• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Macronstory

Macronstory

Si Macron m'était conté
                   Histoire d'un OPMI (*)
                            La macronmania qui monte a de quoi interroger maints observateurs de la vie politique française, parfois surprenante.
  Cette fusée d'un nouveau genre, mise en orbite sans grande préparation dans la sphère politique française est à la fois source de fascination et de réticences. Trop jeune, trop vite, trop neuf. Comme s'il venait remplir un vide.
                Bref, un storytelling d'aujourd'hui, apparaissant comme hors-norme.
     Entre opportunisme étudié, équilibrisme entretenu, et bonnes intentions proclamées, sans grand souci de cohérence. Pour faire plaisir à tout le monde...il promet souvent tout et parfois son contraire.

  Il veut, par exemple, en finir « avec le chômage de masse ». L’intention est louable. Reste à savoir quels leviers le candidat compte actionner pour réussir là où tous les gouvernements ont échoué depuis trente ans, et singulièrement sous le dernier quinquennat, dont il a largement inspiré la politique économique.
  C’est là que ça se complique. Car Macron s’inscrit a priori dans la continuité de la politique sociale libérale menée par François Hollande. A l’inverse de la plupart de ses compétiteurs, le candidat d’En marche entend ainsi respecter les engagements financiers signés par la France pour préserver l’avenir du projet européen. Lourde, la contrainte oblige à poursuivre l’effort de réduction de la dépense publique et flexibiliser encore le marché du travail. Cette orientation, Macron l’assume pour partie"
     Un Macron peut en cacher un autre.
 Ce n'est pas un mauvais garçon. Il a même tout pour plaire, avec son physique d'enfer.
  Un homme neuf, disent-ils, mais qui porterait de vieux habits.
   Comme dit un blogeur, "L’originalité de Macron repose (donc) sur son… absence d’originalité. Dans la pratique, toutes ses propositions sont empruntées à d’autres, sous une forme pus ou moins réchauffée ou modifiée. D’une certaine façon, il est le candidat de la boîte à outils : il s’empare des propositions des autres pour en faire un programme à sa sauce....Un recycleur, en quelque sorte.
   On n'oubliera pas la loi qui finit par porter son nom.
 Paraissant vêtu de lin blanc se de probité candide, comme disait V. Hugo ses prétentions à la virginité et au progesssisme ne résistent pas longtemps à l'analyse. Pas plus que son prétendu manque de moyens. La banque lui a bien servi. Il assume.
  E. Macron serait devenu un homme de businessun adepte des coups et des « deals », qui sait sourire et cajoler pour séduire et ramasser la mise. Un homme de réseaux, qui a mis à profit son poste de secrétaire général adjoint de la commission Attali en 2007 pour tisser des liens de proximité avec le pouvoir économique
  Certains le disent utile, d'autres, attrape-tout, voire flou. C'est fou.
    Dans les ténèbres de cette pré-campagne atypique, il apparaît comme le fanal obscur dont parlait Baudelaire.
   Un choix par défaut, diront certains. .En tous cas, le chouchou de BFMTV 
  Nouveau produit sur le marché, bien coaché quand même, l'ex- petite main de Bercy a de quoi séduire et rallier assez largement, au risque de devenir illisible ou confus
     La macronite aigüe engendre des bulles, mais aussi des soutiens, parfois encombrants :

      « S’il y a quelqu’un qui fait naître l’espoir, c’est bien lui », s’est enthousiasmé Bernard Kouchner, dans un entretien publié mardi 24 janvier par Le Parisien, provoquant l’embarras dans l’entourage d’Emmanuel Macron. Une gêne d’autant plus grande que l’ex-« French doctor » n’y va pas avec le dos de la brosse à reluire pour qualifier le benjamin des candidats, « un homme qui ouvre le jeu, qui ne dit pas du mal des gens par goût électoral (…), qui ne s’arrête pas au clivage droite-gauche, et il reste humaniste ».

      Deux jours plus tôt, c’est Alain Minc qui déclarait sa flamme. « Je vais voter Emmanuel Macron », a lancé l’essayiste dans Le JDD du 22 janvier, estimant que l’ancien banquier est « le seul candidat authentiquement européen »« Si le pays grincheux qu’est la France élit un roi de 39 ans, l’image de notre pays changera soudainement », a même osé le conseillere du CAC 40, oubliant un peu vite qu’il soutenait Alain Juppé, 71 ans, avant que le maire de Bordeaux ne soit défait par François Fillon à la primaire de la droite.

   Va-t-il vers un néopopulisme d'extrême-centre, mais résolument "moderne". ?..
    Qui va s'y retrouver dans ce miroir aux alouettes, fruit du vide politique du moment, dont le tropisme n'est pas vraiment progressiste ?
  Un Rastignac souriant, ni de droite, ni de gauche, qui veut bousculer les codes, changer de logiciel. La novlangue macronienne a de quoi mettre "en route" une masse de gens sans boussole.  Pour aller où ?
  La tentation Macron est là, même pour certains égarés du PS, pour l'ondoyant  Bayrou qui veut se refaire une santé, pour d'autres plus ambigüs, opportunistes en tous genres.
   Laissons parler les mauvaises langues et attendons...
                    Mais où est donc passée la campagne électorale républicaine ?


* (Objet politique encore mal identifié)


Moyenne des avis sur cet article :  4.15/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

30 réactions à cet article    


  • Anatine 4 mars 11:05

    Macron est un homme de droite, tirant parti des dernieres avancees de l’economie capitaliste en matiere d’extraction de la valeur sous couvert d’approches collaboratives, declinees dans une multitude de domaines. L’uberisation de la societe c’est quoi ? Vous creez des plateformes pour donner aux autres le soin de se resoudre eux-memes leurs problemes en ponctionant au passage la valeur resultant de la mise en comlun de moyens. Transposer a gauche, il s’agirait d’uberiser la capital. Ca viendra, n’ayez pas de doutes. Il ne s’agit plus d’etre pour ou contre, mais de construire ses solutions propres en se protegeant d’un systeme en pleine decomposition....


    • Anatine 4 mars 11:18

      @Anatine

      La suppression de l’argent liquide est d’ailleurs la facon dont le capiral veut se premunir d’une uberisation. ... mais la encore, ils perdront au final....


    • Anatine 4 mars 11:28

      @Anatine

      Dans l’autre camp, on est en train d’imaginer la « monnaie » propre a l’economie collaborative, celle qui permettra de creer l’effet systemique qui demultipliera les efforts de millions de français engages vers d’autres choix de societe. La france insoumise n’est que le haut de l’iceberg...


    • Anatine 4 mars 11:32

      @Anatine

      Et quand Macron dot vouloir interdire le telephone portable a l’ecole, il ne faut pas s’y tromper. A une autre epoque, on brulait les livres...


    • Anatine 6 mars 10:32

      @Anatine

      Concernant les plateformes, notez qu’il existe une ´vue de gauche ´, celle ou elles deviennent des ´biens communs’ en permettant a tout groupe d’acteurs de mettre ses outils au service de leurs activites propres.


    • Parrhesia Parrhesia 4 mars 11:20
      Si Macron était conté... il ne devrait pas y avoir grand chose à dire !!!

      Macron est en réalité une non-personnalité politique engendrée par la propagande du capitalisme exclusivement financier hors de l’épreuve du temps !
      Vous croyez voir et entendre un homme politique présidentiable ! vous ne voyez et n’entendez en réalité que les projections de concepts mondialistes et néo-conservateurs entretenues par les media qui l’ont créé !!!

      L’ennui, c’est qu’ avec notre corps électoral partiellement précuit par les mêmes media, cette illusion d’homme d’État risque de devenir un président de la République bien réel !!!

      Merci messieurs les présidents de la République Sarkozy et Hollande ! Entre autres !!!

      • Anatine 4 mars 11:43

        @Parrhesia

        Macron n’est que la cristallisation des forces conduisant le systeme a l’effondrement et il y a un effet de systeme... puissant, aveugle... qui n’a rien d’un processus de destruction creative. Il s’agit au contraire de se preserver de cet effondrement qui n’a d’ineluctable que l’acharnement ceux qui y conduisent.


      • baldis30 4 mars 11:50

        @Parrhesia
        bonjour,

        « Si Macron était conté... il ne devrait pas y avoir grand chose à dire »

        En désaccord ..... smiley 

        En effet au lieu d’un conte enchanté ce sera un cauchemar ! rempli de monstres aux dents acérées, à la bouche peine de sang .... Pas grand chose à dire ? peut-être mais tout à craindre !


      • Parrhesia Parrhesia 4 mars 12:01
        @Anatine
        Bonjour Anatine,
        Bien que je me sente souvent proche de vos commentaires, dans la situation présente, je suis beaucoup plus préoccupé par « l’acharnement de ceux qui conduisent à l’effondrement » (selon vos propres termes) que par tout autre effet de système spontané dont Macron pourrait être la cristallisation...
        Pour tout dire, il me semble bien que Macron soit précisément la créature de ceux qui conduisent à l’effondrement... Mais... je peux me tromper.
        Bonne journée quand même.

      • Parrhesia Parrhesia 4 mars 12:13
        @baldis30
        Votre « désaccord » n’est quand même pas un désaccord sur le fond, et l’idée d’un conte enchanté ne m’avait même pas effleuré...
        « Tout à craindre », sans doute ! Et c’est même le moins que l’on puisse dire...
        Bonne journée à vous.



      • Anatine 4 mars 12:31

        @Parrhesia

        L’un est le reflet de l’autre et inversement. Macron en tant qu’individu sent etre l’objet de forces qui le depassent et le traduit par sa reference a l’aspect mystique. Il est le receptacle de ces forces comme le traduit son comportement. Mais cela requiert egalement un profil psychologique particulierement inquietant si on revient aux forces en action....


      • Piere CHALORY Piere CHALORY 4 mars 19:02

        @Anatine


        ’’L’un est le reflet de l’autre et inversement. Macron en tant qu’individu sent être l’objet de forces qui le dépassent et le traduit par sa référence a l’aspect mystique. Il est le réceptacle de ces forces comme le traduit son comportement. Mais cela requiert également un profil psychologique particulièrement inquiétant si on revient aux forces en action....’’

        Les exemples ne manquent pas de personnages faibles d’esprit ; qui, sitôt qu’un poste à responsabilité leur est confié, disjonctent littéralement, et se transforment en monstre in-contrôlable, ou plutôt qu’en monstre ; en pauvre fou.

        Il y a eu un Mitterrand d’avant sacre présidentiel et un Mitterrand d’après, qui finit par se prendre pour Dieu, parler aux arbres et plein d’autres drôleries, même chose pour Sarkozy, que le pouvoir absolu a transformé en cinglé affirmatif, plein de tics et fier de lui. Pour Hollande c’est différent, mais le normal trop mou s’est fait squatter le cerveau par la horde de faucons qui l’entourent, jusqu’à aller vouloir faire tout seul la guerre en Syrie, vite remis à la raison par Poutine.

        Mais aucun des 3, avant d’atteindre leur but ultime, n’a évoqué ’’être en plein mysticisme’’ ouvertement, ou pété les câbles en hurlant façon Joseph Goebbels des discours post-godwin humainement parlant.

        E.M n’est pas sans rappeler une certaine Hillary Clinton et ses transes étranges devant les journalistes ébahis.

        Donc oui, E.M, en plus d’être déjà hors sol, et en même temps à cause de ça, possède un profil tout à fait inquiétant, nul ne sait de quoi serait capable une fois au pouvoir un individu privé de repères mentaux suffisants pour résister aux forces de l’esprit*.

        *vu ce qui guide macron, cet esprit n’a rien de bon...



      • baldis30 5 mars 21:52

        @Parrhesia
        bonsoir,

        bien sûr , il fallait prendre au second degré et voir par exemple

        https://www.youtube.com/watch?v=V9LbK-QXdYA


      • Tall Tall 4 mars 12:03

        Ce qui me choque avec Macron, c’est l’amplitude du mensonge propagandiste dont l’arme principale est clairement le « sondage ». Car les sondages influencent tout le monde même quand on se doute bien que ...


        Mais là cette fois, ils font preuve d’un culot inouï, et ils prennent donc vraiment les gens pour des idiots.
         
        Car soyons clairs... tout le monde sait que Macron était encore récemment un ministre des finances zélé de Hollande qui, fin décembre faisait 97% de mécontents. Et ce serviteur pas frondeur du tout, et qui ne s’est jamais fâché avec l’Elysée serait le grand favori adoré du peuple !!??
         
        C’est vraiment n’importe quoi ... ce n’est pas possible !

        Et donc, c’est qu’ils mentent à fond avec leurs sondages.

        • Parrhesia Parrhesia 4 mars 12:16
          @Tall
          Tall, il faut que je vous dise !
          Vous avez le plus souvent un effet bénéfique sur le niveau de mon moral !!!


        • Anatine 4 mars 12:38

          @Tall

          Je ne sais plus quel idiot de riche a dit ca : « il y a bien une lutte des classes et nous avons gagne ».


        • Tall Tall 4 mars 13:04

          @Parrhesia

           
          Je confirme qu’il faut se méfier de l’effet démobilisateur de ce bombardement sondagier.

          C’est comme si on vous répétait jour après jour pendant des mois :
          ça ne sert à rien, tu vas perdre ... ça ne sert à rien, tu va perdre ...
           
          Et pernicieusement, ça finit par saper le moral, et pousser à la démob les + sensibles ... alors que c’est totalement faux !
           
          Bref, au 1er tour chacun doit voter comme il aime et se frotter le derrière avec les sondages. Le vote utile, c’est uniquement au 2e tour.


        • Parrhesia Parrhesia 4 mars 13:47

          @Tall
          Sage détermination, en effet !!!


        • Citoyen de base 4 mars 18:04

          @Anatine
          « Warren BUFFET ». Je pense qu’il le disait avec une certaine ironie car ce n’est pas le pire...


        • Nestor Neo 4 mars 12:38

          Salut Tall !

          Il y a peu de temps le gars était déjà 20% dans les sondages alors qu’il n’avait même pas encore de programme ... Clair qu’on nous prend pour des crétins !


          • Alpo47 Alpo47 4 mars 12:55

            On l’a dit 100 fois, Macron est « une opération de marketing ». Il nous est proposé comme un produit novateur avec le concours de quasi tous les médias. Or, on dit tout le temps, et à juste titre, que les médias sont des outils de propagande de l’oligarchie, donc ... Macron est l’homme du système en place. Tout le monde le sait déjà et tout le monde qui a un peu de bon sens va devoir s’opposer à Macron.
            Les sondages profitent de la démonstration de Salomon Asch à propos du conformisme d’un grand nombre d’entre nous. Il est naturel à beaucoup de suivre l’opinion générale. Par conséquent, en nous faisant croire que Macron est le favori, ils veulent nous inciter à suivre . Mais c’est une technique assez « grossière », car il y a aussi les faits et la réalité.
            C’est la manipulation tentée avec Hillary Clinton et qui a échoué ... et qui va encore échouer ici.


            • jjwaDal jjwaDal 5 mars 07:41

              @Alpo47
              L’opération « Macron » échouer ? On peux avoir un doute face à la puissance de lessivage quotidien de l’esprit critique offerte par les grands médias. Un article au vitriol de Gleenwald le montre concernant Trump et les USA sur un évènement récent qui fait écho à des décennies de matraquage des esprits. Trump n’est pas plus une alternative à Clinton que Macron à Fillon, Hamon ou Le Pen. C’est la même chose aux détails inévitables près.


            • Alpo47 Alpo47 5 mars 08:26

              @jjwaDal

              Bonjour,
              Je ne partage pas totalement votre analyse. Trump, par exemple, bien que milliardaire typiquement US, est pris à partie, de manière hystérique par les « grands médias » US et par tout ce que les USA comptent de personnes dépendantes du système de l’empire US, démocrates et neo-conservateurs en tête. Mensonges grossiers et manipulations sont utilisées ouvertement contre lui. On peut donc difficilement en déduire qu’il travaille pour eux. Par contre, la présence d’Henry Kissinger parmi son entourage m’inquiète vraiment.
              Pour ce qui concerne la France, je ne sais pas qui serait l’élément « anti-système prédateur ». Melenchon et MLPen ne m’inspirent pas vraiment.
              Ce qui me rassure, c’est que partout, les hommes s’éveillent, à la nature et structure de nos société, à la futilité du « toujours plus », à l’injustice profonde autour de nous et surtout à leur immense puissance intérieure. Ils se reconnectent à leur identité profonde. Et contre cela, le système prédateur ne pourra rien. Et ils le savent.
              Tous ces combats sont une tentative de fuite en avant, ou d’étouffer ces processus. Et c’est en cela qu’ils vont échouer.


            • jjwaDal jjwaDal 5 mars 09:26

              @Alpo47
              Si j’ai le temps je vais faire un article sur ce personnage qui incarne magnifiquement l’état de délabrement de la démocratie US et les méprises actuelles concernant la nature de ses opposants et leurs motivations. Mon opinion est qu’il aura aux détails près la politique étrangère de ses prédécesseurs et la politique économique (dérégulation et arrosage du complexe militaro-industriel) endémique depuis Reagan. Son absence de connivence, sa vulgarité, ses conflits d’intérêts patents , son profil psychologique préoccupant (narcissisme poussé) ainsi que son entourage proche (Pence, Bannon, etc..) est ce qui motive l’opposition, mais la musique de fond restera la même. Regardez son attitude vis à vis de l’enclave en terre palestinienne... Mais bon je suis hors sujet, mes excuses à l’auteur.


            • Alpo47 Alpo47 5 mars 10:36

              @jjwaDal

              Et si vous attendiez quelques mois pour avoir une opinion factuelle et non basée sur le story-telling des médias du système. Peut être , faut-il lui laisser une chance ?


            • petit gibus 4 mars 15:06
              @ l’auteur
              excellente analyse du phénomène

              le prob c’est d’en raisonner les plus de 20%
              qui sont prêts à le porter à la présidence

              Là je sèche à trouver quelques solutions

              • ZEN ZEN 4 mars 17:15

                @petit gibus


                Bonjour,
                Merci ! Un phénomène, en effet
                L’omniprésent Alain MInc pourrait sans doute nous en dire plus
                Dissuader les macroniens du moment me semble aussi problématique
                Il se nourrit du vide ambiant.

              • Piere CHALORY Piere CHALORY 4 mars 19:32

                @l’auteur,


                Bonne analyse de ce phénomène en effet, c’est vraiment nouveau, hors norme, jamais on n’a encore vu ça ! 

                Mais l’outrance même du montage en épingle ahurissant d’un homme somme toute pas si extra-ordinaire que ça, hormis son appartenance pieds et poings liés aux propriétaires de la dette et autres oligarques qui n’en font qu’à leur tête, est trop rapide, trop caricaturale pour que ça passe.

                 smiley

                Madame Quidam et Tonton Mougeon risquent de se poser des questions, et de renvoyer à sa place le sur-surévalué candidat ministre sortant conseiller du président hors système

                 

                • jjwaDal jjwaDal 5 mars 06:57

                  Assez étonnant cette campagne de publicité pour un produit que peu auraient voulu consommer il y a quelques mois encore. Malgré la pléthore de candidats pour figer dans le marbre un status quo ni soutenable, ni durable, ni supportable (du FN au PS en passant par LR), l’avalanche médiatique de soutiens dont il bénéficie devrait faire froncer le sourcil de n’importe qui, mais c’est sans compter l’accoutumance largement répandue à cette « Arme de Destruction Massive » de la pensée critique que sont les grandes chaînes de TV en particulier et les grands médias en général (celui qui paie choisis le menu, un classique...).
                  On peux difficilement postuler que le soutien massif des grands médias à ce personnage le qualifie d’emblée comme candidat « anti système ». A la limite le fait qu’il considère le système de l’élection comme « ringuard » le mettrait plutôt du côté des partisans du retour aux dirigeants « auto adoubés » qui se dispensaient totalement du cirque des élections et des campagnes électorales. Par ailleurs le fait qu’il ne soit « ni de droite ni de gauche, bien au contraire... » et son discours de chef d’entreprise (qui n’est pas là pour faire de la politique, ce qui tombe bien vu qu’aucune politique ne peux se faire dans un cadre européen) en font-ils une lumière guidant le peuple vers des horizons tout autant inexplorés que radieux ? Le doute m’habite...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires