• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > L’inflation, un choc plus psychologique qu’économique

L’inflation, un choc plus psychologique qu’économique

L’inflation fait la une des journaux. Au JT de 20 heures, le prix des pâtes et de l’essence a été jugé plus important que la victoire de la droite en Italie. Faut-il s’inquiéter de l’augmentation des prix ? Tout dépend du rythme, mais, pour l’instant, c’est surtout la presse et les commentateurs qui font de cette tendance à la hausse un problème de société qui pour certains, représente un drame. Pourtant, si on examine les chiffres, il n’y a pas de quoi s’affoler, la France ne va pas se retrouver comme sous l’Occupation. Il ne faut pas exagérer. 3,8 % d’inflation sur un an. C’est disons, entre 1 et 1,5 de trop. Et c’est ce chiffre qui est significatif, représentant une perte de pouvoir d’achat réelle (et, encore, les revenus vont s’aligner pour certains). L’épargne populaire n’est pas encore en danger. Le livret A rapporte 3,5 points et le LEP 4,25. Nous ne sommes pas revenus en 1983, quand l’inflation avait deux chiffres.

Le drame de l’inflation, il est pour l’instant dans la tête. 1 à 2 points de pouvoir d’achat, ça se récupère sans se priver, il suffit d’être vigilant. C’est bien la presse qui construit la représentation sociale et économique. Cette inflation est perçue comme insupportable parce qu’elle est vécue collectivement. Mais lorsque de vrais problèmes ne touchent que quelques ménages, l’opinion s’en moque parce qu’elle ne le vit pas collectivement, comme un seul peuple de 60 millions d’âmes. Chaque mois, des milliers d’individus sont licenciés. Pour ces gens, la perte de pouvoir d’achat se compte en dizaines de points. Dans ces cas-là, il faut réellement se serrer la ceinture. L’opinion s’en moque ; la majorité n’est pas touchée. Mais quand c’est un ou deux points pour chacun, alors, quelle affaire d’Etat !

Prenons le salaire moyen, 1 900 euros net. Pour compenser une perte de pouvoir d’achat de 1,5 points, il faut économiser environ 30 euros par mois. Rouler un peu moins, faire quelques impasses au choix, une sortie resto, quelques places de cinés, un gigot d’agneau, une boîte de chocolats fins, changer d’abonnement pour son portable, ne pas craquer sur un vêtement qu’on ne mettra même pas si ça se trouve ; baisser d’un demi-degré la température intérieure ; et, pour les vacances, est-ce nécessaire de bouffer à toute heure et d’occuper une terrasse de café pour s’y croire ? Bref, ce ne sont pas les solutions qui manquent. Après la phase dite du consumérisme hédoniste où on ne regardait pas trop les prix, on doit s’attendre à voir apparaître un consumérisme résilient. Une sorte de rigueur budgétaire appliquée à soi-même et dont on voit les effets sur sa comptabilité, alors qu’on maîtrise les économies. Le mélomane fera l’impasse sur le rosbif à 20 euros le kilo, alors que le gourmet se privera de quelques places de cinés et d’une paire de pompes dont il n’a pas besoin. La consommation résiliente n’a rien d’un drame. Elle traduit la souplesse adaptative et intelligente, pensée, qu’on peut opposer aux tensions inflationnistes. Et ne pas voir dans cette augmentation des prix un effet de Satan. (J’ai sorti les précaires de ce raisonnement. Car, pour eux, inflation ou pas, leur situation est scandaleuse. Et c’est un autre débat.)

Nos modes de consommation devront changer profondément d’ici vingt ou trente ans. La cause, le pétrole et le progrès planétaire. Le confort thermique et mobile (transport) ne sera plus assuré. Se (sur)chauffer et se déplacer sera un luxe. Par contre, un confort de vie sédentaire pourra être assuré avec l’électricité qui, produite par des dispositifs spécifiques, continuera à alimenter les appareils électroménagers, les ampoules électriques et les dispositifs audiovisuels. Il faut se préparer à s’adapter à un autre mode de vie et prendre conscience que les ressources naturelles étant limitées, il faudra ajuster nos existences à ces ressources et jouer pour l’essentiel sur ce qui est renouvelable.

Comment interpréter cette inflation ? Elle passera difficilement dans l’opinion, surtout si son origine est principalement spéculative (ce dont je doute, mais, bon, on ne sait pas encore...) Mais il faut se rendre à l’évidence. Ce monde idyllique à l’inflation presque nulle, protégeant les épargnants et les consommateurs, est sans doute révolu. Il faut vraiment se croire sur une île protégée (une bulle fabriquée dirait Sloterdijk) pour imaginer que l’économie est stable et qu’un monde est installé définitivement. L’inflation est due à la mondialisation et à l’entrée dans le standing matériel, chaque année, de dizaines de millions d’individus sur la planète. Ils sont indiens et chinois pour une bonne part ; le reste, des hommes et des femmes de tous les continents. Comment leur refuser le droit de vivre comme les citoyens des pays membres de l’OCDE (nous, en France, en Europe, au Japon, au Etats-Unis) organisation que du reste ils vont rejoindre. La tension inflationniste sur les matières alimentaires et minières vient de ce processus. Un phénomène auquel l’opinion n’a pas été préparée et qui pourtant était prévisible. C’est comme le choc pétrolier de 1974. A la différence près que l’ampleur sera tout autre et que les ressorts sont plus économiques que politiques. Quand une ressource se raréfie, elle se vend au plus offrant. C’est la loi du marché international. Ensuite, c’est à chaque pays qu’il incombe d’établir des mécanismes de rééquilibrage pour réduire les inégalités sociales (à noter l’avantage des pays ayant des ressources, ce qu’ont bien pigé Poutine et Chavez). Sachant bien entendu que des besoins méritent d’être protégés des effets du marché. Que de débats politiques en vue.

Au café du commerce, le bal des faux-culs sera de mise. Combien pour pleurer sur les augmentations de l’essence, du pain, des pâtes ? Mais les mêmes, s’ils ont un bout de terrain, en héritage, ou acheté un certain prix, ne rechigneront pas à le vendre trois fois plus cher parce qu’il y a pénurie. Ils sont du bon côté, celui de l’offre, fiers et contents d’être au centre des enchères et puis en colère quand l’Etat leur prend une part de plus-value qui leur laisse quand même une tranche de gâteau assez conséquente, des euros par dizaines de milliers. Par contre, quand l’essence augmente parce que les pétroliers jouent aussi sur la rareté et que les Chinois veulent rouler en automobile, ils trouvent cela terriblement injuste et râlent. Comme aurait dit Desproges, pour ces gens-là, un monde injuste est un monde qui ne se plie pas à leurs désirs.


Moyenne des avis sur cet article :  2.84/5   (87 votes)




Réagissez à l'article

99 réactions à cet article    


  • aquad69 17 avril 2008 10:03

    Bonjour Bernard,

    "L’inflation, un choc plus psychologique qu’économique" ? Seigneur... Psychologique, qu’il disait !

    Plongé dans mes difficultés de fin de mois, j’ai essayé de convaincre mon banquier que tout celà n’était que "psychologique", et que mes dettes, disons entre 1 et 1.5 % du capital de sa banque, c’était évidemment "de trop", mais qu’il ne fallait pas exagérer, qu’il ne fallait pas s’affoler... et que le drame de mes dettes, il était pour l’instant dans sa tête ! Nous ne sommes pas sous l’occupation, tout de même !

    Mais mon banquier ne semble pas lire les brillants articles économique des philosophes d’Agoravox...

    "Prenons le salaire moyen, 1900 Euros net". Mais vous vivez dans un Monde de bobos, vous ? Vous qui vous présentez comme "en quête d’un emploi", c’est ce que vous touchez chaque mois ?

    Franchement, Bernard, je n’ai d’habitude rien contre vos articles ; on y trouve mëme des choses intéressantes.

    Mais là vous devenez indécent de suffisance doctorale. Ressaisissez-vous !

    Amicalement Thierry

     


    • JL JL 17 avril 2008 11:16

      aquad69, il me semble que vous dites deux sottises dans la même phrase : selon vous, votre dette à la banque serait, et de 1.5 % du capital du banquier, et qu’il n’y avait pas là de quoi fouetter un chat.

      Si votre banquie est aussi riche que la mienne, je doute qu’une dette de 1.5% de soncapital pour un seul individu soit une broutille.


    • nasko 17 avril 2008 12:43

      1000 fois d’accord aquad.


    • aquad69 17 avril 2008 12:48

      Vous avez parfaîtement raison... Mais savez-vous ce que c’est que le second degré ?

      Amicalement Thierry


    • aquad69 17 avril 2008 12:50

      Re

      réponse adressée à JL, bien sûr... Thierry


    • JL JL 17 avril 2008 14:53

      aquad69, vous qui donnez des cours de second degré : vous devriez savoir que ça ne fonctionne que dans certains cas, et ça ne dépend pas de l’un des protagonistes mais du degré de leur complicité de pensée.

       


    • Le péripate Le péripate 17 avril 2008 10:19

      Si le salaire moyen est de 1900 euros, le salaire médian n’est que de 1400 euros. La pauvreté est définie en France comme la moitié du salaire médian soit à peu près 3,5 millions personnes, et à 60% pour l’Europe, soit à peu près 7 millions de personnes. Sans compter que les loyers ne sont pas comptabilisés dans le taux d’inflation de l’Insee.

      Pour ces personnes là, c’est vraiment dur. Mais ce n’est peut-être pas ceux que l’on entend le plus se plaindre.


      • geko 17 avril 2008 10:57

        Le plein d’essence passe de 40 à plus de 50 euros, mon caddie moyen de 50 à 85euros(que des produits de base), je ne pète pas dans la soie et je ne vous parle même pas de l’augmentation du gaz Mr Dugué. 1 à 2 points ? Vous avez appris à compter en lisant "Boule et Pif" ?

        Je n’y vois rien de psychologique, vous vivez d’amour et d’eau fraiche Mr Dugué ou vous êtes rentier ?


      • Bernard Dugué Bernard Dugué 17 avril 2008 13:07

        Moi, mon plein d’essence n’augmente pas, je mets chaque fois 50 euros dans le réservoir !


      • Soleil2B Soleil2B 17 avril 2008 14:15

        Tu es donc content Dugué ? T’as cru faire un trait d’esprit ?

        - Alors si tu es con-tant-mieux !


      • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 17 avril 2008 17:05

        J’approuve ce commentaire, pour les gens au SMIC, voire au salaire médian, la hausse des logements et de la nourriture de base est considérable (8 à 10% de leur budget).

        Mais cela n’invalide pas tout à fait les propos de l’auteur : cette question de la solidarité est, comme il le dit, politique et non pas économique. C’est la question de la redistribution du sacrifice et de la rigueur qu’ils auront plus de mal à faire que d’autres dont ,en particulier et surtout, ceux qui parlent de sacrifice dont ils s’exemptent eux-mêmes.


      • tvargentine.com lerma 17 avril 2008 10:49

        Aujourd’hui Mr DUGUE nous écrit "un billet"  sur l’inflation

        Vite !!!!!,nous devons le nommer à la BCE ,ces bons à rien n’ont vraiment rien compris à l’économie ,alors que Mr DUGUE a tout compris

        D’ailleurs,il reserve ses "billets" en exclusivité mondiale Au café du commerce qu’est devenu AGORAVOX entre lui et Morice

        Tiens mon article critique sur Ségolène ROYAL n’a pas été publié ????

        DUGUE ET MORICE sont des pigistes

         


        • Zalka Zalka 17 avril 2008 11:24

          Mieux vaut être pigiste que crétin.


        • LE CHAT LE CHAT 17 avril 2008 10:54

          @BERNARD

          à se serrer la ceinture de 30 euros en plus depuis des années , on finit par devenir anorxique du maroquin ! c’est ce que que ressentent la pluspart des français , car les statistiques de hausses de pouvoir d’achat ne sont que des moyennes et ne concernent pas la france d’en bas qui n’a droit que 1 à 2 % d’augmentation par an alors que les patrons du CAC 40 ont multiplié par 10


          • 5A3N5D 17 avril 2008 11:06

            @ Lechat, 

            Les fonctionnaire devront se contenter de 0,8% cette année (comme tous les ans en fait.) : 0,5% au printemps, 0,3% à l’automne.

            Je ne parle évidemment pas des retraites.


          • 5A3N5D 17 avril 2008 11:07

            Oups ! Les fonctionnaires (avec un S ! )


          • JL JL 17 avril 2008 10:55

             

             

            Bonjour Bernard Dugué, si hier vous avez publié votre meilleur article, aujourd’hui auriez vous publié le plus mauvais ?

            Je lis : ""Au café du commerce, le bal des faux-culs sera de mise. Combien pour pleurer sur les augmentations de l’essence, du pain, des pâtes ? Mais les mêmes, s’ils ont un bout de terrain, en héritage, ou acheté un certain prix, ne rechigneront pas à le vendre trois fois plus cher parce qu’il y a pénurie.""

            De fait, avec cette vente, ils achèteront un 4x4. Le prix des terrains, sauf erreur de ma part n’intervient pas dans le calcul de l’INSEE. Et le prix des 4x4 va baisser, et lui, il interveient. Je veux dire par là que l’augmentation des prix des produits de première nécessité est pondérée par la baisse relative des produits de luxe et de haute technologie.

            Si bien que la moitié de la population, celle qui avec 1400 euros par mois et moins peine à acheter ces produits qui ont augmenté eux de 5, 10, 15 %, et qui n’achète rien de superflu devra se serrer dramatiquement la ceinture.

            Bon, on n’est pas là de voir défilé des gens dans la rue en criant : "On veut manger".

             


            • Proto Proto 17 avril 2008 10:57

              Les émeutes de la faim commencent à éclater un peu partout dans le monde, mais Mr Dugué, en bon occidental soucieux de son pouvoir d’achat, considère que la crise économique mondiale est l’oeuvre d’une vulgaire propagande des médias...

              "Le drame de l’inflation, il est pour l’instant dans la tête."

              Faux et archifaux


              • MagicBuster 17 avril 2008 10:58

                La pauvreté rend les gens honteux, sinon cela feraient des années que les pauvres seraient tous les jours dans la rue. C’est le modèle de notre société qui est fait pour exclure ceux qui n’ont pas eu de rendez-vous avec la réussite.

                Pour autant, la pauvreté extrême ne rend pas les gens moins honteux, simplement, quand on n’a plus rien à perdre . . .

                La situation me parait pire que celle décrite dans l’article, il y a de plus en plus de gens qui sont en dessous du deuil de pauvreté, parmis ceux la des handicapées, des fonctionnaires, des femmes seules avec des enfants, des retraités etc . . .

                Quand tout ces gens vont se rendre compte qu’ils ne sont pas seuls dans ce cas . . . ça risque de chauffer car il y a aussi des personnes de 20, 30, 40 ans en pleine force de l’age qui n’ont pas dit leur dernier mot.

                Sans compter que ces personnes ont aussi des amis, solidaires.


                • Pierre 17 avril 2008 14:54

                  "il y a de plus en plus de gens qui sont en dessous du deuil de pauvreté, parmis ceux la des handicapées, des fonctionnaires, des femmes seules avec des enfants, des retraités etc . . ."

                   

                  C’est marrant vous mettez sur le meme plan les handicapes et les fonctionnaires ainsi que les familles monoparentales et les retraites.

                  Donc selon vous il est aussi malchanceux d’etre fonctionnaire que handicape ? eh bien quittez votre poste de fonctionnaire Darcos sera content ! smiley

                  A moins que vous pensiez que les fonctionnaires sont des handicapes.... vraiment vous osez penser ca a haute voix ? smiley

                   

                  Allez continuez a vous plaindre (a nous faire rire) mais faites attention a ce que vous ecrivez ca pourrait agacer un handicape !


                • Mjolnir Mjolnir 17 avril 2008 11:00

                  Quelques remarques :

                  "Pour compenser une perte de pouvoir d’achat de 1,5 points,"

                  1,5 points, c’est le chiffre officiel. Quelle est l’inflation réelle du panier moyen ? Combien doit on dépenser en plus pour acheter des aliments de base ou pour se déplacer pour aller travailler ?

                   

                  "Rouler un peu moins, faire quelques impasses au choix, une sortie resto, quelques places de cinés, un gigot d’agneau," etc...

                  ... ce qui entraînerait une décroissance générale et qui risquerait de détruire encore plus d’emplois. (Ceci dit, je dis ça sans vouloir pour le moins du monde défendre la logique économique basée sur une augmentation sans fin de la consommation mais, hélas, le monde fonctionne comme ça pour l’instant)

                   


                  • Le péripate Le péripate 17 avril 2008 11:13

                    Les moyennes sont bien utiles pour cacher de profondes disparités. Peut-on comparer le panier d’achat d’un revenu à 1900 euros qui comprend certainement de l’électronique, des loisirs, un budget vacances, qui est probablement propriétaire de son logement, avec celui d’un revenu à 800 euros où la part du loyer et de l’alimentation est prépondérant ?


                  • Mjolnir Mjolnir 17 avril 2008 11:22

                    Je reconnais mon ignorance en économie : y a t il un indice d’inflation sur la consommation quotidienne, sur les "paniers types" ? S’il est vrai que le prix de certains produits, comme tout ce qui est "high tech", baissent (ce qui contribue à une déflation) le prix des aliments augmentent. Or, on n’achète pas une télé HD tous les mois mais on achète du pain tous les jours.

                    Est ce que le calcul de l’inflation se fait avec des prix pondérés ? (c’est à dire qu’un produit qu’on achète quotidiennement compte plus qu’un objet qu’on achète rarement)


                  • Le péripate Le péripate 17 avril 2008 11:32

                    C’est plus de l’économétrie que de l’économie. L’Insee propose un simulateur personnalisable en fonctions des habitudes de chacun ici. C’est instructif.


                  • Mjolnir Mjolnir 17 avril 2008 11:42

                    Merci pour le lien. Intéressant ce simulateur, encore que j’ai un doute sur le calcul du coût de l’alimentation...


                  • Mjolnir Mjolnir 17 avril 2008 11:45

                    je voulais écrire "l’inflation du coût de l’alimentation", pardon.


                  • biztoback 17 avril 2008 12:35

                    très interessant ce simulateur, en gros tt a augmenté sauf les biens durable de loisir...


                  • tvargentine.com lerma 17 avril 2008 11:18

                    Mr DUGUE écrit

                    "Comment interpréter cette inflation ? Elle passera difficilement dans l’opinion, surtout si son origine est principalement spéculative (ce dont je doute, mais, bon, on ne sait pas encore...) "

                    Mon dieu,quel médiocrité que cet article écrit par un libertaire pigiste

                    Et dire que des imbéciles approuvent son discours

                    Nous pouvons apprécier le (ce dont je doute, mais, bon, on ne sait pas encore...) "

                     


                    • Zalka Zalka 17 avril 2008 11:28

                      "Mon dieu,quel médiocrité que cet article écrit par un libertaire pigiste

                      Et dire que des imbéciles approuvent son discours"

                      C’est cela que vous appellez une participation saine à un débat démocratique ? Un auteur a une opinion différente, donc c’est un médiocre. Des lecteurs partagent le point de vue de cet auteur, donc ce sont des imbéciles.

                      Vous pleurnichez en permanence de l’intolérance des autres, mais vous ne faites que démontrez la votre ici même. Une chose est sûre : vous êtes à la fois un médiocre et un imbécile.


                    • Gasty Gasty 17 avril 2008 13:26

                      @ Zalka

                      Il faut comprendre lerma qui a dû pour plaire à sa dulcinée d’Argentine se plier à la cuisine traditionnelle des Gauchos.

                      les Gauchos préfèrent le boeuf en "mix grill" avec les Parilladas ou Asados.

                      Cuits à la braise, les entrecôtes, le boudin, le chorizo, les ris de veau sont servis en énormes portions accompagnés de Chimichuri, une sorte de moutarde d’argentine ( du costaux) élaborée à base de 22 herbes différentes.

                       

                      Depuis , ses hémorroïdes le font tournoyer sur sa chaise . De plus,il fait une fixation sur les gauchos depuis cette époque.


                    • MagicBuster 17 avril 2008 11:41

                      Les mensonges du libéralisme :

                      "Le libéralisme, c’est plus de choix et des meilleurs prix pour le consommateur"
                      "Le libéralisme, c’est le libre-jeu du marché"
                      "La croissance crée des emplois"
                      "Seul le marché est apte à déterminer le juste prix des matières premières, des devises, ou des entreprises"
                      "L’entreprise crée des richesses. Elle est la source de la prospérité des pays et de leurs habitants"
                      "La mondialisation profite à tous"
                      "Le libre-jeu du marché crée par lui-même les conditions de l’équilibre"
                      "Le libéralisme est le seul choix possible, sous peine de s’isoler du Monde"
                       

                      http://www.syti.net/Liberalisme.html

                       


                      • Proto Proto 17 avril 2008 12:23

                        Je connais cet excellent site.

                        Très bon lien merci.

                         


                      • coati coati 18 avril 2008 16:44

                        Le système actuel n’est plus libéral.


                      • tvargentine.com lerma 17 avril 2008 11:42

                        Mr DUGUE écrit n’importe quoi et d’ailleurs dans cette simple phrase il démontre son discours creux

                        "Comment interpréter cette inflation ? Elle passera difficilement dans l’opinion, surtout si son origine est principalement spéculative (ce dont je doute, mais, bon, on ne sait pas encore...) "

                        Qui est-il pour douter des facteurs spéculatives ?????

                        Un expert en économie de marché ?? alors qu’il est libertaire et anti-économie de marché ?

                        Il suffit de regarder le prix des matières premieres sur les marchés depuis 12 mois pour comprendre que l’inflation est principalement d’ordre spéculative et que les fonds spéculatives se sont déplacés du marché boursiers aux marchés des matières premieres

                         


                        • Zalka Zalka 17 avril 2008 13:12

                          La connaissance des mécanismes de l’économie est indépendante de l’opinion que l’on a du système actuel. Par ailleurs, je ne sais pas d’où vous sortez votre définition de "libertaire", mais ceux ci sont précisément pour une économie de marché totalement dérégulé. Donc en affirmant qu’il est contre l’économie de marché ET libertaire, vous étalez votre ignorance.


                        • MagicBuster 17 avril 2008 11:45

                          10 bonnes raisons de faire à nouveau la Révolution :

                          1 La hausse des prix de 40% - La misère en travaillant

                          2 Deux poids et deux mesures pour les salariés et les dirigeants d’entreprises

                          3 Deux poids et deux mesures pour la justice

                          4 Le décalage entre les impôts élevés et l’inefficience croissante des services de l’état

                          5 Le sabotage organisé des services publics pour justifier leur privatisation

                          6 La corruption à tous les niveaux de l’Etat

                          7 Les subventions abusives distribuées par l’Etat aux entreprises

                          8 La tromperie des "35 heures"

                          9 Les accords multilatéraux négociés dans le dos des citoyens et qui vident la démocratie de son contenu

                          10 Le saccage de l’environnement par les entreprises, en toute impunité

                           

                          http://www.syti.net/Revolution.html

                           


                          • MagicBuster 17 avril 2008 11:48

                            L’endettement, bombe à retardement pour imposer le libéralisme

                            http://www.syti.net/Endettement.html

                            L’AGCS : Vers la privatisation totale des services publics

                            http://www.syti.net/AGCS.html

                            etc... etc ...

                             


                          • Pierre 17 avril 2008 14:45

                            "10 bonnes raisons de faire à nouveau la Révolution"

                            La Revolution ? vous voulez dire celle de 1789 ou on a change le roi par un empereur va-t-en guerre ? Vous appelez ca une revolution ?

                            Ah moins que vous pensiez a la revolution rouge... une grande, amusante mais courte experience...

                            Ou alors vous pensez nostalgique a Mai 68... -"qu’est ce qui s’est passe Papa en Mai 68 ?" -"oh rien mon enfant, trop de Francais avait consomme de la Marijuana en meme temps..." 

                            va dont te la faire toute seule ta revolution on t’attendra (pas).


                          • coati coati 18 avril 2008 16:46

                            Une révolution dans un système démocratique ? Ca donne quoi ça ?


                          • mac 17 avril 2008 11:55

                            Les gens se rendent peut-être compte qu’on se fout d’eux et c’est pour cela qu’ils se plaignent.

                            Le salaire médian (qui est bien plus parlant que la salaire moyen) est de l’odre de 1400 euros net.

                            Le smic qui suit l’inflation officielle (3,2%, chiffre sur lequel il y aurait beaucoup à dire...) va passer à 1000 euros net.

                            Prenons l’exemple d’un salarié médian à 1400 euros net dont la progression suit celle de la fonction publique (actuellement à peine 0,6% par an).

                            Une petite équation et quelques logarithmes plus loin on en arrive à la conclusion suivante :

                            dans à peine 14 ans, ce salarié (au rytme où vont les choses ) aura rejoint le rang des smicards comme plus de la moitié de ses concitoyens.

                            C’est du concret ça, c’est pas du domaine l’impression ou du café du commerce...

                             

                             

                             

                             


                            • Bernard Dugué Bernard Dugué 17 avril 2008 12:10

                              A mi parcours des commentaires, je n’ai pas de commentaire précis à faire

                              Ce billet a été écrit dans un esprit bien particulier. En fait, toujours le même, avec un zeste de Voltaire

                              Ce que je n’ai pas dit, c’est ce qui pour moi est scandaleux, le loyer dans le parc privé, la défiscalisation Robien, qui a commencé il y a 15 ans avec la loi Périssol, l’incurie en politique du logement social, la main mise des fonds de pension et d’investissement (pour faire du rendement et pas de la production), la précarité,

                              les français moyens s’en sont tapés de tous ces pb, qu’ils ne viennent pas pleurer sous les caméras de JPP du prix du caddy


                              • Le péripate Le péripate 17 avril 2008 12:26

                                Pour aller un peu plus dans le détail ; le Français d’en haut s’en tape des pauvres et de la classe moyenne, tout au plus il se plaint d’être surveillé et de ne pouvoir entreprendre à sa guise ; le Français du milieu passe son temps à vouloir imiter le Français d’en haut et de trouver les moyens de lui vider les poches, ce qu’il appelle la redistribution, quand aux pauvres, il s’en tape presque autant, sauf que parfois ça lui fait peur ; les derniers, les Français d’en bas, ils ont tellement honte qu’ils ne disent plus rien.


                              • Bernard Dugué Bernard Dugué 17 avril 2008 12:32

                                @ mon voisin bordelais

                                Vous êtes l’un des rares à être sur une même longueur d’onde. Ce que vous décrivez est exact, en général, mais heureusement, il reste une proportion de Français à l’écoute et prêts des problèmes, tous revenus confondus, peut être un peu plus dans les classes moyennes. Les pauvres, comme vous dites, il sont résignés. Aux dernières élections, ce n’est pas un hasard si l’abstention a été un record dans les banlieues.

                                Quant à cette question des fonds d’investissements qui dépècent l’économie, je serais partant pour une décision à la bolchévique, prendre tous les fonds et les faire gérer par l’ONU, enfin, un bricolage de ce genre


                              • Le péripate Le péripate 17 avril 2008 12:45

                                Quelle proposition radicale !  Dans le genre, on peut s’informer sur le SLAM, proposé par Frederic Lordon, ici ou .


                              • Parpaillot Parpaillot 17 avril 2008 22:13

                                 

                                @ Bernard Dugué :

                                 

                                Par le biais de votre article, vous tentez de relativiser les conséquences de l’inflation : « L’inflation, un choc plus psychologique qu’économique » écrivez-vous …

                                On peut certes gloser sur les effets, mais on ne peut tout de même pas les banaliser, tout au moins pas pour les plus démunis qui prennent l’augmentation des produits alimentaires de plein fouet. Ne parlons même pas des pays pauvres où cette flambée des prix a déclenché de véritables émeutes, car même si votre article focalise avant tout sur la France et un peu sur les pays de l’OCDE, l’inflation est mondiale et concerne avant tout les produits alimentaires et l’énergie. Or pour les plus pauvres, dans les pays du tiers monde avant tout, la part de l’alimentation représente la presque totalité, voire la totalité des revenus.

                                En conséquence l’inflation des prix de l’alimentation est un facteur de déstabilisation mondiale. C’est inquiétant, mais c’est surtout dramatique. Les spécialistes n’en ont pas encore analysé toutes les conséquences sur la santé des populations, sur les migrations, sur les affrontements sociaux et les luttes pour s’approprier les terres, etc. Vous avez vous-même en réaction à un commentaire relatif à votre article, rappelé que les matières premières et surtout les produits agricoles, faisaient l’objet de spéculation, notamment de la part des fonds d’investissement et suggéré de « … prendre tous les fonds et les faire gérer par l’ONU, enfin, un bricolage de ce genre … ». On voit donc bien que l’inflation actuelle est loin de n’être qu’un simple choc psychologique !

                                Pour en revenir à l’Europe, le journal suisse « Le Temps » relayait hier un communiqué de l’AFP relatif à la croissance de l’inflation dans la zone euro :

                                http://www.letemps.ch/template/transmettre.asp?contenupage=nlreader&page=newsletterdisplay&id=14&NLArtID=12739

                                On y lisait notamment :

                                « Le record d’inflation enregistré dans la zone euro en mars a été revu en légère hausse, à 3,6% sur un an selon une deuxième estimation publiée mercredi par l’Office européen des statistiques Eurostat.

                                Mercredi 16 avril 2008 11:15
                                AFP

                                Dans sa première estimation publiée fin mars, Eurostat avait estimé la hausse des prix à 3,5%, ce qui constituait déjà un record après 3,3% en février et 3,2% en janvier. Les économistes tablaient sur une confirmation du chiffre de 3,5% pour le mois de mars, selon le consensus établi par l’agence financière Thomson Financial.

                                Ce taux de 3,6% est très au-dessus de la limite tolérée par la Banque centrale européenne, dont l’objectif à moyen terme est une inflation en zone euro proche mais en dessous de 2%. C’est le septième mois consécutif que l’inflation en zone euro dépasse le seuil de 2%. ».

                                « Contrairement à la Réserve fédérale américaine, qui a baissé à plusieurs reprises son taux directeur pour soutenir la croissance, la BCE maintient pour l’instant son propre taux inchangé à 4%, avançant justement l’argument des risques de dérapage de l’inflation, renforcés encore par ce nouveau record. »

                                On voit bien que cette flambée de l’inflation est préoccupante pour la BCE, donc pour la France également.

                                On pouvait lire aujourd’hui (17.4.2008) dans ce même journal, sous le titre : « Forte croissance, mais aussi forte inflation en Chine » un article de Ram Etwareea :

                                http://www.letemps.ch/template/economie.asp?page=9&article=230035


                                Que « La flambée des prix alimentaires - 21% au premier trimestre 2008 selon les statistiques publiées mercredi - constitue une préoccupation majeure pour les autorités chinoises. ».

                                Pour le reste, lorsque vous parlez dans votre article de la nécessité d’adapter notre mode de vie à cette nouvelle situation, je vous rejoins tout à fait, mais il n’y a pas d’autres alternatives reconnaissons-le et surtout nous pouvons, vous et moi, nous le permettre. Mais pour les plus démunis ?…  

                                Merci pour votre article !

                                Cordialement !

                                 

                                 

                                 


                              • Bernard Dugué Bernard Dugué 17 avril 2008 22:23

                                Merci pour ces commentaires forts subtils

                                La question des fonds gérés par une instance bolchévique, c’était une boutade, mais je maintiens le principe de l’idées

                                Quant à la situation des précaires, bien évidemment, je comprends qu’elle est différente et je l’avais souligné dans le billet. Ce que je dénonce, c’est cette manoeuvre médiatique au chevet des classes qui s’en sortent. Dans l’un des reportages télé, le type qui geignait, il avait un chariot d’hyper et entassait ses emplettes dans un coupé 406. Bientôt, on filmera la bourge de Neuilly qui sort de chez Fauchon avec sa Mercedes et peste parce que le saumon fumé a augmenté


                              • tvargentine.com lerma 17 avril 2008 12:18

                                Mr DUGUE écrit " billet a été écrit dans un esprit bien particulier"  non ?????????????????

                                et ensuite "

                                l"es français moyens s’en sont tapés de tous ces pb, qu’ils ne viennent pas pleurer sous les caméras de JPP du prix du caddy "

                                Bref,de l’anarchisme dans tout son éclat et se pose la question de la publication de cet article dans la mesure ou l’auteur reconnait qu’il s’en fout complétement

                                 


                                • mac 17 avril 2008 12:24

                                  "Les français moyens s’en sont tapés de tous ces pb, qu’ils ne viennent pas pleurer sous les caméras de JPP du prix du caddy"

                                  Il faudrait peut-être qu’ils arrêtent de regarder JPP.

                                  La fabrique du consentement n’est peut-être pas un mythe et ça n’est pas forcément un hasard si on a eu ces deux finalistes à l’élection présidentielle.


                                  • Marc Bruxman 17 avril 2008 12:28

                                    Eh oui. D’autant que si les salaires se mettent à suivre l’inflation (ce qui est probable) tous ceux qui ont un crédit à taux fixe au cul verront son remboursement facilité. 

                                    Si vous avez un crédit immobillier disons de 600 €, gagnez 2000 € / Mois et qu’il y a une inflation de 10% vous allez en réalité voir votre pouvoir d’achat augmenter !

                                    Bien sur c’est si les salaires suivent. Mais il y a une limite à la hausse des prix lorsque les salaires cessent de suivre. Les industriels ont besoin d’écouler leur camelotte. Donc si vraiment il doit y avoir une forte hausse des prix cela ne sera pas dramatique pour tout le monde.


                                    • Le péripate Le péripate 17 avril 2008 12:31

                                      Non, pas pour tout le monde. Ca, on l’avait compris. Tu ne serais pas un petit peu gauchiste ?


                                    • Bernard Dugué Bernard Dugué 17 avril 2008 12:36

                                      Le coup du crédit en période de basse et haute inflation est un classique, qui crée des situations pas très équitables, d’où l’utilité de maîtriser l’inflation

                                      En 1975-1988, ceux qui avaient emprunté en 70 ont eu quelques facilités à rembourser, par contre, ceux qui ont emprunté ces années avec un crédit à 15 points se sont vu étranglés dix ans plus tard, quand l’inflation et la hausse des salaires n’était que de 3 ou 4 points


                                    • mac 17 avril 2008 13:19

                                      Le problème c’est qu’actuellement un certain nombre de salaires n’augmentent pas ou peu.C’est notamment pour cela qu’on peut parler de hausse des prix plus que d’inflation et que pour l’instant la situation n’est pas comparable à celle des années 70.


                                    • Bernard Dugué Bernard Dugué 17 avril 2008 13:13

                                      Mais non, le sujet ne me dépasse pas, il est simple à traiter, du moment qu’on essaye d’y voir clair. Je ne conteste pas les chiffres de l’inflation. Je relativise juste l’impact qui je le maintiens, est psychologique, surtout pour les ménages qui passent dans les JT. Il va falloir être résilient. Pour info, il y avait un complément dans le titre qui a été squizzé par la rédac. C’était : devenez des consommateurs résilients !


                                    • Forest Ent Forest Ent 17 avril 2008 13:10

                                      Il me semble faux que la hausse des prix vienne surtout de l’augmentation de demande des pays émergents. Ca ne colle pas. Cette dernière a été continue. Pourquoi les prix augmenteraient-ils brutalement au moment où à la fois le dollar et les actifs financiers se cassent la gueule ? Et pourquoi le prix du yaourt augmente-t-il beaucoup plus que celui du lait ? Non, désolé, ça ne marche pas. AMHA, c’est même exactement le contraire : les prix des commodities augmentent parce que la demande diminue. Je sais, il y a ici un tas "d’économistes" qui vont bondir, tous ceux qui croient au marché parfait.


                                      • Bernard Dugué Bernard Dugué 17 avril 2008 13:20

                                        En effet, sur les mécanismes de l’inflation, il faut être très prudent, c’est pour cela que j’ai évoqué en maintenant le doute une origine spéculative. Il se peux bien que la voracité des hedge funds alliée à une demande accrue se conjuguent pour générer cette inflation innattendue. Quant au yaourt, et à d’autres produits, on peut supposer que quelques petits malins jouent sur une attractivité d’un produit et la négligence des consommateurs accro au bifidus. Faudrait voir le yaourt ordinaire, je ne suis pas certain qu’il ait augmenté, mais je n’en consomme pas. Par contre, la bière polonaise est passée de 33 à 38 centimes la canette de 50 cl mais le vin du gard en brick pèse toujours 1 euro 65 depuis trois ans


                                      • Lucie Vivien 17 avril 2008 13:16

                                        Cet article m’a beaucoup plu parce qu’il relativise le "problème" de l’inflation et du pouvoir d’achat qui, pour la majorité (pas pour tous évidemment !) des Français n’est tout de même pas, comparé à ce qui se passe (émeutes de la faim) dans les pays voisins ( pas si voisins que cela ? Bon, c’est toujours la même vieille histoire : qui est mon prochain ? ) pas si dramatique que cela.


                                        • Bernard Dugué Bernard Dugué 17 avril 2008 13:24

                                          Merci de votre compréhension,

                                          C’est ce que je voulais signifier entre autres choses, relativiser, devenir résilient, et reconnaître qu’un type qu’on licencie perd environt 30 % de son revenu d’un coup (je ne connais pas le chiffre excact des Assedics). Soit pour un salaire moyen, près de 600 euros qu’il va devoir répartir avec un sacré serrage de ceinture


                                        • Marc P 17 avril 2008 13:26

                                          Bonjour Bernard,

                                          Beaucoup de vrai, beaucoup de maladresses.... ds cet article...

                                          Je crains que les 1900 euros net moyens soient le chiffre en considérant tous les temps partiels, de moins en moins choisis comme chacun sait , comme des temps plein (revenu s’il s’agissait d’un temps plein). On a demandé que désormais le vrai revenu, à savoir partiel en temps partiel soit pris en compte : plus près de 1500 euros ... seulement hum !... 400 euros de différence....

                                          Vous précisez que vous mettez de côté les précaires... au moins 6 à 10 millions de personnes en france.... et bien sûr vous mettez de côté le tiers monde et les pays pauvres et els précaires de l’UE et d’ailleurs, bref vous raisonnez sur la France métro, ce qui est légitime.... mais à ne pas perdre de vue....

                                          Je suis bien d’accord sur les hypocrisies... mais un peu gêné par une certaine banalisation ou sous évaluation de la réalité vécue par nos concitoyens....

                                          Des non précaires doivent certes revoir leurs habitudes de conso, mais quelqu’un qui ne peut se rendre à son travail qu’en voiture, qui ne peut pas changer en un jour son syst de chauffage, dont plusieurs enfants font des études dans plusieurs villes différentes et éloignées, qui n’a pas chez qui aller en vacances...

                                          L’impact n’est pas de 3%, on le sait bien...

                                          Bref je ne vous apprend rien, une politique de gauche, c’est "moi d’abord, les autres on verra après", une politique de droite, "c’est moi d’abort et les autres on s’en fout", avec des 2 côtés une dose d’électoralisme, à l’endroit des retraités par exemple...

                                          Bien cordialement et merci pour votre article globalement pertinent...

                                          Marc P

                                           

                                           


                                          • Bernard Dugué Bernard Dugué 17 avril 2008 13:37

                                            1900 net, c’était le salaire moyen en 2005 et 1520 le salaire médian mais il est vrai, pour un temps complet. Il fallait bien choisir un exemple chiffré. J’aurai peut être dû prendre le médian. De toutes façons, un salaire moyen ne signifie rien. Tout dépend la situation, si on vit en couple, si le conjoint travaille, si on a des gosses, si on bosse à 5 minute de chez soi ou à une heure en trajet automobile, si on passe ses vacances chez ses parents etc... et surtout si on est locataire dans le parc privé ou propriétaire


                                          • Marc P 17 avril 2008 21:00

                                            Bien d’accord,

                                            Sans oublier qu’en général, dans un couple, les revenus élevés s’additionnent et lycée de versailles...

                                            Décidément, cela n’a pas grand chose de psychologique...

                                            Marc P


                                          • Méric de Saint-Cyr Méric de Saint-Cyr 17 avril 2008 13:36

                                            GRANDE NOUVEAUTTÉ : L’INFLATION PSYCHOLOGIQUE !!!

                                            1900€ de salaire moyen ??? Moyen pour qui. Me permets juste de rappeler qu’une moyenne n’a aucune signification si on ne donne pas l’écart-type. Si sur 10 salariés un seul touche 20.000€ par mois et les autres la moitié d’un smic (salaire McDo est de 800€) ça fait une belle moyenne, 2720€, mais ça ne correspond à aucune réalité : il n’y en a qu’un seul qui vit bien et les 9 autres se serrent la ceinture.

                                            AgoraVox ça devient n’importe quoi écrit par n’importe qui…

                                            Article inutile. Où est l’info ?


                                            • Soleil2B Soleil2B 17 avril 2008 14:13

                                              Dugué est un grand économiste......................qui ne vaut même pas la peine qu’on lui réponde.


                                            • tvargentine.com lerma 17 avril 2008 14:36

                                              http://www.cee-recherche.fr/fr/doctrav/sortir_chomage_IdF_97_1.pdf

                                              Voila une étude pour rigoler car il y a des formules mathématiques digne de créer une bombe atomique

                                              Vite ! appelez Morice


                                              • Yohan Yohan 17 avril 2008 14:44

                                                Lorsque l’inflation se fait sur les produits de 1ère nécessité, les premiers à la ressentir sont ceux qui ont déjà du mal à joindre les deux bouts. Certes pour ceux qui ont des salaires corrects, il y a toujours matière à réduire la voilure sur les dépenses.

                                                Mais, toute personne est aujourd’hui fondé à à même d’émettre de sérieux doutes sur le taux d’inflation annoncé qui est bien supérieur et ce, depuis plusieurs années. A la louche je dirais 9% en 3 ans, alors que dans la plupart des entreprises, les salaires n’ont bougé (dans mon entreprise) que de 4% en 3ans. Ma perte de pouvoir d’achat, je la mesure, tout simplement par les écarts entre ce que je pouvais me permettre hier et aujourd’hui. Et la perte est évidente. essence, gaz, loyer, nourriture qui pèsent pour plus de deux tiers des dépenses, n’auraient-ils augmenté que de 1,5 % ?. Je m’en serai contenté, si c’était vrai


                                                • Lucie Vivien 17 avril 2008 14:51

                                                  "Il faut se préparer à s’adapter à un autre mode de vie et prendre conscience que les ressources naturelles étant limitées, il faudra ajuster nos existences à ces ressources et jouer pour l’essentiel sur ce qui est renouvelable." nous dit M.Dugue.

                                                  Voilà une phrase importante. Il ne faut pas s’obstiner à vouloir maintenir à tout prix le même mode de vie. Il va falloir s’adapter et tenir compte des nouveaux paramètres. Réclamer une diminution des taxes sur l’essence pour pouvoir continuer à consommer de la même façon me paraît par exemple peu intelligent. Se lamenter sur ce qui est inévitable est une perte de temps, l’important est de regarder en avant et de réfléchir à de nouveaux modes de vie en accord avec la survie de la planète et de toute sa population.


                                                  • Mathias Delfe Mathias Delfe 17 avril 2008 15:27

                                                    Quel provo, ce Bernard !

                                                    Les Français sont irrationnels : ils achètent 15% ou 20% plus cher que l’essence des diesels pour effectuer moins de 10000kms par an, ce qui n’est aucunement rentable, mais qu’importe, quel plaisir de consommer moins du carburant moins cher (voilà pourquoi ils s’étranglent de rage en constatant que le gazole, pourtant plus coûteux pour le producteur, rejoint petit à petit le prix du super via des taxations convergentes) ! Le reste des comportements consommatoires (et non pas consuméristes) est à l’avenant, en témoignent les foules qui se pressent toute la semaine à l’intérieur des grandes et moyennes surfaces et repartent avec un écran LCD sous le bras tout en maudissant le prix du pain. De même, dans un pays où l’on n’a jamais autant vendu de maisons individuelles, de véhicules de luxe et d’équipements plus ou moins utiles de toutes sortes, la rumeur médiatique a-t-elle fini par persuader la plupart des citoyens qu’ils vivaient moins bien que leurs parents ou grands-parents, lesquels consacraient pourtant jusqu’à six mois de salaire pour s’offrir un lave-linge sans la moindre électronique. Le gouvernement n’est bien sûr pas en reste, qui n’a de cesse de nous faire croire contre toute évidence que nous sommes moins riches aujourd’hui qu’hier, ce que démentent pourtant les fabuleux profits de ses amis abonnés au CAC 40. Toutefois, faut être juste, les prix de l’alimentation et de l’énergie tout spécialement augmentent à la vitesse V au détriment du consommateur lambda, surtout le fauché. Mais c’est au bénéfice du socle de l’électorat sarkozyste, commerçants et intermédiaires de tout poil, alors à quoi bon se plaindre aujourd’hui de ce pourquoi on votait hier ?


                                                    • Bernard Dugué Bernard Dugué 17 avril 2008 16:49

                                                      Moi provo ?

                                                      Figure-toi mon cher Mathias que j’ai revendu ma bicyclette blanche il y a 40 ans.

                                                      Bon, ce que tu dis n’est pas faux. Il y a un mois, mon voisin est revenu avec un super écran plasma, depuis, dans sa poubelle, il n’y a plus d’emballage de plats surgelés et de pots de yaourt bio vides. Par contre, c’est rempli de boîtes de canigou !


                                                    • Sandro Ferretti SANDRO 17 avril 2008 16:13

                                                      @ l’auteur,

                                                      Je fume des cigares, je bois du vin, je mange beaucoup de pates, je roule au SP 98, je vais au spectacle, j’achète des CD , j’aime les belles fringues et je suis locataire d’une villa...

                                                      Et depuis 2/3 ans, je sens comme un souffle chaud sur ma nuque et une vive douleur au fondement.

                                                      Est-ce psychologique, Docteur ?

                                                      C’est dans ma téte, c’est cela ?

                                                      Je suis sans doute un mauvais citoyen, mais , à l’inverse des caniches, on ne me fera jamais "faire" là où on voudrait que je "fasse".

                                                       


                                                      • Bernard Dugué Bernard Dugué 17 avril 2008 16:44

                                                        Diagnostic psycho-économique, gratuit, pour vous mon ami

                                                        A vue de nez, vous devriez vous débarrasser de votre compagne, vous ne pouvez pas imaginez combien ça coûte, et si vous regrettez son souffle chaud sur votre nuque, achetez un ventilateur, ça fait le même effet.

                                                        A part ça, mon chien fume le cigare et boit le vin que je ramène du supermarché, il écoute même mes CD et me pique mes livres pour les lire, je peux vous assurer qu’il n’a pas changé depuis 3 ans


                                                      • Zurgo 17 avril 2008 16:31

                                                        Amusant de constater que beaucoup "ici" n’ont pas bien saisi l’essence de cet article.

                                                        Dommage..


                                                        • Sandro Ferretti SANDRO 17 avril 2008 16:36

                                                          "plaisir d’essence ne dure qu’un instant

                                                          chagrin d’amour dure toute une vie",

                                                          c’est cela ?


                                                        • Yohan Yohan 17 avril 2008 18:08

                                                          Eh Sandro, n’oublie pas de ramener ta Ferrari au garage pour la révision de 20.000


                                                        • Sandro Ferretti SANDRO 17 avril 2008 18:46

                                                          @ l’ami Yohan,

                                                          Ma qué révisione ? La revizione, c’est psychologique !

                                                          Tou révises pas, et ca roule quand méme....

                                                          Sicuramente si, Dougé l’a dit, alors.....

                                                          Tutta posto, on te dit.


                                                        • alex75 17 avril 2008 17:07

                                                           Je trouve l’analyse de Bernard Dugué (très) intéressante mais (gentiment) erronée car elle est sélective de 2 façons : 

                                                          1 - sélection spatiale : si l’on raisonne sur la situation des couches sociales moyennes et supérieures, l"argumentation est imparable judicieuse et astucieuse ; oui un cadre supérieur peut éviter une nuit en hôtel 4 étoiles et la remplacer par un un séjour au chalet, le sacrifice est acceptable…

                                                          Le problème est que la grande majorité des français (ceux qu’on ne voit pas : les banlieusards, les ruraux etc) ont un pouvoir d’achat très limité et subissent de plein fouet des augmentations qui sont inévitables, c’est-à-dire portant sur des produits qu’il est impossible d’éviter, ou aucune forme de substitution ne peut être mise en œuvre et très peu d’économies effectuées de façon instantanée ; l’énergie, les transports, les produits alimentaires les plus consommés et les plus indispensables, le crédit, les loyers. Des hausses massives dans beaucoup de domaines qui appartiennent à la catégorie des dépenses obligatoires et qui laminent le pouvoir d’achat librement disponible. 

                                                          D’où cette sensation de vivre moins bien que ses parents… On vit plus confortablement (si l’on fait abstraction de la pollution, du stress de compétition et du développement explosif de la vulgarité), mais avec moins de marges de manœuvre et beaucoup de soucis pour payer ce confort (et l’angoisse que tout s’arrête en cas de chômage).

                                                           

                                                          2- sélection temporelle : je trouve l"argumentation "fixiste". C’est peut-être vrai aujourd’hui, mais il faut raisonner de façon dynamique, évolutive et systémique.

                                                          Dans cet esprit, on peut franchement se demander si l’on n’est pas sur une pente savonneuse… Le prix du pétrole va continuer à augmenter, les denrées agricoles aussi, la crise écologique va produire de plus en plus de dégâts en terme de catastrophes naturelles et de baisse des productions agricoles, il va donc falloir augmenter les salaires et une spirale inflationniste se doublant de crises graves (famines, émeutes, grèves) peut très bien s’engager. Et alors, les cadres qui travaillent à la Défense et qui témoignent dans les JT de 20 heures que "l’inflation, c’est pas vraiment un problème" risquent de perdre leur job dans des secteurs comme le tourisme, les loisirs, la téléphonie mobile etc…

                                                          N’oublions pas que Madame Lagarde prévoyait (avec son grand sourire) il y a quelques mois seulement une croissance de 2,8 % pour la France, puis 2,5, puis 2, puis 1,8. J’espère qu’aucun lecteur d’Agoravox n’a jamais cru ces chiffres…

                                                          En ce qui me concerne, rien ne me permet d’exclure 0,5. C’est les turbulences du système qui décideront.

                                                           


                                                          • alex75 17 avril 2008 18:07

                                                             Contrairement à frédeéric lyon, le passage qu’il cite est celui que je préfère "nos modes de consommation devront changer…"

                                                            Oui, toute notre société va devoir changer profondément, tout le problème est de savoir s’il s’agira d’un changement en douceur, par adaptation progressive et "sympa" comme le suggère, me semble t-il, Bernard Duggé ou si cela va passer par une crise "tragique" comme, personnellement, je le pense. Les gens raisonnables, astucieux et positifs vont-ils accepter les nouveaux paradigmes ou bien l’être humain, le système libéral, ses entreprises et leurs lobbies vont-elles attendre le dernier moment, quand il sera trop tard ?

                                                            Quand on pense au débat sur les OGM, au recul sur le Grenelle de l’environnement, aux réticences des constructeurs automobiles à construire des voitures écologiques, aux conducteurs qui continuent à faire "vroum-vroum", au transport aérien qui progresse etc on peut trouver l’auteur de l’article trop optimiste…


                                                          • frédéric lyon 17 avril 2008 17:23

                                                            Je relève seulement ce paragraphe de l’article :

                                                            .........................................

                                                            Nos modes de consommation devront changer profondément d’ici vingt ou trente ans. La cause, le pétrole et le progrès planétaire. Le confort thermique et mobile (transport) ne sera plus assuré. Se (sur)chauffer et se déplacer sera un luxe. Par contre, un confort de vie sédentaire pourra être assuré avec l’électricité qui, produite par des dispositifs spécifiques, continuera à alimenter les appareils électroménagers, les ampoules électriques et les dispositifs audiovisuels. Il faut se préparer à s’adapter à un autre mode de vie et prendre conscience que les ressources naturelles étant limitées, il faudra ajuster nos existences à ces ressources et jouer pour l’essentiel sur ce qui est renouvelable.
                                                            .................................................
                                                             
                                                            Tous les poncifs et toutes les idées recues à la mode chez les pseudo intellectuels, accompagnés de prévision à vingt ou trente ans (rien que ça !) faites à la louche par quelqu’un qui ne comprend rien à l’économie et n’a reçu aucune formation en la matière.
                                                             
                                                            "Il faudra jouer pour l’essentiel sur ce qui est renouvelable" Sans blague ? Sur l’essentiel ? Bon, alors il faudra s’arrêter de respirer, car toutes matières se trouvent en quantité finie sur Terre, notre planète ayant des dimensions finies.

                                                            • Lucie Vivien 17 avril 2008 18:39

                                                              Pourriez-vous préciser votre "pensée" qui n’est pas claire du tout ?


                                                            • Bernard Dugué Bernard Dugué 17 avril 2008 22:14

                                                              Cher Frédéric,

                                                              Je n’ai pas de formation en économie dites-vous, détrompez-vous, l’économie est une science, pour un aspect, une science qui suppose une aisance dans les chiffres. A peine arrivé en école d’ingé, un jeu économique nous a été proposé. J’ai vite pigé le truc, vite écarté par le professeur d’éco car le jeu n’avait plus aucun intérêt vu que j’avais mis en équation le système. Je n’avais que redécouvert les équations de l’avantage comparatif établies par Ricardo, sans aucune formation économique. Et donc, je prétends que mes considérations économiques ont autant de crédibilité que celles d’un Greenspan ou d’un Attali. Je fais cela en amateur, en pro, je ne sais pas ce que ça peut donner


                                                            • Mr Mimose Mr Mimose 17 avril 2008 17:36

                                                              UN SALAIRE MOYEN DE 1900 EUROS NET !!!!!!!!!!

                                                              Je prend !!! Qu’es-ce qui faut faire ? Manipuler des matieres radioactives, du déminage ??

                                                              Je connais un seul type dans mon entourage qui a un tel salaire (il a un peu plus), il est chef d’entreprise.

                                                              Et le coup du psychologique mon cul oui !!!! Depuis l’euro on sait bien fait baiser, et ces derniers temps, j’allucine complétement sur le prix de certain produits (j’habite dans un departement outre-mer).

                                                              Exemple : 750 gr de muesli de marque, prix 7,85 euro

                                                              4 yahourts (genre pour riche) 6.50 euro

                                                              6 actimels (les petits pots de 15 ml, un truc pour meufs), 7.50 euros

                                                              12 yaourts yoplaits aux fruit 6.00 euros

                                                              Le miel, si c’est de la marque, le prix tape vite les 6 euros pour 250 g

                                                              Alors je n’achete plus de yahourt, plus de miel , plus de muesli, je mange que des bananes !

                                                              et 1 euros la baguette ? ça fait mal au fion ça non ?


                                                              • Mr Mimose Mr Mimose 17 avril 2008 17:47

                                                                Y’a des fois, je regarde plusieurs fois le prix en pensant qu’il y a un problème d’étiquettage, mais non, y’a pas de problème, c’est vraiment le prix !!!!!

                                                                D’ailleurs, j’ai remarqué ces derniers temps, à carrouf par exemple, dés l’entrée du magasin y’a un énorme rayon promo avec tout plein d’articles, des articles qui ne se vendent pas car trop cher, alors ils essaient de s’en debarrasser en les bradant avant date limite.

                                                                Alors officiellement on nous dis qu’il y a peu d’inflation, mais quand tu fais tes courses avec un petit panier et que t’as 2 broutilles dedans et que ça fait 30 euros (200 frs quand meme), alors ça fout VRAIMENT LES BOULES !!!!!

                                                                Je me demande si je vais pas commencer a manger des circuits imprimés car c’est vrai que les prix des téleviseurs plats ultra large avec tout plein de fonction que j’y comprend que dalle et qui evolue chaque jour, ça coute moins cher qu’avant. En plus que je regarde plus la télé car je ne supporte plus leurs gueules d’abrutis !!!!!!!!!


                                                              • Mr Mimose Mr Mimose 17 avril 2008 17:53

                                                                J’ai envie de gerber dés que je vois : PPDA, DRUCKER, APATHIE, SEBASTIEN et bien d’autre mais le pire de la gerbe c’est CAUET !!!!!!!!!!!!! Comment on peut regarder son emission débile ????

                                                                Je sais ça a rien avoir avec le sujet, mais j’en peux plus de les voir, n’y meme de savoir qu’ils existent pour de vrai !!! (je les vois plus, mais j’entends toujours parler d’eux, c’est insuportable)


                                                              • Yohan Yohan 17 avril 2008 18:06

                                                                @ Mimose

                                                                De toute façon, on se fait enfler en France par les commerçants et la grande distribution qui poussent leur avantage au maxi. Comparaison n’est pas raison, mais d’après mes amis anglais et hollandais, l’augmentationdes prix alimentaires n’a pas suivi chez eux la même courbe que chez nous. A six mois d’intervalle, un ami hollandais a nettement ressenti la hausse des prix, en revenant en France. Il était resté sur ses repères de l’été dernier. C’est la 1ère chose qu’il m’a dit en arrivant.


                                                              • Marc Bruxman 17 avril 2008 21:50

                                                                UN SALAIRE MOYEN DE 1900 EUROS NET !!!!!!!!!!

                                                                Je prend !!! Qu’es-ce qui faut faire ? Manipuler des matieres radioactives, du déminage ? ?

                                                                (j’habite dans un departement outre-mer).

                                                                Bah en métropole c’est quand même un peu plus fréquent. Et la région parisienne fait monter la moyenne (mais il est vrai que tout y est plus cher qu’ailleurs).

                                                                Parmis les boulots qui permettent d’obtenir facilement ce genre de salaire :

                                                                • Ingénieur (ou c’est grosso modo un salaire de débutant).
                                                                • Commercial si vous vendez bien (vous êtes payés à la prime et ca peut vite monter à des sommes indécentes si vous êtes bon).
                                                                • Certains boulots dans le batiment. Mais c’est très pénible.
                                                                • Divers boulots d’encadrement dans les grosses boites genre controle de gestion ou choses du genre.
                                                                • Consultant (vous gagnez énormément mais faites beaucoup d’heures par semaine).
                                                                • Créatif pour la publicité
                                                                • Employé dans la Finance (Trader, Analyste, ...). La 2000 € c’est un salaire de merde.
                                                                • ...
                                                                • Et plein d’autres auquels je ne pense pas parce que je connais personne qui les fait mais qui doivent surement bien payer.

                                                                 

                                                                Non je ne pense pas que la moyenne soit irréaliste parce que y’a des mecs qui gagnent vraiment beaucoup beaucoup et la font monter artificiellement. Mais par contre il serait intéressant d’avoir les moyennes par département. Les disparités doivent être énormes.

                                                                Et le coup du psychologique mon cul oui !!!! Depuis l’euro on sait bien fait baiser, et ces derniers temps, j’allucine complétement sur le prix de certain produits

                                                                Non ca c’est clair l’auteur a fumé, l’inflation n’est pas psychologique du tout. Les matiéres premiéres valent beaucoup plus cher donc forcément ca se ressent sur le produit fini.

                                                                Pour l’euro initialement les grandes surfaces en ont profité (parce que psychologiquement une somme en euro parait toujours pas cher enfin moins que la même en Francs. Putain on aurait du prendre la lire comme monnaie commune).

                                                                Mais aujourd’hui il nous protége plutot. La plupart de nos produits importés sont achetés en dollars. La hausse de l’euro compense donc en partie (mais malheureusement pas totalement) la hausse démente des cours. Ceux qu’il faut plaindre c’est plutot les pays du tiers monde qui ont une monnaie indexée sur le dollar. Eux ils ont vraiment mal au cul.

                                                                 

                                                                 


                                                              • Marc Bruxman 17 avril 2008 22:00

                                                                A six mois d’intervalle, un ami hollandais a nettement ressenti la hausse des prix, en revenant en France. Il était resté sur ses repères de l’été dernier. C’est la 1ère chose qu’il m’a dit en arrivant.

                                                                Par contre j’avais cru comprendre que les hollandais c’était violamment fait enculer immédiatement après le passage à l’euro (c’est d’ailleurs une des raisons de leur non au référendum). Enfin en tout cas c’est ce que des amis hollandais m’ont dit. Peut être qu’il y a rattrapage en ce moment. (Je demanderai je prend un Thalys demain soir).

                                                                Et pis c’est vrai aussi que les loyers la bas sont vraiment cheap. Pour le prix de mon 30m2 je pourrais avoir un palace à Rotterdam. Et j’aurais le coffee en bas de chez moi en plus !

                                                                En tout cas il est clair qu’un peu plus de concurrence dans le domaine du commerce serait profitable. Si ces putains de barriéres réglementaires sautaient on verrait :

                                                                • Tout les financiers se jeter pour financer l’ouverture de nouveau supermarchés.
                                                                • Plusieurs supermarché concurrents ouvrir dans la même ville en face de ceux qui existent déja.
                                                                • Et comme la population des villes n’a pas fortement augmentée et bien on va les voir rogner sur leurs marges.

                                                                Le problème c’est que la situation actuelle avec un monopole imposé par l’état bénéficie aux grands groupes. C’est grâce à cela que Carrouf a financé son expansion internationale. Donc l’état est un peu réticent à prendre des risques avec cela.

                                                                C’est d’ailleurs pour cela que c’est Mr Leclerc que l’on entend geuler. Lui il n’a pas d’implantations à l’étranger. Et il voudrait certainement en profiter pour investir toute la thune qu’il a du mettre en banque ces derniéres années et niquer ses concurrents.

                                                                Après faites gaffe dans tous les cas à ou vous achetez. Entre le ATTAC près de chez moi et le Franprix et bien je dois dire le prixfran fait mal au fion ! ! ! Aussi cher que le monop’ à coté de mon boulot alors que les produits du monop’ sont de meilleure qualité.

                                                                 


                                                              • Bernard Dugué Bernard Dugué 17 avril 2008 22:08

                                                                Héhé, le ATTAC près de chez vous, ne m’en parlez pas, vous payez la taxe Tobin en plus de la TVA


                                                              • Yohan Yohan 17 avril 2008 23:48

                                                                Demandez aux frontaliers où ils vont faire leurs courses. Belgique, Allemagne, c’est moins cher qu’en France, en grande surface, fringues mis à part


                                                              • Marc Bruxman 18 avril 2008 00:48

                                                                Pour la Belgique je ne sais pas (et donc je n’en causerai pas) mais pour l’Allemagne il s’agit d’adeptes du hard discount. En majorité les Allemands ne sont pas prêts à payer plus cher pour une marque que pour un produit "distributeur".

                                                                Et donc les marques sont obligées de baisser leur prix pour être au plus proche des marques distributeur sous peine de ne rien vendre. Alors forcément les prix de tous les produits de marque sont inférieurs à ceux de la France.

                                                                 

                                                                 


                                                              • foufouille foufouille 17 avril 2008 17:46

                                                                article de mer** !!!!!!!!!

                                                                ex de VRAI inflation : rouelle de porc 20f/kg, =6€ du kg.......gggrrrrr bourgeois !!!!!!!!!


                                                                • Bernard Dugué Bernard Dugué 17 avril 2008 17:49

                                                                  Faut pas vous faire rouelle ainsi

                                                                  On la trouve en promo à 3 euros le kilo et même à 2,5.


                                                                • alex75 17 avril 2008 18:19

                                                                   Moi aussi je trouve que certains prix sont hallucinants (cependant, traduire en Francs induit en erreur, car les francs ont disparus depuis trop longtemps, ça revient à comparer avec les prix du passé…)

                                                                  Je me suis aperçu que sur certains produits, le bio a été rattrapé par le non-bio, surtout sur les marchés bio… C’est tout dire ! Alors, pour le même prix, autant manger bio…


                                                                • alex75 17 avril 2008 18:42

                                                                   Entièrement d’accord avec Pi@h 

                                                                  Le problème, c’est qu’on est soumis à une propagande que l’on avait pas vu depuis longtemps (Vichy ?). 

                                                                  Hier soir, je regardais la rubrique Économie sur i-Télé : fabuleux gisement de pétrole découvert au Brésil, blablabla, des milliard de… blablabla… une révolution blabla bla pour finir par dire en bafouillant que ça ne représente qu’un an de consommation mondiale ! Ce matin à la radio, rectificatif des experts brésiliens : on n’est pas vraiment sûr etc… difficultés éventuelles d’exploitation etc

                                                                  La journaliste d’i-Télé a continué sa petite chronique économique sur les produits laitiers en précisant qu’ils étaient indispensables pour la santé ! Ça s’est de l’info et de l’économie, surtout quand on connaît la puissance du lobby laitier et qu’on sait que beaucoup de médecins et nutritionnistes les accusent de beaucoup de maux et déconseille de les consommer. 


                                                                • Lucie Vivien 17 avril 2008 18:44

                                                                  "Le prix du non-bio rattrappe parfois celui du bio" : Exact et cela, c’est encourageant ! Tout ne va donc pas si mal dans notre pays !

                                                                  Cela étant dit, arrêtons un peu de râler au sujet de la hausse des prix de l’alimentaire ! On sait qu’elle existe et qu’elle est irréversible, il faudrait maintenant passer à l’étape suivante de la réflexion et de l’action.


                                                                • alex75 17 avril 2008 19:09

                                                                   @ Lucie Vivien

                                                                  Entièrement d’accord avec vous. Mais comment ? Pour moi, c’est fait, j’ai complètement restructuré toute ma consommation en quelques années (chauffage écologique-rasage au blaireau- abandon de ma voiture- achat de biens durables- abandon des achats de produits cuisinés…). Mes finances se portent beaucoup mieux et aussi ma qualité de vie.

                                                                  Mais je constate que peu de gens changent de comportements (par exemple, presque personne dans mon entourage n’utilise les ampoules éco, le b-a -ba de l’économie et de l’écologie).

                                                                  Les gens sont encore sur le modèle du rêve américain des années 50 : la maison avec la piscine etc… , la consommation, 

                                                                  Comment convaincre ceux qui ont le plus besoin de changement et qui sont en même temps les plus éloignés du modèle "adaptatif" préconisé par Bernard Duggé dans cet article ?


                                                                • foufouille foufouille 17 avril 2008 19:55

                                                                  j’ ai pas vu la promo 3€/20f 6€ c’est un prix moyen avant en promo c’etait 12F sans polyphosphates et antibio


                                                                • Lucie Vivien 17 avril 2008 20:54

                                                                  @alex75

                                                                   

                                                                  Pour un certain nombre, l’évolution se fera tranquillement car ce n’est pas d’aujourd’hui que nous savons que le bonheur n’est pas dans la consommation à outrance mais dans une certaine qualité de vie qui ne passe pas par le matérialisme mais par la convivialité, le temps de vivre et la frugalité. Des penseurs comme Serge Mongeau ou Serge Latouche ou simplement le courant écologiste contribuent à nous le rappeler de temps en temps. Et on entend quand même de plus en plus de témoignages comme le vôtre !

                                                                  Pour d’autres, le réveil sera plus brutal, c’est vrai...


                                                                • Pi@h 17 avril 2008 18:28

                                                                  Psychologique ou pas, la classe moyenne est en train de se faire piler... Les "pauvres" ? L’Etat essaie tant bien que mal de garder sous contrôle des banlieues entières qui un jour ou l’autre éclateront, les dernières émeutes seront de la plaisanterie à côté, ça je vous le garantie.

                                                                  Lorsque qu’on aura pressé la classe moyenne jusqu’au bout et qu’une bonne partie sera passée sous ce fameux seuil de pauvreté, alors ça pétera. Le contrôle des masses par les médias ça ne prend déjà plus, si les gens ne bougent pas c’est parce qu’ils sont résignés, il manque juste un élément déclencheur et fédérateur.

                                                                   

                                                                   


                                                                  • Frabri 17 avril 2008 19:28

                                                                    Dans les pays riches les pauvres ne font pas le poids politiquement et c’est eux qui souffrent le plus de l’inflation.

                                                                    Les classes moyennes ne les soutiendront pas. Biens qu’elles diminuent elles sont toujours majoritaires, c’est elles qui font l’alternance, un coup elles votent a gauche, un coup a droite.

                                                                    Avec les nouveaux contrat de travail et le contrôle renforcé des chômeurs et chômeuses il va y avoir de plus en plus de pécarité, ce que certains appellent le "pracariat" va se développer .

                                                                    Espérons que les classes moyennes réagiront avant d’être monoriataires.


                                                                    • herve33 17 avril 2008 22:14

                                                                      Si l’insee parle d’une inflation de 3,2 % , soyez certain qu’elle est au moins trois fois plus élevé pour les produits de première nécessité . Et c’est vraiment les plus défavorisés qui doivent souffrir . Une vraie bombe sociale à moyen terme .

                                                                      Malheureusement , cette inflation n’est qu’un début , et nous serons probablement vers 5 % après l’été 2008 , et nous pouvons nous estimer heureux grace à l’Euro , qui nous préserve de la tempête qui va souffler sur l"économie américaine , et dans une moindre mesure sur l’économie mondiale . les US , doivent s’attendre à 10 ou peut-etre 20 % , ce qui provoquera sans doute des émeutes de la faim .

                                                                      Pourquoi cette inflation , tout simplement ceci est une conséquence de la crise financière américaine , quand des milliards de dollars d’actifs complètement fictifs ne trouvent plus preneur , ils tentent alors de trouver une incarnation dans des biens ou produits réels comme le pétrole ou les produits alimentaires faisant monter les prix . Bref , l’inflation est un moyen de répartir les pertes des banques sur l’ensemble des consommateurs de la planète . 

                                                                      Mais cela risque de provoquer une importante et grave récession avec tout les risques que cela comporte...

                                                                      Il faudrait réguler les marchés financiers mais personne et surtout les banques ne veulent en entendre parler , bref , c est et cela sera la spirale infernale

                                                                       


                                                                      • gilles gilles 17 avril 2008 22:32

                                                                        votre analyse semble logique et rationnelle, mais vous semblez oublier trop vite ces français que les intellectuels de gauche ou de droite "incorporent" dans cette France d’en BAS.

                                                                        Vous devez également savoir que plus de 7 millions de Français ne disposent pour vivre que de moins de 750€ par mois.

                                                                        Intégrés dans des statistiques plus globales mêmes réalistes ne rendent pas compte de la situation de survie de ces personnes qui au passage dure depuis 1981, année où le pouvoir en place avait condamné le capitalisme.

                                                                        près de 4 millions de salariés dans notre pays travaillent à temps partiel souvent non choisi,et 80% de ces salariés sont en fait des salariées trop souvent mères de familles monoparentales.

                                                                        L’inflation à 4 ou 5% ne représente qu’une part infime du superflu mais pour 10 millions de Français abandonnés depuis 1981, ces hausses créent sans correctif la bascule inéluctable dans la précarité.

                                                                         Ouvrez les yeux , quittez votre beau quartier bourgeois et constatez de visu la réalité de trop nombreux français.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès