• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Valse des régions

Valse des régions

La Valls des régions continue
                         Le découpage, c'est selon... 

 La partie était annoncée laborieuse.
   Elle l'est plus que prévue.
 L'enlisement guette.
 Les révolutionnaires de 1789-90 avaient été plus rapides et plus efficaces pour faire une réforme révolution d'une autre ampleur, au cas par cas, sur les ruines des anciennes provinces.
 Tous les jours, ou presque, on a des surprises. Un jour c'est Martine qui ne veut pas de la Picardie, un autre jour, c'est le Centre qui ne veut pas être dépecé (Mais où s'arrête le Centre ?  __ Lors des débats au Sénat, Jean-Pierre Raffarin se réveille brusquement : « Que fait-on de la région Centre ? ». « Merci de vous en souvenir », lui répond Jacqueline Gourault (Loir-et-Cher), avant de balancer cette réplique d’anthologie :« La région Centre n’est pas une région où il ne se passe rien. » ___ )...
 Comment s'y retrouver dans les multiples critères de regroupement administratif possibles ? Va-t-on se résoudre à se rabattre sur la carte des fromages ?...
 Le développement monstrueux de la région parisienne et son importance économique aux dépends d'autres bassins n'est pas la moindre difficulté.

 La carte des régions évolue encore (et encore)...
".. C'est le quatrième scénario de carte des régions examiné par le Parlement depuis le lancement de cette réforme des collectivités qui ambitionne de "transformer pour plusieurs décennies l'architecture territoriale de la République"...
 Ce n'est pas la première fois que la carte des régions évolue via des amendements du Parlement. Dans un premier temps, le Sénat avait tout bonnement supprimé la carte pour manifester son opposition à la réforme. Puis, le projet voté en commission de l'Assemblée la semaine dernière prévoyait une région Nord-Pas-de-Calais inchangée et des fusions Picardie-Champagne-Ardenne, Limousin-Aquitaine et Centre-Poitou-Charentes..."
   La guerre des chefs (-lieux) a bien lieu, à la gauloise.
 Où est la cohérence ?
  Certains comparent la découpe – proposée par le gouvernement, supprimée par le Sénat, rétablie et corrigée en commission à l’Assemblée, modifiée par les députés PS – au tracé des frontières en Afrique par les puissances coloniales...

________Faute d'avoir réfléchi longtemps à l'avance au bien fondé, à la possibilité, au coût d'une telle réforme, on est dans l'improvisation permanente et c'est in fine le prince qui tranchera, s'il le peut...


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

64 réactions à cet article    


  • ZEN ZEN 17 juillet 2014 10:03

    Bonjour

    Désolé pour les quelques fautes d’orthographe qui trainent.

    J’en profite pour donner mon avis sur la nouvelle mouture AV : une plus grande lisibilité des articles, mais la mise en page n’est pas au point et la police devrait être modifiée.
    Qu’en pensent les autres ?


    • Fergus Fergus 17 juillet 2014 10:23

      Bonjour, Zen.

      Bof ! cette nouvelle carte des régions me semble pertinente, et de toute manière il faudra bien trancher dans un sens ou dans l’autre sans tenir compte des critiques sans fin des uns et des autres. Des critiques qui disparaitront très vite lorsque ces nouvelles régions seront validées, comme cela avait été le cas lors de la première création des régions françaises.

      Sur la forme d’AgoraVox, je n’ai pas de critique particulière à formuler, si ce n’est effectivement le choix de la police de caractères qui ne me semble pas la meilleure.


      • ZEN ZEN 17 juillet 2014 11:39

        Où est passé l’intérêt général ?


      • Croa Croa 17 juillet 2014 11:58

        L’intérêt général c’est en effet trois niveaux politiques, commune, département et nation.

        D’ailleurs les Français ne voulaient pas des régions (pour de Gaulle peut-être aussi et son choix de démissionner était peut-être celui d’une contrainte à cette réforme.) 


      • soi même 17 juillet 2014 11:40

        Ce qui faut bien comprendre dans cette histoire, ce n’est pas plu un fantasme du PS ce nouveaux découpages.
        Si par aventure, c’était Sarkozy où Le Pen qui auraient remporter les élections on auraient été soumis à cette même décision !
        Pour comprendre cela, Pierre Hillard à fait des recherche sur le sujet des Eurorégions.

        La régionalisation pour dynamiter les Etats - Par Pierre Hillard

        • Croa Croa 17 juillet 2014 12:03

          Oui tout à fait. Avec les moyennes régions les Français ont continués à se sentir encore et d’abord Français. L’oligarchie espère réussir mieux avec de grandes régions mais...
           smiley smiley Elle a échoué d’avance ! smiley smiley et c’est très bien. smiley 


        • Fergus Fergus 17 juillet 2014 12:06

          Bonjour, Soi-même.

          En effet, un parti de droite au pouvoir aurait sans doute procédé à un redécoupage du même type.

          Quant à affirmer que cette régionalisation vise à « dynamiter les états », cela relève très largement du fantasme. Si tel était le cas, il aurait fallu au contraire encourager le maintien de régions à très forte identité culturelle alors qu’on assiste là à un brassage qui risque, à terme, de diluer ces identités.


        • soi même 17 juillet 2014 12:28

          Bonjour Fergus, dynamiter les états, c est aussi diluer les identités territoriales des régions en tenant pas compte de leurs passées réceptifs !
          On le voit bien dans la question, qu’elle ville va devenir la capitale de la nouvelle Région ?


        • Fergus Fergus 17 juillet 2014 12:59

          @ Soi-même.

          Pour ce qui est de la plupart des régions, le nom de la capitale s’impose de lui-même, mais il reste quelques cas épineux, en effet. Par exemple en Alsace-Lorraine-Champagne, la logique disant Metz, plus central, et la notoriété alliée à la taille et au statut européen disant Strasbourg.


        • Trelawney Trelawney 17 juillet 2014 12:06

          Cette ébauche de carte est plutôt bien construite avec des grosses régions aussi bien géographique qu’économique (Rhone alpe et Aquitaine).

          Il y a toute fois des régions qui auraient pu être scindé en un gros pôle comme la région Nord Pas de Calais, Picardie et Champagne. (la champagne apportant un peu de richesse à ce désert économique)

          La région Pays de Loire aurait pu disparaitre et être amalgamé à Bretagne (Loire Atlantique et Mayenne, Aquitaine (Vendée) et centre (Maine et loire et Mayenne). Mais là on touche à un problème de « baronnie politique » insurmontable.

          Raccrocher la Corse à PACA, je suis certain que beaucoup de Corse seraient d’accord


          • Plum’ 17 juillet 2014 22:53

            Oui : la Loire Atlantique avec la Bretagne, la Vendée avec l’Aquitaine (ou la Bretagne), la Sarthe et la Maine et Loire avec le Centre qui deviendrait le val de Loire (habité par les ligériens, une région qui a un sens géographique, historique et culturel), la Mayenne avec la Bretagne ou le Val de Loire.


            Tout à fait d’accord avec la fait qu’il y ait une insupportable baronnie politique qui empêche ce découpage. Les régions Centre et Pays de Loire telles qu’elles existent n’ont aucune raison d’être. Nantes va avec la Bretagne, Angers et Le Mans vont avec Tours et Blois, les autres choisissent...

          • foufouille foufouille 17 juillet 2014 12:09

            vu la carte, l’alsace sera super heureuse d’obéir à reims


            • foufouille foufouille 17 juillet 2014 12:11

              pareil pour bordeaux, jupette sera heureux


              • ahtupic ahtupic 17 juillet 2014 12:23

                Je vous rappelle que cette décision a été prise pour cacher la branlée prise par le PS aux européennes. C’est encore un leurre qui n’a pas été préparé, ni pensé sérieusement. Une décision rapide conduit toujours à un fiasco.


                • Mmarvinbear Mmarvinbear 17 juillet 2014 12:39

                  L’ancien président avait lancé vaguement un projet, se contentant d’ouvrir les négociations entre régions pour les inciter à fusionner et former de plus grands ensembles.


                  AUCUN des conseils régionaux n’a saisi la balle au bond, tous heureux de voir qu’aucune contraire de temps ne s’appliquait. 

                  SI Hollande n’avait pas forcé le mouvement, on en serait toujours à 22 régions en 2500 !

                  Que l’on critique la carte parce qu’on estime que Bretagne et Pays de Loire ne devraient faire qu’un, ou que l’on pense que truc irait mieux avec machin au lieu de bidule, ok, cela fait partie des négociations.

                  Mais se plaindre du caractère « dictatorial » des méthodes employées par le gouvernement, c’est se moquer du monde ! 

                  • Fergus Fergus 17 juillet 2014 13:01

                    Bonjour, Mmarvinbear.

                    J’applaudis des deux mains votre commentaire !


                  • soi même 17 juillet 2014 13:24

                    @ Mmarvinbear vous oubliez une chose, les tiroirs et comment on utilise 6 mois à l’avance un effet d’annonce.
                    C’est la même technique que pour l’enfant, on annonce son programme à l’avance, et l’on sait qu’il va pas être contant et le moment venue, il est très facile d’imposer ce que l’on a juger de faire.
                     La manière que le Gouvernement si prend, et bien cette manière de nous infantilisez sur cette question !
                    En réalité nous avons pas le droit aux chapitres !


                  • Mmarvinbear Mmarvinbear 17 juillet 2014 14:48

                    Pour être sincère, cela fait combien de temps que vous militez pour tel ou tel rapprochement ?


                    Je parie qu’avant les annonces gouvernementales, vous vous en fichiez comme de votre première couche.

                  • soi même 17 juillet 2014 15:10

                    Je milite pas je constate, cela fait 30 ans que je sais que l’UE est du flan.
                     Quand j’ai compris, que UE, fait de la gestion économique des Pays et des peuples qui ont adhérer à ce projet.
                    Le principe des de se regroupement des région par sa réduction et bien un problème économique d’échelle mais aussi ce que l’on appel dans le monde des entreprise atteindre la masse critique pour augmentée le bénéfice.
                     Et ce que l’on peut constat, ce n’est pas un problème uniquement Français. D’autre pays Européen sont confronté à cette réforme.
                     L’étape suivante et l’autonomie des régions, ce qui semble se profilée au Royaume unie avec l’Écosse et le Pays de Galles.
                    En France avec le projet de la fusion au pays de Bade Wurtenberg. Au sud avec la création d’une grande province Occitane.

                    Bien sûr je comprend ta position, mais il faudrait peut êtres nous arrêtes de nous prendre pour des biles quand les intentions devient claire comme de l’eau de roche !


                  • Fergus Fergus 17 juillet 2014 18:05

                    @ Soi-même.

                    Quelle fusion avec le Bade-Würtemberg ???

                    Pour ce qui est d’une indépendance du Pays de Galles, rien ne la laisse présager en dehors du discours de quelques illuminés. Facile à vérifier sur place.

                    L’Ecosse elle-même, dont la rivalité avec l’Angleterre a toujours été très vive dans une partie de la population, risque fort de voter « non » lors du prochain référendum.


                  • soi même 17 juillet 2014 20:51

                    @ Fergus l’Alsace.


                  • Fergus Fergus 17 juillet 2014 22:50

                    Bonsoir, Soi-Même.

                    A mon avis, même pas en rêve : les Alsaciens sont les plus patriotes et les plus nationalistes des Français.


                  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 18 juillet 2014 07:41

                    Fergus,
                    Quelle fusion ? Cette carte n’est que provisoire.


                    La suite sera de rattacher les régions françaises frontalières avec celles qui sont autour, et de faire disparaître les frontières de la France et des autres pays.
                    Découper toute l’Europe en rondelles, en régions, et leur donner des compétences d’ordre législatif.

                    Mais la France n’est pas l’ Allemagne, les Français sont jacobins, la loi doit être la même pour tout le monde !
                    Quand les Français comprendront que les lois ne seront pas les mêmes d’une région à l’autre, ça se passera très mal...

                    « Les euro -régions »


                  • Fergus Fergus 18 juillet 2014 09:02

                    Bonjour, Fifi.

                    Vous me reprochez parfois d’être dans le fantasme européen, et le fait est que je suis un fervent partisan des Etats-Unis d’Europe dans un avenir plus ou moins lointain. Mais en l’occurrence, c’est vous qui êtes dans le fantasme avec ce scénario dont je ne dis pas qu’il ne pourrait pas se produire un jour, mais pas avant des décennies.


                  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 18 juillet 2014 17:50

                    Fergus,
                    Lisez le livre de Pierre Hillard : « La décomposition des Nations européennes », il donne tous les textes européens et les cartes préparées depuis les années 70.


                  • Pascal L 17 juillet 2014 13:06

                    Une réforme des régions n’est pas impensable en France, mais dans ce cas, je me demande bien à quoi ça sert puisqu’il n’y a pas eu de réflexion préalable. Cela sent le nuage de fumée. Pendant que tout le monde s’étripe sur le sujet, on ne discute pas d’un autre dépeçage, celui de notre économie.

                    Il manque clairement une vision stratégique sur le sujet, tout ce remue-ménage finira donc dans une débâcle.

                    On ne peut pas faire une réforme de cette ampleur sans se poser la question de la représentation démocratique. Les élus des nouvelles régions seront forcément plus éloignés de leur électeurs, d’autant plus qu’il est également question de supprimer les conseils généraux (mais chut, on n’en parle pas maintenant, cela pourrait faire capoter cette réforme).

                    Une telle réforme va forcément coûter les yeux de la tête, car il faudra revoir les responsabilité et l’organisation de toutes les administrations départementales, régionales, voire nationales. Quid des fonctionnaires ? Va-t-on les licencier ? les muter ? Ils me semble qu’on a pas commencé à demander leur avis. De toutes façon, en période crise, la réduction de personnel passe forcément par la case chômage ou retraite, donc ces personnes restent à la charge de l’Etat et il n’y aura pas d’économie.
                    Une réforme de cette ampleur ne peut être conduite que dans une période de forte croissance. 

                    Quels sont ensuite les vrai objectifs de cette réforme puisqu’il est illusoire de faire des économies ? S’agit-il de supprimer l’Etat Français à terme ? On en saura un peu plus avec la répartition des responsabilités entre l’Etat et les régions, mais il sera trop tard à ce moment.

                    Enfin, l’examen de la carte montre de grosses disparités entre les régions. De grandes régions autour de grands métropoles, principalement dans le Sud (Bordeaux, Toulouse, Lyon, Marseille) et des régions plus petites où aucune métropole ne se détache réellement. Où sera la capitale de la région Nord-Est : Châlons-en-Champagne, Reims, Metz, Nancy, Strasbourg, Mulhouse ? Belle bataille en perspective et cauchemar pour le gouvernement. Y aura-t-il des régions pauvres et des régions riches ?

                    • ZEN ZEN 17 juillet 2014 13:19

                      Bonjour Pascal

                      Dans une large mesure en accord avec vous


                    • Trelawney Trelawney 17 juillet 2014 17:57

                      Pascal

                      Dans cette réforme sur les régions : Il y a une réalité politique : La majorité a perdu les 2 dernières élection et tente de masquer leur déconfiture par cette reforme.

                      Il y a aussi une réalité économique. La Californie qui n’est qu’un état des états unis a un PIB supérieur a celui de la France et New York a un PIB supérieur à celui de la Suisse. Il nous faut donc de grandes régions pour avoir de grandes métropoles économiques et ainsi pouvoir nous développer.

                      Dans le découpage de cette carte qui est beaucoup mieux que la France métropole a 22 régions on se rend compte que des villes comme Bordeaux, Toulouse, Lyon, Rouen, vont être les grands bénéficiaires.

                      Des villes comme Marseille, Rennes, Nantes ou Reims (parce que trop de concurrence avec Metz et Strasbourg) vont stagner (trop petite région). Des villes comme Amiens aussi (parce que région trop pauvre).

                      Des ville comme Lille ou Strasbourg devront quant à elle tourner le dos à la France et regarder vers le Benelux ou l’Allemagne pour ce développer (ceux qu’elles font déjà).

                      Il est vrai aussi que des régions aussi importantes sonnent le glas des départements et conseil généraux qui n’auront plus de raison d’être.

                      Les élus des nouvelles régions seront forcément plus éloignés de leur électeurs

                      Croire qu’un élu est proche de ses électeurs c’est un peu se considérer comme un pigeon


                    • Pascal L 17 juillet 2014 20:39

                      Merci @Trelawney d’avoir pris le temps de me répondre.

                      Autant je suis d’accord avec l’effet de masque de la réforme, autant je ne le suis pas sur l’économie. La Californie est un mauvais exemple puisque les américains réfléchissent à la couper en plusieurs états…

                      L’économie dépend principalement de l’écosystème mis en place. Le premier élément est la monnaie, donc une partie des décisions économiques sont prises à Francfort. Et ce n’est pas les monnaies régionales qui vont permettre d’avancer car elle sont basées sur l’Euro.
                      Le deuxième est la recherche. L’ANR est une des principales source de financement et cet organisme est national. Il est d’ailleurs difficile d’imaginer un financement des grands sujets de recherche morcelé entre les différentes régions. Une bonne partie du financement est d’ailleurs européen.
                      Viennent ensuite les clients et les partenaires des entreprises. Dans un domaine porteur comme l’informatique ou l’aéronautique, les clients et partenaires se trouvent partout sur la planète. Même si Airbus a beaucoup de partenaires sur Toulouse, il s’agit de la communauté d’agglomération et non la région. Le reste est ailleurs. Je travaille dans l’informatique et je n’ai aucun contact dans mon environnement proche. Tout se fait par Internet. Je n’ai jamais eu de soutien par mon département ou ma région alors que j’en ai eu d’une agence européenne et d’une fédérale US.
                      Quand vous parlez du développement de certaines villes, je doute que ce ne se fasse pas au détriment d’autres villes. Il faut une vision beaucoup plus large pour avancer et surtout il faut relancer l’investissement.

                      Quand à la démocratie, je peux encore parler librement avec mon maire et mon conseiller général. Au delà, ce n’est plus à ma portée. Il est certain que la démocratie n’est pas dans l’organisation des pouvoirs, elle est plutôt dans l’organisation des contre-pouvoirs mais le sujet est tabou dans la Vème république. C’est pourquoi, je m’inquiète.
                      Quand vous dites que l’avenir de Strasbourg est en Allemagne, je suis encore plus inquiet. Tous ceux qui se sont battus pour que Strabourg ne soit pas allemande doivent se retourner dans leur tombe. Si mon grand-père a déserté l’armée allemande en 17 pour s’engager dans l’armée française, c’est qu’il ne voyait pas la France comme l’Allemagne. Voir les choses différemment n’implique pas forcement la haine de l’autre.

                    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 18 juillet 2014 07:46

                      Cherchez pas, ce n’est pas une idée française, mais une directive européenne.
                      article 4 des GOPé : « Simplifier les différents échelons administratifs »

                      •  
                      Traduction : mettre en place un redécoupage territorial qui nous rapprochera des euro-régions, directement sous la coupe de Bruxelles. Diviser pour mieux régner.

                      « Le démantèlement des Etats par les euro-régions » par Asselineau

                    • Trelawney Trelawney 18 juillet 2014 09:10

                      Pascal L

                      Un fait historique que vous ne connaissez sans doute pas : Lille était en concurrence économique avec 3 autres villes (par concurrences économique je veux parler du pouvoir d’attractivité qu’a la ville pour amener des investisseurs, des capitaux, du travail). Ces villes étaient Bruxelles, Anvers, Liège. Hors il n’y avait économiquement de la place que pour 3 villes. Aussi dans les année 90 avec l’arrivée du TGV et du tunnel sous la manche, Lille a investi massivement (aidé en cela par la région (un petit peu parce que petite région) et l’état (Mauroy avait encore un certain poids en politique). Aujourd’hui Liège a été décroché et les concurrents directs au développement de Lille sont Bruxelles et Anvers.

                      Les concurrents économique de Strasbourg ne sont pas Metz et Nancy, mais bien Karlsruhe et Stuttgart.

                      L’Europe économique se fait avec ou sans monnaie et avec ou sans état. Il ne faut pas croire que c’est l’état (voire les états européen pour certain) qui décide de tout. L’économie se fait localement et surtout localement. Si une grosse société décide de s’implanter dans une région elle sera la principale cause de l’essor économique de cette région si elle quitte la région, elle sera la principale cause du déclin économique de la région. Les politiques et l’état n’y sont pour rien la dedans. Leurs seul aide est leur capacité à faciliter les décisions. Les allemands l’ont compris mais les égos des politiques français seront difficiles à faire disparaitre (cf Montebourg). En cela on n’est pas aidé.

                      Une réforme des régions qui donnera plus de poids économique à des villes comme Bordeaux, Toulouse, Lyon, Rouen n’en déplaise aux barons locaux (Ségolène, Raffarin, Ayrault, Le Drian etc) est une bonne réforme.

                      Dans ma région j’initie des projets et franchement il y a plus de chance qu’ils aboutissent si j’ai l’appui des CCI, de certaines ONG ou d’associations locales, que du maire ou même du conseillé régional.

                      Quant à l’euro : que je paie en dollar, euro, yen ou billes d’agathe, je n’en ai rien à battre. Mais c’est vrai qu’à l’UE ils sont convaincus du contraire à un point que s’en est pathétique


                    • ZEN ZEN 17 juillet 2014 13:17

                      Strasbourg et Hirson, d’un côté, Calais et Laon, de l’autre dans le même paquet cadeau, ça n’a pas beaucoup de sens...
                      C’est comme si vous mettiez ensemble des Brandebourgeois et des Wesphaliens


                      • Mmarvinbear Mmarvinbear 17 juillet 2014 14:53

                        Avec des arguments de ce genre, autant dire que les habitants du XXè à paris devraient être « indépendants » de ceux qui voisinent Pantin et Créteil !


                        On fait cohabiter sur un même territoire un dunkerquois et un niçois, et le strasbourgeois et le bayonnais partagent le même pays.

                        Pourquoi un toulousain ne pourrait pas supporter un biterrois ?

                      • Fergus Fergus 17 juillet 2014 17:57

                        @ Mmarvinbear.

                        Une nouvelle fois d’accord avec ce commentaire. Il y a même beaucoup plus de différences entre les habitants du 20e arrondissement de Paris et ceux du 7e qu’entre les habitants de Picardie et ceux du Pas-de-Calais ou les habitants de Champagne et ceux de Lorraine. 


                      • ZEN ZEN 17 juillet 2014 15:05

                        Mal compris, Mmarvin,
                        Il ne s’agit pas de supporter, ni de territoire abstrait, mais d’une communauté régionale comportant une certaine homogénéité économique et culturelle.


                        • Trelawney Trelawney 17 juillet 2014 18:01

                          Monsieur Zen

                          l’homogénéité culturelle, c’est valable pour l’Alsace, la Provence, le Bearn, la Franche comté, la Bretagne, la Flandre ou l’Artois.

                          La il s’agit d’homogénéité économique, avec des régions comprenant des secteurs industriels comme le Rhône, des secteurs touristiques comme les Alpes, des secteurs agricoles comme le Forest et des secteurs de hautes technologies comme le grenoblois. Tout ca mélangé nous fait une grosse puissance économique


                        • titi 17 juillet 2014 18:09

                          Euh...

                          Sauf erreur le projet porte sur les régions en tant qu’« échelon administratif »

                          Il n’y a aucun rapport avec une homogénéité « économique et culturelle »

                          D’ailleurs c’est quoi l’homogénéité « économique et culturelle » de PACA ou de Rhone Alpes ? Zero.

                          Si il fallait se préoccuper d’une homogénéité « économique et culturelle » alors on reviendrait aux anciennes provinces : regardez le Berry ou l’Orléanais. Ca c’est de l’homogénéité « économique et culturelle » et pourtant ces provinces sont écartelées entre plusieurs régions.

                          Ne confondez pas tout : on parle d’échelon administratif. Rien de plus.


                        • titi 17 juillet 2014 18:11

                          « la Franche comté »

                          Pas du tout.

                          En haute saone ils font de la Cancoillote, dans le haut doubs du Comté et dans le haut jura du Morbier.

                          Rien à voir smiley  smiley


                        • Mmarvinbear Mmarvinbear 17 juillet 2014 20:27

                          L’homogénéité culturelle des régions ?


                          Laissez moi rire !

                          Je suis originaire de Bourgogne. Tout le monde sait que culturellement, un dijonnais et un auxerrois, cela n’a rien à voir ! Le nivernais est plus proche du Centre et la Saone-et-Loire est considérée comme la porte d’entrée du Lyonnais !

                          Et c’est pareil pour les autres régions. Interrogez un niçois, il vous dira qu’il n’a rien d’un marseillais !

                        • Mmarvinbear Mmarvinbear 17 juillet 2014 20:32

                          En réalité, la seule chose qui hérisse les élus locaux, c’est la fait que pas mal de postes vont disparaitre.


                          9 sièges de Président de région en moins, cela va faire monter la valeur des sièges qui restent. La bataille des Egos ne fait que commencer !

                          Des postes d’élus en moins aussi, car leur nombre va être baissé et limité. Si on y ajoute la disparition programmée ensuite des conseils généraux, les élus locaux vont devoir se contenter d’un poste de conseiller municipal à Gazouillis-lès-Fermières. La aussi, les places sur les listes vont valoir cher !

                        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 18 juillet 2014 07:48

                          Ce qui devrait vous inquiéter, c’est la disparition programmée de la France en tant qu’Etat Nation, par le haut avec TAFTA et TISA, et par le bas , par les futures euro-régions....


                        • Mmarvinbear Mmarvinbear 18 juillet 2014 15:45

                          Tout finit par mourir. Les plus grands empires millénaires ont fini par s’ effondrer, la France ne fera pas exception à la règle, même si ce jour est encore loin d’être venu.


                        • titi 18 juillet 2014 19:38

                          @fifi

                          L’agitation du spectre de la fin du pays sous prétexte qu’on déplace des sièges de région ou que l’on ferme des sous préfectures, ca me fait quand même pas mal rigolé.

                          Notre pays est sur-administré, avec dilution des responsabilités et des compétences, et un sur effectif pléthorique.
                          Et si encore cette sur administration était efficace. Mais il n’en est rien.

                          Le citoyen Français est capable de faire 100 bornes pour acheter un meuble suèdois... il peut bien en faire autant pour les quelques fois dans sa vie où il aura besoin d’un coup de tampon.


                        • rocla+ rocla+ 17 juillet 2014 18:25

                          La région Alsace devrait être jumelée à la Bourgogne 

                          comme ça on mangerait les saucisses de Strasbourg avec la 
                          moutarde de Dijon .

                          • Mmarvinbear Mmarvinbear 17 juillet 2014 20:28

                            Faut ajouter la Franche-Comté, et arroser cela d’un bon Arbois !


                          • titi 17 juillet 2014 21:30

                            Miam ! Quel programme !


                          • ZEN ZEN 17 juillet 2014 22:09

                            Beaucoup de querelles byzantines sur ce sujet, souvent insolubles
                            ça occupe, ça fait diversion, comme disait plus haut Pascal
                            L’état d’impréparation sur ce dossier me sidère. Cela demandait une longue gestation aussi démocratique que possible, au lieu d’un passage en force technocratique.


                            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 18 juillet 2014 07:51

                              Zen,
                              Z’avez tout compris ! Si on ne demande pas l’avis des Français, c’est que le referendum en Alsace en 2013 a été un bide.

                              • Si on commence par le redécoupage avant de parler des compétences, c’est que les futures régions seront dotées de compétences législatives, qui feront qu’à terme, les lois ne seront pas les mêmes d’une région à l’autre..., de quoi faire grimper aux rideaux tous les Français attachés à l’égalité des citoyens devant la loi...

                              • Fergus Fergus 18 juillet 2014 09:07

                                @ Fifi.

                                En fait le référendum alsacien n’a pas été un bide : le projet de fusion était accepté par les votants, avec un Haut-Rhin (Colmar) votant NON à 56 % mais un Bas-Rhin (Strasbourg), plus peuplé, votant OUI à 67 %. C’est uniquement le manque de participation qui a fait échouer ce projet, ce qui change l’analyse que l’on peut en faire.


                              • Pascal L 18 juillet 2014 09:15

                                Alors il y a trop de régions dans le projet gouvernemental. Il faut une seule région, de la mer du nord à la corse.


                              • Gauche Normale Gauche Normale 18 juillet 2014 13:11

                                @Pascal L


                                après tout c’est vrai, ça : vous imaginez la région qu’on pourrait obtenir si on les fusionnait toutes ? smiley
                                 smiley

                              • Diogène diogène 18 juillet 2014 09:38

                                Quand les départements disparaîtront, est-ce que le droit local d’Alsace-Moselle (concordat, jours de congés, cadastre, sécu, etc...) sera appliqué à toute la région qui les récupérera ? 

                                Ou bien est-ce que ça va disparaître ?
                                Qu’en pensent les Alasaciens ?

                                • ZEN ZEN 18 juillet 2014 10:01

                                  Jour après jour, tout devient simple... smiley
                                  Chacun défend son bout de gras...
                                  Parti pour un grand fiasco ?


                                • Mmarvinbear Mmarvinbear 18 juillet 2014 15:51

                                  A priori, le régime concordataire ne changera pas de champ d’application car il s’applique aux départements, et non à la région.


                                  On parle de Droit local alsacien par commodité alors qu’il faudrait parler de Droit local du Haut et du Bas-Rhin. Auquel se rajoute la Moselle, ces trois départements ayant été sous souveraineté allemande lors de la révocation du concordat en 1905 lors de la séparation des Eglises et de l’ Etat.


                                • Diogène diogène 18 juillet 2014 19:01

                                  Il faut lire correctement avant de répondre comme un ours.

                                  Mon message commençait justement par :
                                  quand les départements auront idsparu.

                                • Mmarvinbear Mmarvinbear 18 juillet 2014 19:47

                                  Les départements ne sont pas menacés de disparition.


                                  Ce qui est en sursis, c’ est l’existence des conseils généraux qui les gèrent actuellement.

                                  Leurs compétences actuelles seront réparties sans doute entre la Région et les communautés de communes.

                                • Diogène diogène 19 juillet 2014 09:04

                                  Bien sûr que si, que les départements vont disparaitre, Nounours !

                                  Tu rêves ?

                                • Mmarvinbear Mmarvinbear 19 juillet 2014 12:48

                                  C’est toi qui cauchemarde, plutôt. le projet gouvernemental est clair : suppression des conseils généraux, mais maintient des départements comme unité administrative.


                                • Michel DROUET Michel DROUET 20 juillet 2014 11:54

                                  Bonjour Mmarvinbear

                                  J’applaudis à l’ensemble de vos commentaires ainsi qu’à ceux de Fergus. La plupart des commentateurs n’ont pas lu le projet de loi qui sera présenté en septembre et ouvrent la porte à tous les fantasmes et toutes les peurs. Et puis il y a ceux que cela arrange de tout mélanger au nom du « complot européiste ».
                                  Il y a du boulot pour expliquer les choses et faire litière de tout cela.
                                  Cela devrait être le boulot des élus, mais ils sont étrangement absents : ils sont sans doute davantage préoccupés par leur mandat que par l’intérêt général.


                                • Diogène diogène 20 juillet 2014 14:02

                                  Ah oui, c’est vrai, leur mandat, c’est pas l’intérêt général §

                                  Je suis con moi, j’ai rien compris alors ?
                                  Heureusement qu’il y a des gens comme vous pour nous éduquer !

                                • Michel DROUET Michel DROUET 20 juillet 2014 14:47

                                  Bonjour Diogène

                                  Ben oui, vous avez mal compris, pour le reste je vous laisse juge...


                                • ZEN ZEN 18 juillet 2014 19:27

                                  Tout cela ressemble à une réforme sur un coin de table

                                  "...Mercredi, l’Assemblée nationale a commencé à discuter de la future organisation régionale de la France – ainsi que d’un report des élections régionales et cantonales de mars à décembre 2015, et d’une baisse de 10 % des élus régionaux. Le débat va durer toute la semaine. Il ne sera bouclé qu’à l’automne, après les élections sénatoriales du 28 septembre. D’ici là, la future carte administrative de notre pays pourrait bien évoluer encore, tant les projets actuels suscitent l’incompréhension, voire la colère.

                                  Pendant deux ans, les doublons entre collectivités, les multiples échelons administratifs, tout cela n’était pas vraiment le souci de François Hollande. La réforme territoriale n’était pas à son programme présidentiel : il avait simplement annoncé un acte III de la décentralisation. Incarnation du notable local, le chef de l’État a d’abord brossé les élus dans le sens du poil.

                                  Mais depuis la défaite des municipales, tout a changé. Impopulaire, incapable d’inverser pour l’heure la courbe du chômage et toujours dans l’attente des résultats d’un pacte de responsabilité qui n’est pas encore voté, François Hollande veut faire de cette réforme territoriale le signe que quelque chose bouge. En menant à bien une réforme que tous les gouvernements évoquent depuis trente ans sans jamais l’avoir faite, il compte se camper en réformateur audacieux. À l’Assemblée mercredi, le ministre de l’intérieur Bernard Cazeneuve a parlé de « révolution ». « La mère des batailles », dit même Manuel Valls, qui se rêve en grand rénovateur d’une société bloquée.

                                  Le 8 avril, lors de son discours de politique générale, le tout nouveau locataire de Matignon avait surpris en annonçant la suppression de la moitié des régions, celle des départements, et la fusion des d’intercommunalités. « Les régions pourront proposer de fusionner par délibérations concordantes. En l’absence de propositions, après les élections départementales et régionales de mars 2015, le gouvernement proposera par la loi une nouvelle carte des régions. Elle sera établie pour le 1er janvier 2017 », assure alors le premier ministre.

                                  Mais cette feuille de route fixée évolue encore. Finies les discussions entre les régions ; un mois plus tard, François Hollande, soucieux d’imposer son autorité, décide d’« accélérer ». Début juin, l’Élysée dégaine une carte de 14 régions concoctée à la va-vite, établie en liaison directe avec les grands éléphants socialistes...." (Mediapart)


                                  • Pouet 18 juillet 2014 21:30

                                    Qui criera le plus fort ? Les partisans bretons, les technocrates des Pays de Loire ?

                                    Les mauvaises langues diront que la fusion Bretagne Pays de Loire, si chère à notre ex-premier sinistre, est un moyen de justifier son « Ayrauport » de Notre Dame des Landes. A vous de juger.

                                    La vérité c’est qu’il fallait dissoudre les Pays de Loire car le maintien de cette « région » promet une belle foire d’empoigne dans l’ouest et le « Centre ». D’ailleurs ce seul nom de Pays de Loire est abusif pour une région qui ne compte que 2 départements sur 5 où passe la loire... Quoi qu’on puisse dire, le Centre est plus Ligérien que les PDL.
                                    Quand à savoir si Nantes est bretonne, bonne chance ! Car la Loire Atlantique est bretonne à l’Ouest, vendéenne au Sud de la Loire et ligérienne à Ancenis.

                                    NB : je ne m’exprime que sur ces 3 régions Bretagne, Centre et PDL, car je les connais toutes 3 particulièrement bien.


                                    • gonzales gonzales 20 juillet 2014 13:45

                                      il faut dissoudre les pays bidons de la loire et créer une region bretagne avec ses 5 départements. quand je vois les courbettes que fait hollande a Ayrault et auxiette je suis ecoeure .la bretagne (celle que l’on m’a enseignee a l’ecole comprenait 5 départements dont a l’epoque la loire inferieure.hollande se doit de ne pas tenir compte des capices de qelques elus et revenir aux fondamentaux afin que l’on puisse tirer un trait sur cette triste histoire de vichy

                                      pour ma part moi aussi je vais faire un caprice :voter blanc a chaque election .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès