• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > L’identité nationale : le vrai problème c’est l’américanisatio

L’identité nationale : le vrai problème c’est l’américanisation (suite)

 
Dans mon article précédent j’essayais de démontrer que l’identité nationale et l’immigration étaient deux problèmes différents. J’essayais ensuite de trouver un fondement à cette identité.
 
Le danger que représentent une invasion de musulmans qui ne s’intègrent pas ne saurait servir de définition de l’identité française. Cette position était représentée par un certain Big Mac qui écrivait :
 
· Ah oui c’est vrai la France est envahie d’Américains. 
Suis-je bête tout ça c’est les américains : les banlieues, les émeutes, les centaines de milliers de véhicules incendiés, les pans entiers de territoire annexés, les rues de Paris interdites aux riverains, le soutien au terrorisme, les burkas, le refus de la mixité dans les piscines dans les écoles, dans les hôpitaux, les menus halal imposés aux non-musulmans, etc.
Dites l’auteur, c’est du second degré ou vous êtes sérieux ?
 
Et cette réponse était la plus approuvée (25 votes). Par ailleurs près de 60 % des lecteurs d’Agoravox ont voté « oui » à la question : « approuvez vous le vote des Suisses d’interdire les minarets ? ». Tandis que selon le sondage de l’Ifop pour Le Figaro, 41 % des Français se disent opposés à l’édification de mosquées. Et, dans le sondage réalisé par l’institut BVA pour Canal+, 54 % des Français considèrent qu’organiser un référendum sur l’interdiction de minarets à l’instar de la Suisse ne serait pas une bonne chose. Mais s’il venait à se faire, 55 % voterait contre l’interdiction. Les lecteurs d’Agoravox seraient ils plus proches de Le Pen que la moyenne nationale ?
 
Quoiqu’il en soit je m’adresse ici aux 40 % qui ont voté « non » et j’aimerais que les adeptes de Le Pen et consorts ne répandent pas leur fiel dans la discussion. Ça va on a compris : les affreux musulmans voilent leur femmes quand ils ne les lapident pas, ils sentent mauvais, construisent d’affreux minarets, refusent la laïcité, ne sont là que pour toucher les allocs etc. etc. Ce discours on le connait par cœur et cela ne fait guère avancer le débat.
 
Je n’ai pas changé d’avis : quelque soit le danger que représente l’islam en France dénoncer ce danger ne saurait servir de réponse à la question de l’identité. Imaginons un professeur de sciences naturelles qui demande à ses élèves de définir le mouton. Réponse de l’élève : « mais les ours sont dangereux : ils attaquent les troupeaux de moutons ; il faut donc les éradiquer. » Or, même si cette dernière assertion est exacte, elle n’est pas une réponse à la question. Dans ce débat aussi. La question est : qu’est-ce qu’un Français ? Qu’est-ce qu’être français ?
La réponse des Big Mac et alii appelle deux commentaires.
 
Le premier est que ce rejet de l’islam est général. Cela va du rejet violent et viscéral des Lepénistes à une attitude plus modérée du style « s’ils veulent voiler leurs femmes c’est leur problème du moment qu’ils me foutent la paix ». Mais personne en France, personne, même les plus modérés, n’est attiré par les idées de l’islam. Or, il n’y a danger pour une identité nationale que lorsque la population est attirée par des idées étrangères : changement de langue, conversion à une nouvelle religion, etc. Ainsi lorsque les Gaulois commencèrent à parler latin, à imiter les mœurs des Romains, etc.
Pour illustrer mon point de vue je vais donner un exemple : un début de christianisation au Japon :
 
En août 1550, saint François-Xavier débarque au Japon. Les conversions débutent puis s’accélèrent. Les années qui vont de 1601 à 1613 voient même une véritable expansion de l’Église. À Nagasaki, siège de l’évêque, la cathédrale de l’Assomption est achevée en 1602 ; quarante mille catholiques et onze églises font de la ville une « petite Rome ». Arima (une autre ville) possède un séminaire et un collège qui compte une quarantaine d’étudiants en 1607. À Kyoto, sept prêtres administrent en moyenne cinq mille baptêmes par an. Bref le catholicisme se répand comme une trainée de poudre. Oui il y avait bien danger pour l’identité japonaise faite d’une symbiose de bouddhisme et de shintoïsme. Le pouvoir finit par en prendre conscience.
 
Un édit de 1614 a pour but la suppression pure et simple du catholicisme. Les daimyos (gouverneurs) locaux doivent renvoyer tous les missionnaires sur Nagasaki, puis de là vers Macao ; les chrétiens japonais doivent abjurer et retourner aux religions nationales. Ce texte en quinze articles est apposé dans tous les temples, lesquels donnent à leurs adeptes des certificats prouvant qu’ils ne sont pas chrétiens. Au cours de l’année 1614, soixante-deux jésuites sont embarqués sur un navire portugais.
A partir de 1623, le shogun (premier ministre) ferme le pays de manière presque complète et soumet les chrétiens à la répression la plus farouche. Les martyres se succèdent : à Yedo, en 1623, deux missionnaires et quarante-huit chrétiens sont brûlés ; en 1624 ont lieu des exécutions massives, qui font deux cents victimes ; les chrétiens sont systématiquement privés de leur emploi ou de leurs biens. Le daimyo d’Arima entreprend une campagne d’extermination et met au point de nouveaux types de torture.
L’Église japonaise est décapitée : en 1638, cinq religieux, jésuites et franciscains restés cachés dans l’archipel, sont arrêtés et torturés. La fermeture du pays est pratiquement intégrale entre 1639 et 1854.
En même temps sévit une véritable réaction en matière culturelle. Les livres sortis de l’ancienne imprimerie jésuite sont systématiquement détruits ; à partir de 1630, les livres composés en chinois par des missionnaires jésuites de Chine sont interdits sur le sol japonais, et comme certains lettrés continuent à les lire, un décret de 1658 précise que quiconque importera ces ouvrages sera mis à mort. La « chasse aux livres » complète et parfois même remplace la chasse aux chrétiens.
Le Japon manque de livres, en particulier concernant les sciences occidentales. Ces dernières repénètrent au Japon grâce aux vaisseaux de la compagnie néerlandaise des Indes orientales. Des ouvrages de science et de technologie, le plus souvent composés par des auteurs allemands ou néerlandais, parviennent de manière clandestine à Nagasaki à la fin du XVIIe siècle. Au XVIIIe siècle, les autorités tolèrent ces ouvrages, à condition bien sûr que tout prosélytisme en soit absent.
(Pour tous renseignements :
 
 
Tout ceci pour comparer avec la France d’aujourd’hui. Il n’y aurait danger pour l’identité nationale que si les Français « de souche » se convertissaient à l’islam. Or ce n’est pas le cas, loin de là : c’est même le contraire : un rejet total viscéral et massif et cela dans toutes les couches de la société. Donc l’islam ne représente pas un danger pour l’identité nationale. 40000 chrétiens à Nagasaki, principal port d’accès au sud du Japon (dont la population était passé de 2500 habitants à 25 000 entre 1575 et 1600) c’est énorme. C’est comme si, toutes proportions gardées, nous avions aujourd’hui plusieurs millions de convertis (je dis bien de convertis pas d’immigrés) musulmans à Marseille. Mais il n’y en a pas un seul.
Quand un peuple rejette une greffe étrangère il la rejette. L’Espagne a connu huit siècles d’occupation arabe et est restée catholique et hispanophone. La Grèce a connu trois siècles d’occupation ottomane et n’a jamais renié ni la langue grecque ni l’orthodoxie.
Donc puisqu’il n’y a pas danger pourquoi ces lepénistes font-ils une fixation sur l’islam ?
 
La seconde est : pourquoi ces lepénistes ne sont-ils pas capables de définir cette nation française qu’ils prétendent défendre ? Est-ce si difficile de dire la France c’est ceci ou cela, c’est A+B+C+D ? Il faut croire que oui. Haïr l’autre ne veut pas dire s’aimer soi-même.
Alors comment définir l’identité nationale de façon positive ? Et pourquoi n’y arrivent-ils pas ?
 
Dans mon article précédent je disais que :
1 ) Le premier critère est la langue. S’il y a malaise en matière d’identité c’est parce qu’il y a un recul extraordinaire du français en France même et ce pour deux raisons :
a) le première est le recul du français face à l’anglais (tous ce scientifiques qui publient en anglais, les entreprises françaises qui communiquent entre elles en anglais à l’intérieur de l’Hexagone et celles qui ont même adopté la langue d’outre Manche pour leur communication intérieure, sans parler des programmes EMILE).
b) La seconde est la baisse de niveau. Je ne vais pas rentrer dans les polémiques sur « le niveau baisse » d’une façon générale mais il est un fait que 15 % des enfants qui entrent en 6ème ont de grosses difficultés de lecture. Tous les chefs d’entreprise vous diront qu’ils reçoivent des messages incompréhensibles de personnes qui ne maitrisent pas leur langue maternelle. Selon une étude de l’INSEE publiée le 6 aout la part de la presse et du livre dans le budget des ménages a diminué de d’un tiers depuis 1970. Un tiers c’est énorme !.
2 ) Il est évident que, si la langue est essentielle, elle ne suffit pas. Les Québécois sont francophones mais ce ne sont pas des Français. Ce qui définit ensuite une nation c’est une culture. Il faut entendre ce mot au sens large c’est-à-dire un ensemble de productions artistiques, de coutumes etc. qui caractérisent ladite nation : cela va de la gastronomie à l‘architecture en passant par la littérature, la peinture et même le droit. Lorsqu’on regarde les palais de Florence, les cathédrales gothiques et le château de Versailles on reconnaît tout de suite un style, un pays, une époque. C’est cela l’identité.
 
Après mai 1968 la gauche s’est violemment attaquée à la culture au prétexte qu’elle était bourgeoise et source de sélection sociale. On s’en est tout d’abord pris aux humanités classiques, au latin et au grec. Or l’héritage gréco-latin n’est-il pas un des fondements de notre identité nationale ? On s’en est aussi pris à la religion non pas en tant que religion mais en tant que sujet du savoir. Or comment déchiffrer la plupart des tableaux lorsqu’on ne connait ni la mythologie gréco-latine ni la religion chrétienne ?
Or cette politique n’a jamais rien donné : il y a toujours autant d’inégalités sociales.
Je comprends un peu le raisonnement de la gauche à l’époque quoique je ne l’approuve pas : l’État-nation à base linguistique du XIXème siècle était dominé par les bourgeoisies nationales qui s’arc-boutaient sur leurs barrières douanières pour protéger leurs intérêts. Et la culture nationale était bourgeoise. Ce n’était pas une raison pour la rejeter.
 
Mais aujourd’hui la bourgeoisie s’est convertie à la mondialisation et n’a plus rien à faire des cultures nationales. Du coup la droite a repris le flambeau demandant par exemple la suppression d’épreuves de culture générale à certains concours. À quoi sert d’avoir lu La Princesse de Clèves pour être facteur ou agent de la RATP ? Le problème c’est qu’avec des raisonnements pareils il n’y aurait jamais eu de culture. A quoi servent le les palais de Florence, les cathédrales gothiques et le château de Versailles ? On aurait mieux fait de construire des HLM ! Mais la culture c’est ce qui ne sert à rien. Et un peuple qui ne fait pas des choses qui ne servent à rien est un peuple entré en décadence.
C’est cette nouvelle bourgeoisie mondialisée qui veut nous imposer une Europe anglo-saxonne et hyper-libérale. Nous avions voté « non » et on nous a forcé la main. Ces nouvelles élites sont incapables d’imaginer une Europe européenne et elles cherchent à copier le seul modèle qui trouve grâce à leurs yeux : les Etats-Unis. Or pour acquérir une identité face à eux l’Europe aurait du choisir un autre modèle que les USA et une autre langue que l’anglais.
 
Résultat la France est franchement entrée en décadence.
1 Finie la philosophie avec Sartre et Merleau Ponty, fini les sciences humaines avec Lacan, Dumézil et Lévi-Strauss, fini la littérature avec Camus et Julien Gracq, fini l’architecture avec Le Corbusier, fini l’époque où Paris était le point de convergence des peintres et des artistes. D’aucuns diront que Le Clézio vient d’obtenir le prix Nobel. Certes il y a encore quelques beaux restes, mais c’en est fini d’un rayonnement qui avait commencé à la Renaissance et n’avait cessé depuis.
 
2 Et ce qui est vrai pour la culture savante l’est encore plus pour la culture populaire. Avec 75 % de chansons en anglais sur certaines chaines (et encore parce qu’il y a des quotas !). Et Nike, les séries B, Mac Donald, Mickey etc.
Quel est le vrai danger ? La France s’acculture et en même temps elle s’inculture car il faut voir le niveau des paroles de ces chansons pop, rap, rock et que sais-je encore. Et comparer avec Barbara, Brassens ou Gainsbourg. Il faut comparer les séries américaines avec Truffaut, Mac Do avec la gastronomie française, Nike avec le travail des grands couturiers et Coca Cola avec les vins. (Et ici aussi il y a quelques beaux restes comme la BD). C’est cela qui est nouveau, les valeurs que véhiculent les Américains du Nord sont de la non-culture. Je m’explique : l’anglais par exemple n’est pas la langue de Shakespeare. C’est un jargon international qui n’est pas lié à une histoire, une littérature, une poésie, un théâtre, une philosophie. Et l’anglais est la langue des États-Unis, le pays le plus représentatif de l’utilitarisme, du « à quoi ça sert ? ».
C’est ainsi : la culture vis-à-vis de laquelle la France fait des complexes d’infériorité est la culture de la non-culture, de l’utilitarisme terre à terre. Business as usual.
 
Alors d’où vient le danger ? Des Arabes ou d’une sous-culture américaine ? Qui le shogun doit-il donner l’ordre d’exterminer cette fois-ci ? A quoi les Français se convertissent-ils ? A l’islam ou à Clint Eastwood, Madonna et Mickael Jackson ?
 
Alors pourquoi Big Mac (le choix de ce pseudo est hautement significatif) n’est-il pas capable de définir une identité française ? Parce que la plupart de ceux qui tiennent ce discours paranoïaque anti-musulman ne connaissent pas bien la culture française. Leur paranoïa anti-musulmane leur sert de culture de remplacement.
 
Ma conclusion reste la même : à quoi ça sert de lire La Princesse de Clèves ? Mais tout simplement à acquérir une identité ! Il n’y a pas de culture mondiale. L’américanisation-mondialisation c’est la fin de la culture et de toutes les identités nationales. Et c’est sur ce modèle qu’on veut nous imposer la France et l’Europe :
 
Dommage ! Si la France était restée ce qu’elle était elle aurait un rôle à jouer entre le fanatisme d’un Ben Laden et la vulgarité américaine… Mais cela ne sert à rien d’être passéiste. Nous allons devenir Américains un point c’est tout.
 
Patrick Kaplanian
 

Moyenne des avis sur cet article :  3.88/5   (32 votes)




Réagissez à l'article

96 réactions à cet article    


  • patrickk 10 décembre 2009 18:12

    Est-ce de l’arabe des banlieues ?


  • patrickk 10 décembre 2009 18:29

    Vous pouvez traduire ?


    • toug toug 11 décembre 2009 14:33

      @ L’auteur

      Je vois pas l’intérêt de prendre l’avis de Big Mac pour contre argumenter derrière... car avec Big mac on ne doit pas argumenter ni même donner echo à ses propos nauséeux pour moi... Demander l’avis de big mac ( sioniste intégriste haineux et raciste ) sur la question de l’islam en France c’est comme prendre en considération l’avis d’un Afrikaner à l’époque de l’apartheid sur la question des noirs en France, ca n’a strictement aucun sens... Big Mac est autrement plus raciste que n’importe quel Français qui se sent menacé par les musulmans dans son identité, son avis de colons raciste je m’en carre, lui il ne se sent pas menacé il veut les exterminer lui, comme pyjamas il doit probablement porter un t-shirt avec un sniper qui vise une palestinienne enceinte avec le slogan « un tir, deux tués »....

      Non sans ire, c’est une insulte aux lecteur d’avox de simplement prendre en compte ce genre d’individus, comme fait chomsky avec les négationnistes, respectons leur liberté d’expression mais ne pas commencer pas à débattre avec des malades de ce type ! c’est leur donner trop d’importance !!!!

      Bon sinon très bonne article.


    • patrickk 10 décembre 2009 18:33

      Est-que vous pouvez traduire ?


      • LeGus LeGus 10 décembre 2009 18:50

        Non il peut pas traduire, moi si...

        « Je n’ai aucun argument pour démonter votre article, mieux écrit que je ne pourrais le faire, donc j’éructe n’importe quoi, je bourre le débat avec la seule chose que je sois capable de produire en quantité, mais que les gens civilisés ne répandent que sur du papier hygiénique. »

        Un des rares articles un peu sensé dans ce débat puant, visant à faire du bruit avant les régionales, peut-être en préparation d’un nouveau sons et lumières banlieusard produit par TF-haine, avec pour figurants ceux qui sont l’objet inconscient de votre article.

        Bien à vous.


      • LeGus LeGus 10 décembre 2009 19:37

        @Piston,

        Mince alors, vous aurais-je pris à tord pour un troll raciste ???
        Pour ma défense je dirais que votre déguisement était bien fait, je vous ai pris pour un troll raciste, j’ai réagis en conséquence et je recommencerai au besoin.
        Mais n’espérez pas d’excuses si mon explication ne vous satisfait pas..

        Sans rancunes.


      • LeGus LeGus 10 décembre 2009 20:33

        Moi aussi je t’aime.


      • Rounga l’ahurissant Roungalashinga 10 décembre 2009 18:51

        Il n’y aurait danger pour l’identité nationale que si les Français « de souche » se convertissaient à l’islam. Or ce n’est pas le cas, loin de là : c’est même le contraire : un rejet total viscéral et massif et cela dans toutes les couches de la société.

        Ce n’est pas vrai. De nombreux français « de souche » se convertissent à l’islam, et parmi eux on trouve les plus radicaux et les porteuses de burqa.
        Il ne faut pas nier l’islamisation de la France, qui est une réalité visible (voiles) et chiffrable (6 millions de musulmans je crois ?). Évidemment les français « de souche » attachés à leur culture chrétienne ont le droit de déplorer cela, mais il faut aussi comprendre que ce phénomène est le contrepoids de la déchristianisation de la France. Il n’y a qu’à voir ces cathos qui fustigent le pape ou Madame Morano qui se dit catholique mais qui promeut l’homoparentalité : tout cela n’est que du vernis, ces gens-là n’ont pas la foi. Il faut bien comprendre que de nombreuse personnes en quête de spiritualité se tournent vers la seule religion qui manifeste encore de la ferveur, l’islam. Il faut aussi comprendre que le profond malaise qu’un être humain normalement constitué éprouve en face de notre société superficielle d’opulence, d’obscénité, de culte du fric, de matérialisme, de bêtise etc. il est donc normal donc, qu’un individu normalement constitué trouve dans la pratique religieuse fondamentaliste et sans doute un peu trop stricte un refuge face à cette vulgarité. Les chrétiens ont déserté leur poste, tant pis pour la France, ce sera l’islam qui prendra le relais.

        Mais d’un autre côté, il faut aussi comprendre (ça fait beaucoup de choses à comprendre, je sais) que le vote contre les minarets n’est pas forcément un vote d’extrême-droite. C’est normal que les gens aient peur de voir survenir des changements dans leur cadre de vie, surtout sur une durée aussi courte que 30 ans. Il y a des endroits en banlieue où on ne peut plus acheter ni jambon, ni alcool, et franchement ça doit bien faire chier les non-musulmans. Beaucoup de gens ne souhaitent pas cela, et c’est une peur qui peut être légitime.

        Cependant sur le reste du propos je suis assez d’accord, particulièrement sur la déculturation. Ca ne sert effectivement à rien d’avoir lu La Princesse de Clèves quand on est facteur, n’empêche qu’aujourd’hui si vous n’avez pas vu Star Wars, vous passez pour un extra-terrestre. L’américanisation des mentalités, qui peut-être n’est pas sans accompagner la désertion religieuse dont je parlais, est une réalité indéniable. Au niveau de la musique, des programmes télé (jeux télés entièrement pompés sur des jeux US, 1 série américaine par soir, voire plus : FBI portés disparus, Bones, NCIS...), des sorties de film, de la publicité qui comporte de plus en plus de slogans en anglais. Mais aussi plus grave au niveau de la politique : politique spectacle, tentation du bipartisme, alignement sur la politique américaine (Europe, Afghanistan). Tous ces exemples touchent directement tous les français, contrairement à quelques faits divers liés à l’islam, mais qui ne font chier beaucoup moins de monde. Les menaces sur la laïcité, sur la mixité, etc. sont certes des problèmes qu’il faut traiter, mais comparé à la lame de fond d’américanisation qui emporte notre pays, ce ne sont que des vaguelettes.


        • patrickk 10 décembre 2009 19:01

          Ce n’est pas si ahurissant que ça ce que vous dites Rougalashinga !

          Il y a peut etre quelques cas de conversion à l’islam en France mais je doute que cela aille loin.
          Par contre votre réflexion me fait penser que j’ai oublié quelque chose : dans l’américanisation il y a aussi la religion : églises évangélistes surtout mais aussi mormons, témoins de jéhovah etc.


        • patrickk 10 décembre 2009 19:11

          VOUS DITES
          Mais d’un autre côté, il faut aussi comprendre (ça fait beaucoup de choses à comprendre, je sais) que le vote contre les minarets n’est pas forcément un vote d’extrême-droite. C’est normal que les gens aient peur de voir survenir des changements dans leur cadre de vie, surtout sur une durée aussi courte que 30 ans.

          SOYONS CLAIRS
          Je me rapelle dans le débat précédent quelqu’un qui disait qu’il ne voulait pas de minarets, qu’il tenait au clocher de son village etc. ... ou quelque chose du genre.
          Cela veut dire quoi ? Cela veut dire qu’on nous bassine avec la laicité mais que la France n’est pas aussi laique qu’elle veut bien le dire. En effet pour la laicité église et mosquée c’est kif kif bouricot ! D’ailleurs, si nous étions vraiment un Etat laic, Noel, Paques le 15 aout etc. ne seraient pas fériés.


        • Rounga l’ahurissant Roungalashinga 10 décembre 2009 20:12

          Et notre calendrier n’aurait pas pour origine la naissance de Jésus-Christ ! (Quelle origine alors ? 1905 ? Nous serions en « 104 après 1905 » ?). Trêve de plaisanteries, la France a un passé, une histoire et une culture chrétienne (et non pas judéo-chrétienne comme on l’entend souvent), c’est donc normal que notre héritage culturel, nos paysages et nos habitudes issues du christianisme perdurent.


        • patrickk 10 décembre 2009 20:43

          je suis d’accord le christianisme fait partie de notre histoire et de notre identité. Meme si on est athée.
          Ce qui m’irrite ce sont ceux qui brandissent l’étendard de la laicité quand il s’agit de brocarder les musulmans.


        • patrickk 11 décembre 2009 07:28

          A Pasou
          Je ne veux pas traiter de la meme façon les moutons et les hyènes. Je dis simplement que dire du mal des hyènes ne saurait servir de définition du mouton.

          Quant à ce que que tu dis sur l’islam.... je pense que c’est toi qui devrais acquérir une culture musulmane. As-tu entendu parler de El Hallaj Al Mansour ? Et de Ghazali ?

          Et on pourrait dire autant de mal du christiannisme que tu en dis de l’islam en choisissant judicieusement les exemples : le massacre de la Saint-Barthélémy, l’inquisition etc.


        • patrickk 11 décembre 2009 07:31

          D’autre part tu parles de croyances débiles et dangereuses. Donc tu rejettes l’islam. Donc tu ne représentes pas un danger pour l’identité française.


        • Big Mac 11 décembre 2009 09:58

          Dès que l’on parle de laïcité, des illusionnistes vous produisent leur numéro de cirque, un tour de passe où sous prétexte de comparatif entre la chrétienté et l’islam ils vous compare allègrement des religions diamétralement opposées en soulignant leur équivalente nocivité. Je vous propose d’analyser cette prétendue équivalence.

          Les « born again » ou évangéliste sont les pires extrémistes des rangs chrétiens qui sont souvent dénoncés au même titre que les islamistes. Examinons le fondamentalisme qu’il y aurait à reprocher aux « born again ». Comme tout lobby ils influencent par voie démocratique pour obtenir :

          - L’enseignement de l’intelligent Design dans les écoles et université.

          - Un meilleur contrôle voire une prohibition de l’avortement.

          Voyez vous même si c’est comparable à l’extrémisme musulman qui explose au 4 coins du globe des dizaines et des centaines de milliers de civils, émet des arrêts de mort contre des philosophes ou quiconque leur déplait, provoque des morts pour des simples caricatures, assassinent des hommes politiques pour leurs opinions, confisquent des pans entiers de territoires en interdisant à toute autre population d’y enter, incitent leurs ouailles à massacrer des civils et faire régner la terreur.

          Toute la supercherie est là : comparer la peste bubonique à un bouton d’impétigo. Par cette escroquerie intellectuelle, on associe par équivalence des chrétiens dont les actions sont moins extrêmes que celle des musulmans les plus modérés, aux islamistes les plus extrémistes.

          Ce tour de passe passe sémantique, dont les illusionnistes usent et abusent s’accompagne toujours des duperies associées pour crédibiliser l’escroquerie : parler des horreurs commises il y a plusieurs siècles (inquisition, croisade) pour les comparer avec des horreurs actuelles (meurtre de masse des civils, djihad), minimiser les horreurs commises par les uns (Al Husseini et le nazisme actif) et surgonfler les horreurs faites par les autres (Pie 12 et la collaboration passive).

          Bien sûr les illusionnistes qui vous bernent avec ce numéro de cirque, vous assureront de leur impartialité, de leur lutte égale contre tout obscurantisme, vous diront que s’ils ne vous parlent que de l’extrémisme le moins extrême, c’est parce que le plus extrême est sur-gonflé et a déjà été dénoncé, que tous les extrémismes se valent mais que certains sont plus excusables que d’autres car justifiés par la misère et le racisme.

          Après cet enfumage méthodique et longuement matraqué, Tony blair qui n’est pas plus extrémiste que Dalil Boubaker le modéré recteur de la mosquée de Paris devient tout à fait comparable à Ben Laden ou à l’Ayatollah Komeini. Après cet enfumage un crucifix tout au plus comparable à une main de fatimah ou un trèfle à 4 feuilles, devient le même symbole qu’une burqa ou qu’une ceinture d’explosif de shahid.

          Voilà exposé le modus operandi typique des falsificateurs qui vous permettra de reconnaître un authentique débat, d’une publicité pour l’islam.



        • Axel de Saint Mauxe Nico 11 décembre 2009 14:16

          Il n’y a qu’à voir ces cathos qui fustigent le pape ou Madame Morano qui se dit catholique mais qui promeut l’homoparentalité : tout cela n’est que du vernis, ces gens-là n’ont pas la foi.

          VATICAN II a été un désastre pour l’église catholique... cela aussi il faut le rappeller.


        • DESPERADO 11 décembre 2009 15:28

          La campagne des minarets comme la campagne des caricatures de Mohamed, sont initiées par l’extreme droite.
          C’est un secret de polichinelle.
          En cela le processus démocratique est acceptée, à juste titre, même si il est le fait de raclures racistes.
          Les Suisses ont votés, voilà, c’est bien et maintenant quoi ?
          Y a plus de crise des banques, il n’y a plus de chomage, il n’y a plus de pauvres, plus de pédophiles,plus de.... ?
          On vous a donné un os à ronger, avec ce qui vous restera de dents, vous pourrez toujours allez à la soupe populaire de l’umps.


        • morice morice 10 décembre 2009 19:17

          « elle était elle aurait un rôle à jouer entre le fanatisme d’un Ben Laden et la vulgarité américaine »

          ce n’est PAS UN CHOIX ! c’est la même chose, le premier est la créature de la seconde !

          • patrickk 10 décembre 2009 20:53

            Oui c’est vrai : c’est action-réaction.
            la France aurait pu se placer ailleurs, en dehors ou au-dessus.
            mais quand je vois Sarkozy qui court à new-York dès son élection, qui veut envoyer encore plus de roupes en Afghanistan, qui veut que la France réintègre l’OTAN ......


          • abdelkader17 10 décembre 2009 19:46

            "Je n’ai pas changé d’avis : quelque soit le danger que représente l’islam en France dénoncer ce danger ne saurait servir de réponse à la question de l’identité."

            Je ne vois pas quel danger peut représenter l’islam et la spiritualité en générale,loin d’avoir régler quoi que ce soit les idéologies séculières et le diktat des laicards ont transformé le monde occidental en un vaste champ de ruine moral et intellectuel ou l’intolérance et le racisme sont désormais à leur apogée , le bonheur se trouve il dans le supermarché ?
            Ceux qui veulent y voir une menace véhiculent l’idéologie du choc des civilisations pour d’obscurs raisons d’intérêts matériels et de messianisme protestant,il fallait trouver un ennemi de substitution au communisme non seulement pour ne pas démanteler l’organisation du traité de l’atlantique nord mais aussi pour s’engager dans les expéditions coloniales visant à mettre le pétrole sous séquestre et contrôler les routes de l’énergie.
            Le vieux racisme anti arabe est désormais remplacé par l’islamophobie, la construction d’un racisme respectable.
            Comment voulez vous que les gens ne cèdent pas à la peur, depuis 2001 le matraquage du petit clergé médiatico intellectuel est constant, quotidien ,les pantins politiques ne sont en reste,c’est curieux qu’on se sente assiéger, quand dans le même temps on pille et génocide à tour de bras les territoires musulmans ,plus d’un million d’Irakiens sont morts pour des mensonges,pour satisfaire les désirs malsains de gangsters occidentaux appelés démocrates, c’est trop ridicule !,que font les Français sous bannière américaine en Afghanistan ? Al qaida ou les ressources de l’Asie centrale ? devinez donc ! tout n’est que propagande et mensonge ,le pillage et le viol des terres comme pratiques de gouvernance mondiale pour des états soit disant civilisés,c’est désormais au nom de la guerre humanitaire que l’on parachute la démocratie à l’aide à fragmentation.
            On bombarde volontairement des civils et on appelle ça des dommages collatéraux ,l’occident à atteint un point de non retour,son déclin est largement amorcé, ne reste que la fuite en avant dans les génocides et les expéditions sauvages et prédatrices.


            • patrickk 10 décembre 2009 20:47

              Je suis d’acord avec ce que vous dites Abd el Kader.
              Je ne dis pas que l’islam représente un danger je dis simplement que savoir s’il représente un danger ou non est hors sujet. Si le sujet est l’identité française.


            • abdelkader17 10 décembre 2009 21:03

              @Patrickk
              Bonjour
              L’identité nationale quel beau leurre ! on ratisse sur les terres de l’extrême droite,d’ailleurs quelle différence entre ce pseudo gouvernement républicain et le Front national ? on a mis en sourdine le discours Lepéniste pendant 30 ans pour se lâcher comme des fauves aujourd’hui.
              Pour masquer la faillite politique, économique et sociale on utilise les vieilles recettes identitaires, rien de nouveau dans « la patrie des droits de l’homme ».


            • bright13 bright13 11 décembre 2009 11:43

              @abdelkader17

               la spiritualité serait-elle la chasse gardée de la religion... ?? interdite aux athées stupides ? c’est de la mauvaise foi ....et la mauvaise foi pour un croyant ....


            • finael finael 10 décembre 2009 20:15


              L« Américanisation » n’est pas l’apanage de la France.

              Comme toute puissance dominante, les Etats-Unis propagent aussi leur culture. Vos contradicteurs ne se gênent pas pour porter des jeans, écouter de la musique américaine, manger « à l’américaine », etc ... etc ... une multitude de comportements, d’habitudes, ...

              Ca a toujours été le cas, pensez aux rayonnements culturels des empires romain, byzantin, arabes ou bien d’autres, du français comme langue internationale pendant deux siècles.

              Parfois, pour plaisanter, je dis que des archéologues, dans 5000 ans, en trouvant absolument partout d’étranges objets creux, en verre, aux formes féminines, penseront que la planète entière vénérait quelque déesse au nom oublié ........

              ..... si vous ne voyez pas de quoi je parle c’est que c’est tellement évident qu’on n’y fait plus attention !


              • Nartnog 10 décembre 2009 21:20

                A l’auteur,

                Merci pour cet éclairage différent sur un sujet qui devenait pesant !


                • Annie 10 décembre 2009 21:26

                  Mais on ne peut pas vraiment décrire l’influence américaine comme un rayonnement ; il s’agit plutôt d’un nivellement par le bas et d’une culture et d’un état d’esprit qui se sont imposés pour des raisons utilitaires. Dire que l’anglais n’est pas la langue de Shakespeare est presque une insulte, qui revient à nier les similarités entre la culture anglaise et française qui sont si proches à de nombreux égards : dans leur déférence aux auteurs classiques, aux poètes comme Byron ou Yeats, aux romanciers comme Joyce ou Beckett, aux innovateurs linguistiques comme Burgess. Elle est au meilleur d’elle-même aussi impénétrable et riche que le français de Proust et tout aussi exigeante. Non seulement l’anglais est la langue de Shakespeare, mais il reste encore à trouver un équivalent français au barde.


                  • patrickk 11 décembre 2009 06:08

                    Tout ce que vous dites sur l’anglais est exact mais ce n’est pas cet anglais-là qui est celui des multnationales et autres organisations internationales. Il s’agit d’un sabir, d’une sorte d’esperanto dont les locuteurs n’ont que faire de Yeats et Burgess.


                  • pingveno 11 décembre 2009 15:44

                    « Il s’agit d’un sabir, d’une sorte d’esperanto dont les locuteurs n’ont que faire de Yeats et Burgess. »

                    Et hop malgré ma réaction à votre précédent article vous avez remis ça, encore une fois un espéranto = non culture, franchement on va finir par s’énerver. Et c’est vraiment dommage parce que j’approuve sinon le reste de votre propos.
                    Franchement, vous voulez des polémiques du niveau de ce que nous proposent Typhon et ses sbires ? On va bien rire...


                  • pingveno 11 décembre 2009 15:47

                    « Mais on ne peut pas vraiment décrire l’influence américaine comme un rayonnement ; il s’agit plutôt d’un nivellement par le bas [...] Non seulement l’anglais est la langue de Shakespeare, mais il reste encore à trouver un équivalent français au barde. »

                    Désolé Annie si je trouve ces deux phrases contradictoires. La langue que j’ai dû apprendre pour des raisons professionnelles est tout sauf la langue que Shakespeare utilisait il y a des siècles. Et même si c’était le cas ce n’est certainement pas la lecture de Shakespeare que mes recruteurs attendraient de moi. Précisément parce que comme vous dites nous assistons à un nivellement par le bas. La langue des affaires n’est pas une langue de culture.


                  • Duralex Duralex 10 décembre 2009 22:03

                    Il n’y a pas d’américanisation de la société française car le mot même d’« américanisation » signifie le vide : plus rien n’existe en dehors de ma petite personne dont le souci essentiel va être de satisfaire mon petit besoin de jouissance.

                    Pourquoi accuser les américains si nous sommes comme eux ?

                    La raison principale pour laquelle l’Islam fait si peur ne tient pas à ce qu’en dit la droite, ou la gauche (totalitarisme, mépris des femmes et autres images d’Epinal), mais à ce que l’Islam constitue la seule forme de transcendance actuellement subsistante.

                    Nous savons que les valeurs de l’Occident, les vraies valeurs, pas celles qu’on enseigne aux enfants, qui n’y croient d’ailleurs pas, mais celles qui dirigent réellement notre monde, l’avidité, la vénalité, la cupidité, le cynisme, n’ont aucune chance de séduire aucune âme normalement constituée, à commencer par la notre.

                    La religion catholique n’existe plus en France, à tort d’ailleurs. Le protestantisme et le judaïsme sont des phénomènes marginaux.

                    L’Islam est porteur d’espoir, beaucoup plus que le discours du FN. Je ne suis pas musulman mais l’Islam anime plus d’un milliard de personnes qui restent rebelles à l’avidité, à l’obscénité du pouvoir de l’argent, à l’incroyable vulgarité de notre monde.

                    Opposer l’identité française, que l’on est par ailleurs incapable de définir, à l’Islam dans ces conditions c’est défendre quoi exactement ?


                    • Big Mac 10 décembre 2009 23:22

                      Patrickk,

                      « Non-culture » Américaine ? La preuve qu’elle existe elle ne vous plait pas ! Enfin le peu que vous en connaissez, parce qu’elle est si immense que la seule production de quelques universités dépassent les publications de tout le monde islamique.

                      Déjà le moindre bon sens vous ferais dissocier le changement de culture par influence, par définition consentant, de celui invasif, un viol imposé.

                      Le Big Mac se cumule à la gastronomie Française, le halal en bannit cochonnailles et vins. Les nikes et jeans se cumulent à la grande couture, burka et tchador éradiquent tout autre tenue vestimentaires.

                      Au fait Sartre, c’était pas celui qui avait ouvert une rubrique de petites annonces pédophiles dans le journal le Monde ? Je comprends mieux votre mansuétude pour Mahomet.

                      Allez je vous laisse avec Phillibert et Abdelkader qui seront mieux à même d’apprécier votre idée de la culture Française.


                      • Rounga l’époustouflant Roungalashinga 11 décembre 2009 09:25

                        « Non-culture » Américaine ? La preuve qu’elle existe elle ne vous plait pas ! Enfin le peu que vous en connaissez, parce qu’elle est si immense que la seule production de quelques universités dépassent les publications de tout le monde islamique.

                        Encore une entourloupe de Big Mac, qui consiste :
                        -à confondre la culture américaine avec la publication universitaire, ce qui n’est pas équivalent.
                        -à faire croire que l’importation de la culture américaine déplorée dans l’article est autre chose que l’importation d’une sous-culture commerciale télévisuelle, musicale, cinématographique, et alimentaire. Comme si l’auteur se désolait que les Français délaissassent Balzac pour Marc Twain, Steinbeck, Hemingway...
                        -à rebondir sur cette qualification assez juste de « non-culture » pour nous faire un joli sophisme du genre « vous dites que le golf n’est pas un sport ? La preuve que c’est un sport puisque vous dites qu’il n’en est pas un et qu’il ne vous plaît pas ! »

                        Déjà le moindre bon sens vous ferais dissocier le changement de culture par influence, par définition consentant, de celui invasif, un viol imposé.

                        Ensuite il nous fait le coup du faux naïf, qui se cache un oeil pour mettre une loupe sur l’autre. En effet il fait semblant de croire que si les Français sont sous l’influence américaine, c’est qu’ils l’ont désiré tout seuls, que les américains y sont pour si peu - ils nous ont juste proposé et nous on a dit oui - alors que de l’autre côté les musulmans ont fomenté un complot de longue date pour nous soumettre, en appliquant une stratégie pernicieuse d’invasion agressive. C’est cela qu’il faut comprendre, puisque quand il dit « un viol imposé », il n nous dit pas par qui, afin de bien insinuer que seule l’oumma est dans le coup, et certainement pas une certaine partie de nos élites françaises. C’est ça qui est difficile avec Big Mac, la moindre phrase il faut la démêler pour montrer en quoi leur apparente simplicité cache une pensée retorse.


                      • Big Mac 11 décembre 2009 10:08

                        « Quand il dit viol imposé il ne nous dit pas par qui »

                        Heu vous êtes dur d’oreille Runga, voilà 1000 fois que je répète que les auteurs de ce viol imposé sont les musulmans et pour la description de ce viol, même l’article de l’auteur me cite :
                         
                        les banlieues, les émeutes, les centaines de milliers de véhicules incendiés, les pans entiers de territoire annexés, les rues de Paris interdites aux riverains, le soutien au terrorisme, les burkas, le refus de la mixité dans les piscines dans les écoles, dans les hôpitaux, les menus halal imposés aux non-musulmans, etc.

                        Mais je ne m’inquiète pas les peuples d’Europe semblent mois sourds que vous.


                      • Rounga l’époustouflant Roungalashinga 11 décembre 2009 10:52

                        Heu vous êtes dur d’oreille Runga, voilà 1000 fois que je répète que les auteurs de ce viol imposé sont les musulmans et pour la description de ce viol, même l’article de l’auteur me cite :
                         
                        les banlieues, les émeutes, les centaines de milliers de véhicules incendiés, les pans entiers de territoire annexés, les rues de Paris interdites aux riverains, le soutien au terrorisme, les burkas, le refus de la mixité dans les piscines dans les écoles, dans les hôpitaux, les menus halal imposés aux non-musulmans, etc.

                        Mais je ne m’inquiète pas les peuples d’Europe semblent mois sourds que vous.

                        Donc vous confirmez ce que j’ai dit.


                      • patrickk 11 décembre 2009 11:21

                        Le Big Mac se cumule à la gastronomie Française

                        et pas le couscous ?


                      • patrickk 11 décembre 2009 11:25

                        Dites Big Mac
                        Si on faisait un peu connaissance ?
                        Parlez nous des lives que vous avez lu cette année, des pièces de théatre que vous avez vues, des expositions etc.


                      • abdelkader17 10 décembre 2009 23:27

                        « Le Big Mac se cumule à la gastronomie Française »
                        ça laisse un peu situer votre niveau d’exigence culinaire et pourtant dieu sait si la cuisine Marocaine est appréciable,bien loin de la nourriture pour bestiaux de chez Mac do.


                        • Big Mac 11 décembre 2009 00:09

                          Je ne suis pas une fine gueule parce que plutôt ascète qu’hédoniste, mais j’ai néanmoins vécu une vingtaine d’années dans le beaujolais, haut lieu des bons vins et de la gastronomie Française.

                          La mangeaille et l’accouplement c’est juste remplir des petits trous avant le grand.


                        • Png persona-nongrata 11 décembre 2009 00:40

                          Mais que fais la modération avec ce batard de la casse ?

                        • patrickk 11 décembre 2009 06:51

                          D’accord parlons de l’Arménie.

                          L’Arménie a été occupée par les Turcs seldjoukides à partir de 1050 puis par les Ottomans. Un peu moins de 9 siècles d’occupation turco-islamique. Et cela s’est terminé par un génocide : un million et demi de morts vers 1915.

                          Cela ne change rien au problème de lidentité.

                          1 Si il y a un peuple qui n’a pas de problème didentité ce sont bien les Arméniens. Ils ont leur propre langue parlée par eux seuls, une écriture propre utilisée nulle part ailleurs, une église indépendante qui n’est ni catholique ni orthodoxe etc.

                          2 Parce qu’ils avaient (et ont toujours) une solide identité les Arméniens ont résisté à 900 ans d’occupation turque. Même le génocide nen est pas venu à bout.

                          Donc je maintiens ce que je dis : si un peuple a une solide identité, rien nen viendra à bout. Si un génocide nest pas venu à bout des Arméniens ce n’est pas quelques cantines halal, quelques piscines non mixtes ou quelques femmes débiles qui portent le burqa qui viendront à bout des Français.

                          Il n’y a danger pour une identité que lorsqu’il y a des conversions pas lorsqu’il y a répression, ni invasion.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès