• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Lorsque le courage ne suffit pas. Karen contre Atos

Lorsque le courage ne suffit pas. Karen contre Atos

“Get up, stand up. Stand up for your rights. Get up, stand up. Don’t give up the fight”…… Bob Marley ou la dernière bataille de Karen contre Atos et le système

 

On me dira que j’ai déjà traité le sujet. Pas tout à fait, parce qu’il y a une différence entre conceptualiser une tragédie et la décrire dans ses moindres détails.

Il s’agit de l’histoire de Karen, http://www.newstatesman.com/blogs/voices/2012/06/disability-karen-sherlock-sue-marsh et elle vous dira dans ses propres termes ce qu’ont été les derniers jours de sa vie. Karen Sherlock qui est morte le 8 juin 2012 à l’âge de 50 ans après avoir été jugée apte à suivre une réinsertion professionnelle par Atos, la société française qui a été contractée par le gouvernement anglais pour dégraisser de 20 % le budget des allocations handicapées. Atos qui avec son questionnaire informatisé qui lui sert à évaluer les aptitudes des personnes malades et handicapées à se réinsérer professionnellement, et son personnel médical, composé de médecins souvent étrangers maitrisant mal l’anglais, d’infirmières et de kinésithérapeutes suivant en moyenne 17 à 21 jours de formation est parvenu à trouver que des cancéreux en phase terminale, un homme qui avait subi 14 crises cardiaques et 4 greffes avec rejet http://www.heraldscotland.com/news/health/father-who-suffered-14-heart-attacks-fit-for-work.17741760 et aussi Karen parmi elles n’étaient pas suffisamment malades pour être exemptées de suivre une réinsertion professionnelle, et donc de se présenter à des entretiens d’embauche http://www.rue89.com/rue89-eco/2012/03/20/grande-bretagne-un-logiciel-decrie-pour-evaluer-les-personnes-handicapees. Ces recommandations ne sont pas innocentes, puisque c’est sur elles que repose la décision d’accorder ou non le montant maximum des prestations, et dans beaucoup de cas de les supprimer, prestations qui dans le cas de Karen ont été réduites et de surcroit limitées à un an, avec effet rétroactif, ce qui veut dire que pour certains dont Karen, ces allocations avaient déjà été supprimées ou tiraient à leur fin. Le seul recours qu’il leur reste est de s’inscrire au chômage, mais elles sont en général trop malades pour se présenter régulièrement aux entretiens, et elles sont sanctionnées par la suppression de leurs allocations chômage.

 

L’histoire de Karen qui est tragique illustre la stupidité et l’inhumanité d’une réforme qui est avant tout idéologique, car les économies réalisées en reclassifiant les personnes handicapées dans des groupes bénéficiant d’un montant réduit de prestation, sont à mettre en balance avec le contrat de 100 millions de livres sterling par an passés avec Atos www.parliament.uk/briefing-papers/SN05850.pdf , les multiples recours en justice contre les décisions basées sur les recommandations d’Atos qui s’élevaient en 2010 à 22.5 millions de livres de sterling http://www.publications.parliament.uk/pa/cm201012/cmselect/cmworpen/1015/101508.htm (publication du parlement britannique) dont 40% sans représentation juridique et jusqu’à 70% avec sont annulées par un tribunal, et le coût humain, comme la mort de Karen et de beaucoup d’autres personnes malades et handicapées (34 personnes décédées par semaine selon les informations fournies par le gouvernement dans le cadre de la loi sur la liberté de l’information au Royaume-Uni dans les 6 mois suivant un examen médical d’Atos jugeant qu’elles pouvaient retrouver un travail : http://blogs.mirror.co.uk/investigations/2012/04/32-die-a-week-after-failing-in.html ), les plus de 100 personnes poussées au suicide à ce jour par ce traitement inhumain comme en témoigne le Daily Mail qui n’a pas toujours été le dernier à traiter de fraudeurs les personnes handicapées : http://www.dailymail.co.uk/debate/article-2117718/British-people-committing-suicide-escape-poverty-Is-State-wants.html , et la détresse dans laquelle sont plongés les personnes gravement malades et handicapées qui non seulement doivent gérer leur maladie au jour le jour mais qui redoutent par ailleurs la suppression de leurs allocations annoncée par une petite enveloppe marron, sans parler des personnes souffrant de maladies mentales qui replongent dans la dépression, comme cette jeune femme, souffrant de troubles mentaux qui a menacé de se trancher la gorge dans la salle où elle devait subir un examen médical ou cet homme qui s’est coupé les veines dans un bureau d’Atos il y a 3 semaines. Les exemples sont légion et il existe maintenant une liste Callum List qui répertorie tous les suicides directement ou partiellement attribuables au retrait des allocations handicapées http://calumslist.org/ . Sans parler de ce qu’il va advenir à toutes ces personnes privées d’assistance et de soutien financier. Il y a quelques jours, un message était lancé sur Twitter pour aider une personne handicapée qui était expulsée de son logement, parce qu’elle ne pouvait plus payer son loyer, ses prestations ayant été supprimées sur la base des recommandations d’Atos qui avait jugé qu’elle avait un potentiel de réinsertion professionnelle. Les médecins généralistes écossais et anglais viennent d’ailleurs juste de voter à leur convention annuelle en faveur de l’arrêt immédiat de ces examens médicaux http://bma.org.uk/news-views-analysis/news/2012/june/welfare-reform-pain-but-no-gain.

Mais revenons à Karen. Voici ce qu’elle écrit sur un blog lorsqu’elle décrit son état :

 

Je souffre de neuropathie diabétique (gastrique, ce qui provoque des diarrhées soudaines et sévères), de gastroparésie (provoquant des vomissements soudains et sévères), de rétinopathie diabétique avec perte de vision (perte de vision périphérique dans les deux yeux conjuguée à une perte de vision centrale dans l’œil gauche), de troubles cardiaques, de troubles rénaux chroniques, de déficiences en Vit B12 , d’hypertension, d’hypercholestérolémie, d’hypothyroïdie, de fatigue chronique due à l’association de toutes ces affections et je suis asthmatique.

 

Ce que tous ces mots savants recouvrent est une réalité beaucoup plus prosaïque. Karen est devenue diabétique à l’âge de 3 ans, mais son état s’est radicalement dégradé il y a cinq ans, et elle est devenue depuis incontinente, du fait de diarrhées répétées dues à la neuropathie diabétique, malvoyante du fait de 3 hémorragies pour lesquelles elle a dû subir plusieurs opérations, et qui ont aussi provoqué une cécité nocturne, ses reins avaient cessé de fonctionner, comme son pancréas et elle était sur une liste d’attente pour une greffe du rein et du foie. Lorsque Karen est morte d’un arrêt cardiaque au matin du 8 juin, la première opération qu’elle aurait dû subir pour « relever » une veine difficilement accessible dans son bras pour se faire dialyser avait été annulée au dernier moment du fait des coupes budgétaires et des compressions de personnel dans le service national de santé, devenu incapable de faire face à une demande croissante, et aux mesures d’austérité drastiques imposées par le gouvernement britannique.

Karen a travaillé jusqu’à ce qu’il ne soit plus rentable pour son employeur de la garder et il l’a licenciée pour raisons de santé sur les recommandations d’un médecin du travail employé par Atos qui l’a jugé inapte au travail. Ce même Atos qui cette fois n’étant plus au service de son employeur mais du gouvernement anglais ne la trouvera pas suffisamment inapte au travail pour lui octroyer le montant maximum d’allocations handicapées, la condamnant en conséquence à une réduction de plus de 20% de ses prestations, et de la durée de ce droit, désormais ramené à un an, mais cette réforme ayant un effet rétroactif, les allocations de Karen avaient été supprimées, et elle venait juste, quelques jours avant sa mort, de gagner son recours au tribunal contre la décision de DWP (le ministère du travail et des retraites) basée sur les recommandations d’Atos, c’est-à-dire qu’elle s’était battue tout ce temps pour 96 livres sterling par semaine, l'équivalent de 119 euros.

 

Je ne peux m’empêcher de me demander comment ont-ils pu me faire ça. Que va-t-il nous arriver financièrement, et quelles sont nos options ? La réponse est que je ne sais pas. Je n’ai droit à rien parce que mon mari travaille toutes les heures qu’il peut travailler et gagne trop par conséquent (le plafond étant de 7500 livres par an. Au-dessus de ce salaire, il n’y a aucun droit à des allocations ndt). Je suis inquiète et j’ai peur. Je ne comprends pas pourquoi ils me suppriment cette allocation……

..Je ne comprends comment ils peuvent placer quelqu’un qui va être dialysé et hospitalisé 3 jours par semaine avec entre-temps plusieurs jours de récupération dans un groupe autre que le Groupe de Soutien (celui qui reçoit le montant maximum d’allocations handicapées, c'est-à-dire 90 livres par semaine sans limite de temps, mais avec réévaluation annuelle ndt). Je ne sais pas comment je pourrai travailler ou suivre une réinsertion professionnelle même si je le voulais.

….ce que le gouvernement est en train de faire dépasse l’imagination. Spolier les plus vulnérables de la protection sociale dont ils ont besoin. Sans réfléchir aux conséquences. Ils nous jettent au rebus. Sans se préoccuper si nous sommes capables ou non de nous alimenter tout seul, si nous avons les moyens ou non de chauffer notre logement, ou de payer un taxi lorsque c’est le seul moyen de se déplacer. Mais ils s’en moquent parce que pour eux nous sommes juste des sangsues qui profitent de la société.

Mais ce n’est pas vrai. Nous avons besoin de cet argent pour jouir d’une certaine qualité de vie, et pour ne pas avoir à calculer et à combiner pour nous en sortir d’un mois à l’autre, sans être punis pour quelque chose que nous n’avons pas fait.

Personne n’a jamais choisi d’être handicapé ou malade, parce que c’est horrible. Tellement horrible de se sentir si malade le matin qu’on ne peut même pas se faire une tasse de thé, ou se lever, ou simplement prendre plaisir au monde qui nous entoure.

Relisez les mots de Bob Marley et gravez-les dans votre mémoire.

Nous devons défendre nos droits avec passion, et si nous faisons suffisamment de bruit, et si suffisamment de gens nous entendent, nous pouvons inverser ces changements inhumains imposés par ce gouvernement parasite. Faute de mieux, nous avons l’espoir et le droit de notre côté.

 

La mort de Karen a envoyé une onde de choc dans la communauté des personnes handicapées au Royaume-Uni. Elle écrivait régulièrement sur Twitter et avait participé à la rédaction d’une pièce, les Monologues, qui est actuellement en tournée en Grande-Bretagne. http://atosstories.blogspot.co.uk . Cette page des monologues parle de la mort de @pusscat01 qui était le nom de Karen sur Twitter.

Bientôt, les jeux paralympiques vont commencer. Les personnes malades et handicapées qui comptent sur la société pour leur survie après avoir pour la majorité d’entre elles cotisé toute leur vie, ont l’intention de saisir cet événement qui comble de l’ironie est sponsorisé par Atos pour attirer l’attention sur les agissements d’un gouvernement conservateur et d’une multinationale française, qui ne pourrait jamais s’en tirer en France avec le traitement inhumain qu’elle fait subir aux plus vulnérables de la société britannique, l’un par idéologie, l’autre par amour de l’argent.

Ici un hommage rendu par une autre activiste à Karen et à son courage. http://diaryofabenefitscrounger.blogspot.co.uk/2012/06/rip-karen-sherlock.html

JPEG - 149.3 ko
« Images récentes » - Twitter - @Pusscat01
https://twitter.com/# !/Pusscat01/media/grid

Moyenne des avis sur cet article :  4.94/5   (62 votes)




Réagissez à l'article

96 réactions à cet article    


  • appoline appoline 24 juin 2012 11:29

    Quand on ne protège plus nos enfants, nos vieux, nos handicapés c’est que la société a perdu toute notion d’humanité, en somme c’est le début de la fin. 


  • Gens_d_Ormesson Gens_d_Ormesson 24 juin 2012 12:40

    Bien résumé M. Waldgänger.

    Voilà pour faire écho à votre illustration de fin chère Annie. Parce que je n’ai rien à rajouter sur le sujet, si ce n’est dire mon indignation.


  • kriké 24 juin 2012 12:59

    j ’aurai comme titre

    La coupe de cristal ne trinque pas avec l ’enclume


  • kriké 24 juin 2012 13:03

    Ou un peu à la Michel Audiard mais cyniquement

    On ne repasse pas les coquelicots


  • Annie 24 juin 2012 14:58

    Merci Waldgänger, Appolline et merci Jean d’Ormession.
    Puis-je préciser que je n’ai pas choisi l’illustration, mais j’ai apprécié la vidéo.


  • Annie 24 juin 2012 19:53

    Désolée, Gens_d_Ormesson, je viens de m’apercevoir que j’ai assassiné votre nom. Un petit mot ici pour dire que je suis heureuse que cet article ait été repris par le net. Mon espoir, et ma naïveté est de penser que Thierry Breton, s’il n’est pas travaillé par sa conscience, succombera à la pression de l’opinion publique. L’opinion publique qui est représenté à ce stade par vous et moi sur Agoravox, mais il faut un début à tout.


  • zadig 24 juin 2012 04:27

    Bonjour,

    La photo des petits chat est adorable.
    Je vais prendre mon café et lire l’article d’une façon plus sérieuse.

    Cocorico !


    • zadig 24 juin 2012 06:31

      Bonjour,

      Après le café, j’ai lu l’article.

      C’est une histoire bien triste et révoltante.
      Mais malheureusement les choses ne peuvent que s’aggraver dans le
      système où nous vivons.

      Cordialement


      • bingofuel 24 juin 2012 09:05

        Bonjour,

        une bien triste histoire en effet qui n’est pas sans rappeler le génocide des déficients mentaux et des handicapés par le parti NAZI.

        Ne nous leurrons pas, la purge a commencé : les sans-abris que je croise tous les jours dans les transports ont une retraite assurée à 60 ans = la mort (espérance de vie moyenne des personnes vivant dans la rue).

        La société bourgeoise devient fasciste lorsque les ressources essentielles menacent de se raréfier. Elle tombe alors dans la logique de suppression des « parasites » : chômeurs, handicapés, étrangers (et par conséquent le vote FN qui en est l’épiphénomène et l’indicateur de cette tendance)...

        Quant aux maux de cette pauvre Karen, ne sont-ce pas les effets de l’abus de nourritures frelatés servies depuis tant d’années par l’industrie agro-alimentaire ? Journellement des slogans publicitaire (mais de facto propagandistes) œuvrent à nous faire croire que le bonheur est dans la nourriture : des enfants en bonne santé, des mamans souriantes, des belles maisons, etc.

        A moins que Karen ne soit née dans le périmètre du réacteur Windscale aux environs de 1957.

        Je vous enjoints donc à une résistance et à cette discipline rigoureuse dès maintenant, à moins que vous souhaitiez demain rejoindre le rang des parasites promus à la déchéance sociale :
        1. Politique de détachement = non le bonheur n’est pas dans la consommation, mais soyez très attentionné aux produits que vous ingérez et à leur quantité
        2. Politique d’humilité = non le bonheur n’est pas dans l’étalement de richesses autant illusoires qu’elles sont temporelles, mais assurez-vous du minimum nécessaire à la poursuite de votre épanouissement personnel
        3. Politique de résistance = apprendre à consommer moins, manger moins, se déplacer moins, faire moins tourner les centrales nucléaires et les puits de pétrole

        Certes oui, mais où se situe votre droit à l’épanouissement et au bonheur dans tout cela ?

        Il n’y a qu’une seule voie aux multiples facettes : celle de la spiritualité. Choisissez celle qui vous correspond le mieux et pratiquez maintenant votre humanisme au travers de l’enseignement légué par les grands maîtres de sagesse.


        • Annie 24 juin 2012 15:44

          Bingofuel,
          Je voudrai ajouter une chose à votre commentaire. Cette politique envers les personnes handicapées n’aurait pas été possible sans le soutien de certains médias, qui ont mené une véritable campagne de désinformation contre elles en faisant croire aux Britanniques qu’elles abusaient d’un système, alors que la fraude aux allocations handicapées représente 0,5%.


        • Hétérodoxe 25 juin 2012 09:18

          Il serait fort dommage de ne pas honorer les dirigeants d’Atos pour leur oeuvre pleine d’humanité.

          Et qui retrouve-t-on parmi ces dirigeants ???

          Thierry BRETON - PDG d’Atos
          Nicolas BAZIRE - Membre du conseil d’administration, intime de Sarkozy et de Arnault.

          Que ces gens sont respectables ...


        • foufouille foufouille 24 juin 2012 11:01

          ca arrives pas encore en france
          mais le journal de TF1 montre souvent des vieux qui « travaillent »
          un type soit disant atteint de sclerose en plaque qui bosse comme un fou

          un autre reportage sur les apprentis dans les grands restaurants, c’etait le bouquet
          une femme avait ete choisie alors qu’elle etait sous dialyse
          bien sur elle a pas pu finir son apprentissage
          mais a la fin, on a eu le droit au sermon, en presence du boss et du presentateur : le travail etait tout pour elle, blabla, creves en travaillant

          bientot les camps ?


          • robert 24 juin 2012 12:21

            Foufouille, cela commence à arriver en france, j’ai une connaissance en phase terminale qui a été sortie des soins paliatifs parce que : « madame, vous vous rendez compte, cela coute 1500/j !!!! » et en même temps les statistiques de l’hopital s’en trouvent améliorées.Merci Annie pour ces révélations, j’hésite entre les larmes et une colère sourde, il faudra bien un jour en étripper quelques-uns. smiley

             


          • kriké 24 juin 2012 13:22

            Tien a ce propos de soins à domicile des phases terminal (on peu choisir aussi de mourir
            chez soit).
            Si on vous pose une pompe à morphine (PCA) ,assurez-vous de toujours avoir une batterie (piles) d’alimentation de secoure et chargé,ce qui n’est pas toujours le cas.
            Le cancer des os c’est expressivement douloureux par exemple.

            Guide de dépannage pour l’utilisation des pompes PCA

            Pour remplacer les piles :
            - Appuyez sur DEBUT/FIN pour arrêter la pompe .
            - Enlevez le couvercle du compartiment des piles.
            - Remplacez les piles de 9 volts.
            - Replacez le couvercle.
            - Appuyez sur DEBUT/FIN. Le programme reprend là où il s’était arrêté.

            si la panne survient un jours férié ou un dimanche et que vous habitez dans la creuse
             vous avez toute ma sympathie et mon soutien moral,mais je doute que cela soit suffisant.
            vous pouvez aussi garder (loin des enfants) une réserve en injectable.

            voilà vous êtes prévenu


          • foufouille foufouille 24 juin 2012 14:48

            « madame, vous vous rendez compte, cela coute 1500/j !!!! » et en même temps les statistiques de l’hopital s’en trouvent améliorées.

            faut lui demander si cette personne travaille gratos
            dans le meme genre, j’avais recu en 92, une facture d’helico de 12000f, deux jours apres
            sauf que j’etais dans le coma en rea


          • foufouille foufouille 24 juin 2012 14:50

            « si la panne survient un jours férié ou un dimanche et que vous habitez dans la creuse »

            avec le centre anti douleur a perpete, vaut mieux fumer du shit ............


          • kriké 24 juin 2012 19:37

            Bonjour foufouille
            oui mais
            si tu as très mal, il faudra pas hésiter à bien remplir le 4 feuilles.... smiley

            je pratique une forme de méditation qui associée à une dose régulière
            d’opiacé me dissocie partiellement de mon corps,je ne sens plus rien
            et je suis semi-conscient c’est vraiment agréable et je n’ai pas les
            problèmes d’effet indésirable de la morphine par exemple.
            j’ arrive à rester une semaine dans cet état,et il est très facile d’en sortir
            ou d’ y retourner.
            triple cancers en rémission,arthrose importante de la colonne vertébral, des genoux
            dont un en prothèse totale depuis peu,séquelle de plusieurs fractures.

            je rigole j’ai ,pas mal en ce moment  smiley smiley smiley

            j’en profite

            slipenfer


          • foufouille foufouille 25 juin 2012 10:33

            j’ai essaye a une epoque mais comme on trouves plus de merde qu’autre chose, c’etait pas top


          • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 25 juin 2012 19:03

            ’En étriper quelques-uns."... Des paroles, des paroles... Ce sont néanmoins des paroles dangereuses. Imaginez l’horreur si il y avait passage à l’acte. Comment réagiriez-vous si vous appreniez que l’on vous a prise au sérieux ?



            Pierre JC Allard





          • Jorge Atlan 26 juin 2012 02:38

            @ Pierre JC Allard

            Réalisez quelle violence cela entraîne ?
            Mais quelle violence devons nous « encaisser » pour que celle d’un peuple en colère et plein de dégout se révolte et en « pende’ quelques un ?

            Depuis 30 ans ce n’est que reculs, limitations, frustrations, peurs de demain, pour la majorité d’entre nous.
            Jusqu’a quand un homme droit et digne pourra t il supporter de courber le dos et de se voir agonir comme un malpropre pour que certains puissent se créer des fortunes dont jamais ils ne viendront a bout.
            Ont ils un semblant de moral, de sens de l’égalité, parce que leurs millions nous les payons au prix de notre sang, de notre liberté et de notre humanité.
            Ils cherchent a nous enlever notre humanité, c’est cela la plus grande colère et vos récriminations, votre contestation ne feront rien a l’affaire. Ils nous ont déjà basculé dans un monde ou nous ne sommes que pièces interchangeables.
            Pensez vous un instant que cela empêche ce bon Breton de dormir sur ces deux oreilles ? De se glorifier de son »management" et de l’argent qu’ils rapportent a ces actionnaires ?
            Pensez vous, un instant, que ce gouvernement est une idée, réelle, des atteintes que l’on a de lui ? Un seul instant, pensez vous qu’il cessera de faire la politique dont on nous tue depuis 30 ans ?
            Nous sommes le peuple ! C’est à dire quantité négligeable, corvéable à merci, on peut nous empoissonner avec ce qui nous permet de vivre : notre travail, avec ce que l’on nous proposent a manger, avec ce que l’on nous donne a respirer... Vous pouvez ajouter ce que vous voulez à la suite... Nous servons de chairs à canon, à enrichir quand on ne fait plus assez de profit en vous foutant à la porte du jour au lendemain...
            Et vous pensez qu’il ne viendra pas un jour, ou le point de rupture sera atteint ?
            Il est devenu sain pour tout organisme de résister, et il viendra un temps ou il sera irrémédiable de les combattre ; et pas avec des mots..
            Parce que voyez vous c’est une guerre qu’ils nous mènent depuis 30 ans et ils ont usés toutes les armes a leur disposition. Buffet, lui même l’a dit : c’est une guerre des classes et les riches l’ont gagnée.
            J’espère que nous n’en arriverons pas là ! Mais nous laisserons t ils le choix ?
            Ils sont sourds depuis trop longtemps,pense que 1789, ce n’est que dans les livres d’histoire.. Et il faudra leur faire très, très peur pour qu’ils nous laissent exercer notre humanité.
            Parce que nous ne battons plus pour un salaire de misère, un logement digne et confortable, mais pour sauver ce qu’il reste de notre solidarité, amour, confiance et espérance.


          • kriké 26 juin 2012 08:28

            Pierre jc

            chien qui aboi ne mort pas (souvent)
             


          • Annie 26 juin 2012 08:49

            @Jorge,
            Je partage votre colère. Je ressens la même frustration face à cette entreprise de démolition. Comme vous, je ne souhaite pas la violence, mais c’est vrai que nous n’en sommes même plus à sauver les meubles, juste à tenter de reconquérir notre humanité, à dire que nous existons, que nous ne sommes pas des objets que l’on prend ou jette selon les circonstances. 


          • voxagora voxagora 24 juin 2012 11:20

            Je ne sais pas si le combat -perdu- de Karen l’a été contre le seul Atos, comme vous le suggérez dans le titre : de bout en bout, votre article décrit un combat désespéré contre une idéologie (terme que vous reprenez plusieurs fois)
            l’idéologie du management de l’humain comme s’il était non-vivant, l’idéologie de l’évaluation de l’humain à coup de questionnaires dont la teneur s’apparente à un vrai délire, l’idéologie de la norme abstraite à laquelle tout corps et tout esprit doit correspondre.
            Karen dit que « ce que fait le gouvernement dépasse l’imagination », et que « sans réfléchir aux conséquences » ils « nous jettent au rebut ».
            Mais c’est à quoi conduit l’idéologie de la norme et du dieu « efficacité : l’éradication méthodique du non-normé non-efficace non-utile qu’il est légitime de laisser crever.
            Vous évoquez vers la fin de l’article la multinationale qui »ne pourrait jamais s’en tirer ainsi en France",
            Et moi j’ajoute : pour combien de temps ?
            Combien de temps pour que l’idéologie du management humain à l’anglo-saxone écrase notre intelligence non-artificielle, dans le domaine du soin comme dans celui du consommable ?
            .


            • foufouille foufouille 24 juin 2012 14:54

              « 

              Vous évoquez vers la fin de l’article la multinationale qui »ne pourrait jamais s’en tirer ainsi en France« ,
              Et moi j’ajoute : pour combien de temps ? »

              en france, on a une tradition de resistant
              certaines choses sont en vente libre, avec un peu de connaissance en chimie en plus
              plus d’atos


            • Annie 24 juin 2012 15:53

              @Voxagora, et foufouille,
              Il faut être vigilant. Ce qui me fait peur à propos d’une société comme Atos, c’est qu’elle est partout et dans tous les secteurs d’activité (je crois que l’on décrit Goldman Sachs comme une pieuvre et l’image est bien choisie). L’informatique est pour elle une espèce de cheval de Troie qui lui permet de décider de l’avenir des handicapés en Grande Bretagne, du système de gouvernance en Afghanistan, du système judiciaire au Nigeria, pour lesquels Atos a des contrats lucratifs avec le gouvernement britannique. Atos fait même des évaluations pour les agences des Nations Unies.


            • travelworld travelworld 24 juin 2012 11:25

              Effarant !!!! Je place le lien sur le forum boursorama atos.... eh eh, la vengeance du concombre masqué !


              • Annie 24 juin 2012 18:44

                Merci Travelworld.
                Mais les traders ont-ils un coeur ?


              • Traroth Traroth 25 juin 2012 11:14

                Le fait qu’Atos soit aussi dévoué aux profits de ses actionnaires pourrait bien faire monter le cours de son action...


              • kriké 24 juin 2012 11:28

                Il y effectivement beaucoup d’économie à faire
                oms : 1 milliard de personnes handicapées

                supprimer des allocations et envoyer des lettres anonymes
                de menace est une manière indirect et économique d’éliminer
                ces parasites.

                La comparaisons avec le National socialisme n’est pas si mauvaise,
                il utilisait simplement un insecticide plus puissant.

                Le projet de légalisation de l’euthanasie par les socialistes va t’il dans ce sens.. ??????

                Faut-il de nouveaux boucs émissaires (musulmans terroristes,grecques fainéants,chômeurs
                et handicapés parasites) pour voir fleurir en Europe un Nouvel Ordre Mondial avec comme mot
                d’ordre nettoyons la planète.


                • kriké 24 juin 2012 11:42

                  Le fascisme c’est je te bute.
                  La démocratie c’est je te pousse au suicide.

                  la frontière entre les deux devenant de plus en plus flou On dirait que certain
                   se laisse tenter par une approche plus empirique du phénomène.
                  La théorie du serial pousseur


                  • kriké 24 juin 2012 11:55

                    Le recule de l’âge de la retraite et la réduction progressive du financement n’est-il pas le début d’une extermination des personnes âgés par la méthode du travail forcé et du manque de soins.

                    les états uni ont toujours eu 10 ans d’avance sur nous faut-il le rappeler

                    Au pays de la misère médicale la santé aux Etats-Unis (effarant et démentiel )

                    Une véritable gestion de l’Humain par les machines (un peu comme la bourse)

                    2012 – Verichip lance la première campagne publicitaire pour la puce sous-cutanée RFID…


                    • loco 24 juin 2012 13:18

                       Bonsoir,
                       Ces organismes comme ATOS sont des machines dégueulasses, mais elles sont en action sur le terrain grâce à quelques ordures notoires, plus ou moins médecins, ou « soignants » de diverses qualifications.
                       La seule arme, c’est un réseau de comités de défense, exactement comme pour lutter contre les expulsions, et de réussir à être présents en nombre, au lieu et à la date pour empêcher le salopard d’intervenir chez le patient, à la manière dont on s’interpose face aux chacals de cet ordre, huissiers et autres coupeurs de compteurs d’eau, ou d’électricité.
                       Laisser ces charognards impunis, c’est la démission fatale


                      • kriké 24 juin 2012 13:36

                        quand tu nous Than ATOS

                        Une définition qui leur va comme un gant

                        Thanatos avait un cœur de fer, des entrailles d’airain et une âme de bronze. Les Grecs le représentaient sous la figure d’un enfant noir avec des pieds tordus, et caressé par la Nuit, sa mère. Quelquefois ses pieds, sans être difformes, sont seulement croisés, symbole de la gêne quand les corps se trouvent dans la tombe.


                      • Annie 25 juin 2012 10:19

                        Loco,
                        Je suis d’accord avec vous. Pourquoi le contrat qu’Atos a passé avec le gouvernement britannique est-il confidentiel ? Je pense qu’Atos savait très bien ce qu’il faisait. Le directeur médical d’Atos était autrefois le directeur médical d’UNUM qui a été interdit dans plusieurs états aux États-Unis, parce qu’avec le même type de logiciel utilisé par Atos, les personnes handicapées étaient privées de prestations et qu’en même temps UNUM leur fourguait des assurances. Assurances médicales privées ? un marché très très juteux, et je ne serai pas étonnée qu’Atos emprunte cette direction.


                      • Annie 24 juin 2012 14:22

                        Bonjour et merci pour tous vos commentaires. Je ne m’attendais pas à ce que cet article soit publié si rapidement, et je viens juste d’allumer mon ordinateur.
                        Je vais reprendre certains des points mentionnés.
                        Oui Atos n’est que le symptôme d’une société malade. Il est évidemment que le responsable est le gouvernement anglais, ou l’idéologie qu’il promeut, mais il s’agit quand même d’une société qui a conçu son logiciel de manière à réduire le nombre de personnes handicapées pouvant prétendre à des prestations. Combien, on ne sait pas, le contrat est confidentiel, mais une chose est sure, Atos devait faire faire une économie de 20% au gouvernement britannique, et ce chiffre de 20% n’est pas le résultat d’études approfondies, mais le chiffre de départ servant de base au contrat et qui correspond au montant que le gouvernement britannique espère économiser.
                        Il est difficile d’expliquer à quel point Atos est haï en Grande Bretagne, par les personnes handicapées bien sûr, mais aussi par les Britanniques pour qui il commence à incarner tout ce qui peut mal tourner quand on privatise les services publics et surtout des services de santé. 
                        L’histoire de Karen m’a énormément touchée, et je voulais rendre un hommage à son courage et à celles des personnes handicapées qui malgré leurs problèmes ont décidé de ne pas baisser les bras.


                        • Vipère Vipère 24 juin 2012 14:56

                          Annie bonjour

                          Votre article sur les coupes budgétaires des handicapés, dont certains sont impitoyablement rejetés dont le cas de Karen, décédée, est le symptôme brutal du régressement du social, outre-manche, vu comme un mal nécessaire, par le gouvernement britanique. 

                           Atos, n’est que le bras armé, le tireur à gages payé, par l’Etat, chargé de flinguer des personnes désignées, les plus malades de la société, perçues comme une charge pour la Société !

                          La France de Hollande n’est pas épargnée, non plus !

                          Officiellement, les chômeurs en fin de droits, peuvent bénéficier théoriquement à des revenus de remplaceemnt, le RSA mis en place par Martin HIRSCH.

                          En pratique, les organismes payeurs, rejettent les demandes de manière discrétionnaire, en renvoyant, des demandes de pièces complémentaires, parfaitements inutiles, à des fausses adresses ou d’anciennes adresses qui ne figurent bien évidemment pas sur le formulaire de demande. Des manoeuvres dilatoires qui sont en réalité des fins de non recevoir.

                          A ces chômeurs en fin de droits, qui attendent depuis des mois, il est recommandé d’agir rapidement, aurprès du Tribunal Administratif de Sécurité Sociale dit T.A.S.S, de leur lieu de résidence pour dénoncer ces pratiques.

                          Ou le R.S.A est un droit ou il ne l’est pas !!!


                          • Annie 24 juin 2012 15:04

                            Bonjour Vipère,
                            Vous avez tout à fait raison. Un sujet dont je n’ai pas parlé, mais que j’aimerai aborder est celui de Workfare en Grande Bretagne, encore une invention de ce gouvernement conservateur, qui consiste à faire travailler les chômeurs, sans aucune rémunération, puisqu’ils touchent seulement leurs prestations chômage. Ce même gouvernement qui a commencé à parler de « régionalisation des salaires », c’est-à-dire d’adapter les salaires à l’offre et à la demande en main d’œuvre selon les régions. Une façon de remettre en cause le salaire minimum qu’il nous a fallu attendre tellement longtemps en GB.


                          • Annie 24 juin 2012 15:40

                            Je voulais ajouter une chose que j’ai oublié de dire à propos du vote des médecins à leur convention annuelle en faveur de l’arrêt des examens médicaux. Ils ont voté cette motion à l’unanimité .....


                            • soimême 24 juin 2012 15:43

                              Merci Annie pour ce récit remplie de pudeur et de respect.

                              Cela nous doit nous encouragés à ne pas baissés les bras, et même avec des moyens dérisoires compenser ce que d’autre fond subir sans état d’âme à d’autre !

                              Ce que l’on fait subir au plus démunie, et en réalité ce que l’on fera subir à tous, si nous en prenons pas conscience que nous devons nous déterminez à résisté face à cela !


                              • Ariane Walter Ariane Walter 24 juin 2012 16:56

                                Merci Annie d’une information indispensable. Quel désespoir et je vois que tous quels que soient nos idées politiques ,nous partageons la même nausée.
                                Hier j’ai visité ce qui est à l’antithèse : le hameau à Marseille qui a recueilli 20 SDF « irrécupérables » et a construit avec eux un hameau de petits chalets où ils vivent et se soignent.
                                C’était une visite dans un autre monde...
                                L’histoire de Karen est désespérante car on imagine ce qu’elle a vécu, tous les jours. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Annie


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès