• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le Messie est-il le fils d’Allah ?

Le Messie est-il le fils d’Allah ?

Cet article est satirique. Enfin, je crois. En tout cas, ce qui est sûr, c'est qu'il est ignoblement hérétique et blasphématoire pour tous les monothéismes. Cela ne va pas pour autant plaire automatiquement aux athées. 

Le mieux est que vous le consideriez comme de la fiction religieuse. De la fable.

IL, dans sa bonté et sa miséricorde a finalement décidé d'envoyer un prophète aux voxiens en la personne de votre humble serviteur afin de les éclairer sur toutes ces histoires de Messie, d'Israël et de tout le bazar imamo-rabbinico-clérical qui va avec.

Cher(e)s brebis égarées, fini le temps des exégètes sur Agora. Place aux prophètes.

                     Des Mages au chevet du petit Jésus.

A ce qu'il paraît, ce serait un fait établi que le coran reconnaitrait le crucifié de Palestine comme étant le Messie. Tous les cheikhs, les imams et islamologues, y compris les islamologues athées, sont d'accord. 

Pourtant, le coran (4-157) raconte que le Messie n'a été ni crucifié ni tué et que c'était de la mise en scène. Allah, avant d'élever le Messie dans la tranquillité et la sérénité (3-55), a déjoué tous les complots (3-54) contre lui et avait promis de le protéger contre les fils d'Israel (5-110). Le Messie est mort après l'âge où l'on a des cheveux blancs (3-46), après qu'Allah en ait fait un exemple pour les fils d'Israël (43-59). D'ailleurs, le verset 4-159 affirme même que tous les "gens du livre" l'ont reconnu avant sa mort.

Encore plus clair. Le coran, verset (19-28) affirme que Meriem (Marie), Mère de Issa (nom coranique du Messie), est la sœur de Aaron. Anticipant sur toutes les "exégèses" à venir et toutes les perversions de sens que les hadiths et la prêtrise de "l'islam" pouvait faire subir aux mots frère, sœur, père, mère, Allah a veillé à bien préciser que Aaron est le frère Moise (7-142), que c'est au sens du fils de la même mère (20-94), que Meriem est la fille de Imran (66-12), au sens de celle qui sort du ventre de la femme de Imran (3-35 à 3-36). Malgré tout cela, les poilus de la face persistent à donner un sens allégorique à tous ces liens "familiaux".

Comme par hasard, c'est pile poil la famille biblique de Moise, avec papa Imran, frérot Aaron et soeurelle Meriem. Une famille toute particulière avec que des prophètes de partout. Une famille particulièrement bénie, dixit le coran (3-33).

Du coup, du moment que l'on sait que le Messie a pour tonton Moise, c'est un jeu d'enfant de le retrouver en fouinant un chouia dans l'ancien testament. Le coran en parle tellement que ça vaut le coup d'y jeter un coup d'oeil.

Devinez un peu qui on trouve comme grand prophète sur les genoux de Moise, avec tout un livre entier dédié dans l'ancien testament, en presque fiston, successeur désigné conjointement par Allah et tonton lui-même , libérateur des hébreux de l'exil, livreur de terre promise, et toute le tralala relatif au job d'un bon Messie qui se respecte ?

Je vous le donne en plein mille :

C'est YESHUA BIN NUN, Alias Josué.

Tout bon linguiste hébraico machin chose vous dira que Yeshua et Jésus c'est du pareil au même, que BIN est un peu le féminin de BEN et que NUN est un peu la racine de nana et nonne et pointe vers MAMAN dans pratiquement toutes les langues (les plus courageux chercheront BIN, BEN et NUN ici et pourront avoir le plaisir de répondre au vieux problème d'exégèse juive que voici). Bien sur Christ, Messie et Messiah c'est aussi du pareil au même.

Le nom de Yeshua Bin NUN, surtout pour un anglophone, sur un plan messianique, est un Las Vegas patronymique qui scintilles de partout :

"Jésus du contenant de sa maman tout pieuse" qu'il s'appelle. Rigolo, non ?

C'est vachement important le nom, qu'il a dit Pierrot (actes des apôtres).

Comme dirait la bible, Psaumes 119:105 :

NUN. Thy word is a lamp unto my feet, and a light unto my path.

OK, OK. C'est pas très propre cette histoire du projecteur Nunique dans les ténèbres. Mais NUN, d'après les imams mêmes du judaïsme, est tout lié de partout au Messiah mais signifierait poisson. Evidemment, Monsieur NUN, père supposé de Yeshua, a une biographie particulièrement succincte. Et voila que l'on retrouve le poisson comme symbole du christianisme avant que l'on ne mettre la croix dessus. C'est chiqué ça aussi ?

Poisson (Ichtus) serait carrément un Acrostiche du nom de Yeshua le Messie.

Pour les puristes en paraboles, le disciple de Moise (les futés savent de qui il s'agit), dans le coran, aurait "oublié" un poisson qui serait miraculeusement retourné dans l'océan (18-63) juste avant qu'Allah ne compares ses paroles à un océan (18-109) et juste après des histoires bizarres sur des futurs qu'on peut pas comprendre et le périple d'un certain Zul Qarnein.

Les exégètes chrétiens ont bien sûr fait le lien Jésus et le fils de la Nun. Mais les pêcheurs d'hommes ont visiblement raté un gros poisson. Ceci dit, au moins, le jour du poisson est resté le vendredi , jour de la déesse mère par excellence.

Evidemment, Meriem (ou Marie), la prophétesse sœur de Moise dans la Bible, n'est pas mentionnée comme mère du petit Yeshua. Son dossier a été plus ou moins sali par les Imams juifs qui ont "gardé" la Torah. Une lépreuse pour rébellion qu'ils en ont fait. Tout comme d'ailleurs le dossier du petit Yeshua qui aurait décimé même des bébés et des animaux pour mécréance. Inutile de parler de l'autre héros qu'on a affublé d'un nom de chien, fils supposé d'un inconnu, même pas fils d'Israël, le dénommé Caleb Ben Yephunneh, binôme du petit Yeshua et pré-incarnation de Yahia alias Jean le Baptiste. D'ailleurs, le coran renvoie Jeannot loin aussi en arrière dans le temps, puisqu'il précise qu'il est le premier du nom (19-7) alors que des Yohanans, il y en a eu un paquet avant le décapité de Salomé.

Nous laisserons de côté, par pudeur, toute l'exégèse athéo-chrétienne "officielle" qui nous explique que YESHUA BIN NUN est la pré-incarnation de petit Jésus. A ce stade d'inversion des réalités, il n'est plus possible de faire grand chose.

Si l'on ose regarder l'histoire du bon côté, on verrait que la pré-incarnation de Jésus a servi de modèle à plein d'autres pré-incarnations de Jésus. Comme Horus, Mithra et toute une smala de fils de Dieu. Même chez les grecs en trouve des réincarnations de la pré-incarnation. Ca fait d'ailleurs beaucoup rigoler les athées ces histoires de pré-incarnations de Jésus. Ca leur donne du grain à moudre dans leur mythologie concernant leur genèse de Dieu par l'homme. Bien sûr, juste après, comme tous les croyants, avec tout le sérieux des croyants, les athées nous demandent de croire en la sagesse de l'homme en insistant sur le fait qu'il la tient de l'australopithèque. Les voies de l'athée sont indiscutablement impénétrables.

Mais pour bien comprendre ces histoires de Messies, il nous faut momentanément oublier le fils de Dieu des évangiles et aller voir du côté du seul fils officiel de Dieu selon la Torah.

Dans Exode 4-22, il est écrit qu'Allah a dit à Moise :

Et tu diras à Pharaon : Ainsi a dit l'Éternel : Israël est mon fils, mon premier-né.

Le coran nous dit d'ailleurs que ceux qui étaient guidés (c'est à dire les yahoods, alias juifs) disaient qu'un certain Uzair étaient le fils d'Allah (9-30). Ca a fait beaucoup rigoler les "trouveurs d'erreurs dans le coran" qui brandissaient la bible en disant qu'on a pas d'Uzair fils d'Allah dans le coin. Sauf qu'Allah aime bien les surnoms et Uzair est une forme péjorative du verbe AZARA utilisé par le coran pour signifier le "soutien et support" de Dieu.

Mais bon, bizarrement pour un nom si important, notre "petit supporter" et premier né d'Allah s'appelait Jacob à la naissance selon l'ancien testament. Israël, nous dit la Torah, n'est qu'un surnom donné par on ne sait qui dans une lutte dans les ténèbres de la nuit. Alex, frère au sens voxien de la fraternité, nous a donné plus de détails sur comment Israël à remplacé Jacob après avoir baisé les anges, avec une finesse allégorique quelque peu limitée

Frère Alex nous a aussi gentiment expliqué comment Israël aurait piqué la prophétie à son rustre de frère jumeau et ainé Esau sans que cela n'ôte en rien à son caractère de premier né de Yehovah. Esau, que des linguistes arabes considèrent comme la vrai traduction de Issa (le véritable nom du Messie donc), serait l'ancêtre des rustres Edomites, ancêtres des occidentaux.

L'ancien testament est très clair. Israël est devenu prophète officiellement quand il trompa son père aveugle en faisant semblant d'être son frère. C'est que Isaac n'était pas au courant du contrat signé bien auparavant entre l'autre père (Yahveh) et sa propre femme et où il était dit que l'aîné sera assujetti au plus jeune. D'ailleurs, Isaac n'était même pas au courant qu'il allait être le père d'un dénommé Israël. On se demande vraiment à quoi ça sert d'être un prophète dans le secret des Dieux ?

Le papa du fils unique de Dieu (pas Dieu mais Isaac) a eu aussi la mission de virer un frère, nommé Ismaël nous dit-on, père supposé des futurs tout aussi rustres arabes. C'est le père du père du premier né de Dieu (comprendre Abraham) qui aurait procédé à l'expulsion de son propre fils en plein désert.

 

Bon. A ce stade, il est temps de remettre de l'ordre dans ce bazar et de faire un peu d'arabe.

El, en arabe, désigne un peuple, une famille. EL Imran dans le coran désigne la famille de Imran. idem pour El de pharaon, El Abraham, EL Moise, EL Lot, EL Aaron ...

Isra signifie voyage dans la nuit (17-1). c'est aussi une forme linguistique (Ifaal) qui désigne la mise œuvre du secret (sir), soit la vérité cachée.

Ismaa signifie Ecouter. Plus précisément, la forme linguistique signifie la mise en œuvre de l'écoute (encore la forme ifaal).

C'est la même forme linguistique que Islam, c'est à dire mise en œuvre du silm, c'est à dire mise en œuvre de la santé (de l'esprit). C'est probablement cet forme d'"islam" là que l'on trouve le moins chez les "musulmans" .

 

On récapitule donc pour les pas très forts en allégories :

Le papa du peuple qui voyage dans les ténèbres en baisant les anges est devenu le père du premier né de Dieu (donc dieu à la place de son père) en expulsant ses frères qui mettent en œuvre l'écoute de Dieu et en "inspirant" à ses fils de faire de même avec celui qui porte le nom du Messie.

Amusant ce remake de notre expulsion du paradis. Non ?

Ce bon vieux Satan (qui n'est qu'une entité allégorique qui symbolise la divinité toute foireuse qu'est ce super-archi-méga-blog collectif de la pensée des esprits déviants injectés dans de la chair d'australopithèque) ne semble pas avoir digéré son expulsion du paradis. Le coran nous a avertis que cette "œuvre collective" adore bidouiller les textes sacrés via les plus poilus de la face, élevés au rang d'honorables docteurs et gardiens de la loi. 

On ne peut d'ailleurs qu'être admiratif devant l'érudition du scribe qui à force d'entendre les prophètes s'adresser à son peuple avec l'expression fils des ténèbres, a estimé que "papy ténèbres" n'avait pas le rang qui le revenait dans la prophétie. Et voilà que papy ténèbres se retrouve premier ET unique fils de Dieu, avec des royaumes en héritage et des privilèges à gogo sur les goyims (il est important de noter à ce stade que les "gardiens de la loi" chrétienne et musulmane ont fait exactement les mêmes raisonnements aussi bien spirituels que pécuniaires.).

Du coup, à ceux qui aimeraient poser la question de savoir si la Torah (pentateuque) est authentique, la réponse du prophète voxien est on ne peut plus claire : Peut être bien que oui, peut être bien que non. Il faut savoir qu'en arabe, Tawr, dont dérive torah (tawrat) est un type très particulier de messager d'Allah. C'est un messager agréé aussi bien par l'expéditeur que le destinataire. Du coup, la tawrat est quelque chose de forcément très "négocié". Par exemple, dans le verset 3-93, Allah nous explique que toutes les nourritures étaient autorisées avant la Torah et qu'Allah n'a mis comme interdictions que ce que Israël s'était interdit lui-même. La Torah, c'est en quelque sorte la révélation de Yahveh soumise aux normes casher, à la "garde" des anciens et peut être aussi aux règles du téléphone arabe (c'est un jeu international particulièrement éducatif conçu pour faire beaucoup rigoler de soi vers la fin).

Mais bien sûr, parallèlement au Tawr Moise, Allah a veillé a lancer immédiatement dans la foulée un nouveau message moins respectueux des normes et l'a confié au petit neveu du Tawr. L'acceuil ayant été froid côté fils d'Israel (5-78), Yahveh envoya son Messie livrer son message dans d'autres contrées avec d'autres peuples élus. Un truc à vous faire évidemment immédiatement déchoir du titre de Messie par le seul peuple élu officiel.

 

PNG - 40.2 ko
Zoroastre

Dans l'une de ces autres contrées, Elohim prit le nom d'Ahura Mazda et le Messie celui de Zoroastre ou Zarathustra, qui signifierait le type qui débarque sur un chameau doré chez les types qui font du cheval (farsi ou pharsi=chevalier=perse en arabe).

C'est donc très probablement une histoire de chameaux (ustra en persan) et de chevaux (aspa en Persan). En arabe, chevaucheur de cheval se dit Pharis. On pourrait donc qualifier de pharisiens les 3 rois mages qui se sont penchés sur le berceau de Jésus avec tout plein de cadeaux. Platon, amateur de sagesse "Perse", dans Alcibiade 122a, nous dit que "la science des Mages est la science de Zoroastre, fils d'Ahura mazda". Il semble clairement, à la lecture comparée des évangiles, du coran, et des autres textes sacrées livrés aux autres adeptes des autres pré-incarnations de Jésus, qu'il y ait eu ce que les adeptes du prophète Darwin appelleraient une origine commune évidente. C'est ainsi que bouddha et autres divinités hindous auraient eux aussi effrontément pré-plagié Jésus, jusque dans ses paraboles.

Le Messie, le vrai de vrai, est le plus grand prophète de tous les temps, celui qui n'a jamais pêché et qui a eu la sagesse dès l'enfance. Allah, qui aime bien les surnoms (ça fait partir les idolâtres en vrille et fait multiplier les prophètes et les biographies) nous parle d'un certain Zul Qarnein. Pendant que les "docteurs de la loi et gardiens de la foi" de l'islam sont à la recherche d'un type à deux cornes, nous remarquerons que Qarn signifie aussi peuple , partout dans le coran, et que Zul Qarnein signifie donc celui aux deux peuples.

Un grand double-prophète donc que ce candidat au titre Zoroastro-Juif de fils de l'homme.

D'après le coran, Zul-Qarnein était si grand prophète qu'il avait pouvoir en tout et était du genre à papoter en direct avec Allah (18-63) durant ces nombreux voyages (Turquie, Asie etc. vous trierez comme d'habitude le vrai du faux ici ou ici) . C'est lui qui nous auraient mis de côté les khazars en Géorgie pour "usage ultérieur" en les séparant des Gogs (littéralement les enfileurs de fausses perles) et les Magogs (nos amis les ex païens, ou contre enfileurs de fausse perles) et qui allaient fracasser leurs croyances les unes contre les autres (21-96). D'après le coran, les "futurs Khazars" qui avaient demandé l'aide de Zul Qarnein, étaient, à l'époque, un peuple qui voulait rester tranquilles dans leur Khazarie natale à l'écart des chamailleries des Gogs et Magogs de l'autre côté des montagnes (18-94). 

Qu'est ce qu'il a voyagé le Messie ! L'internationale de la prêtrise monothéiste donnent unanimement 40 années sabbatiques (c'était pas 40 ans) au fils du "poisson" et à son fidèle binôme le "chien" pour faire le tour du monde pendant que les adorateurs du veau d'or (qui n'était ni en or ni en forme de veau) erraient dans le désert (qui n'était pas un désert).

Même Tabari (l'un des nombreux mages Perses pas toujours très bien intentionnés qui se sont penchés sur le berceau de Muhammad) rapporte une histoire ancestrale d'un Zarathustra qui débarque de Palestine (c'était pas de là bas non plus) avec un collègue prophète "hébreu". On trouve d'ailleurs une terminaison en chameau dans le nom de Frashaoshtra, compagnon de Zarathustra selon l'évangile que Zoroastre a donné au Perses.

Il est d'ailleurs bon de rappeler aux musulmans qui se font expliquer le coran par les imams de Satan qu'il n'y a qu'un seul évangile dans le coran et pas quatre ou plus et qu'il était entre les mains de Messie et non rédigé après sa mort (3-48 ; 5-46 ; 5-110 ; 57-274).

Ce ne devrait pourtant pas être très compliqué quand même pour un lecteur du coran : un type qui s'amène avec la torah entre les mains n'est pas le chrétien (Nassara) au sens coranique, même s'il ne le sait pas ou dit le contraire. Le coran précise bien que les Juifs et les Nassara (c'est à dire supporters du christ, c'est à dire le Messie) disent n'être d'accord sur rien (2-113). Tout l'ancien testament avec toute la torah, ce n'est pas rien. Quand même !

C'est dingue ce que ça peut être bigleux un imam. On lui mettrait tout un empire millénaire et monothéiste à gauche qu'il ne le verrait même pas. Ceci dit, les supporters du Christ de Perse sont quand même très fortiches. Après avoir inspiré le Talmud de Babylone, les Evangiles, voilà qu'ils écrivent carrément la chariaa et les hadiths sacrés des musulmans tout en faisant croire aux juifs qu'ils sont chrétiens et aux zoroastro-juifs qu'ils sont musulmans.

Du coup, parallèlement au message essentiel, tout le monde bouffe de la salade perse, y compris les perses qui sont devenus musulmans en oubliant que c'était de la production pour l'export. On a beau leur sortir des témoignages sur des Chrétiens avant le christ, toute une église entière qui se dit chrétienne avant le christ, un historien chrétien qui leur montre où chercher la terre promise ou un archéologue israélien qui dit qu'il n'y rien d'intéressant en Palestine, cela ne sert absolument à rien. Ils tiennent tous absolument à mettre la croix sur le Messie.

Pendant que ceux qui se réclamaient de la descendance d'Israël se faisaient martyriser  un peu partout où ils étaient immigrés (hébreux vient de abar qui signifie traverser) par les divers cananéens (racine kanna qui signifie les autochtones) qui finissaient tôt ou tard par en avoir ras le bol de leurs histoires de peuple élu, les Perses qui ont supporté le Messie ont fondé l'un des empires le plus prestigieux de l'histoire de l'humanité. 

Lorsque la religion Perse a débarqué sur les rives romaines au travers du culte de Mithra, le très pragmatique Constantin, empereur de profession, fils de la très grande archéologue Sainte Hélène, découvreuse du buisson ardent de Moise et de tout ce qu'elle voulait découvrir comme lieux importants concernant la vie du petit Jésus, créa une religion romaine mi-juive, mi Zoroastre, mi tout ce qu'il avait sous la main comme religions. Pour parachever son oeuvre, Constantin plaça le Saint Père sur le Saint Siège tout à côté de son modeste trône.

Et c'est entre l'empire Romain à gauche et l'empire Perso-Zoroastre à droite, en plein crêpage de chignons, qu'apparut le coran au 7ème siècle. Les embrouilleurs Persans nous ont raconté ainsi qu'aux arabes que c'était dans un grand centre commercial et religieux en plein désert, dans le Hijaz (littéralement derrière une barrière géographique) et dont personne n'a entendu parler avant au moins 750 de notre ère. Ils appelèrent cet endroit la Mecque (un mot perdu utilisé une seule fois dans tout le coran au verset 48-24 juste après le mot ventre devenu vallée) et racontèrent que Muhammad y était né l'année ou des éléphants ont traversé le désert !

Tout le monde y croit à ça. Y compris les athées qui jurent par leur intelligence de ne jamais croire à ce que racontent les imams.

 

Revenons maintenant au titre de l'article.

Pourquoi le coran nous abreuve-t-il de "fils d'Israël" et jamais de "Fils d'Ismaël" ?

C'est quand même bizarre non ?

Un livre adressé aux "fils d'Ismaël" qui ne parle qu'aux "Fils d'Israël" ?

Surtout ne demandez pas la réponse à des imams. Il vous faudra leur expliquer la question.

Dans notre univers, tout est dualités. Tout comme pour la dualité onde/particule dans le monde de la matière, il y a la dualité être biologique/être spirituel.

Si le monde matériel et biologique semble être régi par des règles claires, avec des filiations claires (connues ou pas), une causalité inviolable, le monde de l'esprit est, lui, le monde du grand n'importe quoi. Des raisonnement foireux de partout, des mensonges à gogo et des filiations spirituelles on ne peut plus enchevêtrées. Bref, quiconque peut fertiliser l'esprit de n'importe qui avec n'importe quoi.

Si l'on rejette la filiation spirituelle à Dieu, on est réduit automatiquement à un animal plus ou moins évolué à la recherche d'idées et de concepts géniaux provenant d'autres animaux plus ou moins évolués. L'origine de l'esprit est alors attribué à notre père l'australopithèque et on verse rapidement dans des formes plus ou moins pieuses du culte des ancêtres. Traditions, identité, patrimoine culturel sont des mots magiques qui font grimper la plupart des athées au rideau.

En revanche, si l'on pousse l'idôlatrie des ancêtres jusqu'à confondre carrément la filiation spirituelle envers Dieu avec la filiation biologique envers les élucubrations mythologiques des ancêtres, alors on se retrouve fils de quelque chose qui voyage dans des ténèbres spirituelles. On appelle alors science les affabulations des ancêtres et on devient un fils des ténèbres et peu importe alors la sous-espèce, musulmane, catholique, juive ou hindouiste. 

A moins d'être particulièrement obtus, il est évident, au vu des diverses pratiques idiotes constatées chez les pieux de toutes sortes, que la religiosité est une conne invention humaine. Inutile de répertorier tout ce que l'internationale des pieux a pu inventer pour honorer la sagesse divine avec des âneries. Le super-archi-méga blog collectif a fait des miracles.

La réponse à notre question est donc que le peuple qui met en œuvre l'écoute de Dieu (Ismaël donc), n'est le fils spirituel de personne d'autre que Dieu.

"Fils d'Ismaël" ne peut être. Dans la véritable filiation spirituelle envers Dieu, il n'y a de référence qu'à Dieu, dans l'ensemble de son œuvre, maths, physique, biologie et chimie compris (désolé pour les littéraires).

J'espère que le lecteur aura suffisamment de hauteur spirituelle pour ne pas me mettre sous le nez le petit lopin de terre qui au, 21 ème siècle, retente le coup du royaume d'Israël au nom d'Allah et réclame le monopole du label. L'israélisme est un concept bien plus large et bien plus vaste dans le monde avec une synergie évidente entre les différentes marques. En "islam", le royaume du peuple qui se dit l'élu d'Allah s'appelle Califat. 

L'Israël-attitude est la confusion de la paternité spirituelle envers Dieu avec la paternité biologique. Dans sa forme extrême qu'est le judaïsme actuel au sens rabbinique, il n'est même plus nécessaire de croire en Dieu. Il est devenu pure généalogie et culte des ancêtres. Le processus est quasimment identique en "islam", où l'on nait musulman et l'on est carrément "condamnable à mort" si on décide d'en sortir.

Il est d'ailleurs plus que probable qu'Israël et Ismaël n'aient jamais existé en tant qu'individus. Lot (lien d'un méchant coraniste extrémiste en arabe) serait alors très probablement le fils qui a failli se faire sacrifier par Abraham lorsque celui-ci, tout jeune prophète qu'il était, avait interprété ses rêves selon la élucubrations des ancêtres. Le genre de bourde à vous faire dégouter définitivement de ce genre de "références" spirituelles. Une leçon magistrale d'Allah pour le premier Muslim du nom, c'est à dire "sain d'esprit" (22-78). La femme d'Abraham n'a évidemment jamais été stérile mais juste ménopausée lorsqu'on lui annonça la naissance de Isaac, puis de Jacob (probablement frère d'Isaac donc, mais allez savoir !).

Les exégètes de l'islam, dans la luminescence de leurs sciences, à combattre stupidement le christianisme, n'ont jamais fait la distinction entre deux mots importants du coran. Les mots walad et le mot Ibn. Le premier fait référence à une paternité biologique (enfanter) tandis que le deuxième fait référence au père qui nourrit.

Mais le père qui nourrit a aussi une dualité. Celui qui nourrit le corps (Ab) et celui qui nourrit l'esprit (Rabb/éducateur). De même que mère (OM), a sa dualité (de là dérive la fraternité spirituelle de Omma) et oppose le ventre biologique qui absorbe la nourriture biologique de Dieu pour produire ce que vous savez (c'est pas mieux spirituellement) et l'utérus (RAHM) qui produit ce que vous savez.

Bref, quand les chrétiens disent le Messie est fils d'Allah, les musulmans polémiquent avec les versets où Allah n'a pas d'enfants. 14 siècles que ça dure.

Il n'y a de Rabb que Dieu. Il accueille qui il veut dans son rahm (utérus des esprits) en tant que rahim et en rejette qui il veut en tant que rahman (oui, je sais, ça fait un peu maman aussi).

Le Messie n'a donc pas eu de père biologique classique au sens humain selon le coran. Contrairement aux autres prophètes, il n' a pas eu à choisir. Son esprit était sain dès le départ, prévu pour être sain, conçu pour être sain. il parla donc logiquement dès la naissance sans avoir à attendre que ses ancêtres lui bourrent le crâne.

Le Messe était bien fils spirituel d'ALLAH. Pur à 100% avec 0% d'esprit d'Israël ou d'australopithèque. La maman de Marie aurait d'ailleurs donné sa fille en cadeau à Allah en lui disant d'en faire ce qu'il veut 3-35. Il semble même qu'Allah ait pris carrément en charge la nourriture biologique de "sa fille adoptive", Marie (3-37). 

Il ne faut donc pas s'étonner que le chouchou d'Allah, même dans une "réincarnation" où "on lui a fait accomplir" le plus grand gadin de l'histoire de la prophétie, par son simple nom et par son message, ratatine Uzairounet.

Avant de terminer avec ces histoires de surnoms et de poissons, on ne peut oublier un prophète appelé Zul Nun (l'homme au Nun) dans le coran (21-87 à 21-88). Les cheikhs unanimes, grâce à la science des collègues rabbins, vous disent qu'ils s'agit de Jonas. Zul Nun, nous dit le coran était tout en colère et appela Allah à partir des "ténèbres" en croyant qu'Allah ne pouvait rien faire. Un peu comme s'il avait du mal à faire son boulot de prophète. Le coran dit qu'Allah l'a exhaussé et l'a sorti de la couverture des ténèbres. Nous avons aussi un "homme au poisson" (68-48), toujours Jonas selon les cheikhs unanimes, qui était angoissé à l'idée de demeurer "nu, rejeté et non loué". Allah prétend, dans le coran, avoir répondu à son appel. Enfin, Jonas (Younes), que les cheikhs disent être un prénom et certainement pas un surnom qui signifierait celui qui unit par l'affection, serait un type qui s'est fait avaler par un poisson jusqu'à un jour de "résurrection" (37-144). Allah planta une "petite culture locale" (37-146) là où il a été "dénudé ?" puis l'envoya comme prophète vers 100 000 ou plus qui crurent en lui et qui reçurent une récompense d'Allah pour cela pendant un certain temps. Vous y comprenez quelque chose vous ?

Toujours est -il que Jonas, mais selon l'ancien testament sous la garde des fils d'Israël maintenant, est un prophète qui a désobéi à Dieu pour fuir en bateau vers Tarsis. C'est pas là qu'Allah lui aurait dit de prêcher selon les textes de la loi sous la garde des fils d'Israël. Y a pas de peuple élu là-bas. Quand même !

Tarsis est une ville star de la bible, sauf que l'on ne sait pas où c'est. En revanche, c'est d'une certaine Tarse, quelques siècles plus tard, qu'apparut un cavalier qui surgit de la nuit, qui couru vers l'aventure au galop et qui de son nom signa une bonne partie du nouveau testament. Paulo, Paulo, Paulo, renard rusé et masqué qui fit sa loi. Mais, bizarrement, Paulo le pharisien tomba de cheval pour partir illico presto en Arabie afin de"revêtir le Christ Yeshua" et de "s'approprier les sentiments du christ Yeshua".

JPEG - 60.3 ko
la chute glorieuse de Paul

Eh oui, quel beau travail qu'il nous a fait Paulo. Du grand art.

Exit la loi mosaïque, les normes casher, le coupage de zizi, la notion de peuple élu, la transmission de la foi par le sang et autres bazars. Cherchez la richesse en vous en la personne du fils de Dieu qu'il a dit Paulo. C'est pas le Jésus de chair qui est important disait Paulo. Renard rusé a fait des miracles.

Y a rien à dire, c'est la marque des grands prophètes. On reconnait d'ailleurs un prophète non seulement au message mais aussi aux compliments qu'on lui fait. Paulo a eu droit à de "l'usurpateur" , à de "l'impuissant, hystérique, mythomane et psychotique" et même à de l'antéchrist.

Evidemment, il est loin du traitement réservé à Muhammad qui a eu la totale de la main même de ses propres idolâtres : Ignorant, illettré, pédophile, misogyne, gigolo, obsédé sexuel, lapideur, coupeur de mains, esclavagiste, assassin et autres divers génocides et crimes contre l'humanité. Les "non-musulmans" ont juste ajouté faussaire. 

Aussi, quelque soit les compliments réservés à votre prophète (fou furieux illuminé, mythomane et psychotique me paraissent être un minimum), je tiens à préciser que, contrairement à ces gâtés de Messagers, Allah n'a rien dicté au simple prophitecus australopithecus que je suis et que j'ai du me farcir tout seul la rédaction de mon épitre aux voxiens. Allez y donc mollo avec l'infaillibilité de votre prophète et surtout n'allez pas croire que vous êtes les nouveaux élus de Dieu, même si des "savants illustres dignes de foi", gardiens de l'article ou apôtres de mon vivant sur Agora, à l'apparence très très très pieuse et très très très honnête, vous le disent.

Hérétiquement vôtre.


Moyenne des avis sur cet article :  3.15/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

60 réactions à cet article    


  • philouie 18 avril 2014 12:03

    Pourtant, le coran (4-157) raconte que le Messie n’a été ni crucifié ni tué et que c’était de la mise en scène.

    l’article est long, je n’ai pas eu le temps de tout le lire, je voudrais juste réagir sur ça.
    Le coran a évidement raison.
    Jésus lui-même prêchait à travers des paraboles et la scène de sa mise à mort est évidement aussi une parabole.
    les gens ont cru qu’il s’agissait d’une réalité alors que la réalité est ailleurs.


    • popov 18 avril 2014 12:31

      @Phillouie

      Vous avez raison, Jésus n’est pas mort crucifié. Il a prit la route de la soie et a fini ses jours paisiblement dans le petit village de Shingo au Japon, où vous pouvez aller vous recueillir sur sa tombe. smiley


    • philouie 18 avril 2014 12:40

      c’est possible et vous n’en savez rien.


    • popov 18 avril 2014 12:44

      pas plus que vous


    • philouie 18 avril 2014 12:46

      je le concède, c’est pourquoi ni j’infirme ni ne confirme, mais admets la possibilité.


    • popov 18 avril 2014 13:41

      @Phillouie

      Moi non plus, je n’affirme ni n’infirme.

      Je trouve quand même hilarant d’élever une croix pour marquer la supposée tombe de Jésus.

      Vous saisissez l’ironie ?


    • passtavie passtavie 18 avril 2014 18:04

      Une croix à l’emplacement de la tombe de jésus au japon ? C’est exactement la réflexion que je me suis faîte.


    • RaphN RaphN 18 avril 2014 23:57

      Ben oui !!! Forcément !! Si c’est marqué dans le coran, c’est que c’est vrai... évidemment. 


      Où avais-je donc la tête...

    • Julien30 Julien30 19 avril 2014 08:04

      « Le coran a évidement raison. »

      Allons vous avez l’air très sûr de vous Philou, dites-nous tout !


    • philouie 19 avril 2014 08:46

      Allons vous avez l’air très sûr de vous Philou, dites-nous tout !

      l’expérience de mort suivit de résurrection telle que racontée dans le recit évangélique est bien documenté par les ethnologues dans le cadre des religions archaïques. Voir en particulier Mircéa Eliade et son histoire des croyances religieuses : L’initiation chamnique qui permet au disciple d’accéder au stade de sage qui pourra lire les auspices et guérir les maladies, passe par ce cheminement de la mort et de la résurrection, le tout accompagné de démembrement et de voyage aérien.
      Par ailleurs les expériences mystiques, pour ce qu’on en sait en fonction de ce qui en est raconté, passent toujours par des phases d’acédies, de mort symbolique et de résurrection.
      le récit évangélique n’est que le récit symbolique d’une expérience humaine - non pas unique - mais répété des milliers de fois - qui veut que l’accès aux niveaux de conscience supérieur du sage ,passe par cette mort et cette résurrection.

      prendre le récit au pied de la lettre, comme en fait la lecture chrétienne est un leurre. c’est le Coran qui a raison.


    • popov 22 avril 2014 17:01

      @Philouie

      C’est intéressant le rapprochement que vous faites entre l’expérience mystique et la transe chamanique. J’ai lu ce livre de Mircéa Eliade sur le chamanisme (il y a plus de 30 ans). Il se pose aussi la question de savoir qui devient chaman et avance l’hypothèse que le chaman est un épileptique qui a appris à contrôler ses attaques, à les provoquer et peut-être à en ramener des souvenirs.

      Maintenant, si on se réfère aux hadiths (je dis cela à voix basse pour que mon ami MuslimADieu ne m’entende pas, sinon il va me tomber dessus à bras raccourcis) pour une description de l’état dans lequel se trouvait Mahomet pendant ses prétendues révélations, on est forcé de constater que cela correspond assez bien à la description d’une attaque d’épilepsie.

      Pendant ces crises, les textes bibliques, rabbiniques et nestoriens s’entrechoquent dans sa tête et il en ressort une version réarrangée. Peu importe s’il y a des différences entre son texte et les textes originaux : il suffira aux exégètes islamiques de décréter que ces différences sont dues à des falsifications des textes bibliques par les juifs et les chrétiens.


    • popov 18 avril 2014 12:10

      @MuslimADieu

      J’ai trouvé cet article délicieux.

      On ne s’ennuie pas dans le monde de la production et du recyclage des mythes et légendes !


      • philouie 18 avril 2014 12:44

        le titre est provocateur mais repose sur une tromperie linguistique.
        pour tout chrétien de langue arabe Jésus est le fils d’Allah et ça ne fait pas de doute.

        Pour tout musulman, il est évident que cela ne se peut, surtout dans le snes chrétien ou Jésus serait un autre-lui-même-Dieu.
        Il ne peut qu’être créature. Toute manifestation du divin, même lorsqu’elle est Dieu se manifestant, ne peut être confondu avec Dieu Lui-Même. Une altérité radicale séparant la créature du créateur.


        • popov 18 avril 2014 13:10

          @Phillouie

          pour tout chrétien de langue arabe Jésus est le fils d’Allah et ça ne fait pas de doute

          L’hypothèse d’allah-père-de Jésus est à écarter d’emblée : allah est sorti d’usine un demi millénaire après la diffusion des évangiles dans l’empire romain.


        • philouie 18 avril 2014 13:12

          vous êtes un égaré.


        • popov 18 avril 2014 13:35

          @Phillouie

          vous êtes un égaré.

          Bien observé. Popov ne sait pas où il va et il l’admet volontiers. Tout ce que popov est capable de faire, c’est de voir d’où il vient et où il est arrivé. S’il trouve qu’il s’est amélioré, il continue, sinon, il cherche l’erreur et tente de rectifier. Popov ne sait pas grand chose de lui-même, mais ce qu’il sait, il le sait comme on sait que si aujourd’hui on est mercredi, alors demain on sera jeudi. C’est parce que popov se base sur son expérience intérieure pour juger s’il s’est amélioré ou non. Mais de cela, il n’en parle jamais parce qu’il sait que cela ne sert à rien.

          Popov a renoncé depuis longtemps aux réponses toutes faites que l’on trouve dans les livres dits sacrés : ces livres ne nous font pas savoir, il nous font croire qu’on sait.


        • popov 18 avril 2014 14:28

          @Phillouie

          le titre est provocateur mais repose sur une tromperie linguistique.

          Avant l’arrivée de l’islam en Malaisie, les gens n’avaient pas de mot pour désigner un dieu unique, tout simplement parce que ce concept n’existait pas dans leur culture. Le mot « Allah » a donc comblé cette lacune de la langue malaise. Et les chrétiens de ce pays utilisaient eux aussi ce mot pour désigner leur dieu.

          Quoi de plus normal me diriez-vous.

          Eh bien non, suite à des plaintes répétées des autorités islamiques, une loi vient de sortir qui interdit l’utilisation du mot « Allah » pour désigner le dieu des chrétiens.

          Ce faisant, les islamiques reconnaissent implicitement que leur dieu n’est pas le même que celui des juifs et des chrétiens.


        • philouie 18 avril 2014 18:44

          S’il trouve qu’il s’est amélioré, il continue, sinon, il cherche l’erreur et tente de rectifier.

          Nous ne pouvons que souhaiter à Popov qu’il continue son chemin, même tâtonnant dans le noir.
          La lumière viendra bien assez tôt.


        • Nizar Chabbi 18 avril 2014 14:39

          Je crois reconnaitre le style de Cheikh Dukhani.
          Je me trompe ?


          • popov 18 avril 2014 15:52

            Qui était le père de Jésus ?

            Les grossesses spontanées n’étant pas très courantes dans l’espèce humaine, il a bien fallu qu’un homme intervienne dans cette histoire si du moins Jésus a vraiment existé.

            Il y a eu plusieurs hypothèses.
            http://www.bibliotecapleyades.net/biblianazar/esp_biblianazar_7.htm
            http://www.grahamphillips.net/Books/mary2.htm


            • popov 18 avril 2014 16:14

              Qui était le père de Jésus ?

              Les grossesses spontanées n’étant pas très courantes dans l’espèce humaine, il a bien fallu qu’un homme intervienne dans cette histoire si du moins Jésus a vraiment existé.

              Il y a eu plusieurs hypothèses.
              http://www.bibliotecapleyades.net/biblianazar/esp_biblianazar_7.htm
              http://www.grahamphillips.net/Books/mary2.htm


              • OMAR 18 avril 2014 16:48

                Omar33

                Salut MuslimADieu  :« On récapitule donc pour les pas très forts en allégories .. ».

                Désolé, n’ai absolument rien pigé à ton article, ni le ou les buts que tu vises.

                Au delà des 5 obligations de l’Islam, je n’ai retenu que cette profession de foi « Il n’existe de Dieu que Dieu (Allah) et Mohammed est son Messager ».

                Ainsi que le respect total des religions ante-islamiques : le Christiannisme et le Judaisme, et les prophètes, tous les prophetes qui s’y sont révélés et succédés...

                Tout le reste ne sert qu’à créer l’incompréhension, l’amalgame, la stigmatisation, la haine, l’intolérance, l’inquisition, les guerres, les massacres, les génocides et la barbarie...


                • MuslimADieu MuslimADieu 18 avril 2014 19:50

                  @Omar


                  Pour les buts que je vise, je ne sais pas vraiment. J’écris « ma vérité » comme tout le monde dans le coin et, comme tout le monde, j’espère améliorer les choses sans trop savoir comment.

                  Si j’ai bien compris, d’après toi, j’en suis déjà à « servir à créer l’incompréhension, l’amalgame, la stigmatisation, la haine, l’intolérance, l’inquisition, les guerres, les massacres, les génocides et la barbarie... »


                • OMAR 18 avril 2014 23:06

                  Omar33

                  @Muslim, tu ne m’as absolument pas compris.

                  Alors, 1 partout...

                  Muslim, j’aime Dieu, car c’est ma lumière, et je m’en fiche qu’il soit juif, chrétien, musulman, bouddhiste ou martien.


                • MuslimADieu MuslimADieu 19 avril 2014 16:19

                  @Omar

                  On nous a appris, dès notre enfance, à nous considérer nous, sois disant musulmans, comme les véritables et uniques authentiques élus de Dieu. 
                  C’est visiblement faux. Nous ne sommes pas plus élus que les autres.

                  Aimer Dieu, c’est bien. Mais si on l’aime à la sauce des cheikhs, ce n’est plus forcément le vrai dieu que l’on aime.
                  Il y a, dans le coran, le concept de Taghut. C’est une entité symbolique qui désigne le « max » de la désobeissance. Le max consister à vouloir s’asseoir sur le trône d’Allah, être Allah à la place d’Allah, et édicter des lois à son nom.
                  Le coran te dit que les adeptes du Taghut déclarent être les élus d’Allah, font du jihad en son nom, désignent la pourriture comme étant les véritables croyants etc..
                  Bref c’est tout de travers.

                  Donc, à aimer Allah bêtement, on risque de se trouver à aimer le Taghut.
                  Je ne vais pas revenir sur les « 5 obligations de l’islam » alors que le coran n’a jamais parlé de « 5 obligations de l’islam ». 
                  Coran veut dire lecture et c’est écrit en gros sur la couverture. Il n’y a pas écrit « Guide la courbette sacrée » ou « comment faire le con autour d’un cube en pierre dans le sahara ».

                  A PROPOS DE L’ATTESTATION DE FOI, PREMIER PILIER DE L’SLAM ;.
                  Si tu oubliais ce que te racontent les cheikhs et les imams, tu te rendrais compte tout seul, rien qu’avec le raisonnement, que la « profession » de foi est une connerie.
                  Tout d’abord, dans sa formulation exacte, c’est un témoignage de quelqu’un qui n’a rien vu. C’est un mensonge évident.
                  Ensuite, elle exclue les prophètes qui précèdent Muhammad et qui n’ont pu, trivialement, la prononcer.
                  Ensuite, elle sonne horriblement faux dans la bouche du prophète lui même.
                  Enfin, Satan, tel que l’on nous le présente, pourrait la prononcer aussi. Si tu la lis, elle n’engage à rien en termes de comportement.

                  Mais le plus amusant c’est que le nom de Muhammad est aussi un surnom (c’est une évidence linguistique sur laquelle il est inutile de s’attarder, mais des prenon en « on » comme muhammadon, t’auras du mal à en trouver le coran et dans ton entourage). Muhammad veut dire le loué. C’est évident même d’un point de vue logique, à moins de supposer que Muhammad est un prénom paien anté-islamique. Ton attestation de foi pue l’anachronisme à plein nez. En plus, si c’était un prénom, il aurait été utilisé avant le prophète et je n’ai pas connaissance d’un cas.
                  Du coup, la « profession » de foi fait attester que celui « qui est loué » est messager d’Allah. Khomeiny était vachement loué de son vivant aussi.


                  Au fait, tu sais que c’est grâce aux pantoufles du prophète qu’on aurait pu préserver la profession de foi ? 
                  Eh oui ! le grand gardien de la foi, abu horeira, un yéménite Grand gardien de la foi qui arriva à Médine 3 ans avant la mort du prophète nous dit-on, rapporta à Omar que le prophète lui aurait appris « la formule magique » qui fait ouvrir les portes du paradis.
                  Tu ne va pas le croire, Mais Omar, compagnon de la première heure du prophète, ne la connaissait pas. Il n’aurait pas prononcé la profession de foi, premier pilier de l’islam, durant tout sa vie d’apôtre. C’est dingues ça !
                  Alors Omar, tabassa Abu Horeira pour ce qu’il considérait être un blasphème (on se demande où l’apôtre a pu chercher cette idée ?). Mais heureusement, le grand gardien de la foi, Abu Horeira, avait les pantoufles que le prophète lui avait laissé pour justifier sa bonne foi. A la vue des pantoufles, Omar, le grand sage, par un raisonnement subtil qui échappes encore à mes modestes capacités neuronales, crut à la bonne foi du gardien de la foi et accepta d’intégrer le premier piler oublié de l’islam dans l’islam.
                  Tu te rends compte Omar, ce qui se serait passé si Abu Horeira, le gardien de la foi, savant parmi les savants, avait oublié les pantoufles du prophète à la maison ou s’il avait bêtement pensé garder cette relique précieuse dans un endroit en sécurité.
                  Peut être que c’est Allah qui le lui a inspiré ?
                  On ne parles pas suffisamment du grand miracle des pantoufles, je pense.


                • Henri Diacono 18 avril 2014 19:11

                  Muslim, Du plaisir malgré la longueur du texte, labyrinthe inextricablement satirique, pour tous ceux qui cherchent et chercheront encore pendant longtemps à percer un Mystère qui restera à jamais un Mystère,c’est à dire la Sortie. Celle ci est pourtant simple à trouver. Le paradis est en chacun d’entre nous. Foi de vieillard. Pas besoin de prophète pour cela.

                  Amen et Merci à vous  !


                  • robin 18 avril 2014 19:32

                    Je ne sais pas si il faut en rire ou en pleurer de cet article, ça part tellement dans tous les sens et dans le surréaliste que je n’ai absolument rien compris, pourtant je connais assez bien la Bible.


                    • tchoo 18 avril 2014 20:25

                      Jésus à débarqué près de Marseille avec Maria magdalena et eu quelques enfants. On dit mêm que Charles de Gaulle descendait de lui


                      •  Mohamed Takadoum. M Takadoum alias Bouliq. 18 avril 2014 20:56

                        Bravo, un beau delire heretique en apparence et bien documenté sauf que la charge immonde à la fin de l’article contre le prophete Sidna Mohammed jette cet article dans le lot des article islamophobes qui fleurissent sur ce site.Dommage que l’auteur ne s’est pas arrete à sa fable annoncée au debut de l’article.


                        • MuslimADieu MuslimADieu 19 avril 2014 16:16

                          @Bouliq.

                          Comment tu fais pour ne rien comprendre ?
                          La charge contre « Sidna Muhammad », c’est toi et tes cheikhs qui la font.
                          Le coup de la pieuse effarouchée, on ne me la fait pas.


                          Ignorant et illettré : c’est les cheikhs qui traduisent Ommi par ignorant et illettre. Même que c’est un miracle qu’ils disent qui prouverait qu’il n’aurait pas pu écrire le coran. Le prophète était un sage, lettré, éduqué, au moins bilingue. Grâce à cette arnaque, les cheikhs peuvent prêcher que la vrai foi n’exige aucun effort intellectuel.

                          Pédophile. C’est les cheikhs qui disent qu’il a épousé Aicha à 9 ans après l’avoir réservé à 6 ans. Moi je ne suis pas sûr que Aicha a existé.

                          Gigolo ; c’est tes cheikhs qui te racontent qu’il a épousé sa patronne de vingt ans plus agrée que lui et qu’il est devenu riche grâce à ça. En plus, comme le papa de la patronne n’était pas d’accord, ils lui aurait bourré la gueule pour le convaincre.
                          Pour moi, Khadija n’a pas existé (pour la rigolade, Khadija, la mère des filles du prophète, signifie en arabe, celle qui ne peut enfanter. Comment un père ou une donner un tel prénom à sa fille ? ).

                          Obsédé sexuel : C’est tes cheikhs, hadith sacré à l’appui, qui te disent qu’il se tapait 9 ou 11 bonnes femmes, deux fois par jour, une fois que son ex-patronne était morte.

                          Lapideur : Tes cheikhs te racontent comme les très bon Muhammad a attendu qu’un femme adultère accouche pour pouvoir la lapider. Ensuite, il aurait beaucoup pleuré.

                          Coupeur de mains : voir les Hadiths sacrés.

                          Esclavagiste : c’est qu’il en avait des esclaves. Il en recevait en cadeaux. En plus, les femmes esclaves, on peut les baiser sans que ça comptes comme épouses. C’est de la sunna comme le prophète aurait fait nous dit-on.

                          Assassin, et autres : Regardes tes hadiths et les tribus entières qu’il aurait décimé.

                          Cher Bouliq, si tu veux trouver des gens qui font régulièrement des charges immondes contre « Sidna Muhammad », va dans une mosquée.

                        • popov 20 avril 2014 11:21

                          Chez nous, il y en a qui ont le vin triste.

                          Bouliq, lui, il a l’islam grincheux.


                        • ablikan 18 avril 2014 22:15

                          Je vous ai trouvé soft finalement, pour moi tout cet heritage est purement et strictement politique, le fruit du travail des rothschild et Chavez de l’epoque, des livres de droits et de devoirs imagés au divin pour justifier le tout. Du coup on peut se poser la question du plagiat entre les oeuvres car l’elite actuelle, au profil potentiellement analogue à l’élite d’antan, raffole de la chose.


                          • Brice Bartneski bartneski 19 avril 2014 09:38

                            Les religions ne sont qu’un outil de manipulation des masses pour les contrôler. Que Jésus est existé ou non n’a aucune importance. Seul le message subsiste : pardonnez, partagez, aimez-vous les uns les autres et soyez humble en respectant la vie.
                            Pas de culte ni de temple ni d’idolâtrie. Juste une philosophie pour changer le monde.


                            • arthes arthes 19 avril 2014 09:53

                              Le coran a évidement raison.
                              Jésus lui-même prêchait à travers des paraboles et la scène de sa mise à mort est évidement aussi une parabole.
                              les gens ont cru qu’il s’agissait d’une réalité alors que la réalité est ailleurs
                              .

                              Bonjour,

                               l’article est un peu long, je ne le trouve pas blasphématoire mais disons prévisible, une Vérité est toujours cause de railleries en premier, ensuite cause de rejet violent et enfin adoptée comme si « elle coulait de source ».

                              Par contre, les réflexions et interprétations constantes de l’auteur enlèvent un peu de sens à tout l’ensemble car on perd la compréhension du texte qu’il souhaite descendre et on a le sentiment qu’il s’agit juste de provoquer, bon, au bout de quelques lignes on a compris quoi, à force ça devient contre productif, un peu lourdingue quoi. 

                               En vérité , en vérité...Euh, en résumé, en résumé, je retiens l’intervention de Philloui, on ne peut pas comprendre les évènements de Palestine avec une approche matérialiste car ils sont du domaine « hors de notre champs de perception du sensible » et l’interprétation rationnelle des évangiles n’est pas non plus toujours bien éclairante.

                              Christ, fils de Dieu ou d’Allah, pour un chrétien, c’est tout ce qu’il y a de plus logique, Jésus lui, fils de la chair...On dira deux en un, mais c’est encore plus compliqué, il y a aussi Zoroatre et Bouddha qui font partie de l’aventure,( que le dernier ferme la porte smiley


                              • morice morice 19 avril 2014 10:28

                                la réponse est « mais non »


                                bon, je sors...

                                • MuslimADieu MuslimADieu 19 avril 2014 16:30

                                  @Morice

                                  Les complots d’Allah sont plus gros que les tiens.
                                  Je pense que tu es de ceux qui sont les plus à même à comprendre comment un mensonge peut devenir une vérité incontestée et comment on peut jouer de la foi des pauvres gens.


                                • Montdragon Montdragon 19 avril 2014 11:24

                                  Cherchez le seul monothéisme dont la vertu est le pardon universel...pas compliqué


                                  • RO1620 RO1620 19 avril 2014 12:59

                                    Merci à l’auteur,
                                    Drôle, instructif, contribue à nous ouvrir l’esprit.

                                    Jésus est vivant, le Coran à raison !


                                    • arthes arthes 19 avril 2014 18:34

                                      Un petit « mea culpa » à l’auteur, (mais pas simple cet article), je n’avais pas pris la mesure de son article à l’aune du ton satirique dont il se prévaut en préambule, il est instructif en effet !


                                      • popov 20 avril 2014 07:27

                                        Première constatation : cet article n’a attiré qu’un nombre minuscule des petits soldats d’allah qui rôdent d’habitude sur ce site. Je n’en vois que deux : Omar et Bouliq. Faut-il que les autres aient mauvaise conscience ! Ou alors ils ont perdu quelques plumes au cours de débats sur des articles précédents et n’osent plus se frotter à MuslimADieu.

                                        Deuxième constatation : ce sont les 2 commentateurs islamiques qui sont le plus contre cet article. Bouliq le rejette carrément comme hérésie, mais n’ose pas poursuivre le débat. Omar semble plus honnête. Il est visiblement désarçonné, mais reste à l’écoute.

                                        MuslimAdieu se place dans la plus pure tradition du monothéisme biblique. Il appelle cela l’islam, c’est son droit. Cette tradition se caractérise par la lutte contre toutes sortes d’idolâtries. Cela ne veut pas dire qu’il faut aller casser les petits bons dieux en plâtre des autres religions, cela veut surtout dire qu’il faut mettre à jour et dénoncer les idolâtries qui subsistent dans sa propre religion. Et c’est ce qu’il fait dans cet article, comme dans ses commentaires, et souvent avec un humour iconoclaste. Et comme par hasard, ce sont les islamiques qui viennent rouspéter.


                                        • popov 20 avril 2014 07:44

                                          oups, j’ai oublié Philouie, qui avoue n’avoir pas lu tout l’article.


                                          • philouie 20 avril 2014 09:54

                                            si fait. mais je l’ai lu après.

                                            et ce que j’ai dit, si je peux être d’accord sur la notion de filiation spirituelle , ma position est celle de l’altérité radicale entre le créateur et la créature qui fait que Jésus ne peut être appelé Fils de Dieu dans le sens chrétien d’un « autre lui-même »
                                            L’immanence, qui sans doute est l’expression de la réalité d’un point de vue absolu, ne peut en aucun cas contredire la transcendance qui est celle de notre condition indépassable de créature : Nous ne percevons la réalité que relativement à notre condition, mais comme cette condition est indépassable, cette relativité est de fait notre absolu à nous.

                                            Une autre critique qui pour être adressée à MuslimADieu, est qu’il a du mal à comprendre que la spiritualité n’est pas la religion et que faire une critique de l’une à partir de l’autre n’a qu’un sens limité.
                                            Lorsque Hallaj est mis à mort (par les cheiks et autres imam chers à Muslim), pour son « Je suis la vérité », c’est aussi parce qu’il oublie que pour les humains, la vérité n’est pas issu d’un « Je » qui pense, mais d’un « Nous » qui la construit dans le consensus, de sorte que l’adhésion à la religion, même lorsqu’elle se fonde dans la relation sans intermédiaire avec la divinité, est l’adhésion à une pensée construite par la tradition. MuslimADieu semble ignorer que l’être humain est avant tout un être collectif et qu’il y a un moment où il doit oublier son individualité pour adhérer au projet collectif tel qu’il est véhiculé par le projet religieux.
                                            c’est le sens des deux parties de la Shahada, d’un coté le rappel de l’unicité divine, mais surtout de son uniquité et partant de son universalité (ie, ce n’est jamais que le même Dieu qui est l’objet d’adoration , indépendamment de la religion de l’adorant. Et de l’autre l’affirmation que Muhammad est son envoyé, c’est à dire l’adhésion à cette religion particulière qui est l’Islam et qui fonde la communauté islamique.


                                          • popov 20 avril 2014 10:51

                                            Donc pour vous, le rôle de la religion c’est de souder une communauté. Peu importe le contenu précis de cette religion à condition qu’elle arrive à ce but. On aurait même pu se passer de la « révélation » si on avait pu aboutir à un consensus autrement. Et en fait peu importe qu’il y ait eu révélation ou pas si ce n’est qu’affirmer qu’il y a eu révélation permet d’arriver à ce but de la religion plus facilement. Peu importe ce que dit le coran que personne n’a jamais compris, un peu comme s’il n’avait pas été écrit en arabe, à condition que tout le monde se mette d’accord sur une interprétation et que cette interprétation soude la communauté.

                                            C’est le point de vue de Girard, dans « La violence et le sacré » et « Des choses cachées depuis la fondation du monde ». Il « montre » (cela reste purement spéculatif) comment les religions primitives ont rempli ce rôle spontanément dans de petits groupes humains à l’aube de l’hominisation. Il montre aussi comment ces religions n’arrivent plus à remplir cette fonction dès que la société évolue et que les gens prennent peu à peu conscience du fait religieux. Un peu comme le placebo qui peut très bien guérir un malade de n’importe quelle maladie — à condition que le malade ne sache pas qu’il s’agit d’un placebo. Croyez-vous vraiment que l’islam soude les sociétés islamiques de nos jours ?

                                            Maintenant, je note une contradiction dans ce que vous dites. Si ce qui importe dans une religion est la vérité qui se forme par consensus, qu’est-ce qui peut bien vous déranger si les chrétiens en sont arrivés à définir cette algèbre interne qu’ils appellent trinité ?


                                          • MuslimADieu MuslimADieu 21 avril 2014 11:04

                                            @Philouie

                                            Je ne comprends pas l’instance des Judéo-chrétiens à crucifier la vérité.

                                            Il me parait évident que les rédacteurs des évangiles ont copié collé des pans entiers de « mythologies anciennes ». Mais la fin est tout simplement géniale. Jésus , fils du père, c’était l’autre : Barabbas, en réalité, avait pour prénom Jésus et Barabbas signifie fils du père.
                                            C’est les docteurs et gardiens de la foi du christianisme qui ont jugé bon de virer le prénom Jésus devant Barabbas.

                                            Les évangélistes, eux, racontaient visiblement une autre histoire dans l’histoire.
                                            Le plus marrant, c’est que je n’arrive même pas à me décider s’ils étaient de bonne ou de mauvaise foi. Mais Paulo, c’est sûr, il était prophète.

                                            Trouvé Jésus, c’est pas facile pour un chrétien idolâtre. 
                                            Popov a raison, qu’est ce qu’on se marres !
                                            Jésus n’a pas fini de ressusciter.

                                          • MuslimADieu MuslimADieu 21 avril 2014 11:07

                                            euh !

                                            Paulo était prophète, s’il a existé, bien sûr. On n’est jamais sûr de rien dans ces histoires.

                                          • MuslimADieu MuslimADieu 21 avril 2014 19:31

                                            Je ne suis pas très qualifié pour analyser les évangiles, mais j’estime que la qualité artistique de ces œuvres est largement sous-estimée. Goscinny & Uderzo n’auraient pas fait mieux.

                                            Par exemple, Pourquoi a-ton choisi de faire naître Jésus à Bethleem et le faire élever à Nazareth ?

                                            Pour un arabophone comme votre serviteur, Bethleem signifie la maison de chair et Nazareth serait, « la supportrice ». Bref, les auteurs semblent clairement avouer que ce Jésus et né "dans une maison de chair" et élevé par ses supporters.

                                            Faut pas s’étonner qu’après, archéologiquement parlant, on ait eu du mal à trouver les deux patelins, Bethleem et Nazareth.

                                            Le traitre s’appelle Juda, comme par hasard du nom de la judée, l’une des rares tribus d’Israël qu’on a pas paumé. Je me demandé d’ailleurs si les auteurs n’ont pas choisi le prénom de Joseph comme père adoptif en référence à Joseph, le seul fils potable, avec son frère, de Jacob alias Israël.

                                            Encore. L’évangile de Luc (l’apôtre à Paulo) confirme le coran comme quoi Jean est un prénom que l’on ne connaissait pas avant (dans la famille sic !) Et voilà que l’on retrouve Jean carrément en apôtre préféré de Jésus avec un évangile tout à lui.

                                            Autre exemple, dans Jean, 4,12, on trouve une samaritaine qui demande à Jésus : "“Par hasard serais-tu plus grand que Jacob notre père ? »". Evidemment, pour commencer à comprendre la vanne, au delà de l’histoire elle même et de la comparaison Messie versus Israël, il faut savoir que Samiri, en arabe, (très proche cousin de « l’hébreu » et de l’araméen), signifie celui qui veille dans les ténèbres ce la nuit. Nous avons « un samaritain », "de la même ville« que la demoiselle de Jésus dans le coran et qui aurait  »incité les hébreux à fabriquer le veau en or« . la Samarie, n’est pas terrible archéologiquement.

                                            Les Evangiles, c’est Génial. 

                                            On peut pas dire qu’ »Ils" n’ont pas prévenu qu’il y avait de la parabole.


                                          • arthes arthes 20 avril 2014 17:46

                                            Merci pour vos précisions Popov ; j’y vois plus clair smiley.

                                            Je m’intéresse aux religions (en remontant le temps) et de leur rapport avec la spiritualité principe du monde (l’entité/volonté créatrice) , c’est pour cela que l’article m’interpelle, mais j’ai une approche qui relève plus du domaine du sensible par l’esprit (spirituelle) que du théologique (matérialiste/physique), et l’islam, j’ai du mal à en retracer les origines ainsi que les liens avec les religions monothéistes ou non, jusqu’aux mythes et légendes, qui l’ont précédés.

                                            Pour rebondir juste sur Philouie :

                                            Prétendre que la condition de l’humain est indépassable alors que ce dernier ne fait qu’évoluer depuis la nuit des temps me semble aussi contradictoire, la conscience du « je » est récente et fait partie de cette évolution , et plus encore celle du « je » comme étant le « je suis », le travail de l’humain dans sa progression n’est il  pas , à partir de ce « je » de prendre conscience de sa propre spiritualité qu’il porte en lui et faire librement de son propre être son lieu de culte ?

                                            La chrétienté reconnait l’impulsion christique en chaque être (bah oui, le crucifié nous en a fait le leg universellement et pour l’éternité, c’est pour ça qu’il est venu, autrement dit chacun d’entre nous est « fils de Dieu » et « enfant de la chair » aussi) et il n’y aurait plus de religions, l’impulsion EST là quand même aussi éternelle que l’esprit« en soi et qui est soi » , et si on peut dire que l’humain est collectif c’est qu’il a besoin de lire son reflet dans le regard de l’autre pour exister et de la pensée de l’autre pour féconder la sienne propre, mais l’humain est individuel par son « je » , solitaire (et solidaire dans l’idéal absolu) même s’il ne peut vivre sans ses pairs.


                                            • MuslimADieu MuslimADieu 21 avril 2014 11:21
                                              Maintenant je veux répandre,
                                              Parmi tous ceux qui m’écoutent,
                                              Le savoir qui vient au Sage !
                                              Pouvoir divin suprême,
                                              Veuille accueillir mes prières !
                                              Et Toi, Bon Esprit, écoute
                                              Mes prières et mes hymnes !
                                              Pureté, viens me guider !
                                              Et vous, divins immortels,
                                              Par vos, leçons salutaires,
                                              Éclairez-moi sans tarder !

                                              2. Écoutez avec sagesse.
                                              Ce qui est bon et parfait !
                                              En votre esprit discernez
                                              Ce que chacun devra faire
                                              Pour son corps, pour tout son être,
                                              Afin de se relever
                                              Et accomplir le Grand ouvre !
                                              Voici les enseignements
                                              Que chacun devra connaître
                                              Pour acquérir le Savoir.

                                              3. Sachez qu’il est deux esprits :
                                              --- L’un est bon, l’autre contraire ---
                                              Qui remplissent les pensées,
                                              Les paroles et les actes,
                                              Que les Justes reconnaissent
                                              Toujours avec certitude
                                              Mais que les méchants confondent !

                                              4. Sachez que ces deux esprits
                                              Toujours sont antagonistes,
                                              Et que, donnant vie, ou mort,
                                              Ils décident de tout sort.
                                              Aux méchants : l’esprit contraire !
                                              Mais aux justes : Bon Esprit !

                                              C’est pas de moi, mais de Zoroastre dans les gathas.
                                              Lui dire méchant esprit toujours rien comprendre. toujours confondre.



                                            • MuslimADieu MuslimADieu 25 avril 2014 13:15

                                              Dans cet article, j’ai raconté une histoire où je ne suis pas capable de séparer le vrai du faux. Je ne parierais pas mon « paradis » sur le fait que le Messie soit aussi Zarathustra ou Zul-Qarnein. J’ai pris aussi la précaution de ne pas dire explicitement que Jonas était un autre surnom pour le Messie. 

                                              J’ai suffisamment de « background » en terme d’études coraniques, historiques et des « autres livres » pour savoir qu’on a vite fait de s’enliser sur une fausse piste.
                                              Comme en sciences, une théorie est faite pour battre les précédentes et être battu par les suivantes tout en combattant ses contemporaines. Mais si on n’en fait pas parce qu’il y a des zones d’ombres alors on n’en fera jamais et on laissera la recherche de la vérité à ceux qui pensent l’avoir trouvé.
                                              Il me parait toutefois évident, d’un point de vue historique, que le Messie est antérieur à Jésus et que les évangélistes ont tenu à ressusciter un personnage qu’un peuple des ténèbres a tenu à masquer. Est ce pour le tuer et en finir une fois pour toutes politiquement ou pour le ressusciter dans son message et son esprit ? J’opterais personnellement pour la deuxième hypothèse.
                                              En effet, l’opposition du Messie de chair et le Messie spirituel est à la base même du christianisme dans sa version Paulienne. Le Jésus de chair, né à Bethleem (bayt lahm=maison de chair), élevé à Nazareth (Nassira=supportrice) est tué sous les acclamations du peuple juif, qui ne comprenait rien à rien, pour faire vivre un certain Jésus fils du Père (soit Jésus Barabbas), que l’on a qualifié de révolutionnaire et criminel. Les allégories sont trop grosses pour être un hasard. 
                                              Le « gouverneur » Pilate, avait raison. C’était bien le roi des juifs qu’on tuait et non pas un des nombreux qui clamaient être le Messie.
                                              Y avait -il quelqu’un sur la croix ?
                                              Peut être que oui, peut être que non. Je n’en sais pas plus sur la véritable vie de celui qu’on surnommes Muhammad. Tout ce que je sais, c’est que derrière les complots humains, il y a un complot divin et que seuls ceux qui ont y croient peuvent entrevoir l’existence d’une vérité supérieure au delà des apparences.
                                              Tout ceux qui croient en la vérité supérieure savent qu’ils la connaîtront le jour où les prophètes témoigneront et raconteront leurs véritables histoires. Ceux la savent qu’au delà des vérités humaines, du moins sur le plan historique, il y a une seule vérité.
                                              Peut -on imaginer meilleure « formation » pour ceux qui auront à faire encore usage de cette chose bizarre qui fonctionne on ne sait comment et qu’on appelle libre arbitre ? Ceux qui en ont un contrôle « potable » savent qu’elle est terriblement sensible à ce que les théoriciens du chaos appelleraient « conditions initiales » et ne seront pas stupidement partisans dans les chamailleries des peuplades ici-bas.


                                              • CoranSeul 29 mars 2015 17:04

                                                Salam MuslimADieu,

                                                Article très intéressant comme d’habitude. Je suppose que tu connais Adnan Ibrahim et ses vidéos sur Issa/mahdi/dajjal. Il y a un point sur lequel il passe rapidement c’est S4V159, tu pourrais donner ta traduction du verset et détailler un peu plus.
                                                Je ne comprends pas comment tu fais pour le comprendre autrement, le temps employé est bien le futur ?
                                                Et quelle est ta compréhension de S43V61 ?

                                                merci


                                                • TheTruthIsFromGod 22 août 2018 15:24

                                                  S3:V55 إِذْ قَالَ اللَّهُ يَا عِيسَىٰ إِنِّي مُتَوَفِّيكَ وَرَافِعُكَ إِلَيَّ وَمُطَهِّرُكَ مِنَ الَّذِينَ كَفَرُوا وَجَاعِلُ الَّذِينَ اتَّبَعُوكَ فَوْقَ الَّذِينَ كَفَرُوا إِلَىٰ يَوْمِ الْقِيَامَةِ ۖ ثُمَّ إِلَيَّ مَرْجِعُكُمْ فَأَحْكُمُ بَيْنَكُمْ فِيمَا كُنتُمْ فِيهِ تَخْتَلِفُونَ 



                                                  S3:V55 (Rappelle-toi) quand Allah dit : « Ô Jésus, certes, Je vais reprendre ton âme (te faire mourir) t’élever vers Moi, te purifier de ceux qui n’ont pas cru et mettre jusqu’au Jour de la Résurrection, ceux qui te suivent(3) au-dessus de ceux qui ne croient pas. Puis, c’est vers Moi que sera votre retour, et Je jugerai, entre vous, ce sur quoi vous vous opposiez. 

                                                  Tu dis que le Messie Jesus est le seul a être pur, ce sur quoi je tend à te rejoindre, mais je ne comprends pas pouquoi alors Dieu purifiera jesus s’il est deja pur.

                                                  • TheTruthIsFromGod 22 août 2018 15:35

                                                    Petite remarque perso ....


                                                    Ton humour est très sympa, mais l’excès de toute chose n’est jamais bon .... A force de parler ironiquement et de faire des paraboles, on finit par s’y perdre par ce que tu veux nous transmettre combien même on chercherait à être attentif pour comprendre ce que tu dis.

                                                    Tu maîtrises certainement ton sujet et tu es le mieux placé pour comprendre tes blagues et tes allégories et pour toi cela ne pose pas de problème, mais en fin d compte cela devient contre-productif dans le sens ou ton message est plus difficilement compréhensible si tu nous le mets sous une forme ponctué de blague et de jeux de mots.

                                                    Si tu écrivais de façon claire et sans jeu de mots et que de temps en temps tu ajoutais un brin d’humour cela ferait aussi très bien l’affaire.

                                                    Je comprends ce genre de dérive, j’en ai moi-même été victime dans les contenus que je diffuse, mais progressivement, j’en suis venu à un style plus sobre et clair afin que les gens comprennent mieux et ne se distraientt pas et ne se perdent pas à travers ce qui est superflu ... même si je garde une pointe d’humour, chose que j’apprecie, et domaine ou Dieu excelle notamment dans le Coran

                                                    • TheTruthIsFromGod 22 août 2018 15:44

                                                      Petite question, tu dis qu’il y a un seul evangile et qu’il ne s’agit pas d’un des 4 evangiles qu’on connait aujourd’hui.


                                                      Je suis d’accord avec toi que les 4 evangiles ont en realité été ecrit après la mort de Jesus par des gens qui ne l’ont meme pas connu et qu’ils ne peuvent en aucun cas s’agir de l’évangile auquel Dieu fait mention dans le Coran.

                                                      Tu dis que cet evangile, Jesus l’avais en main propre et que ce livre n’a pas été transmis .... je ne vois pas trop l’interet de Dieu de donner un livre en main propre à Jesus sans pour autant qu’il ne le transmette aux autres ... ce sont ls autres qui en auraient le plus besoin plus que Jesus qui beneficie de sa relation directe avec Dieu.

                                                      D’ailleur le verset S5:V47 dit :

                                                      وَلۡيَحۡكُمۡ أَهۡلُ ٱلۡإِنجِيلِ بِمَآ أَنزَلَ ٱللَّهُ فِيهِ‌ۚ

                                                      verset disant que les gens de l’évangile jugent avec l’évangile, cela veut bien dire que ce livre a bel et bien été transmis.

                                                      Durant mes recherches, j’ai pu voir qu’il existe trace de ce livre dans une ancienne eglise à Jerusalem, un pretre en a lu un extrait, et ce qui est dit est totalement conforme à ce que le vrai Jesus pourrait dire ou sa façon de se comporter.

                                                      Cet évangile existe bel et bien, mais comme Dieu l’a dit, les versions publique sont ds version falsifié de ce livre et quant aux vrais versions, elles demeurent caché au public.

                                                      Corrige moi si je me trompe ou si j’ai manqué qqch.

                                                      • Passante Passante 22 août 2018 15:55
                                                        @TheTruthIsFromGod

                                                        cet évangile est l’évangile de jean
                                                        cf
                                                        ya yahya khoudh il-kitâba bi-qouwwa (sourate 12)

                                                        donc il a été transmis
                                                        mais pas dans l’hébreu ou l’araméen original

                                                      • Passante Passante 22 août 2018 15:59

                                                        * non : 19, verset 12


                                                      • Passante Passante 22 août 2018 16:03
                                                        cet évangile unique était appelé « bouchra » (bonne nouvelle)

                                                        or c’est l’expression des voyageurs qui trouvent joseph en sourate 12 au fond du puits .. :

                                                        yâ bouhcrâ hâdha ghoulam !"

                                                        bonne nouvelle, voici un enfant...

                                                      • TheTruthIsFromGod 23 août 2018 11:15

                                                        @Passante

                                                        Merci, je vais vérifier ça .... mais la question est de savoir si c’est l’évangile de Jean qui est actuellement distribué ou si la version originale demeure caché dans leurs bibliotheques secretes

                                                      • TheTruthIsFromGod 22 août 2018 16:04

                                                        serieusement, j’y ai mis du miens autant que je pouvais en priant Dieu de me rendre les choses claires, mais concernant cet article, je ne conteste rien... je ne comprends tout simplement pas un certains nombre de phrases et de paragraphes ..... à cause du style entre humour, allegories, et style pompeux utilisant des mots complexes.


                                                        Prend exemple sur le coran pour t’exprimer : un style sobre avec des termes accessibles à tous .... avec un brin d’humour.

                                                        • TheTruthIsFromGod 22 août 2018 16:16

                                                          tu dis :


                                                          « Les exégètes de l’islam, dans la luminescence de leurs sciences, à combattre stupidement le christianisme, n’ont jamais fait la distinction entre deux mots importants du coran. Les mots walad et le mot Ibn. Le premier fait référence à une paternité biologique (enfanter) tandis que le deuxième fait référence au père qui nourrit. »

                                                          or dans le Coran il est dit dans S9:V30 :

                                                          وَقَالَتِ ٱلۡيَهُودُ عُزَيۡرٌ ٱبۡنُ ٱللَّهِ وَقَالَتِ ٱلنَّصَـٰرَى ٱلۡمَسِيحُ ٱبۡنُ ٱللَّهِ‌ۖ ذَٲلِكَ قَوۡلُهُم بِأَفۡوَٲهِهِمۡ‌ۖ 

                                                          S9:V30 Les Juifs disent : « ‘Uzayr est fils d’Allah » et les Chrétiens disent : « Le Christ est fils d’Allah ». Telle est leur parole provenant de leurs bouches. 

                                                          le mot utilisé est bien Ibn et non Walad .... si Ibn parle de filiation spirituelle, alors ce propos des juifs ne seraient pas contesté par Dieu, dans le sens que Lazare/Uzair, peut tres bien porter l’esprit de Dieu sans pour autant etre son fils biologique


                                                          • TheTruthIsFromGod 22 août 2018 16:24

                                                            « Bref, quand les chrétiens disent le Messie est fils d’Allah, les musulmans polémiquent avec les versets où Allah n’a pas d’enfants. 14 siècles que ça dure. »


                                                            Les chretiens ne disent pas que Jesus est le fils spirituel de Dieu mais disent que Jesus est dieu incarné dans la chair, ce qu’ils appellent dans le langage d’usage « fils de Dieu »

                                                            Dieu serait le pere (l’initiateur de la creation), l’esprit (pour guider les gens), et le fils (Dieu incarné en homme pour donner l’exemple et nous aspirer à devenir comme lui) ... donc on ne peut accepter cet interprétation selon le Coran, car cette interpretation est le vieux mensonge d’Iblis : Dieu est dépassé, il a pas pu nous cacher longtemps que nous etions nous meme des Dieux et que nous n’avons pas besoin de lui, le diable nous ouvre les yeux et nous apporte la lumiere dans nos tenebres de mortels afin de nous faire realiser notre propre divinité et le diable utilise pour cela le pseudo saint esprit, pour justifier aux chretiens qu’il faut qu’ils s’attendent à avoir la prophetie et des visions au meme titre que n’importe quel prophete ..... une imitation à 180° de Dieu notre createur à tous (et non notre pere comme dit dans le Coran), qui donne son wahy (revelation) et sa bénédiction à n’importe lequel de ses serviteurs qu’il désigne en l’auréolant de sont esprit saint (du coup cela ne se t raduit pas par des vision vivides ou des voyages astraux comme la possession des diables. ... mais cela se traduit par une inspiration divine, la pensée juste, la compréhension juste ... et la reussite dans tous les secteurs de la vie)

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès