• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Nuit debout pour enterrer le grand soir

Nuit debout pour enterrer le grand soir

Il n’y a plus de grands récits depuis les années 1970. C’est la thèse suggérée par Lyotard dans une fameuse étude sur la post-modernité qui en vérité, est plutôt une hyper-modernité. Le grand soir n’est plus à l’ordre du jour mais chaque fois qu’une contestation dans la rue prend une ampleur suffisante, les médias font semblant de croire à une lame de fond qui pourrait changer la donne politique et transformer la société. Il y eut les grèves de décembre 1995, les manifs contre le CPE et puis le désenchantement et cette fois, c’est reparti avec un mouvement contre une loi sur le travail assortie d’une pétition à succès et de manifestation sans grande ampleur et même un essoufflement. Il n’y a pas vraiment de cohérence. Des jeunes peinant à trouver du travail et des syndicats qui ont trahi les travailleurs. On ne fera pas une révolution avec de si petites ambitions.

La nuit debout. Le mouvement est sympathique mais rien de commun avec la lame de fond et la taupe gauchisante ayant précédé mai 68. C’est plutôt une expression de la banque de la colère. Il manque cruellement une vision d’avenir. Ce n’est pas avec des émotions et des ressentiments qu’on change une société. Ce n’est pas en jouant à la récréation que l’on donne un contenu à un pays. Même si quelques réflexions peuvent se dessiner. Les intellos préférés des bobos ont sauté sur l’occasion pour soigner leur image en jouant la posture du penseur engagé. Mais l’époque de Sartre est révolue avec ses espérances du grand soir assortie d’une adhésion aux idées collectives pour ne pas dire collectivistes. La société est pour l’instant dans une impasse. Le problème de ces mouvements sociaux, c’est de bâtir une société alors que l’individualisme est majoritaire. Et que les pensées se déstructurent à la vitesse de production des réseaux sociaux, tweets et autres applications.

Les années 1960 avaient en quelque sorte une substance idéologique et un ressort collectif puissant avec les idées attenantes à un gauchisme pluriel, souvent autoritaires avec le parti communiste et plutôt libertaire avec les mouvances diverses, certaines émanant des lieux universitaires, d’autres en marge comme les situationniste et puis la figure tutélaire de Sartre et enfin un monde en transformation, à construire, avec une élévation du niveau de vie et une pop culture oscillant entre la soupe et le grand art. Et chaque année avec son lot de découvertes. Et le mouvement ascendant des classes.

Ce processus est achevé. Il n’y a plus rien de cette époque qui pouvait nourrir légitimement l’espoir d’un grand soir ou d’un avenir radieux. En 2016, les gens sont désillusionnés, en désarroi, sans espérance, la plupart blasés, avec des ressentiments, des envies, des frustrations. Chacun tente de s’en sortir et nombreux sont ceux qui disposent d’une situation protégée. Les nouvelles économies ne sont qu’illusion. Ubérisation, développement durable, économie collaborative, rien que du vent productif signant l’ultime stade de l’aliénation moderniste de l’homme encarné dans les machines et les systèmes numérique. Un homme devenu addict aux écrans plats et quelque peu narcissique. Envoûté et fasciné par les images.

Il manque quelques grands penseurs pour éclairer notre époque. La nuit peut bien se dérouler debout, il n’en ressortira rien si au petit matin, les gens sont à nouveau dans le brouillard diffus du chaos informationnel et des médias de masse diffusant les gesticulations narcissiques d’élites en pleine décomposition morale et intellectuelle.

Le travail pour tous n’est qu’un moyen. L’essentiel est de créer les conditions pour que la jeunesse revienne dans la civilisation et les seniors avec. Remettre les gens sur le chemin de la civilisation, apprendre aux citoyens à se parler, à s’écouter et à s’intéresser aux choses difficiles. A entendre les paroles profondes et non pas les bavardages superficiels qui alimentent les désirs et frustrations narcissiques. Cesser de se focaliser sur la forme. Vous croyez avoir de l’importance en cliquant sur la primaire des citoyens, mais vous risquez de n’être que les marionnettes d’un théâtre de substitution. Il faut aussi cesser de croire aux formules magiques et que le fait de prononcer « constituante » conduit vers la passion de Marat ou de Danton. Le mot « unitaire » laisse accroire à une force de transformation mais le troupeau de moutons n’est-il pas à sa manière unitaire ? Le monde ne fonctionne pas comme l’univers fantasmé de Harry Potter.

Un bon conseil. Faites une retraite et lisez les Evangiles, prenez congé du monde pour revenir ressourcé. Le sens de l’existence s’acquiert avec une attitude de religiosité et une contemplation accompagnée de quelques textes. Le sens de la vie ne se dévoile pas dans les bavardages d’intellectuels frisant la critique gastronomique ou le commentaire sportif. La nuit debout enterre le grand soir mais le mouvement reste dans l’ensemble sympathique, bon enfant comme le dit la formule. D’ailleurs, la politique s’adresse bien souvent à des enfants. Des promesses et quand elles ne sont pas tenues, les enfants pleurnichent ou se mettent en colère. La politique comme grand art repose sur une vision et non pas sur des promesses. On n’achète pas la jeunesse avec de l’argent de poche. On respecte la jeunesse quand on lui permet de voir les chaînes qu’il faut briser. Pour contempler une nuit transfigurée et partir à la recherche du mystère et se soucier du contenu des choses, de leurs valeurs qui les différencient. Tout n’est pas égale. La jeunesse doit s’élever. L’ascenseur social est devenu un fantasme. L’ascenseur spirituel conduit vers une sorte de bonheur qu’il faut savoir désirer et conquérir quand l’occasion se présente. Et puis le bonheur est contagieux. Mieux vaut propager la passion du beau et la folie artistique que le virus des ressentiments et de la haine.

La nuit précède l’aurore. Le 21ème sera une nouvelle aube ou ne sera qu’un crépuscule sans grand soir. Les matins délicieux s’offrent aux mutins facétieux. Que la fête commence !


Moyenne des avis sur cet article :  2.67/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

117 réactions à cet article    


  • Jo.Di Jo.Di 13 avril 2016 12:07

    L’absence de « grand récit politique » tient à l’ingénierie du Capital, Clouscard et Lordon en parle par ex ...
     
     
     « S’il y a une spécificité du néolibéralisme c’est bien qu’il se donne pour vocation de coloniser intégralement l’intériorité des individus, des travailleurs, c’est-à-dire de refaçonner intégralement leurs désirs et leurs affects. Le régime de mobilisation néolibéral ne se contente pas de ce que des salariés viennent et accomplissent les actions qu’on leur a dictées d’accomplir, comme c’était le cas dans le fordisme. Le néolibéralisme exige que le salarié refaçonne entièrement ses dispositions pour être dans un état de mobilisation générique et permanente. C’est-à-dire, non pas d’être simplement en état de faire précisément ce qu’on lui dit, selon une check-list analytique, mais d’avoir incorporé en soi, d’avoir fait sien, le désir-maître de l’entreprise de telle sorte que la coïncidence soit telle que la mobilisation soit quasi-parfaite. Puisqu’en s’activant au service du désir-maître, le salarié a en fait le sentiment de s’activer au service de son propre désir. C’est çà, la suprême habileté de la manœuvre mobilisatrice du néolibéralisme (…) » Lordon
     
    « La mondialisation peut faire « l’économie » du fascisme, car l’impérialisme est déjà achevé. Au contraire l’anti-racisme, l’anti-fascisme peuvent être invoqués par le néo-fascisme, et asseoir le mondialisme. »
    Clouscard
     


    • Bernard Dugué Bernard Dugué 13 avril 2016 12:19

      @Jo.Di

      Lordon passe à peu près à côté du ressort de ces phénomènes de société. Il en est resté au stade du dualisme sociétal hérité de Marx en pointant les méchants du néolibéralisme et les pauvres petites victimes manipulées. Je ne crois pas à cette thèse. Les gens sont complices. On leur met leur propre vérité en face et ils se mettent à aboyer contre les éveilleurs d’esprit leur occasionnant les blessures narcissiques. Les gens lisent et écoutent de la merde, ce n’est pas la faute du capital. C’est que l’homme possède en germe l’intelligence et la connerie. Tout dépend le chemin qu’il choisit


    • Jo.Di Jo.Di 13 avril 2016 13:13

      @Bernard Dugué
      C’est que l’homme possède en germe l’intelligence et la connerie.
      Oui et le Capital hypostasie la connerie consumériste et le loisir ... + le mutiethniquage comme destructeur de tt holisme naturel
      Je n’ai pas lu Lordon, juste qq trucs sur InterBEnet, et des vidéo, oui il me semble pontifier des évidences.
      Lisez Clouscard (l’Etre et le Code L’Amour fou supers, le capitalisme de la séduction facile et rigolo, fascisme et idéologie du désir résume sa thèse) et Owen pour la « technique d’ingénierie sociale » (la société de l’indécence, le marketing du début du XXe) que j’ai lus, suffisent à voir l’aspect ingénierie « sociale » du Capital. Les gens sont complices car on flatte VOLONTAIREMENT l’homme naturel. De Gaulle a arrêté le process pendant 20 ans (ce que dit aussi Giscard), il le voyait, j’imagine que Poutine fait la même chose.
      Puis la décadence dans le multi-accuturel libidineux.
       
      Sans vision politique des élites, formées à la bureaucratie, purinement par le bas et le haut.
       
      « La bureaucratie est la république prêtre [...] L’Esprit de la bureaucratie est l’esprit « d’État formel ». Elle fait par suite de l’absence d’esprit réel, l’état politique un impératif catégorique. La bureaucratie passe pour ses propres yeux pour la fin dernière de l’État [...] Elle est contrainte par suite de faire du formel le contenu, et du contenu, le formel. Sa hiérarchie est une hiérarchie du savoir. La tête confie aux cercles inférieurs la vue dans le singulier, et les cercles inférieurs en retour font confiance à la tête pour ce qui est de la vue générale, et c’est ainsi qu’ils se donnent réciproquement le change.
      La bureaucratie est l’ÉTAT IMAGINAIRE [...] la bureaucratie a en sa possession l’essence de l’État ; l’essence spirituelle de la société ; cette essence est SA PROPRIÉTÉ PRIVÉE. L’esprit universel de la bureaucratie est le SECRET, le mystère, gardé par la hiérarchie [...]
      Tandis que d’un coté la bureaucratie est ce matérialisme crasse, son spiritualisme crasse se montre en ceci, qu’elle VEUT TOUT FAIRE, c’est à dire quelle fait de la volonté la causa prima [...] par conséquent elle veut faire la preuve de son existence qu’en formant, bornant ce contenu [les normes de la diarrhée réglementaire] »

       
      Critique du droit politique hégelien Marx
       


    • Jo.Di Jo.Di 13 avril 2016 13:17

      Et élites sorties de la bureaucratie, pas de la vie réelle, de la guerre, de l’expérience tragique, de la galère, des chiures mentales donc, parfaites pour le Capital.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 13 avril 2016 20:54

      @Jo.Di
      Vous avez compris qui organise « la convergences des luttes - nuit debout » ?
      Des gens qui font référence aux Printemps arabes organisés par les Frères Musulmans.


      "Ce mouvement n’est pas né et ne mourra pas à Paris. Du printemps arabe au mouvement du 15M, de la place Tahrir au parc de Gezi, la place de la République et les nombreux autres lieux occupés ce soir en France sont l’illustration des mêmes colères, des mêmes espoirs et de la même conviction : la nécessité d’une société nouvelle, où démocratie dignité et liberté ne sont pas des déclarations vides."

      Sortez donc votre nez des manuels du 19e siècle.

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 14 avril 2016 07:14

      @Bernard Dugué
      Les Français ne sont pas complices, ils sont manipulés.
      Depuis 30 ans les Partis politiques leur promettent « de changer l’ Europe », alors que c’est de pire en pire. Et les médias ne nous présentent que 3 Partis Politiques dont les Français ne veulent plus.


      Et la Loi Urvoas va encore augmenter les temps de parole du PS, du FN et des Républicains !
      Ils en ont tellement ras le bol de ces trois là, que 78% des Français sont prêts à voter pour un candidat lambda.

    • legrind legrind 14 avril 2016 10:34

      Ils en ont tellement ras le bol de ces trois là, que 78% des Français sont prêts à voter pour un candidat lambda.

      ___
      Jacques Cheminade a toutes ses chances alors.

    • LE MORPION (---.---.0.25) 22 mai 2016 14:20

      @Bernard Dugué
      monsieur dugue aucune hesitation dans votre cas        c’est bien ( comme vous le dite vous meme) la connerie que vous avez choisie Pour l intelligence vous reviendrez dans une autre vie ....ciao viva comme on dit a nissa


    • Blé 13 avril 2016 13:40

      Durant pas mal de siècles, la plus grande majorité des noirs esclaves avaient intériorisé le fait qu’étant noir, ils étaient des sous hommes. Il a fallu des humanistes pour que la simple idée que la couleur de la peau n’avait rien à voir avec le sort réservé aux noirs (et les indiens) indiens du « nouveau monde », et tout à voir avec l’exploitation de l’ homme par l’homme.
      Difficile de comprendre le Capitalisme sans son besoin impérieux d’exploitation de l’homme par l’homme. Marx n’a rien inventé, la Commune le disait déjà bien avant lui. (en fait dès 1848)

      Les gens sont complices. En quoi sont-ils complices ? La classe dominante tient les cordons de la bourse, paye des lobbyes pour défendre ses intérêts aux assemblées (France et Europe) , les élus trahissent systématiquement leurs électeurs et cerise sur le gâteau, ils possèdent les moyens de communications et de répression. Toutes ces élites ne font plus de politiques, (les banquiers étant les maîtres du jeu) ils font de la communication, de la propagande pendant que 10 à 12 millions de français « complices » sont en situation de survive. Pour comprendre, réfléchir sur ce qui se passe dans la société , c’est mieux d’avoir le ventre plein et un toit sur la tête ce qui n’est pas donné à tout le monde aujourd’hui en France en 2016.


      • Taverne Taverne 13 avril 2016 13:48

        « Mais l’époque de Sartre est révolue ». Oui, ouf ! Sartre qui ne voulait pas « désespérer Billancourt » et refusait de dire la vérité aux ouvriers à propos du stalinisme. Sans doute que pour lui, quelques centaines de millions de morts dans les camps de Sibérie, ce n’est qu’un « détail ». Sartre infantilisant ainsi la classe ouvrière « pour son bien », comme disent les parents bien pensants.

        Non, heureusement, nous ne sommes plus à cette époque qui aussi faisait l’apologie de l’amour libre avec les petits enfants (on publiait des livres là-dessus) et où des jeunes brûlait des voitures comme çà pour rien. Acte gratuit.

        Nous avons des jeunes qui veulent se tenir debout, rappeler ce qu’est la démocratie rue de la République, qui échangent des idées, qui pensent. Non, mais ça va les gars, non ? Brûlez-moi des voitures pour de meilleurs lendemains ! smiley


        • julius 1ER 13 avril 2016 17:23
          Sans doute que pour lui, quelques centaines de millions de morts dans les camps de Sibérie, ce n’est qu’un « détail ».

          @Taverne
          là tu fais du Spartacus !!!! lui s’est arrêté à 100 millions de morts qui dit mieux ?????

          on vous laisse entre-vous dans la surenchère imbécile !!!!!!!!!!!!!
          à faire dans l’excès on perd toute crédibilité !!!!!!!!!!!!!!!!!

        • escoe 13 avril 2016 18:16

          @Taverne quelques centaines de millions de morts dans les camps de Sibérie

          Et pourquoi pas quelques centaines de milliards tant que vous y êtes ? Vous faites un concours avec Courtois et Spartacus ?


        • Taverne Taverne 13 avril 2016 18:22

          @escoe

          Faute de frappe. J’ai d’abord tapé « millions » puis j’ai voulu remplacer par « centaines de milliers » mais les millions sont restés. Désolé. Bien vu de votre part, je viens seulement de constater la coquille.


        • Spartacus Spartacus 13 avril 2016 13:58

          Je vient de lire que de nouveaux mouvements se manifestent actuellement :

           smiley smiley smiley

          —Un nouveau mouvement vient de naître les « allongés la nuit »....Parait il qu’ils sont des millions à se coucher tous les soirs pour manifester silencieusement.

          —Un autre les « Debout dans le RER tôt le matin »....Parait ils qu’ils occupent les trains de banlieue par milliers tous les jours.
          —Un autre, les « Accroupi dans les WC », ont décidé de faire chier cette vil société capitaliste.

          • rocla+ rocla+ 13 avril 2016 14:03

            @Spartacus


            Exact les allongés  la Nuit  forment une grande majorité dans ce 
            pays . Ça  doivent être  les parents des Debout la Nuit  qui par la 
            suit vont devenir les couchés  du jour en attendant  une retraite bien 
            méritée pour lire le journal  du soir avant de se recoucher .

            La France avance .


            C ’est Dédé , disent-ils .... smiley

          • Taverne Taverne 13 avril 2016 14:16

            @rocla+

            Le sarcasme est l’attitude intellectuelle la plus basique : elle mobilise peu de neurones et sert d’alibi à l’immobilisme.

            Ces jeunes ont du bons sens et de la sagesse, d’abord par leur non violence. Leur lucidité (ils savent qu’un Grenelle, possible pendant les Trente Glorieuses, n’est pas tenable aujourd’hui).

            Et, après tout, ils appliquent le proverbe « la nuit porte conseil ». Faut-il leur en vouloir de se tenir debout ? De se parler ? D’être raisonnables ? De tenter de faire bouger les choses dans un autre sens que le sens que leur impose ces politicards qui se disent tous « en marche » ? Mais en marche vers quoi ? Vers le précipice dans lequel ils veulent les jeter ?


          • tf1Groupie 13 avril 2016 14:24

            @Taverne

            « Ces jeunes ont du bons sens et de la sagesse »


            Ce genre d’affirmation totalement gratuite n’a pas du mobiliser beaucoup de vos neurones !

          • rocla+ rocla+ 13 avril 2016 14:28

            @Taverne


            Le sarcasme est l’attitude intellectuelle la plus basique : elle mobilise peu de neurones et sert d’alibi à l’immobilisme 


            En effet  .

            En marche vers quoi ? 

            Ben des nouvelles taxes  , là ça parle de surtaxer le CDD .

            Une véritable nouveauté neuve dans le paysage urbain .

            Non pas inventer un monde nouveau , inventer de nouvelles 
            taxes  c ’est pas original . 

            Que les jeunes veuillent rêver ? Normal 

            Une des têtes de cette manif  est toujours étudiant à presque 92 ans . 

            Un cauchemar le mec .


          • rocla+ rocla+ 13 avril 2016 14:32

            @tf1Groupie


            Une des têtes de noeud de cette manif  est toujours à la charge 
            de la société à 28 ans .

            À cet âge j’ avais déjà quatorze ans de travail de fait .

            Un boulet le gus .

          • tf1Groupie 13 avril 2016 15:16

            @rocla+

            C’est pas très sympa.
            L’inspecteur Harry vous dira que la société est divisée en 2 groupes :
            - ceux qui agissent
            - ceux qui commentent.

            Ce n’est pas parce que vous faites partie du 1er groupe qu’il faut mépriser ceux comme Taverne qui passent du temps à nous expliquer ce qu’il faudrait faire ou qu’il aurait fallu faire, ou peut-être faire autrement.

            Un « jeune » étudiant ne connait rien au travail mais il a le droit de de nous dire ce qu’il en pense.


          • Jo.Di Jo.Di 13 avril 2016 14:20

            avoir de l’importance en cliquant sur la primaire des citoyens,
            => caractéristique de la société politique « virtualisée » car secondarisée, pas dans le rapport réel mais « accessoire » de l’homme naturel free-branleur, et la convivialité informatisée ersatz du socius.
             
            free-riding, free-flying, free-touring, bientôt free-running, la sémiologie de la branchitude bobo : le loisir rend libre.
             
            « Le génie politique d’une foule n’est que la confiance dans le commandement. »
             

            Oswald Spengler théoricien des « jours debout » 


            • tf1Groupie 13 avril 2016 14:22

              Je veux bien que l’auteur m’explique quelle était la vision d’avenir qui a été l’origine du mouvement de Mai 68 ?


              J’étais jeune à l’époque mais néanmoins je n’ai pas bien vu toute la construction politique et philosophique sophistiquée qui, semble-t-il, a structuré le mouvement 68-tard et entrainé la « transformation de notre société ».

              Pour l’instant cela ressemble à de la bonne grosse vieille nostalgie qui souligne une fois de plus l’âge avancé du lectorat Agoravoxien.



              • Jo.Di Jo.Di 13 avril 2016 14:50

                @tf1Groupie
                Kohn, le tripoté par les petites filles .... a fini à l’UE

                • a institué le mariage pédéraste
                • l’achat de bébé gpa pour les riches bobo
                • la tte puissance de la finance
                • le grand remplacement
                • la société du « loisir » et ses multiple snobismes
                • le prolétariat divisé (Marchais)
                 
                C’est ça la réussite idéologique de 68

              • tf1Groupie 13 avril 2016 15:09

                @Jo.Di

                ça c’est un autre sujet : vous nous faites le bilan de 68.

                Mais ce n’est pas ma question qui était : quel est le projet de société, si clair selon l’auteur, qui a fait les prémisses de Mai 68 ?

              • Javascript Javascript 13 avril 2016 15:25

                @tf1Groupie

                Avec un pseudo pareil ça a fait Mai 68 ? 

                Dès lors vous voulez que je vous explique pourquoi vous avez pas « vu » la construction politique et philosophique ? 

              • tf1Groupie 13 avril 2016 15:31

                @Javascript

                Bravo vous avez superbement évité de répondre à la question en vous bornant à l’attaque personnelle.

                Et vous, vous avez fait Mai 68 pour en rester à ce genre de commentaire vide ?

                Et d’ailleurs avez-vous vraiment compris la question ?

              • Jo.Di Jo.Di 13 avril 2016 16:59

                @tf1Groupie
                Baiser sans contrainte
                Se droguer sans contrainte (le 0 sur compte en banque de dealer)
                Se branler sans contrainte
                Glander sans contrainte (le hippie à papa maman)
                Dépenser le pognon à des conneries (symbolisé par le totem Jukebox)
                Devenir un colonisé de la société américaine (symbolisé par le V disque)
                Tomber en adoration devant la vedette (de rock)
                Tomber en adoration devant le pognon (de la vedette de rock et du dealer)
                Ne pas avoir de peuple, d’Histoire, d’Etat, de tradition, de moeurs
                etc ... etc ....
                =>
                Ce qui peut se résumer par : être la parfaite putasse du Capital
                =>
                Lire Marx il parle déjà du bobo gôôôchiste :
                 
                « Dans le progrès de la production capitaliste, il se forme une classe de plus en plus nombreuse de travailleurs, qui, grâce à l’éducation, la tradition, l’habitude, subissent les exigences du régime aussi spontanément que le changement des saisons. Dès que ce mode de production a acquis un certain développement, son mécanisme brise toute résistance ; la présence constante d’une surpopulation relative maintient la loi de l’offre et la demande du travail et, partant, le salaire dans des limites conformes aux besoins du capital, et la sourde pression des rapports économiques achève le despotisme du capitaliste sur le travailleur. Parfois on a bien encore recours à la contrainte, à l’emploi de la force brutale, mais ce n’est que par exception. » 
                 
                Le Capital



              • Julien30 Julien30 14 avril 2016 10:06

                @tf1Groupie
                Vous voulez trouver la source de mai 68, cherchez par là : https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89cole_de_Francfort


              • Albert123 14 avril 2016 12:03

                « qui a fait les prémisses de Mai 68 »


                comme toutes les révolutions de couleur elle n’aurait jamais eu lieux sans l’intervention de la CIA qui voulait chasser de GAULLE devenu peu coopératif depuis 1958. 

                après les idiots utiles ou vendus qui ont bien joués leurs cartes de fouteur de merde ont été grassement récompensés (oui Daniel le bandit et le con je penses entre autre à toi)

              • Taverne Taverne 13 avril 2016 15:44

                Je témoigne en direct : mon fils cadet est un des jeunes qui filment sans interruption les nuits debout. Il s’est pris un coup de matraque cette nuit sur la main et son portable a été cassé. Le CRS pensant que le portable ne filmait plus s’est mis à plaisanter. Pas de chance pour lui, ça filmait toujours. D’autres portables autour filmaient aussi. Du coup mon fiston va témoigner devant des caméras de télé ce soir : LCP entre autre. Les vidéos ont fait des centaines de milliers de vue sur periscope (nom : benito)

                Je précise que je ne savais pas du tout qu’il était engagé dans le mouvement. Il vient de me l’apprendre.

                Je me demande si je ne vais pas moi-même bientôt agir avec la verve que j’ai gardée en réserve pour les cas où...

                Cela commence à m’échauffer.


                • Taverne Taverne 13 avril 2016 15:52

                  On dirait que la police a déjà fait retirer la vidéo.

                  Mon fils a aussi filmé la scène où l’on voit les CRS jeter la soupe, destinée aux sans abris, pour les affamer et les humilier.

                  Voir article ici par exemple


                • Taverne Taverne 13 avril 2016 15:55

                  Haro sur la soupe du pauvre et des sans-dents !

                  Mon fils dit que les journalistes étouffent de nombreux faits. Bientôt sur ce site, une vidéo avec mon concours évidemment.


                • L'enfoiré L’enfoiré 13 avril 2016 16:07

                  @Taverne,


                   Salut PAUL,
                   Quelle anecdote surprenante et pourtant très caractéristique 
                   Dommage que je ne puisse pas recevoir LCP, je te dirais ce que je pense de l’habileté que ton fils pourrait avoir avec une caméra.
                   Par ici, c’est plus calme.
                   Pas sûr qu’il subsiste encore des gendarmes ou des militaires pour surveiller ce qui se passe lors de ce genre d’événement.
                   Nous en avons assez partout avec des outils défensifs dans les mains.
                   Cela rassure, dit-on. smiley


                • Spartacus Spartacus 13 avril 2016 17:22

                  @Taverne

                  Quelle éducation de parent irresponsable. 
                   smiley

                  Et ton rejeton, il avait une cagoule ? Il jetait quoi ? 
                  Place d’Italie il n’y a que des branleurs. Des bras cassés et des professionnels syndiqués de la manifestation.
                  Aucun n’a jamais travaillé de sa vie dans le secteur marchand. 

                  Et le feu que ton moutard irresponsable a mis sur la chaussée et donc détruit le macadam, au nom de ton « indignation » pourrait tu faire remplacer la chaussée à tes frais ?
                  Rembourser les vitres de la banque qu’il a cassé lui et ses potes ?
                  Ou dédommager avec « ton argent » les voyageurs de la gare St Lazare qu’il a agressé ?

                  Si j’avais un gamin revenir avec de tels exploits, je le renverrai a ses études au lieu de l’inciter a faire passer à la TV faire un témoignage ridicule qui le suivra sur youtube, et le qualifiera de branleur inemployable par n’importe quel recruteur dans les prochaines années...

                  Pauvre gosse. Livré à lui-même, sans parent pour lui donner le gout du travail et de la responsabilité, mais incité à la casse des biens d’autrui et relais d’opinion d’idéologie gauchiste.

                • rocla+ rocla+ 13 avril 2016 17:36

                  @Spartacus



                  C ’est vrai , se mettre les CRS à dos  alors que Renaud le chanteur 
                  a embrassé  un flic . 

                  Ils sont pas à la mode ces jeunes là .

                • Taverne Taverne 13 avril 2016 17:45

                  @Spartacus

                  Il travaille très dur, peut-être plus que vous-même. Et il n’a commis aucun délit ni provocation.

                  Mais vous le connaissez sans doute mieux que moi ? Imbécile !


                • escoe 13 avril 2016 18:21

                  @Spartacus Aucun n’a jamais travaillé de sa vie dans le secteur marchand

                  Votre croyance religieuse dans le fait qu’on ne travaillerait que dans le secteur marchand fait rire, tout simplement.


                • L'enfoiré L’enfoiré 13 avril 2016 18:27

                  @Spartacus,


                   Il faudra que je vous canalise un peu.
                   « Rien ne sert de partir à point, il faut toujours courir », c’est la version moderne ne la fable de La Fontaine.
                   Il y a une énorme différence entre mon époque.et celle d’aujourd’hui.
                   Hier, on pensait que demain serait meilleur que la veille.
                   Pourquoi ?
                   Parce qu’on savait que notre salaire allait en dépendre et que si on faisait quelques heures supplémentaires, ce ne serait pas perdu pour tout le monde.
                   Oui, tout a changé... Pourquoi ?
                   C’est très simple à trouver : vous ne connaissez pas la pub qui m’énerve : « Tous unis contre la vie chère ».
                   Tout a été dévalué dans le travail. Le autodidactes n’existent quasiment plus de ce côté de l’Atlantique.
                   Alors qu’aux States, ce sont eux qui sont vénérés aujourd’hui dans les plus grandes fortunes dans le monde.
                   Faire faillite, n’est absolument pas une cause de fermer boutique.
                   C’est une excellente manière de se repositionner.
                   L’erreur n’est pas de se tromper, mais de récidiver plusieurs fois.
                   Livré à moi-même si vous lisez mon autobiographie, c’est ce que j’ai été.
                   J’aurais pu mal tourné à cette époque-ci, qui ne voit plus que la drogue pour s’en sortir à part ceux qui ont compris « The system ».
                   Nous avons dépassé ce stade d’antagonisme « gauche - droite ».
                   C’est la même purée pour tout le monde. Les ^pourcentages de pertes sont les mêmes.
                   La différence, c’est que les pertes des riches sont mieux « malaxées » et à un niveau plus facile pour être maîtrisées. 
                   D’où vient Internet ?
                   De la France ?
                   Vous voulez rire, ou quoi ? 
                   
                   

                • L'enfoiré L’enfoiré 13 avril 2016 18:42

                  Puis, il y a aussi des réductions de travail qui se révèlent être des arnaques maquillées.

                  Les crédits temps vous devez aussi connaître cela.
                  Je ne connais pas les législations françaises au sujet des règles de travail.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires