• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La face cachée du Débarquement en Normandie

La face cachée du Débarquement en Normandie

Ce qui resta tabou 

« Soldats, marins et aviateurs des Forces expéditionnaires alliées ! Vous êtes sur le point de vous embarquer pour la grande croisade vers laquelle ont tendu tous nos efforts pendant de longs mois. (…) Les espoirs, les prières de tous les peuples épris de liberté vous accompagnent. Vous apporterez la sécurité dans un monde libre. La fortune de la bataille a tourné ! Les hommes libres du monde marchent ensemble vers la Victoire ! Bonne chance !(…) Implorons la bénédiction du Tout-Puissant sur cette grande et noble entreprise. »

Message d'Eisenhower aux troupes d'assaut, le 5 juin 1944

 

Nous avons toujours gardé une image fabuleuse du débarquement ; Notamment, nous fûmes subjugués pour ne pas dire conditionnés par le fim culte : « Le jour le plus long » , Ce ne sont pas moins de 5 réalisateurs de nationalités différentes qui nous font découvrir le débarquement allié en Normandie du 6 juin 1944. Nous vîmes et admirâmes une pleiade d’acteurs tout aussi mythiques les uns que les autres Un casting de haut vol s'y associe : John Wayne, Bourvil ou encore Sean Connery, Henry Fonda , Robert Mitchum mais aussi des milliers de figurants. Certains événements de cette campagne militaire historique ont été passés sous silence. Les fils connus de l'opération Overlord. Qui se souvient par exemple que les gros ballons des parades d'un grand magasin new-yorkais ont inspiré une supercherie à l'origine de la réussite du D-Day ? Les Alliés ont en effet eu l'idée de faire appel à l'entreprise Goodyear pour créer une armée en caoutchouc. Des chars et des barges gonflables devaient faire croire à un débarquement dans le Pas-de-Calais et détourner l'attention d'Hitler. » (1)



L'opération Overlord

On sait que le 6 juin 1944, ils étaient 177 Français à débarquer sur les côtes de Normandie, auprès des Alliés : un abbé, un repris de justice, un ancien légionnaire, un jeune marié, un ouvrier, un gosse de 17 ans, originaires de la métropole, de la Tunisie, de l'Algérie ou de Madagascar. Recrutés en Grande-Bretagne au début de la guerre, ils ont été entraînés à la dure en Ecosse avant de porter fièrement le béret vert du commando Kieffer.
« Aujourd'hui, 70 ans après, l'opération Overlord reste la campagne militaire la plus héroïque de l'histoire. Retour sur des aspects méconnus du débarquement. C'est la phase d'assaut de l'opération Overlord qui vise à créer une tête de pont alliée de grande échelle dans le nord-ouest de l'Europe et l'ouverture d'un nouveau front à l'Ouest. Une fois les plages prises, l'opération se poursuit par la jonction des forces de débarquement et l'établissement d'une tête de pont sur la côte normande puis l'acheminement d'hommes et de matériels supplémentaires. L'opération cesse officiellement le 30 juin 1944. La flotte d'invasion était composée de 6939 navires (1213 navires de guerre, 4126 navires de transport et 1600 navires de soutien dont de nombreux navires marchands) provenant de huit marines différentes. (2)

 La mise en place de cette énorme flotte s'effectua dans tous les ports de la côte
Sud de l'Angleterre, de Plymouth jusqu'à Newhaven. » (2)287.000 personnes embarquées à bord des navires alliés le Jour J dont 177 - Nombre de soldats du commando français Kieffer ayant débarqué sur Sword Beach. 200.000 obstacles de plage installés par les Allemands le long du Mur de l'Atlantique, 200.000 véhicules alliés de toutes sortes débarqués en Normandie le 6 juin 1944 à minuit. 11.590 appareils alliés (chasseurs, bombardiers, transport, reconnaissance et planeurs), 10.395 tonnes de bombes alliées larguées sur la Normandie toute la journée du 6 juin 1944, 9 500 - Nombre d'avions alliés d'attaque et d'appui en vol le Jour J.
7616 tonnes de bombes alliées larguées sur la Normandie dans la nuit du 5 au 6 juin 1944,11.085 missions effectuées par les forces aériennes alliées le 6 juin 1944. 10.750 sorties (aller-retour) de l'aviation alliée pendant les 24 heures du jour J. Nombre de sorties de la Luftwaffe (armée de l'air allemande) le 6 juin 1944 ». (2) Plusieurs milliers de morts sont aussi à compter parmi les civils.(2)



Opération Torch

Deux ans plus tôt l'opération Torch vit le débarquement des Alliés principalement en Afrique du Nord (Algérie). Les effectifs mobilisés furent moins importants Ce sont principalement des Français d'Alger sous la conduite de José Aboulker qui permirent pour une part importante l'opération de débarquement Opération Torch est le nom de code donné au débarquement des Alliés le 8 novembre 1942. La prise d'Alger se fait en un jour grâce à la Résistance française, alors qu'à Oran et au Maroc, les généraux du régime de Vichy accueillent les Alliés à coups de canon, tout en livrant la Tunisie aux Allemands sans aucune résistance, Si les Alliés réussissaient à y repousser les troupes de l'Afrikakorps de Rommel, l'Afrique du Nord permettrait ensuite de disposer d'une plate-forme pour un projet plus ambitieux qui concernerait l'Europe méridionale ». (3)

L'opération qui comprenait 107.000 hommes s'effectua sur 200 bâtiments de guerre et 110 navires de transport. Elle se divisait en trois groupes ayant pour mission d'établir neuf têtes de pont sur près de 1500 km de côte. (...) Le 8 novembre 1942 à l'aube, les premiers vaisseaux de l'Opération Torch abordèrent les plages d'Afrique du Nord. Après une longue préparation, et en exécution d'accords passés secrètement à la conférence de Cherchell le 23 octobre 1942 entre la résistance algéroise et le commandement allié, 400 résistants français, dont les deux tiers étaient des Juifs ont neutralisé le 8 novembre 1942, les batteries côtières de Sidi-Ferruch et le 19e corps d'armée française d'Alger pendant une quinzaine d'heures. (...) Les diplomates et généraux américains ont eu tendance à omettre ou à minorer le rôle de la Résistance pieds noirs dans leurs relations ultérieures de l'opération Torch. » (3)



L'apport « réel » de la résistance lors du débarquement : Un tabou ?

Nous avons vu que les commandos du Commando Kieffer, des Français qui ont fait le débarquement, étaient composé de 177 volontaires sur un total de plus de 200.000 Américains, canadiens anglais et de plusieurs pays du Commonwealth. La doxa officielle a toujours présenté la "Résistance" comme étant la cheville ouvrière de la réussite du débarquement. Qu'en est-il de l'apport de la résistance (Forces françaises de l'Intérieur) ?.

Dans la publication suivante, nous verrons que l'apport est beaucoup plus discret que l'histoire officielle ne l'a présenté. Nous lisons : « Le mythe des maquisards qui auraient joué un rôle très important dans la victoire des Alliés a la vie dure. Dans son ouvrage : « La Résistance expliquée à mes petits-enfants », La résistante Lucie Aubrac déclare : « Dans cette prison qu'était devenue la France, la Résistance a renseigné efficacement les Alliés, a contribué avec peu d'armes à vaincre l'occupant, a libéré seule une partie de notre pays, a aidé les Alliés sur le sol français, a poursuivi avec eux l'armée allemande jusqu'à sa totale défaite, a débarrassé la Patrie du régime de collaboration » (...) Dans son livre intitulé : Les F.T.P.,l'ancien commandant en chef des Francs-Tireurs et Partisans français, Charles Tillon, va même plus loin : il attribue la réussite du Débarquement aux FFI qui, dans les premières heures du 6 juin 1944, auraient apporté à l'opération des moyens... deux fois supérieurs à ceux des Alliés. Sa démonstration vaut la peine d'être exposée. L'auteur s'appuie tout d'abord sur une note du QG allié en 1944 selon laquelle la force des FFI « représentait l'équivalent en hommes de quinze divisions » (...) » (4)

« L'auteur « oublie » toutefois : -que les premières vagues d'assaut anglo-américaines n'étaient pas seules ; elles reçurent l'appui décisif de la marine et de l'aviation qui pilonnèrent-que les « quinze divisions » FFI étaient non seulement peu armées, L. Aubrac avoue que la Résistance avait « peu d'armes » mais surtout, qu'elles n'étaient pas regroupées en Normandie pour attaquer Les forces allemandes présentes sur les lieux. Dans l'ouvrage d'Eisenhower, le satisfecit décerné à la Résistance arrive au seizième chapitre : Eh bien, dans ces 74 pages, seules... onze lignes sont consacrées à l'appui que pourrait fournir la Résistance. Et voici ce que D. Eisenhower écrit : « Notre plan reposait sur l'appoint considérable que nous escomptions de la part des mouvements des maquis en France. On savait qu'ils étaient particulièrement nombreux en Bretagne, et dans les montagnes et les collines proches de la côte méditerranéenne. [...] Nous désirions particulièrement que, le Jour J, le général De Gaulle s'adressât avec moi par radio à la population française afin qu'elle ne se soulève pas et ne s'expose pas à des sacrifices inutiles qui n'avaient pas encore d'intérêt mais qu'elle se réservât pour le moment où nous lui demanderions son appui. » C'est net : pour débarquer, les Anglo-américains n'avaient nullement besoin de l'aide de la Résistance. Ils n'en voulaient pas. Ils considéraient que ce serait des « sacrifices inutiles ». Les actions de harcèlement n'ont nullement pesé sur le cours des opérations. » (4)

A l'occasion du soixantième anniversaire du Débarquement, la question suivante a été posée à Jean Vanwelkenhuyzen, un historien de référence : « La résistance a-t-elle vraiment représenté un appoint pour les armées régulières ? » Il a répondu : « Il y a une légende dorée française qui a été une manière de gommer la défaite de 1940. Les maquis locaux ont pu fournir des renseignements qui échappaient à la reconnaissance aérienne et aussi jouer un rôle dans certains combats. Mais dire que cela a changé les opérations, non ». » (4)


Les « dépassements » des GI : un autre vieux tabou

Un autre tabou « honteux » est la chape de plomb concernant les exactions sexuelles des GI'S autorisés à user et à abuser de leur position de sauveurs pour s'en prendre aux Françaises. Grégoire Kauffmann rapporte les écrits d'un ouvrage à ce propos : « Pour les GI, le Débarquement fut aussi un terrain dangereux d'aventures. Une historienne américaine s'attaque sans nuances au mythe du libérateur. De nombreux boys sont persuadés de la frivolité des Françaises. Le haut commandement US a voulu « vendre » le Débarquement comme une aventure érotique, seul moyen de galvaniser les soldats envoyés sous les orages d'acier d'Utah et Omaha Beach ».(5)

Une fois désinhibée, la libido des GI sera impossible à contenir. Le contraste entre l'indigence française et l'opulence yankee favorise toutes les combines (...) Par crainte des maladies vénériennes, les autorités américaines tenteront vainement d'encadrer le chaos. L'état-major fait des exemples en ordonnant la pendaison publique de soldats noirs accusés de viols - boucs émissaires d'une armée fondée sur la ségrégation raciale. Face à ce tsunami sexuel, une douloureuse « crise de la masculinité » s'empare du mâle français... L'historienne écorne singulièrement la geste héroïque du libérateur accueilli sous les vivats d'un peuple reconnaissant. Le recours péremptoire à la métaphore érotique, le mépris des nuances handicapent la démonstration, qui n'en décrypte pas moins l'un des derniers tabous de la Seconde Guerre. » (5)



De Gaulle tenu à l'écart du débarquement

Après la débâcle de mai-juin 40, l'armistice acceptée par le maréchal Pétain, réfugié en Angleterre dès le 17 juin 1940, De Gaulle lance sur les ondes de la radio britannique, la BBC, un appel à la Résistance le 18 juin 1940. Cela lui vaut le surnom de l'« homme du 18 juin ». Rapidement avec le soutien de Winston Churchill, il fonde, à Londres, le Comité de la France libre. En juillet 1940, ils sont environ 7000. Les Alliés ont délibérément exclu De Gaulle qui n'a été informé que la veille du plan de débarquement. Ils l'ont écarté des opérations du 6 juin. De Gaulle, arrivé en Normandie le 14 juin, réussit pourtant à transformer cette humiliation en victoire politique. (6)

Tout a commencé comme nous l’avons écrit plutôt avec l'opération « Torch », le débarquement anglo-saxon, Une opération amphibie réussie militairement, qui débouche sur un véritable imbroglio politique : l'amiral Darlan, l'un des acteurs de la collaboration d'État, devient haut-commissaire en Afrique, avec l'assentiment des militaires américains et de Roosevelt. Les Américains imposent alors le général Henri Giraud, et les conflits entre De Gaulle et Guiraud ne tardèrent pas à naître. L'amiral Darlan fut éliminé.

Pourtant, à force d'opiniâtreté et d'indépendance, le 3 juin 1944, De Gaulle se légitimise graduellement malgré ses alliés Le Comité français de la Libération nationale (Cfln) que présidait le général De Gaulle devint Gouvernement provisoire de la République française (Gprf). Les Alliés anglo-saxons considéraient en effet, que, dans l'attente d'assurances démocratiques sur la représentativité du gouvernement, le rétablissement de la loi et de l'ordre dans la France libérée devrait se faire sous la supervision du général Eisenhower. Avec la création du Gprf s'ouvrait donc une période de fortes tensions qui ne prendraient fin qu'avec l'installation à Paris du gouvernement provisoire français, à la fin de l'été. Ces tensions connurent leur acmé dans les jours qui précédèrent le débarquement en Normandie. Tenu à l'écart par les Alliés de la préparation du débarquement, De Gaulle fut invité par Churchill à rejoindre Londres. Parvenu dans la capitale anglaise le 3 juin en fin de journée, il rencontra Churchill puis Eisenhower le 4. Les rencontres se passèrent très mal, De Gaulle refusant toute idée d'administration provisoire de la France par les Alliés. (...) L'opposition aux velléités alliées de prendre provisoirement les commandes en France est donc frontale. (7)


Les principaux acteurs du Jour J en Normandie

Eisenhower, Bradley, Montgomery, Churchill et De Gaulle pour les Alliés, Rommel et von Rundstedt pour les Allemands : même sans être tous en Normandie, ce 6 juin 1944, tous ont été les grandes figures du Jour J. Winston Churchill lancera son fameux appel : « Je n'ai à offrir que du sang, de la peine, des larmes et de la sueur » pour un seul objectif : « la victoire, la victoire à tout prix ». Charles de Gaulle tente de maintenir la France dans la guerre afin d'assurer sa présence parmi les vainqueurs. Mais il est tenu à l'écart par les Alliés de la préparation du débarquement. Début juin 1944, il refuse toute idée d'administration provisoire de la France par les Alliés. Il fait son entrée en France le 14 juin. « Depuis plusieurs jours, j'étais prêt à ce voyage. Mais les Alliés ne s'empressaient pas de me le faciliter » ». (8)



Le triomphe du mythe de la libération américaine de l'Europe

Il est curieux de constater comment les médias épousant les thèses des pouvoirs peuvent changer du tout au tout. Ainsi, à titre d'exemple concernant le rôle de l'armée rouge vainqueur de Stalingrad, la première rentrée à Berlin, nous lisons : « En juin 2004, lors du 60e anniversaire du « débarquement allié » en Normandie, à la question « Quelle est, selon vous, la nation qui a le plus contribué à la défaite de l'Allemagne » l'Ifop afficha une réponse strictement inverse de celle collectée en mai 1945 : soit respectivement pour les États-Unis, 58 et 20%, et pour l'URSS, 20 et 57%. Du printemps à l'été 2004 avait été martelé que les soldats américains avaient, du 6 juin 1944 au 8 mai 1945, sillonné l'Europe « occidentale » pour lui rendre l'indépendance et la liberté que lui avait ravies l'occupant allemand et que menaçait l'avancée de l'armée rouge vers l'Ouest. Du rôle de l'Urss, il ne fut pas question. Le (70e) cru 2014 promet pire sur la présentation respective des « Alliés » sur fond d'invectives contre l'annexionnisme russe en Ukraine et ailleurs (9)...

La diabolisation de la Russie surtout avec l’affaire ukrainienne ne doti jamais nous faire oublier qu’il y eut plus de 25 millions de morts parmi les Russes , que la bataille de Stalingrad a marqué un tournant dans le conflit et que l’Allemagne après la débâcle de Von Paulus, ne put jamais relever la tête. Les médias et les pouvoirs occidentaux devraient en toute objectivité admettre que sans l’URSS, la guerre ne serait pas gagnée facilement et qu’elle aurait pu durer encore des années

Enfin, l’impérialisme amerericano-britannique a tout fait pour marginaliser de Gaulle et tenter d’aboutir à un protectorat sur la France. En vain. Il faut rappeler que le débarquement de Provence a été en grande partie réalisé par les indigènes des colonies (Algériens, Marocains et de l’Afrique noire mais aussi avec les Européens notamment d’Algérie pas ceux qui criaient « Maréchal nous voilà ». Seul bémol , un autre tabou, quand il a fallu défiler sur les Champs Elysées, les responsables militaires reçurent l’ordre de « blanchir les troupes ».. Le film « Indigènes » rend hommage à ces colonisés qui payèrent le prix du sang.

 S’agissant de la marginalisation du général de Gaulle qui ne fut pas informé des préparatifs lui qui avait une haute idée de la France, de se retirer par la suite, de l’OTAN, d’affermir la dimension nucléaire de la France quitte à saccager le Sahara avec une douzaine d’essais tout aussi catastrophiques les uns que les autres. Il se trouve encore des gens qui pensent que le gaz de schiste exploité par l’ancienne puissance – not in my back yard, pas chez elle-, n’abîmera pas une seconde fois, le Sahara cette fois-çi à Dieu ne plaise, d’une façon irréversible car il aura touché au meilleur viatique : l’eau. Mais ceci est une autre histoire…



1. http://www.lemonde.fr/culture/article/2014/05/22/la-face-cachee-du-debarquement_4420232_3246.html

2.Opération Overlord : Encyclopédie Wikipédia

3.Opération Torch : « Encyclopédie Wikipédia

4. http://forumfrance-en-guerres.clicforum.fr/t2110-Le-mythe-de-la-Resistance-qui-aurait-permis-le-Debarquement-allie-en-Normandie.htm

5. Grégoire Kauffmann Amours... la face cachée du Débarquement L'Express 03/06/2014

6.Jean-Pierre Azéma 6 juin 1944 : Opération overlord - 01/05/2004 htpp//histoire.presse.fr
7.http://fresques.ina.fr/de-gaulle/fiche-media/Gaulle00312/6-juin-1944-la-bataille-supreme-est-engagee.html

8. http://quebec.huffingtonpost.ca/2014/05/23/les-principaux-acteurs-du_n_5377215.html

9. http://www.mondialisation.ca/le-debarquement-du-6-juin-1944-du-mythe-daujourdhui-a-la-realite-historique/5385061

 

Professeur Chems Eddine Chitour

Ecole Polytechnique enp-edu.dz


Moyenne des avis sur cet article :  4.76/5   (33 votes)




Réagissez à l'article

28 réactions à cet article    


  • juluch juluch 6 juin 2014 13:26

    Un bon article, il y a pas à dire......


    Impressionné meme.

    je pense que vous n’allez pas vous faire des amis sur le fil....

    Hommage aux Anciens, remercions les pour leurs sacrifices.

    Merci pour votre article Chems Eddine Chitour  smiley

    • Montdragon Montdragon 6 juin 2014 14:03

      Bon..bon article, sans oublier le comportement des « indigènes » en Italie, mais sans stigmatiser hein..


      • lsga lsga 6 juin 2014 14:10

        La vraie chape de plomb est sur les exactions commises aujourd’hui par les soldats français sur les différents terrains d’action. 

         

        • Radix Radix 6 juin 2014 14:13

          Bonjour

          Bon article qui pèche par certains oublis dont je ne vous rend pas responsable mais dont la responsabilité doit-être recherché dans la propagande qui a fait rage après la guerre.

          Qui se souvient des parachutistes de la France Libre, largué cinq jours avant le débarquement pour saboter le maximum de voies de communications et ainsi éviter des bombardement alliés, peu précis et très couteux en vies humaines.
          Ils établirent un camp retranché en plein coeur de la Bretagne avec l’aide des résistants locaux, immobilisant ainsi des forces allemandes qui ne purent intervenir ailleurs. D’ailleurs le premier mort du débarquement est un parachutiste français, assassiné par des ukrainiens de l’armée Vlassov sevant sous l’uniforme allemand.
          Si vous le voulez vous pouvez lire leur histoire dans un livre : « Qui ose vaincra », c’était leur devise.

          Vous parlez du film le jour le plus long, je me souviens de l’attaque de la pointe du Hoc par les Rangers américains... bien que la résistance les aient informé que les canons n’avaient jamais été installés !

          Il est facile de dénigrer l’action de la résistance lorsque toutes ses actions sont passées sous silence.

          Radix


          • filo... 6 juin 2014 14:34

            @l’auteur

            Votre excellent article et votre regard critique sur cet événements nous montre que noue sommes dans une 2ème phase d’approche pour mieux cerner et un jour comprendre vraiment la vérité. Car l’essentiel est toujours caché

            Comprendre c’est agir au lieu de réagir comme jusqu’là. Pour pouvoir agir il faudra comprendre les origines de la 2ème guerre mondiale. Mais aussi et surtout de la 1ère.

            Le point le plus important avant la 1ère guerre mondiale c’est la naissance de complexe militaro industrielle. Le bras armé du capitalisme conquérant. Le vrai générateur des guerres.

            Là, si ont cherchent, ce qui nous frappera, c’est enrichissement rapide et colossale de quelques familles, des industrielle participant dans ce complexe militaro industrielle. P.ex. la famille Krupp actifs dans l’acier etc. 

            Anatole France écrivain et Prix Nobel de littérature l’avait déjà compris. Il a dit :« Pauvre soldats français, il croient se battre pour la patrie mais en réalité c’est pour les marchands de canons »

            Cette vérité là il faudra l’extirper, la démasquer et les vrais coupables juger au nom de l’humanité toute entière. Ce jour viendra je le sais. Par contre je suis pessimiste que notre génération parviendra, mais celle de nos enfants je le souhaite car il faudra finalement rendre ce monde vivable et juste.

            Aujourd’hui nous assistons à une escalade des mensonges des politiciens occidentaux sans vergogne. P.ex. dans la crise ukrainienne, le mensonges est un rideau de fumée utilisé à profusion dès le début.

            « Libérateur et ami américaine » qui ne veut plus partir avec le temps est devenu occupant.

            Comme la victime qui appelle sauveur à l’aide et qui à son tour devient persécuteur.

            Complexe militaro industrielle américaine et occidental veux continuer à exister et prospérer et il à besoins des prétextes, des faux raisons pour se déployer. Il faut donc créer des foyer des tensions et des guerres, p.ex. Yougoslavie et Ukraine.

            Et tant pis pour les victimes morts et blesses par leur agissement. Cette façon d’agir est criminel, impardonnable et inoubliable.

            Commémoration de débarquement, De Gaulle ne la pas voulu. Giscard d’Estaing a aussi refusé d’assister. Mitterrand a intronisé cette mascarade, ce cirque médiatique. Avec Hollande ça culmine.

            A noter que les deux viennent du parti socialiste. Fort comme signification d’autant plus qu’il faut se souvenir que les socialistes étaient aussi à l’origine de l’arrivée du Marechal Pétain.


            • mmbbb 7 juin 2014 10:17

              l’histoire est un peu plus complexe et ce n’est pas l’assertion d’un ecrivain fut il respectable qui resumera cette histoire Les relations de haine entre l’Allemgne et la France ne date pas de 1940 elles remontent a la nuit des temps et l’unification de l’allemagne s’est faite contre la France Puisque ces collonnes sont souvent anti americaine petit rappel : le petit pere des peuple de son vrai nom Joseph iossif Vissarionovitch Djougachvilli prit le nom de STALINE Que veut dire staline en russe : ACIER que fait on avec de l acier des chars des canoms et des bateaux Donc a cette epoque que ce soit a l’est ou a l’ouest les memes idees de puissances guidaient les dirigeants 



            • Ouallonsnous ? 8 juin 2014 00:24

              Les libérateur et amis américains » qui ne veulent plus partir avec le temps est sont devenu occupants.
              Pauvres français qui croient encore que les américains se sont battus pour libérer la France, alors que les gouvernants anglo-yankees de l’époque ne voulaient que la coloniser !
              Ils n’ont d’ailleurs pas renoncé, et il n’y a plus de De Gaulle pour représenter la souveraineté française et les contrer !!!


            • colere48 colere48 6 juin 2014 14:41

              Peu avant de mourir François Mitterrand a confiè à Georges-Marc Benamou :

              “La France ne le sait pas, mais nous sommes en guerre avec l’Amérique. Oui, une guerre permanente, une guerre vitale, une guerre économique, une guerre sans mort apparemment. Oui, ils sont très durs les américains, ils sont voraces, ils veulent un pouvoir sans partage sur le monde. C’est une guerre inconnue, une guerre permanente, sans mort apparemment et pourtant une guerre à mort.“


              • mmbbb 7 juin 2014 08:48

                Les journalistes ont deifie Miterand mais cette phrase n’a rien de premonitoire et ce president ne fait qu’enfoncer une porte ouverte et prenait les francais pour des benets Il a tant hait le General de Gaulle qui fut pourtant beaucoup plus clairvoyant que lui Ce qui n’est pas dit dans cet article, les americains en bon amis voulait nous mettre sous tutelle ( AMGOT) Le General de Gaulle crea le gouvernement provisoire justement pour redonner a la france ses intitutions Et c’est pour cette raison majeure que la France quitta l’OTAN plus tard De Gaulle voulut aussi initialiser le plan calcul puiqu’il pressentit la domination americaine dans l’informatique . Le programme Airbus et Ariane Espace furent crees pour s’affranchir de la tutelle americaine ( satellites militaires entre autre ) .... Donc Mitterand n’a vraiment rien decouvert mais comme les journalistes sont des toutous ils nous pretent cette phrase comme une revelation . la bonne blague En revenant a l’article l’auteur enumere des parties de l’histoire mais abuse quand meme du vocable « tabou » Son artcicle est bien argumente mais desormais rien n’est tabou IL faut simplement se remettre dans le contexte de l’epoque et il est evident que le role de la resistance a ete « gonflee » afin de ne pas faire perdre la face a la France Comme les Francais sont si prompt a la division comment redresser ce pays si deja nous avions eu le sentiment de l’honneur perdu Il oublie quand meme deux point essentiel L’ingenieur Robert Watson Watt qui permit a l’angleterre d’avoir un reseau de radar et mis en echec les allemands lors de la bataile d’angeleterre, et d’autre part le genial Alan Turing et son equipe en particlier l’ingenieur Tommy Flowers qui permirent de casser le code Lorenz en creant la premiere machine automatique Colossus Il est evident que cela a vraiment permis d’ ecourter la guerre et que l’Allemagne a ete brisee puisque tous ses plans furent interceptes Alan turing recu un hommage le rehabilitant en 2009 puisqu’il fut banni a cause de son homosexualite Sans ces deux avancees majeures dues a l’angleterre nous ne parlerions pas du debarquement du 6 juin qui aurait ete impossible Cet aspect tecnique de l’histoire souvent minimise mais a precipite la chute de l’allemagne hitlerienne


              • vlane vlane 6 juin 2014 17:52

                à lire 


                Le débarquement du 6 juin 1944, du mythe à la réalité
                par Annie Lacroix-Riz


                • Un_lecteur 6 juin 2014 19:01

                  Si l’Europe existait, nous aurions aussi le débarquement vu par les Allemands.

                  Si, si.....

                  • fredleborgne fredleborgne 6 juin 2014 20:08

                    Bonsoir, autant j’adhère à beaucoup de vos points de vue pertinents, autant je vais un petit peu vous rafraichir la mémoire sur « les indigènes. »
                    Attention, je ne fais que rétablir l’équité et la seule réalité qu’il faut en retenir, à savoir, que la guerre est dégueulasse, et que l’homme est un loup pour l’homme.
                    Ainsi, si vous lisez un peu l’italien, vous découvrirez que l’Italie dans les environs de Monte Cassino a un très mauvais souvenir des « troupes indigènes françaises » (Viols là aussi), terme que je n’aime pas, en tant qu’ex colonial (TDM) car nous avons une tradition de respect pour l’Histoire commune entre l’armée française et les français d’outre-mer, fussent-ils d’Afrique du Nord, Pondichériens, Orientaux, océaniens ou antillais (et j’en oublie peut-être).
                    Cela a été tellement « remarqué » y compris du commandement que celui-ci a bien prévenu ses troupes que sur le sol français, il valait mieux pour « les indigènes » se contenter du lavabo de campagne.
                    A propos de liens, chercher le film « La Ciociara » pour savoir que là-bas, le « souvenir » n’est pas le même.
                    Sinon
                    https://fr.answers.yahoo.com/question/index?qid=20100301083958AAy3tCz
                    Mais bon, je suis aussi d’origine italienne, même si la France est mon pays.
                    Si cette « information du passé » peut éviter de céder aux sirènes de l’intox et à la diabolisation de l’autre, cela peut empêcher de nouveaux conflits « encouragés » par nos élites vampiriques.

                    Mais comme vous dites, ceci est une autre histoire...


                    • enfantderesistant 7 juin 2014 00:42

                      Vous ne pouvez pas nier « à partir de vos lectures tranquilles et votre article écrit dans votre confort » le danger et le courage qu’ont eu les résistants de France à l’époque du nazisme. Vous n’avez pas connu le nazisme à part dans vos bouquins et dans des affirmations d’homme politiques relatées par des gens. or on sait bien que ce qui reste dit ou écrit de la réalité est loin de la réalité (cf les armes de destruction massives en Irak) . je peux vous affirmer que mon père m’a dit avoir conduit des personnes dans le but du débarquement. il y a eu des personnes qui transitaient par les grandes gares parisiennes mais aussi des transports d’armes. Il y a eu un rôle de la résistance pour aider au débarquement.Cet artcile me paraît limite quant au respect des résistants qui ont risqué leur vie et même la torture des nazis !


                      • mmbbb 7 juin 2014 09:51

                        Agorax Vox est un media assez partisan et je vous rejoins sur un point C’est evident que tous les francais ne furent pas resistants et qu’apres la guerre son action furent souvent queque peu exageree puisqu’il eut beaucoup de resistants de la derniere heure apres la liberation Tout le monde le sait et bien que cet arricle soit assez documente il n’y a plus de de face cachee de l’histoire Mais la resistance ( ceux qui ont donne de leur vie ) avec De Gaulle permit a la France d’etre a la table des vainqueurs C’est vraiment un point essentiel et jamais nous aurions pu pretendre recouvrer notre independance Nous souffrons aujourd’hui d’un certain relativisme de l’histoire mais si nous pouvons jouir de notre liberte c’est aussi grace a cette armee de l’ombre et tant d’heros anonymes Il ne faut pas aussi oublier mais c’est un trait bien francais que cette defaite est due a l’elite francaise et que cette elite en grande partie sous l’occupation s’est vautree il eut en 2001 un artcicle paru dans le Monde en juillet Pendant longtemps on nous fit croire que l’armee avait baisse les bras Les aviateurs francais eurent le courage apres la percee des ardennes de ce batttre vaillemment Ces point longtemps refoule sont desormais admis


                      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 7 juin 2014 06:55

                        De Gaulle a toujours refusé de commémorer le 6 Juin, il a avait de nombreuses raisons de ne pas le fair :
                        « Ils ont traité la France comme un paillasson. Le but des anglo-saxons était de traiter la France comme un territoire ennemi et de s’y installer. »

                        « L’histoire vraie du débarquement » par Asselineau

                        Hollande ferait mieux de fêter le débarquement en Provence des troupes françaises.
                        Ces festivités en Normandie n’ont pour but que de promouvoir les USA et faire passer la pilule de l’ Ukraine et des accords transatlantiques.

                        Il ne faut pas confondre le respect que l’on doit à tous ceux qui sont morts avec les objectifs géopolitiques des USA.

                        Sur la Résistance, un livre devenu une référence :
                        « Histoire de la résistance » de Wieviorka


                        • COVADONGA722 COVADONGA722 7 juin 2014 07:17

                          Il y a eu un rôle de la résistance pour aider au débarquement.Cet article me paraît limite quant au respect des résistants


                          J’ai vu toute mon enfance plastronner sur la place publique le maire le receveur des postes et le pharmacien de mon village dont le seul fait de résistance est d’avoir tondue l’institutrice de mon père !

                          yep , l’auteur ne manque pas de respect à qui ce soit il a une approche historique et ramene la résistance française à sa juste proportion « quelques actes courageux des actes d’abnégation
                          des actes d’héroïsme commit par une poignées d’hommes et de femmes »
                          Élevé dans les années 50 ans dans le Cotentin , l’age seulement maintenant m’aide à comprendre les souffrances les secrets les peines enfouies sous les flonflons des discours
                          de la libérations , entres les femmes meurtries les hommes humiliés les enfants morts sous les 
                          bombes de ce que les anciens chez moi appelaient la grande brûlerie !
                          Pour les viols c’est depuis l’ouvrage de l’américain Paxton que l’on y fait allusion .
                          S’agissant des exactions en Italie le responsable est l’armée française qui savait pertinemment quel serait le comportement de guerriers frustres qu’elle avait été chercher dans les douars pour combattre avec les français d’Afrique du nord j’ai avec pas à la place idem ici aussi la proportion se doit d’être respectée !
                          L’auteur a raison l’histoire officielle des libérations « y compris chez lui ’ doit donner droit à relecture .Pour avoir passé mon enfance prés de milliers de tombes américaines je sais qu’ils sont morts ici la ou l’armée française n’était pas , mais je connais aussi l’amgot je connais aussi depuis mon enfance le diktat culturel Economique et militaire que l’empire us impose au monde , 
                          C’est le réel des Empires ils n’ont pas d’alliés seulement des vassaux et des supplétifs .
                          Regarder le comportement us d’aujourd’hui avec les yeux énamourés des » libérés" d’hier c’est ce garantir au mieux un statut de supplétifs au pire un statut d’esclaves .

                          « La France ne le sait pas, mais nous sommes en guerre avec l’Amérique. Oui, une guerre permanente, une guerre vitale, une guerre économique, une guerre sans mort apparemment.

                          Oui, ils sont très durs les américains, ils sont voraces, ils veulent un pouvoir sans partage sur le monde.

                          C’est une guerre inconnue, une guerre permanente, sans mort apparemment et pourtant une guerre à mort

                          Mitterand F



                          une petite dernière sur nos amis yankees et leurs collabos d’ici.

                          Il faut se résoudre à conclure que l’entente est impossible avec De Gaulle, , qu’il est un ennemi de la construction européenne (et) qu’en conséquence, il doit être détruit ......

                          • J Monnet Note déclassifiée, adressée au secrétaire d’Etat américain Harry Hopkins,

                          Asinus : ne varietur


                          • vachefolle vachefolle 7 juin 2014 11:01


                            Rien de ce que vous ecrivez n’est nouveau, inconnu ou caché.
                            Mais vous avez l’art d’oublier aussi certains faits notables.
                            Je passe sur la libido des GI américains ? Quel pourcentage cela faisait par rapport aux nb de GI présents ? 1/100 000 ? une importance historique trés minime.

                            Autre point, Les anglais n’ont jamais voulu armer réellement la résistance, pour qu’elle se contente de rester une force d’espionnage. La resistance a fait ce qu’elle a pu, et a donné sa vie la plupart du temps. Mais tout le monde sait qu’elle n’a pas changé le cours de la guerre.

                            Mais votre oubli le plus majeur est dans l’apport de l’URSS a la défaite allemande.

                            D’abord si la russie n’a rien a voir avec le DDay c’est tout simplement qu’elle n’y etait pas, mais fondamentalement vous avez oublié le pacte germano-sovietique qui a été l’alliance de circonstance de la Russie avec Hitler sur le dos de la pologne. Si Hitler n’avait pas décidé d’attaquer par la suite la Russie, est-ce que la russie serait venu au secours de l’europe ?????? la réponse est clairement non, ou seulement dans les derniers mois pour etendre sa position a l’est par pur opportunisme. A l’identique de l’attaque sur le Japon dans les derniers mois de la guerre, afin d’étendre son territoire a l’est.

                            La difference fondamentale entre l’URSS et les USA durant la seconde guerre, est que les USA ont été dés le début au soutien de l’angleterre et de la France, alors que la Russie a joue son double jeu a son propre avantage, et aurait accepté sans probleme une allemagne nazi occupant toute l’europe.

                            Donc oui la Russie a payé trés fortement le prix de la guerre, mais pour sa propre défense, en aucun cas pour notre défense, au contraire des US qui auraient pu supporter une europe continentale nazie, en tenant l’angleterre.
                             


                            • tchoo 8 juin 2014 17:39

                              Les USA en soutient de la France et de l’Angleterre ?????
                              les USA ont surtout soutenu l’effort de guerre des nazis au début (Forg, AEG.....) et ne sont entrés en guerre qu’en 41 contraint et forcés par Pearl Harbour.
                              Le pacte germano-soviétique, sans exclure la duplicité de Staline à aussi été provoqué chez les Russes par l’absence de véritable collaboration avec la France et l’Angleterre qui devait se méfier des rouges.
                              Tout n’est pas aussi simple que l’on veut bien nous le dire et que vous l’écrivez. La géopolitique ne résume pas à des gesticulations apparentes pour un camp ou un autre


                            • enfantderesistant 7 juin 2014 12:39

                              Directeur d’école, fonctionnaire, paysan, étudiant, même des lycéens (les jeunes étaient plus libres de contraintes familiales et moins soupçonnés) , syndicaliste ou autre , peu importe des gens plutôt modestes, inconnus encore , discrets , pas des derniers venus à la résistance (il y en a marre de voir ces thèses qui font du mal à leur mémoire ! )ou autre ils ont payé cher, parfois de leur vie. Les « privilégiés » de notre époque n’ont pas connu le nazisme et n’ont pas subi les souffrances !


                              • enfantderesistant 7 juin 2014 13:37

                                à Covadonga722 , Nous ne parlons pas des mêmes : vous de ceux d’en haut et moi de ceux d’en bas. Ceux d’en bas sont toujours les perdants et dans toutes les guerres, y compris dans leur mémoire : Il n’y a qu’à lire ce qu’il y a écrit au-dessus : la caricature et pire encore !


                                • enfantderesistant 7 juin 2014 15:14

                                  @ Covadon : Mitterrand « la France est en guerre contre l’Amérique » . Quelle supercherie ! Il a bien suivi la guerre du golfe avec les américains , n’est-ce pas ? S’il avait eu une autre vision du monde, il n’y serait pas allé. Quant à l’époque de 1944, il ne faut en aucun cas, regarder le passé avec les yeux d’aujourd’hui car tout a changé et tout serait faussé. En 1944, une personne en France avec un nom étranger était un peu paria dans ce pays d’alors bloqué, rétrograde, dans lequel il fallait être fils de notable bien français pour avoir droit à considération ou bien à un avenir. Pour les « nouveaux français » , l’Amérique paraissait être le pays de la liberté et du melting-pot dans lequel chacun peut réussir. Il y avait beaucoup de liberté et de mouvements citoyens bien vivaces, bien plus qu’en France. Puis vous savez comment l’Amérique a évolué avec Bush, Monsanto, les guerres et tout le reste. Il y a d’ailleurs eu des résistants parmi ces français qui ne sont pas du « droit du sang ».


                                  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 7 juin 2014 17:40

                                    enfanderésistant,
                                    Si vous voulez comprendre le rôle que les USA ont joué après guerre :

                                    * « Les armées secrètes de l’ OTAN - Gladio et réseaux Stay Behind » de Danièle Ganser.

                                    * A partir des milliers de notes et de documents américains déclassifiés :
                                    « Des secrets si bien gardés... » de Nouzille

                                    Avec des amis pareils, on n’a pas besoin d’ennemis...


                                    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 7 juin 2014 17:54

                                      Je conseille aussi vivement la lecture du livre de Peyrefitte :
                                      « C’était De Gaulle.. », qui donne un éclairage de la politique de De Gaulle que bien peu de gens connaissent, même et surtout s’ils ont vécu cette période.
                                      Il avait contre lui tout le gratin germanopratin, et les médias qui faisaient écran.

                                      On nous a beaucoup menti depuis 50 ans sur la construction européenne, mais aussi sur De Gaulle, aussi bien en bien qu’en mal, d’ailleurs, ce livre remet les pendules à l’heure...

                                      Ce qui m’a le plus étonnée, c’est de découvrir la finesse de ses jugements sur les gens et sur les rapports de force en présence dans chaque situation.
                                      Une grande leçon d’histoire et de politique, même quand on n’est pas gaulliste.


                                      • enfantderesistant 8 juin 2014 18:59

                                        Je vous remercie pour vos conseils de lecture. J’ai beaucoup lu sur cette époque et je vous conseille ceci récupéré sur les commentaires d’ un des sites que je lis http://franceusa.blogspot.fr/2008/01/comment-les-firmes-us-ont-travaill-pour.html
                                        Je sais très bien que les petits subissent les guerres et que les puissants s’amusent à jouer au double-jeu mais nos parents ont cru eux à la liberté.


                                      • enfantderesistant 11 juin 2014 08:43

                                        Si vous discutez avec des personnes ayant plus de 85 ans, vous allez voir combien leur vision du passé est différente de la nôtre. Bien entendu, c’est bien aux USA qu’ont eu lieu les grands mouvements des droits civils ou bien les mouvements contestataires du système de consommation vite arrêté par l’envoi de la jeunesse dans la terrible guerre du Vietnam. De même d’autres mouvements ont été arrêtés par des assassinats des leaders. Il y a des gens là-bas aussi qui défendent les liberté ; hélas le complexe militaro-industriel a pris le dessus mais nous aussi européens , anglais , français et les autres, nous sommes des vendeurs d’armes et nous aussi déclenchons des guerres (ex guerres du Golfe). Maintenant , il faut apprendre à regarder le monde avec les yeux du futur.


                                        • enfantderesistant 11 juin 2014 08:46

                                          Excusez quelques petites erreurs que je corrige :« les libertés », vite « arrêtés ».la question est : quel système pour le futur, quelle place pour chacun dans le concert mondial afin de préserver les civilisations et aussi les libertés et évidemment la paix ? Voilà le challenge de demain.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès