Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile
  • Agoravox TV

Accueil du site > Tribune Libre > Quand un économiste démissionnaire de la BCE appelle à la sortie de (...)

Quand un économiste démissionnaire de la BCE appelle à la sortie de l’euro (et de l’UE)

En des temps plus heureux, dont certains d'entre nous se souviennent encore, les Français ont joui d'un haut niveau de protection sociale et d'un niveau de revenus honorable. Nous n'en avions pas alors conscience, tant cette situation nous paraissait aller de soi et être acquise. Mais elle ne l'était pas, c'est maintenant devenu manifeste.

C'est à la politique de « mondialisation inévitable » que nous devons cela. Son principe est de mettre les travailleurs français, avec leurs bons niveaux de salaires et de protection sociale, en concurrence directe avec les travailleurs de pays dont les standards sont largement inférieurs dans ces domaines. Deux choses s'ensuivent mécaniquement : (1) une diminution des acquis sociaux et des revenus des travailleurs français ; (2) une explosion du chômage.

Si une autarcie totale n'est ni possible, ni souhaitable, davantage d'autosuffisance est non seulement souhaitable, mais aussi possible. Davantage d'autosuffisance, donc d'indépendance, cela implique nécessairement un retrait de la construction européenne, et en particulier un retrait de l'euro.

Il ne sera pas possible de retrouver la voie de la prospérité et de la démocratie sans en passer par là. Le choix est simple : ou bien le recouvrement immédiat de notre souveraineté et de notre indépendance politique, ou bien une précarisation et un appauvrissement continues de la plus grande partie de la population. D'ores et déjà, la vie d'une demi-génération a été sacrifiée à l'idéologie destructrice actuellement au pouvoir.

Baisse du niveau de vie, perte des acquis sociaux, démantèlement de l'État

La baisse du niveau de vie des Français ne doit pas être appréhendée par un chiffre moyen, puisqu'un appauvrissement de la majorité pourrait être masqué par le fort enrichissement d'une minorité. Pour éviter cet écueil, il faut considérer des données détaillées par tranches de revenus.

Pour la période de la vie de l'euro qui précède la crise, on peut partir de la donnée suivante (voir cet article) : « Sur la période 1998-2005, le revenu moyen déclaré par les Français stagne quasiment, passant de 23 205 à 24 574 euros. 5,9 % de mieux en huit ans, soit 0,82 % par an en moyenne. Cette moyenne très faible cache cependant de grandes disparités. Pour les 90 % des Français les moins riches, l'évolution des revenus est en deçà de cette moyenne : 4,6 % de mieux seulement sur la même période. » Cela fait 0,64 % par an en moyenne, sensiblement moins que l'inflation sur la même période, d'où il s'ensuit que 90 % au moins des Français se sont appauvris sur ces sept ans. Depuis la crise, évidemment, les choses ont empiré.

Mais ce calcul repose sur la valeur officielle de l'inflation. Si on admet que l'inflation réelle dépasse largement cette valeur officielle, l'effet est encore pire. Le revenu de la grande majorité des Français a fait plus que stagner, il a carrément régressé.

La baisse de niveau de vie de la plupart des Français ne constituera pas un scoop, puisque tout un chacun, soit y est directement exposé, soit connaît dans son entourage des personnes qui le sont. La perte progressive des acquis sociaux est également facile à constater. Quant au démantèlement de l'État et des services publics, s’il est peut-être moins directement perceptible dans la vie courante, il est tout aussi lourd de conséquences pour l'avenir.

Ce démantèlement tient à deux choses : d'une part, le transfert d'un nombre croissant de compétences vers les instances européennes, ou parfois des instances régionales, circonscrit de plus en plus le périmètre du pouvoir de la République ; d'autre part, l'austérité budgétaire, qui est l'effet conjoint des traités européens et de la crise économique, prive l'État de moyens financiers décents. Ainsi, progressivement, l’État devient une coquille vide, incapable d'assurer les missions qui lui avaient été confiées, en des temps meilleurs, par la Nation.

Mon parti politique, l'Union Populaire Républicaine (UPR), propose donc aux Français de sortir de l'UE, de l'euro et de l'OTAN. Non pas de réformer l'UE ni d'instaurer une quelconque « Autre Europe », non pas de remplacer l'euro actuel par quelque nouvel édifice, et sans se limiter à la sortie du commandement intégré de l'OTAN : mais trois retraits purs et simples de l'UE, de l'euro et de l'OTAN.

Vous ne le savez sans doute pas, car aucun autre parti politique n'en parle, mais il existe un moyen juridique pour sortir de l'UE : c'est l'article 50 du traité sur l'Union européenne (TUE). Il commence ainsi : « Tout État membre peut décider, conformément à ses règles constitutionnelles, de se retirer de l’Union. »

Le retrait de la France de l'euro

Le retrait de la France de l'euro, c'est le retour à une monnaie nationale, le franc français.

L'argumentation de nos adversaires est presque entièrement de nature tétanisante, c'est-à-dire qu'elle consiste en anathèmes et en prédictions apocalyptiques visant à figer l'adversaire dans une stupeur douloureuse et à intimider les Français. Cette technique comporte des variantes. La variante principale, cependant, se résume dans le slogan thatchérien « There is no alternative » (Il n'y a pas d'alternative), souvent abrégé « TINA ». Cet argument est ce que l'on appelle une pétition de principe. Pas d'alternative à la mondialisation, pas d'alternative à l'euro, circulez, il n'y a rien à voir.

Sur l'euro, l'argument TINA est d'ailleurs relayé par la communication des institutions européennes, lesquelles martèlent que l'euro est irrévocable, irréversible ; je crois même avoir lu ou entendu une fois qu'il était là pour l'éternité. À croire les grands médias, on n'imaginerait jamais que la Troïka (Commission, BCE, FMI) a étudié, et même dans le détail, les modalités précises de sortie de l'euro d'un certain pays. Tel est pourtant le cas. Enfin, remarquons que les constructeurs de l'Europe ont pris leurs précautions pour faire en sorte que l'euro paraisse irréversible. Ce n'est pas un hasard si aucun texte européen ne définit ou spécifie de modalités de sortie de l'euro (alors qu'ils sont assez pléthoriques pour ce qui est des modalités d'entrée dans l'euro).

Or, contrairement à ce qu'affirment d'une seule voix les dirigeants UMPS et les instances européennes, un retrait de l'euro est possible. Ce qui rend la chose faisable, c'est que les euros de base monétaire, c'est à dire la monnaie centrale, sont des créances sur les banques centrales nationales de l'Eurosystème et non des créances sur la BCE. Là réside la faille du système, sa réversibilité cachée.

Que faudrait-il en somme ? Une loi convertissant les dettes de droit français, titrisées ou non, depuis l'euro vers le nouveau franc. Les titres de droits étrangers se verraient appliquer une fiscalité dissuasive, avec l'option d'y échapper en cas d'acceptation volontaire de la conversion en francs français. En principe, les dettes intra-Eurosystème (résultant des balances TARGET ou des billets euros ayant été mis en circulation par la Banque de France) échapperaient à cette conversion, mais, la France ayant plus de marges de manœuvre que la Grèce, je reste persuadé qu'il y aurait un moyen de négocier quelque chose avec nos ex-partenaires de la zone euro. Quoi qu'il en soit, tant que notre souveraineté ne nous aura pas été définitivement confisquée, nous pouvons nous retirer, unilatéralement.

Il faut le faire. Seule l'UPR le propose. 

Vincent BROUSSEAU

Ancien économiste à la BCE
Tête de liste UPR (Massif central-Centre) aux élections européennes*

Twitter : https://twitter.com/Vinc_Brousseau

 

Remarque  : *Voir ce texte dans lequel j'explique pourquoi j'ai rejoint l'UPR après avoir passé 15 ans à la BCE.


Moyenne des avis sur cet article :  4.56/5   (117 votes)




Réagissez à l'article

107 réactions à cet article    


  • Gauche Normale Gauche Normale 23 mai 2014 12:00

    Bonjour, Vincent Brousseau. Ravi de voir que vous vous êtes inscrits sur agoravox et merci pour cet article !


    • Augustule Augustule 23 mai 2014 12:05

      Dans une démocratie normale, ce genre d’article devrait pouvoir trouver tribune dans une quotidien national,et faire la Une de tous les journaux.

      Merci à M. Brousseau pour son courage. Je suppose qu’il va etre difficile pour lui de retrouver une place dans le système.


      • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 24 mai 2014 15:14

        @Augustule


        Bien sur vous avez raison et Brousseau aussi. J’écris aussi plein de jolies choses et je pense que mes arriere-petits enfants me liront avec plaisir. En attendant, une oligarchie bien organisée et solidement en place contrôle toute la richesse, tous les medias et toutes les forces armées. Elle donne aux Françis ce qu’elle ne donne pas a tous : la paix, l’ordre, un peu de fric, du pain et des jeux et le droit de râler. 
         
        Les oligarques jouent à nous faire produire et consommer. Nous tous ici jouons a les critiquer. Aucun d’eux n’en a pour 100 ans et nous non plus. Vous voulez prendre l le maquis ? Ce mot de sagesse vous est gracieusement offert par les commanditaires..

        Bonne journée à tous st bonne chance à Brousseau et l’UPR pour le match de demain.


        Sulfurik le Goth 





      • agocount 23 mai 2014 12:51

        « There is no alternative » pourtant les britanniques et surtout leur oligarchie ont choisis de garder la livre sterling et ne sont pas rentrés dans l’espace Schengen : faite ce que je dis pas ce que je fais.

        Nous voulons tous être comme les britanniques (ou au moins sur certains points comme avoir des frontières, et une monnaie nationale dévaluable et avoir une souveraineté nationale forte).

        Sortons de l’UE et votons et faisons voter UPR le 25 mai 2014.


        • taktak 23 mai 2014 14:19

          agocount, posez vous la question pourquoi la GB n ’est pas dans l’euro et la france totalement ?

          Sans doute parceque l’oligarchie britannique n’a pas intéret à y être alors que l’oligarchie française qui a toujours cherché l’appui de puissance étrangère pour matter son peuple (cf 1789, 1870, 1939....) trouve parfaitement son compte dans l’UE

          l’oligarchie britannique finance et donne de la place uniquement aux eurosceptiques de droite comme vous, censurant totalement ceux qui sont de gauche (comme le mouvement No2EU qui a pourtant de très robuste appuis syndicaux), parceque cela lui permet de défendre la city. Qui plus est, elle n’a pas besoin de l’UE pour détruire de large pans du système social, tatcher et blair ont déjà tout cassé.

          Donc vouloir sortir de l’UE sans remettre en cause le pouvoir de l’oligarchie capitaliste en france, c’est illusoire.

          je vous invite vraiment à lire les bouquins de l’historienne lacroix-riz, à regarder ses conférences...


        • Isary 23 mai 2014 17:54

          Bonjour taktak


          pour info,Annie Lacroix Riz faisait partie des personnes invitées par Francois ASSELINEAU à l’ université d’ automne de l’ UPR à Tours en octobre 2013.

          Son intervention a été très suivie et elle a,à cette occasion,vendu tous ses ouvrages amenés !!!

          Je me suis laissée dire qu ’ elle avait été agréablement surprise par le pertinence des questions posées au décours de son intervention !

          Fort de ce constat,il m’ est apparu, avec encore plus de questionnement,que le perfide intitulé qui suit le referencement de l ’ UPR via Google,à savoir:L’ UPR:L’ ultra droite souverainiste est assurément un modèle du genre !!!!

          Oser cette dénomination alors qu ’une historienne de ce courant de pensée intervient à une université d ’automne et qu ’elle y suscite un vif intérêt n’ est qu ’un exemple supplémentaire de toutes ces « vilaines » manoeuvres qui tentent contre vent et marée d ’associer toute pensée politique prônant la sortie de l Euro à des idées d’ extrême droite.

          A cette université d’ automne,était également invité Mr Olivier Berruyer dont les ouvrages se sont aussi vendus à cette occasion comme des petits pains....

          Peu de temps après,Mr Berruyer rejoignait Nouvelle Donne crée a l ’automne 2013.
          Contre toute attente,hier,sur le blog« les crises » de Mr Berruyer,ont été mises à disposition toutes les conférences de Francois ASSELINEAU....

          Assurément,il existe des cheminements d’ adhésion politique qui ne laissent pas de me surprendre !!

          Tout cela prouve bien,s’il en était besoin(mais,oui,je pense que c’ est necessaire de répéter inlassablement que l UPR est un mouvement de rassemblement)qu’il y a à l UPR une réelle volonté d’ éclectisme salutaire.

          Dimanche,votez UPR


        • julius 1ER 23 mai 2014 18:08

          le problème n’est pas l’europe ni l’euro, car les anglais ne sont pas dans l’euro et leur situation économique n’est guère mieux que la notre..... le problème c’est le capitalisme monopoliste privé mondialisé qui vampirise l’économie détruit des millions d’emplois et

          en crée très peu .... là est le vrai problème, aussi sortir de l’europe et de l’euro sans rien changer aux paradigmes économiques sera juste un coup d’épée dans l’eau ....et vecteur de beaucoup de désillusions à venir !!!!!!!! mais bon puisqu’il faut trouver des boucs émissaires, haro sur l’Europe et sur l’Euro.

        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 23 mai 2014 19:25

          Olivier Berruyer, pour clore les articles sur les élections européennes, a ouvert son site « Les Crises », aux conférences de François Asselineau.


        • doctorix doctorix 23 mai 2014 23:07

          Un bon indien est un indien mort, disaient les yankees.

          Une bonne Europe, c’est pareil.
          Tous ces gens qui nous promettent une transformation, une révolution, une inflexion se foutent de nous : ça n’a pas été fait en trente ans, ça ne se fera jamais, et ce sera même de pire en pire avec le traité transtlantique.
          Quand la maladie est incurable, que les souffrances sont insupportables, il est légitime d’envisager l’euthanasie.
          Cette Europe a été conçue non dans l’amour mais dans le calcul. Elle ne vise pas à rassembler les hommes mais à servir des intérêts privés.
          Elle promettait la paix mais a nourri les guerres.
          Elle promettait la richesse mais a engendré la misère.
          Elle promettait la santé mais a engendré des reculs sanitaires et sociaux.
          Elle doit mourir, et le plus tôt sera le mieux.

          Le site de l’UPR est le deuxième site le plus visité : Dimanche, nous aurons des surprises.

        • doctorix doctorix 23 mai 2014 23:15

          Alain Peyrefitte- – Le traité de Rome n’a rien prévu pour qu’un de ses membres le quitte.

          Général de Gaulle. – C’est de la rigolade ! Vous avez déjà vu un grand pays s’engager à rester couillonné, sous prétexte qu’un traité n’a rien prévu pour le cas où il serait couillonné ? Non. Quand on est couillonné, on dit : “Je suis couillonné. Eh bien, voilà, je fous le camp ! “ Ce sont des histoires de juristes et de diplomates, tout ça.


        • aliante 23 mai 2014 13:06

          Il n’y a pas eut une deuxième révolution bolchevique mais, l’union européenne ressemble trait pour trait à L’URSS ,un parlement qui équivaut au soviet suprême sans pouvoirs et une caste de cadres en haut qui décident de tout : seul l’orientation économique change .

          De terreur communiste à terreur ultra libérale ,la volonté d’édifier un mur avec la Russie nouvellement devenu ce que nous avons été avant l’entrée dans l’Ue :Un pays libéral, l’ennemi ,le mal absolu à la lumière de tout ça, je ne sais pas comment la France va sortir de ce guêpier mais quand on voit ce que les fous de Wall street et de Washington fabriquent dans le monde arabe et en Ukraine Il faudra vite relancer la conscription et les dépenses militaires parce que je ne crois pas qu’ils nous laisseront tranquilles aussi facilement


          • taktak 23 mai 2014 13:42

            tiens un anticommuniste primaire, qui en voit pas que parmi les fondement de l’UE il y a l’anticommunisme...

            L’UE c’est la construction de l’oligarchie capitaliste. l’intégration européenne remonte à loin dès le début du 20e siècle.
            Elle a même été totalement exalté avec le III reich, et la collaboration de la classe capitaliste en france, celle la même qui s’empressera ensuite de faire l’UE

            Il faut absolument lire le livre de l’historienne annie lacroix Riz, aux origines du caran européen


          • julius 1ER 23 mai 2014 18:11

            Il n’y a pas eut une deuxième révolution bolchevique mais, l’union européenne ressemble trait pour trait à L’URSS ,un parlement qui équivaut au soviet suprême sans pouvoirs et une caste de cadres en haut qui décident de tout : seul l’orientation économique change 

            @alliante,
            tissus de conneries que cela, il faut oser sortir ce genre d’inepties, mais bon sur ago on est à la recherche de champions dans ton genre....

          • passtavie passtavie 23 mai 2014 13:41

            parkway : moi je ne suis affilié à aucun parti, mais j’ai bien lu tout les petits papiers que j’ai reçu sous enveloppe hier (d’ailleurs il n’y avait pas l’UPR). Et je n’ai pas l’intention de m’abstenir.
            Ce que vous ressentez, je le comprends. Des salopards de politicards qui ne représentent qu’eux même il y en a à tout les niveaux, de toutes les couleurs, de toutes les nuances. Je me tue à dire à qui veut l’entendre qu’il faut qu’on se réapproprie la politique. A « Moi la politique ça ne m’intéresse pas ! », je réponds « Si toi elle t’intéresse pas, elle, par contre, s’intéresse à toi. Et si tu laisses aux autres le soin de faire des choix de société, ce qui t’arrivera de néfaste, tu le mériteras. »
            Je n’ai pas forcément envie de m’occuper d’économie, de politique ou autre, mais je fais un effort car c’est un devoir autant qu’un droit. Et parce que ça arrange certains on met en avant le droit mais le pas le devoir. C’est pareil pour le travail c’est un devoir autant qu’un droit. On met en avant l’aspect devoir, et on occulte l’aspect droit, histoire de bien faire culpabiliser et stigmatiser le chômeur. Histoire aussi de faire accepter n’importe quelle conditions de travail. Dans le cas tendant vers une société du tout robotisé, alors soit on divise le temps de travail, soit on accepte que ça cesse d’être un devoir.


          • Relladyant Relladyant 23 mai 2014 13:54

            « cependant, je ferai une remarque globale sur les militants de parti ou syndicat qui y restent affiliés alors que ce qu’ils prônent est en opposition avec leurs idées verbales... »


            >> Renseignez-vous, l’UPR prone et defend exactement ce qu’explique V.Brousseau dans ce billet, d’ailleurs ce dernier a eu trop de retenue et de pudeur pour faire la publicité de sa candidature aux Européennes sur la liste UPR.

          • Isary 23 mai 2014 18:04

            Bonjour Parkway


            votre message sent l’ amertume et la déception.

            sentiment partagé par de nombreux français ,d’ où l’ abstention croissante aux différents scrutins.

            cela m’ attriste pour vous.

            On n’ a jamais gagné en abandonnant.

            Avez vous déjà assisté à une conférence de Francois ASSELINEAU en « live » ?

            Venez une fois.C ’est extrêmement revigorant.Cela fait un bien fou.

            Vous êtes susceptible d’y retrouver d’ anciens « fréres d’ armes » qui comme vous y sont arrivés« tout plein d’ amertume » et qui en sont repartis « gonflés » d’ espoir !!
            ça vous tente ?

            Avant de vous demander « pourquoi rester à l UPR » permettez moi de vous demander :« pourquoi ne pas y venir faire un tour ? »

            cordialement


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 23 mai 2014 19:21

            parkway,
            Je comprends bien votre amertume devant la situation politique française, elle est commune à des millions de Français, mais excusez-moi, je ne vois pas le rapport entre un Mouvement de rassemblement provisoire pour sortir la France de l’ UE, sur la base d’un programme copié sur celui du CNR.

            Et des Fédérations Syndicales corrompues, et financées dans la CES par Bruxelles ?
            « Syndicats, corruption, dérives et trahisons- pour un syndicalisme indépendant » par Lenglet et Touly.


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 24 mai 2014 19:20

            passtavie,
            L’UPR n’a pas eu les moyens financiers pour assurer les professions de foi pour tous les électeurs, seuls la moitié l’a reçu. Profession de foi de l’ UPR

            Par contre, on doit trouver les bulletins dans tous les bureaux de vote.


          • HerveLE HerveLE 23 mai 2014 13:24

            bravo pour ce premier article !


            • tf1Groupie 23 mai 2014 13:55

              Quels sont ces « temps heureux » que l’auteur nous vante ???

              La guerre (de 40 ou d’algérie) qu’à connu mon père ?
              Les années 60 où les bidonvilles existaient à Paris et à Lyon, et où la moitié de la population française n’avait pas de toilettes ?
              Les années 70 où ont pouvait à tout moment se prendre une bombe nucléaire sur la tronche ??

              L’absence de mémoire, est-ce cela la vraie calamité de l’être humain ?


              • emphyrio 23 mai 2014 14:22

                Ces problèmes n’étaient ni les causes ni les conséquences d’une période qui leur a finalement trouvé une solution. Raisonnement spécieux.


              • tf1Groupie 23 mai 2014 17:10

                Réponse malhonnête : je ne parle ni de causes ni de conséquences, mais ni l’auteur ni vous ne dites quels étaient ces temps heureux.

                Si c’était le temps de votre jeunesse naîve, de vos calins maternels et de vos bonbons sucrés, c’est juste que vous acceptez mal de vieillir ...


              • seb71 23 mai 2014 17:37

                pour les bidons villes a lyon, ils sont encore présent...juste a coté de la cité international. sa pue la pisse sur fond de misere


              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 23 mai 2014 18:06

                tf1 groupie,
                Il suffit de regarder les chiffres :
                * Les données économiques il y a 40 ans.

                * Comparaison de l’industrie 1968-2008

                * Comparaison de la dette publique avec et sans l’article 123 qui impose à l’ Etat d’emprunter aux banques privées.


              • emphyrio 23 mai 2014 18:09

                On pourrait trouver le corollaire négatif de cette période et je ne serai pas le dernier à y voir les prémices de notre consommation à outrance.
                Pour en faire sortir l’aspect favorable qu’évoque l’auteur, concernant par exemple les bidonvilles, c’était justement l’époque où la politique s’emparait de ce sujet et travaillait à leur disparition. Il me semble que le contexte actuel tendrait plutôt à les faire resurgir, comme il tend également à la disparition des soins gratuits, à la promotion de la vie à crédit ou à l’exacerbation des antagonismes, entre autres.


              • tf1Groupie 24 mai 2014 15:32

                J’adore la façon dont les commentateurs essaient ici de justifier l’injustifiable.

                L’un nous invente des bidonvilles à Lyon ; il devrait aller visiter des bidonvilles au Brésil (ou ailleurs ) ce gentil monsieur.

                L’autre nous sort des beaux graphiques comme on en trouve plein sur Internet ; mais ces beaux graphiques ne font pas disparaitre sa salle de bain, ses toilettes, son frigo et tout son beau confort de vie.
                Y en a qui avec des graphiques nous montreraient que la deuxième guerre mondiale était une belle époque : on mangeait Bio, il n’y avait pas de surendettement, il y avait moins d’inégalités.

                Bref vous avez décidé que c’était mieux avant, arrêtez de justifier connement cette affirmation.
                Dites simplement comme les bigots : « heureux ceux qui croient sans voir ».


              • taktak 23 mai 2014 14:00

                Dommage, il y a des choses intéressantes, d’autres discutable.... mais pourquoi discuter avec quelqu’un dont l’article se termine sur un slogan aussi sectaire et mensonger que celui des affiches de son mouvement, quelqu’uns qui ne respectent pas les militants pour la sortie de l’UE et de l’euro ?

                « Il faut le faire. Seule l’UPR le propose. »

                Pour la sortie de l’UE, pour la sortie de l’Euro et de l’OTAN, il y a bien des mouvements. Certains qui n’ont pas attendu que ce dernier existe puisque ces derniers étaient bien au chaud à l’UMP ou dans les institutions européennes occuper à construire l’UE... Tel les communistes du PRCF qui ont TOUJOURS combattu l’UE, qui ont toujours défendu la sortie de l’UE et de l’euro.

                Il y a également le M’PEP, les gaullistes de penser la france, le POI....

                Et il y a même un début de rassemblement, respectueux des différences, honnete et démocratique. Car le PRCF, le M’PEP et PLF ont fait le choix courrageux de se rassembler pour la sortie de l’UE, de l’Euro et de l’OTAN
                Car leurs militants sont pleinement actifs dans la campagne pour la sortie de l’UE et le boycott des européennes du CNR-RUE, rejoins par des milliers de citoyens encartés ou non.

                Bref, ce genre de méthode ne vous grandissent pas. Elles ne servent que la division ! Très sincérement, chacun peut avoir des choix stratégiques différents. Peut importe. mais nous devons au minimum nous respecter, plutot que de tirer dans les pattes. Et là c’est ce qu’une nouvelle fois vous faites. Comment faire confiance à des gens dont ni la trajectoire, ni le comportement actuel ne plaident pour eux ? Hier copains comme coquins avec les Tibéri et Pasqua, rémunéré par l’oligarchie dans de juteux postes de hauts fonctionnaires, aujourd’hui occupé à tirer et diviser ceux qui se sont toujours battus contre l’UE.....


                • steph bigorneau steph bigorneau 23 mai 2014 14:45

                  Dommage d’appeler à l’abstention il y a des choses intéressantes au M’PEP et au PRCF.
                  Pourquoi l’UPR ne fait pas votre publicité :
                  -Vous n’êtes pas présents à ces élections, l’UPR y est donc le seul parti à prôner la sortie de l’UE, de l’euro et de l’Otan.
                  -Vous prôner l’abstention à ces élections, alors qu’un vote massif contre l’UE aurait deux avantages, être bien plus visible que l’abstention qu’on va amalgamer avec de l’indifférence, deuxièmement, si il y a des députés de notre mouvance, ce sera l’occasion de dénoncer les institutions de l’intérieur, ce qui aura plus de poids, et de lutter contre le TAFTA.

                  Quand à l’attaque ad hominem contre François Asselineau, qui aurait pu comme beaucoup sortir de la fonction publique pour diriger une petite banque et là être rémunéré grassement par le système, il a préféré rester mettre en jeu sa carrière et se mettre en avant pour ses idées.
                  Quand à sa brève participation au RPF, il s’en explique très bien. Au départ Chevennement devait les rejoindre, il était séduit par ce rassemblement droite gauche pour la souveraineté nationale. Il a vite déchanté en se rendant compte que c’était un parti leurre qui ne se donnait pas les moyen de retrouver l’indépendance française.

                  Logiquement il a quitté ce parti et longuement réfléchi avant de créer l’UPR, sans aucun appui financier, politique ou médiatique.


                • taktak 23 mai 2014 15:32

                  @ steph B. merci de votre réponse, mais je crois que vous ne comprenez pas le sens de mon interpellation

                  Dommage d’appeler à l’abstention il y a des choses intéressantes au M’PEP et au PRCF.
                  C’est votre point de vue, je me borne à constater qu’en 2009, vous avez appelez à l’abstention. Comme en 2012 aux législatives et présidentielles, comme en 2014 aux municipales. Le PRCF avait des candidats et aux législatives et aux européennes..

                  Pourquoi l’UPR ne fait pas votre publicité :
                  -Vous n’êtes pas présents à ces élections, l’UPR y est donc le seul parti à prôner la sortie de l’UE, de l’euro et de l’Otan.

                  => Nul besoin de se présenter pour défendre la sortie de l’UE, de l’euro et de l’Otan. Une campagne de boycott massif permet de le faire bien mieux. D’une part car cela permet de dénoncer avec force le fait que cette élection est une farce, d’autre part car cela permet de dénoncer avec force le fait que ce parlement croupions n’a aucun pouvoir. Ensuite car cela permet de mettre en évidence auprès de millions et de millions de nos citoyens qui ne sont plus dupes que les partisans de l’UE sont largement minoritaires.

                  -Vous prôner l’abstention à ces élections, alors qu’un vote massif contre l’UE aurait deux avantages, être bien plus visible que l’abstention qu’on va amalgamer avec de l’indifférence,

                  => alors que les merdias qui vous censurent tous ceux qui sont pour la sortie de l’UE saurons parfaitement rappeler votre score....

                  deuxièmement, si il y a des députés de notre mouvance, ce sera l’occasion de dénoncer les institutions de l’intérieur, ce qui aura plus de poids, et de lutter contre le TAFTA.

                  => je m’étonne de vous voir défendre le fait que le parlement européen permet d’influer sur quoi ce soit... Vous devriez savoir que c’est faux.

                  Quand à l’attaque ad hominem contre François Asselineau, qui aurait pu comme beaucoup sortir de la fonction publique pour diriger une petite banque et là être rémunéré grassement par le système, il a préféré rester mettre en jeu sa carrière et se mettre en avant pour ses idées.

                  Aucune attaque ad hominem de ma part, j’avais évité d’ailleurs de donner son nom ou celui de l’auteur justement pour ne pas personnaliser.... Cela dit, il n’y a pas qu’eux dans votre mouvement non ? peut être pourriez vous mettr

                  1) je me contente de remarquer que ce genre de personnalités de par leurs trajectoires sont très clivantes et n’inspirent pas naturellement la confiance à ceux qui se battent depuis toujours contre l’UE. Et donc que c’est la moindre des choses de leur part de respecter l’ensemble des forces anti UE.... Ce ’nest pas le cas. Se comporter comme vous le faites, c’est agir en diviseurs.

                  2) pour le coup, connaissant les salaires des hauts fonctionnaires, des chefs de cabinets, des fonctionnaires européens, oui ils ont été grassement rémunérés par le système.
                  Moi je préfére faire confiance à ceux qui justement ont sacrifié leurs carrières pour leurs engagements politiques. Au premier rang desquels de nombreux intellectuels du PRCF.... Qui ont un parcours absolument sans taches. Voila tout.


                • emphyrio 23 mai 2014 16:39

                  >>>>« Nul besoin de se présenter pour défendre la sortie de l’UE, de l’euro et de l’Otan. Une campagne de boycott massif permet de le faire bien mieux. D’une part car cela permet de dénoncer avec force le fait que cette élection est une farce, d’autre part car cela permet de dénoncer avec force le fait que ce parlement croupions n’a aucun pouvoir. Ensuite car cela permet de mettre en évidence auprès de millions et de millions de nos citoyens qui ne sont plus dupes que les partisans de l’UE sont largement minoritaires. »


                  Le boycot massif comme vous dites a ce mérite avéré de diluer tous les anti-UE dans un océan d’indifférents. C’est le jeu actuel des partis majoritaires qui privilégient la diabolisation de l’euroscepticisme à travers la promotion médiatique des listes FN. Votre stratégie ne me convient pas du tout et est contre-productive. Vous n’en avez pas marre de faire des mauvais choix ?

                • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 23 mai 2014 18:22

                  taktak,
                  Le M’PEP et le PRCF sont favorables à la sortie de l’ UE, de l’euro et de l’ OTAN.

                  Au lieu de faire alliance avec l’ UPR, et de soutenir ses listes, vous êtes LES SEULS en France à avoir fait des mois de campagne active pour l’abstention et contre l’ UPR, par des attaques de toutes sortes.
                  Vos commentaires d’aujourd’hui en sont encore la preuve.

                  Vous êtes des traitres, et je pèse mes mots. Chacun a pu constater sur Agoravox, que tous les prétextes étaient bons pour nuire à l’ UPR en appelant à l’abstention.

                  Et puis cessez de jouer aux victimes en traitant tous ceux qui ne sont pas d’accord avec vos méthodes « d’anti-communistes ». Si vos méthodes de traitrise sont communistes, cela ne va pas jouer en votre faveur !


                • Edwan 23 mai 2014 23:17

                  À la différence que le MPEP, le PRCF et les CPF sont des MOUVEMENTS politiques et non des partis. Quant au POI il ne propose pas clairement une sortie de l’UE.
                  L’UPR est donc le seul PARTI à le proposer.
                  Ceci dit Mr Brousseau aurait peut-être dû le préciser pour éviter.


                • eau-du-robinet eau-du-robinet 25 mai 2014 17:44

                  Bonjour taktak,

                  « C’est votre point de vue, je me borne à constater qu’en 2009, vous avez appelez à l’abstention. Comme en 2012 aux législatives et présidentielles, comme en 2014 aux municipales. Le PRCF avait des candidats et aux législatives et aux européennes.. »

                  En début de l’année 2009 L’UPR comptait 88 adhérents
                  En début de l’année 2012 l’UPR comptait 707 adhérents, moment que je me souviens très bien, car j’ai adhéré en début de janvier 2012 à notre mouvement politique. Certains personnes sur Agoravox se moquent à ce moment de nous d’être une mouvement insignifiant ... cela est vérifiable ....

                  Aux Élections européennes de 2009, le PRCF fait campagne pour « l’abstention citoyenne » notamment parce qu’il juge que ce serait « cautionner le viol du non à la constitution européenne du 29 mai 2005 » .

                  Pourquoi l’UPR c’est abstenue en 2009 ?
                  Que voulez vous faire d’autre dans ses circonstances avec seulement 88 adhérents d’un mouvement qui se veut être un mouvement libérateur et fédérateur, haut dessus de tout clivage droite, centre et gauche, hors le PRCF se revendique un mouvement d’extrême gauche ou pour être plus exact
                  « Le Pôle de renaissance communiste en France (PRCF) est un mouvement politique se réclamant du marxisme-léninisme »

                  Pourquoi l’UPR c’est abstenue en 2012 ?
                  François Asselineau été candidat à la présidentielle et il à pu réunir 17 signatures des maires sur 500 signatures nécessaires pour franchir la barrière « présidentiable ».
                  N’ayant pas accès aux grands médias, notre mouvement est reste inconnue de la très grande majorité de français (99,9999%)
                  Nous avons donc décidé n’ayant aucun poids électoral d’adopter la stratégie de l’abstention.

                  Notre programme principal en 2014 reste le même depuis la création de l’UPR
                  a) sortir de l’Europe par l’article 50
                  b) sortir de l’Euro
                  c) et plus tard sortir de l’OTAN

                  mais ce qui change c’est notre stratégie... et seulement la stratégie.

                  L’UPR à récemment réussi de franchir « une masse critique » avec 5000 adhérents et ceci dans des circonstances d’un boycott quasiment total des grands médias !
                  Même Wikipédia nous refuse la création d’une page pour l’UPR ainsi une page pour François Asselineau.
                  Enfin certains grands médias commencent à nous ouvrir les portes, notre combat et notre insistance commence donc à porter ses fruits ....

                  Nous avons, tout en nous faisant pas trop d’illusions d’un bon score, osé à nous présenter à cette élection européenne 2014 avec le but de faire connaître notre programme de libération, ainsi nos idées politiques à une plus grande échelle de la population française et de faire sauter la barrière du boycott médiatique.

                  Un siège à l’UE nous permettra :

                  a) de faire accroitre notre autorité et de nous faire connaître chez les français à un public plus large voire en Europe.

                  b) de réduire le nombre des sièges pro-UE au parlement européen

                  c) de dénoncer au parlement Européen, entre autres, le TAFTA ...

                  d) de renforcer le camps de l’opposition à l’UE même s’il existe certains divergences dans cette opposition ...

                  etc.

                  Et voici notre recette qui à permis à ce jour de réunir 5305 adhérents à l’UPR

                  Un court extrait de notre charte à l’UPR :

                  « L’UPR ne prétend pas que le clivage droite-gauche n’existe pas. Mais elle affirme que, comme à chaque fois que la France est en réel danger, ce clivage doit provisoirement s’effacer devant l’urgence. Il existe donc, parmi les membres de l’UPR, des Françaises et des Français venus de tous les horizons politiques, qui sont probablement en désaccord sur des questions économiques ou sociales, ou encore sur des sujets dits de société. Mais tous sont d’accord sur le fait qu’il ne sert à rien de débattre de ces sujets si les décisions stratégiques les concernant ont déjà été tranchées sans que les Français en soient conscients ni avertis. A quoi sert-il, par exemple, de débattre sans fin, voire de se déchirer, sur la fiscalité, la lutte contre les délocalisations, le financement des retraites, l’immigration, l’environnement, etc., puisque les grandes décisions stratégiques en la matière, qui ont été dérobées au peuple français, sont déjà prises par les dirigeants non élus de la BCE et les Commissaires européens, également non élus ? »
                   

                  ---

                  L’UPR est un mouvement ouvert hors le PRCF est un mouvement politique fermée !


                • steph bigorneau steph bigorneau 25 mai 2014 21:30

                  Je remet ma réponse qui sera je le crains partielle et moins complète que celle qu’aurait fait Vincent Brousseau :

                  Bonjour Sampiero,

                  Je vais essayer de répondre à votre question.
                  Ce n’est pas si simple que ça même avec une dévaluation du franc de 30% par rapport au cours de l’euro (au moment de la conversion, un euro égal un franc), et une taxe de 10% sur l’importation des produits qui viennent de pays où les niveaux de salaire et les conditions de travail sont très dégradés par rapport aux notres. Çà n’entraîne pas obligatoirement une augmentation des prix de 40 %.

                  Le taux de marge des entreprises du textiles sont parmi les plus élevées, il est supérieur à 40 %, ce qui veut dire que près de la moitié du prix c’est du bénéfice dans la poche des entreprises.

                  Dans le cas des T-shirt importés de Chine, ce taux de marge est sûrement bien plus élevé, ce qui veut dire que ces entreprise peuvent absorber une grande partie des changements de coût, car elles ne voudront pas perdre de trop grandes part de marché. Ce sera sûrement une augmentation de 5 à 10 % du coût.

                  Par contre les entreprises françaises de fabrication textile pourront se réimplanter en France, car leur taux de marge aura été grandement augmenté. Ce qui amènera du travail et du pouvoir d’achat pour la société française.

                  Dans le programme de l’UPR il est prévu une augmentation du SMIC brut de 20%, avec une relance importante de la construction de logement sociaux (là où il en faut et pas là où ils ne servent à rien). Avec le reste des mesures de ce programme, il sera bien plus aisé de vivre dignement avec un faible salaire, ce qui est quand même le cas pour une grande partie de la population active.

                  Actuellement les salaires sont gelés, l’inflation surtout sur les produits de première nécessité est très grandement sous-évaluée, les actes de santé sont de moins en moins remboursés, les retraites sont baissées etc.

                  C’est actuellement qu’on nous mène à un tiers-mondisation de la société français qui amènera des révoltes violentes si rien n’est fait pour protéger notre mode de vie et nos emplois.
                  C’est l’acceptation des directives européennes qui nous appauvrissent et nous empêche de lutter contre ces changements très dangereux.

                  Cordialement


                • steph bigorneau steph bigorneau 25 mai 2014 21:32

                   (suite du message désolé pour le doublon mais je pense qu’il est essentiel de ne pas laisser ce genre de question sans réponse)

                  Pour ce qui est du prix d’un tee-shirt made in France, il est de 30 euros c’est vrai. Mais ce n’est pas vraiment à cause du prix du travail en France, l’industrie textile demande peu de main-d’œuvre, les principaux coûts sont les matières premières et l’amortissement des machines (métier à tisser) et des locaux.

                  L’explication de ces prix est principalement le positionnement haut de gamme et la volonté des industriels de faire des taux de marges très élevés. Ce n’est qu’au niveau du bas de gamme que les salaires sont un frein à la compétitivité, ce déficit de compétitivité est d’ailleurs multiplié par la surévaluation de l’euro par rapport à nos besoins.

                  Le changement de monnaie et la dévaluation sont importantes, mais elles doivent être accompagnées d’autres mesure, financement à taux réduit des entreprises voulant s’installer en France, taxe sur les marchandises produites dans des pays n’ayant pas les mêmes normes salariales ou environnementales que nous (loin de les pénaliser ça pourra être une incitation à augmenter les salaires et les normes environnementales, ce qui développerait leur marché intérieur en améliorant la qualité de vie).

                  Le passage au Franc n’est pas un sésame qui nous ouvrira toutes les portes, mais ce sera un premier pas qui permettra de retrouver des marges de manœuvre essentielles dans un contexte de crise.

                  Je vous conseille de vous renseigner sur les théories monétaristes, je ne souscrit pas à tout mais certains concepts comme la zone monétaire optimale sont essentiels à la compréhension du problème


                • foufouille foufouille 23 mai 2014 14:26

                  article de pub : votez pour moi


                  • taktak 23 mai 2014 14:39

                    j’ai pas osez le dire....
                    En même temps, sur le site de ce mouvement qui avait appelé au Boycott en 2009, c’est la raison n°1 affiché de leur revirement, ils veulent faire de la publicité à leurs organisation....

                    C’est leurs choix. respectable. mais personnel. Et qui divise le front des anti-UE. Plus nous sommes nombreux à faire campagne pour le boycott, plus nous pouvons transformer ce référendum en une redite du NON de 2005.


                  • emphyrio 23 mai 2014 15:01

                    tak-tak


                    Parce que vous ne cherchez pas à convaincre de voter pour vous en période électorale ? Et ça marche ?
                    Le militantisme c’est très bien mais à un moment donné il faut chercher à occuper le terrain politique. La dictature qui prend forme en ce moment s’arrange très bien d’un électorat qui s’abstient, de manifestations autorisés ou même des salariés licenciés qui occupent les usines juste avant de se retrouver à la rue, comme une convulsion d’agonisants. L’histoire récente nous l’a clairement démontré. L’UPR, qui n’a pas de couleur politique, a de bonnes chances de fédérer un grand nombre de français qui prennent conscience de l’arnaque européenne. L’UPR, sauf en ce qui concerne les extrêmes, peut faire de bons résultats dans l’adhésion anti-UE. C’est la meilleure pédagogie contre la propagande actuelle.

                  • taktak 23 mai 2014 15:37

                    l’upr est de droite. La preuve, jamais elle ne défend les travailleurs... comme le montre votre commentaire

                    Pour le reste, donnez des leçons de présence électorale quand on n’est pas fichu de se présenter ni aux municipales, ni aux législatives (eh oui le candidat avec des candidats dans ces élections légitimes et qui peuvent changer les choses...), c’est un peu gros.

                    Faire de la politique, c’est convaincre, pas troller ou occuper le terrain sans respecter personnes. Voila tout.


                  • Gauche Normale Gauche Normale 23 mai 2014 15:59

                    Eh, taktak, vous êtes pénible, fifi vous l’a répété 1000 fois : quand on a pas de thune on a pas de thune ! Avec 90 adhérents, ils allaient pas casser 3 pattes à un canard !

                    Il fallait faire quoi, appeler à voter pour un parti eurocrate (UMP, PS...) ou leurre (FN, DLR...) ?

                    Restez bien dans le silence à ne surtout pas faire connaître vos idées (pendant ce temps là Asselineau a réussi à pointer son nez dans les médias, c’est un début) dont certaines sont pourtant bonnes.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès