Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

 Accueil du site > Tribune Libre > Mali : les démiurges d’incertitudes

Mali : les démiurges d’incertitudes

Murray Gell-Man expliquait que l’entropie peut être considérée comme une mesure de l’ignorance. Partir du connu pour imposer l’inconnu, implique que l’on sache qui l’on est, où l’on va et ce qu’on veut, autant que la nature de l’adversaire. Sinon, prévient Sunzi, on perd inéluctablement toutes les batailles. La question sur le conflit en cours au Mali, n’est pas de savoir s’il est justifié. Après tout, selon Machiavel une guerre est juste quand elle est nécessaire. Mais l’est-elle vraiment et si oui, pourquoi et pour qui ? Selon n’énoncé - la « justification » comme disait Rome qui s’est créé un empire sans jamais mener une guerre offensive -, sans intervention extérieure le Mali était perdu. Mais ne s’était-il pas perdu de lui-même, noyé dans des montagnes de cocaïne que les plus hauts gradés de sa propre armée acheminaient vers l’Europe, avec l’aide d’une partie de ceux que l’on désigne aujourd’hui comme des terroristes du désert et contre lesquels on part en guerre ? Ne l’avons nous pas déjà sabordé avec les plans de réajustement structurels que le FMI lui avait imposé cassant croissance rationnelle, économie durable, celle-là même que l’on propose comme modèle à une Europe économiquement déboussolée ? Ses institutions démocratiques que l’on montrait comme modèle à suivre, n’étaient pas elles-mêmes ce que l’on désirait à défaut d’être celles dont le pays avait besoin ? 

Dans un gigantesque troc des dupes, une grande partie de l’Afrique (dont le Mali, la Mauritanie, le Tchad, la Cote d’Ivoire, le Sénégal, le Ghana, le Niger et le Nigéria) exportent ce dont nous avons besoin (matières premières et « stratégiques », services immatérialisés, produits des cultures de rente, etc., et importent nos institutions. Ils exportent aussi ce dont on fait semblant de ne pas vouloir, car en réalité il sert à perpétuer des discours aussi maximalistes que ceux que l’on accuse d’être des terroristes, et qui participent « informellement » à notre propre économie que ce soit pour des activités « intégrées » (bâtiment, services) qu’interdites (trafics, contrefaçon, etc.). Cette partie, dite « informelle », floue et obscure n’en procure pas moins des profits et des dividendes, concentrés à plus de leurs deux tiers dans nos propres pays. Ils sont le fait du crime organisé, européen et international, dont les Africains perçoivent une part (pour une fois non négligeable). Les bandits caravaniers (aujourd’hui considérés comme la « menace terroriste prioritaire ») jouent dans ce trafic leur rôle, et des potentats (plus ou moins à notre solde) « rationalisent » et supervisent leur trafic, et garantissent, entre autres, les « quotas supportables » car, pour paraphraser Emmanuel Kant, on mesure l’intelligence à la quantité d’incertitudes qu’on est capable de supporter. La destruction systématique des sociétés africaines, vendue comme des bonds en avant vers son intégration à la ville - monde et la mondialisation, connaît aujourd’hui des soubresauts qui auraient dû, de la part des protagonistes de cette déstructuration structurelle, être au moins attendus. Qu’elles prennent la forme du printemps arabe, des coups d’Etats, de la renaissance fondamentaliste (faute de mieux) de l’atomisation et de l’autonomie de certains de ses acteurs « informels » dans les casernes les ports ou dans les déserts, ces contestations ne sont que le feedback, la fuite contrôlée de vapeur permettant que la cocotte minute n’explose pas. Les considérer comme la menace principale et partir en croisade contre elles, ne fait, comme dit Dominique de Villepin, qu’augmenter le chaos dans la région, c’est à dire qu’il atteigne un niveau d’incertitude que les dirigeants de l’Occident ne peuvent plus supporter. Il propose de faire semblant de laisser l’initiative aux forces africaines, en les « soutenant », comme l’explicite formellement le mandat onusien, ce qui permet d’intégrer le feedback entropique au sein du « connu ». Le président de la république a décidé de partir en guerre, et en sortira quand il pourra, toujours selon Machiavel. L’ancien Premier ministre voudrait que rien ne change sous une forme de fausse autonomie africaine assistée. Tous les deux, cependant, ont tort. Car l’un et l’autre sont les victimes d’une idée et d’une réalité qu’ils ont voulu perpétuer et promouvoir mais qui n’est plus hégémonique. Martin Heidegger insistait sur le fait que l’Histoire est une projection dans le passé que l’homme se choisit. Jusqu’ici, cette Histoire n’était pas projetée de manière égale : celle qui est à nous était à nous, et celle de l’Afrique était à nous aussi. Dès lors que l’histoire de l’autre est niée et le présent continue à être raconté comme une fable qui en découle, il y na des fortes chances que toute version désirant maitriser le chaos de manière unilatérale en génère un autre, complètement inattendu et surtout insupportable

Ce à quoi la France et les chancelleries occidentales devraient méditer, c’est le comment un pays comme le Mali s’est effondré en un coup d’œil, à peine deux ans, détruisant son propre Etat à force de saper l’Etat de droit.

Après la partition du Soudan, n’est-il pas justifié de penser qu’il est temps de ne plus faire semblant que le peuple Touareg n’existe pas ? Que la gestion des frontières coloniales engendrera de plus en plus de conflits. Et que surtout ces derniers sa radicaliseront à l’air du temps, fabriquant des « terroristes islamiques » gérant (souvent da manière crapuleuse) des espaces que plus personne ne peut contrôler. Au lieu de partir à la reconquête totale du Mali, comme le propose le ministre de nos armées, n’est-il pas plus rationnel de l’aider à accéder à l’Etat de droit, à reconnaître ses diverses composantes, à lui laisser la possibilité de mettre en place une économie rationnelle, à l’aider à se débarrasser des hommes d’affaires véreux - locaux et étrangers et à lui donner les moyens de lutter contre la seule vraie armée qui compte dans la région, celles des trafiquants de cocaïne. 

Je rêve, bien sûr…

 

P.S. Entre temps, posons-nous la question : après quatre jours de combats sanglants qui ont coûté la vie à des dizaines d’otages en Algérie, y a-t-il un seul gazoduc endommagé ? 



Sur le même thème

USA-Afrique : l’autre forum des promesses
Le Sahel, nouvelle cible économique de la France
Mali et Centre-Afrique : où sont nos intérêts ?
Qu'est-ce que le terrorisme, quelle est la solution ? (Deuxième partie)
Discours de Vladimir Poutine sur le Nouvel ordre mondial (24 octobre 2014)


Les réactions les plus appréciées

  • Par alberto (---.---.---.216) 22 janvier 2013 11:11
    alberto

    Qui fait la loi en Afrique et ailleurs, y compris en Europe ?

    L’OMC, le FMI, leurs cohortes de banquiers avides, bornés et mercantiles !

    Allez donc leur parler d’altruisme...

  • Par Georges Yang (---.---.---.204) 22 janvier 2013 12:42

    A l’auteur

    Vous évoquez la partition du Soudan, mais ce n’est pas la solution

    Le Sud-Soudan qui était méprisé et expoité par les gouvernements de Khartoum est devenu un état corrompu dominé par une clique de prédateurs Dinkas et Nuers aux dépens des autres ethnies (Shillouk, Madi, Kakwa, Azande...)

    Un Sahel indépendant (rêve de Khadafi) serait hélas sur le même modèle que le Sud-Soudan

    Par contre, un fédéralisme avec des ministres touareg et songhai avec une large autonomie est souhaitable au Mali, et un modèle similaire au Niger en Mauritanie et au Tchad

    Or dans ces pays c’est une ethnie (ou un groupe ethnique) qui accapare le pouvoir en brimant soit les sudistes (Mauritanie, Tchad) ou les nordistes (Mali, Niger)

    Ce n’est pas un affrontement Arabes et Touaregs contre noirs, car il existe des inimitiées internes et que des noirs sont parmi les islamistes (comme au Darfour)

     

     

  • Par Georges Yang (---.---.---.204) 22 janvier 2013 12:28

    Morice,

    Si l’on compare votre prose amphigourique illisible avec cet article, il n’y a pas photo

    Hélas, vous êtes plus lu, c’est dommage pour la qualité du site

    L’auteur sait de quoi il parle quand il écrit sur les drogues, vous non !

  • Par Alinea (---.---.---.153) 22 janvier 2013 10:51
    andrea naz


    « méditer » et « penser », voilà bien deux fonctions du cerveau qui ne servent plus guère !
    « Aider à accéder à un État de droit », voilà bien une attitude altruiste qui, si jamais elle a eu cours dans l’Histoire, ne peut venir à l’idée d’enfants gâtés, avides et déstructurés que sont devenus nos dirigeants ! C’est peut-être ce qui a été empêché par les mêmes, de toutes leurs forces !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !





Les thématiques de l'article


Palmarès







Partenaires