• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Mouvement perpétuel : si c’était vrai ?

Mouvement perpétuel : si c’était vrai ?

"Chercher à faire voler un engin plus lourd que l’air serait une perte de temps." (J. W. Rayleigh - Prix Nobel de physique, 1904)

A l’entrée de Couilly-Pont-aux-Dames, se dresse une étrange construction métallique. C’est une grande roue de près de 20 mètres de diamètre. Elle en intrigue plus d’un. Ce n’est pas un manège, ni une éolienne d’un nouveau genre. Rares sont ceux qui en connaissent l’origine et la fonction et encore plus rares sont ceux qui l’ont vue en mouvement. Pourtant, elle tourne !

Je fais partie des quelques privilégiés qui ont eu la chance de voir la roue s’animer, s’arrêter et puis repartir toute seule ! L’heure est grave. Si j’étais célèbre, je me lancerais bien dans un J’accuse façon Zola ! Car au nom d’un principe élevé en dogme scientifique, l’humanité est peut-être en train de se priver des bénéfices de l’invention qui se dresse devant nos yeux, là à notre porte.

Le moteur gravitationnel, la roue "à mouvement perpétuel" d’Aldo Costa est toujours perçu par le monde scientifique patenté comme une attraction, voire une supercherie. D’autres scientifiques, qu’ils soient Français ou étrangers, sont moins catégoriques et pensent au contraire que la réalisation de M. Costa mérite que l’on y accorde plus d’attention, de respect et de crédit. 
Et si cette roue était bien comme l’affirme son concepteur, le simple résultat d’une exploitation astucieuse de la gravité comme source "perpétuelle" d’énergie, une invention que seul un mécanicien pouvait concevoir, tant il perturbe les convictions des physiciens, alors dans ce cas, nous sommes en train de passer à côté de quelque chose de géant ! 



Aldo Costa a construit de ses mains cette roue de 18 mètres de diamètre, après de nombreux prototypes réalisés en une trentaine d’années.

 Il a même dû la reconstruire entièrement après la tempête qui a secoué la France en 1999.



Pour approfondir


Cliquez ici pour écouter les interviews d’Aldo Costa sur Ici et Maintenant (fichiers mp3)

Voir aussi les explications détaillées de l’inventeur sur :

le site d’Aldo Costa, chez Bixis
cherrytree.free.fr/

Vue d’ensemble
Elle tourne sans qu’on la pousse ...

Mes études bien anciennes en sciences physiques ne me donnent aucune légitimité pour fournir un avis éclairé. Je n’ai pas tout assimilé des explications fournies par l’inventeur de la roue, mais une chose me paraît claire, c’est qu’il n’y a pas de miracle dans cette invention, résultat de l’exploitation astucieuse des lois physiques, par un mécanicien imaginatif.
Je vais néanmoins tenter d’exposer d’une façon simple l’essentiel de ce que j’ai compris du fonctionnement du moteur gravitationnel. Mes propos sont simplificateurs et je conseille à ceux qui veulent approfondir de se reporter aux liens ci-dessus.
Le principe de l’invention (voir la figure ci-dessous) consiste à placer une roue en déséquilibre permanent en déplaçant de petites masses métalliques (gravitons) à sa périphérie. Sur la partie droite de la roue les masses sont plus éloignées du centre que leurs homologues, symétriques, de la partie gauche. De ce fait, un moment est créé dans la roue qui la fait tourner naturellement pour trouver un équilibre.
Mais c’est un leurre, car l’inventeur astucieux a imaginé un dispositif qui va maintenir la roue dans ce "perpétuel" état de déséquilibre. Pour reprendre son expression, "la roue tourne à la recherche d’un équilibre impossible".
C’est un système de ressorts qui permet d’écarter les masses du centre de la roue sur son bord droit. Les ressorts sont successivement comprimés (accumulation d’énergie) puis relâchés (libération de l’énergie). Bien sûr, ils ne se compriment pas tous seuls par la grâce du Saint Esprit. 
Quand une masse se présente au point bas Y, le ressort sur lequel elle repose se trouve comprimé, au moyen d’une sorte d’excentrique (tenseur) non représenté sur la figure, qui comprime le ressort en profitant de son propre poids (gravité) et sans intervention externe. Le ressort comprimé est bloqué par un taquet. Du même coup, la masse est rapprochée du centre de la roue et elle garde cette position pendant toute la phase de remontée (demi-roue gauche). Arrivée en X au sommet de la roue, le taquet est libéré et le ressort se détend utilisant l’énergie accumulée pour repousser la masse vers l’extérieur, toujours sans intervention externe (réversibilité). La masse bascule alors dans la phase redescendant... C’est ainsi que, très schématiquement, l’état de déséquilibre permanent est maintenu.
En théorie la seule énergie introduite dans le système, il en faut sinon la roue ne démarrerait pas, est l’énergie consacrée à comprimer une première fois les ressort sur la demi-roue de gauche.

La roue démarre dès que l’on a comprimé les ressorts, et si on la bloque dans sa course, elle redémarre toute seule dès qu’on la libère. Pour continuer à tourner, la roue doit vaincre les forces de frottements. Le point d’équivalence est le point au-delà duquel la roue produit plus de puissance qu’elle n’en consomme pour vaincre les frottements. Au-delà de ce point, la roue est théoriquement capable de produire de l’énergie sans autre apport extérieur que les forces gravitationnelles.
L’inventeur a calculé que sa roue tournerait indéfiniment (s’il n’y avait pas usure des mécanismes) en augmentant le nombre de masses et avec une taille d’une soixantaine de mètres.
Mais voilà, la roue actuelle illustre le principe, mais s’arrête au bout de quelques tours ! Il faudrait construire une roue plus grande pour vérifier la validité de l’invention.
Bien sûr cela ne coûterait pas des mille et des cents, toutefois aucune perspective favorable ne semble vouloir se dessiner.
 

 
M. Aldo COSTA : un personnage courtois, agréable, enthousiaste, convaincu... plus de 80 ans.
L’énergie est dans la roue et la force est en lui... bref voilà un personnage attachant et lucide bien plus sympathique qu’un Pr Tournesol. Le travail monumental réalisé par Aldo Costa m’inspire le respect, mais me laisse songeur. Le musée et centre de congrès inachevé (le grand bâtiment construit à côté de la roue) apporte une dimension un peu pathétique à cette aventure et nous laisse l’arrière-goût d’un énorme sentiment de gâchis.

Aldo Costa a consacré une grande partie de sa fortune personnelle pour bâtir un univers qu’il voulait en quelque sorte dédié au bien de l’humanité. Cela n’a pas été sans lui poser de réels problèmes financiers et il ne s’en cache pas, familiaux également. Qui sait, les grands artistes ont été parfois révélés longtemps après leur disparition, peut-être en est-il aussi de certains inventeurs.
Je n’ai pas trop envie de parler légèrement de ce sujet car il y a déjà eu, à mon avis, trop d’incompréhension

 

Aldo Costa
Une erreur de communication

La recherche du mouvement perpétuel, à l’image de celle de la pierre philosophale, a toujours motivé les inventeurs et laissé le monde scientifique dubitatif. C’est encore le cas aujourd’hui. Pour s’en convaincre, il suffit de lancer une recherche sur Google avec le terme anglais de « perpetual motion ».
La science officielle a condamné l’idée même de « mouvement perpétuel », le déclarant impossible car violant les lois du second principe de la thermodynamique. 

Alors faut-il en déduire que ceux qui continuent à chercher sont tous des poètes ou, pire, des charlatans ?
Aldo Costa a sans doute commis une erreur de communication, le jour où il a utilisé le terme de mouvement perpétuel pour promouvoir son invention. Il discréditait du même coup son invention aux yeux d’un monde scientifique pointilleux. 
Aujourd’hui, il préfère parler de moteur gravitationnel, le système étant en quelque sorte alimenté par des forces gravitationnelles qui existent bien, sont en accès "libre" et illimité, car dans l’univers toutes les masses s’attirent mutuellement selon l’inverse carré des distances qui les séparent. 
Le bêtisier des grands scientifiques a de quoi nous laisser perplexe. Pourtant leurs propos paraissaient des plus sérieux et des plus raisonnables dans le contexte de leurs époques

"Nous ne saurons jamais de quoi sont faites les étoiles." (Auguste Comte - 1850, peu avant la découverte de la spectroscopie)
"La matière n’a plus de secret pour nous." (Claude Bernard - 1874)
"Il n’y a plus de mystère dans la nature." (Marcelin Berthelot - 1887)
"Le téléphone ? De la ventriloquie." (Bouillaud - 1882)
"Chercher à faire voler un engin plus lourd que l’air serait une perte de temps." (J.W. Rayleigh - Prix Nobel de physique, 1904)
"L’exploitation de l’énergie nucléaire : un conte à dormir debout." (E. Rutherford, Prix Nobel de chimie, 1908)
Quel avenir pour la roue d’Aldo Costa, à l’ère du développement durable ?

Tous les scientifiques ne sont pas recroquevillés dans une carapace de certitudes. Certains, par curiosité sans doute, ont rendu visite à Aldo Costa, notamment à l’occasion des journées portes ouvertes qu’il a organisées à plusieurs reprises les années passées. Des journalistes, aussi, sont venus : français, allemands, américains, australiens… L’inventeur a eu droit à des passages dans plusieurs reportages TV (France 2 par exemple) ainsi que des interviews régulières sur la radio "Ici et Maintenant", spécialisée dans des sujets scientifiques, les Xfiles, ovnis et quelques autres ésotérismes. La roue d’Aldo Costa vient également de trouver sa place dans Le Grand Livre des inventions de la fille de l’ancien président. On voit avec quelle énergie, M. Costa, à 80 ans, continue à défendre sa création, son rêve.

Quoi qu’il en soit, à une époque où l’on nous gave de développement durable, d’économies d’énergie, de gaz à effet de serre, de peopolisation, d’énergies renouvelables (*)... je me demande s’il est bien raisonnable de continuer à considérer le moteur gravitationnel de Couilly-Pont-aux-Dames avec autant de légèreté. Il n’est plus concevable que la communauté scientifique patentée refuse de se pencher objectivement sur cette réalisation même s’il lui faut, pour cela, faire preuve d’un peu d’humilité. Quel est le risque ?

Le moteur gravitationnel, une machine alimentée par une énergie "perpétuelle" et inépuisable : et si c’était vrai  ?


jna.



Moyenne des avis sur cet article :  3.49/5   (138 votes)




Réagissez à l'article

82 réactions à cet article    


  • toubakouta 23 octobre 2008 11:13

    Un beau rêve qui va le rester bien longtemps... L’ énergie potentielle se transforme en énergie cinétique (mouvement) et peut être à nouveau transformée en énergie potentielle si on le souhaite... Le problème c’est qu’ il n’y a pas de création d’énergie nouvelle, ce sont de simples transferts.

    Elle est quand même belle cette roue !


    • Pépé le Moco 23 octobre 2008 20:33

      Effectivement, les lois de la physique sont sont incontounables.

      Néanmoins si on associe aux énergies, potentielle et cinétique, l’énérgie éolienne, alors on aurrait création d’énérgie nouvelle. Ces énérgies associées à l’énérgie gravitationnelle pourraient peut-être augmenter grandement les rendenment de nos éoliennes actuelles ?


    • djullius 4 juillet 2012 02:17

      Comment un électron peut tourner autour de l’amome, comment les planète peuvent elle tourne sur elle et autour du soleil si cela n’existe pas.

      Il suffit de réfléchir comment sa marche (Gravite + effet de levier).
      Ce processus à était découvert par Léonard De Vinci nommer « Gravity Wheel » donc avant 1519.

      Le poids « la force » combiner à l’effet de levier fais tourner la roue dans un sens un fois les levier arriver en bas il se replie vert l’intérieur pendant que ceux du haut sorte ainsi la roue et plus lourde d’un cote que de l’autre et tourne.

      La démo en mini en carton : http://www.youtube.com/watch?v=HWa21NSQsJw

      Y plein de chose inconnu qui sons enterre. comme les archive oublier de Nicolas Tesla.

      Tout comme l’électricité à l’époque antique -2000 av l’an 0 (Jésus). Les central électrique égyptien, les pyramides : http://www.youtube.com/watch?v=FI_I-VfPhZw


    • Hermes esperantulo 23 octobre 2008 11:53

      Vous dites mouvement perpetuel, techniquement un mouvement perpetuel n’existe que si aucune force ne le contrarie, c’est à dire quand vous lancer en théorie un objet dans l’espace intersidérale, il gardera sa même vitesse, mais l’univers est plus complexe que cela car du fait des vents de partIcules l’objet aura tendance à accelerer sa course. Du reste actuellement les galaxies accelerent leur course donc elles ont un apport d’énergie constant et comme les lois de l’énergie indique tout se transfert rien ne se tranforme, il existe donc dans l’univers une energie que nous ne connaissons pas.

      Donc revenons à notre bonne vieille terre sur terre des forces negatives ralentissent le mouvement, pour permettre que l’objet garde la même puissance, il lui faut de l’énergie, donc par raisonnement le mouvement perpétuel ne peut exister sur terre, puisque en théorie le mouvement perpetuel ne doit ps avoir d’apport dénergie. Mais vous parlez de "mouvement perpetuel" avec guillements donc pas la vrai définition. votre "mouvement" inclu un apport d’énergie, ce que peut faire tout simplement nos bnnes vielles jambes sur un vélo, ou pour un peut plus longtemps une petite centrale nucléaire ou encore plus longtemps l’énergi solaire, ou encore mieux la gravité.

      Donc autrement dit ce n’est pas une nouvelle 


      • eugène wermelinger eugène wermelinger 26 octobre 2008 09:24

        La terre tourne sur elle-même perpétuellement, et aussi autour du soleil perpétuellement, et les atomes s’agitent aussi perpétuellement. Alors on devra bien trouver une fois les lois qui font tourner tout ceci et pouvoir l’utiliser....... à de bonnes fins ? C’est moins évident. 


      • Traroth Traroth 23 octobre 2008 11:58

        Consternant...


        • Traroth Traroth 23 octobre 2008 12:00

          Et la génération spontanée, on la déterre quand, tant qu’à se retaper toutes les vieilles barbes obscurantistes ? Ou la Terre, qui serait plate, parait-il...


        • lavabo 23 octobre 2008 12:29

          Vous oubliez la transmutation du plomb en or........


        • glouglou 23 octobre 2008 14:22

          "Vous oubliez la transmutation du plomb en or...."
           
          ce qui parfaitement possible ! le coût rendant le procédé non-rentable !!.... La transmutation du plomb en or a déjà été fait en bombardant des atomes de Pb 208 dans un accélérateur de particule. Mais le prix de revient d’un gramme transmuté est de l’ordre de 70000 €, alors que le cours actuel du gramme d’or est inférieur à 20 € !


        • lavabo 23 octobre 2008 14:44

          Glouglou,
          Ca je sais bien......... mais tout le monde n’a pas un réacteur nucléaire ou un accélérateur de particules chez lui....
          En même temps moi j’aime bien les rêveurs, ils inventent toujours des trucs un peu dingue.


        • C. Gougoussis 23 octobre 2008 12:13

          Encore un article fumeux qui précipite AV vers la fin.
          Ce que l’auteur de l’article a oublié de mentionner, c’est qu’en X et en Y, au moment où les billes s’éloignent ou se rapprochent du centre de la roue, à chaque fois les billes montent (non, ce n’est pas symétrique !), et donc il faut leur fournir de l’énergie. Cette énergie compense exactement l’énergie gagnée du fait que les billes du côté rouge sont plus loin que celles du côté vert.
          Maintenant voilà pourquoi aucune machine comme celle-là ne peut fonctionner : la force gravitationnelle dérive d’une énergie potentielle (les effets relativistes sont insignifiants et n’apportent rien). Cela veut dire que le travail W entre des points A et B le long de n’importe quelle trajectoire est la différence d’énergie potentielle Ep(B)-Ep(A). Donc pour un cycle A->A, le travail total est nul !
          En plus les frottements entraînent de la déperdition d’énergie mécanique. Donc si la roue tourne, c’est probablement à cause du vent !

          L’expérience de mouvement perpétuel la plus réussie à ce jour est un courant électrique lancé dans un supraconducteur, pour lequel on n’a pas mesuré de diminution pendant 5 ans.

          CG


          • C. Gougoussis 23 octobre 2008 12:17

            W(A->B)=Ep(A)-Ep(B), donc W(A->A)=Ep(A)-Ep(A)=0, pour être plus précis


          • Sylvain Rakotoarison Sylvain Rakotoarison 23 octobre 2008 14:21

            A C. Gougoussis

            Tout à fait d’accord avec vous. La force gravitationnelle dérive d’une énergie potentielle.

            Le courant lancé dans un supraconducteur ? Oui, mais le supraconducteur, c’est du niobium-titane, non ? Il faut le maintenir à la température de l’hélium liquide, ce qui signifie qu’il faut fournir de l’énergie mécanique pour liquéfier l’hélium (et l’azote qui va avec).

            Mais sans doute est-ce ce type de phénomène qui se rapproche le plus du mouvement perpétuel (sans jamais l’atteindre).

            Cordialement.


          • Forest Ent Forest Ent 23 octobre 2008 12:27

            M Costa n’a aucun problème financier, puisqu’il peut vendre à EdF l’énergie produite par la rotation de sa roue. Au prix actuel, il doit être riche. smiley

            Sérieusement, si je voulais calculer le mouvement de ce truc, j’y appliquerais comme tout le monde les équations d’Euler qui dérivent du principe de conservation d’énergie. smiley

            L’énergie gravitationnelle est déjà utilisée en production : ça s’appelle l’hydro-électricité.


            • djullius 4 juillet 2012 02:22

              Cela n’ai pas possible car EDF n’achète que l’électrice produite de façon autorise soi avec des panneau solaire pour les particulier et rien d’autre.

              C’est comme les voitures qui tourne à l’huile de tourne sol pour faire fonctionner les voitures diesel mais cela est interdis puisque cela n’ai pas considère comme un carburant par la législation malgré que cela fonctionne et pollue moins.


            • faxtronic faxtronic 23 octobre 2008 12:45

              Reponse : non.

              Il faut mettre cet article dans parodie, pas dans environnement. cela decredibilise l’’ environnement, et apres on pense que tous les ecolos sont des idiots( non ? si !)


              • Calito 23 octobre 2008 12:51

                Bien d’accord avec toi.
                Ne pas s’étonner ensuite si le discours écolo est méprisé et considéré comme a cote de la plaque.


              • JL JL 23 octobre 2008 13:24

                L’auteur écrit : ""La roue démarre dès que l’on a comprimé les ressorts, et si on la bloque dans sa course, elle redémarre toute seule dès qu’on la libère.""

                Evidemment, en comprimant les ressorts on lui fournit de l’énergie. Cette énergie se libère en faisant tourner la roue, jusqu’à épuisement. C’est aussi simple que ça.

                Bon, il faut admettre que cet article est un canular ou volontaire ou non. En ces temps troublés où l’application des mathématiques à la Finance atteint ses limites, les irrationnels toutes chapelles confondues s’engouffrent dans la brèche, et prennent opportunément le relais pour retenir l’attention des masses laborieuses.


                • jms 23 octobre 2008 13:37

                  Non, ce n’est pas un canular.
                  Si vous passez par Couilly (77, entre disney et meaux), vous pourrez constater que la roue d’aldo costa existe bien en intrigue tout le monde depuis une bonne dizaine d’années.
                  Sur notre site ww.brionautes.com on a eu maintes fois l’occasion de disserter sur ce sujet.
                  Faut-il y croire ou pas ?
                  Se pose la question c’est déjà y répondre en classant la problématique dans le domaine de la foi plutôt que dans celui de la science.
                  Les lois de la physique, théorème de l’énergie cinétique, principes de la thermodynamique, viennent contredire les théories d’Aldo Costa.
                  A moins qu’on soit à l’aube d’une découverte qui révolutionnera le savoir en lui donnant une autre dimension, comme ce fut le cas avec la relativité. 


                • JL JL 23 octobre 2008 14:53

                  Il est dit dans le texte : ""A. Costa s’est aussi battu comme un diable pour essayer de communiquer sur sa réalisation, la faire breveter, et attirer l’attention dessus"".

                  Il y a deux choses bien distinctes et qu’il ne faut pas confondre : le mouvement perpétuel et la production d’énergie. Je suppose que vous n’espérez pas produire de l’énergie ex-nihilo ? Cela étant, vous devriez savoir que l’Inpi et ses homologues n’acceptent pas de brevets concernant le mouvement perpétuel pour la simple et bonne raison qu’il n’existe aucune possibilité connue d’exploiter industriellement une machine à supposer qu’elle existe un jour.

                  Mais continuez à rêver. Il est regrettable qu’AGvox publie un tel articles dans la catégorie environnement.


                • Cofféry 23 octobre 2008 13:44

                  Bonjour, à tous.
                  Je suis l’auteur de cet article. Je constate qu’il déclenche une quantité de réactions qui relèvent presque de la haine. A titre personnel, je n’ai pas d’avis affirmé sur les aspects "scientifiques" soulevés et je ne me considère pas qualifié pour en avoir. Je suis un observateur.
                  Si vous aviez pris le temps de lire tout l’article, mais je pense en voyant les réactions que cela n’a pas été le cas, vous auriez compris qu’il y avait derrière cette histoire une extraodinaire aventure humaine. Celle d’un "inventeur" qui pendant 30 ans a consacré toute son énergie et sa fortune à un projet que l’on peut qualifier d’un peu fou (pour le moins). A Costa, mécano averti, a construit de ses mains la roue de 18 mètres de diamètre que l’on voit sur la photo. A côté, il a aussi entamé la construction d’un batiment qu’il voulait être un centre de congrès pour scientifiques. Le batiment est hors d’eau et doit comporter une cinquantaine de chambres, des sales de réunion, ... mais la construction est arrêtée depuis une douzaine d’années. Bref, le spectacle offert par cet ensemble est plutôt étrange et évoque en moi un grand sentiment de gâchis.
                  A. Costa s’est aussi battu comme un diable pour essayer de communiquer sur sa réalisation, la faire breveter, et attirer l’attention dessus.
                  M. Costa est âgé de 80 ans maintenant et au besoin, il grimpe encore sur sa roue pour accueillir un visiteur. Je pensais aussi lui faire un beau cadeau en publiant cet article sur Agora Vox, mais je dois dire que vos commentaires agressifs m’inciteront plutôt à ne pas lui en parler, pour lui éviter une nouvelle zt qui sait, ultime déception, à son âge.
                  Il ne s’agissait pas de publier un article ésotérique, j’aurais aimé que des commentaires nous explique au besoin d’une façon claire pourquoi d’un point de vue scinetifique cette roue ne peut fonctionner comme inventeur le prétend. Je suis peu^t être particulièrement stupide mais au bout du compte je n’arrive pas à comprendre pourquoi personne n’a démontré que ça ne pouvait fonctionner, si ce n’est en tournant simplement au ridicule la chose.
                  Il est clair que l’utilisation du terme "mouvement perpétuel" de la part de l’inventeur, était une erreur stratégique tant du point de vue scientifique que du point de vue de la communication. Il passait du coup pour un charlatan au yeux de la communauté scientifique. Or je veux bien qu’on lui explique pourquoi il s’est trompé mais pas qu’on le méprise à ce point. Que celui qui afait de ses mains, le dixième de ce qu’à réalisé Aldo Costa en toute bonne foi, jette la première pierre. 

                  Au moment ou l’on parle du regretté Coluche, on voit que la provocation (je parle du titre de l’article) qu’elle qu’elle soit est toujours une démarche qui fâche autant.

                  Ce qui me gêne le plus dans les commentaires que je lis, c’est leur côté quasiment haineux qui nous rappelle des périodes bien sombre de l’histoire, comme le temps de la très sainte inquisition qui brûlait ceux qui pensaient que la terre était ronde.
                  Ce serait vraiment sympa que ceux qui se sont défoulés dans les commentaires que j’ai réfléchissent un peu avant d’écrire, surtout s’ils sont sensés avoir l’esprit critique que l’on attend de scientifiques. Et puis comme je pensent qu’ils sont intelligents quand même se serait bien qu’ils reconnaissent leur erreur de communication, eux aussi.

                  Débattez, critiquez tant que vous voudrez, mais ne condamnez pas sans procès. Merci

                  Amicalement
                  Coffery -jna


                  • Cofféry 23 octobre 2008 13:48

                    Pardonnez, les fautes d’orthographe qui traînent dans ma première réponse, c’est l’émotion !!! je n’aime pas les injustices.


                  • Zalka Zalka 23 octobre 2008 14:17

                    Don quichotte aussi, c’est une grande aventure humaine...

                    Ce qui est triste, c’est que vous voyez peut être un conservatisme d’un côté, mais il y a probablement un entêtement loin d’être raisonnable chez ce brave monsieur.

                    Savez vous qu’il existe un paquet de gadget de bureau semblable à sa roue ? Ce sont des procédés mécanique ingénieux qui parodient le mouvement perpétuel. Il suffit de les activer une foi (avec une petite pichenette) et ces machins s’agitent pendant des heures. Tôt ou tard, ils finissent tous par s’arrêter.

                    Là, la pichennette de départ est remplacée par la gravité. Et le phénomène s’auto entretient de manière très ingénieuse.

                    Mais comme l’homéopathie, cette invention ne tient pas compte des découvertes ultérieures, comme l’influence des frottements (enfin ultérieurs aux bases de la mécanique, pas à notre inventeur). Sans compter que sa machine ne fournit pas d’énergie à un outil extérieur, auxquels cas, le mouvement s’arrêterait très vite.


                  • Sylvain Rakotoarison Sylvain Rakotoarison 23 octobre 2008 14:52

                    A Cofféry

                    Vous parlez d’erreur de communication mais c’est votre titre lui-même qui parle de mouvement perpétuel. Et vous présentez la chose comme si c’était à croire ou à ne pas croire. La science n’a rien à voir avec la foi, heureusement : ça marche ou ça ne marche pas.

                    Et la plupart des commentaires ici vous ont donné l’explication que vous pourriez transmettre à l’inventeur : les frottements mangent une partie de l’énergie, donc, à chaque tour de roue, il y aura de moins en moins d’énergie mécanique, vos ressorts pour se comprimer ont autant besoin d’énergie que votre roue pour tourner. Une fois, la gravité va dans le bon sens, une autre fois, dans le sens opposé.

                    Bref, une machinerie sans doute intéressante à étudier, comme celle de quelques installations astucieuses d’avant Renaissance pour canaliser l’eau d’une rivière et utiliser son énergie qu’on peut voir en Franche-Comté par exemple, pour la fabrication d’outils etc.

                    Mais rien de bien nouveau.

                    L’humilité, c’est de reconnaître qu’on peut avoir tort, pas qu’on a toujours raison.

                    Et en tant qu’observateur, vous êtes-vous demandé pourquoi la roue ne tournait pas en permanence, puisqu’elle n’aurait besoin d’aucune source d’énergie extérieure ?

                    Les commentaires parfois incisifs sont là pour éviter que le lecteur soit dupé, rien de plus. Le score de votre article montre qu’un certain nombre de lecteurs croient en la faisabilité du système, ce qui est aberrant.

                    Cordialement.


                  • faxtronic faxtronic 23 octobre 2008 15:06

                    Cela ne marche pas pour une seule raison. Quand ta roue tourne, elle frotte contre son axe, elle degage de la chaleur et cel la freine. Elle perd de l’’ energie. Il n’’ y a pas d’’ energie gravitationnelle, il y un champ gravitationnel, et on peu recuperer, ou perdre de l’’ energie en se deplacant dans ce champ. Sa roue s’’ arrete, qu’’ elle que soit sa grandeur.

                    C’’ est un objet marrant dans une galerie d’’ art, ce n’’ est pas un objet scientifique. Ton bonhomme, il serait bien plus heureux chez les sculpteurs.

                    Ton probleme, auteur, c’’ est que tu place sur le theme de la science et de l’’ environnement, alosr qu ’’ il eut fallu que tu le place sur le theme de l’’ humour et de l’’ art.


                  • Traroth Traroth 23 octobre 2008 18:04

                    Rassurez-vous, personnellement, il n’y a aucune haine dans mes propos. Il n’empêche que vous racontez n’importe quoi.


                  • eugène wermelinger eugène wermelinger 23 octobre 2008 18:37

                    à Zalka : si c’est effectivement comme l’homéopathie, alors nous verrons bientôt nos moteurs tourner avec un tel moteur perpétuel. Car l’homéopathie fonctionne, n’en déplaise à tous ces pourfendeurs incultes à la recherche des Avogadros perdus. 



                  • Zalka Zalka 24 octobre 2008 10:08

                    Eugène, si l’homéopathie marche alors toute la chimie de Lavoisier est fausse.

                    Si toute la chimie post lavoisier est fausse, il a été impossible de fabriquer la chemise que vous portez sur la photo. Il est également impossible de fabriquer des ordinateurs, donc techniquement, ni vous ni moi n’avons discuté ici, puisque l’homéopathie marche !

                    En fait, à la limite, la seule manière de marcher pour l’homéopathie, c’est en tant que placebo.


                  • eugène wermelinger eugène wermelinger 25 octobre 2008 18:11

                    à Zalka : si jamais vous revenez voir, voici ma réponse : l’homéopathie fonctionne parcequ’il s’agit d’une médecine informative. Si je porte une chemise, c’est que quelqu’un l’a pensée, puis dessinée (information), avant d’appliquer le travail pour tondre la laine qui va produire le tissu, la couture etc. ... 
                    Cette information dans une granule a été portée par une disposition spatiale à chaque fois spécifique des clusters de l’eau. Un peu comme les panneaux du code de la route. Ce message est transmis à notre eau propre et transportée immédiatement dans notre corps d’énergie qui va y répondre. Je pourrais encore longtemps argumenter, mais c’est à vous de chercher dans cette direction en vous débarassant de vos anciens schémas, si cela vous est possible. C’est pour cela que je parlais des chasseurs d’Avogadros, car ce n’est plus la matière pondérale qui compte, mais le message qu’elle y a laissé imprimé. 
                    Il y a des vétos qui l’utilise avec succès, sans parler des bons résultats sur des bébés humains.
                    Cela n’enlève rien à la médecine allopathique et chirurgicale : sans elles je serais déjà mort trois fois !

                    Zalka, si vous voulez honnêtement en discuter avec moi, vous avez un lien courriel dans ma page perso.
                    J’en reste là pour l’instant, en disant comme Galileo (pour la terre) : pourtant ça fonctionne. 
                    Croyez en mes amitiés. 


                  • marcobreizh 11 mars 2009 02:24

                    Je ne peux pas accepter que les critiques émises soient qualifiées de "haineuses". Vous devez acceptez d’être mouché par ceux, et j’en suis, qui trouve que vous auriez pu vous documenter davantage avant d’écrire sur un tel sujet : vous auriez alors appris que "l’invention" de M. Costa est en fait un grand classique, depuis des siècles, de la quête du "mouvement perpétuel". Sa roue n’est qu’une version de plus d’autres roues plus anciennes (tapez "mouvement perpétuel" sur google, ce qui vous était facile, pour vous en convaincre rapidement). Rien d’original, donc. Je trouve l’aventure de M. Costa plutôt pathétique : perdre tant de temps à poursuivre une telle chimère... 
                    Mais je suppose (même si je ne peux évidemment pas le prouver) que M. Costa n’a même pas réinventé ce dispositif mais l’a plutôt copié après s’être documenté, lui !
                    Et citer les déclarations erronées de grands nom de la science ne sert à rien : c’est aussi un grand classique des démarches pseudo-scientifiques que de s’appuyer sur les errements des uns ou des autres. La science se nourrit aussi de ses erreurs, mais l’existence de celles-ci ne peut pas autoriser à s’abstraire de toute rigueur intellectuelle. Vous ne pouvez rien prouver de cette façon. Désolé...


                  • gireg 29 octobre 2009 01:06

                    bonjour à tous,

                    Interressant comme débat !! J’adore.
                    D’après ce que j’ai appris lors de mes études, le mouvement perpétuel est impossible, donc à fortiori, le dépasser et produire de l’énergie à partir de l’énergie gravitationnelle encore moins.
                    Ceci dit, jusqu’ici beaucoup de spéculations et pas de démonstrations.
                    Or, soit c’est possible, soit c’est impossible.
                    Pour un vrai scientifique : une chance sur deux.
                    Reste à démontrer, équations à l’appui que c’est impossible... ou possible.
                    Personne pour relever le défi ? 
                    Ce n’est pas évident à mettre en équations en tenant compte de l’énergie potentielle, de l’énergie cinétique, des frottements, etc.
                    Pourtant : si une fois le mécanisme amorcé (c’est-à-dire les masselottes excentrées sur la demi circconférence droite, et pas sur la demi circonférence gauche) la roue se met à tourner toute seule, alors il n’y a aucune raison qu’elle ne continue pas, puisqu’elle démarre à energie cinétique nulle avec frottements maximaux (les forces de frottements sont plus importants à l’arret qu’en mouvement).
                    J’aime bien penser que toute théorie qui marche n’est pas forcément la Vérité, mais la vérité du moment.
                    Je me lancerai bien dans l’étude de ce mécanisme, il m’a l’air bien sympa. Juste pour le plaisir...
                    Le plus difficile à vaincre à mon avis ce ne sont pas les forces de frottement, mais plutôt l’énergie qu’il faut fournir pour compresser le ressort et faire remonter une masselotte qui a un certain poids.
                    Je commencerai par calculer le couple engendré par l’exentricité de la roue, et je le comparerai avec le couple de resistance à la rotation engendré par l’effort qu’il faut fournir pour compresser le ressort, remonter la masselotte, et les frottements.
                    Ce sont des équations qu’un bon élève de terminale en filière scientifique pourrait écrire.

                    Einstein aurait dit une fois une chose très juste à une femme très belle qui lui disait : « Imaginez que nous faisions un enfant, il pourrait avoir votre intelligence et ma beauté »
                    « Imaginez que ce soit le contraire... »

                    on m’a demandé une fois quelle était la différence entre un train électrique et une poitrine de femme... je ne sais pas, moi, c’est fait pour les enfants mais c’est toujours le papa qui joue avec.

                    Je ne sais pas ce que je préfère, un concours d’équations ou une bonne blague...

                    bah, tout ça n’est pas bien grave, tout ce qu’on sait c’est qu’on ne sait pas tout. non ?

                    il parait qu’on a interdit le saut à l’elastique pour les non-voyants.
                    Ca faisait trop peur aux chiens...


                  • Gasty Gasty 23 octobre 2008 15:31

                    Celle qui marche le mieux, c’est " La roue de la fortune". Il y a une dynamo derrière et TF1 revend son électricité à France 2.

                    Du coup, France 2 a l’intention aussi d’investir dans une roue. ( brevet déposé par la française des jeux)


                  • Zalka Zalka 23 octobre 2008 13:59

                    Syndrôme de Galillée. Un invention est considérée comme supercherie, et tout de suite, le principale argument de la défense est le conservatisme de la nomenclature en place...

                    Premier point, votre comparaison avec les propos de scientifiques du XIXème est tout à fait hors de propos. Soient ils sont loin des découvertes majeures qui rendent possible ce qu’ils voient comme fiction, soient ils ne tiennent tout simplement pas compte des arguments pour.

                    En revanche, ce mouvement perpétuel ne tient compte ni des frottements divers, ni des forces extérieurs (vent ou autre). De fait, c’est au mieux un bidule extrèmement bien optimisé. Il est sûr et certain, que dans les conditions décrites, on ne peut pas créer de mouvement perpétuel sur la base de méthode aussi simpliste.

                    L’ingéniosité de l’appareil mérite probablement le coup d’oeil. Ne serait ce que pour comprendre comment il fait croire à un mouvement perpétuel.


                    • Céphale Céphale 23 octobre 2008 14:02

                      Mieux vaut en rire !


                      • glouglou 23 octobre 2008 14:04

                        Dans la même mouvance,le moteur Minato comercialisé, qui équipe les climatisations nippones...entre autres !

                        http://wikibio.info/lesensdenosvies/lesite/articles/energie/moteur-minato-2004.html

                        http://quanthomme.free.fr/nouvelles2004/nouvelle07042004.html




                        • Gzorg 23 octobre 2008 17:51

                          Haa Tesla ...je me disais bien qu’il finirait par arriver !

                          C’est un peu le "point goldwin" de la "Science alternative"...en general , apres son arrivé on rentre directe dans le big nawac, car tres vite lui succede ensuite : les crop’s Circle et la zone 51 , le tout sous fond sonore "neo new age " de la radio "ici et maintenant" (championne toute categorie du genre).

                          Bon j’ai rien contre toutes ces histoires, elles font rever et c’est déjà énorme...mais voila c’est que des belles histoires...

                          Comme cet article en fait !


                        • eugène wermelinger eugène wermelinger 26 octobre 2008 10:14

                          Merci à glouglou pour ses liens. 
                          Moteur Minato. 

                          Amicales bises à vous. 


                        • djullius 4 juillet 2012 02:35

                          Tu peux critiquer Nikolas Tesla mais tu n’aurais pas d’électricité chez toi pas de TV, pas de radio et pas de téléphone mobile, pas de wifi.... Car c’est grâce à ces découvertes sur le courant alternatif, les ondes électromagnétiques que cela est possible sans lui pas sur qu’on l’aurait découvert à ce jour.


                        • SciFi SciFi 23 octobre 2008 14:08

                          @L’auteur

                          J’aime la science-fiction, mais vous nous faites là un mauvais roman.

                          Selon l’explication avancée, la roue produit plus d’énergie qu’elle n’en consomme, grâce à une "astucieuse" mécanique faisant intervenir des ressorts, etc.
                          Cela revient à créer de l’énergie à partir de rien, l’apport de la gravité n’y change rien, elle s’applique de la même façon en tout point du système. Et les frottements finirons par épuisée l’énergie initialement apportée.

                          Et oh, surprise, "la roue s’arrête au bout de quelques tours". Vous pouvez agrandir la roue autant que vous voulez, cela n’y changera rien.

                          Ca me fait penser aux optimisations de la machine à vapeur pratiquées par James Watt, qui a considérablement amélioré le bilan énergétique. Mais lui n’a jamais vendu un système "perpétuel".

                          Par ailleurs, je n’aime pas la façon dont vous cherchez à légitimer l’article en citant des conneries dites par des gens éminents. Comme les autres, ils en disent de temps en temps... Mais cela ne peut servir de caution pour justifier une ineptie, le procédé est malhonnête.

                          Sinon, M Costa devrait se convertir à la finance. Les banques sont à la recherche d’une nouvelle formule magique, maintenant qu’on dénigre les produits dérivés structurés.


                          • Sylvain Rakotoarison Sylvain Rakotoarison 23 octobre 2008 14:14

                            Un article qui dit vraiment n’importe quoi.

                            Trouvez-vous étonnant que la roue s’arrête après quelques tours ? Cela serait pareil avec une plus grande dimension.

                            Le cumul des énergies cinétique et potentielle (ressort) diminue au fil du temps à cause de la chaleur due aux frottements. Le principe ne marche donc pas, il n’y a pas de miracle.

                            Cela sur le fond.

                            Maintenant, sur la forme, je trouve que l’article cultive une certaine mauvaise foi.

                            Rappeler quelques citations effectivement imprudentes de quelques illustres scientifiques (Marcellin Berthelot en a dit de pires sur les liaisons carbone) ne donne AUCUNE légitimité à tous les fantaisistes qui croient réinventer le monde.

                            Mauvaise foi aussi que d’évoquer des notions à la mode comme le développement durable par exemple.

                            Quant aux scientifiques intéressés par ce travail, je veux des noms et des références. C’est très facile de rester vague, car sur ce sujet, je n’ai jamais connu de division au sein de la "communauté scientifique".

                            Le fait que l’inventeur (qui paraît sympathique et il doit sûrement l’être) passe dans des émissions spécialisées dans l’ésotérisme et pas dans la science prouve que les médias ont du bon sens.

                            Par ailleurs, appeler "gravitons" les masses utilisées dans ce mécanisme est apporter une crédibilité chancelante : on peine aujourd’hui encore, malgré les travaux de milliers de chercheurs, à prouver l’existence du graviton qui permettrait l’unification tant attendue des lois de la Nature.

                            Bref, encore un article qui discrédite un peu plus le principe du "journalisme citoyen".
                            C’est désolant. Il vaut mieux en rire.

                            Cordialement.


                            • Gasty Gasty 23 octobre 2008 16:31

                              Si encore elle était bancale, on pourrait la faire tourner par email.

                              Mais non ! même pas.


                            • Gasty Gasty 23 octobre 2008 16:38

                              la critique pas la roue.


                            • JL JL 23 octobre 2008 15:50

                              Je crois que l’ami Furtif dans son langage savant veut dire que votre système ne peut pas marcher. Un enfant en jetant un simple coup d’œil sur le schéma que vous proposez sur lequel on lit : "Les masses X et Y se trouvent en superposition d’état" – ce qui ne veut strictement rien dire - comprendrait tout de suite pourquoi.

                              Les masses X et Y sont bel et bien déplacées de bas en haut n’est-ce pas ? Dès lors, ce déplacement à contre gravité consomme de l’énergie, laquelle est strictement égale à celle produite par le delta d’éloignement entre les deux cotés de la roue. Les frottements consomment l’énergie potentielle fournie par la compression des ressorts. L’inertie de la roue étant très grande en rapport, quand elle est lancée, pour peu que le vent soit favorable, elle peut tourner des heures, l’illusion est parfaite.

                              Ne me remerciez pas, je connais ce montage depuis un bon demi siècle, je l’avais découvert quand j’étais ado.

                              Je crois que l’ami Furtif dans son langage savant veut dire que votre système ne peut pas marcher. Un enfant en jetant un simple coup d’œil sur le schéma que vous proposez sur lequel on lit : "Les masses X et Y se trouvent en superposition d’état" – ce qui ne veut strictement rien dire - comprendrait tout de suite pourquoi.

                              Les masses X et Y sont bel et bien déplacées de bas en haut ?. Dès lors, ce déplacement à contre gravité consomme de l’énergie, laquelle est égale à celle produite par le delta d’éloignement entre les deux cotés de la roue. Ne me remerciez pas, je connais ce montage depuis un bon demi siècle.


                              • mat 23 octobre 2008 16:40

                                J’en connais qui se sont pris des tampons "escroc" sur leur copies de devoirs de physique pour moins que ca !
                                Allez, ce brave homme aura construit une très belle machine, mais ce n’est pas lui qui violera les principes de la thermodynamique.


                                • jms 23 octobre 2008 16:45

                                  Je te l’avais bien dit jna alias coffery, il faut publier sur Agoravox !

                                  Mais de là à commencer par la roue d’aldo costa, tu y va fort dans la provocation.
                                  Tu déchaines les passions contre toi, de tous ceux qui adorent démolir une théorie bien construite mais ... pas sans faille !
                                  Jusqu’à présent ils avaient un bouc-emissaire, un certain Lerma qui par ses positions de droite se fait régulièrement lyncher. Tu es peut-être devenu le successeur de Lerma, superbe privilège !

                                  Et puis tout cela est très bon pour l’audience de notre site www.brionautes.com.

                                  Et comme le signalait Le furtif, on a tellement de bons articles, bien du terroir sur notre site, que tu as fait oeuvre utile. De quoi faire découvrir aux nombreux citadins (et aux autres) habitués de Agoravox qu’il existe un petit paradis à 40 km de Paris, où l’on rigole bien tout en réfléchissant à l’avenir du monde et de nos concitoyens.

                                  Merci pour ton sacrifice !


                                  • Cofféry 23 octobre 2008 18:18

                                    oui, je suis maintenant un martyr, un paria, un ridicule ! tout à la fois charlatan, escroc, ignare, déconnant, romancier à deux sous, Belle leçon d’humilité pour moi ... I will survive
                                    Ne dites plus de mal des banquiers à côté de ces pseudo scientifiques de tous poils, ce sont des anges.

                                    Pour moi ce n’est pas bien grave, l’e-pilori n’est pas douloureux au bout du compte ... je pense à Aldo et à tous les sarcasmes qu’il a du affronté, tout en restant, toujours debout, comme sa roue.
                                    Qu’elle tourne ou pas, chapeau quand même.


                                  • Calito 23 octobre 2008 18:29

                                    Pour infos, lerma a disparu depuis 2 mois....

                                    Pour le reste, vis à vis de l’auteur, je n’ais pas de haine.
                                    Mais comme cela a été dit précédemment.

                                    Si mouvement perpetuel, accélération perpetuelle...
                                    Quid des frottements ?
                                    et enfin et surtout, tous les classiques des pseudos-sciences sont réunies.
                                    Arguments d’autorités, cassage des vrais savants, invérifiable.... délire de persécution.... etc etc.

                                    En toute franchise, je suis ouvert d’esprit, et je veux bien croire que les magnats du pétrole nousn cachent des découvertes ou les freinnent. Mais votre histoire de papy et de roue perpetuelle qu’il arrête avant d’aller se coucher .... non.

                                    Je n’y crois pas une seconde.

                                    Pire, cela décrédibilise Agoravox, même si le site démontre son incroyable capacité à encaisser les coups.

                                    Cordialement (vous voyez, je ne suis pas méchant)

                                    Calito.


                                  • jms 23 octobre 2008 16:59

                                    Moi non plus je l’ai jamais vu tourner.
                                    Ce privilège est réservé à quelques initiés, c’est pas tous les jours qu’elle tourne.
                                    Cela ne prouve pas pour autant qu’elle ne peut pas tourner.
                                    De ce que j’ai compris de la théorie de M Costa, pour qu’elle puisse tourner "perpétuellement" il faudrait un plus gros diamètre (elle mesure quand même une dizaine de mètres).


                                  • jerome 23 octobre 2008 17:24

                                    @ l ’ auteur : en effet ce mouvement de haine est pour le moins curieux ...

                                    Je remarque que personne n ’ a en fait lu l ’ article , sauf le Furtif . Conclusion : on lit " mouvement perpétuel "
                                    et on sa met aussitot à éructer ... pitoyable , pour ne pas dire pathétique !

                                    Il me souvient qu ’ un " scientifique Français " avait annonçé à l ’ aube de l ’ automobile que le corps
                                    humain ne résisterait pas à une vitesse supérieure à 30 Kms . ( Ce qui est idiot à la base puisque les
                                    chevaux dépassent cette vitesse ! ) .

                                    Enfin , pour les pointilleux : coonsidrons 1 crcle de diamètre 100 , encerclé par un autre de diamètre 180 .
                                    Des pesons " tombant " du grand cercle et se rabattant vers le petit à la remontée produise bien une énergie
                                    entrainant la roue , si je ne m ’ abuse ... cette énergie doit bien etre suffisante pour combattre le frottement
                                    de l ’ axe , non ? Ne peut on de manière empirique améliorer ce système ?
                                    Il faudra tjrs une impulsion au démarrage , et l ’ accélération induite peut - etre transfomée en énergie ...

                                    Ca parait tout con ... mais ...

                                    ( Merci à M.Hackenberger - qu ’ il veuille bien donner un moyen de le joindre sur son site , j ’ arrive pas à trouver )


                                    • Cofféry 23 octobre 2008 18:11

                                      une bouffée d’oxygène pour l’auteur, merci j’ai décidé de vivre malgrè ce déluge de coups de batons


                                    • C. Gougoussis 23 octobre 2008 20:58

                                      @jerome
                                      j’ai lu l’article, et j’en déduis que vous n’avez pas lu mon premier commentaire avant de poster.

                                      CG


                                    • Pehachem 23 octobre 2008 22:46

                                      @ l’auteur
                                      Vous commettez une erreur.

                                      1 - le système est constitué de deux parties. D’une part les "pesons" qui se déplacent le long des rayons, à des instants soigneusement choisis pendant la rotation. D’autre part le reste de la roue qui ne se déforme pas et reste identique à lui-même pendant la rotation.

                                      2 - règlons tout de suite le cas de la deuxième partie : le côté qui monte et le côté qui descend sont symétriques, donc ils s’équilibrent. Cette partie ne saurait donc être la cause d’un quelconque mouvement (sinon, les cyclistes le sauraient depuis longtemps)

                                      3 - en ce qui concerne les pesons : considérons-en un, pendant exactement un tour de la roue (je suppose que la roue tourne) :

                                      3.1 - Son trajet commence tout en haut, à l’altitude maximale H. Comme la roue tourne : il descend tout en bas, jusqu’à l’altitude minimale h. Ce faisant, il transforme l’energie potentielle de cette descente en énergie cinétique, laquelle est transmise à la roue et en accélère la rotation... Je précise - et c’est important - que l’énergie potentielle ne dépend que des altitudes H et h (on démontre mathématiquement qu’elle est indépendante du trajet suivi)

                                      3.2 - Mais maintenent, il lui faut remonter ! Il part cette fois de h et doit remonter jusqu’à H pour recommencer un cycle... ce qui l’oblige à acquérir exactement la même quantité d’énergie potentielle que celle perdue lors de la descente. Pour le faire, il doit transformer de l’énergie cinétique de la roue. Pour être précis ; il doit reprendre à la roue EXACTEMENT la même quantité d’énergie cinétique que celle qu’il avait pu lui donner en descendant.

                                      Et ça, c’est dans un environnement idéal où l’energie cinétique acquise par la roue lors de la descente du peson est encore là pour qu’il puisse la récupérer à la remontée.

                                      Or, dans le monde réel, les frottement en ont dissipé une partie... Le résultat est que la roue finit par s’arrêter, plus ou moins vite selon le soin apporté à minimiser les frottements qui a été mis dans sa fabrication...

                                      A moins, bien sûr, qu’il y ait un apport d’énergie extérieure, assez pour compenser les frottements. Comme par exemple si les rayons étaient légèrement profilés pour que la roue joue le rôle d’éolienne. Et là, vous avez peut-être trouvé une oeuvre d’art !

                                      Noter qu’on peut mettre des ressorts, des poulies multiples, des systèmes de contrepoids... qu’importe : chacun de ces sous-systèmes devra recevoir de l’énergie ET la restituer en totalité... au cours d’un tour de roue... sous peine de ne pas pouvoir revenir dans la position qui était la sienne au tour précédent... ce qui dégraderait sa performance à chaque tour. Là aussi, les frottements sont fatals.

                                      Voilà. Pas de mouvement perpétuel. Point.
                                      Si vous croyez le contraire, je vous recommande d’ouvrir un cours de physique de classe de seconde : la preuve de cette impossibilité y est accessible au lycéen.
                                      Si vous ne faites pas cet effort et si vous persistez dans votre prosélytisme, alors vous confondez certitude et preuve et vous êtes un imposteur.


                                    • antitall antitall 23 octobre 2008 18:45

                                      pauvre bougre , jamais rien d’intéressant à dire.....juste des calembours de maternelle.... smiley


                                    • hpspt 23 octobre 2008 18:45

                                      J’ai inventé un moteur gravitationnel beaucoup plus simple que celui de Costa : prenez une bicyclette, retournez-la, posez-la sur la selle et les guidons. Lancez à la main la roue avant. Elle tourne ! longtemps...

                                      Bien sur, mon moteur n’est pas parfait et elle finit par s’arrêter. Mais j’ai calculé qu’en faisant une roue plus grande et en perfectionnant 2 ou 3 détails, elle tournerait indéfiniment...

                                      Sans rire, si quelqu’un invente un moteur perpétuel, qu’il fasse un prototype, un générateur (un alternateur de voiture par exemple) relié à une ampoule a incandescence de 100W et on laisse tourner le truc et faire briller l’ampoule pendant 2 ou 3 semaines et après on discute...


                                      • C. Gougoussis 23 octobre 2008 18:57

                                        L’auteur écrit :
                                        "Quand une masse se présente au point bas Y, le ressort sur lequel elle repose se trouve comprimé, au moyen d’une sorte d’excentrique (tenseur) non représenté sur la figure, qui comprime le ressort en profitant de son propre poids (gravité) et sans intervention externe."
                                        Il s’agit de la partie critique du montage. C’est un peu comme si je disais "j’ai trouvé le mouvement perpétuel : mon moteur tourne tout seul. Il est relié par des fils à un dispositif non représenté sur mon schéma." et le dispositif s’avère être une pile...

                                        En tous cas, site web d’Aldo Costa vaut son pesant de cacahuètes ! Une petite citation pour vous mettre l’eau à la bouche :

                                        "La roue est équipée de tenseurs espace temps, chaque tenseur espace temps est un levier qui actionne un tenseur impulsion gravitation, ces deux sortes de tenseur sont co-variants."

                                        J’ai rarement vu une telle concentration d’inepties dans une phrase... C’est ce qui arrive quand on ouvre un livre de relativité générale sans rien y comprendre...

                                        CG


                                        • ZJP ZJP 23 octobre 2008 19:12

                                          A l’auteur.

                                          Amusant votre bétisier. A ajouter, la grosse "bourde" d’un général américain expert en explosif qui jurait dans les années 40 que la bombe atomique n’exploserait jamais. Je ne trouve plus les références a cette histoire. Domage. smiley

                                          JP


                                          • manuelarm 23 octobre 2008 20:12

                                            Vraiment, c’est les prof de physiques qui faudraient mettre au pilori, ils sont même pas capables d’enseigner aux moutards la physique de base.. Ou va l’éducation. je crois qu’il avait raison l’auteur qui avait écris le livre "Ecole,la fabrique à crétin". (je ne suis pas sûr du titre).


                                            • C. Gougoussis 23 octobre 2008 20:37

                                              ce n’est pas la faute des profs : c’est la faute à ceux qui sont plus haut placés. Depuis 20 ans, le programme de physique du lycée (collège aussi) a été complètement lessivé, il ne reste plus rien. Pourquoi ? Parce qu’à chaque fois on supprime le peu qu’il reste parce que c’est soi-disant trop dur pour les élèves. Et les profs subissent de très fortes pressions pour donner le bac à tout le monde, sans parler des barèmes aberrants genre : t’as mis ton nom, OK un point, t’as écrit le numero de la question, OK un point... c’est vraiment très proche de ça. Tout ça pour avoir un taux de réussite au bac de 80%, résultat le bac ne vaut plus rien.

                                              CG


                                            • kabreras kabreras 23 octobre 2008 21:10

                                              C’est fou le nombre de physiciens et d’ingenieurs sur ce site !

                                              Ou alors la plupar des gens ne disent que ce qu’ils croient vrai  ?

                                              Personellement je n’ai pas d’avis, si cest vrai ce serai genial mais en tout etat de fait, je suis admiratif devant cet homme qui a 80 ans, après que tout le monde l’ai pris pour un illuminé ou un fou, croi encore à son oeuvre !


                                              Je pense qu’ un des gros problemes d’AV c’est cette facilité du lynchage général sur tous types de sujets


                                              • frenet 23 octobre 2008 22:45

                                                Pas besoin d’être physicien ou ingénieur pour comprendre que que cette machine ne peut fonctionner. C’est un peu comme un gros caillou au somet de la montagne, On le pousse et il rentre dans un mouvement perpétuel jusqu’a ce qu’il arrive en bas. Pour que cela continue il suffit de remonter le caillou en haut de la montagne.

                                                Remarques sur cet article :
                                                1) 62% des lecteurs d’AV n’ont aucune connaissance de base en physique (niveau 1ere) puisqu’ils trouvent l’article intéressant
                                                2) Sur la vérification des faits le journalisme citoyen fonctionne plustot bien, puisqu’on trouve rapidement l’explication de pourquoi ca ne pas fonctionner assez rapidement dans les commentaires
                                                3) Il y aurai peut être eu un article plus interessant à faire sur le personnage lui même, à qui on ne peut dénier une certaine persévérance.
                                                4) L’auteur n’a fait aucun travail de recherche (aller voir son ancien prof de physique, ou simplement lire un bouquin de mécanique) et c’est bien là la limite de l’exercice de "journalisme citoyen". Mais cela marque certainement plus un manque de rigueur qui viendra quand les lecteurs en auront marre de lire n’importe quoi, ou bien l’explosion du modèle "nouvelles du mondes".

                                                F.


                                              • CSUR 23 octobre 2008 23:11

                                                Bonsoir,

                                                Je viens pour la première fois sur ce site et je trouve cela assez comique de voir autant de réactions pour ce type de sujet...
                                                En revanche, je crois pouvoir affirmer qu’avec ou sans connaissances en physique et quel que soit le degré de probabilité de l’existence d’un mouvement perpétuel, il est possible de trouver cet article intéressant pour lui même,...


                                                • Asp Explorer Asp Explorer 23 octobre 2008 23:57

                                                  Un petit détail quand même au sujet de la thermodynamique.

                                                  D’abord, ce n’est pas le second principe qui est violé par le mouvement perpétuel, mais le premier.
                                                  Ensuite, ce principe définit l’énergie comme une quantité qui se conserve. Si ça ne se conserve pas (par exemple ici, si ça augmente), c’est soit que de l’énergie est extraite d’une source mystérieuse et inconnue (mais il faut me dire laquelle), soit que le premier principe de la thermodynamique est faux, et que donc, on se trompe depuis toujours sur la nature de l’énergie.

                                                  Cette foutue roue tourne à cause du vent, et vous aurez beau l’agrandir jusqu’à lui donner la taille du Mont Blanc, ça n’y changera rien.


                                                  • yoda yoda 24 octobre 2008 03:18

                                                    "D’abord, ce n’est pas le second principe qui est violé par le mouvement perpétuel, mais le premier."

                                                    Desole mais non. Le mouvement perpetuel pourrait en theorie avoir lieu sans apport d’energie. Un pendule dans le vide peut osciller ad-viternam (un peu comme la terre autour du soleil). Seulement le vide parfait n’existe pas, notamment sur terre ou le vide est plutot rare : les collisions sont nombreuses et (seconde loi de la thermo) tendent a transformer de l’energie de bonne qualite (e.g. mouvement coherent d’un groupe de molecules - une pendule) en energie de mauvaise qualite (mouvement incoherent des molecules d’air = chaleur). Ce qui rend difficile le mouvement perpetuel sur terre...
                                                     



                                                    • malqp 24 octobre 2008 02:21

                                                      et pourtant elle tourne...


                                                      • Céphale Céphale 24 octobre 2008 08:39

                                                        @ L’auteur

                                                        Parmi vos explications, j’ai relevé celle-ci : Le point d’équivalence est le point au-delà duquel la roue produit plus de puissance qu’elle n’en consomme pour vaincre les frottements. Au-delà de ce point, la roue est théoriquement capable de produire de l’énergie sans autre apport extérieur que les forces gravitationnelles.

                                                        Je vous suggère d’aller dans une librairie, d’acheter un livre scolaire de physique terminale S (on en trouve plusieurs), et d’étudier soigneusement le chapitre "mécanique". Quand vous aurez compris les équations entre forces, énergie et quantité de mouvement, vous pourrez écrire un autre article avec des explications plus précises.


                                                        • Frank Einstein 24 octobre 2008 11:46

                                                          1)
                                                          Je n’ai aucune compétence en physique.
                                                          2)
                                                          D’après ce que j’ai compris de cet article, il n’est pas prétendu que ce théorique moteur gravitationnel (improprement appelé "mouvement perpétuel") fonctionnerait ad vitam aeternam sans apport extérieur d’énergie.
                                                          3)
                                                          Que se passerait-il si, par hypothèse, l’apport en énergie gravitationnelle s’avérait supérieur à la perte d’énergie due à la "machine" (frottement, etc.) ?



                                                          • krolik krolik 24 octobre 2008 12:43

                                                            A la lecture de l’article et des commentaires on peut noter que :

                                                            - l’auteur y "croit" car il ne comprend pas que cela ne puisse pas fonctionner.

                                                            - l’auteur n’est pas convaincu de l’argument  : pour fonctionner il faudrait violer le Premier Principe de la thermodynamique.
                                                            Et pourtant jusqu’à présent on n’a pas pu mettre en évidence une seule violation de principe.

                                                            L’auteur argumente par des bêtises dîtes par des personnages connus.
                                                            On peut en ajouter d’autres, vers 1900 il a été posé la question à l’Académie des Sciences de savoir s’il fallait encourager le développement du plus léger ou du plus lourd que l’air (ballon ou avion ?). la réponse a été bien évidemment qu’il fallait encourager le développent du plus léger que l’air, alors que les Académiciens voyaient des pigeons, plus lourds que l’air, décoller tous les jours.
                                                            Mais il n’était pas question de violer le Premier Principe.

                                                            Devant la "foi" de l’auteur dans la machine de Mr Costa il n’y a plus rien à dire. Aucun élément scientifique ne peut l’atteindre. 

                                                            Cela donne à penser aux conclusions du Forum Tchernobyl tenu en 2006 par l’UNSCEAR (un organisme de l’ONU au même titre que le GIEC tant apprécié).
                                                            Les experts de l’UNSCEAR ont présenté leurs conclusions étayées par 60 ans de recherches en radioprotection, mais un certain nombre de scientifiques autoproclamés voulaient absolument conclure qu’il y avait eu des centaines de milliers de morst passés, présents et à venir.
                                                            Gonzales le Président de l’UNSCEAR a fini par dire, à bout d’arguments scientifiques :

                                                            - A ceux qui acceptent nos conclusions il n’y a rien à ajouter, à ceux qui les refusent il n’y a rien à dire..
                                                            Et bien on peut conclure là-dessus. 
                                                            A ceux qui croient dans le mouvement perpétuel il n’y a rien à dire..

                                                            @+

                                                             


                                                            • Alain Michel Robert Alain Michel Robert 25 octobre 2008 11:32

                                                              Bonjour Cofféri,

                                                              J’attendais que votre article ne soit plus en première page pour vous écrire. On est plus au calme pour parler une fois que la tempête est passée.

                                                              Je comprends votre désarroi concernant cette pluie acide qui s’est abattue sur votre article et je pense que vous êtes encore plus à même aujourd’hui de mesurer la pertinence de Saint-Exupéry lorsqu’il disait qu’on ne voit bien qu’avec le coeur et que l’essentiel est invisible pour les yeux.

                                                               À votre décharge, il faut admettre qu’il manque dans les rubriques d’Agoravox celle que nous pourrions appeler « Coup de coeur ». Vous avez mis la vôtre dans « Tribune libre  » et beaucoup de vos détracteurs n’ont ni vu ni entendu qu’il ne s’agissait pas d’un article scientifique mais d’un hymne à la poésie.

                                                              L’oeuvre d’Aldo Costa s’apparente à celle d’un « Facteur cheval » ou d’un « Petit Pierre » dont le manège est encore visible au musée de l’Art brut près d’Auxerre.

                                                              Ce qui compte dans votre article ce ne sont pas les lois de la thermodynamique, c’est que vous avez eu la joie, rare, de rencontrer un Homme. Diogène a passé sa vie dans son tonneau pour la même quête.

                                                              Oui, ce n’est ni un scientifique ni un mécanicien que vous avez rencontré : c’est un poète. Alors, comme vous avez pu, avec vos mots à vous, vous avez essayé de transmettre la joie de cette rencontre qui est donnée quelquefois, par hasard ou par grâce, aux coeurs purs et aux âmes bien nées.

                                                               
                                                              Alors, bien sûr, on peut toujours dire justement que, scientifiquement, la roue d’Aldo Costa ne tient pas la route puisqu’il faudrait pour qu’elle fonctionne non pas qu’elle soit plus grande comme il le pense, mais qu’elle soit infinie. Il aurait fallu, peut-être, qu’il construise sa mécanique non pas à partir d’une roue mais à partir du ruban de Möbius… ce qui est mécaniquement impossible.

                                                               

                                                              Mais ce n’est pas ça qui compte. La science nous permet de comprendre le monde, mais la poésie, elle, nous permet de le respirer… Ce n’est pas de comprendre quelqu’un qui nous fait l’aimer, c’est de le croire. Aldo Costa n’est peut-être pas, dans l’état actuel de nos connaissances, crédible scientifiquement, mais peu importe puisqu’il a tenté quelque chose dans sa vie et que ce quelque chose il l’a construit de ses mains.

                                                              Nihil intentatum nous dit le proverbe latin, rien ne doit rester intenté, ce qui compte c’est n’est pas tellement de prouver ou de réussir : c’est d’avoir tenté… Ce qui compte vraiment dans votre article ça n’est pas de savoir qui a plus tort ou qui a moins raison, c’est que vous ayez tenté de redonner au plus grand nombre ce que vous avez ressenti au contact de l’œuvre d’un Homme.

                                                               

                                                               Vous dites, dans un de vos commentaires : « …oui, je suis maintenant un martyr un paria, un ridicule ! tout à la fois charlatan, escroc, ignare, déconnant, romancier à deux sous, belle leçon d’humilité pour moi ... I will survive… »  
                                                              L’art véritable n’est jamais glorieux, il est toujours lamentable… c’est là que se cache, invisible aux yeux de ce monde-ci, la béatitude des martyrs…

                                                               
                                                              J’ai été heureux de vous lire, parce que derrière vos mots il y avait un Souffle, un Chant faible qui n’est vraiment audible  qu’à ceux  qui ont des oreilles pour entendre et des yeux pour voir.  Vous possédez, peut-être sans le savoir vous-même, cette capacité de voir les moutons à travers les boîtes.

                                                               

                                                              «  Dessine-moi un mouton ! 
                                                              (…)
                                                              Je dessinais une boîte avec trois trous d’aération et lançais : « Ca c’est la boîte, le mouton que tu veux est dedans. »
                                                              Le petit prince répondit : « C’est tout à fait comme ça que je le voulais. »

                                                               

                                                               

                                                              Bon week-end

                                                               

                                                               

                                                               

                                                               

                                                               

                                                               

                                                               

                                                               

                                                               

                                                               

                                                               

                                                               

                                                               

                                                               

                                                               

                                                               

                                                               


                                                              • Cofféry 25 octobre 2008 23:22

                                                                Bonsoir et bien évidemment merci pour votre commentaire qui me fait chaud au coeur.

                                                                J’avoue mettre demandé à un moment, si j’avais eu raison de proposer cet article sur Agora Vox. Je sais maintenant que OUI. J’aurais tendence à dire que vous avez tout compris et que vous m’avez éclairé du même coup sur quelques aspects qui m’avaient échappé.

                                                                Je reconnais que j’ai mal positionné cet article en voulant traiter deux sujets à la fois : la roue et l’aventure humaine d’Aldo Costa, tout en essayant de pimenter un peu la chose en abordant le "mouvement perpétuel". Ceux qui manquent singulièrement de sensibilité et de poésie n’y ont vu qu’une tentative d’escroquerie scientifique et intellectuelle, alors ils ont réagi pour dénoncer cette attaque et défendre les principes scientiques qu’ils croyaient mis en péril. Ce n’est pas choquant en soit, en revanche ce qui l’est plus, c’est la violence de certaines réactions et l’intolérance de leurs auteurs qui ne doutent pas un instant de leurs certitudes.
                                                                C’est à mon avis le début d’un nouveau sujet citoyen ! Le web par sa capacité à élargir l’audience tout en favorisant l’anonymat, ne permet-il pas de reproduire l’effet de foule, de masse qui conduit de temps en temps à des débordements, des formes de "lynchages". N’est-ce pas une limite au débat citoyen sur le web ? Ceux qui souhaiteraient pratiquer la critique, le débat, l’échange d’idées sont dépassés par la meute et n’ont plus qu’attendre que la curée soit terminée.

                                                                Enfin, je suis content que vous ayez exprimé avec autant de justesse des sentiments que je partage mais que je n’ai pas bien réussi à faire passer. 

                                                                Puisque vous vous définissez comme un militant citoyen, je vous invite (et tous ceux qui liront ce commentaire) à rendre une petite visite à www.brionautes.com , notre site favori qui se veut aussi être site citoyen à ses heures. Je pense que l’ambiance qui y règne pourrait vous plaire. Nous avons atteint à deux reprises la phase finale du concours du "Festival de Romans" dans la catégorie blogs citoyens ...

                                                                Qui sait, à bientôt peut-être, vous serez le bienvenu !


                                                              • yvesduc 25 octobre 2008 16:53

                                                                Un simple moulin sur un cours d’eau produit plus d’énergie mécanique que cette roue (et perpétuellement, lui aussi) mais enfin, c’est un plaisir tout de même de découvrir cette roue insolite et ingénieuse. Un peu de rêve et d’émerveillement...


                                                                • Papy Joker 9 février 2009 17:43

                                                                  Bonjour,
                                                                  Moi aussi, quand j’étais petit, mettons préado, j’essayais d’inventer le mouvement perpétuel. J’en dessinais souvent, j’essayais parfois d’en fabriquer. Bien sûr, je ne m’y consacrais pas à plein temps, j’allais aussi pêcher des écrevisses dans les ruisseaux, je faisais des cabanes dans les arbres.
                                                                  Puis un jour, mon taux de testostérone à augmenté et j’ai commencé à m’interesser aux filles.
                                                                  Et ça fait quarante ans que ça dure.
                                                                  Elle est belle la machine de monsieur Costa.
                                                                  C’est vrai, c’est son "palais idéal".
                                                                  Dites vous bien qu’il n’y a pas de plus grand malheur
                                                                  Que de laisser
                                                                  Mourir
                                                                  Le rêve dans vos coeurs


                                                                  • Senatus populusque (Courouve) Senatus populusque 29 octobre 2009 01:22

                                                                    Si cette roue tourne sur son axe, il y a contact de parties mécaniques, donc frottements, donc perte d’énergie.

                                                                    Que des scientifiques se soient trompés n’implique pas qu’ils se soient tous toujours trompés !


                                                                    • Julien.C 17 février 2010 18:36

                                                                      J’ai découvert aujourd’hui que quelqu’un avais posté une explication simpliste mais très intelligente, compréhensible par tous. Ici, sur un site ou les personnes peuvent laisser des commentaires et réagir.

                                                                      Et je doit avouer que je comprend désormais beaucoup mieux Mr. Costa. Face a des soit disant physiciens, visiblement borné dus a ce qu’on leur fait entrer dans le crane depuis leur premier cours de physique au collège.

                                                                      Pour ne reprendre que ça sous peine d’y passer la journée. Le mot qui me choque le plus, c’est « frottement » vous n’avez tous que ce mot la a la bouche. A croire que vous n’avez même pas pris la peine d’essayer de comprendre ou même de lire les explications lié a cette découverte. Cette explication, une fois étudié et comprise et non pas survolé, vous comprendrez que le problème lié au frottement est dépassé ! (pour certain vous en rigolerez, du fait de la simplicité. Si, si vous verrez)

                                                                      Pour ceux qui ne sont pas borné et qui on le sentiment de passer a coté de quelque chose, prenez la peine d’essayer sans apriori de comprendre ceci :

                                                                      http://cherrytree.free.fr/pages/aldo/16/index2.html

                                                                      Et principalement la clé du « problème »

                                                                      http://cherrytree.free.fr/pages/aldo/0-16/inv-car1.html

                                                                      Merci a ceux qui feront un effort, sa en vaut vraiment la peine !

                                                                      En tout cas moi je vois et j’ai vus de mes propres yeux a coté de quoi passe l’humanité. Sous prétexte qu’a ce jour nous avons tout démontré et que tout est fondé sur des « certitudes ». Alors que tout les jours, dans notre vie, des certitudes nous conduisent a l’erreur.

                                                                      Je ne raterais pour rien au monde, le jour ou une roue suffisamment grande sera construite, et que tout les physiciens bornés passerons pour des cons...


                                                                      ps : non pas que je ne soit pas sérieux, je m’excuse pour mon orthographe assez calamiteux. J’ai un léger contentieux avec celui-ci


                                                                      • Cofféry 14 mars 2010 16:59

                                                                        Bonjour Julien.C,
                                                                        Je découvre votre commentaire récent, ça me fait plaisir de voir que de temps en temps des gens s’intéressent au sujet (il un an et demi que j’ai posté l’article)
                                                                        Mais bon ... le temps passe vite et M. Costa n’est plus tout jeune. Il y a peu je l’ai doublé tot un matin sur la route qui sépare son domicile du site surlequel est installé sa roue ... j’étais en voiture, lui sur son vélo mal éclairé. Il doit dien avoir dans les 83 ou 84 ans aujourd’hui.
                                                                        Ce qui m’étonne le plus dans cette affaire c’est que au-delà de la dite violation de certains principes personne n’ait démontré par le calcul que la roue devait obigatoirement s’arrêter au bout de ... n tours. Ce doit êtrte assez simple quand est érudit comme de nombreux commentateurs.
                                                                        La roue est un système fermé, soit, mais la gravité ne peut-elle agir comme un élément externe apporteur d’énergie, alimentant directement ce système fermé. Exactement comme l’eau d’une rivière fait tourner une roue à aubes, la différence, essentielle résidant dans le fait que l’énergie n’est pas tranférée par « contact » (comme le fait l’eau sur les aubes) mais d’une façon plus intelligente, en faisant « mécaniquement » basculer le balancier qui permet de re-comprimer (sans autre intervention) le ressort et de déporter de deux cm la masselotte (« le fameux »gaviton" sujet de rigolades) quand le rayon qui la supporte arrive en position basse, recreant du même coup les conditions du déséquilibre de la roue.

                                                                        Enfin, je ne peux plus faire grand chose de plus pour Aldo ... mais si quelqu’un se sent de taille ... je l’aiderai bien volontiers.

                                                                        Comme disait le chanteur : le poète a toujours raion !




                                                                      • stephanie stephanie 2 janvier 2011 21:26

                                                                        Merci pour votre article !
                                                                        Je pense que si quelques chercheurs se penchaient un peu sur la question, ils trouveraient une solution !
                                                                        Mais hélas, ce ne serait pas « rentable », donc cette invention comme beaucoup d’autres, il vaut mieux les laisser ( je rajoute pour le moment, car on y reviendra dans le futur, j’en suis certaine :). )


                                                                        • febusse 10 juillet 2011 13:03

                                                                          Le mouvement perpétuel est la transformation physique d’un système Réversible pour faire du travail sans consommation d’énergie, fonctionnant en circuit fermé sur la base de l’Inverse Carré. L’interaction des gravitons permet aux masses positivement mais Inversement chargées, de se trouver au bon endroit au bon moment, relativisant de ce fait le centre de gravité du système.

                                                                          NDLR : le site présentant un texte trop bref, nous remercions un de nos lecteurs

                                                                          Rudolf Wehrung - cherrytree@free.fr - http://cherrytree.free.fr

                                                                          qui nous apporte les précisions suivantes transcrites ci-dessous

                                                                          "Je suis allé voir cette machine et son inventeur : Aldo Costa. Il a l’amabilité de m’apprendre sa machine depuis quelques mois.
                                                                          Son site est très résumé. Je peux vous dire qu’Aldo Costa à non seulement mis au point, au bout de 50 ans de recherches, LE mouvement perpétuel totalement mécanique - avec une utilisation géniale des lois de Newton - en trouvant en plus une nouvelle constante mathématique qui s’applique non seulement à sa machine, mais aussi à la biologie, à l’électricité, à la gravitation, à l’énergie !

                                                                          A noter qu’un physicien italien et un ingénieur français valident le principe de sa roue, en qualifiant Aldo Costa comme il se doit : un génie pur !
                                                                          Pour plus d’informations : Il n’a pas eu l’autorisation de construire une roue plus grande.
                                                                          Celle qui est construite permet au système de démarrer. Radicale preuve d’une rupture du principe d’équivalence, car les autres systèmes mécaniques de mouvements perpétuels s’équilibrent dès le départ et ne bougent pas du tout.

                                                                          La roue doit nécessairement être grande. Il faut voir le principe pour le comprendre.
                                                                          L’inertie est provoquée par un nombre minimum de mécanismes. Or ces mécanismes prennent de la place. Donc pour pouvoir caser le nombre suffisant de mécanismes pour vaincre le principe d’équivalence, il faut augmenter le diamètre de la roue, tout simplement.

                                                                          Aldo Costa possède, grâce à la découverte de sa constante (rapport en énergie et gravitation), le moyen de calculer immédiatement la taille de la roue nécessaire en fonction de la puissance que l’on souhaite obtenir.« 

                                                                          Juste bravo à A.Costa !! pour cette reconnaissance par des sommités. Tous les pseudo scientifiques, physiciens, mathématiciens et autre donneur de leçons doivent ce trouvés bien »con " à cette instant.....


                                                                          • el maestro 30 mars 2014 19:33

                                                                            Les détracteurs sont convaincus...
                                                                            Il existe, par exemple des moteurs à axe magnétique qui font l’admiration des techniciens et ingénieurs ; il n’y a aucun frottement sur l’axe. C’est tout bénef pour les performances.
                                                                            Ces machines à mouvement perpétuel existent depuis fort longtemps, et sans qu’il soit possible à l’époque de leur mise en œuvre de disposer d’un axe magnétique. Elles seraient donc de meilleure efficacité aujourd’hui.

                                                                            Petit rappel de physique pratique :
                                                                            Dès lors qu’une force permanente est supérieure à une autre à laquelle elle s’oppose, leurs différences de potentiel peut être exploitée. Personne ne peut rien contre çà, pas même des « scientifiques ».
                                                                            Mettre en œuvre et mettre au point un système capable d’utiliser la gravité, de la convertir en deux quantités de mouvement opposées et inégales est une question de maîtrise technique, pas de dogme.

                                                                            Cette solution est tellement évidente, qu’elle en est hilarante.

                                                                            Pour rappel, la science actuelle n’est même pas en mesure de dire ce que sont en réalité l’électricité, la gravité, la radioactivité et le magnétisme. Les décrire, oui, la science y parvient, mais quelle est la cause première ???? La, ou les sources réelles de ces énergies, qui se convertissent invariablement en calories (champs électromagnétique, dans l’infra rouge), par exemple mais pas seulement reste inconnue.

                                                                            Pour mémoire, Denis Papin a d’abord travaillé sur ce principe pour ensuite mettre au point après plusieur décennies une certaine machine à vapeur, c’est à dire en fait un moteur à bouilloire, dont la mise au point fut financée par le roi de France, en vue de remplacer les éoliennes de l’époque, assez peu performantes et pratiques...

                                                                            Alors les vérités absolues, les certitudes de comptoir, on s’en passera.


                                                                            • Flacoste 22 juin 2014 08:49

                                                                              Beaucoup de confusion ici .

                                                                              Une roue qui tournerait « presque sans fin » : ça ne viole pas du tout la physique. On n’a qu’à penser par exemple à la terre qui tourne autour du soleil ou d’autres mouvements. C’est la conservation de l’energie et du moment angulaire. 

                                                                              La physique en est bien connue, et ce n’est pas trop difficile à calculer. Je n’ai pas fait le calcul, mais ça mériterait un article à M Costa s’il le faisait parce que ça machine est quand même très interessante pour stocker de l’energie mécanique.
                                                                              Bref c’est UN RÉSERVOIR d’energie cinétique, pas un mécanisme pour extraire de l’energie. On ne peut pas faire un moteur avec ce dispositif. cela est impossible et ce n’est pas obtus que de le dire. 

                                                                              La possibilité de fabriquer un jour un moteur avec de l’antigravité ou des propriété quantique insoupsonné RESTENT OUVERTES bien sûr, mais ce sera avec ce qui est à la frontière de la physique, pas ce qui a fait ses preuves suffisamment.
                                                                              Donc les exemples de Papin avec la machine à vapeur, du téléphone en 1875, de Tesla qui refusait la mécanique quantique NE SONT TOUT SIMPLEMENT PAS PERTINENTs car c’était des gens qui ont une des opinions tranchés sur des hypothèses qui auraient dues rester ouvertes à l’époque, ce serait aujourd’hui comparable à prétendre « Les trous de vers sont impossibles, ou les »voyages supraluminiques« sont complètement impossibles dans toutes circonstances », ce sont des hypothèses possibles mais qui sont appelées à évoluer car elles concernent des aspects de la science en CRISE, à la limite de l’exploration et pas de la science établie. 

                                                                              La mécanique classique au contraire est très bien connue dans ces limites de validité. Ce qui encore étudié qui la concerne est en rapport avec la physique mathématique

                                                                               

                                                                               

                                                                               

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès