• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Retraites : un sondage orienté

Retraites : un sondage orienté

Le journal du Dimanche vient de publier un sondage IFOP sur les retraites particulièrement discutable, et dans tous les cas très orienté.

Le Journal du Dimanche, du groupe Lagardère, est situé à Droite et classé progouvernemental par de nombreux observateurs. L’IFOP est dirigé par Mme Parisot, présidente du MEDEF.

Ils sont des habitués de ce type d’opérations qui précèdent toujours des projets de lois gouvernementaux et dont l’objectif et de les justifier à partir de sondages qui sont à la limite de la falsification.

Ici l’organisation se décline en plusieurs phases :
1 – Les français sont inquiets sur l’avenir de leurs retraites.
2 – Ils sont prêts à travailler plus.
3 – Ils sont prêts à cotiser davantage.
 
Tout cela tombe très bien, ce sont justement les propositions gouvernementales.
 
1 – Les français sont inquiets. Ils sont 76 % à ne pas être confiants quant à la garantie de toucher une retraite satisfaisante à l’avenir.
Le Journal du Dimanche aurait dû ajouter que les français sont inquiets sur la plupart des sujets économiques et sociaux comme l’emploi, la santé, la sauvegarde de l’environnement, celui de la sécurité sociale, du service public, tous les sondages des autres instituts autres que l’IFOP le confirment chaque semaine.
 Les français n’ont aucune confiance dans la politique sociale menée par M. Sarkozy et son gouvernement. Les dernières élections européennes l’ont prouvé, plus de 70 % des électeurs n’ont pas voté pour les partis UMP et NC qui le soutiennent, et tout laisse penser qu’il en sera de même à propos des prochaines élections régionales.
Le sondage effectué en décembre 2009 par Sciences-Po/Cevipof indique aussi que 64 % des français n’ont pas confiance au Président de la République actuel.
 
2 – Ils sont prêts à travailler plus.
La question exacte est la suivante : « l’âge jusqu’auquel la personne est prête à travailler pour avoir une bonne retraite ? », anticipée d’une autre histoire de bien conditionner le sondé, « d’après vous à quel âge serez-vous contraint de partir à la retraite ? », sauve qui peut, à cette dernière question, la réponse en moyenne est de 64,7, et à la première 61,9 ans. Ouf nous l’avons échappé belle…
Mais là où cela se corse, est que les réponses dans le détail ne sont pas si limpides que cela. Bien sûr le Journal du Dimanche ne les publient pas, pour cela il est nécessaire d’accéder à l’ensemble du sondage publié sur Internet.
Ce qui frappe est tout d’abord que ceux qui sont prêts à travailler le plus sont ceux qui ne sont plus concernés, les plus de 65 ans (qui en moyenne rappelons le sont retraités déjà depuis près de 8 ans, l’âge moyen de départ se situant à 57,5 ans). Ils sont 82 % à demander que les autres travaillent à plus de 65 ans.
Par contre les jeunes de 18 à 24 ans qui sont à 70 % au chômage ou dans la précarité ne sont que 40 %, contre 60 % à vouloir travailler au-delà de 65 ans.
Cela pose un problème de solidarité intergénérationnelle évident. Ceux qui veulent travailler au-delà de 60 ans le font mécaniquement au détriment des plus jeunes. Les statistiques du chômage mettent en évidence ce phénomène, aujourd’hui avec 10 % de sans emplois le recul du départ à l’âge à la retraite se fait contre l’intérêt des plus jeunes.
 
3 – Vous devrez travailler plus en cotisant davantage. Entre la peste et le choléra, vous devrez choisir les deux.
L’IFOP a posé une question dite fermée où de toute façon votre réponse est totalement orientée.
La question : Et si vous aviez le choix (les choix imposés de fait par l’institut), concernant votre retraite, préféreriez vous… ?
- cotiser davantage pour partir à la retraite le plus tôt possible…41 %
- Travailler le plus longtemps possible pour garantir une retraite satisfaisante…34 %,
Soit un total de 75 % (91 % pour les plus de 65 ans toujours non concernés mais qui gonflent ces résultats).
La dernière proposition est la suivante :
- Partir le plus tôt possible quitte (bien sûr) à avoir une retraite moindre…23 %.
 
La seule question qui n’est pas posée et qui bien sûr aurait modifiée l’ensemble des réponses.
- faire cotiser les revenus du capital au même titre que celui des salariés pour maintenir le départ à l’âge de la retraite à 60 et permettre des retraites satisfaisantes pour tous.
Rappelons que c’est la principale proposition de la CGT et des Partis du Front de Gauche, et aussi que le CAC 40 dont est membre le Groupe Lagardère commanditaire de ce sondage a progressé de 22 % en 2009, et que depuis 1979 la part des salaires et autres rémunérations dans la valeur ajoutée a diminué de 10 % au détriment des profits.
Ce n’était donc pas une proposition anodine qui aurait sans doute permis plus de réflexion quant au choix de société que nous voulons.
 
La demande de répartition juste des revenus est une demande forte de l’opinion publique, ainsi dans le sondage de Cevipof cité, 65 % des français considèrent que « pour établir la justice sociale, il faudrait prendre aux riches pour donner aux pauvres ».
Aujourd’hui en France les 10 % les plus riches possèdent selon l’INSEE 24,1 % de la richesse nationale, les 10 % les plus pauvres 3,7 %, et ce différentiel ne cesse d’augmenter depuis la mise en place du bouclier fiscal.
 
Le débat sur la retraite, comme celui de la santé ou de la défense de l’environnement relève d’un débat de fond du devenir de notre société, et ce n’est pas à partir de sondages orientés qu’il pourra se mener sereinement.
 
 

Moyenne des avis sur cet article :  4.84/5   (50 votes)




Réagissez à l'article

74 réactions à cet article    


  • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 13 janvier 2010 10:02

    Il est possible que le plein-emploi demeure un objectif rationnel bien que, depuis trente ans, il s’avère inatteignable et doive être considéré comme une donnée structurelle.
    Il est également possible que les retraites ne constituent plus un horizon indépassable et qu’elles soient un problème totalement dépassé.
    Pour un Nouvel Ordre Économique Français Équitable !


    • JL JL 13 janvier 2010 10:19

      Le chômage de masse est le meilleur moyen de casser le droit du travail, la protection sociale et par la même occasion tout l’ensemble du modèle scial et des droits acquis par les classes laborieuses. Bref, tout le programme du néolibéralisme et de la finace globalisée, si c’est pas un pléonasme. Posez-vous alors la question du chômage : à qui profite le crime ?

      Il y a déjà longtemps, un certain dirigeant politique (Mitterrand ?) avait dit : « Contre le chômage, nous avns tout essayé ». Il avait simplement omis de préciser : « sauf ce qui marche ».


    • zelectron zelectron 13 janvier 2010 14:57

      La gestion des retraites « danaïdesque » fait qu’avant de servir les pensions, certains s’autorisent à s’autoriser à se servir très copieusement et s’octroyer des avantages ahurissants de logements, frais et autres voyages...La multiplication des caisses fait que la multiplication de ces parasites et de leurs adjoints n’est pas prête de s’arrêter.


    • Charles Martel Charles Martel 13 janvier 2010 17:43

      « Sondage orienté » = oxymore ...Une des bases de la manipulation !"

      c’est l’inverse. je suppose que vous vouliez parler de pléonasme..


    • pierrix 13 janvier 2010 18:57

      En plus, il y a bien deux liens associés à ces deux mots dans Wikipédia :
      Pléonasme
      Oxymore
      Vous fatiguez, Chantecler smiley


    • JL JL 13 janvier 2010 10:26

      « Aujourd’hui en France les 10 % les plus riches possèdent selon l’INSEE 24,1 % de la richesse nationale, les 10 % les plus pauvres 3,7 %, et ce différentiel ne cesse d’augmenter depuis la mise en place du bouclier fiscal. »

      Précisons que cela fait un rapport de 1 à 6. Je dirais « seulement », puisque à partir d’un certain niveau, les fortunes croissent exponentiellement, et ce sont ces fortunes qui bénéficient du bouclier fiscal.


      • Fergus Fergus 13 janvier 2010 10:32

        Bravo pour ce coup de gueule, Emosaique.

        Cela dit, rien n’empêche des journaux de gauche de réaliser leur propre sondage en posant les « bonnes » questions, et notamment en demandant aux Français ce qu’ils pensent d’une éventulle taxation des flux financiers pour pérenniser le système.


        • jps jps 13 janvier 2010 14:10

          L’Etat offre aux employeurs pour 30,7 milliards d’exonérations de cotisations ! Voilà la cause du déficit ! exonérations de cotisations, qui ont progressé de 13,1 % en 2008.(source Sénat compte rendu analytique 12/01/2010)


        • perlseb 13 janvier 2010 19:56

          Effectivement Actias. Si la retraite est solidaire, alors tout le monde devrait toucher la même. Quelle est la différence de travail entre un ouvrier retraité et un cadre retraité ? Réponse : aucune puique les 2 ne travaillent pas. Donc aucune différence de retraite n’est justifiée.

          J’en entends dire : « oui, mais le cadre a cotisé beaucoup plus ! ». Et alors ? Il n’a pas cotisé pour lui, il a cotisé pour des gens qui étaient à la retraite pendant qu’il travaillait lui. S’il a cotisé plus, c’est aussi parce qu’il gagnait plus. Si le cadre a gagné plus, il a pu s’acheter une maison et a donc besoin de moins pour sa retraite que l’ouvrier, souvent locataire.

          Alors, où est la solidarité dans ce système de retraite ? Ce système est à l’image de notre société : profondément injuste.


        • Romain Desbois 17 janvier 2010 08:46


          C’est vrai qu’il est choquant que tous ne soit pas loger à la même enseigne, mais faut-il niveler par le bas.

          Un facteur qui n’ai jamais pris en compte pour expliquer le déficit des caisses de retraites des cheminots, c’est le fait qu’ils sont passés de 250 000 cotisants dans les années 50 à près de 110 000 aujourd’hui. Sans garder un nombre aussi important, la saignée opérée a laisser sur cinquante ans des millions de gens au chômage, chômeurs que le privé n’aurait pas eu à indemniser et qui auraient cotisé aux caisses des cheminots, évitant que ce soit le privé qui compense.
          Il faut rappeler quand même que tous les ans la « sécu » cheminot reverse ses excédents à la sécu. Alors que les cheminots sont à 100%, la caisse de prévoyance est bénéficiaire !

          Un autre petit rappel. Il était prévu dans les années 50 quand il s’est agi de copier les systèmes de retraites qu’on appelle maintenant « régimes spéciaux » au bénéfice de tous, que le but était à l’avenir de s’aligner sur ces systèmes plus avantageux, pas le contraire comme on tente de le faire.

          De plus les conditions de départ en retraite ont compté et comptent beaucoup dans le choix de devenir cheminot. Si on change les règles , ca s’appelle de l’escroquerie !

          Un petit lien pour comprendre :

          http://reparti.free.fr/chemiret.pdf


        • Vilain petit canard Vilain petit canard 13 janvier 2010 13:10

          Eh oui, la Sarkozie c’est ça, et uniquement ça : un pays de vieux cons, où les retraités (excités par les nantis) trouvent honteux que les autres ne bossent pas assez, et clament qu’il faudrait leur botter les fesses, et qu’avant c’était mieux. Les pourcentages que vous cotez chez les plus de 65 ans, ce sont les mêmes qui décrivent le vote Sarko : à partir de 60 ans : 60%, à partir de 70 ans, 70%, et ainsi de suite.

          Se lever plus tôt, travailler plus pour gagner que dalle, virer tous les pas-français en chantant la Marseillaise, diminuer les impôts des riches et faire la chasse aux « nantis de proximité » comme les conducteurs RATP : voilà le programme que nos retraités veulent pour nous.

          Comme dit Juan de Sarkofrance : ami sarkozyste, où es-tu ? Eh ben moi je sais : en maison de retraite, bien au chaud dans tes couches.


          • Romain Desbois 17 janvier 2010 08:57

            @vilain petit canard

            Bravo, rien à rajouter.


          • Flo Flo 18 janvier 2010 00:33

            Un conflit générationel nous pend au nez depuis un bon moment déjà...


          • tvargentine.com lerma 13 janvier 2010 13:36

            Encore un article primaire de l’anti-sarkozysme mais dont l’auteur de gagne pas 40.000 euros par mois en cumulant des « emplois » sur canal+ et sur France Inter.

            Oui,les français aimeraient avoir le choix ! le choix de pouvoir continuer à travailler + et donc ,cotiser +,mais le problème c’est que la France ,n’accepte plus les personnes après un certain age continue de pouvoir travailler dans leurs entreprises

            Les gouvernements « socialistes » (cela fait partie de l’héritage) ont préféré accorder tellement d’argent public pour « des emplois jeunes » que les seniors se sont retrouvés exclus du marché du travail et parfois obligés d’accepter de voir leurs revenus divisés pour continuer à travailler

            Cette conception réductrice de la société française n’existe pas ailleurs à l’étranger et ce n’est pas aux « riches » de payer comme vous l’écrivez dans votre article sans réflexion,car uniquement inscrit dans de l’anti-sarkozysme primaire

            Il faut supprimer TOUTES les aides publics pour « les jeunes » car elles déstabilisent la pyramide des salaires sur le critère de l’age en faisant le ménage sur l’ancienneté

            Le PS porte une lourde responsabilité sur cette « culture » 100% françaises

            http://www.tvargentine.com


            • LE CHAT LE CHAT 13 janvier 2010 15:16

              t’es vraiment con quand tu t’y mets , le taux de chomage des jeunes en France est le plus élevé des pays européens , tu veux en plus pouvoir insulter les jeunes de feignants ?


            • Cogno2 13 janvier 2010 16:33

              Il me manquait ce légume de Lerma, quelle poilade de le lire, on dirait un sketch.
              En tout cas, on se dit qu’être aussi con qu’il a l’air, c’est pas possible.
              Je pensais qu’il était allé se faire greffer un cerveau, je suis déçu, il n’est rien qu’un photocopieur avec juste assez de mémoire pour un texte, qu’il ressort à chaque fois.

              « Anti sarkozysme, tout ça c’est la faute aux gauchistes ! »
              Voici résumé la pensée de Lerma, sa vie, son oeuvre.

              Allez, une autre !!


            • Gabriel Gabriel 13 janvier 2010 16:58

              Salut le chat,

              La connerie et la malhonnêteté de Lerma bas tout les records. Difficile d’avoir un dialogue cohérent avec des ânes pareils. Et dire que les voleurs qui nous gouvernent sont mis en place à cause d’abrutis de son espèce. Allez Lerma va faire le clip avec les d’jeun pop, tu as tout à fait le niveau pour !

            • herve33 13 janvier 2010 19:16

              @lerma
              Il faut supprimer TOUTES les aides publics pour « les jeunes » car elles déstabilisent la pyramide des salaires sur le critère de l’age en faisant le ménage sur l’ancienneté

              Déjà les jeunes sont pour la plupart , en situation de précarité , et subissent de plein fouet la crise économique , où même les plus diplomés ne trouvent pas d’emplois .
              En plus , Il faudrait supprimer les aides publiques , lerma ???

               Les jeunes trouvent plus facilement que les plus agés parce qu’ils sont corvéables à merci et seront toujours plus rentables qu’un senior qui faudra payer plus pour un productivité moindre .

              Bien qu’il y ait eu la crise , Lerma est toujours sarkoziste mais le sarkozy d’avant la crise .


            • Croa Croa 13 janvier 2010 22:37

              «  le taux de chomage des jeunes en France est le plus élevé des pays européens » ce qui en plus leur hypothèque tout espoir de toucher pension correcte lorsque leur tour viendra de partir à la retraite.

              Il est vrai que pour les jeunes, c’est si loin.... !


            • voxagora voxagora 13 janvier 2010 13:46

               
              Je me demande combien de « sondeurs » adhèrent complètement
              aux chiffres qu’ils nous balancent
              soit pour faire du remplissage soi-disant informatif,
              soit pour fertiliser nos esprits avec les théories de qui commande le sondage ?

              Je suis contente de pouvoir lire ce genre d’article,
              une sorte de contre-pouvoir au pouvoir des chiffres falsifiés.


              • titi 13 janvier 2010 13:56

                « 65 % des français considèrent que « pour établir la justice sociale, il faudrait prendre aux riches pour donner aux pauvres ».
                hi hi hi. Ca me fait toujours bien rire cette maxime.
                Pourquoi ? parce que ceux qui l’énonce se rangent toujours du coté des pauvres spoliés par les salauds de riches.

                Car pour mettre en place cette mesure il faudrait définir qu’est ce qu’un riche..
                Je me souviens d’une époque ou M Jospin souhaitait supprimer les allocations familiales aux »riches« . Il avait défini un plafond de ressources : au dessus on était riche donc pas besoin des allocs, et au dessous on était pauvre.
                Sauf que le plafond annoncé correspondait aux revenus d’activité d’un couple de prof avec 20 ans d’ancienneté. Dommage justement ceux qui votaient pour lui...

                Donc on peut pas taper sur les »riches« mais que sur les très riches...
                Mais la vérité c’est qu’il n’y a pas assez de très riches pour améliorer le sort de tous »pauvres« (voir mon calcul sur le bouclier en bas)

                 »Aujourd’hui en France les 10 % les plus riches possèdent selon l’INSEE 24,1 % de la richesse nationale, les 10 % les plus pauvres 3,7 %, et ce différentiel ne cesse d’augmenter depuis la mise en place du bouclier fiscal"
                Arrêtez de mettre le bouclier fiscal à toutes les sauces.
                Au départ sur AV on lisait qu’il coutait 15 Milliards. Puis 40. Bon en fait c’etait 578 millions en 2007...
                Alors il faut bien lui trouver une autre tare à ce bouclier.. Bingo : il augmente les disparitées. Trop fort... en plus tout le monde comprends la phrase : y a bon communication, y a bon prochaines élections.
                Bah en effet c’est 10 euros par francais... C’est sur que ca augmente les disparités de facon AHURISSANTES. C’est sur que sans ce bouclier, les gens seraient BEAUCOUP plus riche... à condition que la richesse commence à 10 euros.

                D’autre part vous omettez completement l’age. Or il est bien évident que l’on démarre dans la vie beaucoup moins riche qu’on ne la finit : propriétaire peut être, épargnant surement.
                http://www.insee.fr/fr/themes/tableau.asp?reg_id=0&ref_id=NATSOS04206
                les riches sont donc également nos ainés qui ont une carrière et des années de revenus derrière eux. Donc on va braquer les vieux pour redonner aux d’jeuns ?




                • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 13 janvier 2010 15:12

                  tres bonne reaction

                  ajoutons un exemple concret pour que chacun comprenne.

                  Bettencourt (la plus riche de France) a touche 600 millions d’euros de dividendes l’annee derniere. Soit ... 10 euros par francais.

                  Bernard Arnault, le PDG de LVMH, a une fortune de 20 milliards d’euros (et en actions en plus, pas en billets de banques ou en lingots d’or) soit 20 milliards / 60 millions de francais = 333 euros par francais.

                  Makelele touche 300 000 euros par mois ou 3.6 millions par an, soit 75 euros par spectateur du Parc des Princes.

                  Ces 3 exemples montrent que si on taxait les riches meme a 100%, alors les francais pourraient jouer deux ou trois lotos (10 euros) ou acheter 6 actions LVMH ou un I Phone, rie de plus.

                  Par contre, le jeune de classe moyenne qui depense 10 euros chez Mc Do, ses parents lui ont ils dit que 10 euros = 66 000 francs CFA = 188 repas dans un petit resto des rues d’Abidjan , ou de quoi nourrir une famille de 10 personnes du Tchad pendant 25 jours ?


                • LE CHAT LE CHAT 13 janvier 2010 15:25

                  @EULEUSIS

                  10 euros = 6559 francs CFA 


                • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 13 janvier 2010 16:24

                  merci le chat

                  10 euros ca donne donc une famille de 10 pers pendant 2,5 jours


                • zvalief 13 janvier 2010 17:46

                  tout à fait d’accord, il ne faut surtout pas toucher aux riches, il faut continuer à engraisser les seigneurs pour que ceux-ci puissent nous faire l’aumône...


                • titi 13 janvier 2010 18:06

                  Je comprends pas...

                  Vous « engraisser » les seigneurs. Ca veut dire quoi ?


                • Nethan 13 janvier 2010 20:24

                  Votre calcul serait bon s’il était complet... De même que les critiques seraient bons s’ils étaient complets...

                  Dans les deux cas, il y a une grosse partie d’erreurs que je veux corriger en partie :

                  Ce qui coûte 15 Milliards, c’est l’intégralité du plan TEPA aussi appelé « paquet fiscal » (lien), OR le bouclier fiscal est une partie des maniements de ce dispositif (oui il a été remanié, il existait déjà avant).

                  L’ennui, c’est l’impératif médiatique. Il faut des termes qui choquent et seront retenus par les gens, or TEPA et paquet sont moins sexy que « bouclier fiscal » qui maintenant désigne tout TEPA en péjoratif. Le problème habituel en gros...

                  Cela permet aussi d’embrumer l’esprit des citoyens qui finissent par ne plus rien comprendre, et d’autres comme vous qui tombent dans le piège, car vous oubliez TOUT LE RESTE du dispositif qui est la partie la plus importante.

                  Ces 15 Milliards ne sont pas une invention : C’est un fait, mais ce sont surtout des manques à gagner, pas des coûts. Ce qui a « coûté » le plus dans ce nombre, ce sont les réductions sur les heures sups qui les ont même rendu souvent moins chers que les heures normales...

                  Le bouclier n’est qu’une partie qui n’a effectivement coûté que quelques centaines de millions. La question des inégalités, elle n’est pas née depuis la TEPA, seulement au fil des ans elle a empiré, même s’il reste la question de bien définir le « riche » comme vous le dites, donc il faut un bouc émissaire, et le bouclier fiscal l’est devenu.

                  Les 40 Milliards ne sont pas inventés non plus : Sur 3 années de TEPA, l’état s’est allégé de 40 Milliards de cotisations (ce n’est pas 15 Milliards fixe par an ^^ mais pas loin à chaque fois) qui auraient pû aider à maintenir un budget plus raisonnable.

                  Et au final aussi, le problème, ce sont que les gens sont mal informés, d’où le mauvais usage des termes. Difficile de l’être vu la qualité des médias de masse d’aujourd’hui.


                • titi 13 janvier 2010 22:59

                  Le bouclier fiscal n’est pas la TEPA. Nous sommes bien d’accord.

                  Mais surtout le premier s’adresse à une minorité alors que la TEPA s’adresse à tous les salariés. Prendre le cout de la totalité pour l’imputer à la minorité concernée par le bouclier celà montre une malhonneteté intelectuelle.

                  D’autre part les recettes issues de la TEPA sont elles évaluées ? Quid des cotisations récupérées par le biais de la portabilité des régimes de prévoyance par exemple ?


                • Nethan 15 janvier 2010 01:10

                  Exact, il y a eu de la mahonnêteté intellectuelle. J’ignore qui l’a lancé, car certes ça profite à la gauche, mais souvent la droite a tendance à focaliser les gens sur un détail pour cacher le reste d’une réforme (OK, la vérité est qu’ils font tous les deux la même chose ^^), donc au final peu importe qui.

                  Pour les recettes, je ne vois pas de quoi vous parlez, vu qu’il n’y a aucune recette dans le TEPA à ma connaissance, juste des coûts et des déductions. La façon dont c’est fait, aucune idée, je ne suis pas à la Cour des Comptes, malheureusement ^^


                • joelim joelim 13 janvier 2010 14:02

                  Merci de dénoncer ce n-ième sondage bidon. La désinformation fonctionne toujours à plein régime, et toujours au profit des revenus du capital.

                  A quand un sondage demandant jusqu’à combien sommes-nous prêts à taxer les revenus du capital afin de financer nos retraites ?

                  Cette simple question que je pose montre bien que les sondages tels qu’ils sont réalisés actuellement sont uniquement une technique de manipulation des esprits des français.


                  • Croa Croa 13 janvier 2010 22:56

                    On peut taxer les revenus du capital mais il y a plus simple !

                    Actuellement seul le travail salarié cotise ! On nous trompe en divisant le revenu du travail salarié en deux parties (en plus inégales) : Partie employé et partie employeur. C’est bien de toute façon une cotisation prélevée sur ce que rapporte le salarié.

                    Or, l’entreprise a d’autres revenus et d’autres sources de bénéfices (dont partiellement des revenus du capital mais pas seulement). Surtout lorsque, productivité aidant, elle a viré les trois quarts de ses effectifs !

                    L’entreprise ne cotise pas !
                     La sois-disant « part patronale » est un sophisme, un gros mensonge !

                    Il faudrait donc créer une vraie cotisation patronale, à prélever sur les bénéfices bruts.

                    C’est vraiment tout simple, non ?


                  • titi 13 janvier 2010 23:07

                    Euh ca change quoi techniquement ?
                    Dans tous les cas les charges, même salariale, sont inclus dans les calculs de couts.
                    Tous ce que vous racontez c’est d’inventer encore un nouvel impot.

                    Je voudrais pas dire, mais la France a déjà la palme dans le domaine des taxations en tous genres avec le succès que l’on sait... Il est peut être temps d’explorer une autre voie ?

                    « A quand un sondage demandant jusqu’à combien sommes-nous prêts à taxer les revenus du capital afin de financer nos retraites ? »
                    Je vous dévoile un secret : c’est déjà le cas. Les revenus du capital sont taxés à hauteur de 12,1% CSG + RDS, non récupérable, c’est à dire que l’impot sur le revenu sera du sur ces prélèvements : on impose la taxe. Comme les taxes EDF. C’est beau la France.


                  • Ethers 13 janvier 2010 14:08

                    Je n’ai rien compris à votre article ! J’ai l’impression (peut-être fausse. en tout cas je n’implique pas du tout que c’est fait exprès, mais je pointe juste l’aspect un peu fouillis de votre prose) que vous mêlez le contenu du sondage et vos propres idées. Par ailleurs, il me semble que vous n’exploitez pas assez le contenu du sondage : on dirait que vous cherchez à contester ses éventuelles trouvailles, mais au fond, vous ne les analysez que sous un angle « partisan-contre-partisan ».

                    Le seul point que j’ai à peu près identifié est à propos de la solidarité intergénérationnelle : vous dîtes qu’il y a un problème évident, et ensuite, en utilisant le terme « détriment », vous paraissez en rejeter la « faute » sur les travailleurs les plus âgés. Je trouve que vous allez un peu vite en besogne ! D’une part, il ne me paraît pas si évident que les plus vieux « volent » leurs emplois aux plus jeunes (c’est sans doute encore plus faux que « les immigrés volent leur travail aux Français »...) car je crois que les plus jeunes et les plus vieux n’occupent pas les mêmes fonctions dans une grande majorité d’entreprises - càd, on ne leur demande pas les mêmes choses ! D’autre part, et c’est sans doute une plus grande évidence, l’époque est au culte de la jeunesse et de la performance : Madonna qui s’exhibe et parle à qui veut bien l’écouter de ses histoires de fesses à 50 ans passés, c’est le même phénomène qu’un « senior » qui veut travailler ! Et ça ne m’étonne donc pas du tout de voir que les retraités sont les 1ers à vouloir travailler.
                    Puisqu’on en est aux évidences : deux personnes qui emploient un emploi similaire doivent partir à la retraite au même âge (il est totalement injuste que les salariés d’EDF ou de GDF qui travaillent dans des bureaux partent à la retraite 10 ans avant leurs alter ego dans d’autres structures) ; deux personnes qu’elles aient eu le même emploi ou non doivent avoir, statistiquement au moins, la chance de passer le même nombre d’années à la retraite (je sais, c’est dit de façon assez horrible, mais je trouve que l’évidence de la pénibilité du travail est mieux énoncée ainsi...) ; dans un pays dont la population vieillit le paiement des retraites est un peu plus compliqué chaque jour ; les enfants - et les sacrifices afférents - qui n’ont pas été faits hier ne sont pas à pour payer les retraites d’aujourd’hui (de même en remplaçant hier par aujourd’hui et aujourd’hui par demain !) ; si la somme à payer s’accroît plus vite que le nombre de ceux qui payent, ceux qui payent doivent en moyenne payer plus. Je suis sûr que ce sujet complexe porte en lui encore bien d’autres évidences.
                    Bien à vous.


                    • jps jps 13 janvier 2010 14:17

                      comme le dit un sénateur à propos du sondage «  le consensus s’arrête sur la nécessité de faire ; les modalités de l’action sont encore inconnues -seules quelques pistes sont esquissées- et le calendrier reste un mystère »


                      • sentinelle 13 janvier 2010 14:26

                        http:/ /icietmaintenant.info/player_son.htm


                        • jesuisunhommelibre jesuisunhommelibre 13 janvier 2010 14:38

                          Qu’il y ait des partis-pris dans les sondages, c’est une évidence dont il n’y a pas lieu de faire un article.

                          En revanche, dire « Ceux qui veulent travailler au-delà de 60 ans le font mécaniquement au détriment des plus jeunes. » est un contre-sens ahurissant.
                          C’est avec ce raisonnement(?) qu’a été créé ce monstre économique que sont les « 35 heures ».

                          Pour qui réfléchi deux minutes, il est évident qu’au plus de gens travaillent, au plus il est créé de richesse, et donc, au plus il y a des capitaux disponibles pour investir, et donc au plus il y a d’emplois !

                          Observez la situation économique d’autre pays. Vous verrez que certains ont une homogénéïté dans la répartition du chômage à travers les tranches d’âges. Et voyez quelles sont les différences et les ressemblances avec ce que nous connaissons chez nous : smic, contrat de travail, charges sociales, impôts et taxes, système financier, type de retraite ...


                          • zvalief 13 janvier 2010 19:35

                            @ jesuisunhommelibre

                            vous vous contredisez, vous fustigez « ce monstre économique que sont les »35 heures« . » et dès la phrase suivante vous exposez les bénéfices du partage du travail.
                            c’est vrai que vouloir imposer les 35H de force et à tous les secteurs d’activité était une erreur, mais le partage du travail est la seule solution viable pour ce débarrasser du chômage et sauver nos retraites, c’est mathématique et très simple à comprendre, quand on augmente le nombre de travailleurs, on augmente le nombre de cotisants (augmentation des recettes), et tout aussi logiquement on diminue le nombre d’indemnité distribuées (dépenses). donc augmentation des recettes + diminution des dépenses + division de ces dépenses par un nombre plus important de personnes = cotisation qui diminue pour tout le monde sans perte de qualité de prestation.
                            malheureusement pour nous le chômage est l’outil ideal de certains patrons pour faire pressions sur les salaires et les droits du travail. 


                          • 65beve 65beve 13 janvier 2010 23:08

                            @jesuisinhommelibre

                            Bonsoir,
                             
                            « un contre-sens ahurissant. »
                            Je suis parti à la retraite à 60 ans sans faire le rab demandé par le patron.
                            Que croyez vous qu’il fît ?
                            Il a embauché un jeune de 30 ans.......

                            « monstre économique que sont les »35 heures"
                            Dans la boîte qui m’employait, le passage aux 35h a permis de sauver 50 emplois.....

                            Arretez TF1 et voyez plus loin que le bout de votre nez.

                             Bonne soirée.


                          • citoyen 13 janvier 2010 14:56

                            quand les employés travaillent dans un bureau à l’edf ou au gdf , ils sont classés en service « sédentaire » , et le départ à la retraite taux plein est 60 ans , à condition d’avoir 40 ans de cotisation ( si tu es cadre , tu as commencé vers 23 ou 24 ans , donc c’est 63 ou 64 ans ), donc ethers , tu racontes des conneries du niveau de ce que l’on entend dans les bistrots au milieu des vapeurs de Ricard . Si c’est pour diffuser un tel galimatias de contre -vérités , tais toi donc , au lieu d’intoxiquer le cerveau des gens
                            PS : si EDF , GDF ou jke ne sais quoi encore sont le paradis , pourquoi ne vas tu pas y travailler ? Charlot , va !
                            a propos , c’est à quel a^ge la retraite des footballeurs dont la teneur de tes propos m’aménent à supputer que tu dois être un grand admirateur ...


                            • Ethers 18 janvier 2010 17:06

                              Encore un qui se projette avec son pseudo : votre discours en est l’antithèse, il n’a rien de citoyen, mais tout d’insultant, d’impoli et d’ignare. Figurez vous que j’ai travaillé chez EDF ET GDF : le jour où j’y suis entré (dans un bureau, il y a une quinzaine d’années, à moins de 30 ans), nous avons discuté avec le service RH pendant une matinée de l’âge auquel je partirais à la retraite, soit 53 ou 54 ans ! J’étais assez surpris de parler de ce sujet pour lequel je me sentait trop jeune, et j’e avais parlé avec mon chef et des collègues qui m’avainet expliqué d’une part que c’était normal, et que d’autre part, je m’étais fait posséder par les RH car il était possible selon eux d’obtenir 51 ou 52 ans... Des proches y travaillent toujours et rien de nouveau sous ce soleil là !
                              Par ailleurs, travailer à EDF ou GDF, et partir à la retraite avant 60 ans n’a rien d’un paradis pour des personnes qui ont un boulot intéressant et loin d’être une corvée : le travail n’est dans ce cas pas une aliénation !


                            • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 13 janvier 2010 15:03

                              Pyramide des ages 1946 http://www.insee.fr/fr/ppp/bases-de-donnees/irweb/sd2005/dd/pdf/sd2005_pyra1946.pdf

                              Pyramide des ages 2007
                              http://www.insee.fr/fr/ppp/bases-de-donnees/irweb/sd2006/dd/pdf/sd2006_pyra2007.pdf


                              Il ne faut pas etre polytechnicien pour cpmprendre que plus la part des vieux au sein de la population progresse, plus il faut reorganiser la retraite !


                              • Croa Croa 13 janvier 2010 23:08

                                Euleusis tu raisonnes comme un tambour !

                                La productivité d’un travailleur de 1946 n’a rien à voir avec la productivité d’un travailleur de 2007 !

                                Cela se traduit en particulier par le fait qu’il faut moins d’actifs pour faire vivre le pays.

                                On peut partager ou laisser les riches en profiter, ce dont ils ne se privent pas en mettant les trois quarts des gens au chômage !


                              • Ronny Ronny 13 janvier 2010 15:23

                                Bien d’accord. je reposte ici un lien vers un papier que j’avais rédigé pour Avox voila quelque temps sur un sujet voisin (travail le dimanche) biaisé de la même façon apr le JDD. Et je reposte un commentaire sur un article semblable au votre publié voila quelqus mois :

                                Article JDD :
                                http://www.agoravox.fr/actualites/societe/article/les-francais-sont-ils-favorables-45681

                                Commentaire :
                                Sur les retraites, on nous refait le coup du TINA (« there is no other alternative », ou « il n’y a pas d’autre choix ») de M. Thatcher...

                                Le duo constitué de Mrs Hortefeux et Fillion nous redit qu’il n’existe que 3 possibilités pour financer les retraites à venir :

                                • 1. toucher une retraite plus faible
                                • 2. cotiser plus
                                • 3 cotiser plus longtemps

                                C’est curieux, mais pour en arriver à ces conclusions ils ont auparavant du faire plancher des dizaines de spécialistes pendant des jours... Et ceux-ci n’ont rien trouvé de mieux ? Bizarre, parce qu’en y pensant , oh allez 10 minutes, je propose quelques pistes supplémentaires basées sur l’idée que la retraite est à la fois un salaire différé et une nécessité sociale. En conséquence, son financement dépasse largement les seuls salariés et employeurs.

                                Je propose donc de revoir la fiscalité générale et l’attribution des subsides nationaux autour de 3 axes comme suit (liste non limitative, plus on sera de lecteurs a réfléchir, plus on sera intelligents !) :

                                • 1. renforcer la lutte contre la fraude fiscale = rapport potentiel annuel 45 milliards d’euros
                                • 2. revoir les attribution d’aides aux grosses entreprises (celles du CAC 40), en particulier le crédit impot recherche dont la cour des comptes décrits en termes politiquement corrects l’inefficacité = retour annuel 65 milliards d’euros
                                • 3. prélèvement de 50% sur les profits des grosses entreprises qui ne réinvestissent pas ou qui licencient du personnel, lorsqu’elles sont bénéficiaires = rapport annuel estimé 20 milllards d’euros
                                • 4. relèvement des tranches les plus élevées de l’impot sur le revenu, pour revenir aux tranches à 75 ou 80% pour les plus fortunés = rapport estimé 10 milliards d’euros

                                On devrait arriver avec cela à éponger le « trou » de la sécu, et même à rembourser une partie de la dette.

                                Alors, « pourquoi qu’on fait pas » comme dirait dans son Français admirable Mr Sarkozy ? J’ose une réponse, toujours en Sarkolangue « parce que j’ai pas été élu pour ça » !


                                • Olorin 13 janvier 2010 16:03

                                  @ Ronny : entièrement d’accord

                                  Pour les autres, une video de Gérard Filoche : http://www.dailymotion.com/video/x5q5rx_gerard-filoche-les-retraites_news


                                • Dominique TONIN dume 13 janvier 2010 17:27

                                  @ RONNY
                                  4 axes développés et parfaitement réalisables, auxquels j’ajouterais :
                                  5. Dissolution de la cour des comptes, qui ne sert à rien.
                                  6. Dissolution du sénat (hospice de vieux politiciens) dont plus de la moitié ne siègent jamais.
                                  7. Réduction des salaires et avantages en nature des membres du gouvernement et des 15 000 hauts fonctionnaires.
                                  Voilà en qques lignes plusieurs milliards d’économisés qui s’ajoutent à votre addition.
                                  + autres mesures développées sur le site : www.peuplefrancais.fr


                                • titi 13 janvier 2010 17:59

                                  Je crois que vous confondez tout :

                                  « renforcer la fraude contre la lutte fiscale. »
                                  L’argent récolté irait alors au budget de l’état. Pas dans les caisses de retraite.
                                  Nous pouvons débattre de cette « séparation » entre le social et le fiscal.
                                  Personnellement je pense que c’est une connerie. Mais il n’empêche... la fraude fiscale nuit au budget de l’Etat pas des caisses de retaite.

                                  « revoir les attribution d’aides aux grosses entreprises (celles du CAC 40), en particulier le crédit impot recherche dont la cour des comptes décrits en termes politiquement corrects l’inefficacité = retour annuel 65 milliards d’euros »
                                  Je suis assez d’accord la dessus.

                                  « prélèvement de 50% sur les profits des grosses entreprises qui ne réinvestissent pas ou qui licencient du personnel, lorsqu’elles sont bénéficiaires = rapport annuel estimé 20 milllards d’euros »
                                  Là je ne vois pas du tout le rapport.
                                  Une entreprise peut faire du bénéfice et embaucher une burne.
                                  Une entreprise peut être bénéficiaire et avoir perdu son plus gros client en fin d’exercice. L’empêcher de licencier serait une bétise sans nom.
                                  Concernant l’investissement, je ne vois pas pourquoi une entreprise ne pourrait thésoriser des capitaux propres.
                                  L’idée du profit en plus est à définir. L’impot c’est déjà 33% du résultat. Résultat grèver par toutes les taxes aux organismes inutiles : CCI, OPCA, et autres. Si vous souhaitez taxer à 50 % le résultat donc après le passage de tous ces morbaques je pense qu’au niveau délocalisation le Roumanie vous dira merci.

                                  « relèvement des tranches les plus élevées de l’impot sur le revenu, pour revenir aux tranches à 75 ou 80% pour les plus fortunés = rapport estimé 10 milliards d’euros »
                                  Mesure complétement démagogique.
                                  Accepteriez vous qu’on vous confisque 80% de votre salaire pour le répartir entre les victimes du tremblement de terre d’Haiti.
                                  Et pourtant vous êtes proportionnellement aussi riche par rapport à un haitien que ne l’est Pinault par rapport à vous.
                                  Il n’y a donc aucun raison de faire celà. Sauf à vouloir faire payer à d’autres ses propres erreurs et son incompétence.


                                • 65beve 65beve 13 janvier 2010 23:14

                                  Bonsoir Ronny,

                                  Une autre piste  :

                                  une taxe à l’ importation des produits fabriqués dans des pays qui font du dumping social.
                                  ça aiderait à financer une partie des retraites et le reclassement des chomeurs dûs à ce dumping.

                                  Bonsoir


                                • Romain Desbois 17 janvier 2010 09:20

                                  Excellent Ronny, presque tout est dit :

                                  C’est vrai que lutte contre la fraude aux cotisations doit être sévère. Cela se passe par le travail au noir mais aussi par des fraudes dont les salariés se rendent compte que lorsqu’ils font valoir leurs droits à la retraite. Ils ont cotisé mais les cotisations ne sont pas allé aux caisses, l’employeur ayant omis de les déclarer.
                                  Le fonds de retraite mis en place par Jospin pour passer le cap du Papy boum a été lessivé par la crise. On a appris ainsi que cet argent était placé en bourse par l’Etat !

                                  Et puis une autre solution jamais évoquée, c’est le fait que les cotisations sociales ne sont pas progressives. Or les retraités qui vivent le plus longtemps se sont justement ceux qui ont gagné le plus (cadre etc..). Donc les ouvriers de base cotisent pour la retraite des cadres (je fais court).

                                  Il faut savoir aussi que les vacataire qui bossent pour l’Etat mais sans être au statut de fonctionnaires cotisent mais ne toucheront rien si il sont eu des contrats de moins de un an (ce qui est la majorité). Scandale qu’une amie vient de découvrir en partant en retraite. C’est six ans de cotisations que l’on vient de lui rogner ! Du coup elle est obligée de continuer à bosser après sa retraite.


                                • BARLO Christian BARLO Christian 13 janvier 2010 15:31

                                  Bonjour

                                   Bon article qui met en relief tous les aspects machiavéliques de tels sondages sensés donner une photographie de la chose ( retraite pour cet exemple ) , mais qui donne une orientation liberale et regressive aux problemes des retraites !


                                  OUI l’argent existe pour assurer un avenir à nos regimes de retraite par repartition à la condition de revoir les ressources (autres que les salaires ) et de pas de baisser les dépenses . 

                                  C’est un choix politique courageux . C’est le choix du FRONT de gauche censuré par l’"ensemble des medias en SARKOLand et en France liberale .. 

                                   Barlo Christian conseiler municipal PCF 


                                  • nephilim 13 janvier 2010 15:59

                                    je vois bien la moitier des intervenants de se site arborer un petit pin’s : 

                                    « touche pas à mon frique salop de pauvre ».
                                    « vendre son cul, plus de revenu »
                                    « tu peux t’acheter du pain, c’est déja bien »
                                    « fils de pauvres, graine de voyoux »
                                    « né en citée, mort à la Santé »
                                    « pas d’ma faute, si t’es pauvre »
                                    « je suis riche parce que je le vaux bien »
                                    « tu es pauvre, tu crains »

                                    Bref les nantis trouveront toujours une bonne raison à la misère, et une bonne raison pour laisser faire.


                                    • beuhrète 2 13 janvier 2010 16:19

                                       a 70 ans
                                      http://life-in-the-dead.over-blog.com/article-36932450.htmlA

                                      a 80 ans

                                      http://life-in-the-dead.over-blog.com/article-36932276.html

                                      Les retraites.
                                      Publié par ERIC§CINDY sur le blog life-in-the-dead, il y a 1 an

                                      Les gens qui travaillent demandent souvent à ceux qui sont à la retraite ce qu’ils font de la journée. Hé bien par exemple, l’autre jour avec ma femme, nous sommes allés en ville et nous sommes entrés…

                                      http://life-in-the-dead.over-blog.com/article-25463022.html

                                      Woody allen
                                      Publié par ERIC§CINDY sur le blog life-in-the-dead, il y a 2 jours

                                      ... Hommes. Sacha Guitry « Ma prochaine vie, je veux la vivre à l’envers. On commence par la mort, et ainsi on s’en débarrasse une fois pour toutes. Ensuite, on se réveille dans une maison…

                                      http://life-in-the-dead.over-blog.com/article-woody-allen-42721344.htm...

                                      Les bronzes.
                                      Publié par ERIC§CINDY sur le blog life-in-the-dead, il y a 4 mois

                                      ... De leurs pieds. Moutons de naissance, ils suivent l’ornière avec des espoirs « d’ascension bancaires », attendent pendant des années leurs promotions d’employés, de comptables, leurs augmentations de salaire de…

                                      http://life-in-the-dead.over-blog.com/article-35530477.html


                                      • Cogno2 13 janvier 2010 16:36

                                        Allez, Lerma, reviens chier un coup par ici, sont pas drôles les autres.


                                        • beuhrète 2 13 janvier 2010 16:57

                                          Combien sont-ils encore cette année à être entrés dans la vaste danse commerciale, tous consciencieusement conditionnés par un savant abrutissement de masse orchestré depuis des lustres par les marchands de canicules, d’amiante, de radio-activité contrôlée aux confins des nuages des douanes de l’exagoneet récemment des piqouzes a l’eau de boudin censés les protéger alors qu’ils ont étés escroqués.

                                          Le peuple inonde avec une joie parfaitement bovine, des attentes spécialement conçues et organisées par les professionnels de la manipulation des foules. Parce qu’un jour des industriels (ou quelque gourou de la cause épidémique) ont lancé la mode du h1n1, je constate qu’aujourd’hui des millions d’esprits faibles, influençables, inaptes à la critique la plus élémentaire s’exposent indûment, ridiculement, stupidement se croyant sottement à l’abri de ses méfaits parce que dûment oints avec les dernières inventions coûteuses mais bien huileuses des industriels de la pharmacologie...

                                          Le socle de la société est composé d’hommes ordinaires sans histoires ayant des préoccupations à la hauteur de leurs pieds. Moutons de naissance, ils suivent l’ornière avec des espoirs « d’ascension bancaires », attendent pendant des années leurs promotions d’employés, de comptables, leurs augmentations de salaire de chauffeurs-routiers, leurs réductions d’impôts d’ouvriers spécialisés ou de patrons d’entreprises, aspirent à rembourser leurs maisons achetées à crédit, passent leur temps libre à s’engraisser le corps tout en se vidant l’esprit, sont contrariés -voire franchement énervés- par une rayure sur la portière de leur voiture, vivent avec des soucis d’assurés, meurent avec des rêves de retraite qui ne sortent jamais de leurs têtes. Chez eux la perspective de la retraite est comme un appendice mental, un mystère quasi génétique dont ils ne parviennent définitivement pas à faire abstraction. Ils appellent cela un « acquis social ». Pour eux c’est sacré, la retraite. Tellement essentiel qu’ils passent leur existence à l’attendre.

                                          Du berceau à la tombe ces citoyens ordinaires rasent le sol de leurs pensées triviales, caressant des chimères aussi volatiles que des gains de LOTO, aussi clinquantes, plates, vulgaires, superficielles que des écrans de télévision à plasma.

                                          Leur morale se borne au code civil. Leur bonté est basée sur les arguments commerciaux des publicistes. Leur vue humaniste est réglée sur les fluctuations économiques. Les pieds bien sur terre, jamais ils ne décollent.Il faut toutefois reconnaître leurs mérites : assoiffés de confort aussi bien mobilier qu’intellectuel, ils font d’excellents patriotes, de bons ouvriers, des pions dociles pour le marketing, la politique, la télévision, la soldatesque fleur au fusil......



                                          • Vertala Vertala 13 janvier 2010 17:01

                                            Et si on continuait à cotiser pour les retraites et qu’on continue à travailler jusqu’à ce que mort s’en suive... Cela redresserait rapidement les comptes des caisses de retraite, puisqu’elles n’auraient plus de décaissements à faire.

                                            Que faire avec l’argent disponible ? Avez-vous des idées ?


                                            • perlseb 13 janvier 2010 20:58

                                              Chut, faut pas dévoiler le vrai plan du gouvernement...

                                              Avec l’argent : une douche pour Sarko.


                                            • Hubba Bubba 13 janvier 2010 17:56

                                              lerma,ou la debilitée dans toute sa splendeur...
                                              pauvre france :(


                                              • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 13 janvier 2010 17:59

                                                Comme je l’avais dit, il y’a longtemps sur ce site, heureusement que les revendications sociales les plus fondamentales ont été arrachées par les générations passées avant que le monde politique ne devienne sourd comme il est aujourd’hui !

                                                Mêmes grignotés par toutes sortes de réformes inutiles et nuisibles, les acquis maintiennent la survie aux populations mais jusqu’à quand, déjà beaucoup de pays ont augmenté le nombre des années de travail avant que les travailleurs puissent prétendre à une retraite qui permet juste un lèger couffin de misère !

                                                Beaucoup d’intervenants ont déjà noté que le problème dépasse celui des « retraites » en dénonçant le passage de plus en plus facile des richesse publiques dans les patrimoines privés !

                                                Je vais encore plus loin : Quand les les gouvernants comprendront que l’accomplissement de leur devoir dans le total respect des lois sera synonyme d’abondance de droits sociaux sans que les citoyens n’aient à les quémander comme des misérables mendiants, alors LA VRAIE DEMOCRATIE NAITRA ET SE REPANDRA SUR TOUTE LA PLANETE !

                                                Pour arrêter cette roue folle qu’est le Monde aujourd’hui, pour bien comprendre que le fonctionnement des Institutions nationales et internationales a été longtemps à l’envers ce qui produit l’aberration que tous les peuples dénoncent, j’ai proposé hier un article à la publication sur le site AgoraVox !

                                                Il est question d’une « DECLARATION UNIVERSELLE DES DEVOIRS HUMAINS » qui doit remplacer dans les esprits et dans toutes les institutions nationales et internationales celle périmée des « droits de l’homme »qui nous a conduit au monde le plus égoïste, le plus ingrat, le plus injuste et le plus misérable malgré l’incommensurable richesse et malgré les moyens scientifiques et techniques dont on peut se demander légitimenet : A quoi sert tout cela ?


                                                • Marc Bruxman 13 janvier 2010 20:53

                                                  "Pour reculer l’age de la retraite il faut bosser . Pour bosser il faut du travail ! Alors que 8 millions d’actifs sont inactifs , je comprends pas l’équation..."

                                                  Baissez ces cotisations qui empoisonnent les entreprises et vous en aurez plein des emplois. Si les entreprises n’avaient pas à payer l’URSSAF, Pole-Emploi et autres, elles pourraient au choix :

                                                  • Embaucher plein de monde.
                                                  • Augmenter les salaires de tout le monde.
                                                  Actuellement vous vous plaignez que les salaires n’augmentent plus depuis longtemps mais tout est syphonné par les cotisations du social.

                                                  Je pense qu’il serait sain de :

                                                  • Supprimer totalement les cotisations patronales et salariales.
                                                  • Reverser toutes les cotisations salariales au salarié (augmentation de salaire immédiate) et 50% des cotisations patronales. 
                                                  • Laisser les 50 autres pourcent dans l’entreprise. 
                                                  • Monter la TVA pour compenser.
                                                  On obtient ainsi :
                                                  • Une baisse importante du coût du travail qui encourage à embaucher et à créer de l’emploi en France plutot qu’ailleurs. La plupart des PME vont embaucher direct si on leur propose ca.
                                                  • Une forte hausse des salaires. Si vous gagnez le SMIC imaginez que vous touchiez subitement plus de 1500 € Net par mois. Vous allez beaucoup consommer et faire tourner l’économie. C’est des emplois de crées !
                                                  • Une baisse cachée des minimas sociaux (la TVA rend l’oisiveté mois intéréssante).
                                                  • La taxation des inactifs (retraités). 
                                                  Quand à la hausse de la TVA, elle pourra être rabaissée dès que le chomage aura diminué. La hausse du nombre d’actif va faire que le chomage va moins couter, la hausse de la croissance va occasionner de meilleures rentrées fiscales (qui vont permettre à l’état de compenser). Et lorsque la TVA sera ramenée de nouveau à 19.6% on pourra diminuer l’impot sur le revenu.

                                                  Sarkozy n’a pas eu le courage de la TVA sociale c’est très dommage. Certe les rouges auraient geulés mais cela aurait fait tellement de bien au pays et à son économie qu’ils seraient très vite passés pour des cons. Remplacer les charges sociales par la TVA c’est ce qu’il faut faire. Mais il convient de partager le gain entre le salarié et l’entreprise afin que chacun y trouve son compte.


                                                • Nethan 13 janvier 2010 22:06

                                                  Marc Bruxman > Vous oubliez la troisième possibilité smiley  :

                                                  - L’entreprise ne fait rien, elle garde l’intégralité de la réduction pour sa poche.

                                                  Excepté quelques rares exemples du prétendu « capitalisme patrimonial », il n’y a pas eu beaucoup de cas qui montrent une rationalité des entreprises et des acteurs financiers. J’entend par rationel le principe du « Plus on partage le gâteau, plus il devient gros » qui profiterait à tout le monde même à l’entreprise elle-même. Donc ils augmentent les salaires etc... Si on ne force pas, ça ne se fait pas facilement.

                                                  Mais admettons que ça se passerait comme ça :

                                                  J’avais aussi imaginé l’idée qu’on vire les cotisations mais qu’en contre-partie, toute ou au moins 75% de la somme est reversée au salarié, en contrepartie d’une augmentation de la fiscalité car il faut bien tourner le service public.

                                                  Conséquences envisagées :

                                                  - Le système reste similaire : On n’a fait que déplacer un problème histoire de tout regrouper sur la tête des impôts, car ça ne suffit jamais ^^ La pression sur la libéralisation d’absolument tout sera accentuée : Santé, éducation, etc... car l’Etat cédera à un moment sur les impôts, et il faudra donc qu’il privatise encore plus pour baisser les coûts.

                                                  Ça ne plaira qu’aux ultra-libéraux au mieux.

                                                  - Le système ne reste pas similaire et les effets attendus arrivent : Les gens ont davantage d’argent. Ok bien. Les entreprises ont moins de mal à joindre les deux bouts (ça ne veut pas dire qu’ils auront davantage de commandes mais admettons). Ok bien. On augmente la TVA pour compenser. Ok bien. La consommation est boostée (au dépend de l’environnement mais c’est un détail ^^)...

                                                  ... Sauf que la plupart des produits disponibles ne sont PAS made in France... On n’est plus en 1900, mais dans une société très ouverte à l’ère de la mondialisation, une société de services. « Consommer » une coupe chez un coiffeur et acheter un produit chinois, c’est assez différent.

                                                  Le résultat est que les entreprises nationales ne seront pas beaucoup plus avantagés qu’avant, mais les produits étrangers rapporteront davantage à leurs producteurs vu que l’augmentation de la consommation leur profitera. Rien ne dit que nos entreprises n’augmenteront pas leurs exportations, mais ça m’étonnerait franchement vu qu’à l’étranger, il n’y aurait pas une telle mesure pour booster la consommation. En gros on aidera le monde en flinguant toute notre épargne, ce qui nous plombera totalement.

                                                  Cette mesure ne peut marcher qu’après la mise en place d’un régime très protectionniste visant à réduire les importations, mais cela poserait des problèmes politiques, économiques et technologiques.

                                                  Ce qui fait qu’au final, c’est une très mauvaise idée. Elle aurait été bonne dans le contexte des années 1900, mais là non.

                                                  Comme la TVA sociale d’ailleurs. Enfin dans la version qu’on a envisagé, c’était un ajout, ce qui pénaliserait les « rouges » comme vous dites, autrement dit ceux dont la propension à consommer est déjà quasi de 100%, autrement dit les pauvres et classes moyennes basses alors qu’ils ont déjà assez des augmentations de loyers et autres. Ce n’était pas une bonne idée aussi bien électoralement qu’économiquement.


                                                • Marc Bruxman 13 janvier 2010 20:40

                                                  Et le PS propose quoi ?

                                                  Parce que la on va dans le mur et vous le savez. Mais vous ne faites rien pour faire les « gentils ».

                                                  Actuellement, votre système ne passera pas 2020 sans qu’une révolution éclate car les jeunes ne pourront pas payer pour tous les inactifs. Vous le savez. Vous connaissez aussi la conséquence qu’aurait une telle révolution : La paupérisation de TOUS les retraités au mieux. Voir pire. (Les révolutions ne sont que rarement suivies d’idées humaines).

                                                  Il faut donc diminuer la charge des retraites. Et il n’y a pas 50 000 façons de le faire. On peut augmenter l’age de la retraite, diminuer le montant de celle ci ou un mélange des deux. Augmenter les cotisations ne fera que créer du chomage. Vous le savez aussi.

                                                  Il faut au contraire réduire fortement les cotisations pour diminuer le chomage et pousser l’age de la retraite à 65 ans avec une possibiltié de cumuler retraite et travail après cet age. Le chomage ne baissera en France que lorsque les cotisations sociales auront fortement baissées.

                                                  On peut intervenir pour réduire le coût de la fin de vie (bizarrement ca coute beaucoup moins cher aux Pays-Bas que chez nous sans qu’il s’agisse d’un affreux pays inhumain) afin d’alléger la charge de la sécu qui ne tiendra pas sinon.

                                                  PS : J’ai 30 ans et j’ai fait une croix sur ma retraite vu que je sais très bien que le système sera foutu avant. Alors j’essaie de capitaliser au maximum. Malheureusement je suis obligé de cotiser à ce système vérolé alors que je ne toucherai rien. Vous pouvez critiquer la bourse mais même si vous y perdez ca vaut rarement zéro.


                                                  • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 13 janvier 2010 23:56

                                                    « Et le PS propose quoi ? »

                                                    Bonne question. Aux dernières nouvelles le PS débattait en interne sur l’opportunité d’une loi sur la burqa. Sarkozy et sa bande crapuleuse ont tendu le piège de l’identité naZionale et ces idiots sont tombés dedans.


                                                  • loco 13 janvier 2010 21:52

                                                    Il est bien, Bruxman : « je suis obligé de cotiser .......rien » . La retraite par répartition, comme il est si bien dit dans un des posts ci-dessus ne vise pas à payer demain la retraite de celui qui cotise, mais à payer aujourd’hui les retraites de ceux qui, en travaillant hier, on construit ensemble le monde actuel. Son refus de cotiser exprime clairement la gratitude qu’il ressent pour ses géniteurs, ses parents, ses éducateurs, ses médecins........ la liste est longue. Il nous propose sa vision d’un monde peuplé de solitaires, et l’oppose sans détours à l’idée même de vie en société. Bon, il est jeune, et on peut espérer que le temps lui permettra de poursuivre sa formation , et d’apprendre qu’au delà de « je »,il existe d’autres pronoms, « tu, il, Nous ».


                                                    • titi 13 janvier 2010 23:19

                                                      « on construit ensemble le monde actuel »

                                                      Il s’agit donc d’un modèle à très courte vue.


                                                    • Croa Croa 13 janvier 2010 22:25

                                                      « - Travailler le plus longtemps possible pour garantir une retraite satisfaisante…, » il y aurait donc encore 34 % de naïf pour croire à la parole donnée !

                                                      Chaque « réforme » a été « travailler plus » pour gagner pareil à la retraite si on a la chance encore de ne pas se faire jeter dehors à 60 ans avec moins pour vivre !  smiley


                                                      • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 13 janvier 2010 23:40

                                                        Les vieux cons, stade suprême du Sarkozysme.


                                                        • loco 13 janvier 2010 23:48

                                                          Hélas, pour ce qui est des cons, l’âge ne fait rien à l’affaire.


                                                          • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 13 janvier 2010 23:58

                                                            Exact. Je corrige.

                                                            Les cons, stade suprême du Sarkozysme.


                                                          • glouglou 14 janvier 2010 00:17

                                                            Bêêêêê bêêêêêêê


                                                            • georges 14 janvier 2010 03:39

                                                              je suis parti vivre et travailler au canada et personne ne m impose un cadre ou il faudrait travailler tant heures et jusqu a telle periode , beurk
                                                              jamais vu un pareil peuple d assistés/infantilisés par un Etat donneur de lecon , un pays de con disait grand pere dans le temps , j ai pas voulu le croire jusqu a l age de comprendre les choses
                                                              evidemment que le francais sait qu il devra travailler plus longtemps , quand a s appliquer ce bon sens a soi meme les habituels corporatismes joueront leur role de trublion inutile et inefficace , la reforme prendra plus de temps ca ruinera encore plus le « modele » social francais mais ils auront pu exprimer le fait qu ils existaient et qu ils voulaient des « garanties » ( = avantages qui ruinent encore plus l Etat )


                                                              • exocet exocet 14 janvier 2010 09:52

                                                                Quelque chose qui me choque, moi, c’est que les futurs retraités vont avoir des retraites très basses, dans le privé du moins, car aucun employeur ne les gardera juqu’à 67 ans.
                                                                Il leur manquera donc des annuités et des points.

                                                                De plus, depuis la dernière réforme on se base sur les 25 meilleures années dans le privé, là aussi, les retraites seront plus basses.

                                                                Personne n’a parlé de baisser aussi les retraites de ceux qui sont déja retraités, ce qui permettrait aussi de faire des économies.
                                                                Ou du moins, de baisser celles qui sont importantes.
                                                                Ce serait logique, car sinon il y aura 2 poids, 2 mesures : des retraités riches qui ont eu leur retraite lorsque l’économie tournait fort et qui ont bénéficié de très bonnes conditions de calcul et côutent cher, alors que l’état de l’économie a beaucoup baissé depuis.


                                                                • Ecométa Ecométa 14 janvier 2010 11:19

                                                                  C’est assez marrant, encore que l’expression « triste » serait certainement plus approprié, on peut dire aussi, paradoxal… en fait et plus exactement orienté, car lorsque la protection sociale relève d’organismes d’assurances privées, cette protection sociale n’est plus considérée comme une charge comme en matière de protection sociale institutionnalisée, mais plutôt comme une opportunité d’investissement et forcément de ressources pour leurs tenants et leurs aboutissants « Kapitalistiques » et « Kapitalistes » ! En fait, et belle « intégrité intellectuelle », tout dépend de quel point de vue on se place, selon le coté de la cognée où l’on se trouve : du coté de celui qui tranche ou de celui qui est tranché !

                                                                  Autrefois, et je vais certainement passer pour un passéiste et même un vieux con aux yeux de certains, le petit monde de l’assurance, sans pour autant porter le nom de mutuelle pratiquait logiquement la mutualisation du risque… ce qui était perdu sur les uns était gagné sur les autres), ce qui ne les empêchaient pas de gagner de l’argent puisqu’au fil du temps ce petit monde était devenu, avec les banques, le plus gros propriétaires en matière d’immobilier. Ceci est de moins en moins le cas, et désormais tout est bon pour faire des affaires… même la misère des gens ! En effet, et de plus en plus d’associations de défense du consommateur dénoncent les difficultés de certains pour pouvoir s’assurer individuellement car désormais tout est bon pour faire augmenter les prix, en fait les primes, et surtout rentabiliser non plus globalement (mutualisation du risque) mais poste par poste et même pire, individualisation ou individualisme oblige : individu par individu !

                                                                  Je pense, en ce qui concerne la protection sociale, qu’à coté des institutions publiques, il faut également des mutuelles ou organismes privés ; je pense que ceci peut effectivement dynamiser la protection sociale… ou, à l’inverse, et c’est le cas actuellement, totalement la dynamiter si l’on ne veut jouer que cette carte là : celle de la seule privatisation ! Donc d’accord pour une privatisation partielle, mais, pour être original, et réellement sortir des sentiers battus et rebattus, des cercles vicieux, et étant donné que le budget de la protection sociale est indépendant, sauf pour le déficit, du budget de l’Etat, ne serait-il pas normal d’affecter toutes les recettes de TVA, comme celles sur les bénéfices de ces organismes, ceci pour plus de clarté et rester dans l’esprit global qui a séparé les deux budgets, non pas au budget de l’état mais directement à la protection sociale institutionnalisée ! Ou, alors, de tout simplement, au nom de la séparation des deux budget, de trouver normal que l’Etat comble ces déficits ; personnellement et afin de ne pas mélanger les genres, et pour la clarté d’un débat totalement biaisé actuellement, et de bien des manières : j’opterais pour une totale séparation !

                                                                  J’insiste, quoi de plus normal que d’affecter directement les impôts sur bénéfices de ces organismes privés, et même toute la TVA concernant les dépenses de santé, directement à la protection sociale institutionnalisée, sous forme de recettes ! Que l’industrie pharmaceutique fasse des profits est une chose normale, que les intermédiaires indépendants du privé gagnent leur vie, et soient en concurrence est une chose normale, pour autant la protection sociale qui est une institution culturellement nationale en France, et même en Europe, ne doit pas, bien que certains en rêvent, relever purement de l’économie de marché mais de la solidarité nationale ! Pas de cette « solidarité charité » on ne peut plus dégradante pour les bénéficiaires, imposée par l’Etat providence, par la bienveillance des riches pour les pauvres, des seuls riches qui feraient l’économie et les pauvres seulement profiteurs, mais cette solidarité forme d’« intelligence collective » et sociétale la plus évoluée qui puisse exister ! Une protection sociale institutionnalisée, qui, pour autant, doit faire l’objet d’une gestion rigoureuse, et, non, comme actuellement, d’un problème totalement biaisée étant donné que le problème qui nous intéresse qui ne relève pas uniquement de dépenses, mais également et surtout de recettes au plan des revenus du travail ou plus exactement des recettes générées par les travailleurs forcément en baisse ! Il semble nécessaire de rappeler, que depuis le début des trente piteuses, peut-être même des quarante car nous sommes bien partis pour cela, les 10 points de baisse dans la part des salaires en ce qui concerne la répartition de la valeur ajouté produite par les entreprises ; ceci explique largement le déficit de recette de la protection sociale ! Et, que dire du nombre de chômeurs : de ces fainéants de chômeur aux dires de certains ! Des fainéants de travailleurs sommés de travailler plus pour gagner plus… en fait pour valoriser davantage le « Kapital » !

                                                                  Que nous sachions, encore que certains ne le savent pas, que d’autres feignent de l’ignorer quand ça les arrange, le budget de la sécurité sociale, et celui plus large de la protection sociale, est indépendant du budget de l’état ! Alors, quoi de plus normal de que de faire un budget spécial protection sociale… restons dans cet esprit républicain, sociétale et démocratique, de la séparation des budgets, et affectons directement les recettes fiscales de la santé au budget de la protection sociale !

                                                                  Certains raisonnent, en termes de sécurité sociale, voire plus globalement en termes de protection sociale, lorsqu’il y a un déficit, souvent volontairement entretenu pour donner du grain à moudre au tenant de la privatisation totale de cette protection sociale, comme s’il s’agissait d’une perte sèche pour la Nation et pour la collectivité ! Comme dans toute comptabilité il y a une contrepartie, un « contre emploi » ; autrement dit : les déficits de la protection sociale quand ils existent sont ailleurs une recette, une capacité de dépense qui vient favoriser la croissance économique et de l façon la plu seine qui soit !

                                                                  C’est une évidence, les déficits, ceux de la protection sociale, sont du pipi de chat au regard des aides accordées aux banques dans leur partie de poker menteur ; une aide de l’Etat qui s’apparente à une « remise au pot » dans cette partie de poker menteur organisée par le système « banco bingo financier »… dont la partie continue et de plus belle !

                                                                  Le poids économique de la retraite, des retraités, comme celui de la sécurité sociale, en fait de tout ce qui concerne la protection sociale, qui n’est pas, ne peut pas être une affaire exclusivement individuelle, mais affaire de solidarité nationale… d’intelligence collective et non de charité ; ce poids économiques est absolument immense, et certainement, avec le travail, sa juste rémunération, la meilleur répartition économique qui soit ; ce n’est certainement pas de l’argent perdu ! 


                                                                  • bonnes idees 17 janvier 2010 23:00

                                                                    Eh, mais vous êtes bètes ! Vous n’avez pas pensés à taxer les banques pour payer nos retraitres. Ils ont du fric à ne plus quoi savoir en faire. La preuve car il le gaspille tous les jours de la semaine. La retraite, moi je veux bien la payer aux anciens qui ont bossés avant moi à partir du moment ou les prochains la paient pour moi. Il faut abolir les retraites spéciales comme celles des députés (faut pas deconner). Si je pouvais je les ferais descendre du perchoir à coup de pompes dans l’cul. Ca c’est une bonne idée de « bonnes idées ». N’oublions pas que nos ancètres étaient des révolutionnaires. Alors citoyen sort de ton coma.


                                                                    • Olorin 20 janvier 2010 22:33

                                                                      Il faut faire prendre conscience au gens qu’en plus, quasiment 2/3 des personnes qui ont plus de 55 ans ne travaillent plus. En invalidité, au chomage ou autre. Et dans le secteur privé, 60 % des personnes qui partent en retraite ne sont déjà plus au travail. Les pratiques patronales actuelles consistent à se débarrasser de leurs salariés dès l’âge de 50 ou 55 ans. Et en plus, à partir de 55 ans , deux maladie sur trois sont liées au travail...
                                                                      Sources : Gérard Filoche (inspecteur du travail)

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès