise concernant la sécurité du vaccin, qui est de la compétence du HCSP. Il ne cautionne pas, en revanche, la planification logistique de la vaccination telle qu’elle est prévue actuellement dans la circulaire du 21 août 2009, et notamment :
 
* Le manque de lisibilité des missions de l’infirmier intégré dans un vocable générique de « autres paramédicaux » qui est source de confusion pour l’organisation des soins, tant au sein des centres de vaccination, qu’au sein des équipes mobiles.

* Le choix de scinder la préparation du vaccin entre plusieurs intervenants, impliquant, de fait, que celui qui prépare n’est pas celui qui injecte.

* Le choix du Ministère de la Santé et des Sports de faire appel pour cette campagne aux étudiants en soins infirmiers de 3ème année dans le cadre d’un stage de 4 mois sous la responsabilité d’un infirmier. »
 
Le même jour, la presse locale s’empare du dossier, et rappelle que suite au chantage préfectoral, les réquisitionnés pourraient bien plomber leurs interventions :

« On nous dit "vous pouvez toujours contester mais, à votre place, je ferais attention. Pensez à votre positionnement professionnel". Et c’est bien parce qu’elles ne sont pas encore diplômées que ces Alésiennes s’expriment aujourd’hui à visage couvert, « on est bien coincées ». Mais à malin, malin et demi, si elles y étaient finalement obligés, prenant leur enseignement au pied de la lettre, elles invitent tous les étudiants réquisitionnés à tenir ce langage aux candidats : « Bonjour, je suis étudiant infirmier réquisitionné pour cette campagne. Vous êtes parmi les premiers à qui j’injecte ce vaccin. Cependant, on en connaît déjà certains effets secondaires : un cas sur 10 000 de syndrome de Guillain Barré, dû à la présence dans le vaccin de Squalène, qui est une substance neurotoxique ». »

L’affaire sent aussi mauvais dans le milieu des médecins libéraux. En Savoie, fin octobre, la préfecture n’a pas caché ses difficultés à réunir suffisamment de volontaires et laisse planer l’ombre de la réquisition. La confédération des syndicats médicaux français, qui dénonce l’absence de concertation et la réquisition de fait, défend le principe de vaccination dans les cabinets libéraux. Même position du Dr Philippe Boutin, président de la CNP (conférence nationale des présidents d’URML) :
 
« Si la rupture de la chaîne du froid est effective sur la grippe A, je ne vois pas pourquoi on n’aurait pas les mêmes angoisses pour les autres vaccins. C’est exactement la même polémique que celle des adjuvants », déclare-t-il. Celui d’ajouter : « Le rapport coût bénéfice efficacité est supérieur en médecine de ville que la vaccination de type militaire utilisée dans les centres de vaccination. Les médecins traitants peuvent organiser leur cabinet et vacciner 10 personnes à chaque fois. Comme cela, les patients peuvent avoir un conseil personnalisé »
 
Les représentants de médecins qui ne comprennent pas pourquoi les vaccinations ne se font pas en cabinets libéraux ... Une chaïne du froid qui va être assurée par des réquisitionnés ... De quoi s’inquiéter.
 
Quoi qu’il en soit les arrêtés préfectoraux de réquisitions de locaux et de personnels étaient prêts en date du 22 octobre, la machine semble bien lancée, et la réquisition comprendra aussi les fonctionnaires retraités. La campagne commencera le 12 novembre. Au-delà de ces différents entre le gouvernement et les futurs réquisitionnés, et pour lesquels on voit mal comment une solution pourrait être trouvée en une semaine si la désobéissance civile devait advenir, une question essentielle se pose : Pourquoi ce dispositif national digne d’une entrée en guerre, alors que moins de 20% de la population française envisage de se faire vacciner ? C’est bel et bien le plan blanc élargi, celui qui est destiné aux risques Nucléaire Radiologique Biologique Chimique, rien que ça, qui est prévu, comme l’a mentionné par exemple la ville de Paris qui avait planifié la réquisition, déjà fin août, de 32000 agents sur 49000. N’est-on pas en plein délire de science-fiction ? Ou y a-t-il un non-dit qui expliquerait ce que personne ne comprend ?
 

Moyenne des avis sur cet article :  4.43/5   (63 votes)




Réagissez à l'article

152 réactions à cet article    


  • Alpo47 Alpo47 5 novembre 2009 10:37

    Compte tenu de la mentalité qui prévaut chez nos médecins, aujourd’hui d’abord motivés par une hausse de leurs déjà très hauts revenus, on peut se demander si leur hostilité n’est pas d’abord due au fait que ces centres de vaccination leur font perdre une grande quantité de consultations... dont des revenus supplémentaires ?


    • Bernard Dugué Bernard Dugué 5 novembre 2009 11:14

      Ils sont complètement à l’Est, nos dirigeants, mais moins qu’en Ukraine

      Là-bas, les Oranges sont pressés de décréter l’état d’urgence

      Reçu 5 sur 5 John, il faut résister

      Le chien bleu est dans la brouette
      je répète
      Le chien bleu est dans la brouette

      Ici Londres


    • John Lloyds John Lloyds 5 novembre 2009 11:55

      « on peut se demander si leur hostilité n’est pas d’abord due au fait que ces centres de vaccination leur font perdre une grande quantité de consultations... dont des revenus supplémentaires  »

      C’est certainement un élément, mais pas l’élément central : la question de leurs représentants est légitime : pour cette vaccination-ci ne se pratique pas dans les cabinets libéraux, et se fait à la militaire ? Pour la chaîne du froid, leur répond-on !? Mais ça n’a aucun sens, le problème de la chaîne du froid était là aussi pour d’autres vaccins, sans qu’on fasse une mobilisation digne de 14-18. Je pense surtout que les médecins entendent rendre à l’état la monnaie de leur pièce, qui est d’avoir cavalier seul dans cette affaire sans la moindre consultation. Quelque chose me dit que ça va traîner la savate, les préfets n’ont pas fini d’avoir du fil à retordre. Vaccination le 12 novembre ? Soit ça sera encore reporté, soit ça sera un merdier innommable


    • vergobret 5 novembre 2009 15:55

      Merci de prendre à cœur ce phénomène inquiétant, de partager vos investigation, de relayer les chiffres.
      Je partage vos inquiétudes, au minimum. Mais j’ai du mal à imaginer qu’une décimation, préméditée ou non se fasse sans réaction des concernés. En fait j’ai du mal à construire le scénario fiable et réaliste de la suite des événements dans l’optique de la toxicité du sérum et de sa distribution obligatoire ; jusqu’où le recours aux forces de l’ordre s’appliquera et comment, c’est à dire avec qui ? A part le coup d’état je ne discerne pas bien les alternative du gouvernement face aux réaction. Circonvenir les administrations, syndicats et ong un à un et dans leur ensemble ? Quel serait le plan ?
       Enfin, bravo pour l’information alternative. Tout cela est très prometteur


    • appoline appoline 5 novembre 2009 20:07

      Salut Johnny,

      Tu as raison, tout cela ne tient pas la route. Il est difficile de croire que ce cirque a pour but le bien-être du citoyen. Quant à la grosse Bachelot, faire pression sur les 3ème année est tout bonnement dégueulasse, sachant que pour un étudiant passer en conseil technique peut déboucher sur une exclusion surtout si l’étudiant la ramène de trop car il ou elle est seul devant les cadres des services, les formateurs, directeur de l’hosto et de l’institut ainsi que du représentant de la DDASS. Alors va défendre ta cause quand elle est perdue d’avance.


    • John Lloyds John Lloyds 5 novembre 2009 22:36

      Salut ma belle

      Oui, je pense que la plupart iront, bon gré mal gré, surtout en traînant la patte. D’un autre côté, s’il n’y pas un chat pour se faire vacciner, l’ensemble du disposiif n’en deviendra que pire pitrerie. Ce qui m’inquiéte surtout, c’est la persistance de cette usine à gaz. Même si on est gouverné par des bons à rien, ils sont quand même pas débiles à forcer dans le ridicule. Anguille sous roche ? Je le crois. Tout ça ressemble à un tour de chauffe, c’est pas possible autrement.


    • plancherDesVaches 6 novembre 2009 14:15

      Juste une information complémentaire. A agréger ou concaténer au puzzle. Salut John, au fait.

      http://www.pauljorion.com/blog/?p=4648#comments
      « Dans la même série : Business Week vient de découvrir et publier que Goldman Sachs (parmi d’autres institutions financières) a reçu à titre préventif plus de vaccin contre la grippe H1N1 que le légendaire hôpital Lenox Hill de New York. »

      Je sais bien que cela ne va dans le sens de ta pensée. Mais... est révélateur AUSSI que la paranoïa, même montée de toutes pièces, montre que certains humains sont considérés comme ayant plus de « valeur » que d’autres.


    • YinTao 6 novembre 2009 16:16

      Cette accusation est pure médisance gratuite, sans grande pertinence. Mais si je vous suis bien : Vivement le temps où les bon docteurs seront smicards ou salariés, pas rémunérés en fontion de leur travail mais uniquement au temps de présence, comme des fonctionnaires ? (dont le temps de présence effective et d’assiduité au travail est parmi les meilleurs).


    • Paul Muad Dib 5 novembre 2009 10:42

      Salut, ici ou je suis en Irlande pas d’obligation de vaccination.. moi content !!
      comme vous dites entre délire de science fiction et non dit, il y a alors de la marge pour tellement d’hypothèses parmi lesquelles une sorte de grand n’importe quoi ,dont l’origine serait dans les cerveaux malades de certains financiers de groupe genre bilderberg, qui , sentant leur mort venir et constatant que toute leur richesse ne sert finalement a rien, veulent le faire payer a l’humanité, il y a place pour bien d’autres possibilités bien sur..
      car finalement les humains les plus beaux ne sont ni des affairistes , ni des compétiteurs , ni des carriéristes, ni des scientifiques,ni des pseudos religieux, etc...etc.. les humains les plus beaux sont simples, de cette simplicité non volontaire de ceux qui ont compris que vivre est le miracle de notre nature et ont donc compris que survivre est suffisant , la beauté étrange de la vie ne résidant pas dans une fuite éperdue de ce que notre cerveau analytique/ego ne peut voir, c’est a dire qu’il a un début donc une fin, que la vie/mort sont liées, la beauté de la vie résidant dans le fait d’être en harmonie avec notre nature profonde, nature toujours instable, avec la fin possible toujours présente un milliardième de seconde devant nous. En fuite permanente de ce fait, nous ne sommes pas non plus vivant, si on considère que vivre est le present d’instant en instant bien sur
      notre cerveau /ego ne peut voir cela ,alors il s’enfuit de ce fait,ca crée la peur et le malheur commence ,alors être un gros businessman est un échappatoire puissant, mais addictif et demandant toujours plus , car c’est une drogue, ca explique que David rockfeller soit sur le pont a son age, s’il arrête ,il ne pourra supporter la vue de ce qu’il est et ce sera alors le suicide, au lieu de cela il fait alors payer a tout le monde sa propre souffrance..
      quel est le lien avec votre sujet alors ? toute cette absurdité de profit pour échapper a la souffrance humaine, n’est pas rationnelle, il n’y a rien a comprendre , juste a voir et regarder cette folie , car c’est une folie..mais les mots a force de marketing finissent par perdre de leur force, c’est vrai que les humains se battent contre des moulins a vent , entre désir de fuir donc de suicide et peur de mourir, nous sommes coinces dans notre ego, qui , et je le dis par expérience, n’est qu’une partie de notre nature.......
      il y a longtemps les taoïstes disaient que pour avoir une bouteille le verre est indispensable, mais l’utilité et le sens résident dans le vide ainsi créé..
      de même pour l’humain on peut transposer et dire : le corps et sa survie sont indispensables pour exister, mais le sens ne réside pas dans la matière ,mais dans le vide de l’inconnu, or notre cerveau analytique /ego ne fonctionne que sur la mémoire donc le connu et est donc incapable de voir le sens....cet ego pourtant indispensable est aussi notre malédiction, c’est ca que notre esprit doit explorer, pour transcender ce malheur ,sinon cette folie destructrice ne va pas s’arrêter...sauf extinction complète de cet humain qui se sent génial a cause de ses réalisations matérielles, alors qu’il ne pourra jamais créer un simple couche de soleil....


      • Vladivostok 1919 Vladivostok 1919 5 novembre 2009 11:03

        Les seuls vrais interrogations vont désormais un peu plus loin dans le futur, et sur les prochaines campagnes « marketing » de l’OMS.

        Vu l’ampleur de la « résistance à la vaccination » notamment chez le personnel médical, cette pandémie s’annonce comme un flop pour les administrations nationales et internationales. Les corporations big-pharma en ayant pour leur argent cette fois ci, mais leur avenir dans ce contexte, s’il ne change pas, souffrira de la méfiance grandissante du peuple.

        Ce ne sera donc pas la dernière tentavive, loin de là.
        La prochaine devra taper beaucoup plus fort dans la propagande par la peur, ou se déroulera dans un contexte de gouvernement beaucoup plus autoritaire.

        Sinon, c’est même pas la peine pour tout ce beau monde de revenir à la charge... 

        Dans cette optique, les Grands de ce monde nous condamne à une surenchère de peur, de contrôle, et d’autoritarisme.

        Une prédiction donc pas très risquée à mon sens : une prochaine pandémie, voir une deuxième vague liée à celle ci, serait plus nocive (soit pour la santé, soit pour la démocratie), et gérée de manière moins médiocre,

        C’est la société du spectacle qui est en train de se radicaliser, de passer du « vouloir endormir » au « vouloir faire peur »...
        Et ça, c’est pas vraiment des lendemains qui chantent,


        • John Lloyds John Lloyds 5 novembre 2009 11:59

          « Une prédiction donc pas très risquée à mon sens : une prochaine pandémie, voir une deuxième vague liée à celle ci, serait plus nocive (soit pour la santé, soit pour la démocratie), et gérée de manière moins médiocre »

          Totalement d’accord, j’ai toujours dit que l’objectf de cette vaccination était la militarisation. On est déjà au plan blanc élargi, à la réquisition, il n’y a qu’un pas pour l’état d’urgence, l’interdiction des réunions publiques et le contrôle des déplacements.


        • appoline appoline 5 novembre 2009 20:10

          @ John,

          A espérer qu’il y aura du rififi, si le gouvernement décrète des mesures aussi radicales, il va falloir du moribond sur le bord de la route pour qu’il reste crédible.


        • jcr 5 novembre 2009 11:08
          CP du 23 10 09 du Syndicat National des Infirmiers(ères) Conseillers(ères de Santé/ FSU : Ultra majoritaire à l’Education Nationale.
          La campagne de vaccination contre la grippe A (H1N1)v ne doit pas être organisée au détriment de l’offre de soins en faveur des élèves.

          Alors que l’intérêt de la vaccination contre la grippe A(H1N1)v divise largement les professionnels de santé au point que peu d’entre eux se sont portés volontaires pour vacciner, des pressions sont exercées pour imposer aux infirmier(e)s de l’Education nationale de renoncer à leurs missions auprès des élèves pour vacciner l’ensemble de la population sur leurs obligations de service.

          A ce jour, la circulaire du 1er octobre co-signée par les ministres de l’intérieur et de la santé rappelle que la mobilisation des professionnels de santé à la campagne de vaccination est basée sur le volontariat et qu’un des deux objectifs prioritaires est de préserver un accès à des soins de qualité. Dans le même sens, le ministère de l’intérieur a réaffirmé le principe exclusif du volontariat le 16 octobre lors d’une réunion officielle au ministère de l’Education nationale et a annoncé que les pompiers et les policiers seraient mobilisables seulement en dehors de leurs obligations de service, afin de préserver les missions de service public.

          Bien que conscient de la nécessité de protéger la population à risque, le SNICS-FSU, Syndicat majoritaire à 62% chez les infirmier(e)s de l’Education nationale et de l’enseignement supérieur, ne comprend pas pourquoi les missions des infirmières auprès des élèves seraient négligées alors qu’il y a, entre autres, plus de 13 millions d’élèves qui consultent les infirmier(e)s chaque année. En outre, les demandes de soins, majorées lors des épidémies hivernales, risquent d’augmenter encore avec la grippe A.

          Faut-il comprendre que la réponse à l’urgence et la prise en charge du mal être des adolescents [qui se traduit le plus souvent par des plaintes somatiques : douleurs abdominales, céphalées, troubles du sommeil...] seront sacrifiées cette année scolaire pour palier l’insuffisance de mobilisation de l’ensemble des étudiants et professionnels de santé dans la campagne de vaccination ? Est-il normal d’exiger des infirmier(e)s qu’elles(ils) fassent fi des difficultés de santé qui entravent la scolarité des élèves, privés ainsi d’un lieu de soins et de confidentialité et des réponses d’un professionnel de santé de premier recours ? De dégrader l’offre de soins dans le champ du conseil en santé, de l’accompagnement, du suivi et de la prévention pour les élèves présents en moyenne 40 heures par semaine ?

          A ces questions majeures, s’ajoutent des questions d’ordre juridique et éthique auxquelles les circulaires ministérielles publiées à ce jour ne répondent pas.

          • Contrairement à la grippe saisonnière, les effets secondaires du vaccin contre le virus A(H1N1)v ne sont pas connus à ce jour.
          • De très nombreux infirmiers partagent les réserves émises par une grande partie des autres professionnels de santé concernant l’intérêt de cette vaccination et refusent de se faire vacciner. En effet, confronté(e)s chaque jour à la responsabilité de leurs actes, les infirmier(e)s ne cèdent pas à de quelconques rumeurs sur la vaccination mais mesurent par des avis éclairés et en responsabilité, les conséquences d’un acte vaccinal.
          • Comment envisager de vacciner des élèves qui ne font pas partie de la population à risque quand on a choisi de ne pas se faire vacciner soi-même ? Il est incontestable que la mise à disposition autoritaire des professionnels de santé de l’Education nationale pour vacciner, soulève des problèmes d’éthique inédits.

          Le SNICS tient à souligner que cette vaccination contre la grippe A(H1N1)v ne fait pas partie des vaccinations obligatoires parce que le gouvernement ne l’a pas souhaité, pas plus qu’il n’a été décidé d’organiser cette campagne de vaccination dans le cadre de plans blancs qui, seuls, commandent la réquisition de tous les professionnels de santé.

          Parce que le SNICS-FSU a toujours eu le souci de l’intérêt général, nous dénonçons la mise à disposition d’office des infirmier(e)s pour aller vacciner car il est certain qu’elle s’effectuera au détriment de l’offre des soins que cette profession assure auprès des jeunes pour contribuer à leur réussite scolaire, dans les écoles, les collèges, les lycées et les universités.

          Tel : 01 42 22 44 52 Courriel : snics@wanadoo.fr


          • le-Joker le-joker 5 novembre 2009 12:09

            Pour info à la crèche de mon fils ils ont tenté de me faire signer un document qui mentionnait que la crèche ou les services médicaux agréés pouvaient procéder à des examens et des traitements médicaux avec l’accord des parents !


            Ah faut bien les fourguer leurs vaccins !!!!

            • John Lloyds John Lloyds 5 novembre 2009 12:22

              Salut Joker
              Merci pour cette info

              Pour ma part, ma gamine a repris l’école ce matin, je l’ai longuement briffée sur l’éventualité d’une intervention commando des EMV dans les semaines à venir : se barrer illico de l’établissemnt au moindre signe anormal (rassemblement des élèves, transition vers un lieu inhabituel etc ...). Oui Oui, très parano, je sais, mais par les temps qui courrent, la parano est un signe de bonne santé mentale.


            • John Lloyds John Lloyds 5 novembre 2009 12:23

              EMV : Equipes mobiles de vaccination


            • le-Joker le-joker 5 novembre 2009 13:10

              Salut John,


              J’ai la chance d’avoir un médecin anti-vaccins donc mon fils a une contre indication concernant tous les vaccins. Pour info une trace d’eczéma suffit pour ne pas être vaccinable.

              Si j’ai bien une certitude concernant ce vaccin c’est qu’ils vont tenter par tous les moyens de le fourguer.

              Voilà les dégâts d’un système médical en France totalement à côté de ses pompes, aux ordres des laboratoires pharmaceutiques qui dictent leurs lois au mépris de la santé des personnes.

              Un scandale qui un jour explosera comme a explosé le scandale du tabac ! 

            • Matozzy Matozzy 5 novembre 2009 14:04

              « Un scandale qui un jour explosera comme a explosé le scandale du tabac !  »

              Ou celui du sang contaminé...


            • LE CHAT LE CHAT 5 novembre 2009 14:58

              merci JOKER , je briefferai mes gosses à ce sujet dès ce soir , pas de piercing à l’insu de leur plein gré ! smiley


            • Barbaring 5 novembre 2009 15:51

              Info sur l’existance EMV :
              "En plus des centres de vaccinations fixes, des équipes mobiles sont prévues pour vacciner certaines populations (enfant scolarisés, personnes hébergées dans des structures médicosociales, personnes détenues …). Les équipes mobiles sont rattachées à un centre de vaccination. Les personnels des centres sont recrutés sur la base du volontariat puis placés sous statut de réquisition pour leur assurer une couverture juridique et une rémunération dont les montants sont en cours de négociation au niveau national. Au niveau de l’Ile de France, ce sont 166 centres de vaccination qui seront ainsi identifiés via les plans départementaux."
              source :http://mondesante.com/pandemies/grippe-a/grippe-a-166-centres-de-vaccination-en-ile-de-france-2-478.html
              source :http://ile-de-france.sante.gouv.fr/grippe/point-sur-l-organisation-du-plan-pandemie-de.html voir dans le pdf Point sur l’organisation du plan pandémie de grippe A H1N1voir page 11


            • appoline appoline 5 novembre 2009 20:17

              @ Joker,

              «  Pour info une trace d’eczéma suffit pour ne pas être vaccinable. »

              Merci pour l’info, j’appréhende beaucoup cette vaccination de masse, ma fille est à la fac mais elle travaille en parallèle avec des personnes âgées, elle attend mon premier petit-fils, j’avoue ne pas être tranquille. Elle est totalement contre cette vaccination mais la pression peut devenir énorme. Quelle saloperie, quand on sait qu’ils sont presque prêts pour cette réduction massive de la population, on peut avoir de sérieux doutes.


            • John Lloyds John Lloyds 5 novembre 2009 23:09

              Merci Razzara

              Que les bahuts ne soient au courant de rien, ça ne m’étonne pas. ça va être comme les maris cocus, les derniers au courant, l’info doit être bien cloisonnée en haut lieu, surtout avec le net, ils doivent veiller à ce que rien ne suinte. Les bahuts seront probablement mis devant le fait accompli par les préfets du jour au lendemain.

              Ce n’est pas tant les EMV qui m’inquiètent. Une intervention simultanée dans toute la France le même jour, ça s’est fait qu’une fois dans l’histoire, de main de maître, c’était Philippe le Bel pour les templiers. Nous, ce sont des brelles qui nous dirigent, ils n’arrivent même pas à rassembler des équipes dans leurs salles polyvalentes, alors une opération commando synchro ... N’y pensons pas. Surtout si ce doit être des réquisitionnés qui constituent les EMV. Mais ils peuvent faire ça en quelques semaines, et pour éviter la malchance d’être dans les premiers, mieux vaut rester aux aguets.

              Ce qui m’inquiète, d’une part, c’est le chantage qui peut être exercé : pas de vaccin = interdiction d’école. Mais surtout ce qui m’inquiète, c’est la conclusion de certains virologues, qui voient dans la vaccination massive une forte propension à la mutation du virus.

              Voici une conclusion d’une équipe de chercheurs de l’université de Shizuoka : « Les vaccinations de masse, à moins d’être contrôlées de très près, sont susceptibles d’induire une redoutable mutation génique qui pourrait provoquer une augmentation des cas de grippe, davantage d’hospitalisations et un nombre accru de décès. »

              Le cas échéant, si cette théorie est exacte, cela signifierait que le danger proviendrait ultérieurement ... des vaccinés. Cela expliquerait aussi toute la persistance des gouvernements à maintenir et étendre tout ce dispositif pour l’instant grotesque : ils s’attendraient à la mutation, volontairement provoquée par une première vaccination inutile. Cela amènerait alors, très probablement, à un second vaccin, lui, obligatoire.

              Bon, peut-être que je délire, mais la théorie de ces virologues expliquerait beaucoup de choses.


            • Login Login 5 novembre 2009 12:30

               On peut imaginer que la suite sera une plainte collective contre les representants de
               l’état.

              • Pyrathome pyralene 5 novembre 2009 12:36

                Rappelons le soupcon sur le squalène....
                 Ce n’est pas un soupcon , c’est une réalité !.....


                • sentinelle 5 novembre 2009 12:48

                  bonjour tout le monde

                  je tractE sur le marché depuis ce matin...contre le vaccin et pour la conf que nous avons organisée quelques amis et moi avec comme intervenant le Docteur Vercoutere...le dimanche 15 novembre a 14 heures.......jusqu’a 18/19 HEURES
                   
                  prevenir les parents qu’ils ont le desire de vacciner les enfants dans le dos des parents..

                  affaire a suivre .....

                  pour ceux et celles qui resident dans la region lyonnaise et qui desirent assitER a la conf je posterai les coordonnées du lieu 2/3 JOURS avant la date ;; ;; ;; ;


                  • sentinelle 5 novembre 2009 12:53

                    EUH......

                    la conf sera animée par mon ami«  » lelibrepenseur«  » llp pour les intimes.
                    dont voila les dernieres reflexions :

                    http://www.dailymotion.com/video/xaydhl_actualite-du-28-octobre-2009-llp_news


                  • fonzibrain fonzibrain 5 novembre 2009 13:34

                    la preuve ultime que ce vaccin est un poison


                    une dose au lieu de deux et cela pour les vaccins adjuvé et non adjuvé !!!!

                    ILS SONT NULS, MAIS çA VEUT DIRE QUOI !!

                    Aujourd’hui, les experts de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ont tranché : ils recommandent l’injection d’une seule dose de vaccin pour les adultes et les adolescents dès l’âge de 10 ans. Et ce, tant pour les vaccins adjuvantés que non-adjuvantés. Lundi, l’Agence européenne du médicament (EMEA) avait décidé de conserver un schéma d’injection à deux doses. Un avis qui sera peut-être revu suite à ces recommandations qui étaient attendues.

                    Pour les enfants âgés de 6 mois à 10 ans, “les données sont limitées et d’autres études sont nécessaires”, indiquent les experts. Néanmoins, comme ils font partie des populations prioritaires à la vaccination, l’OMS conseille de “donner la priorité à l’administration d’une seule dose à autant d’enfants que possible”.

                    Suite à l’examen de résultats préliminaires, les médecins de l’OMS déconseillent en revanche la co-administration des vaccins saisonnier et pandémique s’ils sont tous deux élaborés à base de virus vivants atténués. La double vaccination est par contre possible si les deux vaccins sont inactivés, ou bien si un seul des deux est vivant atténué.

                    Concernant le cas des femmes enceintes, le groupe d’experts de l’OMS indique qu’aucun des vaccins, adjuvantés ou non, ne provoque d’effets secondaires nuisibles, ni chez la femme enceinte, ni chez son bébé. Ainsi, au vu du risque élevé que présentent les femmes enceintes, l’OMS recommande l’injection “de n’importe quel vaccin autorisé”, qu’il contienne ou non un adjuvant. En effet, selon les statistiques, il apparaît que les femmes enceintes représentent 7 à 10 % des patients hospitalisés. De plus, leur risque de recours aux soins intensifs est 10 fois plus élevé comparé à la population générale.

                    Enfin, à l’échelle mondiale, l’OMS confirme que les adolescents et les jeunes adultes représentent “la majorité des cas de grippe H1N1, avec des taux d’hospitalisation plus élevés chez les très jeunes enfants”.

                    Sarah Laîné

                    Source :
                    Experts advise WHO on pandemic vaccine policies and strategies – 30 octobre 2009
                    doctissimo

                    Truc de dingue, c’est encore plus fou que ce je pouvais penser.
                    Une seule dose, que le vaccin soit adjuvé ou pas !
                    Ils se sont super loupés dans la conception !!!
                    Comment un vaccin fabriqué pour avoir un effet à deux doses se retrouve à être efficace en une seule ?
                    ça me dépasse, c’est délirant que l’adjuvant n’y change rien.Je me demande bien quelle merde ils ont du mettre dedans ?
                    C’est un aveux de plus du peu de sérieux dans la fabrication de ce vaccin.Le fait que l’Oms déconseille les vaccinations simultanées contre la grippe saisonnière et la grippe A avec des virus atténués montre la dangeurosité de ce type de vaccin, ils doivent avoir peur que les deux virus se mélangent.

                    On se fout de nous, continuez à dire aux plus de gens possible de ne pas se faire vacciner en leur expliquant pourquoi.Nous ne manquons pas d’argument.

                    Le fait qu’une seule dose soit nécessaire démontre en réalité le faux prétexte de la grippe, ils veulent juste nous injecter un poison, et une seule dose suffira.

                    et encore mieux

                    Immunité de Baxter, c’est écrit dans le contrat ! : “La survenance d’effets indésirables attendus ou inattendus ou le manque d’efficacité ne constitueront pas une violation de la garantie”. Avec cette info, plus personne ne voudra se faire vacciner !By fonzibrain

                    Le contrat signé début août par la firme pharmaceutique Baxter pour la vente à la France de vaccins contre la grippe H1N1 confirme le coût de 10 euros HT par dose et n’engage pas le laboratoire pour tout effet indésirable ou manque d’efficacité.
                    Ce contrat, dont l’AFP a pu obtenir mardi une copie, était soumis initialement à une clause de confidentialité totale, qui a été levée ce mardi.
                    Le vaccin, produit par culture cellulaire (un procédé un peu plus coûteux) et sans adjuvant, a obtenu début octobre son autorisation de mise sur le marché de la part des autorités européennes.
                    Son coût est de 10 euros hors taxe par dose, contre 6,5 à 9,34 euros hors taxe pour les autres fabricants.
                    La France en a commandé 50.000 doses, dont 12.000 doses, selon le contrat, ont dû être livrées fin août. La totalité des doses devraient avoir été livrées avant la fin de l’année 2009.
                    “La survenance d’effets indésirables attendus ou inattendus ou le manque d’efficacité ne constitueront pas une violation de la garantie”, précise le texte du contrat.
                    “En contrepartie” de ce marché, le contrat précise que l’Eprus (Etablissement de préparation et de réponse aux urgences sanitaires), qui a signé le contrat au nom des autorités françaises, “s’engage à acquérir les 150.000 doses de vaccins Neisvac”, un vaccin contre la méningite C, “conformément aux termes” d’un autre marché, pour livraison avant le 15 décembre 2009.
                    dailybourse

                    Je comprends mieux pourquoi cette abrutie de Bachelot ne voulait pas donner les contrats.
                    Déja le prix des vaccins est affreusement cher, d’habitude dans le commerce, plus on achète en gros, plus le prix à l’unité baisse, ça n’a pas l’air d’être le cas ….

                    Mais bien plus grave est cette phrase hallucinante ” La survenance d’effets indésirables attendus ou inattendus ou le manque d’efficacité ne constitueront pas une violation de la garantie “. !!!

                    Donc, si le vaccin ne sert à rien ou si des gens sont malades, cela ne rendra pas le contrat caduque !!!!!
                    C’est dingue, c’est stupéfiant, ” pas de garantie ” !!!
                    Il faut le dire aux plus de gens possible, que la population soit au courant de cette mascarade sanitaire qui va nous mener à une hécatombe.

                    Souvenez vous également que selon la loi française, lorsque c’est l’état qui demande la vaccination, personne ne pourra être attaqué :

                    Article L3110-3 CSP
                    Modifié par Loi n°2007-248 du 26 février 2007 – art. 1 JORF 27 février 2007
                    Nonobstant les dispositions de l’article L. 1142-1,

                    Les professionnels de santé ne peuvent être tenus pour responsables des
                    dommages résultant de la prescription ou de l’administration d’un médicament
                    en dehors des indications thérapeutiques ou des conditions normales
                    d’utilisation prévues par son autorisation de mise sur le marché ou son
                    autorisation temporaire d’utilisation, ou bien d’un médicament ne faisant
                    l’objet
                    d’aucune de ces autorisations, lorsque leur intervention était rendue nécessaire
                    par l’existence d’une menace sanitaire grave et que la prescription ou
                    l’administration du médicament a été recommandée ou exigée par le ministre
                    chargé de la santé en application des dispositions de l’article L. 3110-1.

                    Le fabricant d’un médicament ne peut davantage être tenu pour responsable
                    des dommages résultant de l’utilisation d’un médicament en dehors des
                    indications thérapeutiques ou des conditions normales d’utilisation prévues par
                    son autorisation de mise sur le marché ou son autorisation temporaire
                    d’utilisation, ou bien de celle d’un médicament ne faisant l’objet d’aucune de
                    ces autorisations, lorsque cette utilisation a été recommandée ou exigée par le
                    ministre chargé de la santé en application de l’article L. 3110-1.

                    Il en va de même pour le titulaire de l’autorisation de mise sur le marché, de
                    l’autorisation temporaire d’utilisation ou de l’autorisation d’importation du
                    médicament en cause. Les dispositions du présent alinéa ne les exonèrent pas
                    de l’engagement de leur responsabilité dans les conditions de droit commun en
                    raison de la fabrication ou de la mise sur le marché du médicament.
                    NOTA : Loi 2007-294 du 5 mars 2007 art. 12 I : la présente loi entre en vigueur
                    le 29 août 2007, jour suivant la date de publication du décret n° 2007-1273 du
                    27 août 2007″.
                    legifrance

                    La boucle est bouclée, rien ni personne ne pourra se plaindre en cas de pépin !
                    Et ça tombe bien parceque des pépins il va y en avoir !!!!

                    http://fonzibrain.wordpress.com/2009/11/04/immunite-de-baxter-cest-ecrit-dans-le-contrat-la-survenance-deffets-indesirables-attendus-ou-inattendus-ou-le-manque-defficacite-ne-constitueront-pas-une-violation-de-la-garantie-avec/



                    DOUBLE IMMUNITÉ POUR LES LABOS !!!!

                    ILS PENSENT À TOUT


                    ET LISEZ çA http://fonzibrain.wordpress.com/category/nouvelle-maladie-ukraine/


                    çA CRAINT SÉVÈRE


                    • jako jako 5 novembre 2009 15:38

                      Merci pour tes liens Fonzi


                    • Login Login 5 novembre 2009 14:13

                       Que vaut un contrat conclus entre partis pour s’affranchir de toutes responsabilités vis à vis
                       d’un tiers directement concerné par l’objet du contrat ?????

                      • sisyphe sisyphe 5 novembre 2009 15:20

                        Bon, mais pas d’inquiétude ; tenez : de quoi vous rassurer...

                        Le groupe pharmaceutique Baxter a levé la confidentialité sur la vente de vaccins contre la grippe A (H1N1) à la France. Il faudra dépenser 10 euros HT par dose de Celvapan, contre 6,5 à 9,34 euros hors taxe pour les autres fabricants. Celvapan est un vaccin grippal pandémique à virion entier, inactivé, contenant 7,5 microgrammes d’hémagglutinine de la souche A/California/07/2009 (H1N1) cultivée sur cellules Vero (lignée cellulaire continue d’origine mammifère) pour une dose de 0,5 ml. Il coûtera 10 euros HT par dose, selon le contrat signé par la France et le groupe Baxter.

                        L’immunisation doit être réalisée par voie intramusculaire de préférence dans le muscle deltoïde ou dans la face antérolatérale de la cuisse, en fonction de la masse musculaire. Celvapan est contre-indiqué en cas d’antécédent de réaction anaphylactique (c’est-à-dire mettant en jeu le pronostic vital) à l’un des constituants du vaccin ou aux résidus à l’état de traces (par exemple formaldéhyde, benzonase, saccharose). Si la vaccination est jugée nécessaire, l’équipement médical de réanimation doit être immédiatement disponible en cas de besoin. Le contrat signé par la France n’engage pas le laboratoire Baxter pour tout effet indésirable ou manque d’efficacité. L’effet indésirable le plus fréquent avec Celvapan est une douleur au point d’injection, généralement légère.

                        D’autres effets indésirables sont à prévoir : la rhinopharyngite ; des affections hématologiques et du système lymphatique (la lymphadénopathie) ; des ffections psychiatriques (insomnie, agitation) ; des affections du système nerveux (céphalées, sensation vertigineuse, somnolence, dysesthésie) ; des affections oculaires (conjonctivite) ; des affections de l’oreille et du labyrinthe (vertiges, perte soudaine de l’audition) ; des affections vasculaires (hypotension) ; des affections respiratoires, thoraciques et médiastinales (douleur pharyngo-laryngienne, dyspnée, toux, rhinorrhée, congestion nasale).

                        Il y a également des affections gastro-intestinales (symptômes gastro-intestinaux (tels que nausées, vomissements, diarrhées et douleurs abdominales hautes) ; des affections de la peau et du tissu sous-cutané (hyperhidrose, éruption cutanée, prurit, urticaire) ; des affections musculo-squelettiques et systémiques (arthralgies, myalgies) ; des troubles généraux et anomalies au site d’administration (douleur au point d’injection, pyrexie, frissons, fatigue, malaise, induration, érythème, gonflement et hémorragie au point d’injection, irritation au point d’injection).

                        Mais pas de problème pour BAXTER ; comme vous pouvez le lire, le contrat signé par la France n’engage pas Baxter pour tout effet indésirable.

                        Elle est pas belle, la vie des labos ?


                        • MICHEL GERMAIN jacques Roux 5 novembre 2009 16:24

                          Quelqu’un pourra t il enfin m’expliquer en quoi, si les milliers de doses ont été payées par l’Etat, on devrait vacciner des gens qui ne le désire pas ? C’est payé, ça marche pas, on jette, non ?
                          Reaction conspirationiste : Parcequ’ils veulent tuer tout le monde. (ya un site qui le dit)
                          Réaction anti libérale : Parcequ’ils tentent une immense manoeuvre marketing pour de future opérations plus rentables...(il y a un site qui le dit)
                          Réaction Libérale : Parcequ’il y a vraiment une pandémie et que c’est un gouvernement qu’il est bien...(il y a un site qui le dit)
                          Réaction OVNInistique : Parcequ’il y a un autre problème que y a que l’armée qui sait...( il y a un site qui le dit)
                          Réaction simple : Parceque les dirigeants sont aussi cons que nous, qu’ils ont leur petite fierté et veulent montrer leur influence sur le pays à leurs collègues dont on ne parle jamais pour les rendre fous de rage et récupérer leur porte feuille au prochain remaniement...et qu’il ne veulent surtout pas montrer qu’ils se sont plantés...ah ça non. (il n’y a que moi qui le dise).
                           


                          • franck2010 5 novembre 2009 23:34

                            Sans compter la partie financière qui s’est jouée en petit comité...n’est-ce pas madame Bachelot ?


                          • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 5 novembre 2009 16:47

                            Cependant, on en connaît déjà certains effets secondaires : un cas sur 10 000 de syndrome de Guillain Barré, dû à la présence dans le vaccin de Squalène, qui est une substance neurotoxique ». »

                             Ce chiffre est tout à fait fantaisiste pour ne pas dire délirant. Contrôlez vos sources : sur plus de 40millions de personnes vaccinés par d’autres vaccins contenant le même adjuvant, rien de tel n’a été observé scientifiquement

                            lien


                            • John Lloyds John Lloyds 5 novembre 2009 18:09

                              « Ce chiffre est tout à fait fantaisiste pour ne pas dire délirant. Contrôlez vos sources : sur plus de 40millions de personnes vaccinés par d’autres vaccins contenant le même adjuvant, rien de tel n’a été observé scientifiquement »

                              L’extrait auquel vous faîtes allusion :
                               

                              « Cependant, on en connaît déjà certains effets secondaires : un cas sur 10 000 de syndrome de Guillain Barré, dû à la présence dans le vaccin de Squalène, qui est une substance neurotoxique  »

                              est tiré de la presse locale, et a été formulé par un(e) élève des écoles d’infirmiers ... Il faut que les écoles d’infirmiers contrôlent leurs sources smiley

                              Mais puisque vous évoquez l’observation scientifique, que pensez-vous du squalène visé comme responsable du syndrôme de la guerre du golfe, pour lequel on n’est pas à un cas sur 10.000, mais de l’ordre du génocide, puisque c’est de plus de 100.000 soldats qu’il s’agit, pour lesquels les complications se sont révélées des années après (voir le lien d’un des commentateurs ci-dessus)


                            • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 5 novembre 2009 18:26

                              Rien n’a été démontré de ce que vous dites dans aucune étude publiée dans une revue scientifique dont les articles sont soumis à évaluation de la part de chercheurs spécialistes

                              Quant à la presse locale -non nommée- qui se fait la porte parole d’une très hypothétique école d’infirmier -non référencée, ce n’est que rumeur en l’absence d’enquête sérieuse.


                            • pseudo 5 novembre 2009 18:40

                              Monsieur Reboul c’est la première fois dans l’histoire de l’industrie pharmaceutique que l’on va injecter de force un vaccin d’une maladie inconnu sur la population sans avoir fait les testes nécessaires. L’industriel s’est protégé de toute poursuite judiciaire dans son contrat, prenant les devants ?

                              Monsieur Reboul qui sera responsable des effets secondaires et contre qui pourront se retourner les familles ?
                               Comment prouver que ce vaccin sera à l’origine d’une maladie qui apparaîtra une foi sur dix mille dans plusieurs années soit pour 60 millions seulement 6 mille personnes risque d’être handicapé à vie. J’ai parlé en off avec des chercheurs, ils sont très septique sur la méthode et sur les risques. 
                               

                            • herve33 5 novembre 2009 18:50

                              Effectivement , 1 cas de syndrome de Guillain Barré sur 10 000 ,cela peut paraitre exagéré mais plausible , cela ferait 4000 cas sur 40 millions de personnes vaccinés . Personnellement , il n’est possible qu’un vaccin produise de tels effets , son étude avant la mise sur le marché a été baclé et on ne connait pas les effets indésirables sur une vaccination à grande échelle .

                              D’ailleurs , on pourrait extrapolé avec le vaccin de la grippe saisonnière , combien de cas de complications après ce vaccin , le chiffre est bien sur tabou .


                            • John Lloyds John Lloyds 5 novembre 2009 18:51

                              « de ce que vous dîtes »

                              Mais moi je ne dis rien, mon cher Monsieur, je me contente de reprendre des études indépendantes de diverses publications que vous trouverez ici en annexe. Quant à la science que vous invoquez, il serait bon de savoir de quelle science vous parlez, celle des laboratoires pharmaceutiques, celle des spécialistes à la solde des gouvernements, celle mise en avant par les sarko-médias au détriments d’autres mises sous silence ... 

                              Les scientifiques ne sont déjà pas d’accord entre eux sur la nécéssité du vaccin sur la grippe A, alors pensez un ancien vaccin militaire avec le même adjuvent qui aurait fait une hécatombe .... Mais, dîtes-moi, l’éthique scientifique ne prône-t-elle pas le principe de précaution ?


                            • Τυφῶν בעל Perkele Hermann Rorschach 5 novembre 2009 18:03
                              Lt. Aldo Raine :

                              My name is Lt. Aldo Raine and I need me eight
                              doctors. Now, yall might of heard rumors about the armada happening soon. Well, well be leaving a
                              little earlier. Were gonna be dropped into France, dressed as
                              civilians. And once we’re in enemy territory, as a bushwackin
                              guerrilla army, were gonna be doing one thing and one thing
                              only... .vaccinate people against the flu !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès