• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le scribe qui se prend pour le pharaon

Le scribe qui se prend pour le pharaon

Bon, ça y est, on y est : on sait enfin qui dirige la France. Et ce n’est pas notre président, toujours en campagne ou tout occupé à courir la gueuze chansonnesque, ni Claude Guéant, dont la tâche essentielle consiste à minimiser la cacophonie ministérielle, où à mettre des fleurs sur le bureau de Cécilia Sarkozy. L’homme qui dirige la France est avant tout un grand oublié du pouvoir médiatique, et ce ne peut donc être notre fantasque président, qui enchaîne les unes de journaux tout à sa gloire. L’homme qui dirige véritablement la France est Henri Guaino, l’homme par qui les surprenants et déroutants discours présidentiels arrivent.

Une interview du Figaro de ce samedi 12 janvier nous éclaire sur son rôle véritable, celui qu’il s’est octroyé à coups de colères mémorables et d’écritures de discours électoraux vengeurs, attaquant ceux qui n’ont pas les mêmes idées que lui ou qui vivent selon lui sur "les acquis de Mai-68". Un Mai-68 dont notre homme à une sainte horreur pour des raisons qui lui sont propres, mais qui entachent toute la politique actuelle, désireuse d’un retour en arrière à des valeurs qui n’en sont plus.

Dans cette étonnante interview, notre stylo insensible (nous ne pouvons parler de plume à ce stade) explique d’emblée pourquoi avoir ainsi pillé Edgar Morin. Sa raison est simple et atterrante : tout simplement pour servir d’écran de fumée aux problèmes actuels rencontrés par le gouvernement qu’il soutient et dont il fait partie. A la question "Quelle était la nécessité pour Nicolas Sarkozy d’appeler en ce début d’année à une « politique de civilisation » ?" il répond "Celle de tracer une perspective, de fixer un dessein après sept mois d’intenses réformes. Durant les sept derniers mois, il a fallu prendre tout de suite des décisions, ouvrir des chantiers, mais il était nécessaire au seuil de cette nouvelle année de définir la deuxième phase" De réformes de "fond", beaucoup s’accordent à dire qu’on n’en a pas encore vu vraiment la couleur et encore moins les effets, il est donc pénible d’entendre dire qu’on passe déjà à autre chose. "Circulez, il n’y a déjà plus rien à voir", aurait dit un comique. Sarkozy devenant l’homme des grands projets abandonnés par la grâce de son plumitif, qui vient de lui trouver un dérivatif capable de tenir des mois, tant est vague la notion phare utilisée, celle de "civilisation", empruntée on le sait (et déjà déformée) à un philosophe contemporain.

Guaino est un homme inquiétant, car sa pensée profonde révèle la mainmise souhaitée sur les esprits et non pas sur les individus seuls. "Méfiez-vous de Guaino, il est dangereux", avait dit un jour de lui Édouard Balladur... à Nicolas Sarkozy lui-même. Quand il parle de l’école, en particulier, ce n’est pas pour rien : "L’école, par exemple, ne se résume pas à une simple question de gestion - décentraliser ou non, améliorer le statut des professeurs ou en diminuer le nombre, etc. La vraie question est de savoir ce que nous voulons transmettre à nos enfants, quel projet éducatif est le nôtre, quel idéal humain nous leur proposons. Si gouvernants et gouvernés n’écrivent pas ensemble cette histoire, comment mobiliser les énergies ?" Le coup de l’école sans professeurs pour formater les cerveaux aux désidératas du pouvoir, et rien d’autre, sonne étrangement comme une idée issue de la période qu’il hait profondément : celle des gardes rouges de Mao et de leur petit livre rouge de recettes à devenir le plus obséquieux possible avec l’homme à la tête du pays. La "tentative Moquet" d’imposer dans les esprits des élèves directement les directives présidentielles ressemble comme deux gouttes d’eau à la distribution obligatoire du petit livre rouge. Et cela, bien entendu, n’a pas été jusqu’ici présenté de la sorte. Sauf par les enseignants qui ont osé se rebiffer contre une directive qu’ils jugeaient malsaine.

Guaino est un homme tendancieux, car il se targue d’économie, en n’ayant aucune connaissance sur le sujet : "La dynamique du pouvoir d’achat se joue aussi dans les mécanismes du partage de la richesse produite. Nicolas Sarkozy a proposé une véritable révolution de la participation et de l’intéressement au nom de l’équité entre l’actionnaire et le salarié. C’est de la politique de civilisation et, en même temps, c’est du pouvoir d’achat. Il en va de même pour les 35 heures : réhabiliter le travail en combattant les politiques malthusiennes, c’est de la politique de civilisation, parce que le travail, c’est une valeur". Parler de "partage" alors que le pouvoir en place a choisi dès son accession de favoriser les plus riches en dit long sur l’hypocrisie qui y règne. Les "politiques malthusiennes" dont parlent Guaino n’existent que chez lui : encore un peu, et il nous décrirait la France des années d’avant comme la Chine de Mao, encore une fois, qui semble hanter le personnage. C’est bien en cela que sa pensée sent si fort le Vichy : en reliant la notion de valeurs à des considérations matérielles, en rappelant à chaque instant le leitmotiv de la France de Pétain qu’était le "Travail Famille Patrie". Ce n’est donc pas un hasard s’il parle de Malthus : pour notre "crayon", les valeurs fondamentales sont celles tournant autour de la famille classique, ce qui est assez amusant à voir de la part de celui qui conseille un président de famille recomposée qui vit une vie privée plus proche du soixante-huitard attardé qu’autre chose, et qui lui-même vit une aventure amoureuse récente, plutôt soixante-huitarde, avec une dame de dix-sept ans sa cadette, déjà mère de deux enfants, décrite avec moult détails dans un numéro de Paris-Match (n° 3 050 du 31 octobre dernier). Guaino, 50 ans, vient tout juste d’être papa.

Guaino est un homme à l’enthousiasme fébrile, car ses envolées lyriques dénotent une propension évidente à se prendre et à prendre son leader pour un nouveau "leader maximo". C’est étonnant, à ce stade, combien la période des années 70 a été vécue par Guaino comme une frustration, pour que suinte de ces propos, à chaque fois, un air de revanche sur les années marquées par des leaders qui ont tous dérivé vers des pouvoirs forts, après avoir séduit un bon nombre d’individus avec des propos lénifiants... ce qu’on constate déjà aujourd’hui en France, et un rédacteur en chef vient clairement de se le faire vertement remarquer. Chez Guaino l’enflammé, ça devient : "C’est d’ailleurs la quintessence même de la mentalité des hommes de la Renaissance. Les traces qui nous restent des grandes périodes du capitalisme, de la prospérité, de l’invention sont à Venise, Florence, Bruges, Amsterdam. Regardez aussi ce qu’a été la France de la révolution industrielle ou celle des Trente Glorieuses". Nous dirions une histoire mal digérée plutôt, par notre craie présidentielle, un grand fan de la période napoléonienne restant figé en histoire sur le début du XIXe, époque qui a vu un capitalisme sauvage et triomphant s’installer. Guaino voudrait refaire travailler des enfants de 5 ans dans les galeries de mine qu’il ne faudrait pas s’en étonner. Il nous trouverait bien un moyen pour expliquer que c’est ça ou les 35 heures. Guaino, qui dans la vie courante est tout sauf un drôle, ne peut en effet avoir de loisir. La seule photo qu’on ait de lui à l’extérieur d’un bureau, c’est assis sur un banc, l’air absent (en dehors des publi-reportages récents sur sa toute récente progéniture). Son enfance a été morne et triste (l’homme n’a jamais connu son père), autant donc que celle de ses concitoyens ressemble à un carreau de mine. L’homme de la "Sottise des modernes" préfère les temps de Zola et de Germinal, sans nul doute.

Guaino est un homme omniprésent dans le propos présidentiel, car il a des idées sur tout, ce qui lui permet de séduire un président qui n’en a aucune sur rien. Ou qui ne peut que répéter à l’infini ce qu’il a déjà fait, comme de racheter la même bague ou aller sur les mêmes lieux où il s’était fait crucifier, pour ne pas dire cocufier. "D’une manière générale, la France a raté sa modernisation, dans les institutions, l’économique, l’éducation, la recherche." A partir de ce constat totalement négatif, on ne peut qu’être bon : on comprend combien dans ce cas il faille charger la mule de Mai-68 : si rien ne va aujourd’hui, ce n’est pas la faute de celui qui dirige, c’est la faute du précédent, voire des précédents. Encore une fois, Guaino emprunte à la période honnie : c’est la technique Kroutchev des trois enveloppes de directives, la dernière consistant à tout mettre sur le dos du prédécesseur. Guaino, c’est Kroutchev dénonçant les crimes de Staline pour mieux reprendre la main et embarquer le pays... vers les mêmes erreurs, ou presque.

Guaino, "Le crayon qui se prend pour une plume" enfin est une personne non dénuée de duplicité. A la question "Certains vous accusent d’être le gourou du président..." il répond "Il y a des imbéciles partout." Or chacun sait que les discours présidentiels, à quelques exemples prêts (en particulier le mémorable discours devant le Congrès américain rédigé par Levitte, qui avait fait mettre en fureur Guaino) sont tous de sa main et que le président ne s’octroie que peu de divergences avec l’original (à part une propension évidente à remplacer les "on" par des "je"). Guaino va plus loin encore, qui s’imagine supérieur à Nicolas Sarkozy. Car pour finir en beauté, à une seconde question nettement plus perfide posée sur son pouvoir réel ("Diriez-vous, comme Dominique de Villepin parlant de Chirac, que vous « gérez le cerveau du président » ?), l’homme s’emballe et finit par dire "J’ai besoin de respecter, d’estimer les gens avec lesquels je collabore."... Un très étonnant aveu d’une personne que l’on peut estimer passablement éprise de pouvoir et imbue d’estime de soi, qui décrète sans sourciller que le président n’est donc que son simple... collaborateur !!! On avait bien repéré depuis longtemps ici même chez notre Pantabille trois couleurs (bleu-blanc-rouge ?) des relents de propos d’un autre âge... Ce qu’on ignorait, jusqu’à cette interview, c’est que les Français avaient élu Henri Guaino président de France. Jusqu’à Nicolas Sarkozy, dont l’équipe d’ingénieux communicants devrait songer à lui apprendre qu’en définitive, il n’est qu’un des collaborateurs d’un homme "à l’écriture poussive et à la culture moyenne" (selon P. M. Couteaux, un de ses anciens collègues) qui se prend depuis toujours pour un grand écrivain. Pour un homme qui a déclaré un jour "Encore que je ne comprenne pas bien ce que le mot ’collaborateur’ peut avoir d’infamant"... c’est un aveu de taille, cette interview du nègre présidentiel colonialiste qui se prend pour le négrier. Comment donc un simple scribe peut-il s’arroger ainsi la place du pharaon ?


Moyenne des avis sur cet article :  3.87/5   (53 votes)




Réagissez à l'article

76 réactions à cet article    


  • La Taverne des Poètes 23 janvier 2008 12:34

    Quel fanpharaon ce Sarko !

    Mais la Gauche aussi a son scribe avec Morice ! Vivement la retraite que j’écrive moi aussi de longs articles divertissants et bourrés de liens ! Momo, tu me donnes du travail à rééquilibrer les opinions sur Agoravox... En plus au MoDem, vous savez, on marche à la méthode artisanale. L’amour du travail bien fait mais sans les moyens. 

     

     


    • La Taverne des Poètes 23 janvier 2008 12:37

      Hum, j’ai peur que mon fanpharaon se répande sur la toile ou soit repris par un journal. "Hé ho ! Je m’excuse hein !"

       


    • morice morice 23 janvier 2008 12:37

      Equilibriste, La Taverne ? Première nouvelle !


    • morice morice 23 janvier 2008 12:38

      Avec un modem, il est vrai c’est moins rapide, La Taverne...


    • patrice69 patrice69 24 janvier 2008 10:30

      Vous avez écrit cet article, ou vous l’avez "transformé" sur la base d’un autre comme à votre habidtude ?


    • morice morice 24 janvier 2008 10:37

      Patrice 69 : "Vous avez écrit cet article, ou vous l’avez "transformé" sur la base d’un autre comme à votre habidtude ?" ah non, comme je disais à un autre récemment c’est mon logiciel maison qui écrit tout, je le laisse faire la nuit et le lendemain c’est près, pourquoi ? Et vous, vous "transformez" vos posts intelligents ou vous faites du couper coller d’autres détracteurs ? Vous croyez malin de laisser supposer ce genre de choses ? Vous n’avez rien sous la main comme attaque plus veule ?


    • brieli67 23 janvier 2008 13:47

      scribe parce que mauvais orateur et piètre débatteur ?

      http://www.dailymotion.com/relevance/search/charles+maurras/video/xpeyh_charles-maurras_news

       

      un réseau très large dont il est un membre actif ! 

      Tiens on ne parle plus de Madelin.

      http://notre.republique.free.fr/amis.htm

       


      • ernst 23 janvier 2008 17:37

        Merci pour cet article qui m’a fait connaître Guaino. En dépit des interprétations saugrenues voire malintentionnées que vous en donnez, je ne trouve pas que les phrases de Guaino prêtent à un article si outrancier. Peut-être avez vous mal choisi vos exemples ?...

        En tout cas je prêterai davantage attention à ce personnage qui, pour une fois en politique, a l’air de s’intéresser à la culture...


        • morice morice 23 janvier 2008 20:35

          ernst : ce n’est pas outrancier, l’homme a acquis une fort mauvaise réputation partout où il est passé, et sa culture est plus que superficielle... admirateur de Napoléon, il fait régulièrement des erreurs sur sa biographie. Il a surtout la réputation d’être détestable, ne supportant aucune contradiction. et comme le montre Brieli, c’est un fort piètre orateur... Bref, je serais de vous je n’irais pas plus loin..


          • chevsinclair 24 janvier 2008 15:44

            Mais c est toi qui le dit papi du fonds de ton fauteuil !

            les rumeurs ...quelles sources ???? encore de la desinformation de retraité !!

            moi j ai entendu exactement le contraire ! qui a tord ? qui a raison ?? cest facile de se baser sur des trucs inverifiables !

            Encore de la belle désinformation camarade ! T en as du temps de libre papi ! Ou alors tu es payé par le Parti ????

            Ils sont beaux nos apprentis journalistes !

             


          • morice morice 23 janvier 2008 23:21

            Le bon lien pour le texte de Guaio dont est parti cet article est ici.


            • morice morice 23 janvier 2008 23:42

              Parler de Guaino commence fort à tirer sur une ambulance il semble.. encore quelques semaines et la droite va l’accuser ouvertement du ratage des six premiers mois de règne. A mon avis, c’est déjà commencé...


              • COLRE COLRE 24 janvier 2008 00:06

                Article intéressant, @morice, je le relirai. Je vous rejoins sur ce dernier point : est-ce que le bannissement de Guaino serait imminent ? J’ai vu l’émission sur Mai 68, ce soir, sur FR3. Pas mal (à part Copé qui faisait tache). Or, on va en manger du mai 68 à l’approche de l’anniversaire, et ça va être dur de conserver le discours idéologique anti ! ce soir, même Balladur, tout le monde s’en disait l’héritier !


                • Christoff_M Christoff_M 24 janvier 2008 00:40

                   Je ne comprends pas votre a priori à l’encontre de Guaino, j’ai vu le débat de Durand et celui de Taddei ou il était invité je ne l’ai trouvé ni idiot ni ridicule !!

                  par contre Mr Cohn Bendit qui se pointe tous les dix ans en France pour nous ressortir sa rengaine sur son role dans Mai 68 que personne n’a jamais prouvée.... qui est élu en Allemagne et participe à des réunions avec le patronnat allemand !! qui se vantait que l’on pouvait tout faire avec des plus jeunes comme éducateurs c’est marrant il a la mémoire courte concernant ces faits et ses gestes....

                   Ce qui est drole c’est qu’on entend Mr Cohn Bendit insulter Marchais qui est mort et ça c’est normal monsieur a tous les droits et a toujours raison..... ce qui m’exaspère avec les revendicateurs c’est que la plupart sont des planqués des bobos et des nantis danns la société actuelle encore plus que les générations précédentes.... ce qui a abouti à un intégrisme de gauche de certains membre du PS qui nous radotent toujours la meme chose depuis plus de vingt ans comme si nous étions encore avant 1980 !! on dirait de vieux adolescents qui n’acceptent pas que le monde change et qui n’acceptent pas de vieillir, si bien que cela fait cool de parler djeun de vénérer tout ce qui vient des jeunes surtout s’il viennent de banlieue, cela a donné toutes les dérives du Langisme avec ses fetes sponsorisées par M6 et Canal+ chaines ciblées jeunes mais démagos à fond dans un pur but commercial et outils de transmission d’un culture préfabriquée....


                  • Cangivas 24 janvier 2008 02:24

                    S’agissant de Cohn-Bendit et de Marchais, je n’ai toujours pas compris pourquoi le premier voyait (et voit encore) de l’antisémitisme dans la formule de Marchais quand celui qualifia Cohn-Bendit d’"anarchiste allemand".

                    De même, j’ignore (si quelqu’un a la réponse, merci) si le slogan "on est tous des juifs allemands" trouve son origine dans la formule de Marchais ou alors d’un membre du gouvernement Pompidou.

                    Pour l’anedcote - d’où mes questions ci-dessus -, il y a une huitaine d’années, je discutais avec un Québécois juif qui m’expliquait que l’antisémitisme n’avait jamais cessé d’exister en France après-guerre, y compris au plus haut niveau de l’Etat, en me rappelant et citant ce slogan "on est tous des juifs allemands"... comme preuve de l’antisémitisme du gouvernement de l’époque et de de Gaulle.

                    Ps : effectivement, durant cette émission, Cohn-Bendit a traité Marchais d’"ordure". Cela aurait mérité une explication, un éclairage utile et historique, de la part de Cohn-Bendit.


                  • Dalziel 24 janvier 2008 01:15

                    Que Sarkozy soit un type parfaitement haïssable, j’en conviens.

                    Qu’il incarne le versant de droite républicaine de l’anti-France, n’est pas niable.
                    Mais il est une chose, dont vous devriez essayer de vous convaincre, morice : la Pétasse des Charentes a perdu l’élection présidentielle, son parti a été laminé par la défaite et l’histoire ne repasse pas les plats.
                    Alors, résignez-vous, car l’hystérie anti-Sarkozy ne vous apportera ni la sérénité ni le repos.

                    • marie 24 janvier 2008 01:30

                      Spectacle

                      Pendant que vous vous usez les neurones, bon peuple, à essayer de décrypter ma supposée psychologie, persuadés que vous êtes qu’il s’agit encore de politique au sens classique, qu’il s’agit vraiment de personnes dotées de pensées personnelles de réflexion politique et de désirs, que vous appelez « président », « gouvernement », « premier ministre » etc. aucun d’entre vous ne se rend encore compte que je n’existe pas, que tout cela n’existe pas réellement. Et c’est heureux, car ainsi nous pouvons tranquillement accomplir notre tâche et faire marcher la machine.

                      Personne ne se rend compte que je ne suis en vérité qu’un pauvre pantin en caoutchouc, un comédien dont le texte (les discours autant que les amours) est écrit mot après mot par des scénaristes qui ont enfin trouvé la pièce de leur vie, un comédien qui fait ce qu’il peut entre les mains du seul vrai metteur en scène de cette comédie tragique, le lobby financier.

                      Un comédien payé pour remplir un rôle sur la scène qui lui est grande ouverte, sous les regards de critiques bienveillants, un bouffon dont le métier est de faire diversion à grand renfort de grimaces pour camoufler la terrible machine de destruction (made in usa) de la vie publique française.

                      Pendant que vous commentez chaque jour mes faits et gestes, tandis que vous tentez d’imaginer mes pensées (il n’est pourtant pas besoin de beaucoup d’effort pour s’apercevoir que le tissus de contradictions totalement insensées qui me tient lieu de discours ne cache aucune pensée cohérente) , la machine peut agir et détruire sans trève : faire voter des lois terrifiantes à la faveur de la nuit, débaucher les faibles pour effacer toute trace d’opposition, amplifier la répression généralisée et la privation grandissante de toutes libertés. Tout fonctionne donc très bien.

                      Cette très efficace machine ultralibérale qui a déjà fait ses preuves aux États-unis n’a qu’un seul et unique but : détruire les services publics, les acquis sociaux français, comme elle l’a déjà fait en Grande-Bretagne et en Italie, notamment. Et comme elle va continuer à le faire partout dans le monde afin que nous puissions être totalement libres d’exploiter les humains et la planète jusqu’à ce qu’il n’en reste rien.

                      Comme le savent bien les ingénieurs qui font fonctionner la machine, tous ceux qui s’intéressent à la personne du petit comédien de seconde zone sont très utiles, nous aident grandement, ils nous permettent de masquer sous un épais nuage de fumée les nombreuses destructions qu’opère chaque jour la très efficace machine. Parlez donc de cette comédie qui vous est destinée, dîtes-en autant de mal qu’il vous plaira, mais parlez-en, pendant ce temps vous ne parlez pas de ce qui se déroule vraiment : la destruction des libertés publiques.

                      La prochaine fois, il n’y aura même plus besoin d’un mauvais comédien au service de la machine, nous mettrons en place un personnage virtuel du type « second life », avec voix de robot et images de synthèses. Ça sera infiniment plus efficace. En effet, ce qui nous gène encore un peu avec ces comédiens au rabais que nous sommes obligés d’employer, c’est que parfois, ils improvisent. Et là, la supercherie devient quand même un peu visible : ils sont trop mauvais.

                      Alors, continuez à vous intéresser à la « personnalité » de ces marionnettes, ça nous permet de travailler tranquillement dans les coulisses. De faire marcher la machine.


                      • Alpo47 Alpo47 24 janvier 2008 13:40

                        @ Marie,

                        Félicitations, je pense que vous avez tout compris ... C’est de la communication ou ... des tours de magiciens.

                        Que personne , (ou tout le monde) ne se sente visé : " Lorsque le sage montre la direction, le sot regarde le doigt".

                        Des lois liberticides, des arrêtés, décisions, changements ... contraires aux intérêts de nous tous, citoyens encore libres, passent quasiment tous les jours en catimini, notamment à Bruxelles. Qui en parle ? Trop occupés à nous parler du dernier week end présidentiel, des millions pour les pêcheurs, des visites de commissariat, du dernier discours ...etc...etc.... 

                        Et, bientôt, à la suite de ces décisions ignorées, il ne nous restera plus que l’air pour respirer ... Jusqu’à ce que ...

                        Et le "magicien", continue de faire ses tours... entrainant notre regard vers sa main , à la suite de son propre regard, des ses grimaces ... pendant que son autre main va cherche la colombe dans la poche de son revers ... et tout le monde rit, s’esclaffe, s’interroge ... Et les regards croient avoir vu quelque chose qui n’existe pas, n’ont pas vu ce qui était en train de se passer ...

                        Ses tours sont vieux comme le monde, surtout leur principe, "DETOURNER L’ATTENTION", "OCCUPER L’ESPRIT", "EMPECHER DE PENSER SOI MEME", mais pourquoi cesser. Ca marche toujours aussi bien ...

                        Dormez tranquillez, bonnes gens ... demain, vous aurez encore un autre nouvelle, un autre tour ...

                        Jusqu’à ce qu’il n’y ait plus besoin ...


                      • morice morice 24 janvier 2008 13:49

                        TSS : "nicolas ressemble à un gamin de 13 ans".. c’est vrai qu’il n’est pas tout grand... la charge des journaux étrangers est terrible, elle est dans le Canard d’hier. Un terrible constat d’immaturité.


                      • marie 24 janvier 2008 01:30

                        Spectacle

                        Pendant que vous vous usez les neurones, bon peuple, à essayer de décrypter ma supposée psychologie, persuadés que vous êtes qu’il s’agit encore de politique au sens classique, qu’il s’agit vraiment de personnes dotées de pensées personnelles de réflexion politique et de désirs, que vous appelez « président », « gouvernement », « premier ministre » etc. aucun d’entre vous ne se rend encore compte que je n’existe pas, que tout cela n’existe pas réellement. Et c’est heureux, car ainsi nous pouvons tranquillement accomplir notre tâche et faire marcher la machine.

                         

                        Personne ne se rend compte que je ne suis en vérité qu’un pauvre pantin en caoutchouc, un comédien dont le texte (les discours autant que les amours) est écrit mot après mot par des scénaristes qui ont enfin trouvé la pièce de leur vie, un comédien qui fait ce qu’il peut entre les mains du seul vrai metteur en scène de cette comédie tragique, le lobby financier.

                         

                        Un comédien payé pour remplir un rôle sur la scène qui lui est grande ouverte, sous les regards de critiques bienveillants, un bouffon dont le métier est de faire diversion à grand renfort de grimaces pour camoufler la terrible machine de destruction (made in usa) de la vie publique française.

                         

                        Pendant que vous commentez chaque jour mes faits et gestes, tandis que vous tentez d’imaginer mes pensées (il n’est pourtant pas besoin de beaucoup d’effort pour s’apercevoir que le tissus de contradictions totalement insensées qui me tient lieu de discours ne cache aucune pensée cohérente) , la machine peut agir et détruire sans trève : faire voter des lois terrifiantes à la faveur de la nuit, débaucher les faibles pour effacer toute trace d’opposition, amplifier la répression généralisée et la privation grandissante de toutes libertés. Tout fonctionne donc très bien.

                         

                        Cette très efficace machine ultralibérale qui a déjà fait ses preuves aux États-unis n’a qu’un seul et unique but : détruire les services publics, les acquis sociaux français, comme elle l’a déjà fait en Grande-Bretagne et en Italie, notamment. Et comme elle va continuer à le faire partout dans le monde afin que nous puissions être totalement libres d’exploiter les humains et la planète jusqu’à ce qu’il n’en reste rien.

                         

                        Comme le savent bien les ingénieurs qui font fonctionner la machine, tous ceux qui s’intéressent à la personne du petit comédien de seconde zone sont très utiles, nous aident grandement, ils nous permettent de masquer sous un épais nuage de fumée les nombreuses destructions qu’opère chaque jour la très efficace machine. Parlez donc de cette comédie qui vous est destinée, dîtes-en autant de mal qu’il vous plaira, mais parlez-en, pendant ce temps vous ne parlez pas de ce qui se déroule vraiment : la destruction des libertés publiques.

                         

                        La prochaine fois, il n’y aura même plus besoin d’un mauvais comédien au service de la machine, nous mettrons en place un personnage virtuel du type « second life », avec voix de robot et images de synthèses. Ça sera infiniment plus efficace. En effet, ce qui nous gène encore un peu avec ces comédiens au rabais que nous sommes obligés d’employer, c’est que parfois, ils improvisent. Et là, la supercherie devient quand même un peu visible : ils sont trop mauvais.

                         

                        Alors, continuez à vous intéresser à la « personnalité » de ces marionnettes, ça nous permet de travailler tranquillement dans les coulisses. De faire marcher la machine.


                        • Christoff_M Christoff_M 24 janvier 2008 04:03

                          Je ne comprends pas votre a priori à l’encontre de Guaino, j’ai vu le débat de Durand et celui de Taddei ou il était invité je ne l’ai trouvé ni idiot ni ridicule !!

                          par contre Mr Cohn Bendit qui se pointe tous les dix ans en France pour nous ressortir sa rengaine sur son role dans Mai 68 que personne n’a jamais prouvée.... qui est élu en Allemagne et participe à des réunions avec le patronnat allemand !! qui se vantait que l’on pouvait tout faire avec des plus jeunes comme éducateurs c’est marrant il a la mémoire courte concernant ces faits et ses gestes....

                          Ce qui est drole c’est qu’on entend Mr Cohn Bendit insulter Marchais qui est mort et ça c’est normal monsieur a tous les droits et a toujours raison..... qu’est ce que véhicule Mr Cohn Bendit à part la propagande d’un lobby qui se cache derrière la gauche !! ou sonr ses idées à part etre anti français et contre tout ce qui est établi... évidemment si on le critique on est direct antisémite voir nazi....

                          ce qui m’exaspère avec les revendicateurs c’est que la plupart sont des planqués des bobos et des nantis danns la société actuelle encore plus que les générations précédentes.... ce qui a abouti à un intégrisme de gauche de certains membre du PS qui nous radotent toujours la meme chose depuis plus de vingt ans comme si nous étions encore avant 1980 !! on dirait de vieux adolescents qui n’acceptent pas que le monde change et qui n’acceptent pas de vieillir, si bien que cela fait cool de parler djeun de vénérer tout ce qui vient des jeunes surtout s’il viennent de banlieue, cela a donné toutes les dérives du Langisme avec ses fetes sponsorisées par M6 et Canal+ chaines ciblées jeunes mais démagos à fond dans un pur but commercial et outils de transmission d’un culture préfabriquée....

                          je ne comprends pas les donneurs de leçons qui critiquent systématiquement la droite, quand on a Mamère chez les écolos ou Cohn Bendit label révolutionnaire bien mal vieillissant et son soixante huitage et Fabius pas mal dans l’intégrisme, après les affaires Urba, le sang sale sur les mains, le rainbow warrior, se permet encore de se présenter devant les français et de donner des conseils aux français !! Mitterrand a achevé le parti communiste après s’en etre servi pour etre élu ouis à créé de ses main le front national pour torpiller la droite classique !!

                          alors excusez du peu les discours de Guaino dans tout cela je trouve que cela ne mérite pas la pub que vous leur faites ici à plusieurs sur Agoravox !! votre insistance à parler de Guaino et de Sarkozy comence à me paraitre suspecte et pas tres naturelle !! comme le fait d’inviter pour certain Cohn Bendit comme une réference historique et culturelle alors qu’il fait partie des types les plus intégristes du paysage français avec mamère !! des lepenistes de la pensée unique de gauche qui ont toujours raison et qui sont pres à tout pour attirer les caméras sur leur théories vaseuses !!


                        • Emile Red Emile Red 24 janvier 2008 12:45

                          Cohn Bendit, Mamère, Mitterand, Marchais, même Sarkozy ont été élus ...

                          Gaino, à ma connaissance, non, vous comprenez alors les raisons qui poussent les défenseurs d’un état de droit à ne pas accepter que les directions gouvernementales soient prises par un homme de l’ombre.


                        • toubakouta 24 janvier 2008 17:25

                          Exact, c’est la première fois qu’un président à un conseiller spécial. Ca n’était jamais arrivé avant. Un véritable déni de démocratie tout a fait inacceptable.

                          Belle analyse objective Etron Red


                        • zamzam 24 janvier 2008 07:50

                          @ MORICE : Après une abscence plus longue que prévue , j’ai eu , hier soir , le plaisir de lire ce très bel

                          article de votre plume acérée , pertinente , citoyenne et salutaire .

                           

                          Ne vous inquiétez pas des attaques de vos détracteurs ou ennemis MORTELS . La critique , la satire , la

                          caricature et le pamphlet ne sont pas encore interdits . Il reste un petit espace , à peine toléré , de liberté

                          bien encadrée . C’est pourquoi je pense qu’Agoravox a un très bel avenir potentiel , s’il sait rester un média

                          alternatif , interactif et citoyen . L’indépendance financière d’Agoravox n’est pas un problème insurmontable.

                          Nous serons NOMBREUX à cotiser 50 euros par mois , ou plus si nécessaire ... .

                           

                          Je n’ai pas encore pu lire l’article de Carlo Revelli sur la Fondation Agoravox . Je suis certain qu’il y aura des

                          dons déductibles des impôts , des legs de personnes sans héritier ... . Je contribuerais généreusement .

                           

                          Bravo encore pour cet article superbe , bien documenté , plein d’humour très fin . Un vrai diamant bien

                          taillé ! Vous avez votre place dans mon Panthéon personnel des CITOYENS DEMOCRATES , quel que soit

                          le sujet que vous avez traité , votre sens civique ne peut être pris en défaut  !

                           

                          Par contre , je rappelle aux commentateurs ( et même à certains rédacteurs !!! ) que le RACISME et

                          L’ANTISEMITISME ne sont pas des OPINIONS mais des DELITS .......qui peuvent mener au CRIME et aux plus HORRIBLES BARBARIES .

                          Petit problème d’espacement des lignes . MEA CULPA cher MAESTRO informaticien : je suis un misérable

                          analphabète informatique , nostalgique des locomotives à vapeur , d’Arletty, Louis Jouvet , Michel Simon ,

                          Gérard Philippe , Jacques Douai , St-Exupéry , .....etc..... . Où sont les neiges d’antan  ?

                           

                          Cher Monsieur Morice ! Laissez " La Taverne des poètes " s’enfoncer dans l’abjection ignoble . Petit extrait

                          du film " Soleil levant " : Si tu t’assieds au bord de la rivière assez longtemps , tu verras passer le cadavre

                          de ton ennemi .

                          " LA COMPASSION HUMANISTE de ce frustré jaloux et étriqué , se limite à son terroir et à ses maux

                          familiaux . Ses " arguments "(? ?) PRO-MODEM chagrineraient même l’honnête philosophe béarnais dont

                          il prétend défendre la cause .

                           

                          Avec mes sentiments les plus respectueux , très cher Monsieur Morice , je vous souhaite une excellente

                          journée et UN PRINTEMPS MAGNIFIQUE . Bientôt le temps des cerises et du muguet du joli mois de MAI  !


                          • zamzam 24 janvier 2008 08:52

                            @ Marie ( IP : 4.210.253 )  : Tout à fait d’accord avec votre constat lucide mais moins radical que ma prise de conscience . La réalité est encore plus HORRIBLE que votre description  !

                            Cependant , ce cher Morice fait oeuvre utile en informant les lecteurs d’Agoravox qui n’ont pas toujours la

                            possibilité d’être aussi informés ou conscients que vous . Là est toute l’utilité d’un média qui se veut

                            citoyen , comme Agoravox . Monsieur Morice n’est pas encore retraité . Il est INFORMATICIEN en activité .

                            Père de famille , il prend sur son temps libre et ses soirées pour nous INFORMER UTILEMENT des enjeux

                            vitaux que L’OLIGARCHIE MONDIALE nous mijote en secret . Ce 21ème siècle sera celui de notre

                            aliénation TOTALE ....... ou de notre libération . Je suis plutôt pessimiste .

                             

                            Certains ont écrit que le 20ème siècle avait été le siècle le plus bestial de l’Histoire de l’Humanité .

                            Il est possible que le 21ème siècle soit le plus pervers .

                             

                            Je me permets de vous conseiller la lecture d’un petit livre d’ALDOUS HUXLEY  : " RETOUR AU MEILLEUR

                            DES MONDES " , paru en 1958 , où il compare " 1984 " d’ORWELL et " LE MEILLEUR DES MONDES "

                            publié en 1928 , avec l’état du monde en 1958 . La conclusion d’HUXLEY est très , très ALARMANTE  !

                             

                             

                            Très cordialement à vous . Excellente journée  !

                            P.S : MONSIEUR MORICE ne fatigue pas et n’use pas ses NEURONES . Il les exerce à une saine

                            gymnastique , douce et sans violence , comme la marche , la natation , la bicyclette et le tir au fusil à lunette.


                          • Castor 24 janvier 2008 10:43

                            Qui veut une FONDATION MORICE ?


                          • morice morice 24 janvier 2008 10:58

                            Patrice : la cour de récré tient des propos euh... un peu inquiétants (allez voir les sac à dos !!)... Castor : arrêtez vos atteintes perso, ça glisse et ça ne sert à rien... dois je faire la même chose pour vous calmer, et répéter ici que vous vous affichez du nord sans en connaître la géographie ? Armand vous résumez PARFAITEMENT la situation : le népotisme ambiant à des relents de monarchie, voire de ce que vous dites. Les discours haineux de mr Guaino y conduisent tout droit : on l’avait fait remarquer durant la campagne électorale, et on y est aujourd’hui. Etablir un pouvoir sur la haine des autres ne peut qu’être qu’un pouvoir fort. Guaino est dangereux avait dit Balladur : il ne savait pas si bien dire ! Seb59 "Mince c’est de la faute de Guaino maintenant ?" non , ça je l’ai roujours dit, mais vous avez même oublié déjà l’avoir lu et y avoir participé... 


                          • morice morice 24 janvier 2008 09:59

                            Seb59 : ""Certains vous accusent d’être le gourou du président..." il répond "Il y a des imbéciles partout.""

                             

                            "Vachement lucide ce Guaino" .... oui, à part que lui se prend pour le président, cher ami... le hic, c’est qu’il est tellement détesté par la droite qui trouve ses idées suicidaires que Sarkozy devra inéluctablement s’en séparer, car son mauvais départ (au bout de 6 mois descendre autant en sondages on peut parler d’échec) lui sera imputé, c’est EVIDENT. Libre à vous de penser que ce grand penseur obtus va encore sévir longtemps, personnellement, si Sarkozy veut s’en sortir, faut qu’il se sépare au plus vite de son influence néfaste. Ce qu’il sera bien obligé de faire... Le plus vite pour lui sera le mieux. Fillon ne peut servir de fusible, le seul à l’être c’est Guaino, et c’est lui qui va sauter. Un jeune papa au chômage bientôt... un de plus... travailler comment, il disait, notre président ?


                            • morice morice 24 janvier 2008 10:01

                              Zamzam c’est pas au fusil à lunettes. Remington 38 Navy à poudre. Copie italienne.


                            • Emile Red Emile Red 24 janvier 2008 12:54

                              Ne craignons pas pour l’avenir du papa, il aura ressource dans une boîte privée d’un ami du Maître qu’il coulera en largesse avant d’aller en couler une autre.


                            • morice morice 24 janvier 2008 10:07

                              Dalziel : voyez-vous, mr, ce qui distingue la gauche de la droite c’est l’élégance et la politesse "la Pétasse des Charentes" dites-vous. Trouvez ici donc dans nos propos une seule injure similaire à propos de votre chmapion toutes catégories et on en reparle... quand on injurie, c’est qu’on a perdu quelque part. Avouez plutôt que votre héros fait des bêtises, de grosses bêtises... comme de se couper de son propre électorat a courrir la prétentaine au lieu d s’occuper du panier de la ménagère Tout va très bien, monsieur le marquis ????


                              • patrice69 patrice69 24 janvier 2008 10:24

                                On dirait une dispute de cour de récré...


                              • armand armand 24 janvier 2008 10:46

                                Il n’y aurait pas de problème Guaino s’il n’y avait pas la dérive actuelle du Sarkozysme consistant à ériger en pouvoirs des conseillers non-élus, sans fonction ministérielle, tout comme il nomme ministres des personnes sans expérience, sans personnalité, et souvent sans compétence (suivez mon regard). Ce travers, qu’il partage avec son copain Blair, a transformé des systèmes parlementaires en dictatures électives. En somme, partir du principe que ses 53% de suffrages aux élections lui donnent le droit d’abaisser les uns, élever les autres, dynamiter les institutions et les hiérarchies des corps constitués qui sont l’armature même de la société. On ne peut même plus parler de régime ’constitutionnel’ (comme on disait en d’autres temps monarchie constitutionnelle) car l’actuel président s’arroge le droit de modifier la constitution.

                                La nature d’un régime ne procède pas simplement du mode de désignation (comme lorsque Sarkozy récuse toute dérive monarchique en affirmant qu’il a été élu) mais de la concentration des pouvoirs. Même élu démocratiquement, un président sans contre-pouvoirs efficaces est un dictateur.

                                 


                                • Emile Red Emile Red 24 janvier 2008 12:57

                                  Grrrrrr.......... encore la voix de la sagesse.............

                                  Dommage qu’on ne peut honnêtement plusser qu’une seule fois.


                                • morice morice 24 janvier 2008 11:00

                                  MrMage, je comprends que vous soyez déçu : aujourd’hui vous n’avez pas de morts irakiens à compter, désolé.


                                • Mescalina Mescalina 24 janvier 2008 11:23

                                  Toujours égal à vous même MORICE, un humour tête à claques et un parti pris qui rend vos articles imbitables... sauf pour les lecteurs de libé ou l’huma. Postulez directement la bas, demandez une tribune, un retraité bossant gratuitement et trouvant tous les jours de quoi tirer sur Sarko, respect pour cela, vous êtes bankable, foncez !!!


                                • morice morice 24 janvier 2008 11:33

                                  Chère Mascalina, je ne suis pas en retraite, et en ce moment je bosse en vous répondant... vous savez qu’on peut travailler à distance aujourd’hui avec un bidule qui s’appelle internet ? Tenez, en ce moment je mets à jour un logiciel à distance... j’attends que ça copie et c’est long : alors je vous réponds !! C’est quoi le mot "imbitable" ?? Pourquoi venir les lire alors ??? Hugh ?


                                • patrice69 patrice69 24 janvier 2008 12:02

                                  Agoravox commence à s’user. Des moteurs CMS entièrement calqués sur Agoravox arrivent d’ici la fin de l’année. Pour éviter une érosion du phénomène, il va falloir faire un tri et calmer certains. Sinon, bcp iront voir ailleurs.

                                  Je commence moi même à me lasser des article pompés AFP (simple recherche de bouts de phrases dans google...) par Momo et de beaucoup d’autres.

                                  Quel est l’intérêt de tout celà....


                                • morice morice 24 janvier 2008 12:13

                                  "Quel est l’intérêt de tout celà.... " vous avez le temps de lire toutes les dépêches d’AFP, j’en suis fort aise, Mr Patrice, songe que ce n’est pas le cas de tout le monde, peut être. Vous lisez l’anglais ? Fort bien, mais pas tout le monde... voyez vous, Mr Patrice c’est un problème de rillettes : tout le monde ne mange pas dans VOTRE pot. Je considère qu’en me farcissant les dépêches, en les traduisant et en les présentant j’aide les gens. Visiblement, vous n"aimez pas être aidé. Question d’ego ?


                                • Traroth Traroth 24 janvier 2008 12:38

                                  "Guaino est un homme omniprésent dans le propos présidentiel, car il a des idées sur tout, ce qui lui permet de séduire un président qui n’en a aucune sur rien" : Agréablement féroce, parce que tellement vrai. J’adore !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires