• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Ukraine : L’UE prise dans le piège Américain, la France doit en (...)

Ukraine : L’UE prise dans le piège Américain, la France doit en sortir

Conformément à leur volonté de domination mondiale, avec ses fidèles larbins de l’Union Européenne, au premier desquels la France, après que les USA aient déstabilisé l’Ukraine et participé au renversement d’un gouvernement, certes controversé par ses pratiques affairistes et clientélistes, mais légalement et légitimement élu, dans un climat de russophobie qui submerge la presse Européenne, ils engagent des sanctions économiques contre l’URSS pour son prétendu soutien aux séparatistes ‘’pro Russes’’ Ukrainiens. Alors que l’armée Ukrainienne fidèle aux ordres du Président milliardaire chocolatier bombarde et tue des populations civiles, dont le nombre ne cesse d'augmenter, dépassant les 2000 morts, dans les fiefs des insurgés que sont Donetsk et Lougansk, villes assiégées par l'armée ukrainienne.

Ni annexion de la Crimée, ni prise en otage par des ‘’rebelles’’ pro- Russes.

Concernant la Russie, il faut avoir à l’esprit qu'elle ne compte que 143 millions d'habitants pour une superficie de 17 098 242 km², trente et une fois celle de la France. Cela signifie que si la densité de population Russe était similaire à celle de la France, vu sa superficie, elle compterait plus de deux milliards d’habitants, ce qui serait terrible et invivable. Parfois de façon autoritaire, car il n’y avait pas d’autres moyens, POUTINE a du mettre un terme l'ère ELSTINE, où tous les vautours de la finance et du monde des affaires s'abattaient sur elle avec sa cohorte de corruption et a commencer ainsi à relever la Russie du fonds de ses abîmes.

Selon la propagande US et UE, avec en France un François HOLLANDE en fidèle perroquet d’OBAMA, flanqué de son émissaire BHL à la télévision Ukrainienne, qui n’hésite pas à appelé la Russie à "respecter l'intégrité territoriale de l'Ukraine", le Droit serait du coté du gouvernement Ukrainien qui s’opposerait à la volonté hégémonique de la Russie de POUTINE, lequel financerait ‘’les rebelles ‘’sur cette partie du territoire pour s’accaparer les richesses de l’Ukraine et accroître ainsi son influence sur l’Europe… D’où les raisons de sanctions conjointes UE - USA.

Mensonges et déni d’histoire !

La Russification de l’Ukraine n’est pas un phénomène nouveaux du à POUTINE. Depuis le Congrès de 1815, la Russie tsariste obtint l'Ukraine au complet en absorbant la Pologne. Contrairement à l'Ukraine occidentale, l'Est et le Sud subirent la russification des tsars. Proclamée en novembre 1917, la République autonome ukrainienne eut à faire face à la République soviétique d'Ukraine soutenue par les bolcheviques. La Russie soviétique créa en 1922 la République socialiste soviétique d'Ukraine. L'Ukraine de l'Ouest et l'Ukraine du Sud-Est furent réunies à nouveau et annexées à l'URSS.

À partir des années 1930, c'est-à-dire sous Staline, la répression commença à s’exercer contre les Ukrainiens et les membres des minorités nationales, notamment à l’égard des Polonais. Dès 1933, des politiques d'épuration furent engagées par les Russes. Toutes les concessions linguistiques et culturelles accordées aux nationalités non russes furent réduites à néant par une politique agressive de russification. Des Ukrainiens, des Polonais et plusieurs membres des autres minorités ethniques furent déportés. En 1938, le russe devint une matière obligatoire dans toutes les écoles ukrainiennes. C'est à cette époque que la soviétisation de l'Ukraine a entraîné un grand nombre d'emprunts au russe, résultat de la politique de russification menée par le Parti communiste de l'URSS.

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, le régime stalinien déporta près de 400 000 Allemands d’Ukraine en URSS, puis 180 000 Tatars de Crimée, ainsi que des Grecs, des Bulgares et des Arméniens. Rappelons que Moscou avait pour politique de brasser les populations dans toute l'URSS afin de mélanger les peuples et favoriser la formation d'un « peuple soviétique » superposé à celui de chacune des régions. On espérait ainsi susciter une double identité, celle de la communauté soviétique à laquelle pouvait s'ajouter celle du lieu de naissance. La russification, tant linguistique que sociale, se faisait surtout dans les villes de l'Ukraine où le russe était pratiquement obligatoire pour assurer sa promotion sociale. La ville de Kiev illustrait bien cette dominance du russe dans la vie urbaine en Ukraine.

A partir de la seconde guerre mondiale l'Ukraine devint la cible préférée des mouvements de migration décidés par Moscou. Dès que les Soviétiques construisaient une usine en Ukraine, presque toujours dans l'Est et le Sud, ils faisaient venir des Russes. Le nombre de Russes fut multiplié par trois : de 8,2 % en 1920, ils passèrent à 16,9 en 1959 avant d'atteindre 22,1 % en 1989. Progressivement, des mentalités se sont façonnées entre l'Ouest et l'Est, qui n'ont pas évolué au même rythme. Le russe réussit à reléguer l'ukrainien à l'arrière-plan social, surtout à l'est du fleuve Dniepr, avec comme résultat que le russe a fini par s'imposer dans toute l'Ukraine, notamment dans les domaines de la politique, de l'économie, de l'enseignement supérieur, etc. Toute la terminologie ukrainienne fut alors formée sur le modèle russe, avec quelques adaptations phonétiques. Le russe devint le symbole de la réussite sociale, de l'instruction et de l'intégration urbaine. Pour l'Ukrainien, le Russe était « le grand frère », la référence, l'autorité, mais également l'oppresseur à la fois redouté et méprisé (« moskal »). Pour le Russe, l'Ukrainien était le « provincial ». Se développèrent alors des stéréotypes opposant, d'une part, le paysan, le provincial, le non - instruit, le « grand benêt », d'autre part, l'urbain, l'instruit, le débrouillard, le « petit malin », bref, l'Ukrainien par opposition au Russe ! 

Concernant la Crimée, il n’y a pas eu ‘’annexion’’ par la Russie 

Historiquement, la Crimée était dans le giron de la Russie depuis le XVIIIe siècle, et ce jusqu'à la chute de l'Union soviétique. Ce n’est qu’en 1954 Nikita KOUTCHEV, pour fêter le tricentenaire du traité de PEREÏASLAV, dans lequel les cosaques d'Ukraine avaient proclamé leur allégeance à Moscou, place la Crimée sous autorité Ukrainienne. La Crimée se retrouve alors soumise à l'autorité de Kiev, avec laquelle elle a peu d'histoire commune. A quelques mois de la dissolution de l'URSS, en 1990, la péninsule de Crimée a obtenu de redevenir une république soviétique autonome au sein de l'Ukraine devenue indépendante un an plus tard.

Bien que le référendum n’était qu’une simple formalité politico-juridique qui confirmait la décision prise par le parlement de Crimée, dès lors que la population est à près de 60% Russophone et réclamait l’adhésion à Moscou, le résultat, tant au niveau de la participation, que du score obtenu pour la réintégration à la Russie est sans appel.

Mais alors pourquoi la ‘’communauté internationale’’ au premier rang de laquelle la France s’oppose-t-elle à ce retour de la Crimée dans le giron Russe en prétendant qu’il s’agit d’une annexion, alors que cette péninsule est une charge énorme pour l’Ukraine, en particulier sur le plan écologique  ? Pace qu’il s’agit de s’opposer à la position de la Russie dans cette région frontalière de l’Europe sur le plan Militaire, Géostratégique, Energétique Pour les hydrocarbures et peu importe la situation économique catastrophique de la Crimée pour la Russie, elle est surtout un symbole géopolitique et géostratégique.

Croire que les problèmes et solutions ne seraient que sur une ligne d’affrontement droite-gauche, Est-Ouest alors qu’écologiquement parlant, tout ce qui se trouve sur cette grille de lecture ne peut apporter de réponse aux questions posées par le Club de Rome depuis 1972, ces façons d'analyser sont obsolètes.
L'Ukraine aujourd’hui se trouve dans une situation qui ne peut être un écosystème viable pour les populations résidentes. C'est en développant à partir de ce point de vue que des solutions pourront émerger. Ne pas intégrer les problématiques écologistes, notamment géo-énergétiques et Géo-démographiques nous emportera dans le néant des fausses solutions.

UNE SITUATION ECOLOGIQUE CATASTROPHIQUE en Ukraine

Quinze réacteurs nucléaires fonctionnent encore en Ukraine. Près de la moitié (46,6 %) de l’électricité produite dans le pays provient de ces réacteurs. C’est l’électricité la plus “atomique” du monde, après celle de la France (nucléaire à 77,1 %) et juste avant celle de la Suède, dont 42,6 % de l’électricité est nucléaire. A Tchernobyl en 2011 à la veille du 25e anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl, l’Ukraine a annoncé un vaste programme de mise en valeur des terres contaminées par la radioactivité et on envisage sérieusement de cultiver les terres contaminées : un crime écologique plutôt qu’une riche idée  ? (http://www.courrierinternational.com/article/2010/12/22/cultiver-les-terres-contaminees-un-crime-ecologique-ou-une-riche-idee)

Un rapport, présenté à l'occasion du forum de l'Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe (OSCE) dédié à la sécurité environnementale, fait état d'une situation écologique critique en Ukraine, Belarus et Moldavie. Selon ce rapport, en Ukraine, environ 2,5 millions de tonnes d'armes, munitions et déchets militaires légués par l'époque soviétique sont sommairement stockés, dont quatre sites d'enfouissement de résidus radioactifs. Les experts estiment qu'entre 5 et 10% des dépôts et décharges du domaine militaire ukrainien exigeraient « des réparations majeures  ».

Les experts ont répertorié 20.000 tonnes de pesticides périmés en Ukraine, dont 11.000 tonnes d'hexachlorobenzene (HCB) et 2.000 tonnes de DDT. La plupart des 6.000 sites de stockage ukrainien sont jugés par les experts inadaptés et mal surveillés

La qualité de l'eau est d'ailleurs globalement problématique, remarque le rapport. En Ukraine, environ 39% des eaux usées sont polluées par les industries lourdes et environ un quart n’est pas traité du tout.

Stockage et élimination des déchets une situation désastreuse

Le volume total du stockage annuel des déchets ménagers en Ukraine est proportionnellement de 3 à 3,5 fois plus important que pour les pays de l’Europe de l’Ouest.

L’Ukraine a déjà stocké près du 5 milliards de m 3 de déchets ménagers qui se sont trouvés dans 750 décharges dont la plupart sont remplies à 60 / 90 %, d’autres décharges sont surchargées et devraient être fermées. La charge annuelle des déchets ménagers en Ukraine est proportionnellement de 3 à 3,5 fois plus important que pour les pays de l’Europe de l’Ouest.

Selon les données des écologues, actuellement la région de Donetsk a déjà stocké 4 milliards de tonnes des déchets industriels qui occupent presque 2% du territoire de la région. A part cela, le stockage des déchets ménagers consiste en 400 millions de m 3. Il existe environ 80 décharges d’une superficie de 230 hectares et la plupart d’entre elles sont presque surchargées.

Certaines décharges ne répondent pas du tout aux normes sanitaires pour causes de l’inaction du gouvernement ou de leur illégalité et la plupart d’entre elles se trouvent près d’habitations et nuisent à la santé des gens qui s’y retrouvent et constituent aussi une menace énorme pour l’écologie.

En Ukraine, les habitants des villes et les services communaux n’effectuent guère le tri préalable des déchets ménagers. Le processus du tri mécanique de ces déchets est compliqué, et donc peu répandu. Les processus de recyclage actuels sont restés les mêmes qu’il y a plus de dix ans : On a transporté des déchets avec des conteneurs directement dans les décharges pour leur stockage et leur élimination ultérieure. Résultat les déchets s’accumulent dans ces décharges au lieu d’être renouvelés. 

A Donetsk aujourd’hui sous les bombes, une des solutions parmi d’autres était la construction d’une usine d’incinération. La construction d’une usine d’incinération coûte entre 140 et 150 millions euros. Le prix du service d’incinération des déchets est de 100 euros par mètre cube. De cette façon on peut tirer la conclusion que la construction d’une usine d’incinération n’est pas une solution optimale pour débarrasser la ville des déchets ménagers ! Un plan drastique sélectif de tri des déchets, mais aussi de leur réduction, associés à un maillage d’usine de Méthanisation peut être une réponse plus adéquate.

Situation désastreuse de la gestion de l’eau

En Ukraine l'état écologique des réservoirs d'eau s'empire sur le plan aussi bien chimique que microbiologique.

L'approvisionnement en eau potable y est assuré à 80 % par des eaux de surface. Cependant la plupart des fleuves et rivières ukrainiens peuvent être qualifiés de pollués ou de très pollués du point de vue hygiénique, annonce le service de presse du ministère ukrainien du Développement régional, de la construction et du service communal.

La situation se dégrade en dépit d'une récession économique de ces dernières années et, par conséquent, de la diminution des rejets des eaux d'égout. Le fleuve Dniepr n’est plus aujourd’hui une source naturelle d’eau douce propre : « Chaque année, l’industrie, le secteur agricole et les municipalités déversent dans le Dniepr des quantités énormes d’eaux usées contaminées. Chaque année, 5,5 millions de mètres cubes d’eaux usées sont rejetées dans les cours d’eau de l’Ukraine – dont 4,2 millions de mètres cubes d’eaux usées contaminées, 2,8 millions de mètres cubes étant des effluents bruts.

Quelques 33 millions de personnes vivant dans 50 villes réparties en Ukraine, en Russie et en Biélorussie – républiques avoisinantes – sont tributaires des eaux du bassin fluvial du Dniepr. Mais ces eaux sont également utilisées par les secteurs industriel et agricole, et par les installations hydroélectriques et nucléaires. Et ce n’est qu’en quelques rares endroits seulement que le fleuve présente encore une image bucolique.

La question démographique est à terme un facteur aggravant la crise écologique Ukrainienne

De superficies à peu près égales, la France (552 000 km 2) et l’Ukraine (604 000 km 2) avaient aussi à peu près la même population à la veille de la Seconde Guerre mondiale, respectivement 41,5 et 41,3 millions d’habitants en 1939. Ces deux pays, quoique de régimes politiques très différents, avaient également à l’époque des économies assez comparables reposant encore largement sur l’agriculture. Aujourd’hui, la population de la France dépasse de plus de 20 % celle de l’Ukraine (65 millions contre 52 millions).

Bien que le taux de fécondité soit en nette progression 1, 53 il reste inférieur à celui de la France qui est à 2,03. Vu la situation écologique, si à terme la population croît aussi rapidement que ces dernières années et qu’elle atteigne le niveau de la France la population Ukrainienne peut s’attendre au pire. La France également !...

Plutôt que de vouloir imposer l’entrée de l’Ukraine dans l’UE et sanctionner la Russie, il faudrait plutôt aider les Ukrainiens à améliorer leur situation écologique.

Plutôt que de vouloir faire entrer l’Ukraine dans une UE, passablement désunie et en crise permanente, ainsi que prononcer des sanctions UE et US contre la Russie, si nous voulons éviter que le boomerang nous revienne en pleine figure, les Occidentaux doivent plutôt rechercher, en liaison avec Moscou, des solutions pour aider les Ukrainiens à sortir de cette situation écologique qui est l’une des plus catastrophique en Europe.

Le problème, c’est que l’UE s’est volontairement prise dans le piège Américain

Les orientations de l’actuel président, mis en place par la grâce des occidentaux et soutenu par eux dans sa croisade guerrière meurtrière contre une partie de sa population aggrave tous les jours de plus en plus la situation de l'Ukraine, dont le peuple est, en plus du conflit, victime d’une gravissime crise écologique et de la bêtise criminelle des Européens qui tombent volontairement dans le piège des Américains, dont la volonté est de maintenir un mode de vie qui, selon eux, ne se négocie pas. Il apparaît donc indiscutable que l’objectif des USA est de faire disparaître tout ce qui constitue une menace contre ses approvisionnements, mais aussi s'approprier toutes les richesses qui restent, tout en liquidant le surplus de consommateurs susceptibles de réclamer leur part de gâteau.

Il est évident que le temps joue contre les USA qui devront affronter rapidement la concurrence Chinoise, il faut donc mettre hors circuit l'Europe et la Russie qui représentent une menace, notamment comme consommateurs des richesses énergétiques. Les USA avec OBAMA dans leur volonté de domination Mondiale, pour affaiblir ses concurrents potentiels sur le plan économique que sont les Européens, ont comme objectif l’organisation d’un chaos durable aux frontières Russes en entraînant les supplétifs européens de l'OTAN dans un affrontement contre "l'ogre " Russe. Sauf que nous ne sommes plus en 1914, en cas de conflit, l'option nucléaire ne peut être écartée et tant la disproportion des forces entre la Russie et les 28 de l’UE est importante, la possibilité d'un embrassement nucléaire est à prendre en considération. On peut imaginer les effets de l’usage des bombes dites à uranium appauvri sur un pays comme la France…Les USA étant de très loin les moins exposés

Par ailleurs, à part de servir les objectifs Américains, on peut s’interroger sur ce que va faire l’Europe avec une Ukraine dont l'économie et surtout son industrie est intriquée et dépendante de celle de la Russie…Kiev n’est pas loin de Tchernobyl, la production électrique dépend largement des réacteurs nucléaires Russes, quant au gaz il est raisonnable de penser que POUTINE coupera légitimement le robinet. Mais cela ne peut que satisfaire une fois encore OBAMA, persuadé qu’il leur compensera par ses exportations de gaz de schiste, comme il va le faire pour la France, via ERDF.

Nous devons nous sortir immédiatement du piège Américain en Ukraine, exiger le retrait immédiat des sanctions Russes par la France et imposer une conclusion politique objective à ce conflit interne qui ne passe pas forcément par une entrée de l’Ukraine dans l’UE. 


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (64 votes)




Réagissez à l'article

110 réactions à cet article    


  • Gnostic GNOSTIC 18 août 2014 15:51

    BRAVO l’auteur


    il y a longtemps que je n’ai pas lu un article aussi OBJECTIF sur l’Ukraine et sa situation



    • goc goc 19 août 2014 01:51

      je serais aussi de cet avis. Toutefois pour être complet, l’auteur aurait aussi du traiter le rôle plus que douteux des ukrainiens de l’ouest durant la seconde guerre mondiale, et en particulier, le nombre important de gardien de camps d’extermination qui étaient ukrainiens.


    • Fergus Fergus 19 août 2014 10:38

      Bonjour, Gnostic et Goc.

      Bien que globalement d’accord sur l’essentiel de l’article, je ne partage pas votre point de vue. La situation est en effet beaucoup plus nuancée, le tandem Obama-Otan étant au même titre que Poutine dans la manipulation des combattants d’Ukraine, qu’il s’agisse de l’armée de Kiev d’un côté, ou des séparatistes de l’autre.

      Une excellente raison à cela qui, très curieusement, n’est strictement jamais évoquée par les thuriféraires béats de Poutine, et pas plus dans cet article : le président russe craint comme la peste l’adhésion de l’Ukraine à l’Union européenne dans les années à venir. D’où une action souterraine destinée à pourrir la situation dans ce pays et effaroucher les tenants européens de cette adhésion, même si elle n’a aucune chance d’être engagée rapidement, eu égard au caractère fascisant d’une partie des membres du gouvernement de Kiev.

      L’intervention des Russes en Géorgie s’inscrivait également en grande partie dans cette logique, ce pays ayant clairement affiché sa volonté d’adhésion à l’UE. Voler au secours des Ossètes et des Abkhazes dépassait assez largement l’objectif de porter assistance à quelques dizaines de milliers de russophones en cassant dans l’œuf le processus d’adhésion de la Géorgie.

      Outre la Géorgie et l’Ukraine, n’oublions pas que la Moldavie est elle aussi désireuse d’entrer dans l’UE. Et même si la Biélorussie n’est pas situation de postuler du fait de la présidence d’un Loukatchenko, la population de ce pays est majoritairement demandeuse d’une adhésion à l’Union Européenne.

      C’est donc tout le glacis de sécurité de la Russie qui est menacé aux yeux de Poutine par ces désirs de rapprochement avec l’UE qui pourraient faire tache d’huile dans plusieurs républiques de la Fédération de Russie en cas de succès. D’où l’activité de Poutine sur le plan géopolitique afin de casser dans l’œuf ces velléités insupportables à ses yeux.

      Un mot sur la Crimée. Quasiment personne dans l’Union Européenne ne conteste sérieusement le rattachement légitime de ce territoire à la Fédération de Russie. Et pour cause : très largement russophone, la Crimée était un république autonome au sein de l’Ukraine. Rien à voir avec le Donbass qui n’est qu’une province dépendante du pouvoir central de Kiev.

      Cordialement.


    • chantecler chantecler 19 août 2014 11:03

      Et pour cause : cette adhésion de l’Ukraine à l’UE un peu capillotractée est une déclaration de guerre aux frontières de la fédération de Russie : avec l’OTAN , des bases américaines , des bases de lancement de missiles etc...

      Et imposer le système néolibérale c’est à dire qui permet via l’endettement systématique de mettre la main sur les richesses de l’Ukraine .

      Si un pays se permettait de faire ce coup aux USA , ils réagiraient aussi sec par une mobilisation guerrière et probablement une intervention...

      Bref il est possible de reprocher ce que l’on veut à V. Poutine :

      - son autoritarisme par exemple , tout en réalisant que diriger la fédération de Russie , vues sa taille et ses populations , c’est pas la même chose que le Luxembourg ou qu’une « démocratie » ordinaire comme la notre , laquelle est passée depuis longtemps sous la direction des oligarchies occidentales néolib , à visée du N.O.M cher à G. Bush ..
      A moins de penser qu’il faudrait aussi dépecer ce pays .... ?
      Qui plus est se permet de remettre en cause l’hégémonie du $ ...-

      Mais difficile de penser que Poutine est un con .


    • alinea alinea 19 août 2014 11:40

      Fergus,
      Poutine ne s’en cache pas !! De plus il est hors de question de faire rentrer l’Ukraine dans l’UE ; celle-ci n’en a pas les moyens, dans l’OTAN seulement. Poutine ne veut pas non plus d’une Ukraine russe, il n’est pas fou, il la veut encore et toujours indépendante. On peut bien le comprendre d’autant plus qu’il le dit clairement !
      Et contrairement à toi, je ne pense pas qu’il laisse pourrir la situation plus que l’occident ne le fait, chacun sachant bien que la moindre intervention ostensible un peu musclée déclencherait une guerre qui semble rester hors imaginaire de bon nombre de citoyens européens !!
      En attendant, si j’ai bien compris, les US fournissent Kiev en armes, ce que ne fait pas Poutine de son côté !!


    • goc goc 19 août 2014 11:43

      Bonjour Fergus
      Je ne sais pas si la Russie a peur de voir l’Ukraine entrer dans l’UE, mais ce qui est sur, c’est que l’UE a très peur de voir l’Ukraine et sa corruption institutionnalisée entrer chez elle, sans oublier les charges supplémentaires qu’elle devra payer, à commencer par le traitement de Tchernobyl et la modernisation des centrales ukrainiennes
      Bref, si l’Ukraine entre dans l’UE, c’est toute l’Europe qui s’effondrera.


    • wesson wesson 19 août 2014 12:42

      Bonjour Fergus,


      j’avais fait une réponse plus complète qui hélas s’est perdue pendant l’édition. Je vais résumer. 

      Vous êtes dans l’aveuglement Eurobéat qui vous fait considérer que on ne peut voir l’Europe que la larme à l’œil et plein d’espoir de l’intégrer. 

      Et c’est ce même type d’aveuglement qui a poussé à croire que l’Ukraine voulait majoritairement ce rattachement Européen, ce qui n’as jamais été le cas comme le démontre d’ailleurs parfaitement la guerre civile qui est en cours. D’ailleurs, on s’est bien gardé de demander son avis au peuple Ukrainien, qui a gagné avec son passage Européen 40% de dévaluation de sa monnaie, 50% d’inflation, des pénuries partout, une division par 2 de l’ensemble des pensions de retraite, 1/3 des salaires en moins, plus de gaz pour cet hiver, plus de charbon non plus, et une guerre civile qui aurait produit plus de 30.000 morts et 2 millions de déplacés, avec des villes assiégés aux missiles balistiques. Un très incontestable succès Européen.

      Au passage, en Ukraine comme en Géorgie les Européens (en fait les USA) se foutent totalement des peuples qui y vivent et n’avaient en particulier strictement aucun projet de développement pour ces pays, mais c’était juste une question de contrôler le pipeline qui devait y passer ou pas. Pareil pour l’Afghanistan, que les USA ont laissé tomber dès lors que le pipeline ne devait plus y passer. Et ce sera pareil pour l’Ukraine, dès que le South Stream sera construit si toutefois l’Europe n’est pas totalement suicidaire.

      Non, les populations Ukrainienne ne voulaient pas majoritairement se joindre à l’EU, pas plus que celles de la Biélorussie ne le veulent. Et ce n’est certes pas en soutenant les fascisant de Kiev que cela va changer.



    • wesson wesson 19 août 2014 12:58
      Bonjour Goc, 

      je ne suis pas d’accord avec vous. L’UE n’as jamais eu peur d’intégrer en son sein un état mafieux, bien au contraire. 

      l’Europe a déjà pratiquement de facto intégré le Kosovo, sur lequel les fonds structurels ont déjà plu, pour transformer le pays en plaque tournante Européenne du trafic d’organe, au grand bonheur du bon docteur Kouchner qui adore que on lui parle de la maison jaune.

      L’EU s’apprête également à intégrer l’Albanie, état 100% corrompu et mafieux. Il n’y aura pas besoin d’y investir beaucoup de fond structurel dedans, vu que le pays est déjà une clé de toute la fourniture en drogue Européenne.
       
      C’est dire si dans ces conditions l’EU accueillera à bras ouvert l’Ukraine, dont les nombreuses prostitués iront à ravir dans les pays Européens afin de doper le PIB, vu que maintenant les activités drogue et prostitution y sont intégrés.



    • JP94 19 août 2014 16:40

      Bien sûr mais sans aller si loin , la Mafia existe déjà en Italie , historiquement , et l’UE semble s’en accommoder sans aucun rappel à l’ordre ni sanction ! ... contrairement aux mesures sociales récusées par l’UE et les déficits plus graves à ses yeux ..


      Ensuite les paradis fiscaux créés ad hoc comme le Luxembourg et Monte Carlo sont au coeur du système bancaire européen .
      Critique-t-on le canton d’Uri ( en Suisse ) pionnier des trucages bancaires , comme Monaco et le Luxembourg ? Prend-on des mesures de rétorsion à l’encontre de ces états ? 
      Le Luxembourg , la Suisse , Monaco , avant l’avènement de la finance , étaient parmi les pays les plus pauvres d’Europe , on a du mal à se le représenter . 

      Du reste si la Suisse n’intègre pas l’UE , elle vit en symbiose avec elle bien mieux que si elle en était un membre au même titre que les autres états . L’UE , d’une manière générale ne tire sa raison d’’être que des gradients socio-économiques qui la caractérisent .

      Et puis les pirates de l’impôt et de la TVA ne sont-ils pas les vrais dirigeants de l’Europe ? 

      Alors l’UE , non seulement n’a pas peur des mafieux mais au contraire elle est accueille en son sein : comment ce pauvre mafieux survivrait-il sinon ? 

    • Rmanal 19 août 2014 16:57

      Tout à fait d’accord avec vous. La situation en Ukraine, pays recomposé et constitué d’ethnie différente, est très compliqué. Un peu comme la Belgique d’ailleurs qui souffre de ces divisions. La seule solution est de trouver un projet commun, mais c’est plus facile à dire qu’à faire et qu’à y faire adhérer.
      Quant à Poutine il ne vaut pas mieux qu’Obama.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 19 août 2014 18:00

       wesson,
      Vous avez des informations sur la situation de l’armée ukrainienne ?
      Voici le document que j’ai trouvé sur la question.



    • wesson wesson 19 août 2014 19:14

      Bonsoir Fifi,


      Votre papier est assez ancien (11 Aout) et depuis la situation a évolué. 

      Pour résumer à gros trait, le plan initial était de prendre le plus rapidement possible Donetsk. Et c’est vrai que ce plan a échoué, pour de multiples raisons. L’une significative est le moral extrêmement bas des troupes Ukrainiennes (voir sous-titres en Anglais), qui n’apprécie pas du tout ce que on leur fait faire, et dans quelles conditions. 

      A ce jour, bien que disposant toujours du plus grand nombre (50.000 conscrits) et de l’initiative, l’armée Ukrainienne n’est pas en capacité de prendre Donetsk ou Lougansk, et en est réduite à en faire le siège tout en bombardant d’assez loin pour éviter une contre-attaque. Par contre, les fournitures d’eau, d’électricité et en fait de tout ce qui pourrait permettre de tenir un siège dans la durée sont bombardés pour être coupées et non réparables. 

      Dans ce contexte là, l’opération humanitaire Russe est tout sauf une bonne nouvelle pour les dirigeants Ukrainiens, qui feront tout pour retarder voire empêcher l’arrivée de cette aide humanitaire aux populations restés dans ces villes. 

      En définitive, Kiev a plus que jamais besoin d’enregistrer une victoire claire et rapide sur les rebelles, sauf que ça me semble très mal barré : Aucune des 2 partie ne peut battre l’autre, et on se dirige vers un siège à la Sarajevo, qui a duré 4 ans quand même. A la différence que les Ukrainiens ne disposent en aucune manière d’autant de temps, ils ont quelques semaines devant eux, tout au plus 2 ou 3 mois. 



    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 19 août 2014 19:38

      Fergus,
      Si vous étiez dans un pays comme la Russie et la Chine, entourés de bases de missiles américains, vous vous poseriez quand même quelques questions, non ?
      Les USA sont ils entourés de bases de missiles russes et chinois ?

      « Les bases militaires américaines dans le monde »


    • Fergus Fergus 19 août 2014 20:06

      Bonsoir, Alinea.

      « je ne pense pas qu’il (Poutine) laisse pourrir la situation plus que l’occident ne le fait ». Disons qu’ils sont ex-aequo. Voilà un point sur lequel nous sommes d’accord !

      « En attendant, si j’ai bien compris,les US fournissent Kiev en armes, ce que ne fait pas Poutine de son côté !! » Voilà une affirmation des plus plaisantes ! Tout le monde sait que Poutine, sous des dehors rudes, cache un cœur d’or et une sensibilité de serviteur des causes humanitaires, très éloigné des calculs politiciens.

      Très franchement, je n’ai pas de sympathie pour l’homme politique Obama qui n’est qu’un valet du grand capital, mais présenter, à la manière de certains intervenants, Poutine comme un quasi saint me fait hurler de rire.

      Poutine est un pragmatique sans scrupules. Il défend son territoire et les espaces de sécurité qui l’entourent. Point. Ne donnons pas dans le manichéisme !

      A ce propos, je suis surpris que l’on encense Poutine pour son action contre les dérives des oligarques qui s’en sont mis plein les poches au détriment de la Russie. Et le fait est que Poutine a eu raison d’agir contre ces escrocs. Mais que penser d’un homme, ancien officier du KGB dont on dit, et pas seulement ses ennemis, qu’il s’est constitué une fortune atteignant 20 à 30 milliards selon les sources ?


    • Fergus Fergus 19 août 2014 20:11

      Bonsoir, Fifi.

      En effet, et je donne raison à Poutine de tenter de contrer les manœuvres d’Obama et de l’Otan pour asseoir leur influence en Ukraine. Ce que je conteste, ce n’est pas ça, c’est que l’on tienne, comme je viens de l’écrire ci-dessus en réponse à Alinea, des discours manichéens, à savoir le « bon » Poutine contre le « méchant » Obama. La réalité est infiniment plus complexe que ne le disent ceux qui s’expriment avec des arrières-pensées militantes.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 19 août 2014 20:14

      Merci Wesson pour ces renseignements, continuez à nous donner des nouvelles quand vous en avez, merci d’avance.
      Je pensais que les camions russes, une fois vidés, auraient pu servir à évacuer la population prise au piège, mais peut-être les habitants ont les moyens de quitter les villes et de franchir la frontière ? Ou de partir dans une autre région d’Ukraine ?


    • Fergus Fergus 19 août 2014 20:22

      Bonsoir, Wesson.

      « Vous êtes dans l’aveuglement Eurobéat qui vous fait considérer que l’on ne peut voir l’Europe que la larme à l’œil et plein d’espoir de l’intégrer. »

      Tout faux ! Si je devais me prononcer sur l’entrée de l’Ukraine ou de tout autre pays de l’ex-bloc soviétique dans l’UE, j’y serais opposé. Et pour cause, en être arrivé à 28 membres sans avoir pris la peine de consolider auparavant les premiers cercles d’adhérents était une aberration que j’ai dénoncée avec vigueur au fil des nouvelles entrées.

      Mais je crains fort que vous ne présentiez la réalité de ce que désirent les habitants de ces pays qu’à travers le prisme de vos convictions militantes. Personnellement, je reste plutôt neutre dans cette affaire. Encore que je souhaiterais, pour faire cesser les combats, que les belligérants ukrainiens, aidés en cela par les autorités d’Obama et de Poutine, acceptent de mettre en place dans les provinces de l’est un vrai référendum d’auto-détermination sous contrôle international, et pas une parodie en forme de pantalonnade comme celle qui a été organisée il y quelques mois.


    • goc goc 20 août 2014 03:42

      Bonsoir Wesson
      je ne suis pas d’accord avec vous. L’UE n’as jamais eu peur d’intégrer en son sein un état mafieux, bien au contraire.

      j’avoue que vous avez 100% raison. Mon analyse était erronée


    • wesson wesson 20 août 2014 10:13
      @Fergus,

      « Mais je crains fort que vous ne présentiez la réalité de ce que désirent les habitants de ces pays qu’à travers le prisme de vos convictions militantes. »

      Belle inversion que voici. Lorsque j’ai écrit qu’il n’y a jamais eu de volonté *majoritaire* d’intégrer l’Europe de la part de l’Ukraine, j’ai fourni un lien vers le résultat de 4 sondages, qui donnaient tous ce même résultat. Il s’agissait pas de conviction, mais de fait.

      Et je peux également relever que le parti communiste Ukrainien avait demandé des mois avant Maidan, pendant et après Maidan (jusqu’à ce qu’il se fasse interdire et a dû passer dans la clandestinité) à faire un référendum sur la question des accords Européens. Selon la constitution du pays en vigueur sous Ianoukovich, il fallait une pétition de 1 million de signatures pour rendre obligatoire l’organisation de ce référendum. Ils en ont obtenu plus de 4 millions, sans que Kiev ne daigne saisir le peuple de cette question.

      Par contre, lorsque vous avez affirmé que « le peuple Biélorusses désirent majoritairement l’intégration Européenne », vous n’avez fourni aucune source permettant de corroborer cette affirmation. Et si vous n’êtes pas en capacité d’en fournir, désolé mais c’est vous qui êtes dans le militantisme.

      Sur le reste de votre propos, je m’en tient aux vidéos des queues énormes qui ont été publiés lors de ce référendum. Même avec la plus grande mauvaise foi possible, il était évident qu’il y avait eu une bonne participation, ce qui à minima confirmait l’intérêt du peuple à trancher cette question de cette manière. Il est ensuite très facile de qualifier de parodie lorsque il y a eu un refus hystérique de laisser le peuple se prononcer, et que l’on a tout fait pour l’en empêcher. Ni Kiev, ni l’occident ne voulait que ce référendum se tienne dans des conditions honorables, et pour une raison très simple : ils en connaissaient le résultat dont ils ne voulaient pas entendre parler.

      Et plutôt que d’envoyer les char contre un référendum ils avaient pris ces résultats imparfaits en compte, ils seraient déjà sur la voie d’une très honorable fédéralisation qui n’aurait rien coûté en vie humaine. Maintenant, lorsque ce sera fini, soit Kiev régnera sur un champ de ruine totalement vidé de sa population, soit il y aura une séparation effective du pays.

      En attendant, vous qui êtes un Européen convaincu, vous feriez mieux de vous inquiéter de la destruction méthodique de la part des institutions Européennes non élus de tous les instruments démocratiques que nous avions à la disposition des peuples. Et plutôt que d’ergoter sur la manière dont se déroule un référendum à l’Est, posons-nous la question de savoir pour quelle raison l’Europe n’en a fait aucun depuis 2005, et est même passé outre le dernier.

      Faute de ne pas vous poser ces questions, vous risqueriez de vous retrouver demain dans votre quartier avec une police surarmée et des véhicules blindés avec un sniper en train de tenir en joug des gens qui manifestent, comme cela se passe actuellement à Fergusson dans le Missouri.

    • Fergus Fergus 20 août 2014 12:22

      @ Wesson.

      Ce n’est pas 4 sondages auxquels vous vous référez, mais 4 enquêtes conduites par le même institut. Curieusement, vous ne parlez ni de celui de DW Trend qui donnait 58 % d’Ukrainiens favorables à une adhésion à l’UE en octobre 2013, ni de celui qui a été publié le 27 juin 2014 par le Centre Razoumkova et relayé par le journal Le Temps  (malheureusement lien inopérant). Un sondage qui donne, sur l’éventualité d’une adhésion à l’Union Européenne, 53 % de OUI contre 35 % de NON.

      Sur la Biélorussie, je n’ai pas trouvé de sondage récent, mais les derniers chiffres connus montraient qu’un nombre supérieur de citoyens de ce pays était, là aussi, favorable à un rapprochement avec l’UE par rapport à ceux qui y étaient opposés. Je vais essayer de trouver des informations à ce sujet.

      Pour ce qui est des référendum organisés par les séparatistes, je suis étonné que vous puissiez considérer ces pantalonnades de scrutins comme sérieux alors que l’écrasante majorité de la population non russophone n’y a pas participé, par crainte (justifiée ou non) de représailles ou par respect de la constitution qui interdit une consultation sauvage de ce genre, de surcroit avec des listes électorales inexistantes ici et trafiquées là, sans compter les risques de bourrage d’urnes. Ces référendums n’ont pas la moindre valeur, et vous le savez parfaitement.

      Enfin, sur l’Europe, j’ai les mêmes craintes que vous. Car si je suis un « européen convaincu », ce n’est évidemment pas de cette Europe-là qui porte atteinte à la plupart des valeurs auxquelles je crois.


    • wesson wesson 20 août 2014 13:03

      « Ces référendums n’ont pas la moindre valeur, et vous le savez parfaitement. »


      il convient peut être de différencier. Pour le référendum qui a eu lieu en Crimée, celui-ci est tout à fait valide. Ils ont utilisés les listes électorales sur place, les bureaux de vote ont été filmés par de nombreux médias, et il s’est déroulé dans des conditions tout à fait correctes par rapport aux normes du pays. Je pense en particulier sur la polémique sur les bulletins pliés non dans les enveloppes qui était infondée, c’est l’usage en Ukraine et l’élection de Porochenko s’est passé exactement dans les mêmes conditions. En tout cas l’UE a refusé tout net d’envoyer des observateurs de manière officielle, mais en as envoyé quelques uns officieusement, et ils n’y ont à priori rien trouvé à redire.

      Celui qui a eu lieu dans le Donbas est effectivement bien plus problématique, car le consensus chez les élus locaux n’existait pas. Il y a donc des municipalités qui ont fait le référendum dans des normes acceptables, et à d’autres endroits, par refus des municipalités il n’y a effectivement pas eu de liste pour pointer les votants.

      Mais je persiste sur la seule donnée qui me parait objective car tangiblement vérifiable par les vidéos de queue aux bureaux de vote : Il y a eu une participation importante, ce qui est le signe d’un intérêt sur la question, sans présumer du résultat. Il appartenait aux autorités locales d’organiser dans de bonnes condition celle consultation, ce qu’elles ont été interdit de faire. La responsabilité de l’insincérité du scrutin n’est donc à mon sens pas imputable à ceux qui ont voulu effectuer ce référendum, mais à ceux qui ont fait tout pour l’empêcher. En vertu de quoi, je trouve un peu fort de qualifier ce référendum de « pantalonnade », « n’ayant pas la moindre valeur ».
      C’est des gens qui se sont exprimés alors que on leur interdisait de le faire.


    • Fergus Fergus 20 août 2014 13:22

      @ Wesson.

      Sur la Crimée, aucun doute que le référendum qui y a été organisé est parfaitement valide. Cela, je l’ai déjà écrit, de même que j’ai qualifié de légitime le retour de cette république ukrainienne autonome dans le giron de la Fédération de Russie.

      Pour ce qui est du référendum du Donbass, je ne change pas d’avis. Et ce ne sont pas les longues queues d’électeurs qui ont des chances de pouvoir impressionner les observateurs, eu égard au nombre très insuffisant de bureau de vote, malgré le boycott de la presque totalité des non-russophones.

      Cela ne m’empêche pas d’être, comme je l’ai déjà écrit, favorable à la tenue d’un véritable référendum d’autodétermination des populations des provinces de l’est afin que chacun puisse tirer un trait définitif sur le problème posé, soit en actant la volonté de maintien des provinces concernées au sein de l’Ukraine, soit en actant, au contraire, leur volonté d’indépendance, avec ou sans retour au sein de la fédération de Russie. Encore faudrait-il que les belligérants des deux camps acceptent de déposer les armes le temps nécessaire à l’organisation d’un tel scrutin. Cela peut se faire si Obama et Poutine en décident ainsi.


    • wesson wesson 20 août 2014 13:27

      « Curieusement, vous ne parlez ni de celui de DW Trend qui donnait 58 % d’Ukrainiens favorables à une adhésion à l’UE en octobre 2013 »


      Et bien parlons-en.Le sondage dont vous parlez a été effectué en fait en Novembre 2013,par le bureau ukrainien de l’agence de recherche internationale IFAK Institut GmbH & Co

      Et vous en présentez les résultats d’une manière particulièrement arrangeante. En fait les réponses ont été les suivantes : 

       - 31 % des Ukrainiens ne soutiennent pas l’adhésion à l’UE
       - 37 % se disent favorables à l’adhésion à l’UE dans les cinq prochaines années

      et le reste n’est pas précisé.

      Donc en fait les 58% auquel vous faite référence totalisent les favorables et une partie des indécis et des sans réponses. On comprends fort bien que l’institut a bricolé un sondage en partant du résultat, et échafaudant les questions qui allaient y arriver, de manière à obtenir cette « majorité » par le fric-frac auquel vous vous êtes livré. Mais sur la question qui me parait claire et sans équivoque, celle d’une adhésion dans les 5 ans, 37% chez moi ne font pas une majorité.


      A peine 1 mois avant cela, l’institut GFK Ukraine avait réalisé du 2 au 13 Octobre 2013 un sondage sur cette question Européenne, mais cette fois çi posant la question sur la signature de l’accord d’association avec l’union Européenne. Le résultat avait été de 45% pour, donc toujours pas une majorité.




    • Fergus Fergus 20 août 2014 19:26

      @ Wesson.

      Merci pour ces précisions, je n’avais eu connaissance que du pourcentage global. En revanche, vous ne dites rien de celui, très récent du Centre Razoumkova. Trop défavorables à ceux qui sont hostiles à un rapprochement avec l’U ? Mais bon, je ne vais pas me battre pour des sondages. Je crols d’ailleurs que pour la vie politique française, vous êtes l’un de leurs plus énergiques pourfendeurs sur ce site.

      Bonne soirée.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 20 août 2014 20:44

      Fergus,
      Pourquoi vous enferrer avec ces histoires de référendum ?
      En 2005, 55% des électeurs français ont dit NON, et cela n’a servi à rien.


      Comment pouvez-vous continuer à soutenir une Union européenne qui bafoue la volonté des peuples, en nous faisant croire, que peut-être, un jour, elle sera « autrement » ?

      Si l’ UE est comme elle est, c’est que leurs concepteurs l’ont voulu ainsi :
      une colonie américaine à leur service et rien d’autre.
      Vous n’êtes donc jamais fatigué de vivre soumis aux USA et à leurs intérêts ?

      « Pourquoi l’Europe est comme elle est ? »


    • wesson wesson 21 août 2014 00:01

      @Fergus,

      « En revanche, vous ne dites rien de celui, très récent du Centre Razoumkova. »

      Désolé, je n’ai pas trop eu le temps de chercher, et je pense que ce n’est pas la peine de s’y embêter. Sans même parler de la propagande Ukrainienne qui répète à l’envie que tout est de la faute aux Russes et que l’UE va payer, il est devenu dangereux d’exprimer publiquement une opinion critique par rapport aux décisions du gouvernement de Kiev. Bref, pour la sincérité actuellement, c’est pas trop ça.

      « Je crols d’ailleurs que pour la vie politique française, vous êtes l’un de leurs plus énergiques pourfendeurs [des sondages] sur ce site. »

      Exact. Mais c’est vous qui avez commencé à parler de sondages et à baser votre opinion dessus. Ce à quoi j’ai répondu par d’autres sondages qui disait le contraire, tout en précisant que donc, on ne sait rien.

      Nous en revenons donc au début de la conversation : Vous prétendiez que les peuples Ukrainiens et Biélorusses voulaient majoritairement joindre l’UE, mais vous n’avez strictement rien de fiable pour le démontrer. 

      De mon coté, tout ce que j’ai dit, c’est que de toute évidence il y avait un paquet de personnes en Ukraine qui était contre la politique menée par le gouvernement de Kiev. Est-ce que ça fait une majorité ? Je n’en sais rien, et comme je crois que c’est pas demain la veille que des élections convenables vont se dérouler en Ukraine, ça va durer un certain temps.


    • devphil30 devphil30 21 août 2014 07:12

      @Wesson , je tiens à vous féliciter car vous avez toujours des commentaires de grande qualité et d’une grande justesse.
      J’ai toujours plaisir à lire vos commentaires qui rejoignent ce que je sais ou me permette d’apprendre.

      Merci à vous

      Philippe 


    • mario mario 18 août 2014 16:25

      USA/EU ? c’est plutot USA/Allemagne parce que les autres étoiles de Bruxelles sont des suivistes obligés ( exécution des ordres ou on coupe le robinet des finances ....pour agraver vos déficits)
      l’Allemagne lorgne sur les gros bras de l’Ukraine pour anéantir un peu plus le reste de l’Europe économiquement.
      elle lorgne aussi sur les culs des Ukrainiennes ..pour pour ses vieux ...
      en fait, elle n’aura ni l’un ni l’autre . au mieux un bis répétitas de 1929 ! au pire un champs de ruine fumante....


      • AlainV AlainV 19 août 2014 17:22

        Vous donnez plus d’importance à l’Allemagne qu’elle n’en a.
        Les trois pays qui se sont engagés en Ukraine sont le France, l’Allemagne et la Pologne.


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 19 août 2014 18:11

        Alain,
        Je ne crois pas. L’Allemagne est le « correspondant » des USA dans l’ UE.
        La propagande parle de couple franco-allemand, mais c’est faux, depuis la signature du Traité de l’ Elysée, où De Gaulle s’est fait rouler dans la farine par Kennedy et Adenauer.


        Dès son élection, Merkel a fait un projet valable pour toute l’ UE, et un projet de militarisation de l’ Allemagne. « La Grande coalition : austérité et militarisation ».

      • Gauche Normale Gauche Normale 18 août 2014 16:41

        Dans la même veine, je recommande ce très bon article d’Olivier Berruyer sur les tireurs de ficelles de Maîdan => http://www.les-crises.fr/u4-3-le-role-des-americains-et-des-europeens/


        • Doume65 18 août 2014 19:08

          Bonjour.
          Article très intéressant, mais j’ai du mal à comprendre comment avec un taux de fécondité de 1,53 vous envisagez une croissance rapide de la population ukrainienne.


          • Daniel MARTIN Daniel MARTIN 18 août 2014 20:45

            Il est évident que l’on puisse être surpris lorsque l’on évoque un taux de fécondité de 1,53 alors qu’en 1960 il était de 2,24 et n’avait cesser de baisser jusqu’en 2000 où il atteignait 1,10, depuis il a progressé 1,44 en 2010 et depuis il progresse de 0,2 par an. (1,53 en 2014). A un tel rythme, s’il se maintient, en 2020 il y aurait un taux de fécondité de 2,73. (0,2 x 6 ans) ce qui poserait de graves problèmes compte tenu de la catastrophe écologique que subit ce pays.


          • chantecler chantecler 19 août 2014 20:43

            Le souci je pense c’est que de ce taux de fécondité nous ne connaissons pas les paramètres .
            Par exemple ceux issus de l’immigration directe ou sur plusieurs générations .
            Mais ça c’est interdit d’en parler .
            Ainsi ma bru qui n’a que deux enfants sera ravie de savoir que d’autres en ont dix .
            Et ça fait une moyenne .
            Personnellement je n’ai rien contre les familles nombreuses si elles en ont les moyens , exercent leurs responsabilités , la première étant d’élever et d’éduquer ses mômes .
            Si c’est pondre , les lâcher dans la nature , livrés à eux mêmes , c’est à dire à une future probable délinquance, je dis non .
            Et cela par rapport à mon expérience perso : professionnelle et là où je vis, c’est à dire en cité .


          • HELIOS HELIOS 24 août 2014 18:39

            ... En deçà de l’avenir, c’est intéressante d’avoir une comparaison avec un pays européen a peu prés resté dans la « norme ».


            Si l’Ukraine avait une similitude certaine avec la France tant en quantité qu’en taux... nous devrions aujourd’hui avoir la même population soit 52 millions environ.

            Nous en sommes au bas mot a 66 millions, probablement plus, avec un taux supérieur a 2 et cela fait plus de 30 ans que je ne rencontre pas de famille française ayant plus de 2 enfants, exceptionnellement 3 !
            J’en conclu que les 15 millions d’habitants supplémentaires sont des français immigrés récemment et pour avoir une telle croissance il faut effectivement un taux « énorme » soit des familles de plus de 4 enfants... auxquelles s’ajoutent ceux qui arrivent quotidiennement.

            Comme ces nouveaux entrant ne sont pas ukrainiens, pas plus que Rom ou autres j’en conclu que les 15 millions de nouveaux français sont arabo-musulmans auxquels s’ajoutent ceux qui etaient déjà là depuis 1960 evalués par le gouvernement Giscard a 5 millions environ.

            La population arabo-musulmane est donc de 20 millions, fort probablement plus et il n’est alors pas incroyable de bien comprendre pourquoi la politique de la France envers les juifs et Israel s’est fortement dégradée. Je pense même que notre pays n’a plus la liberté de décider comme avant tant il se doit de tenir compte de ses habitants.

            Voila, vu sous cet angle je ne vais pas m’etonner d’etre moinssé, 1 agoravoxien sur trois est donc pro arabe/pro musulman et au final assez satisfait que notre pays bascule dans le clan oriental de plus en plus rapidement... il n’y avait qu’a lire toute la défense des « pauvres » palestiniens de Gaza ces jours ci... capables de se tuer entre eux également !

            Si quelques ukrainiens veulent etre accueilli en France au titre du droit d’asile je suis pour, mais hélas je pense qu’ils ne mettent pas 14 ans (sans etre délinquant) pour être renvoyés chez eux.

          • Thierry SALADIN Thierry SALADIN 18 août 2014 23:22

            @ l’auteur,

            Excellent article ! 
            Une précision : que voulez-vous dire exactement quand vous écrivez :« La France également... »
            Merci de développer.
            Je reproduis ici votre phrase :
            « Bien que le taux de fécondité soit en nette progression 1, 53 il reste inférieur à celui de la France qui est à 2,03. Vu la situation écologique, si à terme la population croît aussi rapidement que ces dernières années et qu’elle atteigne le niveau de la France la population Ukrainienne peut s’attendre au pire. La France également !... »

            Cordialement.

            Thierry Saladin


            • alinea alinea 18 août 2014 23:31

              Enfin !!! On parle écologie !
              Tout au début de cette histoire, nous avons lu ici ou là que l’Ukraine était la patate chaude dont personne ne voulait, ni ne pouvait, s’occuper ! Un état en faillite, une situation à tous points de vue déplorable, conséquence directe de régimes corrompus dont la belle nattée que les occidentaux vantaient au début de la guerre !
              J’ai aimé cet article, complexe, fouillis, riche et ému ! En phase totale avec ce que je ressens.
              Nous n’avons qu’une chose à faire, Daniel Martin, c’est exiger de notre gouvernement qu’il arrête ses conneries ! Et comment fait un peuple pour exiger quelque chose que fait son gouvernement, et dont il ne veut pas ??
              Les US jouent sur les deux tableaux : nuire à la Russie et à l’UE ; donc à l’Europe, cette vieille carne qui tient encore la route économiquement !!


              • Pepe de Bienvenida (alternatif) 18 août 2014 23:43

                Et comment fait un peuple pour exiger quelque chose que fait son gouvernement, et dont il ne veut pas ??
                C’est quoi la réponse ?


              • alinea alinea 19 août 2014 00:00

                Pepe : il n’y en a qu’une !! On sort !


              • Pepe de Bienvenida (alternatif) 19 août 2014 00:10

                Ouais ben, faire bouger un peuple ou un supertanker, je préfère essayer avec le supertanker !


              • alinea alinea 19 août 2014 00:33

                Un supertanker ? dans les faits, ça donne quoi ?



              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 19 août 2014 10:47

                Pepe,
                L’UE, se sont des Traités. Chaque traité, comme des poupées russes, reprend les précédents depuis le Traité de Rome, et ajoute à chaque fois une intégration supérieure, qui se traduit par une perte progressive de la souveraineté des Etats.
                Et donc de leurs capacités à défendre les intérêts de leurs pays.
                Il devient clair, je pense, que les sanctions contre la Russie vont affaiblir l’UE, et pas les USA.
                « Comparaison des échanges avec la Russie. »


                L’OTAN a été crée après la guerre, contre l’ URSS, elle aurait dû disparaître avec la chute du mur de Berlin. Rêve ! Elle se répand ... jusqu’en Afghanistan. Mais elle n’est apparu dans les Traités européens qu’en 1992, dans le Traité de Maastritch, avec l’euro et la création de l’ UE.

                La Russie est dans le collimateur à cause de son objectif commun avec la Chine, et les BRICS, de se débarrasser du dollar, crime impardonnable.
                Poutine est gaulliste à sa manière, il défend l’indépendance et la souveraineté des Etats.
                Il a fait adopter pour la Russie un copié/coller de la Constitution de la Ve République.

              • Pepe de Bienvenida (alternatif) 19 août 2014 11:34

                Quel rapport avec la choucroute ? Je constate l’inertie absolue des masses qui les condamne à paître en attendant l’abattoir, et on vient me parler de Poutine. Franchement, est-ce que quelqu’un de raisonnable peut croire que les réponses de Poutine dans un sens ou dans l’autre vont provoquer une lame de fond qui va propager le changement et remuer les graisses ? Le changement, c’est juste un argument qui n’a jamais été absent d’aucun programme électoral, c’est dire sa valeur mobilisatrice !


              • Cocasse Cocasse 19 août 2014 15:16

                Mus par une volonté bringuebalante, puisque dictée par les USA, les pays européens ont imposé des sanctions pour 3 mois « éventuellement renouvelables ».

                La réponse russe est sec et nette : un an de contre-sanction. Cela signifie que la Russie :
                - va devenir plus autonome en matière agricole.
                - va s’approvisionner ailleurs (et cela se bouscule au portillon).
                - il en découle : les pays européens vont perdre probablement définitivement le marché.

                L’inconscience des pantins au service de l’europe-otan vient de transformer ce qui est à leurs yeux une mesure de rétorsion temporaire, en une sanction définitive, qui impactera essentiellement les peuples et pays d’Europe.

                L’action américaine a donc comme premier effet (objectif ?) de saboter l’économie européenne.


              • Pepe de Bienvenida (alternatif) 19 août 2014 15:29

                @Cocasse
                je dirais plutôt dommage collatéral entrevu et bienvenu (du point de vue US).


              • Cocasse Cocasse 19 août 2014 16:50

                Il est vrai, j’étais tombé sur un article tiers sur le sujet, qui traitait de la façon dont les états unis pouvaient s’arranger pour faire en sorte que la Russie cesse de vendre leur gaz à l’UE. De sorte que bien sur, ce serait les EU qui vendrait alors ce gaz.


              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 19 août 2014 17:13

                Pepe,
                Le rapport avec la choucroute ? Le titre du billet, « L’ UE prise dans le piège américain ».
                Il y a un autre piège en réponse : les BRICS et la fin du dollar.

                La réponse au piège américain, c’est la fin du dollar et la fin d’un monde unipolaire.
                Poutine est pour la souveraineté des peuples, il est « contre le Nouvel Ordre Mondial, qui n’a pas d’avenir, seul compte la souveraineté des peuples ». (Discours de Poutine en 2007 à Munich)
                Pourquoi parler de Poutine ? Il vaut mieux un leader qui est pour la souveraineté des peuples qu’un qui est pour l’ingérence permanente...


                Avec la Chine et les BRICS, la Russie est en train de s’attaquer au dollar, seul garant de la puissance US sur le monde. Les pays des BRICS s’organisent, si nous ne finissons pas grillés dans une guerre nucléaire, le monde est en train de basculer sous nos yeux.
                Et de passer d’un monde unipolaire à un monde multipolaire.

                Cela facilitera grandement la sortie de la France de l’ UE, de l’euro et de l’ OTAN, et le retour à l’indépendance et à la souveraineté.
                « La stratégie de guerre de Moscou sera sans mort, mais fatale pour les USA. »

                La réunion des BRICS en Amérique latine a été suivie d’une réunion à Saint-Pétersbourg où se trouvait un journaliste du nom de Pepe Escobar : « L’avenir , visible à Saint-Pétersbourg »
                C’est plus clair formulé ainsi ?

              • Pepe de Bienvenida (alternatif) 19 août 2014 17:35

                Fifi,
                je ne vois toujours pas le rapport avec la question que je posais, à savoir comment faire bouger un peuple sous lexomil. Quand Poutine parle de souveraineté des peuples, il veut dire « droit pour chaque peuple de se démerder » , ça ne veut pas dire qu’il veut affaiblir les USA ou venir aider la France à sortir du giron US, tant qu’il n’y verra son intérêt. Les USA affaiblis auront toujours une capacité de nuisance suffisante pour nous maintenir sous leur coupe, surtout avec des billes comme notre présidentiel young leader. Le salut ne venant pas de l’extérieur, c’est ici que ça devra bouger, et ça j’y crois autant qu’à une visite de p’tit homme vert.


              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 19 août 2014 19:50

                Pour que les gens bougent, il faut de l’unité, des informations et des objectifs politiques clairs.

                Si c’est pour reprendre les mêmes et on recommence, ils restent chez eux.


                Je ne m’associe pas du tout à l’idée que les Français sont des veaux, contents et idiots.
                Les Français ne sont pas contents du tout, ils sont en colère.

                Mais comme les seuls qui proposent de revenir à la souveraineté ( le M’PEP, le PRCF, l’ UPR) sont censurés+++ par les médias dominants, ils ne voient rien de nouveau sous le soleil, rien en quoi avoir confiance, et ils attendent.

                Ce n’est pas le mécontentement qui manque, mais l’offre politique crédible.

              • Nicole Cheverney Nicole CHEVERNEY 19 août 2014 20:27

                @Cocasse

                Oui, « saboter l’économie européenne », alors que lorsque se profile la signature définitive des accords de TAFTA, TISA, que les médias font passer à la trappe de l’opinion publique. Bien que le secret ait été éventé, beaucoup de nos compatriotes ignorent encore de quoi il s’agit.

                Avec les dirigeants que nous avons il ne fait nul doute que nous nous préparons à un véritable tsunami économique. Ces accords seront signés, hélas... au mépris du peuple français et des Européens concernés !
                Nous serons alors, « rayés de la carte » ! Engloutis sous la déferlante des multinationales états-uniennes qui préparent des lois pour contrer toute contestation locale ou nationale ! Les attaquer auprès de « tribunaux d’exception », avec de fortes compensations financière en retour.

                TAFTA ET TISA POUR LE BOULEVERSEMENT QU’ILS REPRESENTENT DOIVENT RESTER TOUJOURS PRESENTS A L’ESPRIT, malgré le « blak out » médiatique qui entoure ces deux projets scélérats. Je rappelle : signature définitive 2015

                Cordialement.


              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 19 août 2014 20:50

                Nicole,
                C’est déjà commencé. L’UE et le Canada sont d’accord sur la justice privée.


                Faudra ensuite que ce soit ratifié à tous les étages des 28 pays, plus les élus à tous les étages.
                Mais vu l’usage qu’ils font de nos avis..., on aurait intérêt à se bouger !

              • vesjem vesjem 20 août 2014 10:19

                merci , fifi , pour tes liens et commentaires ;
                souviens-toi quand même ce que je t’avais dit quant aux élections européennes ;
                à moins que vous n’ayez une stratégie plus « politique »
                salutations


              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 20 août 2014 21:00

                vesjem,
                Dans un système anti démocratique, il n’y a aucune différence entre l’utilité des élections européennes, et les élections nationales.


                Sinon, de pouvoir au niveau européen construire une opposition interne et des réseaux pour faire connaître nos analyses, comme le fait Nigel Farage.

                Les élections nationales ne servent plus à rien non plus, savez-vous ?
                « Viviane Reding : Il n’y a plus de politiques intérieures nationales »

                Or, ceux qui refusaient à l’ UPR le droit de présenter des candidats aux européennes, se vantaient de participer aux élections nationales. Au royaume des aveugles, les borgnes sont rois !

                La preuve que les élections nationales ne servent plus à rien, ce sont les directives de Bruxelles, les GOPé, publiées début Juin. Vous y trouverez la liste de toutes « les réformes structurelles » que Hollande doit mettre en place. Ce sont les députés qui ont décidé cela ? C’était dans le programme de Hollande ?

                Hollande/ Valls ont déjà commencé en Juin, en baissant les indemnités de chômage des cadres, et en « libéralisant » les professions règlementées. La suite dans l’année qui vient : fin du SMIC, des CDI, privatisation de la Sécu, baisse des indemnités chômage etc etc.

              • vesjem vesjem 21 août 2014 23:25

                ok , fifi , j’ai perdu toute illusion quant au pouvoir des élus ; il n’ont d’existence que pour eux-même ;(aussi bien aux européennes , aux nationales , qu’aux régionales ) ; les médias , plus aucun n’ose la neutralité , ; de la pure propagande ; ce qui pose problème pour la prise de conscience d’une opposition majoritaire ;
                la seule voie qui vaille est la dissidence , la rébellion ou la résistance permanente ;
                je m’efforce toutefois d’informer le plus possible , mais les gens sont tellement formatés par la matrice médiatique qu’ils deviennent carrément obtus ;
                à vu de nez , seuls 10% de la population a une idée un peu objective des réalités ; c’est pas encourageant ;
                puisque la démocratie nous a été confisquée , il reste l’espoir catastrophique de l’écroulement du système monétaire ,mais là hélas , le mal serait très profond


              • Thierry SALADIN Thierry SALADIN 19 août 2014 00:33

                @ Alinea


                Nous sommes d’accord. On sort ! 
                Sous-entendu de l’Union Européenne et de l’Otan. 
                Mais en pratique, Alinea, comment fait-on ? C’est-à-dire que je repose la question de Pepe.
                Parce qu’à part une révolte socio-politique débouchant sur une révolution avec destitution de nos dirigeants, je ne vois pas trop ce qu’on peut faire, sauf le bulletin de vote.

                Je vais vous donner mon expérience personnelle :
                Pendant la campagne des européennes, j’ai fait campagne pour EDE (Europe Démocratie Espéranto) dont je suis l’un des fondateurs, et à ce titre ainsi que comme candidat j’ai tenu des réunions électorales. 
                Eh bien, même si EDE n’est pas encore sur cette position, hélas, moi, je l’ai tenue et défendue, et ce à titre personnel, évidemment : la nécessité d’une sortie de la France de l’UE et de l’OTAN.

                Croyez-moi, les gens vous écoutent. Ils vous répondent même qu’ils savent tout ça (voire), mais quand on voit le résultat du scrutin du 25 mai 2014, on se dit que le comportement moutonnier des gens, bien organisé et encadré par les médias officiels, laisse peu de chances dans un avenir proche.

                Et je ne parle même pas de ce qui va se passer en 2017. Je préfère ne pas y penser.

                Maintenant, si vous avez des propositions concrètes pour répondre à la question de Pepe, je suis preneur.

                Cordialement.

                Thierry Saladin

                • alinea alinea 19 août 2014 01:18

                  Je n’ai que des rêves Thierry, comme beaucoup ; mais je crois qu’il ne faut pas tout faire à la fois, il faut parer au plus pressé : on sort dans la rue et on exige la sortie de l’OTAN et la neutralité de la France.
                  La question qui me tracasse c’est qu’il ne faut pas qu’un parti le fasse ; j’en parlerai à mes copains du PG, bien sûr, mais imaginez : Mélenchon l’initie, il est tellement haï à droite comme à gauche, même par des gens qui pensent comme lui que ceux-là préféreraient la guerre nucléaire plutôt que répondre à sa proposition ! ; donc il faut un appel signé et soutenu par tous les partis, associations, collectifs, célébrités pour un RV dans la rue ; mais pas une petite matinée, un petit tour et puis s’en vont : on reste dans la rue jusqu’à ce que Hollande ait signé la sortie de l’OTAN, etc.
                  Quant à Marine, elle aime le peuple, mais pas dans la rue ; elle fait des sourires à Poutine ( l’histoire ne nous dit pas ce qu’il en pense) mais tant que son château de moulinsard ne sera pas ciblé par une bombe, je suppose qu’elle ne bougera pas ; alors à chacun d’entre nous d’aviser son « groupe », sinon ses proches, chauffer les lepénistes pour que, une fois, ils sortent pour autre chose que des histoires de fesses.
                  Je propose le 6 octobre !!


                • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 19 août 2014 10:53

                  alinea,
                  Les positions du FN sont ... conjoncturelles, zigzagantes et aléatoires.
                  Il a signé un accord avec Svoboda, mais il fait des mamours à Poutine.
                  Marine refuse de demander la dissolution de la LDJ..., ça tombe bien, le FN a décidé que l’Islam est responsable de tout, de l’immigration, de la vitesse du vent et des changements climatiques...
                  Si leurs adhérents s’y retrouvent, ils ont de la chance...


                • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 19 août 2014 10:54

                  alinea,
                  Les positions du FN sont ... conjoncturelles, zigzagantes et aléatoires.
                  Il a signé un accord avec Svoboda, mais il fait des mamours à Poutine.
                  Marine refuse de demander la dissolution de la LDJ..., ça tombe bien, le FN a décidé que l’Islam est responsable de tout, de l’immigration, de la vitesse du vent et des changements climatiques...
                  Si leurs adhérents s’y retrouvent, ils ont de la chance...


                • alinea alinea 19 août 2014 11:06

                  Oui, Fifi, c’est ce que je pense, ce n’est pas cette tête-là qui va rassembler ; mais les électeurs de ce côté-là ne sont pas forcément aux ordres !!


                • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 19 août 2014 17:15

                  Alinea,
                  Je compterais plutôt sur les 60% d’abstentionnistes...


                • Thierry SALADIN Thierry SALADIN 19 août 2014 17:29

                  @ Fifi,


                  Les 60% d’abstentionnistes... ?

                  En théorie, vous avez raison, mais je crains qu’ils ne soient perdus pour longtemps, hélas.

                  T.S.

                • AlainV AlainV 19 août 2014 17:30

                  Alinea,
                  Pourquoi le lundi 6 octobre et pas le samedi 4 octobre ?
                  Pourriez-vous expliquer quelles sont les raisons de votre choix du 6/10 ?


                • AlainV AlainV 19 août 2014 17:40

                  Alinea,
                  Pourquoi le lundi 6 octobre et pas le samedi 4 octobre ?
                  Pourriez-vous expliquer quelles sont les raisons de votre choix du 6/10 ?


                • alinea alinea 19 août 2014 18:21

                  Ça nous laisse du temps, mais la « superstition », c’est que c’est l’anniversaire de Poutine !!!


                • Nicole Cheverney Nicole CHEVERNEY 19 août 2014 22:31

                  @ Fifi,

                  Les adhérents suivront mémère jusqu’au bout ! Les électeurs, pas si sûr ! Beaucoup se rendrent compte que le discours est pipé. Et puis, l’électorat par essence est volatile !

                  CDT


                • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 20 août 2014 07:01

                  Nicole,
                  Le raisonnement en cours au FN n’est pas de poser des questions précises sur les errements programmatiques du FN. C’est de dire : « On n’a pas encore essayé, ça peut pas être pire ».
                  Si, si ça peut être pire, on le voit en Ukraine avec le gouvernement actuel...


                • Pepe de Bienvenida (alternatif) 23 août 2014 08:11

                  Volatile ??? Cui cui...


                • Thierry SALADIN Thierry SALADIN 19 août 2014 02:24

                  @ Alinea


                  La sortie de l’OTAN, d’abord, c’est entendu.
                  Et un grand mouvement populaire.
                  Ça me va aussi. 
                  Et d’accord pour le 6 octobre.
                  Maintenant, il n’ y a plus qu’à se bouger. Il faudrait aussi savoir ce qu’en pense l’auteur ainsi que tous ceux qui vont lire cet article.
                  Je propose dès aujourd’hui, et pour commencer, de glisser cette appel du 6 octobre en commentaire dans tout article sur Agora Vox ayant trait à l’Ukraine et ou à l’UE et au conflit Israélo-palestinien. Enfin tout article concernant la géopolitique d’une manière générale.
                  Ensuite la réalisation d’un tract indiquant l’appel à manifester
                  Vous me suivez, Alinea, dans cette démarche ?
                  Avez-vous d’autres suggestions ?

                  Cordialement.

                  Thierry Saladin

                  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 19 août 2014 10:14

                    Thierry Saladin,
                    Et oui, la pub pour l’ UE « L’Europe, c’est paix », s’est échouée dans le sang avec les guerres de l’ OTAN, en Yougoslavie, en Libye, en Syrie, au Mali et maintenant en Ukraine et en Irak.


                    L’OTAN, l’ UE & l’euro sont le « paquet cadeau » du Traité de Maastritch, 1992, on ne peut sortir de l’un sans sortir des autres...

                    Et pour sortir de l’ UE, il y a l’article 50. Pas la peine de déclencher une guerre civile !

                    Soit on rejoint l’ UPR, ou on signe des alliances avec l’ UPR, pour rassembler provisoirement la majorité des Français, pour sortir de l’ UE, de l’euro et de l’ OTAN, pacifiquement et légalement.

                    L’UPR dit depuis longtemps que l’ UE, ce n’est pas la paix, mais la guerre !

                  • alinea alinea 19 août 2014 11:04

                    Thierry,
                    Je vais faire une lettre (type, c’est comme ça qu’on dit ?) à envoyer chacun à autant de monde que possible en essayant d’atteindre les têtes de partis, assoce, etc, et je la proposerai en modé ; je doute qu’elle puisse passer en article, mais au moins les modérateurs pourront y avoir accès ; si on est d’accord sur le fond, à chacun de faire le passeur ! Je tâcherai de rassembler mes esprits de synthèse pour faire court et je la déposerai ce soir !! ET/ou la poser en commentaire ici, si l’auteur est d’accord !


                  • Hervé Hum Hervé Hum 19 août 2014 11:05

                    Thierry,

                    les gens qui allaient à vos réunions pour la présidentielle étaient des personnes prédisposé, voir déjà convaincu, les autres ignorant même que vous existez.

                    Pour ce qui est de manifester, la majorité de la population est d’un naturel grégaire, ce n’est donc pas eux qui vont provoquer une situation, mais la situation les obliger à réagir.

                    Bref, ils ne sont jamais dans l’action, mais toujours dans la réaction. Donc, pour faire bouger ce peuple là, il faut provoquer la situation qui les fera réagir. De ce point de vue, ceux qui ont le pouvoir ont tous les éléments en mains, capacité d’action et contrôle de l’outil médiatique de masse.

                    Regardez, sur agoravox pratiquement tout le monde en est à parler de risque majeur avec la troisièreme guerre mondiale, mais pendant ce temps là, ceux qui ne regardent que TF1 pour ne pas avoir peur de l’actualité internationale, vont tranquillement en vacance comme si de rien n’était.

                    Donc pour l’instant, rien d’autres a faire que d’attendre que le pouvoir fasse l’action qui provoquera la réaction, c’est à ce moment là qu’il faut agir de toute ses capacités pour contrecarrer la propagande officielle et éveiller les consciences. Mais pour cela, il faut continuer son travail de sape, de fourmi autour de soi.

                    Lorsque je parle avec quelqu’un de la situation politico économique et sociale, la plupart son dépassés et ne font que répéter compulsivement la propagande officielle, mais il suffit très souvent d’un quart d’heure pour faire douter la personne. Toutefois, la plupart ne supportent pas d’aller beaucoup plus loin, trop perturbateur, destabilisateur pour des gens grégaires et n’aspirant qu’à vivre leur petit chez soi (comme moi même). Bref, c’est comme procéder à un sevrage, très douloureux pour la personne. Donc, impossible à faire bouger ces masses populaires autrement que par un traitement de choc qui ne peut venir que par ceux qui détiennent le pouvoir.

                    Un exemple tout chaud, discussion de comptoir de café avec un gars normalement intelligent, nous parlons d’agriculture et celui ci me dit qu’avec l’épuisement du phosphate l’agriculture est en danger, je lui répond qu’on sait faire de l’agriculture bio sans engrais ni pesticide et d’un plus grand rendement et bien malgré le fait qu’il était d’accord avec moi pour en avoir entendu parlé vaguement par ailleurs, il continuait à me parler de l’épuisement du phosphate pour l’agriculture ! Il m’a fallut stigmatiser l’absurdité de son raisonnement à voir un problème avec l’épuisement des engrais alors que ceux ci sont inutiles, polluants, dangereux et ne servant que l’intérêt d’une minorité au détriment des agriculteurs et des consommateurs. Malheureusement, c’est tout comme cela.... Même ici !


                  • alinea alinea 19 août 2014 11:46

                    C’est malheureusement vrai Hervé ! Impossible d’anticiper ; les gouvernants de tout poil ont de beaux jours devant eux ; néanmoins quand TAFTA sera signé, même avec quelques aménagements, quand l’Est de l’Ukraine sera exsangue, qu’y aura-t-il de changé ? Quand on voit ce qu’ils vivent, on a encore du temps devant nous avant de réagir et se faire anéantir par les forces armées !!
                    C’est pitoyable


                  • Nicole Cheverney Nicole CHEVERNEY 19 août 2014 14:26

                    @ Hervé Hum,

                    "Lorsque je parle avec quelqu’un de la situation politico économique et sociale, la plupart son dépassés et ne font que répéter compulsivement la propagande officielle, mais il suffit très souvent d’un quart d’heure pour faire douter la personne. Toutefois, la plupart ne supportent pas d’aller beaucoup plus loin, trop perturbateur, destabilisateur pour des gens grégaires et n’aspirant qu’à vivre leur petit chez soi (comme moi même)."

                    Pas tout à fait d’accord avec vous, les ficelles médiatiques sont tellement grosses que la plupart des gens les repèrent de très loin. C’est du moins ce qui se passe autour de moi !

                    En général, la désinformation ne marche plus. Dès que j’en parle autour de moi, par exemple, chez les commerçants, ou ailleurs, eh bien, grosso modo, si l’on sent une véritable lassitude, l’inquiétude grandit également.

                    Les conditions de plus en plus précaires de la vie des Français font qu’ils se réveillent petit à petit. Quant à leur vision géopolitique, il y a une petite ouverture issue du rejet des médias mainstream. Mais cela n’empêche pas évidemment de continuer le travail d’information et de prise de conscience. Même en vacances !

                    Cordialement.


                  • Hervé Hum Hervé Hum 19 août 2014 16:47

                    @ Nicole,

                    c’est vrai ce que vous dites, la personne en question à pris conscience assez rapidement de la contradiction, mais je vous garanti qu’il n’a pas voulu aller trop loin. tout simplement parce que son but est de vivre dans son petit coin à lui, alors il préfère ne pas trop ouvrir sa conscience à ce genre de questions. Juste au moment de regarder les infos qui prennent bien soin de ne pas trop s’attarder sur les sujets sur lesquels il ne faut pas faire réfléchir les gens. Il ne faut s’attarder que sur les sujets où on vent faire réfléchir les gens en faisant tout pour guider, orienter, imposer la réflexion, mais c’est toujours un jeu délicat, à utiliser avec propos.

                    Mais vous noterez qu’on est bien dans la réaction et non dans l’action, de fait, l’action de réduction des conditions de vie sociale étant très progressives, c’est l’histoire de la grenouille trempé dans de l’eau froide pour la faire bouillir. Les grenouilles dans le fond du chaudron cuisent déjà, mais pas celle à la surface !

                    M’enfin, le coté positif de la chose, c’est que les gens devront réaliser que la condition sociale est une condition universelle, celle des droits et devoirs de l’humain et non pas d’un pays profitant d’un autre, ayant plus de droits et moins de devoirs.


                  • Thierry SALADIN Thierry SALADIN 19 août 2014 17:02

                    @ Fifi,

                    Vous dites :
                    « Soit on rejoint l’ UPR, ou on signe des alliances avec l’ UPR, pour rassembler provisoirement la majorité des Français, pour sortir de l’ UE, de l’euro et de l’ OTAN, pacifiquement et légalement. »

                    « Et pour sortir de l’ UE, il y a l’article 50. » Pas la peine de déclencher une guerre civile !"

                    D’accord, pour la voie à suivre, mais hélas les inerties et le comportement grégaire que décrit Hervé font que nous risquons d’attendre encore longtemps, pour une solution par les urnes.
                    Hervé Hum parle avec raison, s’agissant du peuple, d’une capacité non pas d’action mais de réaction. 

                    En outre, je crains que le pouvoir ait suffisamment d’éléments de contrôle et de surveillance pour savoir jusqu’où ne pas aller trop loin et trop vite.

                    Et puis, ne sommes-nous pas (nous = le peuple) déjà comme la grenouille qui lentement s’est endormie dans l’eau qui chauffe ?

                    Parce que depuis 2005, avec le NON ignoré du référendum, le quinquennat de Sarkozy et celui de Hollande qui est déjà bien entamé, on ne peut pas dire que l’opinion ait beaucoup réagi...
                    Donc, hormis un mouvement populaire...

                    D’autre part, vous parlez de signer des alliances avec l’UPR. Bien. Mais pour cela il faut des contacts et se rencontrer. Vous ne croyez pas ?

                    Avez-vous l’oreille de François Asselineau, parce que cela fait un an bien compté que je demande à rencontrer ce monsieur ? Cela devait se faire en septembre dernier à Paris, et puis finalement cela ne s’est pas fait hélas, et puis plus rien.

                    Alors depuis janvier 2014, j’ai laissé tomber.

                    Je vous laisse juge de la conduite à tenir.

                    Cordialement.

                    Thierry Saladin




                  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 19 août 2014 17:19

                    Thierry Saladin,
                    Je vais transmettre votre demande.


                  • Thierry SALADIN Thierry SALADIN 19 août 2014 17:25

                    @ Hervé,

                    C’est amusant. Pendant que vous répondiez à Nicole, moi je répondais à Fifi, et nus eûmes la même idée à propos de la grenouille dans l’eau qui chauffe.

                    « M’enfin, le coté positif de la chose, c’est que les gens devront réaliser que la condition sociale est une condition universelle, celle des droits et devoirs de l’humain et non pas d’un pays profitant d’un autre, ayant plus de droits et moins de devoirs. »

                    Oui, mais ça, c’est pour le long terme. Un terme que nous ne verrons pas.

                    Cordialement.

                    Thierry Saladin

                  • Thierry SALADIN Thierry SALADIN 19 août 2014 17:40

                    @ Alinea,

                    C’est entendu pour lire votre lettre en modération. Bonne idée de la mettre aussi en commentaire avec l’accord de Daniel Martin, bien sûr.

                    Cordialement.

                    Thierry Saladin

                  • Thierry SALADIN Thierry SALADIN 19 août 2014 18:08
                    @ Fifi,

                    Merci. Et je vous tiendrai au courant de la suite donnée par l’intéressé.

                    Précision utile : je ne lui demande qu’une entrevue de trente minutes à Paris au jour et à l’heure qu’il veut.

                    Cordialement.

                    Thierry Saladin

                  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 19 août 2014 18:19

                    Thierry Saladin,
                    J’ai bien compris, et j’ai transmis. Il est vrai qu’ Asselineau est toujours en conférences par monts et par vaux, en France et à l’étranger, et que les membres du bureau national sont tous des bénévoles, ils ont tous un emploi par ailleurs et sont tous surbookés. L’UPR ne reçoit aucune aide financière autre que celle des adhérents et n’a pas les moyens de payer même une secrétaire.


                    Vous pourriez aussi chercher sur le site de l’ UPR, le nom du responsable UPR de votre département ou de votre région, et prendre contact. Cela faciliterait sans doute la suite. Bien à vous.

                  • Thierry SALADIN Thierry SALADIN 19 août 2014 19:05
                    @ Fifi,

                    « J’ai bien compris, et j’ai transmis. Il est vrai qu’ Asselineau est toujours en conférences par monts et par vaux, en France et à l’étranger, et que les membres du bureau national sont tous des bénévoles, ils ont tous un emploi par ailleurs et sont tous surbookés. L’UPR ne reçoit aucune aide financière autre que celle des adhérents et n’a pas les moyens de payer même une secrétaire. »

                    Oui, mais cela fait un an que cette histoire dure (juillet 2013). Aussi, vous comprendrez que si vous avez transmis à l’intéressé directement, j’ai bon espoir. Maintenant si vous avez transmis au siège de l’UPR, je ne me fais guère d’illusions. Hélas.


                    « Vous pourriez aussi chercher sur le site de l’ UPR, le nom du responsable UPR de votre département ou de votre région, et prendre contact. Cela faciliterait sans doute la suite. Bien à vous. »

                    Mais tout ça est déjà fait, Fifi, tant sur le site Internet qu’avec le DR local.
                    Résultat : Zéro.
                    Voici mon adresse internet : écrivez-moi, je vous rendrai compte de ce que j’ai fait précisément.
                    <thierry_saladin@yahoo.fr>

                    Merci par avance.

                    Cordialement.

                    Thierry Saladin

                  • Daniel MARTIN Daniel MARTIN 19 août 2014 19:43

                    Pas de problème, ni d’objections particulières de ma part, vous pouvez mettre votre lettre en commentaire. Je vous remercie par ailleurs pour l’intérêt que vous pouvez porter à cet article.


                  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 19 août 2014 19:53

                    Thierry Saladin,
                    J’ai noté votre e.mail.
                    Bien à vous.


                  • Nicole Cheverney Nicole CHEVERNEY 19 août 2014 20:30

                    @ Hervé Hum

                    Je suis bien plus optimiste que vous concernant la capacité de jugement et d’appréciation de mes contemporains ! Tout n’est pas perdu !

                    Je suis par contre très en phase avec le dernier paragraphe de votre réponse à mon com.

                    Cordialement.


                  • Pepe de Bienvenida (alternatif) 19 août 2014 22:16

                    C’est une révolution qui se prépare ! Les marionnettistes en sont déjà saisis d’effroi ! Déjà leurs yeux éperdus scrutent en roulant le paysage en quête une anfractuosité où se glisser. D’un long sanglot l’aïeul, la veuve, l’orphelin, emplissent la France en deuil que la terreur consterne...
                    Tremblez, Oligarques, de sanglantes pétitions vous menacent !


                  • Thierry SALADIN Thierry SALADIN 20 août 2014 00:06

                    Bonsoir alinea,


                    Je viens de lire votre article « Lettre aux citoyens » que j’ai approuvé, bien sûr.
                    Je vous félicite pour le ton employé auquel s’associent pondération et détermination.
                    J’ai mis le commentaire suivant :
                    « Excellent papier en parfaite cohérence avec un vrai média citoyen. J’y adhère totalement ».
                    J’invite les autres commentateurs à lire cet article afin de le faire paraître.

                    Cordialement.

                    Thierry Saladin

                  • alinea alinea 20 août 2014 00:18

                    merci ! smiley Une bouteille à la mer ? Un pavé dans la mare ? Un voeu pieu ?... on ne manque pas d’expression
                    Un test aussi peut-être ? Cela me paraît tellement simple !!!


                  • HELIOS HELIOS 24 août 2014 19:00

                    « Soit on rejoint l’ UPR, ou on signe des alliances avec l’ UPR, pour rassembler provisoirement la majorité des Français, pour sortir de l’ UE, de l’euro et de l’ OTAN, pacifiquement et légalement. »



                    Et il est où, Fifi, le plus grand réservoir de voix pour sortir de L’UE (si Bruxelles n’accepte pas de revoir les traités) ???
                    Il est au FN.

                    mais pas question de s’allier au FN, hein, des fois qu’il gagnerait et que les 0,5% de l’UPR seraient ignorés.

                    Il n’y a qu’une seule manière de re-orienter la politique de la France, une seule et unique :
                    - la réunion de toutes les forces, sans exception, pour éliminer l’UMP, le PS et leurs parasites.

                    Une fois virés, alors ils sera temps de reconstituer des courants, les uns et les autres pouvant argumenter et si possible demander leur avis aux citoyens.

                    Vouloir jouer tous seul dans son coin, cela ne marche pas, l’oligarchie au pouvoir en rigole tous les matins. les seuls qui fassent peur, eu egard a leur score, ce sont les français qui sont prêt a voter FN. Rejoignez les, après on verra.....

                  • eric 19 août 2014 08:50

                    Pour mémoire, l’URSS a disparu il y a prêt de 25 ans...
                    Il est donc difficile de la soumettre à des sanctions économiques....Le reste est un peu à l’avenant. Un mélange de copié-colé littéral bizaroide ....http://www.lexpress.fr/actualite/catastrophe-ecologique-en-ukraine-que-hollande-ignore_1500709.html,http://french.ruvr.ru/2012_07_17/Ukraine-ecologie-eau-potable/-par exemple-, sans grand rapport avec la choucroute....


                    La Crimée est historiquement Russe ? Oui, et alors ? La Carélie est historiquement finlandaise, l’enclave de Kaliningrad allemande et Poutine n’a pas encore fixé de calendrier de retrait.Il y a une différence importante. La population de Crimée est certainement favorable a un rattachement. Mais c’est aussi le cas d’une partie de la Moldavie avec la Roumanie. Et puis la Russie est garante de l’intégrité territoriale de l’Ukraine depuis que celle-ci lui a livré les armes nucléaires « soviétiques » présente sur son territoire. 

                    L’écologie est catastrophique dans tous ces pays encore mal sortis du socialisme. Qu’est ce que cela a a voir avec l’entrée ou non dans la CEE ? Au pire, compte tenu des normes européennes, cela apparaîtrait au contraire comme une bonne solution. On trouve sans difficulté des études sur la qualité de l’eau dans tous les pays de l’ex URSS. Il est notable que les principaux progrès aient été réalisés dans ceux ( Baltes) qui sont entrés dans l’UE.

                    Tient, comme le journalisme citoyen, c’est en principe, parler de ce que l’on connaît.....une petite e anecdote vécue.
                    Le Patron de MIchelin Russie avait trouvé un super business : racheter au poids des vieux pneus. 
                    Avec les technologies Michelin, en en rien de temps, tu les transforme en pneus neufs. Mais le caoutchouc de pneus est considéré comme une matière première stratégique. La règlementation interdit l’exportation et prévoit de jeter les pneus usés dans les forêts environnantes. Les boîtes spécialisées dans ce « recyclage » coûteux, disposent d’un monopole. Elles seules ont le droit d’être payées pour cela....Elles se sont donc battu bec et ongles, à travers leurs copains au pouvoir pour maintenir l’interdiction de recycler les pneus. Tous cela n’arriverait pas si la Russie entrait dans l’Europe. Faut il en conclure, dans la logique de l’auteur que cette entrée est nécessaire d’un point de vue écologique ?

                    C’est un peu comme la conclusion de l’article :  imposer une conclusion politique objective à ce conflit interne qui ne passe pas forcément par une entrée de l’Ukraine dans l’UE. 

                    On a envie de dire, de quoi je me mêle ? Pourquoi ? Et comment ?

                    On peut ne pas lire...



                    • Duke77 Duke77 19 août 2014 11:26

                      Primo on ne refait pas des pneus neufs avec des pneus usés, on fait du pneu rechappé qui est de piètre qualité mais suffisant pour une utilisation non sportive. Les poids lourds en utilisent par exemple. La vulcanisation est une étape clé du processus de fabrication des pneus qui ne peut être reproduite à partir d’un ancien pneu. En fait on recolle une bande sur le pneu usager. La vulcanisation de qualité, c’est ce qui fait la différence entre du Michelin par exemple qui a gagné systématiquement en formule 1 et a fini par laisser la place aux autres car aucun autre constructeur ne savait fournir de pneus aussi performants aux ecuries de courses F1... Je ne sais pas si vous avez vécu quelquechose concernant le recyclage en Russie mais votre histoire de protectionnisme ne se serait pas passée différemment dans un pays libéral qui souhaite garantir sa santé économique. D’ailleurs, les USA ont régulièrement « influencé » les négociations quand il s ’agissait de contrats dans les secteurs stratégiques comme l’aéronautique où Boeing est souvent aidé par son gouvernement. Il est vrai que cela se fait moins en Europe, et c’est d’ailleur une des causes de sa ruine actuelle. Il n’y a qu’à voir comment la hollande a acheté des chasseurs F16 américains plutôt que des avions européens. Les pays européens sont d’ailleurs en train de se faire tondre de tous les côtés, plus cons que la moyenne, ils veulent être plus libéraux que le roi US et se font bouffer par les requins de la finance et les industriels peu scrupuleux. Sachant cela, je ne vois pas bien en quoi notre modèle améliorerait quoi que soit pour un nouvel entrant dans l’europe, aussi pauvre soit-il : son peuple sera endetté et ses ressources exploitée par des corporations étrangères qui ne laisseront que des miettes à quelques cadres sur place et ne paieront aucun impôt pour alimenter les dépenses structurelles du pays. En plus, vos histoires de normes de l’union Européenne prennent parfois un sérieux coup dans l’aîle quand on voit que notre industrie nucléaire dissémine ses déchets dans des parcours de santé, comme le dit Elise Lucet, les français sont pris pour des cons : http://archives-lepost.huffingtonpost.fr/article/2009/02/09/1417792_dechets-nucleaires-les-francais-sont-pris-des-imbeciles.html. Quant à la qualité de notre eau, suffisamment de reportages ont montré comment la privatisation a débouché sur une déresponsabilisation des contrôles sanitaires, les industriels faisant leur business tranquilement pendant que les communes ferment les yeux : http://www.france3.fr/emissions/documentaires/du-poison-dans-leau-du-robinet_116054. L’eau en France est dégeulasse, bourrée de pesticides, de residus de médicaments et autres saloperies.

                      En outre, le modèle Russe à la Poutine est exactement opposé à cela : leur président se battant contre les patrons voyous et les pratiques mafieuses de ce type où des élus corrompus ferment les yeux sur des saloperies en tout genre... Ici où il empêche la fermeture d’un site de production sur le point d ’être délocalisé : http://lesmoutonsenrages.fr/2014/08/18/ca-cest-du-poutine-seul-poutine-peut-intimider-un-milliardaire/
                      De quoi je me mêle, concluez-vous ? Et bien justement c’est bien l’OTAN qui a organisé une révolution colorée de plus, pas la Russie. Alors que vaut-il mieux pour l’Ukraine maintenant qu’elle est dans la ligne de mire des neo-colonialistes occidentaux ? Un système où l’argent domine tout le reste ou bien le rattachement à un pays dont le gouvernment défend sa population des dérives ultra-libérales des oligarques, « businessmen nomades » qui pillent et se barrent ?

                    • chantecler chantecler 19 août 2014 12:52

                      Souvenir : j’ai eu un prof de chimie ( Faucherre ) qui nous expliquait qu’une des raisons de la défaite allemande à l’est est que leurs chimistes ne connaissaient pas la vulcanisation du caoutchouc ( de synthèse. )
                      Autrement dit, à une certaine basse température , leurs bottes se dépolymérisaient et partaient en lambeaux .



                    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 19 août 2014 10:31

                      éric,
                      La liberté de peuples à disposer d’eux-mêmes, cela vous dit quelque chose ?
                      Les habitants de Crimée souhaitaient un referendum, ils y ont massivement participé et ont approuvé.
                      What else ? Les USA ont fait aussi un referendum au Kosovo et au sud Soudan, mais là, c’est normal.


                      Vous préférez sans doute quand les USA, mécontents d’un 1er ministre irakien issu des élections législatives, mais trop proche de l’ Iran et d’ Assad, font pression pour en mettre un autre, plus conciliant ? C’est pas de l’ingérence, c’est normal.

                      La Crimée est une zone prioritaire pour les intérêts stratégiques de la Russie, c’est son seul accès aux mers chaudes. En s’attaquant aux intérêts vitaux de la Russie, les USA ont joué avec le feu.

                      • eric 19 août 2014 11:25

                        Je ne dis pas. Au fond je suis d’accord avec vous en particulier sur la Crimée. 


                        Mais cela pose l’éternelle question de l’approche anglo-saxonne, « droit des peuples à disposer d’eux même », par rapport à l’approche française, une république laïque, mais au sens large, qui ne tient pas, ou peu, compte des communauté, quelles qu’elles soient. 

                        L’approche « wilsonnienne » est surtout sympa là ou il y a une relative homogénéité. Dans les régions multiethniques, ou multiconfessionelles, ou culturelles ou linguistiques, cela donne des conflits et de la cantonalisation.

                        C’est très clair au proche orient. On dit là-bas, « Israël, c’est un projet anglo-saxon » : un peuple un pays, avec des droits pour les minorités à condition qu’elles soient vraiment minoritaires.
                        Le Liban est un projet français : on met tous le monde ensemble en tentant de bien séparer ce qui est commun et national et ce qui reste communautaire et privé. 

                        A la fin, quand les moindres différences réelles ou fantasmées deviennent des légitimités « nationales » potentielles, la seule solution logique est le dépeçage avec presque toujours des déplacements de population. 

                        Personnellement, il me semble, avec George Corm ( « Le proche orient éclaté ») Que seul la forme impériale permet la cohabitation à long terme de gens différents ( empire austro hongrois, Ottoman, Français dans nos ex colonies, Soviétique puis russe aujourd’hui en fédération de Russie).

                        Ce qui me choque, c’est la facilité avec laquelle nos extrêmes français passent d’un principe à l’autre avec comme seule boussole, l’antiaméricanisme, qui est d’abord un « anti démocratie libérale ». 

                        Ce ne sont pas les américains qui ont situé la Crimée en Ukraine, ni qui ont validé ce choix au moment de l’éclatement de l’URSS. Ni qui l’ont garanti par traité. Le principe d’autodétermination conduirait à un éclatement de la Russie actuelle lourd de dangers (Tatar du tatarstan, tout le Caucase, à terme, l’extrême orient russe, sans parler de tous les autres peuples internes à la fédération).

                        Ce sont souvent les mêmes qui sont pour le droit des habitants de Crimée à rejoindre la Russie, contre le dépècement de la Serbie, pour le droit des migrants à voter au bout de 5 de présence, mais contre le droit des migrants de 4 ème ou 5 ème génération en Palestine à s’auto déterminer comme ils le veulent, pour un premier ministre « démocratiquement élu sur une base confessionnelle sous la pression de l’Iran », mais contre le fait que les américains cherchent comme ils peuvent des solutions pour rétablir un ordre relatif en Irak, contre l’intervention américaine en ex Yougoslavie, mais pour le droit des serbes de Croatie à être autonomes ou vice versa. Hostiles à l’intervention US en Somalie, mais prompt à dénoncer les conséquences de leur non intervention. 

                        Ce n’est pas leur méconnaissance totale des réalités en Russie et Ukraine, ni leur faculté à avoir des idées extrêmement péremptoire sur ces questions dont il ignorent à peu prêt tout, mais bien le fait que ce sont ces genres de logiques qui conduisent tout droit aux situation que connaissent ces pays. 

                        Quand on parvient à assimiler au nazisme le fait de vouloir parler ukrainien, à discerner des conflits religieux chez des yougoslaves dont la caractéristiques commune était des taux de pratique inférieurs à ceux de la France, ou à croire sincèrement aux postures islamisantes des extrémistes aux proche orient, on est pas loin de croire que les solutions aux problèmes en France sont dans la rue et dans « l’élimination des méchants ». 

                        Je sais bien qu’il y a là largement des postures de fin de soirée derrière des écrans d’ordinateur ; Il n’empêche. Il me semble que nos avons toute une catégorie d’extrémistes qui deviennent de plus en plus excités, irrationnels et obscurantistes. 

                        On ne peut pas oublier que ce genre de discours ont conduit à l’agression que l’on sait par les gamins qu’ils manipulent qui s’est traduite par la mort de l’un d’entre eux. La mort de Clément Méric. 









                      • Duke77 Duke77 19 août 2014 11:45

                        Le droit des peuples à disposer d’eux-même, une approche anglo-saxone ? On aura tout lu de votre plume !

                        Les anglo-saxon sont les rois du renversement de dirigeants étrangers. Lisez « les confessions d’un tueur à gage économique » de John Perkins : http://m.youtube.com/watch?v=fAU7BerV9PA , par exemple. Parce que là vous êtes dans la contre-vérité absolue ! Vous semblez avoir une culture un peu trop basée sur la propagande occidentale. Le MOSSAD et la CIA ont tout fait pour renverser des chefs d’Etats dévoués à leur pays pour mettre en place des pions qui livrent leur peuple et ses ressources aux mains de Wall street et des corporations US.

                      • epicure 19 août 2014 19:46

                        @Par eric (---.---.---.167) 19 août 11:25

                        arnaque sémantique qui consiste à confondre le communautarisme avec le droit des peuples à disposer d’eux même.

                        Et le liban c’est tout sauf le modèle français, mais bien le modèle comunautariste , ou le pays est divisé en comunauté avec des représentations spéciales, mettant en avant l’appartenance communautaire avant toute chose, au lieu de mettre en avant ce qui fait lien entre personnes de communautés différentes.


                      • David Heyo 19 août 2014 11:22

                        bravo et merci pour l’article de qualité. Rappelons un détail, « ukraine » en russe signifie « frontière »

                        et dommage pour le lapsus sur l’URSS, sinon c’est largement meilleur que l’ancienne presse propagandiste du 20ème siècle (le monde,etc. )

                        • asterix asterix 19 août 2014 13:42

                          MARRE DE LA PROPAGANDE
                          ukrainienne
                          américaine
                          européenne

                          ET DE TOUS LES MEDIAS SUBVENTIONNéS AUX ORDRES !


                          • aldous II aldous 20 août 2014 02:46

                            le conflit Ukraine russie ressemble a le conflit israel Palestine, en israel Palestine israel desire le territoire, en Ukraine cet également une question de territoire. mais le propos finale ce ne pas le même, en israel ce le temple le retour hypothétique, en Ukraine quelle retour ? sauf une division du people. quelle bénéfice peut avoir israel avec une Europe divise ? même dans le temps et l’espace, l’histoire de ’Europe ne peux pas être transformée en autre chose ni celle du israel, ou la russie. ? 

                            ces des guerres encense, la russie 2014, doit être la russie 2014 sont histoire doit de le donner sont rang comme a l’europe. est la russie est l’europe comme l’europe est la russie, cet une fracture qui doit de ce concilier pour l’europe comme pour la russie inévitable. par rapport a washington ce, l’atlantisme ce après l’union de l’europe avec la russie. impossible autrement. pour l’europe et pour la russie. AIPAC washington sont impuissant devant cette réalité. voila le problème... ! et le militarisme sauvage et barbare de l’enfant rebelle.. !

                            • aldous II aldous 20 août 2014 02:47

                              le conflit Ukraine russie ressemble a le conflit israel Palestine, en israel Palestine israel desire le territoire, en Ukraine cet également une question de territoire. mais le propos finale ce ne pas le même, en israel ce le temple le retour hypothétique, en Ukraine quelle retour ? sauf une division du people. quelle bénéfice peut avoir israel avec une Europe divise ? même dans le temps et l’espace, l’histoire de ’Europe ne peux pas être transformée en autre chose ni celle du israel, ou la russie. ? 

                              ces des guerres encense, la russie 2014, doit être la russie 2014 sont histoire doit de le donner sont rang comme a l’europe. est la russie est l’europe comme l’europe est la russie, cet une fracture qui doit de ce concilier pour l’europe comme pour la russie inévitable. par rapport a washington ce, l’atlantisme ce après l’union de l’europe avec la russie. impossible autrement. pour l’europe et pour la russie. AIPAC washington sont impuissant devant cette réalité. voila le problème... ! et le militarisme sauvage et barbare de l’enfant rébelle.. !

                              • ahtupic ahtupic 20 août 2014 08:24

                                La photo est excellente : Obwana a l’air de dire : regardez l’imbécile qui parle pour moi. Moi, je me lave les mains.


                                • Laurent 47 20 août 2014 18:04

                                  J’avais déjà prévu ce qui est en train d’arriver, et je n’avais aucun mérite à cela : je n’ai pas fait l’ENA ! Coller des sanctions économiques à un pays comme la Russie ne pouvait servir que les intérêts américains, mais sûrement pas les notres ! On voit maintenant le retour de bâton en Europe ! Mais , dans la vie, ce sont toujours les idiots qui sont les dindons de la farce !


                                  • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 20 août 2014 18:34

                                    On n’ a pas toujours ce que l’on veut !
                                    Que ceux qui doutent relisent mes anciens écrits où j’avais prévenu que les Européens ( et occidentaux) auraient des problèmes là ils ne le soupçonnent même pas, ce n’est que le début... Le monde d’aujourd’hui fonctionne avec un schéma préétabli, tant que le schéma reste le même le but qui sera atteint ne sera que désillusion pour ceux qui se croient être les plus intelligents ! La France aurait du m’écouter !

                                    La France n y peut rien pour deux raisons :

                                    - Premièrement, elle se goure profondément (diplomatiquement) en croyant faire marcher les USA dans des complots et en les laissant « trinquer » seuls par la suite ...

                                    - Deuxièmement et ceci complète le premier point, nous avons là un problème génétique qui ne se résout pas facilement : Les Américains ( leur intelligence collective) qui dirigent aujourd’hui l’Amérique ne sont que les descendants des Européens, par conséquent ce sont eux ( la nouvelle Europe) qui sont les héritiers de la Vieille Europe ! La Vieille sorcière restera t-elle longtemps accrochée aux ambitions de ses petits neveux et pensera t-elle indéfiniment qu’elle est « la plus belle » : Le miroir a aussi sa manière de réfléchir !


                                    • HELIOS HELIOS 24 août 2014 21:08

                                      En tout cas, ce n’est pas le monde arabe qui nous sauvera !


                                      En clair, les americains ne sont pas nous, ils sont « presque » nous. Le 11 septembre 2001, nous fumes tous americains devant les chants et les danses des palestiniens.

                                      Demain, s’il faut aider les americains, nous le feront comme les grands mères aident leurs petits enfants. Ceux-ci sont ingrats, certes, mais font parti de la famille.
                                      Si l’Europe a à se plaindre des USA, ce n’est pas du peuple americain mais de leurs dirigeants, comme d’ailleurs des notres (de dirigeants) qui ont simplement oubliés de s’occuper de leurs peuples.


                                    • smilodon smilodon 20 août 2014 21:00

                                      Ceux qui vivaient des exportations de leurs produits vers la russie, paieront pour que nos élus-élites, puissent dire « M » à Poutine !.. Sans que leurs indemnités (celles de nos « élus-élites » soient touchées, même d’un centime d’euro !... BRAVO !.. L’honneur est sauf !... Producteurs de pommes ou de poireaux, démerdez-vous !... Nous (élus-élites), en tant que producteurs de « radis », et à titre « perso »....................On s’en fout !.. D’autres chats à battre !.. Et une image à défendre !..... Pourvu que nos poches se remplissent..... Plus que 2 ans et demi pour finir milliardaires !... Désolé(es)... Chacun sa bourse !.....Adishatz.......


                                      • Gilles SONDEREGGER Gilles SONDEREGGER 20 août 2014 21:37

                                        A tous ceux qui sont d’accord avec cet article, je suggère d’adhérer à ma page et de la partager un maximum, afin d’informer le plus de personnes possibles de ce qu’essaient de provoquer les USA sur NOS terres :



                                        • HELIOS HELIOS 24 août 2014 21:00

                                          Comme je ne veux pas etre sur facebook, que mon proxy a definivement blacklisté, je ne pourrais jamais partager quoi que ce soit avec vous.


                                          la première des libertés est d’etre indépendant de ceux qui vous oppressent. Facebook n’est qu’un outil (mondial) de cette oppression, elle ne passera pas par moi.

                                        • Gilles SONDEREGGER Gilles SONDEREGGER 20 août 2014 21:51
                                          La problématique de l’Ukraine partitionnée ou non, russe (ce n’est pas ce qu’ils demandent, d’ailleurs...)ou non, nazie (c’est ce qu’est le gouvernement ukrainien que nous sommes forcés de soutenir par les USA...) ou non n’est pas stratégique en terme de stratégie militaire.
                                          Je vous suggère de regarder attentivement la carte du chômage en Europe... : seuls 3 pays sont « durement » touchés : 2 micro-pays, la Grèce et le Portugal, et l’Espagne. « Le chômage », comme « la crise financière », sont les 2 loups que la finance utilise pour vous effrayer. 
                                          Le chômage ? Le seul problème pour la finance (en gros 8 familles dont 4 aux USA et 4 en Europe), est que ce chômage n’est plus suffisant pour faire face à la croissance. Femmes au travail, suppression du service militaire, robotisation à outrance des usines, informatisation à outrance des administrations, annexion de la Pologne, la Roumanie, de l’ex RDA par l’Allemagne, et autres pays de l’ex-URSS : rien n’y fait : la moyenne du chômage dans l’U.E. est trop basse ! Et si on regarde bien la carte d’Europe, le DERNIER réservoir de main-d’oeuvre de proximité, c’est bien l’Ukraine !
                                          Après la délocalisation de masse des années 1980 vers la Chine, la fin de la sidérurgie, du textile, du charbon et d’autres domaines en France et ailleurs, l’augmentation du pouvoir d’achat et donc des salaires en Chine, et des coûts de transport depuis l’Asie, les années 2000 sont les années de la re-délocalisation....en Europe !
                                          L’Ukraine.... ? Une simple histoire de main-d’oeuvre bon marché, qui semble justifier de soutenir un gouvernement ouvertement fasciste !

                                          Gilles SONDEREGGER

                                          • Gilles SONDEREGGER Gilles SONDEREGGER 20 août 2014 22:03

                                            Tout à fait, Gilles, mais tu oublies d’autres paramètres ! 


                                            1) La problématique des terres agricoles : l’Europe ne se nourrit plus, et l’Ukraine dispose de grandes surfaces agricoles.
                                            2) Dans les prospectives sur le chômage en Europe, tu oublies de mentionner le nombre important d’entreprises chinoises et indiennes qui vont venir construire des usines en Europe, comme le Japon dans les années 1970, mais en 20.000 fois plus important !

                                            Mais cela rejoint ton point de vue : la seule crainte de la finance est une envolée des salaires, qui impliqueraient de fait une baisse des bénéfices mirifiques partagés entre les actionnaires et les conseils d’administration ! 

                                            Un dernier point : si la finance met la pression sur la France, c’est uniquement parce qu’elle vise la privatisation de la Sécurité Sociale, bien entamée au demeurant par les déremboursements et le développement des assurances complémentaires. N’oublies pas que le principal créancier de la dette intérieure française, c’est le groupe Axa, leader mondial de l’assurance, dont le CEO Henri de Castries est aussi le président du Bilderberg !

                                            Conclusion : la finance est menacée ? Certes...par l’inflation des salaires. Mais, permet moi d’être familier avec toi puisque je te connais bien : on n’en a RIEN A FOUTRE, de la fin de la finance ! La fin de l’actionnariat n’empêchera aucune usine de tourner, On a besoin de consommation, donc de pouvoir d’achat, donc de salaires élevés pour faire tourner l’économie. La finance, on s’en contrefout !

                                            Gilles SONDEREGGER (sans rancune).

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès