• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Bruno Lemaire défend le programme économique du Front de Gauche

Bruno Lemaire défend le programme économique du Front de Gauche

Le Front National a le chic pour dégoter des homonymes d'hommes politiques connus. On se souvient tous de Monsieur Lang, exclut injustement du Front National par Marion Lepen elle-même, car elle convoitait la circonscription de cet homme fidèle et loyal. Le Front National a désormais aussi son Bruno Lemaire. Il ne s'agit bien sûr pas du ministre de Nicolas Sarközy et du voisin de Neuilly-sur-Seine de Marion Lepen.

Le Bruno Lemaire du Front National est docteur en mathématiques, docteur ès sciences économique et diplômé d’Harvard. Il a rédigé une thèse sur Karl Marx, est professeur honoraire de Management à HEC, il a été le responsable Recherche et Développement d’IBM-Conseil. Expert auprès de la MIME (Mission interministérielle pour les mutations économiques), du Conseil de l’Europe, et de la Commission Sénatoriale sur les enjeux et les conséquences de la délocalisation des industries de main d’œuvre.

Cet économiste travaillant au service des plus grandes multinationales est un des plus proches conseillés économiques de Marion Lepen. Alors qu'il est un des artisans du programme du retour au Franc, celui-ci s'est finalement rallié à la position du Front de Gauche considérant qu'il faut conserver l'Euro et tenter d'imposer en Europe un rapport de force avec nos partenaires pour imposer à la BCE de prêter directement aux États.

JPEG - 68.3 ko
Plus de retour au Franc
Le FN abandonne
Ceux d'entre vous qui ont eu la curiosité de lire le tract de campagne de Marion Lepen l'auront certainement remarqué : celui ne contient aucune référence ni au Front National, ni au Franc. On peut comprendre l'absence de tout logo Front National. Marion Lepen rêve de tuer le Front National pour ne pas hériter le passé NAZI et ultralibéral du parti de son père. Elle aimerait certainement faire place nette et créer un parti tout neuf interdit aux anciens militants FN et réservé à ses nouveaux électeurs Coca-Cola. En revanche, l'absence de la thématique du retour au Franc a de quoi surprendre : la sortie de l'Euro constituait un axe majeur de son programme économique.

En réalité, il semblerait bien que ce soit Bruno Lemaire lui-même qui fut à l'origine de ce changement de position.


En effet, alors que je vaquais tranquillement à mes occupations habituelles de Troll sur Agoravox, j'ai réagi hier à une série de vidéos postées par une militante Front National sur agoravox.tv :

http://www.agoravox.tv/actualites/economie/article/l-economiste-bruno-lemaire-defend-34773

Celle-ci se contentait de présenter une série d'interventions somme toute soporifiques de notre économiste de HEC, et concluait par : « Mieux vaut préparer une sortie ordonnée de l’euro. » Cette conclusion me fait tiquer : elle ne correspond plus à ce que propose Marion Lepen aujourd'hui. Appliquant mes méthodes rodées de Troll élevé à la mamelle de 4chan, je me suis donc lancé dans une recherche Google pour fouiller dans des centaines de résultats tout ce que je pouvais trouver sur ce fameux « Bruno Lemaire » et ses positions économiques. Quelques dizaines d'onglets ouverts dans mon navigateur plus tard, je trouve finalement la petite pépite que je cherchais :

http://www.contre-feux.com/a-quoi-sert-ou-pourrait-servir-une-banque-centrale/

Dans cette entrevue, Bruno Lemaire dit extrêmement clairement :

« Si les pays de la zone Euro imposaient à la BCE de se mettre réellement au service des États, et non des banques privées, on pourrait sans doute conserver l’Euro, peut être “déconstruit-reconstruit”, afin de prendre en compte l’évolution économique de ses divers constituants (17 pays maintenant) depuis 10 ans. » 

JPEG - 83.4 ko
Carl Lang
Bruno Lemaire finira-t-il comme Carl Lang ?

J'exulte donc en mon for intérieur : « This is spaaaarta ! ». C'est exactement le coup de pied dont j'avais besoin pour faire tomber cet article Front national dans les limbes du Troll. Résumant à la hache de la provocation l'entrevue de Bruno Lemaire, je vais donc squatter le premier commentaire de l'article en question pour annoncer aux militants FN d'Agoravox que leur grand gourou économique s'est finalement rallié à la position du Front de Gauche. Loin de vouloir sortir de la zone Euro, il propose comme Jean-Luc Mélenchon d'instaurer un rapport de force avec nos partenaires européens pour imposer un contrôle démocratique de la BCE. Le retour au Franc est une dernière extrémité qu'il vaut mieux éviter.

JPEG - 15.1 ko
Bruno Lemaire
HEC, IBM... Un économiste au service des puissants

À notre plus grande surprise, c'est finalement Bruno Lemaire lui-même qui va venir me répondre et se prêter au débat. Rendons-lui hommage : c'est une attitude fort démocratique, et je doute un jour avoir la possibilité de débattre sur Agoravox avec les conseillers économiques de Nicolas Sarközy ou de François Hollande.

Bruno Lemaire tente tout d'abord de prendre des distances avec le Front National, et va rappeler que c'est la personne de « Marine  » Lepen qui l'a séduit. Il se dit « mariniste ». Puis, il va tenter rapidement de noyer le poisson en prenant une position théorique et abstraite sur la question de l'Euro. Peu satisfait par cette réponse évasive, je vais donc essayer de forcer notre économiste à dire clairement si oui ou non il est pour le retour au Franc.

JPEG - 22.3 ko
La déception
Les électeurs FN sont déçus

N'étant pas au bout de nos surprises, c'est finalement un des militants Front National qui va venir m'appuyer. Celui-ci aussi veut une réponse claire : il n'a adhéré au Front National que parce que celui-ci promettait la sortie de l'Euro. Il est donc déboussolé par le flou actuel entourant cette question.

Il sera déçu. Bruno Lemaire va se contenter de lui sortir l'argumentaire officiel du parti destiné aux partisans du retour au Franc : le retour au Franc ne peut pas se faire immédiatement, il faut risquer un référendum pour débattre du sujet avec les Français, cela reste un axe majeur du programme économique, etc. 

Finalement, il n'expliquera pas pourquoi cette mesure « majeure » n'apparaît plus dans le programme du Front National. Pire : il refusera obstinément d'expliquer la contradiction entre ses propos et ceux tenus dans son entrevue avec Contre-Feux.

Le Front National tient donc encore une fois un double discours. D'un côté, il y a ce que l'on dit aux militants les plus engagés : un discours simple et formaté destiné à un public supposé imbécile. De l'autre, il y a ce que l'on pense et ce que l'on dit quand on parle aux spécialistes.

 

Répétons-le donc clairement : Bruno Lemaire, conseillé économique de Marion Lepen, a finalement rejoint la position du Front de Gauche. Quand il s'adresse à ses confères économistes, il défend l'idée que la France est suffisamment forte pour imposer à ses partenaires européens un nouveau statut de la BCE, de manière à ce qu'elle puisse prêter directement aux États sans passer par l'intermédiaire des banques privées.

JPEG - 28.7 ko
Karl Marx
La nouvelle référence du FN

Ce revirement de l'Extrême Droite vers les positions de l'extrême gauche n'est pas unique. Nous avons eu l'occasion d'en débattre avec Bruno Lemaire. Comme celui-ci est, comme Alain Soral, un grand lecteur de Karl Marx et de Lénine (il a même publié une thèse sur Karl Marx), il n'est pas sans savoir que la lutte contre l'Oligarchie Financière Internationale est le combat de la Gauche depuis 150 ans.

 

 

En revanche, il semblait ignorer que le Front National défendait becs et ongles le libéralisme économique et la dérégularisation de la Finance lors des dernières élections il y a 5 ans :

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/on-a-retrouve-le-programme-du-91849

JPEG - 13.8 ko
Il y a à peine 5 ans
JMLP défendait la dérégularisation de la finance.

C'est devenu systématique : quand on rappelle à des militants FN les positions ultralibérales de leur parti, ils disent toujours que la situation a changé en 30 ans. Or, il s'agit des positions défendues par Jean-Marie Lepen en 2007 juste avant le début de la crise économique.

Quoi qu'il en soit, Bruno Lemaire va finalement essayer de se sortir de cette descente au milieu de la plèbe d'Agoravox en affirmant que je l'ai insulté et va ainsi trouver une excuse pour clore le débat. C'est tout à fait dans mes habitudes, mais j'avais cette fois-ci fait bien attention de parler à mon adversaire avec respect, car j'étais très heureux de pouvoir débattre directement avec une personne de «  l'autre monde ». J'ai donc relu mes posts un par un, ce qui m'a permis de comprendre ce que Bruno Lemaire avait considéré comme une insulte. Visiblement, il n'a pas apprécié que je lui demande ce que quelqu'un comme lui faisait dans un parti NEO-NAZI.

 

En effet, comme beaucoup, j'ai toujours été fasciné par le mystère de l'intelligence à l'extrême droite. Comment des cerveaux aussi brillants que ceux de Heidegger ont pu rejoindre le parti NAZI ? Comme chacun sait que le Front National a été créé en 1972 par une brochette de très nombreux Waffen SS et autres anciens agents de la Gestapo, je n'ai pas pu m'empêcher de demander à cet esprit incontestablement brillant si cela ne le dérangeait pas d'être dans un parti d’origine néo-NAZI.

JPEG - 17.7 ko
Pierre Bousquet
Un des SS ayant créé le Front National

Malheureusement, le mystère restera complet. Le conseiller économique de Marion Lepen qui a rejoint les propositions du Front de Gauche sur l'Euro se sera contenté de me répondre que je l'avais traité de NAZI. Au moins, il s'est senti insulté. C'est déjà une bonne chose. Peut-être que Bruno Lemaire ignore-t-il simplement que le Front National est un parti créé par le groupuscule néo-nazi Ordre Nouveau ?

Quoi qu'il en soit, que ceux parmi vous qui ont soutenu le programme économique de Marion Lepen le sachent : après la récupération de la lutte contre l'oligarchie financière, les économistes du Front National ont désormais rejoint la position du Front de Gauche concernant l'Euro.

Je conclurai donc cet article par une citation de Marion Lepen elle-même :

« Préférez l'original à la copie. » 


Moyenne des avis sur cet article :  3.27/5   (60 votes)




Réagissez à l'article

87 réactions à cet article    


  • lsga lsga 19 avril 2012 18:47

    je tiens encore une fois à remercier monsieur Lemaire. 

    j’aimerais que les économistes du Front de Gauche soient aussi démocrate que cet homme, et qu’ils soient capables d’accepter de venir directement débattre avec les internautes. 

    Monsieur, si mes référence au nazisme vous ont offensé, je m’en excuse. 
    Je ne doute pas que vous soyez un véritable démocrate.

    Toutefois, vous êtes conseiller économique dans un parti politique ayant une histoire. Cette histoire fait partie de l’Histoire de France, nous ne pouvons l’oublier. 

    • Pierre-Marie Baty Pierre-Marie Baty 20 avril 2012 11:04

      Remercier une personne qui a voulu venir débattre posément avec vous et que vous n’avez eu de cesse d’invectiver agressivement jusqu’à la faire fuir, je ne sais pas si c’est à prendre au premier ou au second degré.

      Etant d’un naturel pacifique, votre réaction m’a immédiatement rendu la position de M. Lemaire plus sympathique, et je gage que je ne suis pas le seul.


    • Sherafn1 Sherafn1 20 avril 2012 12:20

      C’est à prendre au premier degrés à la vue des échanges argumentés que j’ai pu observé entre les deux intéréssés !


      Cordialement.

    • Pierre-Marie Baty Pierre-Marie Baty 20 avril 2012 12:34

      Discussion argumentée ? Pour ma part, j’ai vu de la courtoisie et de l’argumentation d’un côté, de l’invective et des sophismes de l’autre.

      C’est donc pour moi une insolence supplémentaire, et si M. Lemaire qui prit congé du débat sous des tombereaux d’agressivité de la part d’Isga revenait lire ce dont il est question ici, je ne prendrais pas grand risque en affirmant qu’il serait d’accord.


    • Pierre-Marie Baty Pierre-Marie Baty 20 avril 2012 15:16

      L’auteur pourrait-il avoir la courtoisie de m’indiquer en quoi mon premier message ne « respecte pas la charte » ?

      Un repliage de commentaire qui suit immédiatement un paragraphe comme celui-ci,

      « j’aimerais que [...] soient aussi démocrate que cet homme, et qu’ils soient capables d’accepter de venir directement débattre avec les internautes. »

      ...c’est effectivement, comment dire, très... curieux.


    • Al West 20 avril 2012 15:43

      Cessez de vous plaindre Pierre-Marie, vous êtes très logiquement replié en partie à cause de votre emploi répété de gros mots, courtoisie par exemple. smiley


    • mbdx33 mbdx33 19 avril 2012 18:58

      Hummm Igsa
      C’est bon çà !
      Perso, j’adore.

      Dans le style :« Nous au FN n’est ce pas, nous avons un expert en économie qui pense que la seule solution passe par le retour au franc.... programme de Jean-Luc Mélenchon. »

      Ils auraient du savoir que l’emploi d’un économiste dit de gauche serait leur malheur.

      a+


      • Pierre-Marie Baty Pierre-Marie Baty 20 avril 2012 18:44

        Il doit y avoir une espèce de copyright sur les idées que s’approprie la gauche en fait. Quand on n’est pas estampillé de gauche, un peu comme le label rouge, on n’a pas le droit de les reprendre, c’est interdit.

        Rigoureusement.


      • onetwo onetwo 19 avril 2012 21:30

        Cet article devrait être en Une.

        Comme le projet européen du Front de Gauche est un tout, je suppose que l’économiste du FN approuve aussi l’instauration progressive d’un SMIC européen, les barrières sociales et écologiques aux frontières de l’Europe pour les importations, la fin de l’indépendance de la BCE etc.


        • Cocasse Cocasse 20 avril 2012 10:27

          La fin de l’indépendance de la BCE, personne ne l’obtiendra.
          L’Europe « tu l’aimes ou tu la quittes ».


        • Pierre-Marie Baty Pierre-Marie Baty 20 avril 2012 11:09

          Il n’y a que moi que ça choque, ce genre de récupération ?

          « M. X est d’accord avec une des choses que je dis ; puisque ce que je dis est un tout, ça signifie donc qu’il est d’accord avec tout. Tatata, ne discutez plus M. X, avouez que vous êtes d’accord avec moi, c’est obligé, non chut silence vous l’avez dit. »

          Voilà de la bien belle rhétorique, dios mio.


        • Cocasse Cocasse 20 avril 2012 11:21

          Pierre-Marie, il y a beaucoup d’engouement excessif et de raideur idéologique chez pas mal de partisans du FDG. En outre, la somme de l’intelligence de ces partisans en tant que groupe est inférieure à la somme de leurs intelligences individuelles.
          D’où ce coté débraillé, bordélique, borné et beuglard typique des manifestations carnavalesques gauchardes.


        • Pierre-Marie Baty Pierre-Marie Baty 20 avril 2012 11:40

          « Gauchardes » est un terme péjoratif que je n’aurais pas employé. La moitié de mes idées politiques viennent de ce bord. Cependant je vous concède que l’héritage historique révolutionnaire de la gauche l’auréole d’un romantisme dangereux, qui hypnotise souvent les plus enthousiasmes de ses militants et les enferme dans ce que Malraux appelait « l’illusion lyrique » (cf. L’Espoir, dont je recommande la lecture à quiconque se revendique de gauche).


        • Cocasse Cocasse 20 avril 2012 11:52

          Salut, oui c’est péjoratif, j’aime bien taquiner de temps en temps. smiley
          Vous décrivez très bien ce phénomène d’illusion lyrique.
          Et il faut pas faire de jaloux, il y a aussi l’illusion nationaliste. Quand le patriotisme finit par devenir si excessif, qu’il finit par devenir une intelligence collective des plus réduites dans laquelle les individualités se noient.


        • Pierre-Marie Baty Pierre-Marie Baty 20 avril 2012 12:00

          Je suis tout à fait d’accord avec vous. Le problème n’est ni l’internationalisme, ni le nationalisme, mais le fanatisme lyrique, qui était le même chez les jeunesses hitlériennes que maintenant chez certaines admiratrices de M. Mélenchon qui postent ici des articles employant un champ sémantique d’ordre sexuel smiley


        • Cocasse Cocasse 20 avril 2012 12:05

          L’analogie est osée !
          Le bras tendu du salut nazi contiendrait donc une symbolique sexuelle de phallus érigé ?!
           smiley


        • Pierre-Marie Baty Pierre-Marie Baty 20 avril 2012 12:11

          Je n’ai volontairement pas voulu être explicite à ce point smiley Mais on a dit d’Hitler que lors de ses discours il faisait l’amour aux foules (Eric-Emmanuel Schmitt, La Part de l’Autre).

          Lexique et sens repris parfois in extenso sur AgoraVox, en parlant de M. Mélenchon... smiley


        • Cocasse Cocasse 20 avril 2012 12:35

          C’est très intéressant.
          De mon coté, miss Walter m’a appris au cours de son dernier office religieux que « a plusieurs reprises, Mélenchon a été pris par la foule »
          http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/marseille-et-comme-l-esperance-est-114875?debut_forums=200#forum3306481
          Re- smiley


        • Cocasse Cocasse 20 avril 2012 12:44

          En passant, je me suis aperçu tout à l’heure que nous avions dépassé la borne du point godwin. Celle ci étant déjà a plusieurs kilomètres derrière nous, cela n’a plus d’importance.
           smiley

          Miss Le Pen a également, je pense, la capacité de faire l’amour avec les foules. Bon, même si elle a le menton un peu carré, c’est tout de même plus agréable avec une blonde élégante qu’un shnock !!
           smiley
          J’entends par là qu’elle force l’admiration (enfin de mon coté), et j’avoue avoir traversé une petite phase de subjugation devant sa détermination, sa justesse, son sens de l’à propos. C’est surtout le cas lorsqu’on se cantonne à l’image, l’apparence, le spectacle télévisuel.

          Il faudrait faire des statistiques, mais j’en viens à me demander si Miss Le Pen n’attirerait pas davantage les électeurs mâles, comme Mélenchon attire les électrices femelles.


        • Al West 20 avril 2012 13:03

          A ce propos, est-ce que ca ne vous choque pas de revoir des videos des candidats (particulierement de Le Pen et de Melenchon justement) au debut des annees 2000. Qu’ils etaient laids ! Je n’ai, pour ma part, jamais trouve Le Pen particulierement seduisante, mais force est de reconnaitre qu’au niveau maquillage, coiffure et meme tenue vestimentaire, elle a fait de gros progres. Quant a Melenchon, que je trouve plutot elegant aujourd’hui, il y a dix on aurait dit un proxenete. Si si, c’est a mourir de rire.

          Pour ceux qui veulent se marrer un coup a ce propos, allez voir cette video :

          http://www.ina.fr/video/I10117531/dispute-entre-marine-le-pen-et-jean-luc-melenchon.fr.html

          Au dela du contenu, les tronches qu’ils ont sont memorables.


        • Cocasse Cocasse 20 avril 2012 13:22

          AL : mélenchon je sais pas, mais Miss Le Pen, je la trouve beaucoup mieux avant. Jolie même.


        • Cocasse Cocasse 20 avril 2012 13:24

          Sur ta vidéo, elle a des cheveux absolument magnifiques.


        • Al West 20 avril 2012 13:40

          Je trouve qu’elle fait un peu trop garcon manque, enfin bon. Personnellement, c’est Melenchon que je trouve fabuleux.

          Cheveux charbon, dents jaunes, yeux exorbites, visage deforme par un rictus enerve. Voir a 27 secondes tout particulierement, Jean-Luc le maquereau !


        • Cocasse Cocasse 20 avril 2012 14:02

          Kesskon rigole issi !
          Tiens, pour continuer la conversation précédente.
          Alors qu’hitler avait toujours le bras tendu, mélenchon a lui toujours le doigt en avant.
          Peut-on en conclure que les allemandes sont vaginales et les françaises clitoridiennes ?
           smiley


        • Pierre-Marie Baty Pierre-Marie Baty 20 avril 2012 14:46

          Ah, merci pour la barre de rire vous deux, c’est phénoménal ! smiley


        • Al West 20 avril 2012 14:58

          Ahah, il fallait l’oser celle-là Cocasse, morbide, mais pas mal. smiley


        • Anna Kronisme 20 avril 2012 15:30

          Un esthète je vois ... beurk !


        • PapaDop PapaDop 20 avril 2012 16:37

          En tout cas ,meme si Isga- « « This is spaaaarta ! » » smiley smiley smiley à jubilé trop vite ,comme à son habitude ; J’argumente vite fait ,interprète à ma façon les réponses ,je catégorise vite fait mon interlocuteur (la plupart du temps fachos ou nazi ) ,
          J’ai gagné ,je suis le meilleur ,dans le camps des meilleurs .

          Oui en tout cas ,notre « bon roi Léonidas » smiley ,il aura susciter de très bon commentaires ,surtout les repliés !  ;-p

          D’ailleurs Isga ,comment est-ce ce nouveau pouvoir de censure ? Est-ce pour cela que vous écrivez des articles maintenant ?


        • John_John John_John 19 avril 2012 22:22

          L’Euro est une création purement technocratique qui débouche logiquement aujourd’hui sur une crise massive de tous les pays moins productifs que l’Allemagne qui ne peuvent voir le monnaie se dévaluer faute d’avoir un taux de change libre... Le chômage, la baisse du pouvoir d’achat, etc trouvent leur cause pour une bonne partie dans cette création inique et anti-démocratique qu’est l’euro.


          Le keynésianisme européen a bloqué les 2 mécanismes de régulation les plus important de l’économie : le taux d’intérêt et le taux de change. Pas étonnant qu’aujourd’hui tout s’effondre, la réalité que les politiques voudraient tant ignorer reprend logiquement ses droits. La plupart des pays européens ont un grave déficit d’épargne, et il n’y a pas de solution indolore, rapide et facile pour sortir de cette situation. 

          L’austérité est une très mauvaise chose à faire dans cette situation, et comme toujours avec les stupidités keynésiennes, c’est 5 à 10 ans de stagflation qui attendent les européens, à moins qu’ils ne soient prêts à réinsérer leurs monnaies nationales afin de les laisser se dévaluer jusqu’à leur juste prix. L’Allemagne serait en faillite, très certainement, mais elle le sera de toute manière si l’Euro persiste et que les pays du Sud font défaut sur leurs dettes. 

          A court-terme, la consommation va diminuer, les recettes fiscales vont s’écrouler, et quels que soient les gouvernements des pays européens, il va falloir réformer les états et faire une vigoureuse politique de l’offre pour relancer la production et l’entrepreneuriat. Les démagogues qui promettent des lendemains qui chantent devront assumer leurs mensonges devant leurs populations. 

          La solution à long-terme, tout le monde la connait, c’est la suppression pure et simple des banques centrales et le retour à un étalon-or pour toutes les monnaies dans le cadre d’un secteur bancaire responsabilisé. Mais c’est bien évidemment trop dangereux pour les privilèges de nos chers oligarques fonctionnaires, et trop compliqué à faire comprendre aux populations trop habituées à bénéficier d’argent non gagné.

          • davideduardo davideduardo 20 avril 2012 07:20

            La politique europeenne actuelle n a rien a voir avec du keynesianisme.

            Pour relancer l´économie a la maniere de keynes, il faut :

            -une balance commerciale positive ou nulle, donc user d un minimum de protectionnisme.

            -le pouvoir de création monétaire, ou dit autrement pouvoir emprunter a taux 0 a la banque centrale.

            -ne surtout pas envoyer cette création monétaire vers la finance et ses bulles, mais vers l´économie réelle via des grands travaux, de la recherche...

            C est pour cette raison qu aucun plan de relance ne marche depuis 30 ans , le coéficient multiplicateur est rogné par les interets payés, et le peu de croissance que cela genere s en va vers l´étranger (ex : le plan de relance algérien qui usa de création monétaire pour faire construire des routes par des chinois)

            La politique europeenne est du financiarisme , oeuvre de feu-milton friedman : lutte contre l´inflation, emprunt au privé, libre échange total, dérégulation de la finance....



            Quand a la question d un étalon or :
            La crise des pays mediteraniens est du a une monnaie trop forte pour leur économie et cette crise serait encore pire avec la monnaie la plus forte qu il soit : celle qui est bloqué a un étalon métallique.

          • John_John John_John 20 avril 2012 10:25

            Cher monsieur, vous racontez n’importe quoi.

            La balance commercial de la zone euro est globalement excédentaire, même si un léger passage à vide en 2009. La BCE prête effectivement aux Etat, via l’intermédiaire des banques, à des taux qui permettent d’éviter l’inflation, première cause d’appauvrissement des peuples (les riches ont plein de moyens de s’en protéger). 

            Bref, le bilan de la BCE est devenu plus gros que celui de la FED, il s’agit bien de mesures de monétisation qui, à cause de la mise en dépôt de la majorité des fonds prêtés, ne se traduisent pas encore sous forme d’inflation. Ça reste du quantitative easing, donc fondamentalement, du keynésianisme. Milton Friedman était absolument contre l’Euro, contre l’utilisation des banques centrales pour renflouer des organisations en faillite, et pour l’instauration d’un revenu universel via l’impôt négatif. Aux antipodes donc de ce qui est pratiqué actuellement, on voit bien que vous ne maîtrisez pas le sujet et que vous ne faites que répéter les stupidités de médias socialiste. D’ailleurs, la « dérégulation de la finance » est un mythe total, la finance étant un des marchés les plus régulés au monde, et le principe de dérégulation comprenant bien évidemment le non-renflouement en cas de pépin, c’est à dire la responsabilité et la concurrence. Vous voyez bien qu’aucun de vos arguments ne tient l’analyse. 

            Maintenant, comprenez bien, la « relance keynésienne » n’a jamais fonctionné et ne fonctionnera jamais. Les bénéfices à court-terme sont toujours annulés par les catastrophes à long-terme, et les relances par la consommation se sont toujours soldées par la stagflation ou la guerre. C’est bien pourquoi la théorie keynésienne est aujourd’hui morte et entérrée pour tous les économistes compétents. D’ailleurs, Keynes lui-même n’avait pas intégré la loi des débouché de Say, ce qui en dit long sur sa déontologie, purement socialiste.

            Ce qui peut marcher le moins mal à long-terme, c’est effectivement l’investissement rentable. Dans un pays en développement, la construction d’une route ou d’un pont peu jouer cet effet, et l’Etat peut, pour une fois, ne pas gaspiller d’argent en le faisant. En dehors de ces cas très particuliers, l’Etat n’est pas un investisseur, et l’immense majorité de ses dépenses sont destructrices nettes de valeur. Si relance il doit y avoir, elle doit obligatoirement passer par des organisations à ROI positif, pour éviter une crise d’endettement, c’est à dire les entreprises et les fonds d’investissement privés. Bien évidemment, dans le système de capitalisme de copinage actuel, (capitalisme d’Etat, qui est une forme sournoise de socialisme planificateur), les technocrates qui nous dirigent préfèrent sauver leurs amis corrompus et leurs privilèges de fonctionnaires.

            Ensuite, vous parlez de finance de de bulles, alors que vous savez très bien que les bulles viennent directement de l’interventionnisme étatique et du crédit trop peu cher. Il n’y a jamais de bulles sur les marchés libres, et on n’a jamais vu de bulles financières lors de périodes de free banking, y compris en France. Les bulles sont la conséquence directe des manipulations étatiques de l’économie. 

            Enfin, l’étalon-or ne signifie absolument pas une monnaie forte, je vous laisse vous cultiver sur le sujet ici. En pratique, il permet juste d’empêcher une expansion trop forte du crédit, comme celle réalisée par les banques depuis 20 ans sous incitation étatique, et donc éviter la formation de bulles et la dérivation du capital vers des secteurs inflatés. L’étalon-or est surtout le garant de la responsabilité en matière monétaire : aucun organisme ne peut alors « imprimer » du papier sans que cela ne corresponde à une augmentation de son stock d’or (quel que soit la valeur de la monnaie), et la masse monétaire croît donc en parallèle avec la création de valeur par l’ensemble des entreprises. Une fois la sortie de l’Euro terminée, c’est une mesure de salubrité publique que de recaler les monnaie nationales sur l’or pour éviter la formation de nouvelles bulles, et donc de nouvelles crises.

          • davideduardo davideduardo 20 avril 2012 12:20

            1-L europe n est pas encore une fédération, ce n est pas la balance commerciale européenne qu il faut voir mais la balance par pays et les pays les plus déficitaires sont aussi les plus touchés par la crise ( grece, espagne, italie...) doncun peu de protectionnisme s´impose.



            2-Vous admettez que : L’Euro est une création purement technocratique qui débouche logiquement aujourd’hui sur une crise massive de tous les pays moins productifs que l’Allemagne qui ne peuvent voir le monnaie se dévaluer faute d’avoir un taux de change libre... Le chômage, la baisse du pouvoir d’achat, etc trouvent leur cause pour une bonne partie dans cette création inique et anti-démocratique qu’est l’euro.

            et apres vous encensez l´étalon or

            dois je vous rappelez que si les pays d europe décident d´opter pour des monnaies nationnales bloquées sur l´étalon or, elles ne pourront pas non plus dévaluer !


            3-il n y a pas de juste prix pour une monnaie.
            en 2000 ces monnaie était plus ou moin a leur juste prix, c est avec le temps que « l écart se creuse » et c est pour cela qu une monnaie dopit régulierement se dévaluer par rapport a une autre, ce que l on ne peut faire avec un étalon or.

            4-l étalon or , en prenant en compte que la quantité extraite du métal va en décroissant (comme toutes les autres ressources, ele ne sont pas infinies) et que la production de biens va toujours en augmentant, par définition, l´étalon or amenera la déflation.

            5-l austérité est bien sur a proscrire, un plan de relance keynésien envoie des liquidités dans l´économie réelle et non dans la bulle.

          • John_John John_John 20 avril 2012 14:49

            1- Oui, les pays du club med sont en déficit forcé puisqu’ils ne sont pas compétitifs vis à vis de l’Allemagne. Immanquablement, ils manquent d’épargne et tous les investissement productifs vont se faire chez les allemands. L’euro a été créé pour éviter la domination allemande, et c’est exactement ce à quoi on arrive aujourd’hui. Il est grand temps d’arrêter cette mascarade qui opprime les peuples et détruit l’économie du continent. 

            2- Que l’Etat ne puisse pas manipuler artificiellement les cours de sa monnaie, à la hausse comme à la baisse, est une TRÈS bonne chose. Les politiciens sont des irresponsables finis, des alcooliques à qui on donne la clé de la cave, moins ils ont de pouvoir moins ils peuvent nuire aux peuples. L’inflation par dévaluation revient à voler dans la poches des gens pour éponger les conneries des politiciens : c’est inacceptable. Vous semblez ensuite croire que l’étalon or « fixe » la valeur d’une monnaie, ce qui est faux. La valeur de l’or est côté en continue, ce qui permet d’échelonner la valeur des monnaies en conséquence et donc de réguler les prix. De plus, un étalon-or se comprend dans le cadre du free banking et d’une concurrence des monnaies, ce qui permet aux « bonnes monnaies » de chasser les mauvaises, et ainsi de rétablir la valeur des choses. Je ne dit pas que le système de l’étalon-or est « parfait », il a les défauts de ses qualités, mais il faut reconnaître que l’interventionnisme monétaire des banques centrales a mené le monde dans la plus grave crise économique depuis 29, et il est grand temps de retirer le pouvoir des mais des politiques pour le rendre aux individus. 

            3- « il n y a pas de juste prix pour une monnaie. » >> Si, celui fixé par le marché libre, le seul qui rassemble toute l’information nécessaire à l’acheteur, comme tous les prix. Plus d’infos ici

            4- La déflation est la conséquence normale d’une économie saine à masse monétaire relativement rigide : l’innovation tire les coûts vers le bas, au bénéfice des consommateurs qui voient leur pouvoir d’achat augmenter. L’étalon-or n’empêche pas la croissance, le XIXe siècle le montre amplement. Elle n’est certes pas « politiquement intéressante » ni « politiquement vendable » car elle rend la dette publique plus lourde et empêche la spoliation des créanciers par l’inflation. Par ailleurs, dans un système de banque libre, il n’y a aucune raison que l’or soit le seul étalon : sa mise en concurrence avec d’autres étalons diminuerait l’effet déflationniste potentiel.

            5- Vous idéalisez la consommation. En pratique, un plan de relance keynésien emprunte 1€ dans l’économie réelle pour l’investir avec un rendement inférieur à 1. La seule chose que ça peut faire, c’est augmenter la dette, et donc plus qu’annuler à long-terme les bénéfices à court-terme. De plus, relancer par la conso en 2012, c’est enrichir les chinois, mais certainement pas les français. Et, je me répète, le keynésianisme est mort et enterré. Ces délires déconnectés de la réalité ont fait assez de mal comme ça. 

          • wesson wesson 19 avril 2012 22:33

            Bonsoir Isga, 

            c’est tout bon ça, j’avais suivi la fessée que vous aviez mise à Lemaire. 

            Pour résumer un peu le FN est de toute manière un parti qui est d’accord avec ce que la majorité pense, tout en disant que c’est de la faute aux autres.

            La majorité pense que le libéralisme c’est bien, le FN est d’accord et il faut expulser tous les arabes qui sont contre le libéralisme.

            Puis la majorité pense que les banquiers exagèrent, le FN est d’accord et il faut expulser tous les riches qui sont des arabes trafiquant de drogue

            Si demain la majorité pense que les arabes sont bien pour la France, le FN sera d’accord et il faut expulser tous les Juifs qui n’aiment pas les arabes.

            Etc etc, le FN il sont pas contraignant pour deux sous, quelque soit ton avis, il sont d’accord et c’est de la faute aux autres.

            Bon sinon effectivement comme MLP est quand même une buse en économie, il lui fallait quelqu’un qui sache à peu près de quoi il cause, et qui veuille bien adosser sa réputation au FN. Et c’est là que M. Lemaire intervient, et je suis certain que si on lui demande, il répondrait que il prodigue ses conseils au FN à titre gracieux.

            Bon tout ça pour dire que, à la seconde ou le FN serait élu, ils se mettraient à appliquer le programme standard de l’extrême droite, à savoir briser toute loi sociale, supprimer tout avantage et toute liberté, et tout faire pour conserver le pouvoir.

            Pour le reste, si tu mentionnes 4chan ici, tu risques de pas faire de vieux os... cf rule 1 & 2

            • Pierre-Marie Baty Pierre-Marie Baty 20 avril 2012 11:01
              « Bon tout ça pour dire que, à la seconde ou le FN serait élu, ils se mettraient à appliquer le programme standard de l’extrême droite, à savoir briser toute loi sociale, supprimer tout avantage et toute liberté, et tout faire pour conserver le pouvoir. »
               
              L’archétype du procès d’intention...

            • mbdx33 mbdx33 20 avril 2012 16:42

              @Pierre-Marie

              Vous êtes de la plus grande mauvaise foi quand vous prétendez de telles choses.
              Non ce n’est pas un procès d’intention c’est ce qui est écrit dans le programme. Inutile de vous rappeler où le trouver.


            • Al West 20 avril 2012 16:50

              La preuve incombe à l’accusateur : citations ! smiley


            • mbdx33 mbdx33 20 avril 2012 16:51

              Blancs / Nuls   1,9
              Jacques Cheminade  0,5
              Nathalie Arthaud  1,3
              Philippe Poutou   1,5
              Nicolas Dupont Aignan  1,5
              Eva Joly   3
              François Bayrou   9
              Marine Le Pen   14
              Jean-Luc Mélenchon  17
              Nicolas Sarkozy   22,9
              François Hollande  27,4


            • Pierre-Marie Baty Pierre-Marie Baty 20 avril 2012 17:03

              Puis-je vous demander, cher monsieur, de m’aider à relever ce qui, dans le programme de ce parti, valide l’assertion objectivement colossale que vous venez de placer ici ?

              Rappel : « briser toute loi sociale (1), supprimer tout avantage et toute liberté (2), et tout faire pour conserver le pouvoir. (3) »

              J’attends votre démonstration lumineuse, corroborée par le texte du programme de ce parti (que je ne sais pas où trouver ailleurs que sur les feuillets des candidats qui m’ont été distribués dans ma boîte aux lettres, mais cherchons-le ensemble) de ces points 1, 2 et 3 susmentionnés.

              Je vous écoute. smiley


            • lsga lsga 21 avril 2012 11:13

              et bin :


              ’extrême’

              et 

              ’droite’

              +

              ’Histoire’

            • Pierre-Marie Baty Pierre-Marie Baty 21 avril 2012 13:21

              Monsieur,

              Le programme du parti que vous fustigez n’a rien à voir avec celui des mouvements fascistes du milieu du XXe siècle, mais encore faudrait-il que vous le lisiez :

              - le programme franquiste mêlait un libéralisme financier à une rigueur religieuse et une moralité catholique d’Etat : aucun de ces points ne se retrouve dans le programme de ce parti, ni le libéralisme financier qu’il condamne, ni la religion d’Etat à laquelle il oppose une laïcité stricte.

              - le programme nazi se basait sur une économie impérialiste expansionniste de pillage et une politique de purification ethnico-raciale active afin de financer des mesures sociales en faveur de la classe ouvrière allemande (eh oui, dans national-socialisme il y avait une conception particulière du socialisme) : force est de constater que ce parti n’a aucune visée territoriale expansionniste, et qu’aucune purification raciale, ethnique ni religieuse n’est envisagée sur le territoire, la seule discrimination quant à l’accès aux aides de l’Etat se fondant sur la possession ou non d’une carte d’identité française en bonne et due forme.

              - le programme fasciste italien mêlait une autocratie militariste, une économie impérialiste de pillage à un corporatisme financier restreignant les droits des ouvriers : mêmes remarques combinées que les deux exemples ci-dessus, ces notions sont à l’antithèse de celles prônées par le parti que vous fustigez, lequel d’ailleurs ne s’est jamais revendiqué lui-même d’extrême-droite.

              Aussi quand vous me parlez d’Histoire, j’aimerais que vous montriez que vous la connaissez.

              Les gens raisonnables votent pour un programme, et non pour un individu, ni une idéologie, a fortiori non plus une histoire. Le mythe de l’homme providentiel mène bien plus sûrement à la dictature que tout autre, et je vous laisse chercher où, dans le paysage politique français, se situent actuellement les hommes que l’on nous présente comme « providentiels ».

              Nous vous demandons des arguments, pas des sophismes. Faites l’effort de faire des phrases construites et de réessayer.


            • Pierre-Marie Baty Pierre-Marie Baty 21 avril 2012 13:34

              Remarquez, quand je lis ceci :

              « qu’est-ce que vous ne comprenez pas dans les termes ’extrême droite’ ? c’est le mot ’extrême’, ou c’est le mot ’droite’ ? »

              et ceci :
               
              « et bin :
              ’extrême’
              et
              ’droite’
              +
              ’Histoire’ »
               
              Je crois pouvoir affirmer que votre conditionnement est de type pavlovien. Vous devriez consulter. smiley

            • TSS 30 janvier 2013 10:15

              Les gens raisonnables votent pour un programme,

              Les gens raisonnables ne votent pas ,tout les partis politiques pataugeant de le même

              marigot et se depechant d’appliquer l’exact contraire de ce qu’ils ont promis avant les

              elections.... !!


            • Al West 20 avril 2012 00:08

              J’invite tous les internautes à aller lire le sujet sur agoravox.tv, où Isga, en plus de faire preuve d’une incivilité notoire, a été d’une parfaite mauvaise foi. Isga n’a mis aucune « fessée » économique comme le suggère wesson, mais pour ceux qui ont compris de quoi il était question, Isga n’a manifestement pas compris les propos de Bruno Lemaire.

              Je n’ai pas le temps de tout détailler, mais franchement, allez lire la discussion en question et les documents donnés en référence, c’est à mourir de rire comme Isga s’est ridiculisé à son insu.

              A propos de l’euro très rapidement, ce que dit, en gros, Lemaire, c’est qu’une monnaie commune pour l’Europe c’est possible, mais au vu de la conjoncture, le mieux est de revenir aux monnaies nationales. La contradiction a été tout simplement fantasmée par Isga.

              Isga à qui je m’adresse personnellement cette fois. J’ai pour ma part été outré de l’agressivité avec laquelle vous vous êtes adressé à un conseiller économique d’un candidat en campagne qui a pris le temps de venir vous répondre. Je sais que vous vous êtes excusé en début des commentaires mais, sincèrement, relisez-vous, entre injonctions et harangues, je n’aurais pas eu son courage...


              • Cocasse Cocasse 20 avril 2012 10:12

                Effectivement, c’est devenu presque impossible de discuter sérieusement sur ce fil d’agoravoxTv.
                Isga a pollué ça avec ses habituelles insultes diverses.
                Donc on s’est retrouvé avec 90% de bordel de sa part, pour 10% de réflexion.
                C’est d’ailleurs dommage, parce qu’on s’aperçoit que cette réflexion est intelligente. Mais le bordel qu’il fout à coté ne va pas l’aider à faire passer ses 10% de messages intelligents.

                Agresser comme il l’a fait Mr Lemaire n’a aucun sens.
                On est là, on discute, on réfléchi, on essaye de comprendre, on a pas de temps à perdre en gauchiseries et guéguerres de comptoir.


              • latortue latortue 20 avril 2012 17:18

                ce qui devient une habitude sur ce site c’est d’essayer de faire prendre des vessies pour des lanternes en utilisant toutes sortes de mauvaises interprétations de pseudos affirmations ,on crache allègrement a la tronche des intervenants et on replie les interventions qui nous déplaises ,ou mieux on insulte a tour de bras mais on dénonce et on fait retirer les propos dérangeant comme le fait morice avec délectation ,ne jamais se contenter du petit commentaire qui tue mais aller se renseigner sur la véracité du commentaire sur le net ou ailleurs .pour répondre a isga sur ces insinuations fausse sur le FN LES SOCIALISTES N’ONT RIEN A ENVIER  voir en dessous la vidéo et voici le texte tiré du livre cité dans la vidéo

                http://www.youtube.com/watch?v=GE7P2HkUTl0&feature=related


                une partie de la gauche antiraciste des années 1920 et 1930, mobilisée autour de la LICA s’est massivement ralliée au pacifisme en 1938, avant de rejoindre le régime de Vichy ou les mouvements ultra collaborationnistes. A l’inverse, il souligne que la droite républicaine mais aussi les partis « nationaux » – Camelots du roi ou Jeunesse patriotes – ont joué un rôle décisif  dans l’essor de la Résistance française à ses débuts.

                René Belin, numéro 2 de la CGT déclare à la revue anti-raciste « Droit de vivre » en juin 1939 : « La classe ouvrière est profondément anti-raciste. Je suis entièrement d’accord avec l’action de la LICA ». Cela ne l’empêche pas de devenir ministre de la production industrielle et du travail du maréchal Pétain et de figurer parmi les signataires du statut des Juifs du 8 octobre 1940.

                Gaston Bergery, membre du parti radical, écrit en 1936 « Le racisme et l’antisémitisme sont contraires à l’idée de Nation… C’est la diversion, le recherche du bouc émissaire, et c’est là une opération abominable ». Cependant, il vote les pleins pouvoirs à Pétain le 10 juillet 1940, devient un militant actif de la Révolution nationale et de la collaboration, avant d’être nommé ambassadeur du maréchal à Moscou puis à Ankara.

                Georges Bonnet, député radical-socialiste, ministre des affaires étrangères en 1938 et 1939, président d’honneur du « Deuxième congrès international du rassemblement mondial contre le racisme » déclare en 1938 « La France doit donner l’hospitalité à tous ceux dont la vie est menacée ». Pourtant, lui aussi devient un notable de Vichy et approuve la rencontre de Montoire entre Pétain et Hitler dont il salue le « caractère historique » car « marquant le début d’une organisation nouvelle de l’Europe dans laquelle la France et l’Allemagne, chacune avec son génie, doivent tenir une place… »

                Gratien Candace, député de gauche de la Guadeloupe proclame en janvier 1939 que « le racisme est la plus grande honte politique et sociale du XX ème siècle ». Lui aussi vote les pleins pouvoir au régime du maréchal Pétain et entre dans le « Conseil national » de Vichy. Charles Pivert, militant à la SFIO déclare lors d’un congrès de la LICA que « le fascisme comme le racisme, est un état de régression sociale ». Pourtant, il adhère sons l’occupation à une organisation collaborationniste « France-Europe » et écrit dans la revue « Germinal ». Eugène Frot, député socialiste, plusieurs fois ministre, est membre d’honneur « du centre de liaison des comités pour le statut des immigrés » (lié à la LICA). Il vote pour Pétain en juillet 1940, intègre le Conseil national de Vichy et « l’amicale lavaliste ».

                II/ Intellectuels, écrivains, journalistes

                L’auteur cite divers intellectuels et écrivains, connus pour leur engagement humaniste et antiraciste, dans les années 1920-1930 qui se sont ralliés au régime de Vichy, par pacifisme, et ont soutenu, à des degré divers, le principe de collaboration : Georges Blondel, René Laforgue, Marcelle Capy, Jean Cocteau, Jean Giono, Maurice Rostand, Marcel Aymé, Pierre Benoit, Jacques de Lacretelle, Marcel Jouhandeau, André Thérive.

                Les journalistes sont nombreux à avoir ainsi basculé de la défense des bons sentiments humanitaires et anti-racistes à un soutien inconditionnel du régime du maréchal Pétain : Emile Roche et Pierre Dominique (« La République  »), Robert de Beauplan, Stéphane Lauzanne (rédacteur en chef du Matin), Léon Bailby (Le Jour), Alain Laubreaux (l’Oeuvre,  journal de gauche avant l’occupation). Certains vont même prendre des positions pro-allemandes : Pierre-Antoine Cousteau (rédacteur en chef de Paris-Soir) ; Jean Luchaire (patron des Nouveaux Temps), homme de gauche dans les années 1920 et 1930, devenu hitlérien après l’occupation.

                III/ Personnalités de l’ultra-collaboration

                Deux sont particulièrement célèbres :

                Marcel Déat, député SFIO, crée l’Union socialiste républicaine en 1935 et soutien le Front populaire, membre du comité de vigilance antifasciste, chantre de l’antiracisme dans les années 1920 et 1930 : « Il n’y a pas de pays qui soit plus réfractaire que la France à la notion de race, elle qui est l’admirable résultante historique de mélanges constants et de métissages indéfinis »… Les bons sentiments de Marcel Déat le conduisent au pacifisme (« Mourir pour Dantzig, non !), puis le transforment en partisan fanatique de la collaboration avec le Reich hitlérien.

                Jacques Doriot dirige les Jeunesses communistes à partir de 1923, maire de Saint Denis en 1931, haut responsable du PCF, il crée sont parti populaire français en 1936. Dans les années 1920, il est l’avocat passionné de l’antimilitarisme et de l’anticolonialisme. Contrairement au reste du Parti communiste, il est proche de la LICA, condamne avec véhémence le racisme et l’antisémitisme. A partir de 1940, il prône l’intégration de la France dans l’Europe nationale socialiste, crée la légion française des volontaires qui combat en Russie aux côtés de la Wehrmacht.

                L’auteur ne se limite pas à ces deux noms et présente le parcours de nombreuses personnalités, plusieurs centaines, venues de la gauche, dans les années 1920-1930 le plus souvent socialistes ou communistes, qui ont ainsi basculé du culte des bons sentiments humanistes à l’engagement ultra-collaborationniste, par exemple : Marc Augier (mouvement des auberges de jeunesse), Jean-Marie Marcel Capron (maire d’Alforville, PC), Jean-Marie Clamamus (maire de Bobigny, PC), Paul Perrin (député SFIO de la Seine), André Grisoni (radical-socialiste, maire de Courbevoie), Maurice Levillain (président du conseil général de la Seine – SFIO), Barthélémy Montagnon, Paul Rives (SFIO), René Château (député radical-socialiste, membre de la ligue des droits de l’homme), Claude Jamet (proche des communistes et des socialistes), Camille Planche (SFIO), Léon Emery (ligue des droits de l’homme, comité de vigilance anti-fasciste), George Dumoulin (CGT, SFIO), Maurice Ivan Sicard (venu de l’extrême gauche anti-fasciste), Pierre Thurotte (SFIO), Pierre Bonardi (LICA), Adrien Marquet (SFIO, maire de Bordeaux), etc.

                la résistance trouve en grande partie ses origines dans la droite française, la droite républicaine mais aussi dans les mouvements nationalistes comme les Camelots du Roi, les Jeunesses Patriotes, dont de nombreux militants ont refusé de suivre Maurras lorsque celui-ci a approuvé l’accord de Munich, l’armistice et la Collaboration. Parmi ces initiateurs de la Résistance française se trouvent notamment D’Estienne d’Orves, Rémy, Pierre Fourcaud, Maurice Duclos, André Dewavrin, Loustanau-Lacau, Marie-Madeleine Fourcade, Colonel Groussard, Pierre Nord, le Colonel arnould, Henri Frenay, Pierre de Benouville,  Charles Vallin, les frères François et Henri d’Astier de la Vigerie, etc.


              • davideduardo davideduardo 20 avril 2012 08:29

                tres bon papier isga.

                C est plus interressant de te lire posé et structuré que dans du trollage anti FN obstiné.

                Le peu de savoir économique de Marine le pen et le renouveau politique tres recent du FN a tendance marxiste montre leur inconstance voir leur mauvaise fois diront certain.


                J avais noté il y a quelque temps aussi la contradiction de marine quand elle afirmait dans le meme débat qu´elle voulait revenir sur la loi de 73 pour que la banque centrale prete sans interets a l´état et bloquer la monnaie sur un étalon or.
                Les deux choses étant contradictoires.


                Elle a du s en rendre compte depuis car elle n´en parle plus.



                • Pierre-Marie Baty Pierre-Marie Baty 20 avril 2012 11:19

                  Je ne suis pas expert en économie, mais j’aimerais qu’on m’explique en quoi l’analyse marxiste de la société est disqualifiée, et si elle ne l’est pas, pourquoi ses éléments ne pourraient pas être repris par un parti politique professant le pragmatisme ?

                  Vous accusez le parti de Mme Le Pen de mensonge quand ils proposent des mesures que vous croyez être l’apanage de la gauche. Vous affirmez qu’il est impossible qu’ils soient sincères puisque, selon vous, « ils sont de droite ». Mais le bon sens n’est ni de gauche ni de droite, et les bonnes idées non plus...

                  Je suppose que vous n’êtes pas sans ignorer que le parti nazi des années 30 déployait une forte politique sociale (voir par exemple les programmes Kraft durch Freude). Selon votre conception longitudinale de l’alignement des partis, le parti nazi était donc de gauche.

                  J’aimerais également qu’on m’explique le rapport entre revenir à l’étalon-or et abroger la loi Pompidou de 1973, et en quoi ces deux choses seraient contradictoires. Car du haut de mes maigres connaissances en économie, j’ai beau chercher, je ne vois aucun rapport entre ces deux options ; a fortiori je ne vois pas la contradiction.


                • davideduardo davideduardo 20 avril 2012 12:55

                  L´étalon or limite la création monétaire a la quantité d or détenu dans les reserve de l´état a une proportion définie : par exemple 1000 francs = 25 grammes


                  si les reserves d or de l´état sont de 2500 tonnes, l´état ne pourra pas imprimer plus de 100 millions de francs.

                • davideduardo davideduardo 20 avril 2012 13:07

                  J ai l honeteté d avouer que la plupart des idées économique de marine le pen sont tres bonnes, et se rapproche d ailleur de celle de melenchon :

                  -emprunt a la banque centrale a taux 0
                  -protectionnisme
                  -relance de l´économie en insuflant des liquidité vers l´économie réelle (marine plus vers les pme et melenchon vers les salarié)

                  je soulignait juste son inconstance dans ses idées que isga a tres bien démontré.

                • Al West 20 avril 2012 13:18

                  Bonjour davideduardo,

                  Je ne suis pas non plus expert en economie mais je ne vois toujours pas la contradiction. Si la banque centrale prete sans interets a l’Etat, rien n’empeche le stock de monnaie en circulation d’etre toujours inferieures aux reserves en or, si ?

                  Merci pour votre reponse.


                • Pierre-Marie Baty Pierre-Marie Baty 20 avril 2012 17:12

                  Il va sans dire que cet éclaircissement m’intéresse également. En quoi ces deux décisions politiques sont-elles inconciliables ?


                • lsga lsga 20 avril 2012 17:16

                  qu’est-ce que vous ne comprenez pas dans les termes ’extrême droite’ ?


                  c’est le mot ’extrême’, ou c’est le mot ’droite’ ?

                • Al West 20 avril 2012 17:42

                  Permettez-moi de dénoncer votre argument langagier plutôt fallacieux.

                  Selon son premier dirigeant, le Front National est un parti de droite, pas d’« extrême droite ». Selon son actuelle présidente, c’est un parti qui n’est ni de droite ni de gauche. Le Front National se réclame du patriotisme, du populisme et du souverainisme. C’est donc vous qui à la fois le dites d’ « extrême droite » quand même ses dirigeants réfutent cela, et qui vous servez de l’adjectif dépréciatif volontairement glissé dans cette dénomination pour induire un amalgame avec ses idées.

                  J’attends toujours la démonstration de la privation totale des libertés et l’abandon des aides sociales dans l’hypothèse d’une élection d’un représentant du Front National.


                • Pierre-Marie Baty Pierre-Marie Baty 20 avril 2012 17:45

                  Je comprends très bien le sens des termes « extrême-droite ». Ce que je ne comprends pas, c’est qu’on puisse placer un programme politique à une certaine abscisse alors que même ses auteurs s’en défendent.

                  Pouvez-vous me citer quand Mme Le Pen s’est revendiquée elle-même d’extrême-droite ?

                  Ou à défaut, quand elle s’est revendiquée elle-même raciste, xénophobe, belliciste ou haineuse ? J’aimerais juste comprendre ce qui vous fait classer Mme Le Pen dans la liste des personnalités dangereuses.

                  Le comprendre non pas avec des « tout le monde sait que », mais grâce à des arguments.


                • Al West 20 avril 2012 18:10

                  Pierre-Marie, il va falloir que l’on cesse de dire exactement la même chose en même temps, je ne voudrais pas qu’on soit accusé d’être une même entité disposant de plusieurs comptes pour pouvoir plus allégrement dispenser son avis smiley


                • Pierre-Marie Baty Pierre-Marie Baty 20 avril 2012 18:18

                  Hélas, ma philosophie est panthéiste, par conséquent ce que vous dites est vrai : je suis vous et vous êtes moi, et par extension je suis aussi Isga et il est moi-même. Flûte, je suis aussi Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen ! Carmaba. Je m’étonne de réussir à être en paix avec moi-même smiley


                • Pierre-Marie Baty Pierre-Marie Baty 20 avril 2012 18:22

                  Et en plus je suis dyslexique. Me voilà donc LM-lavie par la même occasion. Ah, on n’a pas un métier facile.


                • Al West 20 avril 2012 18:41

                  Les restes de l’existence de LM-lavie dans votre soi... smiley Je dis les restes car vous avez bien vu que son profil avait été supprimé smiley Oeuvre de la modération ou suicide numérique ?


                • Pierre-Marie Baty Pierre-Marie Baty 20 avril 2012 19:05

                  Oui, c’est bien dommage : une certaine quantité d’informations intéressantes ont ainsi disparu des commentaires de l’article de M. Schiffer. Je me refuse à spéculer sur ce phénomène étonnant ; ce n’est pas grave, d’autres que moi les distilleront ailleurs là où la propagande de guerre commencera à nous fatiguer les oreilles. Je suis heureux d’avoir eu le temps d’illustrer à quel point le démontage courtois des théories suprémacistes peut être un plaisir de gourmet.

                  Mais revenons à nos moutons : nous attendons d’être instruits de la manière dont le programme de Mme Le Pen est raciste, totalitaire et létal pour la démocratie.


                • davideduardo davideduardo 20 avril 2012 23:34

                  @pierre marie


                  je ne suis pas expert non plus, s il y a un économiste sincere et compétant dans la salle , je suis preneur.

                  mais d apres ce que j ai pu voir, généralement, la limite d émission de monnaie est vite atteinte, les reserves d or n étant pas infinies, le pays se retrouve alors dans l incapacité d emettre de la nouvelle monnaie.
                  Certain pays choisissent alors de tricher, en abaissant la valeur du billet de banque de un euro=0.025 grammes on passe a 1 euro=0.01 grammes (voir l exelent film de jean gabin : le president). le resultat est le meme, au lieu de devaluer en continu, on devalur par acoup avec effet de surprise.

                  Avec le bretton wood, les usa n ont pas été vraiment dans un étalon or, il emettaient plus de monnaie qu il n avait de reserves,(d une maniere plus modéré qu actuellement bien sur) avec un effet levier faible, pour pas que cela se voit, mais cela s est vu quand degaulle a échangé ses dollars contre de l or et les usa ont décidé officielement d en sortir alors qu oficieusement il n avait jamais été réellement rataché a l´or. 

                  L´étalon or est toujours déflationniste.

                • Pierre-Marie Baty Pierre-Marie Baty 21 avril 2012 00:58

                  Oui, c’est bien ce que j’avais compris. Les deux choses ne sont pas antagonistes, elles ne le deviennent que quand la valeur de la réserve sur laquelle est adossée la monnaie est épuisée. La raison pour laquelle elle peut s’épuiser peut être, par exemple, la mauvaise gestion des finances de l’Etat.

                  Il me semble donc au contraire que ces deux contraintes : émission contrôlée par la banque centrale et adossement à une valeur réelle, sont très désirables si on veut une économie saine. Il ne s’agit donc pas d’un antagonisme, mais d’un garde-fou, vertueux qui plus est. C’est une bonne chose qu’un programme politique les mentionne dans ses objectifs.


                • Pierre-Marie Baty Pierre-Marie Baty 21 avril 2012 01:00

                  Même si elles correspondent à ce que je savais déjà, j’ai oublié de vous remercier pour ces précisions. C’est chose faite.


                • Cocasse Cocasse 20 avril 2012 10:03

                  Salut Isga,
                  J’ai pas encore finit ton article mais je profite de l’idée subite pour réagir sur un point en passant :

                  Elle aimerait certainement faire place nette et créer un parti tout neuf interdit aux anciens militants FN et réservé à ses nouveaux électeurs Coca-Cola.

                  Là t’es pas réglo du tout par rapport à ton baratin habituel, consistant à traiter de fascistes le FN, du moins ses « anciens militants ». Le FN devient un parti modéré, et t’es pas encore content. Non, à la limite, tu induit l’idée qu’il valait mieux qu’il reste le parti poussiéreux avec ses anciens militants (donc « fascistes »).

                  Je comprend ton désappointement, sur qui va tu pouvoir cracher ta bile de gocho-libéral maintenant ? As tu une solution de rechange pour te défouler ?


                  • Cocasse Cocasse 20 avril 2012 10:24

                    Et le type désappointé sur le fil agoTv c’était moi, faisant parti ici des habituels souteneurs de la Marine mais plus en général du camp souverainiste.

                    Vous pourrez constater, qu’à l’inverse de beaucoup de mélenchonistes obnubilés, je conserve une attitude pragmatique, et non une dévotion aveugle. (et je ne suis pas « adhérent » au passage).

                    Cette question de changer au dernier moment, comme ça, le programme, ne me va pas du tout. Mais bon, hein, c’est juste mon opinion. Il y a plein de gens qui votent Marine et que la sortie de l’euro inquiète d’un autre coté.
                    J’ai tout de même fini par obtenir la réponse importante qu’il me fallait pour décider si oui ou non j’allais bien glisser le bulletin dans l’urne : A savoir le retour du franc quoiqu’il arrive (même si la sortie de l’euro échoue au référendum).

                    Mais pour ma part, le référendum, il irait de pair avec le bulletin de vote présidentiel. Et quitte à perdre l’élection, il valait mieux rester sur une position claire, et en pas jouer les girouettes.
                    Donc je risque de m’intéresser davantage à Dupont-Aignan à l’avenir.

                    Maintenant, si le FN n’est pas élu, il aura 5 ans pour « faire connaitre » l’intérêt de sortir de l’euro, et d’éviter de faire voter d’abord pour refaire voter un référendum ensuite. Je le souhaite, parce que sinon, concrètement, je plie les gaules.


                  • lsga lsga 20 avril 2012 15:55

                    oui, j’ai bien vu que tu n’es pas complètement fermé d’esprit. 

                    tu n’en reste pas moins un militant d’extrême droite, et tu ne l’assumes absolument pas.

                    je ne t’ai pas cité car je n’étais pas sûr que ça te fasses plaisir. avec ma phraséologie de troll, ça n’aurait peut-être pas fait ’anathème’. 

                    T’es tu déjà dit que les raisons pour lesquels tu veux retourner au Franc (contrôle démocratique, crédits direct aux états, dévaluation, etc.) était faisable directement à l’échelle de l’Euro ?
                    C’est ce que vient de se dire Bruno Lemaire. 

                    Alors si tu n’es pas sectaire, admet que les buts visés par le retour au Franc peuvent être atteint autrement. 

                  • Pierre-Marie Baty Pierre-Marie Baty 20 avril 2012 10:38

                    Ai-je la berlue, on dirait du morice !?


                    • musashi 20 avril 2012 11:14

                      Je suis étonné par l’argument de la BCE qui prêtent directement aux Etats comme solution magique à tous nos problèmes...quand on calcule les économies réalisés grâce à ça c’est une goutte d’eau dans l’ocean...


                      • JL JL1 20 avril 2012 11:31

                        musachi,

                        si ce que vous dites était vrai, si « les économies réalisables en réduisant les taux des dettes souveraines étaient goutte d’eau », alors il n’y aurait pas « le problème de la dette » !

                        En réalité, ces taux d’usure (relative puisque imposés de fait et en dépit de toute nécessité, par l’idéologie libérale) sont une façon qu’ont trouvé les banquiers pour s’approprier la part du lion dans la le processus de création monétaire dont l’inflation est le pendant : ceci expliquant cela, je veux dire, cette part du lion étant la compensation, et au delà, de la perte subie. C’est à ça que sert le mécanisme mis en œuvre par la BCE.


                      • Cocasse Cocasse 20 avril 2012 12:01

                        Il y a parfois des questions extrêmement basiques que je me pose sur la monnaie.

                        Par exemple, une certaine quantité de monnaie couvre le territoire.
                        Si l’évolution et la croissance mènent à davantage de richesses, théoriquement, la masse monétaire devrait augmenter en même proportion, ou alors les prix baisser en conséquence, non ?

                        De plus si cette masse monétaire augmente, mais que cette augmentation est sous la forme d’un prêt, avec un intérêt, donc une dette, cela veut donc dire que plus il y a croissance, plus l’endettement s’aggrave, non ?

                        Je pose souvent la question, mais difficile d’obtenir une réponse. Et pourtant je me suis souvent intéressé à cette question de la monnaie, et son système de création.


                      • Pierre-Marie Baty Pierre-Marie Baty 20 avril 2012 12:18

                        Dans ce cas, permettez que je vous oriente vers cette bande dessinée très drôle et très pédagogique !


                      • Cocasse Cocasse 20 avril 2012 13:20

                        J’ai commencé à lire, très amusant, je télécharge ça pour le conserver et faire passer ! smiley


                      • André-Jacques Holbecq André-Jacques Holbecq 22 avril 2012 08:53

                        Sauf que si depuis 1978 la BdF avait prêté à l’Etat (à n’importe quel taux puisque l’Etat est propriétaire en totalité de la BdF), la dette ne serait toujours que 20% du PIB

                        En gros, depuis 1973, les intérêts cumulés représentent 75 à 85% de la dette publique
                        ( voir cette étude)


                      • André-Jacques Holbecq André-Jacques Holbecq 22 avril 2012 09:00

                        En gros 300 milliards d’euros par an sur la dette des Etats de la zone euro ... vous appellez cela un goutte d’eau ?


                      • Anna Kronisme 20 avril 2012 15:28

                        C’est quoi ce titre à la noix ?


                        • lsga lsga 20 avril 2012 15:39

                          une petite provocation par rapport au titre de l’article d’origine :


                          « L’économiste Bruno Lemaire défend le programme économique de Marine Le Pen »

                          mais c vrai que c un peu nul... j’aurais du choisir plus accrocheur 




                        • Marco07 20 avril 2012 15:48

                          Bonjour Isga.
                          Vous employez le terme NAZI plusieurs fois, faudrait peut-être commencer par le commencement et expliquez ce que ça signifie.
                          (Parti National-Socialiste des Travailleurs Allemands). Une bonne chose de faite !

                          Pour le reste, je pense que vous vous faites de belles illusions concernant notre Européiste rabatteur de brebis égarées.

                          Sinon je sais que les référendums dérangent profondément les gens de gauches (voir le référendum sur la constitution Européenne, avec la droite et la gauche main dans la main, votant son sosie)...
                          Moi un référendum sur la question de l’Euro me va.

                          Pour vos interprétations, permettez-moi de citer votre « contradicteur » qui a été relativement clair -je n’ai pas relu tous les posts-...


                          [...]Cela étant, je suis à 100% pour l’utilisation d’une monnaie nationale, qu’on l’appelle franc2012 ou franc libéré (du carcan de la monnaie unique et inique, de Maastricht).[...]

                          Difficile d’être plus clair.

                          • lsga lsga 20 avril 2012 15:50

                            difficile d’être plus clair et plus contradictoire avec ce qu’il a fit aux économistes de contre feux.

                            vous lisez les articles avant de les commenter ? 




                          • Marco07 20 avril 2012 15:58

                            Re-bonjour Isga, mais étant un Troll à mes heures perdues, ça se limite à une lecture en diagonale (et encore, il faut que le texte fasse maximum 10 lignes)... En général j’ai plus de facilités avec les dessins et le titre.

                             smiley

                            Que le ciel vous tienne en joie !


                          • lsga lsga 20 avril 2012 16:04

                            bon, je fais souvent pareil smiley


                            voilà le passage qui répond à votre question :

                            Finalement, il n’expliquera pas pourquoi cette mesure « majeure » n’apparaît plus dans le programme du Front National. Pire : il refusera obstinément d’expliquer la contradiction entre ses propos et ceux tenus dans son entrevue avec Contre-Feux.

                            Le Front National tient donc encore une fois un double discours. D’un côté, il y a ce que l’on dit aux militants les plus engagés : un discours simple et formaté destiné à un public supposé imbécile. De l’autre, il y a ce que l’on pense et ce que l’on dit quand on parle aux spécialistes.

                             

                            Répétons-le donc clairement : Bruno Lemaire, conseillé économique de Marion Lepen, a finalement rejoint la position du Front de Gauche. Quand il s’adresse à ses confères économistes, il défend l’idée que la France est suffisamment forte pour imposer à ses partenaires européens un nouveau statut de la BCE, de manière à ce qu’elle puisse prêter directement aux États sans passer par l’intermédiaire des banques privées.


                          • Pierre-Marie Baty Pierre-Marie Baty 20 avril 2012 18:14

                            Je ne comprends pas.

                            En quoi l’affirmation que la France est suffisamment forte pour imposer une renégociation des termes des traités européens en vigueur à nos actuels partenaires est-elle incompatible avec le souhait de faire s’exprimer la volonté du peuple à travers un référendum posant la question de la sortie de l’Euro ?

                            Je ne comprends vraiment pas en quoi l’un exclut l’autre, je n’y vois pas la tromperie que vous dénoncez, je suis aveugle, éclairez-moi.


                          • Al West 20 avril 2012 18:34

                            Non seulement il n’y aurait pas de contradiction, mais il s’avère qu’en plus ce n’est pas ce que dit Lemaire. Je cite l’entrevue qu’il a donnée sur Contre-feux :

                            "Si les pays de la zone Euro imposaient à la BCE de se mettre réellement au service des Etats, et non des banques privées, on pourrait sans doute conserver l’Euro, peut être « déconstruit-reconstruit », afin de prendre en compte l’évolution économique de ses divers constituants (17 pays maintenant) depuis 10 ans.

                            Sinon, il ne peut subsister qu’en lambeaux, et devrait laisser la place à une monnaie commune, regroupant diverses monnaies nationales, dont le franc2012 ou l’euro-franc, dont la valeur serait garantie par la Banque de France, travaillant elle-même exclusivement pour les intérêts de l’économie française et de nos compatriotes.« 

                            - Il ne parle pas de la France seule qui imposerait le nouveau statut, mais bien des pays de la zone euro

                            - Il envisage un euro »déconstruit-reconstruit", ce qui suppose de ne pas simplement prêter à taux zéro aux états mais de prendre en compte les différences entre les économies des différents pays de la zone euro, parfois si différentes qu’il est illusoire de penser conserver une monnaie unique. Il faudrait donc repenser l’euro différemment que sous sa forme actuelle. 

                            - Si au moins ces deux conditions ne sont pas respectées, il vaut mieux envisager un retour aux monnaies nationales

                            Je ne vois pour ma part toujours pas où est la déculottée que vous prétendez avoir mis à Monsieur Lemaire.


                          • lsga lsga 21 avril 2012 11:11

                            Al West, c’est exactement ce que propose le Front de Gauche.... 


                            On négocie avec les partenaires, si ça ne marche pas, on voit ce qu’on peut faire avec la banque de France. 

                            On est très loin du programme du FN, qui voulait un retour au Franc QUOI QU’IL ARRIVE. 

                            bref... 

                          • Pierre-Marie Baty Pierre-Marie Baty 21 avril 2012 12:47

                            Ce n’est pas ce que je lis sur les programmes qui m’ont été distribués. Ce que je lis sur les programmes qui m’ont été distribués concorde avec la position de M. Lemaire...

                            Si le Front de Gauche envisage les mêmes mesures, c’est tout à leur honneur ! Mais connaissant la nature intrinsèquement libérale de la construction européenne (qui s’appelait jusqu’à récemment Communauté Economique Européenne pour le libre-échange), je ne mettrais pas grand espoir dans une renégociation — pendant le temps que dureront lesquelles, la situation économique ne nous attendra pas pour se dégrader davantage.


                          • spartacus spartacus 20 avril 2012 17:11

                            Le« front de gauche », défendre la France avec comme emblème un drapeau de l’ancienne union soviétique.....Comme les idées un peu dépassé.



                            • PapaDop PapaDop 21 avril 2012 14:32

                              Isga ,bonjour ,

                              Et si vous consacriez votre énergie Trollienne équitablement ?

                              A quand un article sur le rôle de la franc maçonnerie ?


                              • diverna diverna 12 juillet 2012 00:20

                                Je continue mes lectures « après coup ». Là je viens de comprendre que vous êtes un ENS. Vous avez une cible et un engagement partisan. Ce n’est pas une tare mais vous devriez vous relire et je m’étonne comme vous vous étonnez de l’engagement d’esprits brillants comme Heideger. Je ne suis ni FN ni d’extrême gauche et je suis éberlué par tant de talent scientifique qui se perd dans les méandres de la politique.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

lsga

lsga
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès