• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Laïcité, le désordre croît

Laïcité, le désordre croît

Des femmes musulmanes voilées réclament au ministre de l’Education nationale de pouvoir accompagner les sorties scolaires :

http://abonnes.lemonde.fr/societe/article/2014/06/19/des-meres-voilees-reclament-a-m-hamon-de-pouvoir-accompagner-les-sorties-scolaires_4441287_3224.html#

http://rue89.nouvelobs.com/2014/06/18/maman-voilee-veux-pouvoir-participer-sorties-scolaires-252986

L’inversion de la laïcité que nous avons mise en œuvre par la loi du 15 mars 2004 brise tous les repères et nourrit un débat dont les sujets se multiplient avec une intensité grandissante. Ici l’intensité est faible. Tant mieux.

La laïcité est une obligation de l’Etat d’accorder les mêmes droits à tous les citoyens, sans tenir compte de leur religion. L’Etat n’a pas de religion et considère également les religions des citoyens.

Une loi de 2004, dite « loi sur le voile à l’école » alors qu’elle s’occupe en ses termes des signes religieux a inversé cette conception de la laïcité et a fait de la laïcité de l’Etat une laïcité du citoyen.

La laïcité est passée de l’organisation de la liberté religieuse des citoyens, par l’Etat, à un principe qui permet à l’Etat de commander un certain comportement à des citoyens, un certain comportement qui a trait à la religion.

En se permettant de commander un comportement spécial, dans le domaine du religieux, l’Etat a pris le contrepied de la laïcité, tout en en gardant le nom, et a fait de la laïcité un principe religieux, qui s’occupe de la façon dont les citoyens s’habillent, et autorise l’Etat à interdire un vêtement. Cette laïcité inversée se met, malgré elle, sans y penser, en concurrence avec les religions (une surtout). Au lieu d’être un arbitrage, la laïcité devient une profession de foi : la religion est pour l’entre soi et l’espace privé ; nous devons faire profession publique d’athéisme.

Plus d’échange dans l’espace public ! Cela fait penser à la devise des jésuites : perinde ac cadaver ; comme un cadavre… ne rien dire, ne rien montrer dans l’espace public, y être invisible, absent, mort…

Cette demande d’être double, soi-même dans le privé et incolore dans le public n’a aucune chance de voir une réalisation. Chacun tient devant cette loi à manifester qu’il est lui-même. Elle est auto- anti-réalisatrice. Elle amène automatiquement le contraire de ce qu’elle prescrit : les conflits s’étendent et s’approfondissent.

En voilà un nouveau : les mères voilées, puisque c’est ainsi qu’elles s’appellent elles-mêmes et que tout le monde les appelle, demandent au ministre de pouvoir accompagner les sorties scolaires.

On peut discuter de savoir si les parents qui accompagnent les sorties sont ou non des agents de l’Etat (bénévoles) dans le temps de cette sortie. Le conseil d’Etat a répondu non. Dans la laïcité authentique, initiale, de principe, l’Etat est obligé de ne pas se rapprocher d’une religion ou d’une autre, et donc les employés de l’Etat sont interdits d’afficher leur religion. Si le conseil d’Etat estime que les accompagnants des sorties scolaires ne sont pas des employés occasionnels et gratuits de l’Etat, alors selon la laïcité bien comprise (laïcité de l’Etat et non du citoyen) il n’y a pas de raison qu’on leur impose ou qu’on leur interdise une tenue vestimentaire.

En même temps, le conseil d’Etat renvoie aux situations locales et aux chefs d’établissement. Alors que la loi avait été faite pour donner un cadre national et débarrasser les acteurs locaux de difficiles négociations. C’est un des aspects de l’augmentation des problèmes.

Ce qui augmente encore le désordre de cette inversion de la laïcité, c’est que des citoyens, des citoyennes demandent le retrait d’une circulaire du ministre de l’Education nationale ; c’est-à-dire que la confusion liée à cette loi n’est pas seulement désordre, approximation, incompréhension, qu’elle se met à créer une opposition.

Ces mères disent : « que faisons-nous de mal ? » et les élèves sujettes de la loi de 2004, que font-elles de mal ?

Certains demandent une loi pour les mères (la loi est pour les élèves). Augmentons le nombre de lois. Un principe, s’il est bien un principe se décline dans toutes les situations concrètes et ne nécessite pas de dire avec une loi par situation ce qu’il devient dans telle ou telle situation.

Ce désordre va encore augmenter, nous aurons bientôt des prêtres en soutane dans la rue. C’est la conséquence logique de cette inversion de la laïcité qui est le fond de la loi de 2004.


Moyenne des avis sur cet article :  3.19/5   (31 votes)




Réagissez à l'article

112 réactions à cet article    


  • Txotxock Txotxock 23 juin 2014 10:44

    « Ce désordre va encore augmenter, nous aurons bientôt des prêtres en soutane dans la rue. C’est la conséquence logique de cette inversion de la laïcité qui est le fond de la loi de 2004 »

    On peut vous faire remarquer que si les prêtres ont abandonné leur soutane, ce n’est par par respect de la laïcité mais parce qu’eux même se sentait ridicule. D’ailleurs rien ne les empêche de le faire et c’est ce que tous les moines font quand ils sortent de leur monastère.


    • rpplbis rpplbis 23 juin 2014 12:53

      C’est une drôle de réflexion. On ne défait pas une chose forcément pour les mêmes raisons qui vous l’ont fait faire (à supposer que vous ayez raison).
      http://www.lavie.fr/blog/jean-mercier/l-habit-de-lumiere,1899
      La prédiction d’Orélien Péréol a des fondements. Je ne sais pas si elle est vraie.


    • Pierre Régnier Pierre Régnier 23 juin 2014 16:16

      Extrait :

       »J’ai d’abord été réticent et, à l’époque, j’avais publié dans France Soir un article titré Le foulard, faux problème. J’exprimais ma conviction qu’à l’école ce sont seulement les enseignants et autres agents de l’Education Nationale qui doivent s’abstenir de manifester des convictions religieuses, en particulier par le port de vêtements communautaires. Surtout, je disais que les bases théologiques sont bien pires, dans toutes les religions, que la multiplication, en France, des femmes islamiquement enfoulardées.

      C’est la courageuse Fanny Truchelut qui m’a fait changer d’avis"  .../... 

      Le texte est à l’adresse ci-dessous, mais on peut se contenter de regarder l’image qui le chapeaute.

      http://ripostelaique.com/le-nouveau-negationnisme-fait-des-ravages-chez-certains-lecteurs-de-riposte-laique.html


    • claude-michel claude-michel 23 juin 2014 11:16

      La « Laïcité » est une secte de plus..rien d’autre.. !


      • claude-michel claude-michel 23 juin 2014 12:55

        La preuve...les grenouilles de bénitiers sont à l’ouvrage avec les moins... !


      • Remi 23 juin 2014 22:01

        Le nombre de moins que vous récoltez est proportionnel à votre ignorance.


      • claude-michel claude-michel 24 juin 2014 07:23

        Par Remi...bien présomptueux de votre part de me traiter d’ignorant sans me connaître.. ?


      • claude-michel claude-michel 24 juin 2014 07:24

        Par Anti-gauchiste...Excellent+++


      • Remi 24 juin 2014 13:30

        à C-M

        1) J’évoque votre ignorance. Sur le thème traité. Je ne vous ai pas « traité d’ignorant ».
        2) Vous n’avez manifestement une représentation de la laïcité qui est infiniment plus personnelle que scientifique ou simplement fondée sur la définition communément retenue, qui peut-être, par exemple visible dans un dictionnaire.
        3) Un échange conceptuel ne peut se faire sur la base d’« opinions » personnelles, surtout si celles-ci n’ont rien à voir avec le concept dont on discute. C’est la raison pour laquelle je formule ce constat, que je déplore, croyez-le bien, C-M


      • Laurent 47 25 juin 2014 23:30

        Et le mot « sémite » dans le dictionnaire, est-il défini de la même manière que dans les média (journaux, radios, télévisions). Qui a tort ? Les média ou les membres de l’Académie Française qui définissent le sens de chacun de nos mots ?

        Même chose pour le sens du mot « laïcité » !

      • Remi 26 juin 2014 13:31

        Les médias n’ont guère recours au mot « sémite ».



        • Aldous Aldous 23 juin 2014 12:56

          Article biaisé : 

          1) utilisant le mot pouvoir à la place du mot droit. Ces femmes défendent leur droit de parent à assumer une responsabilité ouverte à n’importe quel parent.
          2) présupposant que leur tenue vestimentaire créerait du désordre. 
          Un désordre de quelle nature ? Dans la tête de l’auteur ?
          3) il n’est pas interdit de se balader en soutane.

          Pour finir, j’ai croisé une classe accompagnée par plusieurs mères dont une avec le voile et une autre en mini-short taille basse raz la touffe et nombril apparent.

          Franchement celle qui faisait désordre c’était la seconde. On ne sort pas les enfants habillée comme pour aller draguer.

          • philouie 23 juin 2014 13:05

            peut-être que vous pourriez lire l’article ?


          • Aldous Aldous 23 juin 2014 13:23

            J’ai lu et je le trouve ambigü : « Ce désordre va encore augmenter, nous aurons bientôt des prêtres en soutane dans la rue. » Ah ? C’est grave docteur ?


          • Olivier Perriet Olivier Perriet 23 juin 2014 14:57

            Non ce n’est pas grave pour l’auteur, qui croit souffler sur les braises et se réjoui de désordres inexistants
            à vrai dire je pense qu’il n’y a pas plus désordre qu’avant ces lois diaboliques :
            si la question du foulard à l’école s’est posée, ce n’est pas uniquement par la faute des « laïcards », ne lui en déplaise.


          • Orélien Péréol Orélien Péréol 23 juin 2014 19:13

            à Olivier Perriet

            Ne parlez pas à ma place. Vous prétendez savoir que je me réjouis de certaines choses, que je crois souffler sur des braises... etc. Non. Vous êtes dans l’illusion. Vous vous trompez du tout au tout.

          • philouie 24 juin 2014 13:18

            J’ai lu et je le trouve ambigü : « Ce désordre va encore augmenter, nous aurons bientôt des prêtres en soutane dans la rue. » Ah ? C’est grave docteur ?

            Vous avez peut-être raison, mais je préfère , comme l’auteur, à une laïcité du conflit, une laïcité heureuse, qui fait de la liberté religieuse un dogme de la république. et qui fustige autant les croyants qui veulent imposer leur croyance que les non-croyants qui veulent imposer leur mécréance.


          • xmen-classe4 xmen-classe4 23 juin 2014 13:19

             puissent elles payer


            • docdory docdory 23 juin 2014 16:42

              @ Joyeusetés

              Magnifique démonstration de D. Benhabib ! Rien à ajouter ...


            • rpplbis rpplbis 23 juin 2014 17:23

              Allez lire mon blog « autopsie d’une famille », vous verrez la violence sans bornes qui s’exerce contre un homme au tribunal aux affaires familiales, du fait qu’il est un homme. Venez voir la violence faite aux hommes.


            • foufouille foufouille 23 juin 2014 13:51

              c’est un voile ou on voit juste les yeux ou un foulard comme pour les vieilles ?


              • Olivier Perriet Olivier Perriet 23 juin 2014 13:55

                L’auteur,
                l’État émanation de la société n’a donc aucun droit.
                Les députés ne peuvent définir ce qui tient lieu de conformisme social.
                La France est une vaste zone molle sans caractéristique propre, un vide...qui ne le restera pas, car il sera gonflé des valeurs d’autrui.

                Que la loi interdisant la burka dans la rue ne relève pas de la laïcité, j’en conviens volontiers.

                Mais qu’une loi ne puisse rappeler ce qui tient lieu d’opinion majoritaire dans une société, voilà qui est un peu fort de café, vous ne trouvez pas ?


                • Orélien Péréol Orélien Péréol 23 juin 2014 19:17

                  houlala !

                  Une loi ne rappelle pas, une loi ordonne.
                  Houlala !
                  L’opinion majoritaire... non mais on cauchermarde dru !

                • Olivier Perriet Olivier Perriet 24 juin 2014 21:52

                  Pourquoi, le principe des élections ce n’est pas de donner le pouvoir à la majorité ?


                • philouie 24 juin 2014 21:58

                  En France, oui.
                  en démocratie, non.


                • Orélien Péréol Orélien Péréol 24 juin 2014 21:59

                  Vous écrivez : Pourquoi, le principe des élections ce n’est pas de donner le pouvoir à la majorité ?

                  Certes, mais quand une loi est votée, en démocratie, le débat sur la validité de cette loi est toujours autorisé. C’est ainsi qu’une loi en défait une autre, ou l’amende...
                  Ensuite, les majorités changent.
                  Ensuite, la majorité doit respecter les minorités, elle ne doit pas utiliser ce « pouvoir » pour réprimer ou écraser.
                  Enfin, la majorité emporte la décision et la loi parce qu’elle est la majorité et non parce qu’elle a raison. (c’est d’ailleurs, une des raisons du fait que le débat peut se poursuivre après le vote et l’application (plus ou moins stricte) de la loi).
                  Enfin, cet enfin, l’opinion publique (l’opinion majoritaire selon vos mots) n’est pas la majorité démocratique.

                • Olivier Perriet Olivier Perriet 30 juin 2014 14:38

                  Si, l’opinion majoritaire en France est que les femmes ne portent pas la burka.
                  Pas de données électorales irréfutables là dessus, mais on peut organiser un référendum si vous souhaitez, le résultat ne fait guère de doute.

                  La vie en société implique un minimum de se brider pour que tous puissent vivre, ce n’est pas « je fais ce qu’il me plait si vous n’êtes pas content regardez ailleurs ».
                  Enfin du moins c’est ce qu’on apprend quand on est enfant.



                • Prudence Gayant Prudence Gayant 23 juin 2014 14:43

                  La soutane est un habit religieux porté que par des hommes donc c’est un vêtement de travail particulier à l’ église. Une femme voilée ne porte pas de vêtement de travail mais veut juste imposer sa religion dans un état laïc aidée en cela des hommes de la même religion.



                  • foufouille foufouille 23 juin 2014 15:45

                    et les bonnes soeurs, c’est pareil ?


                  • Prudence Gayant Prudence Gayant 23 juin 2014 18:23

                    Foufouille

                    Dans une journée vous en croisez combien de bonne soeur ?

                  • foufouille foufouille 23 juin 2014 20:55

                    ça dépend ou je vais.
                    zéro burka, par contre


                  • docdory docdory 23 juin 2014 16:28
                    @ Orélien Péréol

                    Votre article, non seulement méconnaît les véritables et gravissimes atteintes à la laïcité qui se passent dans la France de 2014, mais en plus traduit une méconnaissance profonde de ce qu’est la laïcité.
                    1°) Quelles sont actuellement les atteintes les plus graves atteintes à la laïcité en France :
                    - les subventions déguisées au financement de lieux de culte, dont la plus caricaturale est celle du prétendu « institut des cultures de l’islam » ( une mosquée déguisée en pseudo-centre culturel ) : 28 millions d’euros volés aux contribuables parisiens pour un lieu de culte camouflé en centre culturel. Mais il existe de nombreux autres cas de subventions déguisées sous forme soit de « centres culturels », soit de terrains municipaux vendus à des prix très inférieurs aux prix du marché. La laïcité consisterait, pour un maire confronté à une demande d’édification de lieux de culte serait de renvoyer les demandeurs vers un agent immobilier ou à un promoteur.
                    Le rôle d’un maire est en effet de vérifier le respect des règles d’urbanisme et de sécurité, il n’entre nullement dans ses attributions de faciliter, et encore moins de s’occuper, de l’édification de lieux de culte, qui sont des dépenses privées et non publiques.
                    - les festivités du ramadan organisées, au mépris de la loi et à grands frais, par telle ou telle collectivité locale, encore un exemple à Paris :
                    - les menus confessionnels dans les cantines scolaires
                    - les atteintes manifestement illégales au droit de l’enfant à l’intégrité corporelle ( circoncision ) sous prétexte de coutumes religieuses
                    ( liste non limitative )
                    2°) La laïcité est définie clairement par l’article 2 de la loi de 1905 : « la République ne reconnaît, ne salarie et ne subventionne aucun culte » et par l’article X de la déclaration des droits de l’homme, je cite : « Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public établi par la Loi. ». Ceci veut dire que les opinions religieuses sont considérées par la République comme des opinions comme les autres, n’ayant droit à aucune considération, aucune reconnaissance ou aucun statut spécial.
                    Je vous propose une expérience de pensée : supposons par hypothèse que vous soyez un électeur socialiste. Est-ce que cela veut dire pour autant que vous considérez vos enfants, si vous en avez, comme des enfants socialistes, et que, en tant qu’enfants socialistes, ils ont le droit de se rendre à l’école avec des t shirts à l’effigie de Manuel Valls, ou avec le sigle du PS ? Non, bien sûr ! Après tout, quand ils seront adultes, ils voteront peut-être pour l’UMP, pour le FN ou pour le front de gauche, qui sait ?
                     Donc, pourquoi voulez-vous que la République fasse, pour les religions, autre chose que ce qu’elle fait pour les opinions politiques ? Vous admettez que l’école refuse que des enfants scolarisés servent de publicité ambulante pour des partis politiques, eh bien pour les religions, c’est la même chose : le voile islamique est à la religion musulmane ce que le t shirt à l’effigie de Marine Le Pen pour le front national : un instrument d’identification et de propagande. 
                    Que ce soit pour la politique ou la religion, c’est pourtant la même chose : l’ordre public, c’est la stricte neutralité de l’école.
                    Pour les mères voilées accompagnant les sorties scolaires, c’est pareil : je serais prêt à parier que vous seriez mécontent qu’une mère revêtue d’un t- shirt à l’effigie de Marine le Pen ou de Sarkozy accompagne vos enfants en sortie scolaire, eh bien moi, je serais tout autant scandalisé si mes enfants étaient accompagnés d’une femme faisant de la propagande religieuse avec un voile ! Pour moi, il n’y a strictement aucune différence entre les deux situations : il s’agit dans les deux cas d’un abus caractérisé et d’un viol des consciences enfantines ...


                    • sleeping-zombie 23 juin 2014 17:47

                      salut doc,

                      tu as « oublié », en vrac :
                      -la subvention du culte par la puissance publique dans les régions qui appliquent encore le concordat.
                      -l’entretien gratuit (donc aux frais du contribuable) de tous les bâtiments religieux construits avant ... euh.. 1905 ?
                      -les menus « confessionnels » qui ne disent pas leur nom (élève du public, en demi-pension, j’ai jamais pu manger de viande le vendredi. Année 83-95, après, je sais pas...)

                      Comme quoi, le « viol des consciences », c’est très relatif...


                    • docdory docdory 23 juin 2014 18:01

                      Comme je l’ai précisé, la liste est non limitative !

                      Pour ce qui est du statut concordataire, il faut qu’il soit aboli, on s’étonne d’ailleurs que les socialistes ne l’aient pas fait. Il faut également supprimer le « ministère des cultes » qui est arttribué au Ministre de l’intérieur.
                      Pour les bâtiments antérieurs à 1905, l’état ou les communes en sont proprétaires, et donc doivent faire les réparations incombant à tout propriétaire ( mais dans de nombreux cas choisissent de fermer au public les bâtiments trop abîmés )
                      Poisson le vendredi ou menus sans porc, c’est pareil : l’école se préoccupe de religions dans les menus alors qu’elle ne le devrait pas. Ceux qui veulent des menus religieux n’ont qu’à se financer des cantines privées pour satisfaire leurs superstitions alimentaires, que l’EN ne doit pas cautionner !

                    • Orélien Péréol Orélien Péréol 23 juin 2014 19:23

                      Il ne peut y avoir d’atteinte à la laïcité par des citoyens parce que la laïcité est un attribut de l’Etat et non des citoyens. C’est un petit peu comme si vous pensiez qu’avec votre comportement routier, vous alliez altérer le code de la route.

                      L’Etat peut améliorer son application de la laïcité. ça c’est sûr. En rompant le Concordat de l’Alsace et la Lorraine, par exemple. En supprimant le caractère de fête nationale du 15 août, de l’ascension... Je pense qu’on peut garder Noël, le Père Noël ayant largement et depuis longtemps écrasé le petit jésus. Mais on peu en discuter...

                    • docdory docdory 23 juin 2014 22:06

                      @ Orélien Péréol

                      Vous répondez totalement à côté de mon commentaire : à aucun moment je n’évoque dans mon commentaire une quelconque atteinte à la laïcité par les citoyens. Par contre, vous êtes dans l’incapacité de répondre à l’argumentation que je développe en dernière partie de mon commentaire.
                      Une collégienne voilée ou une accompagnante voilée portent atteinte à la neutralité de l’institution scolaire, en y faisant, qu’elles le veuillent ou non, de la propagande religieuse.

                    • mmbbb 23 juin 2014 22:16

                      je ne reproche rien au musulman c’est simplement de notre faute et lorque le relativisme culturel relaye pas des bons dialecticiens comme Ramadan ( qui a l’audace de nous faire croire qu’il connait mieux l’histoire de France qu’un G Duby ) eut son emprise definitive et aboutit a ce que la laicite fut le contraire de ce que l’on m’enseigna ( j’ai discute avec un noir et un arabe nous nous comprenons pas les mots n’ont plus les memes sens ) nous assistons maintenant a ce proseletysme religieux E Badinter eut le courage de le denoncer Moi je n’irai pas defendre les valeurs republicaines les francais sont devenus des veaux 


                    • Orélien Péréol Orélien Péréol 24 juin 2014 00:22

                      Mais si, vous reprochez ou croyez reprocher aux citoyens d’attenter à la laïcité.


                      Ce que vous appelez la neutralité de l’institution scolaire est une expression récente qui n’est pas conforme à nos valeurs, principes et institutions. L’Etat, en tant qu’il organise l’Education nationale, ne peut manifester aucune préférence pour une religion ou une autre, pas plus que pour l’absence de religions. Mais les citoyens font ce qu’ils veulent.
                      Excusez-moi, mais neutralité ne veut rien dire.
                      D’après la loi de 2004, les mères ne sont pas interdites d’entrer dans une école (enfantine (maternelle) par exemple puisque les parents entrent à l’école enfantine (maternelle)).
                      La question des sorties scolaires n’est pas liée à cette loi, même si ça en a l’air (surtout dans le désordre intellectuel que cette loi de 2004 impose à tous).
                      Quant à penser que porter un foulard pour raison religieuse est un acte de prosélytisme... là, j’en suis bouche bée.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès